Jean-Luc Mélenchon

homme politique français

Jean-Luc Mélenchon
Illustration.
Jean-Luc Mélenchon en 2016.
Fonctions
Député français

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 4e des Bouches-du-Rhône
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Prédécesseur Patrick Mennucci
Successeur Manuel Bompard
Président du groupe LFI à l'Assemblée nationale

(4 ans, 3 mois et 15 jours)
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Création du groupe
Successeur Mathilde Panot
Député européen

(7 ans, 11 mois et 4 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Circonscription Sud-Ouest
Législature 7e et 8e
Groupe politique GUE/NGL
Successeur Marie-Pierre Vieu
Président puis coprésident du bureau national du Parti de gauche

(5 ans, 6 mois et 21 jours)
Avec Martine Billard
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Éric Coquerel
(coordinateur politique)
Ministre délégué à l'Enseignement professionnel

(2 ans, 1 mois et 9 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Lionel Jospin
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste supprimé
Sénateur français

(5 ans, 3 mois et 6 jours)
Élection 26 septembre 2004
Circonscription Essonne
Groupe politique SOC (2004-2008)
CRC-SPG (2008-2010)

(13 ans, 6 mois et 25 jours)
Élection 28 septembre 1986
Réélection 24 septembre 1995
Circonscription Essonne
Groupe politique SOC
Président délégué du conseil
général de l'Essonne

(6 ans et 10 jours)
Élection 23 mars 1998
Président Michel Berson
Conseiller général de l'Essonne

(6 ans et 10 jours)
Réélection 22 mars 1998
Circonscription Canton de Massy-Ouest
Président Michel Berson
Prédécesseur Vincent Delahaye
Successeur Marie-Pierre Oprandi

(7 ans et 10 jours)
Élection 17 mars 1985
Circonscription Canton de Massy-Ouest
Président Jean Simonin
Xavier Dugoin
Prédécesseur Marie-Noëlle Lienemann
Successeur Vincent Delahaye
Adjoint au maire de Massy

(6 ans, 2 mois et 22 jours)
Maire Claude Germon
Biographie
Nom de naissance Jean-Luc Antoine Pierre Mélenchon
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Tanger (Maroc)[a]
Nationalité Française
Parti politique OCI (1972-1976)
PS (1976-2008)
PG (depuis 2009)
LFI (depuis 2016)
Enfants Maryline Mélenchon
Entourage Gabriel Amard (gendre)[1].
Diplômé de Université de Franche-Comté
Profession Professeur de l'enseignement technique
Journaliste
Site web melenchon.fr

Signature de

Jean-Luc Mélenchon (/ʒɑ̃ lyk melɑ̃ʃɔ̃/[b] Écouter), né le à Tanger (Maroc), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste (PS) à partir de 1976, il est successivement élu conseiller municipal de Massy en 1983, conseiller général de l'Essonne en 1985 et sénateur en 1986. Il est également ministre délégué à l'Enseignement professionnel de 2000 à 2002, dans le gouvernement Lionel Jospin. Il fait partie de l'aile gauche du PS jusqu'au congrès de Reims de 2008, à l'issue duquel il quitte ce parti pour fonder le Parti de gauche (PG), dont il devient d'abord président du bureau national, puis coprésident, fonction qu'il conserve jusqu'en 2014.

Sous les couleurs du Front de gauche, coalition qui réunit notamment le PG et le Parti communiste français (PCF), il est élu député européen en 2009 et réélu en 2014. Il est le candidat de cette coalition à l'élection présidentielle de 2012, à l'issue de laquelle il arrive en quatrième position au premier tour, avec 11,10 % des voix.

En 2016, il fonde le mouvement La France insoumise (LFI) et se présente sous cette étiquette à l'élection présidentielle de 2017, à laquelle il termine à nouveau en quatrième position, avec 19,58 % des suffrages exprimés. Il est ensuite élu député dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône jusqu'en juin 2022 et préside jusqu’en octobre 2021 le groupe LFI à l'Assemblée nationale.

En 2022, il se présente pour la troisième fois à l'élection présidentielle. Il réalise le score le plus élevé de ses trois candidatures (21,95 % des voix) et arrive largement en tête de la gauche, mais échoue à accéder au second tour, terminant en troisième position. Lors des élections législatives de cette même année, il abandonne son siège de député à Manuel Bompard, qui est élu pour prendre sa succession, pour inviter les Français à « l'élire Premier ministre » dans le cadre de l'alliance électorale NUPES. La coalition échoue cependant à remporter assez de sièges pour obtenir la majorité absolue nécessaire pour provoquer une cohabitation et ainsi sa nomination à la tête du gouvernement.

Jeunesse et activités professionnelles

Naissance et famille

Jean-Luc Mélenchon naît le à Tanger, au Maroc, alors zone internationale, où ses parents travaillent[2]. Il est le fils cadet de Georges Mélenchon, receveur des Postes, télégraphes et téléphones (PTT), et de Jeanine Bayona, institutrice, tous deux Français d'Algérie française (« Pieds-noirs »)[3],[4]. Son grand-père paternel, Antonio Melenchón, est un Espagnol de la région de Murcie. Au début des années 1900, Antonio s'installe à Oran, en Algérie française et y épouse Aimée Canicio, elle aussi d'origine espagnole, de Novelda. Du côté maternel, son grand-père François Bayona est né en 1889 près de Valence, en Espagne, et est marié à Jeanne Emmanuelle Caserta, une Algéroise d'origine sicilienne[3].

Éducation

Jean-Luc Mélenchon reçoit une éducation catholique par sa mère : il est notamment enfant de chœur [4]. Sa mère s'éloigne ensuite de la religion[4]. Sans revendiquer une foi, il déclare être de « culture catholique »[5].

En 1962, à la suite du divorce de ses parents deux ans plus tôt[6], il quitte le Maroc pour la France : sa mère s'installe avec lui à Elbeuf, puis à Yvetot, dans le pays de Caux[7], puis dans le Jura, où elle est mutée[2],[8],[9].

Parcours professionnel

Bachelier en 1969 après avoir été scolarisé au lycée Rouget-de-Lisle de Lons-le-Saunier[10], Jean-Luc Mélenchon est titulaire d'une licence de philosophie obtenue à la faculté de lettres et sciences humaines de l'université de Besançon en 1972, ainsi que d'une licence de lettres modernes[8],[11],[12]. Il devient correcteur[9] à l'imprimerie Néo-Typo[13] de Besançon, parallèlement à ses études[9]. Il travaille également dans l'entreprise d'horlogerie Maty et dans une station-service[13].

En 1975, il devient surveillant, puis professeur auxiliaire au lycée du bois à Mouchard[14],[15]. En 1976, il retourne à Lons-le-Saunier[9], où il est professeur de français dans un lycée technique[9],[16],[17],[18], après avoir obtenu le CAPES de lettres modernes[19],[20].

Durant cette période, il est également journaliste à La Dépêche du Jura où il signe ses papiers du nom de Jean-Louis Mula[21]. Il collabore également ponctuellement en qualité de dessinateur à l'hebdomadaire catholique d'information Voix du Jura, sous le pseudo « Moz » jusqu'en 1977[21].

À la fin des années 1970, il dirige La Tribune du Jura, le mensuel de la fédération socialiste du Jura qui finit par péricliter[22],[23].

En 1978, à la demande de Claude Germon, maire de Massy qu'il a rencontré lors d'une visite de ce dernier dans le Jura, il s'installe dans l'Essonne où il devient son directeur de cabinet[12],[22],[24] et fonde un bulletin hebdomadaire intitulé Données et arguments[9]. De 1993 à 1995, il est directeur politique de l'hebdomadaire du Parti socialiste Vendredi[8],[9],[12].

Parcours politique

Débuts trotskistes et à l’UNEF (1968-1976)

Élève au lycée Rouget-de-Lisle de Lons-le-Saunier, il est un des meneurs du mouvement lycéen de la ville[22],[25],[26] lors de Mai 68. Il obtient son baccalauréat en 1969[27] et rejoint l'Union nationale des étudiants de France (UNEF) dès son entrée à la faculté des lettres et sciences humaines de Besançon[8] en .

À l'issue des évènements de à Besançon, la Ligue communiste et le Parti socialiste unifié (PSU), majoritaires dans l'AGEB-UNEF, appuient une prise en main de l'UNEF par les partisans de sa mutation en « mouvement politique de masse ». En s'y opposant, Jean-Luc Mélenchon rejoint l'Organisation communiste internationaliste (OCI), courant trotskiste d'obédience lambertiste, qui tente de contrer cette politique[AA 1].

Jean-Luc Mélenchon participe alors aux efforts pour reconstruire une cellule locale de l'UNEF[9], à la fois contre le courant syndical issu de l'Union des étudiants communistes (UEC) — qui anime l'UNEF-Renouveau, lequel choisit de participer aux conseils de gestion créés par la loi Edgar Faure et prend finalement le contrôle de l'AGEB historique[28] —, et contre le courant de la direction nationale de l'UNEF, issue du PSU — laquelle a pour projet la transformation de ce syndicat étudiant en mouvement politique révolutionnaire —, et ce jusqu'à la scission de l'UNEF, en 1971. C'est à ce titre qu'il devient président de l'union locale étudiante (UGEB), puis intègre le bureau national de l'UNEF-US en 1974. Sa liste aux élections du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) en 1975 obtient 60 % des suffrages exprimés[22].

De 1972 à 1976[AA 1], il est le dirigeant de l'OCI à Besançon, où cette organisation est bien implantée[22]. Pendant ces années, sous le pseudonyme de « Santerre »[29], il participe à toutes les luttes étudiantes et ouvrières du Jura — en particulier la grève des Lip[9], importante entreprise horlogère bisontine démantelée quelques années plus tard. Cette expérience l'amène progressivement à prendre ses distances avec la conception léniniste du parti (« ma vraie divergence, c'est que je n'ai jamais cru à l'avant-gardisme », a-t-il expliqué plus tard). Cela lui vaut, selon lui, d'être « radié » de l'organisation — Charles Berg, dirigeant lambertiste, affirme de son côté qu'il a « négocié son départ » avec lui[22]. C'est l'époque où le Parti socialiste (PS) de François Mitterrand reconstitué au congrès d'Épinay en 1971, occupe progressivement à gauche tout l'espace du socialisme démocratique, mettant le Parti communiste français (PCF) en difficulté électorale. Il n'adhère pas au PCF en raison du refus de celui-ci de condamner l'invasion de la Tchécoslovaquie par le pacte de Varsovie en 1968 pour mettre fin au printemps de Prague, un événement qui, selon ses propos, le marque plus politiquement que Mai 68 et fut l'une des causes de son adhésion à l'OCI[30],[31].

Militant socialiste mitterrandiste (1976-1986)

Jean-Luc Mélenchon quitte Besançon pour entrer dans la vie professionnelle à Lons-le-Saunier et adhère au PS en [AA 2]. Il y occupe très vite des responsabilités locales (secrétaire de section adjoint de Montaigu) et départementales et développe un journal fédéral qui combat pour l'union PS-PCF ; c'est l'époque où le second rompt les accords d'union de la gauche sur un programme commun de gouvernement. Il est remarqué lors d'une fête jurassienne du Poing et la Rose par Claude Germon, maire de Massy, en région parisienne, et membre du bureau exécutif du PS responsable du secteur entreprise du Parti socialiste. Sans travail stable une fois sa candidature écartée à la Croix du Jura[AA 3], il est engagé par Claude Germon pour devenir son directeur de cabinet[AA 4].

Il devient un des principaux dirigeants mitterrandistes de la fédération de l'Essonne, ce qui le conduit au poste de premier secrétaire de cette fédération au congrès de Valence en 1981 — il conserve cette fonction jusqu'en 1986[12]. Se positionnant à la fois contre la Deuxième gauche rocardienne et le Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES) de Chevènement, il s'oppose à la rocardienne Marie-Noëlle Lienemann, par associations locales et radios interposées. Ainsi, quand cette dernière crée Radio Massy-Pal, il fonde Radio Nord Essonne[22] et offre son premier emploi à l'animateur Arthur[32],[33] lors de la fusion des deux émetteurs. Il travaille à l'organisation du courant mitterrandiste, en Essonne d'abord puis à travers sa publication Données et arguments, qui sera le creuset d'un courant ancré à la gauche du parti.

Hispanophone, il développe à Massy la solidarité avec les milieux communistes de l'Amérique du Sud, organisant un rassemblement de Chiliens et d'Argentins[22].

Motivé par le tournant de la rigueur entrepris par le gouvernement socialiste en 1983, il intègre la loge franc-maçonne Roger Leray du Grand Orient de France (GODF) où il a comme thèmes de prédilection l'idéal républicain et la défense de la laïcité[AA 5]. Outre cette filiation politique, il trouve dans la franc-maçonnerie une filiation personnelle, son père et son grand-père étant eux-mêmes maçons[AA 6]. En 1984, lors des débats relatifs à la loi Savary, il reproche au GODF de ne pas s'engager pleinement dans la bataille en faveur de l'unification des enseignements public et privé au sein d'un grand service public de l'Éducation nationale[AA 7]. Amer, il reste franc-maçon mais de manière peu assidue, sans s'impliquer fortement dans les affaires internes du GODF et refusant de participer aux « fraternelles parlementaires » qu'il dénonce comme étant de son point de vue une « déviance grave, un attentat contre la République »[AA 8]. En , Jean-Luc Mélenchon fait l'objet d'une demande de suspension temporaire par le conseil de l'Ordre du Grand Orient de France à la suite de son comportement lors des perquisitions menées à son domicile parisien et dans les locaux de La France insoumise[34]. Jean-Luc Mélenchon quitte sa loge maçonnique au printemps 2020, à la suite d’accusations de communautarisme du CRIF[35].

Il est élu sénateur lors des sénatoriales de 1986[36].

De la Gauche socialiste à Pour la République sociale (1988-2005)

Fondateur avec Julien Dray de la Gauche socialiste en 1988, il s'oppose à la politique d'ouverture du second septennat de François Mitterrand, prenant pour cible Michel Rocard et la « gauche molle », ainsi qu'à l'entrée de la France dans la première guerre du Golfe — contre la majorité de son parti et le président[22].

Lors du congrès de Rennes de 1990 où aucune motion n'atteint 30 %, l'aile gauche du parti part divisée en quatre, Jean-Luc Mélenchon conduit sa propre motion, qui obtient 1,35 % des voix. En , il dépose au Sénat une proposition de loi pour la création d'un « contrat de partenariat civil », texte précurseur de ce qui deviendra le Pacs en 1999[37].

En 1992, il appelle à voter pour le traité de Maastricht, qu'il considère comme un « compromis de gauche ». Dans un discours au Sénat, il considère que la monnaie unique est l'instrument majeur qui permettra à l'Europe d'être « porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité » contre le dollar, qui « porte la violence »[38]. Dans cette logique, il regrette le vote des Danois sur le traité de Maastricht, affirmant : « Si cruel que ce soit à entendre, les peuples peuvent se tromper. Le nôtre s'est déjà trompé et on sait de quel prix il faut payer dans l'histoire le fait d'avoir manqué le train qui passait[38]. »

Tout en continuant à défendre l'existence de la monnaie unique, il regrette rapidement son choix sur le traité de Maastricht[39] et dépose avec la Gauche socialiste un amendement, intitulé « Tourner la page de Maastricht », à une convention du PS de 1996[40]. Il déclare par la suite que ce sont les opposants à ce traité qui avaient raison et que l'objectif affiché à l'époque est un « échec total »[41].

Courant longtemps stable et solide, la Gauche socialiste présente sa propre motion lors de trois congrès du PS jusqu'à sa disparition en 2002. Elle obtient des scores oscillant entre 7,3 % et 13,3 % des suffrages exprimés.

Bien que mitterrandiste, Jean-Luc Mélenchon soutient en 1993 l'accession de Michel Rocard au poste de Premier secrétaire du Parti socialiste, ce qui lui permet d'accéder lui-même à la direction du Parti, puisqu'il devient chargé de la presse : « Rocard, qui plaidait pour le consensus quand il était à Matignon, ne parle plus d’alliance avec les centristes mais d’un axe avec les socialistes, les communistes et les écologistes. Voilà le changement… »[42].

Lors du congrès de Brest en 1997, Jean-Luc Mélenchon se présente au poste de premier secrétaire du PS : seul concurrent face à François Hollande[AA 9], il obtient 8,81 % des voix, un score inférieur à celui de la motion de la Gauche socialiste et vit cette défaite comme une humiliation[AA 10]. En 2009, il affirme que François Hollande n'a pas tenu sa parole de lui accorder un score de 15 % conformément à leur accord et indique lui avoir dit qu'il ne lui « pardonnerai[t] jamais »[43],[44].

Les 22 et , il va à l'encontre de la position du parti et est l'unique sénateur du groupe socialiste à voter contre le projet de loi d'intégration de la Banque de France au système européen de banques centrales[45] et contre la résolution sur le passage à l'euro[46]. Il affirme à cette occasion que face au « capitalisme transnationalisé », l'intégration économique européenne « donne l'illusion de la puissance, alors qu'elle est, au contraire, le moyen d'un enfermement »[47],[48]. À la suite de ce vote, il est sanctionné, comme cinq autres parlementaires, par le bureau national du Parti socialiste et reçoit du premier secrétaire, François Hollande, une lettre de blâme[49].

Jean-Luc Mélenchon et ses collègues du courant de la Gauche socialiste s'opposent, les mois suivants, au traité d'Amsterdam, qu'ils critiquent notamment pour l'absence de gouvernement économique et le manque d'avancée vers l'Europe sociale. Selon eux, ce traité constitue une menace pour le modèle social français et ne peut mener qu'à « de graves risques sociaux, économiques, dangereux pour la démocratie »[50]. Lors de la ratification du traité en Congrès le , il fait partie des cinq parlementaires du groupe socialiste à voter contre le texte[51].

En , il accepte de participer au gouvernement de cohabitation de Lionel Jospin comme ministre délégué à l'Enseignement professionnel auprès du ministre de l'Éducation nationale Jack Lang, après avoir refusé les secrétariats d'État au Logement en 1997[2] et à l'Outre-Mer[22]. Son passage à ce ministère délégué est notamment marqué par une réforme des certificats d'aptitude professionnelle (CAP), une réforme de la validation des acquis, et la création du label « lycée des métiers »[52]. Il occupe cette fonction jusqu'à l'élection présidentielle de 2002, qui voit le Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, éliminé au premier tour.

Tirant le bilan de la défaite électorale d', lorsque la composante animée par Julien Dray fait le choix de passer dans l'équipe de François Hollande, Jean-Luc Mélenchon cofonde le courant Nouveau Monde, avec Henri Emmanuelli. Leur motion obtient 16,3 % des voix au congrès de Dijon, un score équivalent à celui du NPS, l'autre principale formation de l'aile gauche du parti.

 
Olivier Besancenot, José Bové et Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting pour le non au référendum sur la Constitution européenne.

Après la victoire du « oui » au référendum interne au Parti socialiste sur le projet de traité établissant une Constitution pour l'Europe, il enfreint les consignes de son parti et fait campagne aux côtés de Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) et José Bové (Confédération paysanne) lors de meetings pour le « non ». La campagne du « non » amène l'éclatement de Nouveau Monde : alors qu'Henri Emmanuelli crée un nouveau courant, Alternative socialiste, Jean-Luc Mélenchon crée Trait d'union (TU). Il fonde dans le même temps l'association Pour la République sociale (PRS), en dehors du Parti socialiste, dans le but de formuler et de faire vivre une orientation « républicaine et antilibérale » dans la gauche française. PRS se prononce pour une force politique nouvelle qui prenne en compte à la fois l'échec de ce qui fut le modèle soviétique[53] et l'« impasse » d'une social-démocratie européenne accompagnant les « réformes » du néolibéralisme[54],[55],[56].

Il défend l'idée selon laquelle le candidat socialiste pour l'élection présidentielle de 2007 doit être une personne qui a défendu le « non » au référendum sur la Constitution européenne, car cette échéance coïncide selon lui avec le calendrier européen pour une renégociation du traité constitutionnel, qui devrait s'appliquer à partir de 2009. Dans cet esprit, pour Jean-Luc Mélenchon, Laurent Fabius est le mieux placé pour l'élection présidentielle de 2007[57].

Dernières années au Parti socialiste (2005-2008)

Lors du congrès du Mans, en , Trait d'union dépose une contribution. L'aile gauche du PS, malgré le consensus de ses dirigeants sur la question européenne, part cependant divisée, TU rejoignant la motion conduite par Laurent Fabius et soutenue par Marie-Noëlle Lienemann, tandis que les autres meneurs de l'aile gauche se rassemblent derrière la motion présentée par le NPS. La première obtient 21,2 %, la seconde 23,6 %, tandis que les militants reconduisent la majorité sortante de François Hollande (53 %). Dans le cadre de l'élection primaire organisée un an plus tard au PS pour départager les candidats à la candidature socialiste à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon apporte à nouveau son soutien à Laurent Fabius.

 
Jean-Luc Mélenchon en 2005.

À ce titre, il déclare en  : « Il n'y a pas cinquante candidats pour l'élection présidentielle de 2007 au PS, au point où nous en sommes, il n'en reste que deux : Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn. Ce sont deux hommes intelligents, qui ont bonne mine, mais il faut bien les démarquer sur quelque chose donc sur leurs idées et leurs engagements. […] Je souhaite que le PS ne fasse pas l'erreur d'aller présenter un candidat qui aurait été partisan du oui [à la Constitution européenne, ce qui est le cas de Dominique Strauss-Kahn]. Par raisonnement, je déduis que c'est Laurent Fabius qui doit être candidat. […] Fabius a été ministre, il est capable de diriger le pays. Je vais le soutenir, mais pas de chèque en blanc[58]. » Le surlendemain de l'investiture de Ségolène Royal par le Parti socialiste, à laquelle il s'était opposé[59], il assiste à un meeting de la gauche antilibérale, laissant planer le doute sur son éventuel soutien à sa candidature à l'élection présidentielle[60].

Après l'échec des collectifs unitaires à se réunir derrière une candidature commune, il écrit sur son blog : « Une partie de l'électorat politisé de la gauche se démobilise. Il ne se sent pas représenté. Une partie de la population électorale parmi les désemparés (par la dureté de la vie) — désorientés (par l'absence d'alternative politique radicale intelligible) va continuer à flotter entre l'indifférence écœurée et les poussées de colère électorale aveugle. Enfin, la centralité de la candidature socialiste à gauche est désormais totale, que cela plaise ou pas, parce qu'elle paraît la seule efficace pour atteindre le programme commun le plus élémentaire : être présent au deuxième tour et battre la droite[61] », affirmant donc son soutien à Ségolène Royal. La défaite de cette dernière au second tour du scrutin présidentiel, face au candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy, l'amène à critiquer de manière très vive la stratégie de l'ex-candidate, notamment par le biais de son livre En quête de gauche.

À l'occasion du congrès de Reims en , Trait d'union dépose une nouvelle contribution. Appelant à l'union de toutes les tendances de l'aile gauche du PS, Jean-Luc Mélenchon parvient très tôt à un accord avec le courant Forces militantes animé par le député nordiste Marc Dolez. Mais les autres tendances, rassemblées autour du Nouveau Parti socialiste de Benoît Hamon et Henri Emmanuelli, hésitent longtemps entre cette stratégie et un soutien à la motion conduite par Martine Aubry et Laurent Fabius. La veille du dépôt des motions, un accord est finalement conclu entre les sept contributions de l'aile gauche du PS, et Jean-Luc Mélenchon fait partie des signataires de la motion C intitulée « Un monde d'avance », conduite par Benoît Hamon[62]. Il a qualifié ce rassemblement d'« événement historique »[63] : cette motion rassemble en effet pour la première fois toutes les sensibilités de l'aile gauche du PS, avec des personnalités emblématiques de cette tendance comme Gérard Filoche, Marie-Noëlle Lienemann ou Paul Quilès.

Le , les militants socialistes votent pour départager les différentes motions. La motion soutenue par Ségolène Royal arrive en tête avec environ 29 % des suffrages exprimés, tandis que celle conduite par Benoît Hamon arrive en quatrième position avec 18,5 %. Pour Jean-Luc Mélenchon, c'est une victoire de la majorité sortante, qui emporte 80 % des suffrages et, parmi ces voix, quelques unes prônent l'alliance au centre[64]. S'estimant trop éloignés de cette tendance au point qu'il ne soit pas utile de prendre part au congrès, Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez annoncent le leur décision, « par fidélité à leurs engagements » et dans un souci d'indépendance d'action, de quitter le Parti socialiste, pour créer un nouveau mouvement « sans concession face à la droite »[65].

Ils annoncent « la construction d'un nouveau parti de gauche », simplement intitulé le « Parti de gauche » (sur le modèle allemand de Die Linke), et appellent « à la constitution d'un front de forces de gauche pour les élections européennes »[66]. Le , à l'occasion d'une rencontre avec le Parti communiste français, les deux partis ont annoncé leur alliance sous forme de « partenariat », dans le cadre d'un « front de gauche pour une autre Europe démocratique et sociale, contre la ratification du Traité de Lisbonne et les traités européens actuels ». Le meeting de lancement du Parti de gauche se tient le à Saint-Ouen, en présence du coprésident de Die Linke Oskar Lafontaine[67].

Fondation et émergence du Parti de gauche (2009-2012)

 
Jean-Luc Mélenchon, lors d'un meeting du Front de gauche en .

Le Parti de gauche (PG) est fondé le lors du Congrès de Limeil-Brévannes, en présence de quelque six cents délégués venus de tous les départements dans lesquels des comités du parti se sont formés. Jean-Luc Mélenchon est élu président du bureau national, puis coprésident de ce parti (en binôme avec Martine Billard) lors du congrès du Mans en .

À l'occasion de cette fondation s'inspirant du modèle de Die Linke, un secrétariat national (SN) au combat écologique (confié à Corinne Morel Darleux) est fondé pour réconcilier socialisme et préservation des ressources de la planète Terre. Il s'inspire en partie des théories de la décroissance pour réaffirmer l'idée forte d'une organisation de gauche sociale et écologique. Le développement des énergies alternatives, du fret et du ferroutage sont donc des chevaux de bataille décisifs pour le PG et son président Mélenchon qui considère qu'« écologie et capitalisme sont incompatibles »[68].

Bien qu'il ait réalisé l'essentiel de sa carrière politique dans l'Essonne, la répartition des candidatures au sein du Front de gauche l'amène à conduire la liste présentée par la nouvelle alliance dans la circonscription Sud-Ouest lors des élections européennes de . Cette liste obtient 8,15 % des suffrages exprimés, le meilleur résultat du Front de gauche, et lui permet de devenir député européen. Selon Lilian Alemagna et Stéphane Alliès[37], son appartenance à la franc-maçonnerie aurait pesé dans le choix du Sud-Ouest, dont Jean-Luc Mélenchon apprécie la tradition radicale et laïque[69].

Il entretient des relations plus développées avec les élus européens du sud de l'Europe qu'avec les Allemands de Die Linke et plusieurs autres élus des pays du nord et de l'est du continent[70]. Il est, lors de la mandature allant de 2009 à 2014, quatrième vice-président de la commission des Affaires étrangères de l'Union, même s'il n'a été présent à aucune des réunions en 2013[71].

Dès lors, en , il se dit disponible pour se présenter aux élections régionales françaises de 2010 en tant que tête de liste dans la région Languedoc-Roussillon[72]. Puis, à la suite de l'affaire Jean Sarkozy portant sur la direction de l'EPAD, situé dans le département des Hauts-de-Seine, au sein du quartier de la Défense, il signale sa disponibilité pour mener la liste Front de gauche en Île-de-France pour remporter la bataille de la direction à gauche. Pierre Laurent, futur secrétaire fédéral du PCF, conduit le Front de gauche en Île-de-France, Jean-Luc Mélenchon n'étant pas candidat aux élections régionales.

Candidature présidentielle de 2012

Pressenti candidat à l'élection présidentielle[73], Jean-Luc Mélenchon connaît en octobre et en une percée médiatique, de par une présence importante dans la presse et à télévision, mais aussi lors de manifestations[74],[75],. Son ouvrage Qu'ils s'en aillent tous !, pamphlet contre les élites[73] et avant-goût de programme électoral[76], connaît de très bons chiffres de ventes (16 000 exemplaires en un mois[73], 50 000 en trois[77]). Il s'y créé un personnage populaire, qui « parle au peuple à la façon du peuple », s'opposant à l'élite strauss-kahnienne — Dominique Strauss-Kahn est à ce moment le favori du Parti socialiste[76]. Le résultat immédiat de cette communication est cependant très mesuré, sa popularité et ses résultats dans les sondages préélectoraux étant toujours faibles[76],[74].

Mélenchon propose officiellement sa candidature le [78]. Il obtient successivement le soutien du Parti de gauche, de Gauche unitaire et de la Fédération pour une alternative sociale et écologique. Le , 63,6 % des huit cents délégués du Parti communiste français réunis lors d'une conférence nationale à Montreuil votent en faveur d'une résolution politique incluant la candidature de Jean-Luc Mélenchon en vue de l'élection présidentielle de 2012[79]. Lors d'une consultation interne qui se tient du au , les militants communistes se prononcent majoritairement en faveur de sa candidature (59,12 %) face à celles d'André Chassaigne (36,82 %) et d'Emmanuel Dang Tran (4,07 %). Jean-Luc Mélenchon devient ainsi le candidat officiel du Front de gauche pour l'élection présidentielle de 2012[80],[81],[82]. Il reçoit le soutien de l'ensemble des composantes du Front de gauche, d'autres partis comme les Alternatifs, et de plusieurs dirigeants du Nouveau Parti anticapitaliste qui le préfèrent au candidat présenté par leur parti, Philippe Poutou[83].

 
Jean-Luc Mélenchon lors de son dernier meeting de campagne, le .

Au cours de sa campagne, Jean-Luc Mélenchon tient de nombreux meetings qui connaissent de vrais succès d'affluence[84]. Il rassemble jusqu'à cent vingt mille personnes, selon les organisateurs, lors d'une « marche pour la Sixième République » organisée place de la Bastille, à Paris, le [85]. Le candidat du Front de gauche connaît une progression constante dans les sondages ; le sondeur CSA lui attribue ainsi 13 % d'intentions de vote le [86]. Le , en recueillant 14 % des intentions de vote selon un sondage BVA[87], il confirme cette dynamique positive en dépassant, dans ce sondage, François Bayrou et Marine Le Pen qu'il prend souvent pour cible dans le cadre de sa campagne. Le , le Front de gauche réunit vingt-trois mille personnes lors de son meeting à Lille[88]. La semaine suivante, après deux meetings en salle comble, à Vierzon et Limoges, il réunit près de soixante-dix mille personnes place du Capitole à Toulouse et près de cent vingt mille, selon les organisateurs[89], sur la plage du Prado à Marseille le .

Le , il reçoit le soutien du président équatorien Rafael Correa[90]. Lors de la dernière semaine de l'élection, sa présence, quatre ans auparavant en 2008, lors la remise de la Légion d'honneur à Patrick Buisson est évoquée provoquant une courte polémique[91],[92]. Le , un manifeste intitulé « Pour nous, c'est Mélenchon » est lancé par plus de mille universitaires, chercheurs, artistes « travailleurs de la culture » appelant à voter en sa faveur[93].

Totalisant 11,10 % des voix (3,98 millions de voix) au premier tour[94], Jean-Luc Mélenchon termine quatrième de cette élection présidentielle, derrière Marine Le Pen et devant François Bayrou.

Selon Le Figaro son score ajouté à ceux du NPA (1,15 %) et LO (0,56 %) revient au total de ceux du PCF et des deux partis d'extrême-gauche à la présidentielle de 2002[95], qui avait ensuite été divisé par deux par le vote utile à la suivante, en 2007, où ces trois partis n'avaient réuni que 7%, dont 1,93 % pour le PCF, 1,33% pour LO et 4,08% pour le NPA, tandis qu'EÉLV s'était effondré à 1,57% contre 5,25% en 2002.

En appelant dès le soir du premier tour à voter contre Nicolas Sarkozy, il demande à ses électeurs de voter « sans demander rien en échange » pour le candidat du Parti socialiste François Hollande, sans toutefois prononcer le nom de ce dernier[96].

Selon un sondage OpinionWay-Fiducial-Le Figaro conduit le jour du vote du premier tour de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a dépassé son score général, dans plusieurs catégories à qui il s'était adressé en particulier : 15 % chez les ouvriers, 14 % chez les professions intermédiaires, 18 % chez les intérimaires, 17 % chez les personnes vivant dans un foyer dont les revenus mensuels sont inférieurs à 999  par mois, 23 % chez les électeurs de confession musulmane, 18 % chez les « sans-religion » et 16 % chez les 18 à 24 ans[97].

Candidature aux législatives de 2012 dans le Pas-de-Calais

À l'issue de la présidentielle, il se présente aux élections législatives dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais, où le quart des électeurs habite Hénin-Beaumont, ville où Steeve Briois (Front National) avait été élu maire dès le 1er tour en 2014, et où se présente aussi Marine Le Pen, à qui il espère « faire barrage »[98].

Pendant cette campagne, il est notamment la cible d'une opération de propagande noire des militants du front national, qui confectionnent et diffusent dans la circonscription, en se faisant passer pour des militants du Front de gauche, un faux tract rédigé en arabe appelant à voter pour Jean Luc Mélenchon. Marine le Pen reconnait les faits et se félicite d'avoir réussi un « coup médiatique »[99].

Jean-Luc Mélenchon obtient 21,5% des votes exprimés au premier tour, juste derrière les 23,7 % de Philippe Kemel (PS) mais loin derrière les 42,3% de Marine Le Pen[100]. N'ayant pas atteint le seuil de 12,5 % des inscrits, il ne peut se qualifier pour le second tour et appelle à faire battre la candidate frontiste. Philippe Kemel est ainsi élu de justesse au second tour, malgré 4 414 voix gagnées par Marine Le Pen entre les deux tours.

Même si la presse y voit un second échec après la présidentielle, il relativise en soulignant sa progression de 965 voix par rapport à la présidentielle[101] dans cette circonscription ouvrière et populaire, située au coeur du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, où il a une semaine avant le 1er tour participé à une marche de 6 000 personnes commémorant celle des femmes résistantes vers les grands bureaux de la Compagnie des mines de Courrières à Billy-Montigny, menées par Emilienne Mopty en pleine grève des mineurs de mai-juin 1941.

Opposant sous la présidence Hollande (2012-2017)

Le , Jean-Luc Mélenchon rencontre Julian Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres, prenant la défense du fondateur de WikiLeaks, menacé d'extradition vers les États-Unis pour des crimes qu'il nie avoir commis[102].

Il se rend, le , sur la tombe de Chokri Belaïd, homme politique tunisien assassiné quelques jours avant son arrivée au Maghreb[103],[104].

 
Marche citoyenne pour la VIe République, place de la Bastille, le .

Au printemps 2013, Jean-Luc Mélenchon appelle à une manifestation de masse, baptisée « Marche citoyenne pour la VIe République », organisée à Paris le par le Parti de gauche entre la place de la Bastille et la place de la Nation[105]. Elle réunit cent quatre-vingt mille personnes selon les organisateurs et trente mille selon la préfecture[106].

Le , il dirige à Paris une nouvelle manifestation pour la « révolution fiscale », protestant notamment contre les hausses de TVA décidées par le gouvernement Ayrault. Elle réunit cent mille personnes selon les organisateurs et sept mille selon la police. Une polémique concernant ces chiffres, ainsi que les conditions d'une interview donnée à la chaîne TF1, mettent en cause Jean-Luc Mélenchon[107] ainsi que les rôles de différents médias[108]. L'association de critique des médias proche de la gauche antilibérale Acrimed, publie peu après un récapitulatif de la couverture médiatique de l'événement[109].

Il est à nouveau désigné tête de liste du Front de gauche pour les élections européennes de 2014 dans la circonscription Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon). Dans le cadre de ce scrutin, il se dit pessimiste sur l'avenir de la monnaie unique européenne : « La question n'est pas de savoir si on doit sortir de l'euro mais quand et comment on le fera[110]. » La liste qu'il mène obtient un élu avec un score de 8,57 % et arrive en sixième position, ce qui lui permet d'être réélu député européen le .

Au niveau national, le Front de gauche obtient 6,6 %. Pour le politologue Thomas Guénolé, Jean-Luc Mélenchon est responsable de la démobilisation des électeurs du parti. Selon lui, ses discours commencent principalement par des critiques de l'action gouvernementale alors qu'il devrait développer les propositions proches des électeurs « d'extrême gauche et de gauche socialiste » ; il déplore par ailleurs une « agressivité formelle », qui ne serait pas nécessaire compte tenu de sa notoriété, tout en concluant pour la prochaine présidentielle : « Je ne vois pas qui dans cette portion du paysage politique se révélerait d'ici là plus charismatique, meilleur orateur ou meilleur débatteur que lui[111]. » Si Jean-Luc Mélenchon reconnaît un « échec » du Front de gauche, il en rejette la responsabilité sur le Parti communiste et les accords électoraux conclus entre celui-ci et le Parti socialiste aux élections municipales de [112].

Le , il annonce l'évolution de sa position au sein du Parti de gauche :

« Pour moi, ce n'est pas de me mettre en retrait, c'est m'utiliser autrement. J'ai fait mon temps à organiser la vie d'un parti. J'essaie de cristalliser quelque chose qui existe en dehors de moi. J'ai besoin de temps, je ne peux plus continuer comme cela[113]. »

Il annonce, le suivant, son départ de la direction du Parti de gauche et la création d'une direction collégiale[114]. Cette mise en retrait au sein du parti n'est pas une mise en retrait politique, et il déclare fin être « disponible » pour l'élection présidentielle de 2017[115].

En , il lance un appel pour un grand mouvement populaire en faveur d'une Sixième République[116].

Il milite pour une alliance Front de gauche-Europe Écologie Les Verts, en y engageant éventuellement l'aile gauche (« frondeurs ») du Parti socialiste, le Nouveau Parti anticapitaliste et Nouvelle Donne[117]. Son but est de créer un équivalent français à la coalition SYRIZA[117], qui a pris le pouvoir en Grèce à la suite des élections législatives grecques de janvier 2015. Ce projet déclenche des tensions entre l'aile droite d'Europe Écologie Les Verts (surtout représentée par Jean-Vincent Placé), favorable à un retour au gouvernement social-libéral de Manuel Valls[118], et l'aile gauche (surtout représentée par Cécile Duflot), plus sensible aux appels de Mélenchon[119],[120].

Candidature présidentielle de 2017

 
Jean-Luc Mélenchon, le à Paris, lors d'une manifestation contre la loi El Khomri.

Le sur TF1, Mélenchon annonce qu'il est candidat à l'élection présidentielle de 2017 et qu'il ne participera donc pas à la primaire de la Belle Alliance populaire[121]. Il propose une candidature « hors cadre de partis », donc hors du cadre du Front de gauche, et invite ainsi les citoyens à le soutenir, notamment sur le plan financier ; pour cela il lance le mouvement La France insoumise (LFI), dont l'outil principal est une plate-forme Internet participative[122].

 
Réunion publique à la Brest Arena, le .

Son mouvement et sa candidature reçoivent a posteriori le soutien des trois principales composantes du Front de gauche, à savoir le Parti de gauche[123], le mouvement Ensemble ![124] et le Parti communiste français[125], ainsi que de la Nouvelle Gauche socialiste fondée par d'anciens membres du PS[126] et de plusieurs membres d'Europe Écologie Les Verts comme la « Coopérative écologie sociale » avec le député Sergio Coronado[127], ou encore le maire de Grenoble, Éric Piolle[128].

À partir de , des enquêtes d'opinion donnent Jean-Luc Mélenchon devant le président sortant François Hollande comme devant le Premier ministre Manuel Valls en termes d'intentions de vote à la présidentielle et indiquent qu'il est le candidat préféré des sympathisants de gauche[129],[130]. Il publie en décembre le programme de La France insoumise (L'Avenir en commun, aux éditions du Seuil), qui entre directement dans le top 10 des ventes tous genres confondus selon le classement GFK/ LivresHebdo, puis se retrouvera en avec un total de 250 000 exemplaires vendus, ce qui selon Challenges « pulvérise les records »[131],[132],[133].

Stratégie numérique

Largement perçu par les organes de presse comme le meilleur orateur parmi les principaux candidats[134], Jean-Luc Mélenchon choisit d'opter pour une « stratégie numérique » visant à utiliser des médias nouveaux afin de pouvoir s'exprimer en dehors du cadre des médias traditionnels, sans pour autant les laisser de côté. Cette stratégie, inspirée de la campagne de Bernie Sanders aux États-Unis[135],[136], est initiée par Sophia Chikirou, sa plus proche conseillère et la « directrice de la communication » de sa campagne[137], Antoine Léaument étant responsable de la partie internet (Facebook, Twitter, Youtube)[138]. Il devient ainsi massivement suivi sur YouTube, puisque sa chaîne est la première parmi les personnalités politiques françaises avec plus de cent trente mille abonnés en [139],[140] — il dépasse les chaînes du président américain Donald Trump et de son adversaire Hillary Clinton durant le même mois[141] — puis plus de deux cent soixante-dix mille abonnés en [142]. Il y propose notamment une émission hebdomadaire, intitulée La Revue de la semaine. Pour son meeting sur l'esprit des sciences et du partage du , le candidat réalise également une première mondiale en étant présent à la fois à Lyon et, en « hologramme », à Paris[143],[144],[145]. Il est également soutenu durant toute la campagne par de nombreuses initiatives émanant du Discord insoumis, une plate-forme numérique depuis laquelle se coordonnent plusieurs milliers de sympathisants sur les réseaux sociaux.

Programme

Son programme reprend celui de 2012, « L'Humain d'abord », actualisé dans l'optique d'une réponse au changement climatique, et comporte comme grands axes : sortir des traités européens, construire une sixième république, mener une transition énergétique, et développer l'économie de la mer[136],[135]. Selon Damon Mayaffre, lors de cette campagne, « le mélenchonisme se présente […] de manière ambitieuse et officielle comme un « néohumanisme social et écologique », et revendique dans un même mouvement les Lumières et la Révolution jacobine comme passé, le socialisme comme présent et l'exigence écologique comme avenir »[146].

Selon les organisations non gouvernementales Action Santé mondiale, Action contre la faim, Care France et ONE, qui confrontent les propositions de chacun des candidats à l’élection présidentielle sur l'aide au développement pour les pays les plus pauvres, Mélenchon est le candidat le plus engagé en matière de solidarité internationale[147]. Cependant, le volet international de son programme pose plusieurs questions, notamment sur la volonté de rapprochement avec la Russie : Mélenchon souhaite faire retirer le système de défense antimissile de l'OTAN en Europe de l'Est avant de quitter l'organisation et convoquer une conférence internationale sur la Crimée afin de statuer sur de nouvelles frontières à la suite de l'annexion russe de 2014. Le candidat socialiste Benoît Hamon qualifie cette légitimation de l'invasion de fait « extrêmement dangereu[se] » alors que plusieurs historiens signent une tribune dans Libération contre cette proposition[148]. Pour la journaliste Aude Lorriaux de Slate, Jean-Luc Mélenchon est « le plus profondément féministe des cinq « grands »[c] candidats » et « est celui qui a le plus travaillé son programme […], son texte [étant] le plus pointu et le plus précis de tous les candidats » en ce qui concerne « la question des droits des femmes »[149].

 
Évolution des intentions de vote à l'élection présidentielle de 2017 : en rouge, celles de Jean-Luc Mélenchon, qui connaissent une forte augmentation en fin de campagne au détriment de Benoît Hamon (en rose).

Hostilités, traitement médiatique

Alors qu'il cherche à progresser chez les électeurs indécis et à atténuer l'image révolutionnaire qu'il mettait en avant durant sa précédente campagne présidentielle[150],[151], sa percée dans les sondages, où il passe en quelques semaines de 11 % à 19 %, fait de lui « la cible privilégiée de ses adversaires » selon L'Express, qui souligne qu'il avait été jusqu'ici épargné[152]. Le chef de l'État, François Hollande, déclare à son sujet que la classe politique a « besoin de renouvellement », ce qui, d'après L'Express, est une « façon d'enfoncer un peu plus Jean-Luc Mélenchon, élu depuis le début des années 1990 »[152]. Selon l'association de gauche Acrimed, il subit de la part des médias dominants « un déferlement de commentaires hostiles, outranciers et grossièrement partisans ». Acrimed estime que Libération et l'économiste François Lenglet tentent de le discréditer en comparant les insoumis à l'extrême droite[153]. D'après le journaliste politique Alexandre Poussart, la presse de droite tombe « parfois dans la caricature anticommuniste »[154]. Le journal de droite Le Figaro estime d'ailleurs que son programme est « délirant » et qualifie le candidat d'« apôtre des dictateurs révolutionnaires » (Chávez, Castro, Robespierre). Pour Mathias Reymond d'Acrimed, Jean-Luc Mélenchon subit un traitement médiatique qu'aucun autre politique n'avait subi avant lui, excepté Jean-Marie Le Pen en 2002[153]. Selon Thomas Guénolé, deux voire trois fois plus d'articles traitant de Jean-Luc Mélenchon (40 % à 65 %) que ceux traitant d'Emmanuel Macron (environ 28 %) ont une portée négative à la fin de la campagne[155]. Pour Marianne, la perspective de le voir au second tour déclenche un violent tir de barrage de la « presse conservatrice » : il est accusé d'être extrémiste, et son électorat est traité d'irresponsable. Marianne raille les craintes concernant le programme social de Mélenchon[d]. Selon le journal Les Échos, le candidat insoumis inquiète les marchés financiers à cause de son programme fiscal, qui prévoit de taxer à 100 % les revenus au-dessus de vingt fois le revenu médian, ce dernier étant à 1 800 euros[154],[156]. Une autre source d'inquiétude est une éventuelle sortie de l'euro s'il venait à être élu président de la République[e].

Échec et consigne pour le second tour

Jean-Luc Mélenchon termine finalement à la quatrième position, avec sept millions de voix et 19,58 %, derrière Emmanuel Macron (24,01 %), Marine Le Pen (21,30 %) et François Fillon (20,01 %). Jean-Luc Mélenchon arrive en première position dans les départements de la Seine-Saint-Denis, de la Dordogne, de l'Ariège, de la Guyane, de la Martinique, de La Réunion et à Saint-Pierre-et-Miquelon, mais sur ces sept départements et collectivité, quatre présentent la caractéristique d'un pourcentage de votes exprimés inférieur à 55 % des inscrits[157].

Pour le second tour, opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron, il renvoie dos à dos les deux qualifiés et ne donne aucune consigne de vote[158], refusant d'appeler au « front républicain » contre Le Pen, alors qu'en 2002, il avait appelé à voter Jacques Chirac contre le père de la candidate Jean-Marie Le Pen[159],[160]. Il appelle à la responsabilité de ses électeurs, tendant en grande majorité contre Marine Le Pen[161],[162], et invite les membres de La France insoumise à se positionner en votant sur la plate-forme Internet du mouvement, dont le résultat sera publié le [163]. Les membres de la plate-forme s'étant inscrits avant le à 22 h sont appelés à choisir entre l'abstention, le vote blanc ou nul, et le vote en faveur d'Emmanuel Macron seulement[164]. Le , Jean-Luc Mélenchon décide de ne pas indiquer précisément quel sera son vote personnel[162], tout en affirmant qu'il ne votera pas pour le Front national[165]. Il déclare qu'« il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce [qu'il va] faire » et qu'il se tient à cette position « pour que [ses soutiens puissent] rester regroupés »[166]. Lors de certaines interviews, dans cet entre-deux-tours comme lors de celui des élections législatives qui suivent, il appelle cependant à ne pas voter pour le FN[166],[167]. Selon Claude Askolovitch, Jean-Luc Mélenchon a voté Macron, contrairement à la plupart de ses proches ; le journaliste souligne qu'« il est resté dans la tradition des gauches et les scrupules de toute une vie. Il n’a pas pu le dire »[168]. D'après les études d'opinion, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont voté majoritairement pour Macron, alors que le sondage proposé sur la plate-forme Internet des Insoumis donnait le vote Macron à seulement 34 %[158].

Député de la XVe législature (2017-2022)

 
Jean-Luc Mélenchon (au centre) lors de la « fête à Macron », en 2018.

Jean-Luc Mélenchon conduit la campagne législative de pour son mouvement[169] et annonce sa candidature à Marseille, ville dans laquelle il est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle. Il se présente dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône, notamment face au député PS sortant, Patrick Mennucci[170]. Cette candidature est dénoncée par certains commentateurs et responsables politiques comme un « parachutage »[171],[172]. Candidat précédemment investi par La France insoumise dans cette circonscription, Gérard Souchet regrette qu'il ne s'attaque pas à une zone de force de l'extrême droite : « Je pensais qu'il se présenterait dans la troisième où il y a un vrai défi avec le Front national. Mais son équipe est traumatisée par l'échec de 2012 à Hénin-Beaumont »[170]. Mélenchon explique qu'il ne se présente pas dans la troisième circonscription afin de permettre l'élection de Sarah Soilihi[173], qui finalement n'est pas élue[174].

Lors de la campagne pour les législatives, Jean-Luc Mélenchon attaque l'ancien ministre de l'Intérieur, alors Premier ministre, Bernard Cazeneuve en déclarant qu'il « s'est occupé de l'assassinat de Rémi Fraisse », un militant écologiste tué par une grenade de gendarme en 2014. Ces déclarations suscitent des désapprobations et Cazeneuve porte plainte contre Mélenchon pour « diffamation »[175]. Celui-ci refuse de s'excuser, mais reconnaît un mot « mal calibré » en ayant parlé d'« assassinat »[176].

Au premier tour de l'élection législative dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon devance ses concurrents, avec 34,3 % des voix[177],[178]. Il est élu député au second tour, le , avec 59,8 % des suffrages exprimés, face à Corinne Versini, candidate de La République en marche, dans un contexte de forte abstention (64,2 %)[179],[180]. Il entre en fonction trois jours plus tard et devient membre de la commission des Affaires étrangères[181].

Après son élection, il cède sa place au Parlement européen à la communiste Marie-Pierre Vieu, qui le suivait sur la liste de candidature du Front de gauche dans la circonscription Sud-Ouest en 2014. Jean-Luc Mélenchon aurait préféré qu'elle cède sa place au suivant sur la liste, Manuel Bompard, qui a dirigé sa campagne présidentielle de 2017[182].

Alors que Jean-Luc Mélenchon, contrairement à une partie des autres députés de La France insoumise, est absent de la Fête de l'Humanité, le numéro un du PCF Pierre Laurent regrette qu'il ne cherche pas d'alliances avec les autres partis de gauche dont le Parti communiste français et indique : « Personne ne peut prétendre détenir la vérité à lui tout seul[183]. » En réaction, Jean-Luc Mélenchon évoque « une direction communiste en perdition, qui s'accroche, qui ne s'exprime plus que contre [lui] », et appelle les militants communistes à le rejoindre lors de la manifestation du pour s'opposer au projet de réforme du code du travail[184].

Le , Jean-Luc Mélenchon apprend par la presse que des partisans de l'« ultra-droite » auraient projeté des attaques armées contre des migrants, des lieux de culte musulmans et des hommes politiques, dont lui-même[185],[186]. Le meneur de ces militants ayant été arrêté au mois de juin, Jean-Luc Mélenchon interpelle à l'Assemblée nationale le Premier ministre, Édouard Philippe, déclarant qu'il aurait voulu être averti de la menace qui pesait sur lui. Philippe lui répond qu'une communication aurait pu fragiliser l'enquête[187],[188],[189], tandis que le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, dément le « sérieux » de la menace constituée par ce groupe[190],[191]. Lors du procès membres du groupuscule, qui se fait appeler OAS et se revendique du terroriste Anders Brevik, y compris son chef Logan Nisin, il apparait que les assassinats de Christophe Castaner et Jean Luc Mélenchon faisaient effectivement partie des projets d'attentats qui avaient été conçus[192],[193].

J.-L. Mélenchon figure en position non éligible sur la liste de La France insoumise aux élections européennes de 2019[194]. Celle-ci arrive en cinquième position avec 6,3 % des voix[195].

En , afin de mener la campagne présidentielle de l’année suivante, il cède la présidence du groupe LFI à Mathilde Panot[196].

Candidature présidentielle de 2022

 
Portrait de Jean-Luc Mélenchon en pixel art.

Le , invité sur le plateau du Journal de 20 heures de TF1, il annonce proposer sa candidature à l'élection présidentielle de 2022[197]. Il met une condition à cette candidature : il se présentera si au moins 150 000 personnes votent pour le soutenir sur une plate-forme numérique appelée « Nous sommes pour ! »[197]. Cette « investiture populaire » se base sur une proposition de la commission Jospin pour les candidatures présidentielles, suggérant de remplacer les actuelles 500 signatures d'élus par 150 000 parrainages citoyens[198],[199]. Il annonce avoir obtenu ces 150 000 signatures quatre jours plus tard[199],[198]. Quatorze mois après exactement, le , il annonce au grand jury RTL-LCI que ce nombre a quasiment doublé, passant à plus de 270 000 signatures[200].

Jean-Luc Mélenchon refuse de participer à la Primaire populaire, estimant que les différences programmatiques sont trop importantes[201],[202],[203]. Comme Yannick Jadot et Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon a demandé que son nom soit retiré du scrutin[204],[205] après la découverte d'une vidéo appelant à les dénigrer sur les réseaux sociaux[206],[207],[208] et suspendre leurs parrainages en lien avec le « serment de Romainville »[209],[210]. Après avoir échoué à présenter un candidat, la structure organisatrice de la primaire appelle néanmoins à voter pour Jean-Luc Mélenchon en mars 2022[211].

En décembre 2021, il annonce la création d'un « Parlement de l'Union populaire» qui vise à rassembler des personnalités extérieures à La France insoumise afin de soutenir sa candidature et de préparer la refondation de la gauche. Cette structure est dirigée par Aurélie Trouvé qui quitte la présidence d'Attac pour assumer cette charge, et accueille des universitaires, des responsables associatifs et syndicaux, des figures de différents mouvements sociaux ou encore des artistes[212],[213]. Elle accueille aussi des personnalités issues d'autres formations politiques de gauche, comme les partis communistes (Sébastien Jumel[214], Karine Lebon[215]...), EELV (Thomas Portes[216]) ou Génération.s (Ali Rabeh[214]).

En mars 2022, Jean-Luc Mélenchon est dans les sondages « nettement devant »[217] les autres candidats de gauche. Mélenchon affirme alors être le seul candidat de gauche à pouvoir accéder au second tour, un « storytelling » appuyé par l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, qui déclare : « Aujourd'hui, il est évident que le vote utile à gauche, c'est le vote Mélenchon »[218],[217]. Mélenchon, qui en 2012 critiquait ardemment le « vote utile » en le qualifiant de « camisole de force », utilise en 2022 l'expression « vote efficace »[219]. De même, Christiane Taubira déclare publiquement lors du dernier jour de la campagne officielle qu'elle votera pour Jean-Luc Mélenchon car « il est le seul candidat de gauche en mesure de barrer la route à l'extrême droite dès le premier tour »[220].

Il reçoit le 6 avril 2022 le soutien de l'ancien président brésilien Lula[221].

Résultat

Après avoir culminé à 18 % dans les sondages, il bénéficie du vote utile de la part de sympathisants d'autres partis de gauche, mais échoue au premier tour avec 21,95 % des voix, se plaçant à la troisième place à 1,2 % de Marine Le Pen et 5,89 % d'Emmanuel Macron[222]. Il progresse[f] par rapport à l'élection de 2017, époque où il était allié avec le parti communiste et avait perdu avec un score de 19,58 %[224],[223]. Au soir de sa défaite[225], dans une allocution, Jean-Luc Mélenchon déclare qu’une « nouvelle page du combat s’ouvre », appelant à « ne pas donner une seule voix à Marine Le Pen », mais sans appeler à voter pour Emmanuel Macron[224],[226].

Électorat

Dans une publication pour la fondation Jean-Jaurès, Jérôme Fourquet passe en revue les caractéristiques du vote Mélenchon au premier tour de l'élection présidentielle de 2022. D'un point de vue géographique, cet électorat est très présent dans les grandes villes, les villes universitaires, les territoires ruraux du sud de l'hexagone, les territoires ultramarins et les banlieues. Jean-Luc Mélenchon rencontre cependant plus de difficultés dans les fiefs traditionnels du PCF, ce qui est mis en relation avec la candidature concurrente de Fabien Roussel. En termes socioéconomique, son électorat paraît interclassiste. Il parvient en effet à obtenir le vote de cadres et professions intermédiaires tout en concurrençant le RN dans les classes populaires, étant dans ce cadre notamment performant chez les travailleurs se reconnaissant dans le syndicalisme (que Fourquet assimile aux restes du mouvement ouvrier) et chez les personnes ayant des revenus particulièrement bas (qui correspondent à des situations d'exclusion). La proportion de locataires est en outre largement plus importante que celle des propriétaires, suggérant un soutien des urbains connaissant des formes de précarité. Enfin la répartition du vote Mélenchon sur la pyramide des âges révèle une très forte surreprésentation des jeunes électeurs[227].

Il est le candidat pour lequel les électeurs âgés de 18 à 24 ans ont le plus voté[228]. Les détenus français ont largement donné leur voix à Jean-Luc Mélenchon[229].

Programme

Son programme est une version remaniée et actualisée de L'avenir en commun, son projet de 2017. Sa conception a profité des contributions du laboratoire d'idées « Intérêt général », constitué de hauts fonctionnaires proches de LFI, ainsi que celles d'économistes ayant rejoint la campagne[230],[231],[232]. Dans un entretien accordé à l'INA, Jean-Luc Mélenchon indique avoir voulu construire un programme comparable au programme commun de la gauche qui avait permis à François Mitterrand de « réussir l'union à la base quand l'union au sommet s'est dérobée » et ainsi de gagner en 1981, stratégie dont Jean Luc Mélenchon dit vouloir s'inspirer[233]. Le 12 mars 2022, Jean-Luc Mélenchon présente sur ses réseaux sociaux le chiffrage de L'avenir en commun et ses 690 propositions dans une émission en direct de trois heures où, notamment, il répond aux questions de quatre journalistes économiques[234],[235].

Symbolique

À partir d'octobre 2021, il recourt à l'expression « L'Union populaire » comme slogan voire comme nom de mouvement, ce qu'il assimile à une démarche d'ouverture vis-à-vis de personnalités et d'électeurs divers[236]. Les meetings sont marqués par la présence de nombreux drapeaux tricolores et par une musique de campagne qui est un remix du Chant du départ[237]. La tortue devient également un symbole utilisé avec humour par les sympathisants et Jean-Luc Mélenchon lui-même[238],[239],[240], faisant écho à une boutade lancée par le candidat lors d'un meeting de janvier 2022 à Nantes lorsqu'il avait ironisé « Faites confiance à une tortue électorale sagace comme moi. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et j’ai déjà épuisé quelques lièvres », en référence à une fable de La Fontaine et à son retard d'alors dans les sondages[241],[242].

Stratégie numérique

Comme en 2017, la campagne électorale mobilise des technologies numériques pour se démarquer. En plus de son activisme sur Youtube, Jean-Luc Mélenchon investit d'autres réseaux, comme la plateforme de streaming Twitch sur laquelle il lance un format intitulé « Twitchons »[243]. Face à la contrainte représentée par la crise sanitaire et les mesures de confinement, il diffuse le 29 novembre 2020 un meeting en réalité augmentée où il apparait entouré de décors numériques[244],[245]. En janvier 2022, il réalise à Nantes un meeting immersif et olfactif qui est présenté comme une première mondiale. Des images en rapport avec les thèmes abordés sont diffusées tout autour du public, permettant notamment d'évoquer les enjeux liés à l'espace ou aux fonds marins[246],[247]. Fin mars 2022, un jeu vidéo conçu par des militants bénévoles, intitulé LAECestTOI, est rendu disponible gratuitement afin de faire connaitre le programme de manière ludique[248],[249]. En avril 2022, son équipe rend disponible un filtre sur les réseaux sociaux faisant apparaitre un mini-hologramme du candidat appelant à se rendre aux urnes[250]. Le 5 avril, le dernier meeting de sa campagne, physiquement effectué à Lille, est retransmis en direct dans onze autres villes grâce à des hologrammes[251].

Élections législatives de 2022

Le 19 avril 2022, lors d’une interview sur BFMTV, il demande aux Français de l'« élire Premier ministre », en votant pour « une majorité de députés insoumis » aux élections législatives[252]. Quelques semaines plus tard, au début du mois de mai, est créée la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) qui regroupe plusieurs partis de gauche dont le Parti socialiste et le Parti communiste, et qui a pour but de remporter un maximum de sièges lors de législatives afin d’imposer une cohabitation au président Emmanuel Macron. Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon déclare qu’il ne « croit pas » qu’il sera candidat à l’élection présidentielle de 2027, lors de laquelle il sera âgé de 75 ans[253],[254]. Le 12 mai 2022, il annonce ne pas être candidat à sa succession aux prochaines élections législatives, expliquant sur son compte Twitter « céder la place » à Manuel Bompard[255]. Lors du premier tour des législatives, la NUPES et la coalition présidentielle sont au coude-à-coude en nombre de voix avec une légère avance (26,11 %), sur la coalition de la majorité présidentielle (25,82 %)[256]. Durant l’entre-deux tours Jean-Luc Mélenchon appelle notamment à la mobilisation des jeunes, chez lesquels le taux d’abstention est fort (69 % des 18-24 ans et 71 % des 25-34 ans ne sont pas allés voter au premier tour)[257].

Au soir du second tour, Manuel Bombard est élu député avec 73,92% des voix, succédant à Jean-Luc Mélenchon. Le soir-même, le leader de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (en mesure de devenir le premier groupe d'opposition parlementaire avec 131 sièges obtenus), qui quitte les bancs de l’Assemblée Nationale, déclare « changer de poste de combat », mais que son engagement « demeurera jusqu’à mon dernier souffle »[258]. Le lendemain, il demande à ce que la NUPES ne forme qu’un seul groupe à l’Assemblée.

Vie privée

Marié avec Bernadette Abriel durant son séjour à Besançon (puis divorcé), Jean-Luc Mélenchon a une fille, Maryline Camille[259], née en 1974[260], adjointe au maire du 4e arrondissement de Lyon de à [261] et épouse depuis 2016[262] de Gabriel Amard, secrétaire national du Parti de gauche et ancien maire de Viry-Châtillon[263].

Jean-Luc Mélenchon se montre discret sur sa vie privée. Il déclare être célibataire depuis son divorce[264]. Il déclare aussi être atteint de surdité depuis la naissance et de « père en fils »[265],[266].

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2017, Sophia Chikirou, sa conseillère en communication[267], dément des rumeurs selon lesquelles elle serait la compagne de Jean-Luc Mélenchon[268]. Elle avait été fin , brièvement et à deux reprises l'assistante parlementaire de Jean-Luc Mélenchon[269].

En , le site Mediapart écrit que Jean-Luc Mélenchon entretient « une relation extra-professionnelle » avec Sophia Chikirou. Il dément à son tour, en déclarant « Sophia Chikirou n'est pas ma compagne »[270] et dénonce une « agression » et une « ignominie », l'article de Mediapart relatant l'arrivée des policiers pour une perquisition au domicile personnel de Jean-Luc Mélenchon[271], où elle dormait selon lui dans la chambre d'amis, dans le cadre d'une quinzaine d'autres perquisitions visant l'utilisation de ses frais de campagne de 2017. Peu après, en , Le Point affirme à son tour que Sophia Chikirou est sa compagne, en précisant depuis au moins [272], et Closer publie une photo d'elle marchant à ses côtés en ville. Jean-Luc Mélenchon demande en référé le versement de dommages et intérêts de la part de Mondadori, qui édite Closer . En , il est débouté de sa demande et condamné à verser 2 500 euros pour frais de procédure[273].

Prises de position

Positionnement politique

Jean-Luc Mélenchon a traversé diverses tendances de la gauche, le trotskisme dans sa jeunesse, le socialisme — il a été au Parti socialiste pendant près de 30 ans, y occupant une place à l'aile gauche du parti —, puis un compagnonnage avec le parti communiste après son départ du PS en 2008[274],[275],[276],[277]. Selon l'historien Jean-Numa Ducange, Jean-Luc Mélenchon devient pour beaucoup le principal représentant de la gauche « historique » pendant les élections présidentielles de 2017, faisant un score de 20%, loin devant le candidat socialiste Benoît Hamon. Jean-Luc Mélenchon refuse les étiquettes de « gauche radicale » ou « extrême gauche » que lui attribuent la presse. Et, selon Jean-Numa Ducange, Jean-Luc Mélenchon n'a en effet rien d'un « gauchiste », ayant soutenu sans condition la « gauche plurielle » au pouvoir entre 1997 et 2002, et ayant lui-même été ministre de ce gouvernement entre 2000 et 2002[275]. Par contre, pour le journaliste politique Alain Duhamel, Jean-Luc Mélenchon est « évidemment » d'extrême gauche, en raison d'un programme de « rupture » qui veut « briser toutes les alliances » (euro, Union européenne, OTAN, OMC...), et propose de passer à une VIe République. Alain Duhamel estime également que Mélenchon a des références idéologiques, comme Chavez ou Castro, qui le positionnent à l'extrême gauche[277]. Cependant, selon l'historien Roger Martelli, le long passé socialiste de Jean-Luc Mélenchon contredit l’image restreinte de « gauche de gauche » et lui confère un « ancrage traditionnel »[276].

Il se qualifie lui-même de socialiste républicain, son ambition est de parvenir à « être le rassembleur de toute la gauche » sur une ligne politique antilibérale voire anticapitaliste, dans le cadre de ce qu'il désigne comme « révolution citoyenne », pour gouverner et transformer profondément la France dans le sens du progrès massif de l'intérêt général (refondation républicaine). Tout en se référant régulièrement à l'histoire du mouvement ouvrier, il tente aussi régulièrement de se démarquer du socialisme tel qu'il a été pratiqué dans le passé, notamment en URSS, déclarant que « la révolution citoyenne, ce n’est pas l'ancienne révolution socialiste ». Soutien des Gilets jaunes, il considère en que le mouvement social annonce une future « révolution citoyenne »[278].

Bien que ne les considérant pas comme des modèles à suivre[279],[280], Jean-Luc Mélenchon manifeste de l'intérêt pour les expériences sud-américaines boliviennes et vénézuéliennes respectivement pilotées par Evo Morales et Hugo Chávez[281]. Dans son programme pour l’élection présidentielle française de 2017, il propose que la France, et notamment les Antilles et la Guyane françaises, rejoigne l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA)[282],[283]. Ce positionnement lui vaudra le surnom de « Chávez français », utilisé par certains médias et adversaires politiques[284],[285],[286],[287].

À la fin des années 2000, il devient défenseur d'une « planification écologique »[288]. Celle-ci est moquée comme étant un « Gosplan » par Yannick Jadot, député européen Europe Écologie Les Verts (EELV), ainsi que par des membres du Parti socialiste, tandis que certains écologistes y sont attentifs, comme Jean-Paul Besset, qui estime qu'il s'agit d'une « véritable évolution et une rupture avec l'univers productiviste de la gauche traditionnelle »[289],[290]. Jean-Luc Mélenchon critique régulièrement EELV et déclare qu'« il ne peut pas y avoir de capitalisme vert »[291].

Sixième République et processus constituant

 
Processus constitutif de la 6e République selon La France insoumise ().

Jean-Luc Mélenchon plaide pour la convocation d'une assemblée constituante chargée de mettre en place une Sixième République. Ainsi, en clôture de l'université d'été du PG (Remue-Méninges en 2014), il déclare : « Et voilà pourquoi quand on change la règle du jeu, c'est-à-dire la Constitution, quand on élit une Assemblée constituante on décide de tout ça. Oui il faut élire une Assemblée constituante, avec des gens qui ne sont pas déjà élus dans une autre Assemblée, et qui ne seront ensuite élus nulle part. Comme ça ils font le travail et ils rentrent à la maison. Cincinnatus. Voilà. » Cincinnatus est une référence en matière d'histoire romaine antique, reprise également par Arnaud Montebourg à l'appui de son projet politique[292].

Durant les discussions des projets de lois pour un renouveau de la vie démocratique à l'été 2018, il signe des amendements visant à permettre aux électeurs de demander un référendum relatif à la convocation d'une assemblée constituante[293]. De plus, il porte en 2019 une proposition de loi visant à instaurer le référendum d'initiative citoyenne[294].

Écologie et énergie

Jean-Luc Mélenchon propose lors des élections présidentielles de 2012 et 2017 l'inscription d'une règle verte dans la Constitution française[295]. En matière d'énergie, le candidat propose une sortie de l'énergie nucléaire[296] avec pour objectif 100 % d'énergies renouvelables. Selon le magazine mensuel Capital cette mesure coûterait 217 milliards d'euros[297]. Le Monde, lui, modère cette somme en la comparant au coût du maintien estimé par eux entre 335 et 385 milliards d'euros[298].

En 2011, juste après la catastrophe de Fukushima, Mélenchon proposa un référendum pour sortir du nucléaire[299]. En , il se prononce en faveur d'une sortie totale du nucléaire civil avant 2030[300], avant de repousser cette échéance à 2050 à la suite du rapport de l’association NégaWatt[301].

Débat sur les dangers de l'énergie nucléaire

À l'occasion de la campagne présidentielle de 2022 Jean-Luc Mélenchon se positionne pour une sortie du nucléaire en France et la fermeture de toutes les centrales nucléaires[302].

Lors d'un meeting à la Défense le , Jean-Luc Mélenchon déclare : « S'il arrive quoi que ce soit à la centrale nucléaire qui est en amont de la capitale, il faudra évacuer 12 millions de personnes et ne pas revenir dans le secteur avant 20 000 ans. »[303]. Cette déclaration est largement contestée par des experts, qui assurent qu'une centrale nucléaire française ne pourrait pas exploser comme celle de Tchernobyl et que, même la catastrophe de Tchernobyl, plus grave incident nucléaire de l’Histoire, n’a entraîné l'évacuation de la population que dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale ukrainienne, ce qui en France correspondrait à quelques dizaines de milliers d’habitants. Si le critère de Greenpeace était utilisé, c'est-à-dire une zone d'évacuation d'un rayon de 80 km, 2,2 millions de personnes seraient déplacées[303].

Au cours de ce même meeting, Jean-Luc Mélenchon fait une remarque similaire sur la centrale nucléaire de Gravelines, située dans le Nord, et ajoute que les 58 centrales nucléaires françaises sont des cibles, faisant allusion à une « menace » qui « vient dorénavant de l’espace ». Il est alors critiqué par le candidat aux présidentielles du Parti communiste français Fabien Roussel, qui estime que Jean-Luc Mélenchon « agite des fantasmes », que la centrale de Gravelines est « déterminante pour faire fonctionner nos usines, notre industrie », et qu'il s'agit d'une électricité « décarbonée »[304].

Défense des éoliennes en mer par rapport au nucléaire

Le , Jean-Luc Mélenchon réitère son projet de sortir du nucléaire à l’horizon 2050 et insiste sur le potentiel de substitution des énergies renouvelables, notamment l’éolien en affirmant : « un réacteur nucléaire, c’est 45 éoliennes offshore »[305]. Cette affirmation est contestée par des internautes et commentateurs ; le service de vérification des faits de Libération rappelle alors que les réacteurs nucléaires en France ont une puissance comprise entre 900 et 1 450 mégawatts, contre 6 mégawatts pour une éolienne en mer standard[306],[307]. En tenant compte d'un facteur de capacité moyen de 40 % pour l’éolien (en raison de leur intermittence), il faudrait environ 250 éoliennes pour remplacer un réacteur nucléaire de 900 MW[307]. L'entourage du candidat justifie cette déclaration en précisant que Jean-Luc Mélenchon a visité les laboratoires de l'école centrale de Nantes, s'intéressant particulièrement aux études sur les éoliennes nouvelle génération : leurs pales feraient 250 m de diamètre, et leur potentiel de production unitaire serait de 20 MW, ce qui valide un nombre de 45 éoliennes pour remplacer un réacteur nucléaire. Mais ce potentiel de production reste pour l'heure théorique, alors que Jean-Luc Mélenchon a utilisé une formulation au présent[307],[308].

Planification et industries

Jean-Luc Mélenchon soutient la planification indicative et la renationalisation d'industries menacées[309],[288]. Il défend ainsi en la nationalisation de l'usine Luxfer produisant des bouteilles à oxygène médical[310].

Fiscalité et redistribution

Dénonçant un écart trop important des revenus, Jean-Luc Mélenchon défend l'instauration d'un salaire maximum pour limiter l'écart des salaires de 1 à 20 dans chaque entreprise[311]. De plus, l'ex-ministre défend l'augmentation du SMIC d'environ 200 euros[312]. Il propose par ailleurs de réaliser une « révolution fiscale » avec au total 14 tranches d'impôt et un taux d'imposition de 90 % pour les plus riches[313],[314].

Travail

Il est opposé à la loi Travail défendue en 2016 par la ministre socialiste Myriam El Khomri dans le gouvernement Valls sous le quinquennat de François Hollande. Il propose d'abroger cette loi s'il est élu président de la République en 2017[315], puis s'oppose de nouveau à la réforme du code du travail français de 2017 du gouvernement d'Édouard Philippe[316]. Pendant la campagne pour la présidence de la République en 2017, Jean-Luc Mélenchon milite pour la semaine de quatre jours et l'instauration d'une sixième semaine de congés payés[317],[318].

Dépendance et autonomie des personnes âgées

Jean-Luc Mélenchon souhaite qu'il n'y ait « plus d'Ehpad à but lucratif » et annonce au cours de la campagne pour l'élection présidentielle 2022 son intention de confier la gestion des maisons de retraite à des collectivités locales ou à des associations[319].

Retraites

Jean-Luc Mélenchon annonce le 17 février 2022, au cours de l'émission La France dans les yeux sur BFM TV[320], et en réponse à un retraité touchant à peine plus de 1 000 euros[320], qu'il projette d'instaurer pour les carrières complètes une retraite égale au minimum au niveau du SMIC après sa revalorisation, soit 1 400 euros net[320],[321]. Il précise que cette mesure est la plus coûteuse de son programme et serait financée par les 20 milliards d'euros provenant de la suppression du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), un dispositif instauré en 2014[320] et dont l'efficacité est contestée.

En 2019, dans le contexte du débat suscité par la réforme des retraites de 2020 portée par le second gouvernement Philippe, suivi d'un mouvement social, Jean-Luc Mélenchon avait proposé un âge de départ à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations, y compris les trimestres au RSA, financé par un surcroît de cotisations découlant directement d'une hausse des salaires[322]. Cette hausse pourrait être obtenue par divers moyens, par exemple la revalorisation du salaire des femmes au niveau de celui des hommes, ou bien la création d'un million d'emplois par la relance de l'économie, ou encore une surcotisation de deux points réservée aux salaires au-delà de 3 400 euros net[323].

Santé

L'ancien sénateur propose de mettre fin aux mutuelles de santé et instaurer à la place une sécurité sociale dite « intégrale » avec la généralisation du régime local d'Alsace-Moselle, remboursant l'ensemble des soins, y compris les appareils dentaires, optiques et auditifs[324],[325]. En 2017, le candidat à la présidentielle propose également la création de centres de santé publique avec des médecins fonctionnaires[326].

Pandémie de Covid-19

En mars 2020, dans le cadre de la pandémie de Covid-19, Jean-Luc Mélenchon réclame la nationalisation de Luxfer, entreprise productrice de bouteilles à oxygène ainsi que de Famar qui produit de la chloroquine[327].

En , il propose la levée des brevets sur les vaccins afin d'en faire des biens publics[328]. Durant l’été 2021, il critique la mise en place de l’obligation de présenter un passe sanitaire pour accéder à des lieux de culture, aux bars, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, trains ou bus pour les trajets de longue distance, etc. Il dénonce « une restriction considérable des libertés » et met en garde contre le risque d’une société du contrôle permanent[329].

En avril 2021, il recommande de se tourner vers les vaccins chinois, russes et cubains. En novembre, il déclare s'être fait vacciner et avoir pris rendez-vous pour la troisième dose[330].

Le , alors que le variant du Covid-19 Omicron se propage, il affirme que le pass vaccinal alors en vigueur est « 100% inefficace » et que le vaccin est une « raquette trouée »[331].

Sécurité

Jean-Luc Mélenchon a été le premier politique à « relancer la police de proximité dans le débat »[332],[333], en plaçant « son rétablissement au coeur de son programme électoral »[332],[333], notamment en 2016, doctrine défendue par son parti[334] qui constate « un problème de sécurité en France »[335], demande à soutenir « les policiers quand ils ont à subir des violences »[336] et à en recruter 10 000 de plus[335], mais dénonce aussi publiquement les slogans anti-police[337] du rappeur Soso Maness à la Fête de l'Humanité 2021[338] qu'il n'a jamais repris à son compte[339],[340]. Mélenchon veut une réforme « de la cave au grenier »[341], qui rendrait l'IGPN plus indépendante[341] et renforcerait la police judiciaire[341],[342], notamment ses moyens d'enquête[342]. Les différences dans ce domaine avec le candidat PCF Fabien Roussel tiennent « à peu de choses » selon ce dernier[343]. Souhaitant être « offensif sur le sujet », le député du Nord Ugo Bernalicis a fait intégrer un « livret thématique » dédié, comme pan essentiel du programme de Jean-Luc Mélenchon[344],[345],[346].

Commerce

S'opposant aux accords de libre-échange, Jean-Luc Mélenchon propose un protectionnisme dit « solidaire »[347]. Il vote par conséquent contre la ratification du CETA à l'Assemblée nationale en [348] et s'oppose, au Parlement européen, aux négociations du TAFTA, estimant que la France doit refuser l'accord[349].

Logement

Favorable aux logements sociaux, Jean-Luc Mélenchon annonce lors de la campagne présidentielle de 2022 avoir pour objectif la construction de 200 000 logements sociaux par an. Pour atteindre ce niveau, il affirme vouloir « réquisitionner des mètres carrés » dans les communes qui ne respectent pas le taux de logement social fixé par la loi SRU[350]. Il défend également la rénovation thermique des logements existants mal isolés[351].

Immigration

Selon 20 minutes, son discours sur l'immigration a évolué entre l’élection présidentielle de 2012 et celle de 2017[352] : après avoir régulièrement répondu en 2012 qu'elle « n’[était] pas un problème », il veut en 2017 « lutter contre les causes des migrations », fixant comme « première tâche » de « permettre à chacun de vivre chez soi »[352]. En 2011, quand Claude Guéant déclare que les Français « ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux » du fait d'une « immigration incontrôlée », Mélenchon écarte « l'idée d'une France blonde aux yeux bleus »[353],[354], et à la présidentielle qui suit, soucieux du « vivre ensemble », il prononce une « ode à la Méditerranée et au métissage »[352]. Les jours suivants, il baisse de 2 % dans un sondage[352], le journal L'Opinion parlant de voix perdues dans l'électorat populaire blanc[355] et son entourage de « vote utile pour Hollande »[352]. Sa campagne « réhabilite la classe ouvrière que le club Terra Nova voulait disqualifier »[356] et dénonce la note de 2011 où Terra Nova, proche du PS, conseillait de donner la priorité aux jeunes, femmes et immigrés[357],[358].

En au Parlement européen, il déclare souhaiter éviter que le recours aux travailleurs détachés européens ne « vole son pain au travailleur qui se trouve sur place »[359] puis écrit en dans son livre qu'« il vaudrait mieux que [les migrants] restent chez eux » en rappelant qu'il n'a « jamais été pour la liberté d'installation » en France[360]. Les leaders PS, PCF et EELV[g] l'accusent alors de « courir » après les électeurs de Marine Le Pen ou d'imiter le leader populiste italien Beppe Grillo.

Questionné à nouveau sur ce qui est présenté comme un « revirement »[361] à la présidentielle 2017[361],[362], il confirme l'importance du « droit de vivre et de travailler au pays (…) en Corrèze comme au Zambèze »[361] et insiste sur la lutte contre « les causes des migrations »[352], dénonçant l'Europe qui « impose le démantèlement des protections des agricultures vivrières du tiers monde et le démantèlement des droits de douane qui protègent les productions de ces pays »[362], d'où le « premier devoir » de « tarir le flux » de migration. Il rétorque cependant à François Fillon[363], que des quotas d'immigration seraient contournés et qu'« il faut parler de ce problème sérieusement »[364],[365]. En , « pris en étau » entre Olivier Besancenot et le ministre Benjamin Griveaux[366], qui tous deux lui reprochent d'être « nationaliste » sur cette question[366], il maintient que les vagues migratoires « peuvent poser de nombreux problèmes »[366] en particulier quand « certains s'en servent pour faire du profit sur le dos des malheureux »[366], et rappelle que Jean Jaurès et d'autres penseurs socialistes avaient fait le même constat[366]. Son programme concernant la question reste conservateur : maintien de l'aide médicale d'État créée sous Sarkozy en 2010, statu quo sur le regroupement familial, droit du sol intégral et accès à la nationalité française dans les cas où la présence sur le territoire est légale, régularisation des sans-papiers travaillant durablement[352],[367],[368].

Laïcité et religions

Jean-Luc Mélenchon défend l'application de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État et propose l'abolition du régime concordataire en Alsace-Moselle[369]. Il dénonce également le fait que le président de la République puisse accepter d'être nommé chanoine de Latran par le pape[370],[371],[372]. Il vote en 2004 l’interdiction du voile à l’école, tout en dénonçant un débat « piégé » par les « instrumentalisations racistes »[373].

En 2010, commentant la décision du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) de présenter une femme voilée aux élections régionales, Jean-Luc Mélenchon déclare : « le débat politique ne doit pas aller sur le terrain religieux. […] On ne peut pas se dire féministe en affichant un signe de soumission patriarcale. […] En ce moment, on a le sentiment que les gens vont au-devant des stigmatisations : ils se stigmatisent eux-mêmes — car qu'est-ce que porter le voile, si ce n'est s'infliger un stigmate — et se plaignent ensuite de la stigmatisation dont ils se sentent victimes[374],[375]. » Pendant la campagne présidentielle de 2017, invité de L'Émission politique, il réaffirme considérer le voile islamique comme un signe de soumission et le compare à un « chiffon sur la tête »[375].

Après les attentats de , il écrit : « Je conteste le terme d'islamophobie, quoique je le comprenne. Ce sont les musulmans qui pensent qu'on leur en veut parce qu'ils sont musulmans. Moi, je défends l'idée qu'on a le droit de ne pas aimer l'islam ; on a le droit de ne pas aimer la religion catholique et que cela fait partie de nos libertés »[375].

Le lendemain de l'attaque de la mosquée de Bayonne le par Claude Sinké, qui blesse deux personnes par balles et tente d'incendier la porte, Libération diffuse un tweet informant que « plus de cinquante personnalités appellent à manifester le à Paris contre la stigmatisation des musulmans de France »[376] et un projet de tribune « Stop à l'islamophobie »[377]. La CGT, l'UNEF, la Ligue des droits de l'Homme et plusieurs partis politiques, dont EELV, le PCF et celui de Jean-Luc Mélenchon y participent, ce qui fait dire à ses détracteurs qu'il a changé de discours sur l'islamophobie[375]. Le jour de la manifestation, Jean-Luc Mélenchon rappelle que « la question posée aujourd'hui n'est pas du tout celle du droit ou non de critiquer une religion »[375], tandis que Samuel Grzybowski révèle que le texte a d'abord été rédigé sur un document Google Doc partagé en ligne, modifiable et sans la liste des signataires[376].

Mélenchon reçoit des critiques de gauche à droite de l'échiquier politique, en raison de l'identité de plusieurs signataires de la tribune[378] en particulier le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), accusé de liens avec les Frères musulmans. À LFI, Éric Coquerel affirme qu'il ne connaissait pas le nom de « tous les organisateurs »[379]. La presse note que le PS a renoncé à y participer et que si tous les députés LFI ont signé l'appel[380], François Ruffin et Adrien Quatennens, des Hauts-de-France, sont absents[381]. Ce dernier, no 2 du parti déclare « la prochaine fois, on écrira notre propre texte, il n’y aura pas d’ambiguïtés » et ne pas être « dupe du fait que certains, une minorité, utilisent le terme d’islamophobie en considérant que ça va annihiler demain toute capacité à critiquer la religion »[382]. Accusé de « renier » ses idéaux, il répond qu'il signe un texte pour son contenu et pas en raison de ceux dont il découvre ensuite qu’ils l’ont également signé[383]. À cette occasion, certains commentateurs dans les colonnes de l'hebdomadaire Marianne rappellent son amitié avec le dessinateur Charb, assassiné avec ses collègues de Charlie Hebdo par des islamistes, précisément en raison de sa supposée islamophobie[384],[385]. Comme le numéro 2 du PCF Ian Brossat ou le leader de la CGT Philippe Martinez[386], Mélenchon est dans la manifestation, à l'occasion de laquelle des groupes militants profitent de l'occasion de la manifestation pour critiquer la loi scolaire anti-signes religieux de 2004[réf. nécessaire].

Condition animale

Il modifie ses pratiques alimentaires pour prendre en compte la « nécessité de réduire la consommation de protéines carnées et de soulager la souffrance animale »[387]. L'association L214 le considère comme le seul candidat qui « agit pour les animaux » dans son évaluation des programmes des candidats à l'élection présidentielle de 2017, lui attribuant une note qui le place en tête des onze candidats[388].

Agriculture

Opposé à l'agriculture intensive et productiviste, Jean-Luc Mélenchon défend un modèle agricole alternatif d'agriculture paysanne. Il souhaite ainsi réduire l'utilisation des pesticides et favoriser l'agriculture biologique[389],[390],[391]. Il vote pour l'interdiction du glyphosate à l'Assemblée nationale en 2018[392].

Éducation et enseignement supérieur

Défenseur de la gratuité de l'université, Mélenchon propose également en 2017 de créer une allocation d’autonomie de 800 euros par mois pour les étudiants[393]. Néanmoins, la mesure de gratuité de Mélenchon est critiquée par Arnaud Parienty, professeur de sciences économiques, qui la considère « décalée », étant donné qu'elle ne concerne que les universités, sans prendre en compte les frais de par exemple les écoles de commerce[394]. Lors de la présidentielle de 2022, le candidat propose de nouveau une allocation pour les étudiants et élèves des lycées professionnels à 1 063 euros par mois[395]. Cette mesure ainsi que l'extension du revenu de solidarité active sont critiquées par la droite qui dénonce une politique « d'assistanat »[396].

Jean-Luc Mélenchon s'oppose à la loi ORE à l'Assemblée nationale, qui pour lui instaure une « sélection » à l’entrée de l’université. Le député estime alors que les étudiants doivent avoir « la liberté de choisir personnellement les études »[397].

Enseignement des langues en France

Il est opposé « à ce que des groupes de locuteurs aient des droits particuliers », mais approuve « la pratique des langues régionales »[398]. Ses prises de position sur l'enseignement de la langue bretonne par les écoles Diwan et le financement de ces écoles par l'État[399], ainsi que sur certains régionalistes bretons lui attirent l'opposition d'autonomistes bretons, de linguistes[400] et de socialistes de la région Bretagne, qu'il avait accusés de favoriser les « autonomistes », lors de l'organisation de la Breizh Touch, en à Paris[401].

En 2012, Jean-Luc Mélenchon signe la pétition pour l'admission de l'espéranto comme langue facultative au baccalauréat[402].

Créolisation

 
À partir de 2020, Jean-Luc Mélenchon évoque à plusieurs reprises le concept de « créolisation », en grande partie théorisé par Édouard Glissant.

Jean-Luc Mélenchon évoque en le concept de créolisation du philosophe Édouard Glissant, « métissage d'arts ou de langages qui produit de l'inattendu », permettant de « se transformer de façon continue sans se perdre », qui a unifié les populations antillaises dans une culture commune[403], éloignée du « multiculturalisme identitaire, qui enferme chaque individu dans sa couleur de peau »[404]. Pour lui ce n'est ni un souhait ni un projet mais « un constat, une analyse de la réalité »[405], sous forme de « chaînon manquant entre l’universalisme et la réalité vécue qui le dément »[406],[407],[408], qui amende une vision de l'universalisme trop « abstraite »[409]. Ce concept « n’a rien à voir avec les religions, qui ne se créolisent pas », mais cherchent au contraire à ne pas se mélanger car « elles sont un dogme »[410]. Il est critiqué par la droite et l'extrême droite qui considèrent au contraire qu'il s'agit de communautarisme et se réclament de l'assimilation comme principe universaliste[411].

Le média Les Jours relève néanmoins que Mélenchon, dans sa volonté d'en faire un contrepoids aux idées xénophobes et notamment à la théorie complotiste du grand remplacement portée par le candidat d'extrême droite Éric Zemmour, en édulcore plusieurs aspects. Il ne comprendrait ainsi le concept que comme le fait de voir sous un jour positif l'augmentation supposée de la proportion d'individus d'origine étrangère, la même augmentation qui est utilisée par les théoriciens dudit grand remplacement pour fonder leur doctrine. Le même média estime que l'objectif du leader de la France insoumise serait de « réconcilier son universalisme et l'indigénisme qui grandit au sein de La France insoumise. ». Ainsi, Loïc Céry, directeur du Centre international d’études Édouard Glissant, salue la popularisation du terme par Mélenchon tout en soulignant ses paradoxes : « Jean-Luc Mélenchon simplifie peut-être la pensée d’Édouard Glissant mais il y est fidèle et ne fait pas de mauvaise interprétation. [Mais] on ne peut pas se réclamer de la créolisation et admettre l’existence de réunions non-mixtes. Glissant était pour le dialogue et contre l’interdit de la rencontre. Ayant vécu longuement aux États-Unis, il était par ailleurs très critique du modèle multiculturaliste américain où les communautés sont juxtaposées. »[412].

Politique étrangère

Union européenne

Affirmant avoir « passé presque dix ans à mener un combat fédéraliste au niveau européen avec la gauche du SPD allemand pour aboutir à une assemblée constituante », Jean-Luc Mélenchon assume, en particulier depuis l'échec du Front de gauche et les conséquences du référendum grec de 2015, une doctrine souverainiste, estimant que l'orientation libérale de l'Union européenne est « désormais irréversible » : Le HuffPost évoque un « souverainisme altermondialiste, inspiré des nationalismes de gauche latino-américains », et précise que si sa pensée « exclut tout ethnicisme et revendique les valeurs universalistes de la France, elle rompt avec la tradition internationaliste de l'extrême gauche »[413]. Jean-Luc Mélenchon dit assumer le terme de souverainiste « du moment que lorsqu’on parle de souverainisme, on entend bien qu’il s’agit de la souveraineté du peuple »[414].

Pour Jean-Luc Mélenchon, « les traités européens détruisent l’Europe » : il critique un « mode d'organisation » où, selon lui, « les nations, les travailleurs sont mis en compétition les uns avec les autres »[415]. Il propose de renégocier les traités, ce qui constitue son « plan A », ou bien en cas d'échec, de ne pas appliquer les traités contraires aux intérêts de la France, ce qui constitue son « plan B »[416],[413].

Le plan A prévoit de mettre fin au dumping « par une politique volontariste et rapide d’harmonisation sociale et fiscale par le haut dans toute l’UE avec inscription d’une clause de non-régression des droits sociaux »[415]. Pour LCI, ce plan A consiste à « refonder l’Union européenne de manière plus démocratique, sociale et écologique »[417]. Le plan A comprend notamment les mesures suivantes : abandon des règles budgétaires qui fondent l'euro, fin de l’indépendance de la Banque centrale européenne[417], arrêt de la libéralisation des services publics, mise en place d'un protectionnisme solidaire[418], régulation de la finance avec l'interdiction des instruments financiers toxiques et le contrôle des mouvements de capitaux[419].

Le plan B prévoit entre autres la réquisition de la Banque de France[413], l'arrêt de la contribution de la France au budget de l'Union européenne et la mise en place d'« un contrôle des capitaux et des marchandises aux frontières nationales pour éviter l'évasion fiscale des plus riches et des grands groupes »[417]. Cette sortie de l'Union européenne par le plan B serait unilatérale ou avec un petit groupe de pays, ce qui permettrait de « rebâtir un nouveau projet européen »[413],[420] : « On part avec ceux qui sont d’accord avec nous et on fait autre chose. La France n’est pas pieds et poings liés à l’Union européenne. Nous avons d’autres environnements possibles, l’Europe de la Méditerranée, ce n’est pas rien »[417].

Amérique latine

Le magazine L'Express indique que l'intérêt de J.-L. Mélenchon pour l’Amérique du Sud remonte aux années 1970 et à ses rencontres avec des réfugiés chiliens[421].

En 1988, le président argentin Raul Alfonsin, premier président élu après le rétablissement de la démocratie, lui remet la médaille de Grand officier de l'ordre de mai au mérite pour sa contribution à la lutte contre la dictature, son accueil des réfugiés politiques et son engagement pour sortir de prison certaines personnes condamnées[422],[423]. Plus tard, pendant la « vague rose » latino-américaine qui voit des partis de gauche gagner les élections dans plusieurs pays (Uruguay, Venezuela, Brésil, Équateur, etc.), il revendique un soutien aux gouvernements qui en sont issus[281]. Il reprend d'ailleurs le concept de « Révolution citoyenne », leitmotiv de sa campagne présidentielle de 2012, au mouvement équatorien Alianza País[421]. Dans le cadre des élections présidentielles de 2012 et de 2017, il reçoit le soutien du président de l'Uruguay, José Mujica[424], du président de l’Équateur, Rafael Correa[425] et du président de la Bolivie, Evo Morales[426]. Mélenchon est également proche du président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador[427].

 
Sur le stand de la république Bolivarienne du Venezuela. Septembre 2011.

Pendant la présidence d'Hugo Chávez, de 1999 à 2013, Jean-Luc Mélenchon réfute l'existence de tout « problème de démocratie » au Venezuela et s'oppose à la diabolisation de Chávez par les médias[421]. Dans une tribune du Monde coécrite en avec le journaliste Ignacio Ramonet, il rappelle que toutes les élections s'étant déroulées au Venezuela sous la présidence Chávez ont eu lieu « dans des conditions de légalité démocratique reconnues par l'ONU, l'Union européenne, l'Organisation des États américains, le Centre Carteretc. »[428]. S'il considère que la révolution bolivarienne n'est pas un modèle et que « le mot est à proscrire », il la revendique comme une « source d'inspiration » et affirme en , un mois avant l'élection présidentielle vénézuélienne de 2013, que le successeur de Chávez, Nicolás Maduro, est « la bonne personne au bon endroit »[429]. En 2013, il déclare que Chávez a « fait reculer la pauvreté de manière spectaculaire, éradiqué ce qui est classé comme l'extrême pauvreté, [que] l’analphabétisme a été éradiqué [et qu'] on est parvenu à faire progresser de 70 % la scolarisation des enfants »[430].

En 2017, son soutien au Venezuela gagne en écho médiatique au moment où Maduro fait face à des manifestations de masse dont la répression fait une centaine de morts[431] et met en place une Assemblée constituante vivement contestée[432]. Il préfère ne pas évoquer la question[433] et continue à promettre l'adhésion de la France, via certaines collectivités d'outre-mer, à l'Alliance bolivarienne, organisation de coopération économique qui rassemble l’Équateur, le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua et plusieurs pays des Antilles pour favoriser l'intégration régionale et le développement de la Guyane et des îles françaises aux Antilles[434],[435]. Il fait un parallèle entre les manifestations au Venezuela et celles ayant eu lieu en France lors des manifestations contre la loi El Khomri[436] et affirme que la majorité des morts sont des partisans du gouvernement de Nicolás Maduro[437], ou des membres des forces de sécurité, contrairement à ce qu'affirme un rapport de l'ONU basé sur des chiffres de l'avocat général du Venezuela, où il est question, sur cent vingt-quatre décès, de neuf morts parmi les membres des forces de sécurité et de cinq morts du fait de lynchages par des manifestants de l'opposition[438],[439]. Il estime également que Maduro emploie les mêmes méthodes qu'Angela Merkel ou Bernard Cazeneuve, mais reconnaît « un usage disproportionné de la force » par la police du Venezuela, précisant que trente-trois policiers sont emprisonnés et treize en procès pour cet usage disproportionné de la force[439]. Il déclare que « le principal responsable du mal, du désordre et de la guerre civile, c'est l'impérialisme américain »[440]. Jean-Luc Mélenchon est mis en cause par Emmanuel Macron et Édouard Philippe en pour ces propos[441]. Relativisant la crise économique au Venezuela, il défend la légitimité de l'élection présidentielle vénézuélienne de 2018[442].

 
Jean-Luc Mélenchon en 2013.

Ces prises de position valent à Jean-Luc Mélenchon le surnom de « Chávez français » de la part de certains médias. L'Express estime qu'il s'agit de son « éternel talon d'Achille »[443],[285],[55]. Selon l'universitaire Olivier Tonneau, Mélenchon a avec Chávez de nombreux points de convergence, comme la convocation d'une assemblée constituante avec la volonté de « politiser les citoyens » et de bâtir une « démocratie basée sur l'éthique », ou de favoriser l'éducation, mais avec des divergences sur le modèle économique[444]. Dans une interview à Ouest-France en , Mélenchon affirme, sans préciser de date : « Le Venezuela avait une politique social-démocrate. Personne n'a été exproprié. Il n'y a pas eu de nationalisations non plus. J'ai soutenu Chavez »[445]. Les Échos, commentant cette interview, signalent que 1 168 entreprises ont été expropriées entre 2002 et 2012, dont plus de 250 nationalisées en 2010[446],[447].

Comme pour Hugo Chávez, Jean-Luc Mélenchon affirme avoir défendu Fidel Castro « dans des circonstances où il était attaqué », notamment par les États-Unis[448]. En , le journaliste Jean Quatremer accuse Jean-Luc Mélenchon d'avoir quitté l'hémicycle du Parlement européen à l'instant de la remise du prix Sakharov (qui honore un défenseur des droits de l'homme) au journaliste et dissident cubain Guillermo Fariñas[449]. En , interrogé sur son geste et sur le régime de Fidel Castro, Mélenchon déclare que Cuba « n'est pas une dictature »[450], tout en soulignant que ce n'est « certainement pas une démocratie »[451]. Après la mort de Fidel Castro, Jean-Luc Mélenchon déclare ne pas approuver la façon dont était organisé politiquement Cuba[452].

Soutien de l'ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva emprisonné pour corruption, il rend visite à ce dernier dans sa prison en lors d'un voyage en Amérique latine[453].

Russie

Jean-Luc Mélenchon prône notamment la sortie de la France de l'OTAN, qu'il qualifie en 2021 de « symbole de soumission à l’impérialisme américain »[454], ce qui est parfois interprété comme une hostilité aux États-Unis, ou un renversement d'alliance en faveur de la Russie[455],[454],[456], inteprétation qu'il conteste. Ainsi, ses déclarations en faveur de la Russie dans le cadre de son intervention dans la guerre civile syrienne font l'objet de controverses[457].

De son côté il précise que son opposition concerne la stratégie d'impérialisme américain menée par plusieurs présidents des USA, déclarant en 2017 que « le responsable principal du mal, du désordre, des tentatives de guerre civile, c’est l’impérialisme américain »[454],[458]. Dans le même esprit, il affirme en 2015 être « en campagne contre la diabolisation de Vladimir Poutine »[454],[459], et déclare en 2017 que « la Russie ne représente en réalité aucun danger contre l’Europe »[454], puis en 2020 que « les Russes sont des partenaires fiables alors que les Etats-Unis ne le sont pas »[455] et ajoute en 2021 : « Je ne crois pas à une attitude agressive de la Russie et de la Chine. […] Seul le monde anglo-saxon a une vision des relations internationales fondée sur l'agression »[460].

Le journal Libération reproche à Jean-Luc Mélenchon de soutenir Vladimir Poutine[461]. Dans un livre, La France russe, enquête sur les réseaux Poutine, le journaliste Nicolas Hénin l’accuse d’« être séduit par le poutinisme », à l’instar de Nicolas Sarkozy, François Fillon et Marine Le Pen[462]. Il estime qu'« à la gauche de l'échiquier politique, c'est certainement Jean-Luc Mélenchon qui est l'avocat le plus outrancier du maître du Kremlin [Vladimir Poutine], une position d'autant plus facile à tenir que certains des éléments de langage de Moscou sont destinés à son public »[463]. Nicolas Hénin estime que ce tropisme s'est révélé par un billet de blog sur le meurtre de l'opposant russe Boris Nemtsov, dans lequel Jean-Luc Mélenchon présente Vladimir Poutine comme « la victime politique numéro un de cette histoire »[464]. L'universitaire Cécile Vaissié, auteur de l'ouvrage Les réseaux du Kremlin en France, situe Jean-Luc Mélenchon parmi « ceux qui approuvent le plus Poutine »[465]. Yannick Jadot (Europe Écologie Les Verts) considère que le positionnement de Jean-Luc Mélenchon sur la Russie « est complètement contraire à [sa] pensée écologiste »[466]. En 2014, Daniel Cohn-Bendit déclare que « Mélenchon […] a toujours soutenu les plus totalitaires. S’il s’agit des Américains, il soutiendra la Corée du Nord ! Il hait les Américains, il hait les Allemands »[454],[467].

Jean-Yves Camus estime que le positionnement de Jean-Luc Mélenchon sur la Russie est « la traduction d’une tradition qui est antérieure à l’arrivée [de Vladimir Poutine] au pouvoir, au sein de l’aile gauche du Parti socialiste que Jean-Luc Mélenchon a quittée en 2008 : laïcité intransigeante qui désigne aujourd’hui l’éradication de l’islamisme comme une priorité (et en conséquence, accepte le soutien, fût-il tactique, à ceux qui le combattent en armes) ; méfiance instinctive à l’égard des règles du droit international, supposément dictées par les Etats-Unis et des organisations comme les Nations Unies qui seraient fondées sur une conception fausse qui fait prévaloir les droits de l’Homme sur le réalisme pour mieux cacher le refus du monde multipolaire, républicanisme patriote rigoureux qui le conduit à privilégier une politique extérieure traduisant la pérennité et la supériorité du concept français de citoyenneté »[468].

En 2015, Jean-Luc Mélenchon dément tout soutien à Vladimir Poutine, déclarant que contrairement à lui, il est « écosocialiste », « de gauche », « républicain au sens que les Lumières victorieuses de 1789 ont donné à ce mot »[469]. Il souligne que Vladimir Poutine « a mis en prison [ses] amis en Russie »[470]. Attaqué sur ce sujet en par Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon réaffirme sa position : « Je ne suis lié d'aucune manière à monsieur Poutine. Je combats absolument sa politique et si j'étais russe, je ne voterais pas pour son parti mais pour mon camarade du Front de gauche russe, qui est en prison. […] Mais quand bien même n'aurais-je rien à voir avec lui, ce qui est le cas, ça ne m'empêche pas de vous dire que je ne suis pas d'accord pour participer au chœur des excités qui passent leur temps à espérer qu'on déclenche un conflit avec les Russes parce que ceci est une abomination. Je suis pour la paix. »[471].

Jean-Luc Mélenchon est initialement conseillé sur la Russie par Georges Kuzmanovic, ex-secrétaire national du Parti de gauche chargé des questions internationales et de défense, qui est accusé de proximité avec des personnalités conspirationnistes[463],[472],[473] et quitte le parti à la suite de désaccords politiques[474]. Dans le contexte de la guerre du Donbass, il organise en une manifestation « pro-russe et anti-ukrainienne » selon Galia Ackerman, spécialiste de la Russie[473]. Tout comme Djordje Kuzmanovic, Jean-Luc Mélenchon dément ces allégations dans lesquelles il voit un « ragot d’extrême droite sur fond de délit de sale nom », et indique qu'il s'agit de « l’un de [ses] plus proches amis » mais « en rien », reprenant une expression de Nicolas Hénin, de sa « muse russe »[475][source insuffisante]. Djordje Kuzmanovic présente Jean-Luc Mélenchon comme « très proche de Sergueï Oudaltsov, leader du Front de gauche en Russie […], en prison pour sept ans »[463].

Jean-Luc Mélenchon se déplace en Russie le , affirmant que son objectif est de « fêter l'anniversaire de la victoire sur les nazis qui ont fait vingt millions de morts dans ce pays. Façon de rappeler sans cesse le danger qu'est l'extrême droite en Europe. » Il rend également visite à Sergueï Oudaltsov, sorti de prison l'année précédente, et déclare à ce sujet : « Mon message est qu’on peut être ami de la Russie et du peuple russe sans être un partisan du parti politique au pouvoir en Russie »[476]. Mais il ne participe pas aux manifestations contre Poutine organisées ce jour, estimant « que ça ne serait pas bienvenu »[477]. Il marche ensuite, le , avec le Régiment immortel à Moscou, cortège de commémoration des militaires soviétiques de la Seconde Guerre mondiale[478].

Au sujet de l'annexion de la Crimée par la Russie, intervenue à la suite de la crise ukrainienne, Jean-Luc Mélenchon déclare : « Les ports de Crimée sont vitaux pour la sécurité de la Russie. Il est absolument prévisible que les Russes ne se laisseront pas faire. Ils sont en train de prendre des mesures de protection contre un pouvoir putschiste aventurier, dans lequel les néonazis ont une influence tout à fait détestable. […] La nation russe ne peut admettre que les nord-américains et l'Otan s'installent à leurs portes »[479]. Il propose de réunir une conférence internationale pour discuter du découpage des frontières, déclarant : « On me dit que les frontières doivent rester intangibles, je veux bien, mais il faut en parler : ou on en parle ou on fait la guerre […] Les Russes sont des partenaires et avec eux, quel que soit le régime, il faut discuter, négocier, et s'accorder, car il n'y a pas d'autre alternative, sinon la guerre ou la montée à la guerre dont nous ne voulons pas »[480]. D'après l'historien Sylvain Boulouque, ce discours « cherche à fédérer autour de lui l’électorat communiste, qui conserve par habitude une passion russophile fait d’antieuropéanisme et d’antiaméricanisme et en agitant parallèlement le spectre du fascisme, synthétisant ainsi les classiques de l'histoire du communisme »[481]. D'après le journaliste Bruno Rieth, « Mélenchon refuse simplement de se fondre dans l'imaginaire romantique qui fait de l'ensemble des manifestants de la place Maïdan des hérauts de la démocratie en fermant les yeux sur les mouvements néo-nazis qui composent aussi une partie des rangs de la contestation »[471].

Lors de la campagne présidentielle de 2017, il présente Boris Nemtsov, opposant à Vladimir Poutine assassiné, comme un « odieux antisémite » avant de reconnaître son erreur, déclarant l'avoir « peut-être » confondu avec Alexeï Navalny[482].

En février 2022, dans le contexte de l'invasion russe de l'Ukraine, Jean-Luc Mélenchon condamne l'agression russe, déclarant qu'il s'agit d'« une initiative de pure violence manifestant une volonté de puissance sans mesure » de la part du président russe[483]. Il continue cependant d'affirmer que l'OTAN a une part de responsabilité. Il est alors la cible de critiques de la part de personnalités du Parti socialiste et d'Europe Écologie Les Verts qui l'accusent de reprendre des éléments de « propagande russe » et d'une position ambiguë « sur la défense de la démocratie ». A contrario, la France insoumise dénonce une tentative d'instrumentalisation politique du conflit russo-ukrainien et affirme que ces critiques se fonderaient sur des « mensonges »[484]. Tandis que Yannick Jadot et Christiane Taubira préconisent un envoi de matériel militaire aux ukrainiens, Jean-Luc Mélenchon, soutenu par Ségolène Royal, estime que l'urgence est un cessez-le-feu et des négociations[485],[486].

Le , Jean-Luc Mélenchon annonce qu'il rompt politiquement avec Sergueï Oudaltsov, en raison du soutien apporté par ce dernier à l'invasion de l'Ukraine par la Russie[487]

Libye

Dès mars 2011, Jean-Luc Mélenchon critique l'implication de l'OTAN contre Mouammar Kadhafi, estimant qu'elle « n'a rien à faire en Libye »[488] et met en garde contre toute intervention terrestre[489]. Il soutient, mais avec des réserves[489], l'intervention aérienne sous mandat de l'ONU, destinée à éviter la guerre civile libyenne après le début de la Révolution libyenne : « Ma position est constante : je suis partisan d’un ordre international garanti par l’ONU. […] J’approuve l’idée qu’on brise le tyran pour l’empêcher de briser la révolution […] Il y a bien sûr un risque d’escalade, mais je craindrais davantage le risque de massacre ! J’approuve donc le mandat de l’ONU. Mais rien de plus. Je suis contre l’intervention terrestre. Nous ne sommes pas en guerre avec la Libye. J’adjure de comprendre : il ne faut pas que le dernier mot reste à la force contre une révolution ! […] Mais quelles sont les alternatives ? Ce n’est pas avec des communiqués que l’on pourra abattre un Mirage ou détruire un char ! »[489].

Guerre civile syrienne

Au moment de la guerre civile syrienne du tout début des années 2010, Jean-Luc Mélenchon s'est opposé à la superposition de différentes forces sans coordination internationale[14],[490] et réclamé que la France privilégie une intervention de l'Organisation des Nations unies (ONU) incluant l'ensemble de la communauté internationale, dont la Russie, agissant de manière concertée. Il qualifie en particulier d'« erreur totale » et d’ingérence étrangère sur le territoire syrien les frappes aériennes menées par la coalition internationale, faisant le parallèle avec l'intervention en Irak et ses conséquences[491].

Après le massacre de la Ghouta d', Jean-Luc Mélenchon estime que frapper la Syrie « serait une erreur gigantesque, peut-être le seuil d'une guerre beaucoup plus large que toutes celles que nous avons vues dans cette région »[492]. Il appelle régulièrement à travailler « à une solution politique » en collaboration avec les populations kurdes du Rojava[493]. Proche du Parti démocratique des peuples, un parti politique turc de gauche défendant notamment les droits des Kurdes, il condamne fermement les différentes attaques de la Turquie contre les territoires kurdes en Turquie et en Syrie[494],[495]. Concernant cette partie du conflit, Jean-Luc Mélenchon déclare qu'il soutient l'intervention militaire de la Russie en Syrie, à l'appel de Bachar el-Assad, pour que « Daech soit vaincu, écrabouillé, et que les Kurdes gagnent »[490],[457]. Il précise néanmoins qu'« il ne peut pas être question de laisser Poutine régler le problème, […], je suis pour que l'ONU règle le problème. […] Il faut une coalition universelle contre Daech et contre les bandes d'islamistes militarisés. Pour ça il faut donc une coalition universelle, il faut donc s'allier avec les Russes, discuter avec eux et pas chacun dans son coin »[14],[496],[497],[498]. Il remet en cause les informations selon lesquelles les frappes russes seraient davantage tournées vers les rebelles que vers l'État islamique — constituant parfois des crimes de guerre selon divers rapports — et déclare que « les rebelles civilisés sont en ultra minorité. Quand vous voyez que Al-Qaïda est notre ennemi en Afghanistan, devient notre allié en Syrie, tout cela est absurde »[471],[499],[500].

En , Jean-Luc Mélenchon critique l'attitude hostile de François Hollande envers Vladimir Poutine[501] et conteste le caractère modéré des combattants rebelles, dominés par des groupes islamistes, à Alep-Est, les qualifiant de « modérés d'Al-Qaïda qui ont assassiné les rédacteurs de Charlie Hebdo ». Il qualifie également de « bavardages » les menaces du gouvernement français de saisir la Cour pénale internationale pour « crimes de guerre », après les bombardements russes et syriens de lors de la bataille d'Alep, estimant que « la première victime d'une guerre, c'est la vérité, tout le monde se bat à intoxiquer et raconter des salades pour les faire passer dans son camp »[14],[502],[503],[504],[505],[457].

Le , en réaction au massacre de Khan Cheikhoun aux armes chimiques, il rappelle que « les crimes de guerre sont imprescriptibles » et que leurs auteurs, doivent être « châtiés »[506]. Sans imputer explicitement la responsabilité de l'attaque au régime de Bachar el-Assad, il affirme clairement que ce dernier doit être puni si sa responsabilité est démontrée[507]. Il dénonce ensuite le bombardement de la base aérienne d'Al-Chaayrate mené par l'armée américaine contre l'armée syrienne, qu'il qualifie « d'acte criminel et irresponsable » et accuse François Hollande et Angela Merkel, qui soutiennent cette initiative unilatérale des États-Unis, de « donner à Donald Trump le pouvoir solitaire de frapper qui il veut quand il veut », craignant « une montée vers la guerre »[508],[509],[510]. Le , il déplore le veto russe sur la résolution de l'ONU demandant une enquête sur l'attaque de Khan Cheikhoun, demandant que « ceux qui craignent cette enquête » ne fassent pas « perdre de temps avec des manœuvres dilatoires »[511]. Jean-Luc Mélenchon condamne également la participation de la France aux frappes menées dans la nuit du 13 au , estimant notamment qu'elles sont contraires au droit international, et qu'elles ont été effectuées « sans mandat de l'ONU ». Il demande que soient montrées les preuves mentionnées par Emmanuel Macron concernant l'utilisation d'armes chimiques par Bachar el-Assad[512],[513],[514]. Il appelle également à des sanctions contre la compagnie de cimenterie Lafarge, accusée d'avoir collaboré avec Daech en Syrie, affirmant : « cette compagnie doit être ou bien réquisitionnée, ou bien confisquée, mais une décision exemplaire doit être prise contre ceux qui complotent avec l'ennemi »[515]

Le , il se félicite de l'offensive de l'armée syrienne contre l'armée turque et en soutien des Kurdes, et il appelle la France à lui venir en aide, ce qui lui vaut des réactions indignées et de la gêne dans les rangs de son parti[516]. Fin octobre, il déclare que la Russie a « écrasé » l’État islamique en un an, « ce que tous les autres réunis ont été incapables de faire ». Libération estime qu'il s'agit d'une « réécriture de l'histoire qui omet l'action de la coalition internationale et des forces kurdes »[517].

Jean-Luc Mélenchon est régulièrement critiqué pour ses positions sur la guerre civile syrienne[490]. Le journaliste Nicolas Hénin affirme dans son livre La France russe : Enquête sur les réseaux de Poutine, que « c'est sur l'affaire syrienne que Jean-Luc Mélenchon trahit le plus crûment son alignement sur les positions du Kremlin »[463]. Pour l'universitaire Jean-Pierre Filiu, jugé proche de l'insurrection syrienne[518], « les thèses de M. Mélenchon sur la Syrie demeurent en phase avec la propagande martelée par le Kremlin, lui-même en écho de la dictature Assad »[519]. Nicolas Appelt, doctorant à l'université de Genève, estime que Jean-Luc Mélenchon « fait fausse route sur la question de la crise syrienne » et affirme qu'il « n'[a] jamais eu un mot pour les Syriens, et ce depuis des années. […] Il n’a pas eu non plus un seul mot pour la répression terrible qui s’est abattue d’emblée sur un soulèvement populaire, pas plus d’ailleurs pour les conseils locaux menant des expériences de démocratie réduites à néant par la répression, se contentant de dire que « des crimes, là-bas, beaucoup de gens en commettent », sans revenir sur la responsabilité du régime dans la militarisation et de la confessionnalisation de la crise. »[520]

À plusieurs reprises, J.-L. Mélenchon présente la guerre civile syrienne — mais également les conflits en Afghanistan et en Irak — comme une guerre « de gazoducs et de pipelines », provoquée par les convoitises des grandes puissances pour les ressources énergétiques du sous-sol de la région : il fait ainsi allusion à plusieurs projets énergétiques locaux et reprend à son compte une théorie ayant connu un certain succès sur Internet. Celle-ci est considérée comme réductrice, et complotiste, par les spécialistes de la région, et tend à minimiser la répression du régime syrien comme origine du conflit ainsi qu'à conforter la version défendue par ce dernier[521],[522],[523].

Chine et Tibet

En , il se prononce[524] contre « le boycott des jeux de Pékin et la propagande anti-chinoise », jugeant dans cette attitude une « morgue ressemblant à du racisme » et « l'écho du mépris des colons qui ont imposé en leur temps les armes à la main l'obligation pour les Chinois de faire le commerce de l'opium »[525]. Il ajoute, concernant le Tibet, que certes la Chine a eu « la main lourde », mais estime que ce n'est pas le seul pays à réprimer les émeutes urbaines, et s'offusque des « indignations à géométrie variable »[524]. Toujours concernant le Tibet, il affirme qu'il n'y a pas eu d'invasion par les communistes chinois dans les années 1950 : pour lui, « le Tibet est chinois depuis le quatorzième siècle »[526]. Il déclare : « Je ne dis pas qu'il faille approuver la répression violente, mais je dis que tout cela mérite réflexion. »[527], et, d'après Le Figaro, Jean-Luc Mélenchon mentionne « la division en castes de la société tibétaine, abolie par Pékin après l'occupation de la région, ou encore les progrès accomplis en matière de scolarisation des enfants ou d'espérance de vie depuis cette date »[526]. J.-L. Mélenchon affirme que les « partisans du dalaï-lama » avaient « droit de vie et de mort sur les serfs » avant que la Chine n'intervienne au Tibet dans les années 1950, et que les moines tibétains refusaient d'abolir le servage[524]. Il se prononce contre la création d'un État tibétain qui serait religieux et théocratique[AA 11]. En outre, il réaffirme son désaccord avec le « projet politique du dalaï-lama »[528]. Ces positions polémiques suscitent des critiques l'accusant de « reprendre fidèlement l'historiographie officielle de Pékin »[529],[530],[531]. De manière générale, il se défend d'être partisan du régime chinois :

« Je n'ai jamais eu la moindre accointance avec le régime chinois, d'aucune sorte ! Ni lorsque j'étais jeune homme, ni maintenant ! C'est un régime nationaliste, dont je comprends le ressort, mais c'est un régime où il n'y a pas de multipartisme, or je considère que c'est la condition de base de la démocratie[AA 11]. »

Lors de la campagne de la présidentielle de 2017, il donne une interview à Nouvelles d'Europe, un média chinois basé à Paris. Il y fustige le modèle économique basé sur le libre-échange, et y affirme, selon L'Obs, que la Chine est un modèle dont la France et le monde doivent s'inspirer[532]. Il se félicite que la Chine puisse planifier son économie, et affirme que les dirigeants chinois réorientent la production en direction du marché intérieur, tout en ayant désormais conscience du problème écologique[533].

S’agissant de Taïwan, territoire insulaire indépendant de facto mais non reconnu par l’ONU et revendiqué par la Chine, Jean-Luc Mélenchon déclare en que : « si Taïwan se déclare indépendant, alors il est possible que la Chine, à juste titre, trouve qu’une ligne rouge a été franchie »[534]. Il se dit toutefois convaincu qu'une guerre ne peut pas avoir lieu entre ces deux territoires[534].

Conflit israélo-palestinien

Le , le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a déclaré que la présence de J.-L. Mélenchon à la marche blanche en mémoire de Mireille Knoll n’était pas souhaitée en raison de son soutien au boycott d’Israël (BDS), illégal en France, et que lors de l’université d’été du Front de gauche en 2014, qu'il co-présidait, il avait « félicité la jeunesse française qui avait su selon lui se mobiliser avec une discipline parfaite lors de manifestations en soutien aux Palestiniens durant la guerre à Gaza ». Lors de ces manifestations des incidents avaient eu lieu dans Paris et à Sarcelles aux cris de « Mort aux Juifs »[535],[536].

Le , le lendemain de la « marche du retour » à laquelle ont participé 30 000 Palestiniens à Gaza, il réclame sur Twitter le déploiement des casques bleus et présente ses condoléances aux « familles des marcheurs palestiniens assassinés » soulignant « la violence et la cruauté sans borne du gouvernement d'Israël qui allume volontairement un incendie sans limite »[537],[538].

Extradition d'ex-terroristes des Brigades rouges

En , Jean-Luc Mélenchon prend ses distances avec l'arrestation en France et l'extradition de 7 anciens membres de l'organisation italienne d'extrême gauche Brigades rouges, ensuite jugés et condamnés en Italie pour des actes de terrorisme commis dans les années 1970-1980. Se disant « affligé de voir qu'il n'y a ni mémoire, ni discernement, ni recul, et qu'on met des signes égaux entre tout et n'importe quoi »[539], il y voit de la « démagogie » et « un acte de vengeance plus qu'un acte de justice »[539] qui manque à « la parole donnée de l'État français » en disant « aujourd'hui le contraire » de ce qu'il promettait à ces personnes un demi-siècle plus tôt[539].

Défense nationale

Jean-Luc Mélenchon souhaite que la France se retire de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN)[540]. Il s'oppose à la mise en place d'une défense européenne[541].

Dans le cadre de l'élection présidentielle de 2017, il fait de la sortie de l'OTAN un point central de son programme de politique étrangère ; il affirme que cette organisation conduit à la « guerre » et qu'elle est un outil de « soumission aux États-Unis »[542]. Il se positionne dans la lignée indépendantiste de Charles de Gaulle pour justifier la sortie souhaitée. Hubert Védrine, ancien Ministre des Affaires étrangères, affirme au contraire qu'un tel choix serait préjudiciable à la diplomatie et aux armées françaises[543],[544], même si une clause prévoit l'aide à la défense d'un État membre envahi. D'autres spécialistes de la défense notent également que le contexte des années 1960 et 2010 n'est pas le même dans le sens où l'OTAN peut permettre de lutter plus efficacement contre le terrorisme de nos jours[545].

Mélenchon estime que la dissuasion nucléaire « demeure l'élément essentiel de notre stratégie de protection » mais qu'elle doit « être dépassée à terme »[540].

En 2020, alors qu’il est candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2022, Jean-Luc Mélenchon se dit favorable à un rétablissement du service militaire obligatoire, qu'il veut élargir à la police nationale[546].

Asile de Julian Assange et Edward Snowden

Jean-Luc Mélenchon défend les lanceurs d’alerte Julian Assange au nom de la liberté de la presse et Edward Snowden, et se prononce en faveur de leur asile en France, notamment pendant la campagne présidentielle 2017[547].

Médias et édition

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé régulièrement « la concentration étouffante » dans l’édition comme dans les médias et rédigé des mesures pour la réduire. Le 17 février 2022, il propose de nationaliser temporairement la maison d’édition Hachette, numéro 1 en France, pour bloquer son rachat par le groupe Vivendi, appartenant au milliardaire Vincent Bolloré, visant à détenir les deux plus gros groupes d’éditions français, tout secteurs confondus (parascolaire, littérature, etc.)[548].

Il a par ailleurs lancé fin 2017 une pétition pour la création d'un « Conseil de déontologie du journalisme en France » à l'image du Conseil de déontologie journalistique créé en 2009 en Belgique[549],[550], présenté comme un « tribunal médiatique » professionnel, qui pourrait donner des sanctions symboliques aux « menteurs », « tricheurs » et « enfumeurs »[551]. Fin 2017, il a par ailleurs encouragé la création d'un média de gauche aux débuts difficiles et contestés, Le Média.

Controverses

Rapports avec les médias

Rapports avec les journalistes

Depuis le début des années 2010, il est régulièrement reproché à Jean-Luc Mélenchon sa dureté et ses propos envers certains journalistes[552],[553],[554],[555],[556]. Durant la campagne présidentielle de 2012, il traite les journalistes du Petit Journal de « fachos », ajoutant que « ce sont des animateurs et pas des journalistes qui font dans la provocation ». Cette sortie fait suite à une série de boycotts des équipes de l'émission dans les meetings du candidat[557]. En , Jean-Luc Mélenchon demande aux militants du Front de gauche de surveiller les journalistes, si possible en les filmant, en particulier ceux de Libération et du Monde[558]. Cependant, selon Lilian Alamagna, « si les médias « dominants » sont pour lui des adversaires à combattre, il sait aussi les utiliser pour faire passer son message »[559].

Jean-Luc Mélenchon et ses proches s'offusquent régulièrement du traitement par la presse de son image, précisément dans le choix des photographies illustrant les articles le concernant[560],[561],[562]. Ils sont en cela soutenus par l'association de gauche de critique des médias Acrimed[563].

En , il déclare sur son blog : « si la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine, elle ne doit pas nous empêcher de réfléchir et de penser notre rapport à eux comme une question qui doit se traiter rationnellement dans les termes d’un combat. », après avoir notamment affirmé que le but de ce qu'il appelle le « parti médiatique » est « de détruire tout autre émetteur de pensée : parti, syndicat, autorité morale de quelque nature qu’elle soit »[564],[565]. Cette phrase est critiquée par Reporters sans frontières, qui dans son classement annuel pour la liberté de la presse, s'alarme du « dénigrement systématique de la profession par certains leaders politiques », dont Jean-Luc Mélenchon[566].

Pour Abel Mestre, journaliste au Monde : « Pour comprendre la stratégie de M. Mélenchon, il faut envisager le débat politique comme un champ de bataille, un conflit où s’affrontent deux ennemis irrémédiables : « les gens » et « la caste », dont les médias seraient les ultimes représentants. Pour se sortir d’un mauvais pas, il suffit donc d’attaquer frontalement ces derniers. C’est ainsi devenu une habitude chez Jean-Luc Mélenchon. »[567].

Création de la webtélé Le Média

En , la nouvelle stratégie de Jean-Luc Mélenchon est de développer ses propres médias pour s'affranchir de journalistes perçus comme souvent hostiles[568]. Tandis qu'il crée sa chaîne personnelle sur YouTube, plusieurs de ses proches présentent le projet d'une webtélé[568] qui devient Le Média, un site d'actualité gratuit, diffusé sur la plateforme Youtube avec une instance PeerTube[569], lancé en , dont la ligne éditoriale est ancrée à gauche, et dont la première responsable de rédaction, Aude Rossigneux, déclare avoir « obtenu des garanties » d’indépendance par rapport à la France insoumise, dont elle n’est pas membre[568]. En 2021, la webtélé change de statut pour devenir une Société coopérative d'intérêt collectif, gérée par ses salariés et abonnés, réalisant ainsi la promesse faite lors de sa création[570].

Accusations de populisme

En , Luc Carvounas, sénateur PS, accuse Jean-Luc Mélenchon d'aller vers « des sommets de la démagogie et du populisme »[571]. Pour Slate, cette rhétorique a pour but de « choquer », voire d'« amuser », et s'explique ainsi : « Le fait qu'il ait échoué à entrer à l'Assemblée en 2012 ne peut que renforcer sa tentation d'occuper la seule arène médiatique[572]. » Mélenchon déclare à ce sujet : « Je n'ai plus du tout envie de me défendre de l'accusation de populisme. C'est le dégoût des élites — méritent-elles mieux ? Qu'ils s'en aillent tous ! J'en appelle à l'énergie du plus grand nombre contre la suffisance des privilégiés. Populiste, moi ? J'assume ! ». Selon L'Express, il est souvent dit que Jean-Luc Mélenchon cherche « à donner ses lettres de noblesse à une forme de populisme de gauche »[573].

Après la campagne présidentielle de 2012, Janine Mossuz-Lavau, chercheuse au Cevipof, note : « Il n'a pas réussi à capter comme il l'espérait l’électorat populaire, et plus précisément l’électorat de la précarité, parce qu'il s'est adressé précisément à cette population, mais avec un langage très idéologique, très historico-théorique sur l'histoire de la République et de la Révolution française »[574].

Durant la campagne présidentielle de 2017, des critiques sont de nouveau formulées, dénonçant une démagogie et un programme communiste — Le Figaro le surnommant dans un éditorial à charge « Maximilien Ilitch Mélenchon » — mais ses détracteurs reconnaissent cependant son éloquence et sa communication[575],[576],[577].

Son style a pu être comparé à celui de Marine Le Pen[578],[579], et leurs différences et ressemblances sont souvent débattues, bien que Jean-Luc Mélenchon se défende d'avoir des points communs avec la présidente du FN[580],[581],[582].

Marianne affirme que le discours de Jean-Luc Mélenchon « ne peut être comparé à la démagogie d'un Front national qui détourne la colère populaire vers le rejet de l’autre », et parle d'une « campagne sournoise » consistant « à diaboliser Jean-Luc Mélenchon et à l’assimiler en permanence à Marine Le Pen, au nom de la dénonciation des « populismes » »[583].

En 2017, la chercheuse associée au Cevipof Cécile Alduy décrypte le discours de Jean-Luc Mélenchon qui « porte les traces de cette instabilité de la veine populiste, teintée parfois de violence verbale, antiélite et antigermanique, parfois d'universalisme bienveillant, et qui hésite entre plusieurs sources de légitimité et plusieurs publics »[584].

Accusations de conspirationnisme

Jean-Luc Mélenchon est parfois accusé de porter un discours conspirationniste, voire rouge-brun, par exemple lorsqu'il met en cause les dominations respectives des « oligarques » dans le champ des médias, et des États-Unis dans les relations internationales[585],[586]. L'historienne et chercheuse Marie Peltier, spécialiste du complotisme, estime que Jean-Luc Mélenchon « drague l’imaginaire complotiste ou le titille dans une démarche électoraliste et démagogique », et que « la reprise des codes complotistes remonte à la constitution de La France insoumise et s'est poursuivie pendant la campagne […] avec un discours anti-médias et anti-élites propre aux sphères complotistes ». Elle considère également que le nom du parti lui-même, « qui appartient au champ lexical de la dissidence, épouse cet imaginaire du complot »[585],[587]. Jean-Luc Mélenchon fustige les « médiacrates » qui seraient selon lui ligués contre lui et à « la botte des oligarques », ce qui véhicule une pensée complotiste selon France Soir, pour qui les grands actionnaires des médias ne forment pas un groupe homogène et coordonné, n'ont pas les mêmes objectifs, ni a priori de mauvaises intentions simplement parce qu'ils sont riches[585].

En 2011, Nicolas Lebourg estime que Jean-Luc Mélenchon est considéré « tel un conspirationniste de gauche » par des auteurs estimant que la « dénonciation de l'oligarchie est illégitime ». Selon Conspiracy Watch, des personnalités de la « gauche de la gauche », comme Noam Chomsky ou Jean-Luc Mélenchon, évitent de critiquer des mythes complotistes présents dans leurs propres rangs, car ils tentent de ménager certains « militants conspirationnistes ». Mais si Jean-Luc Mélenchon pratique cette « démagogie », il serait « tout à fait injuste et abusif de le ranger parmi les conspirationnistes »[588].

En 2018, Pierre-André Taguieff affirme ne pas croire que Jean-Luc Mélenchon « adhère vraiment à ses énoncés complotistes ». Il émet l'hypothèse « d'un certain machiavélisme : avec une bonne dose de cynisme, Mélenchon, jouant son rôle de « dissident », adapte son discours aux valeurs et aux attentes de son auditoire, rassemblant tous ceux qui se montrent résolument incrédules face aux promesses de la « mondialisation heureuse » passant par la start-up nation. Mais, en voulant séduire à tout prix cette majorité potentielle, il prend le risque de les décevoir pour apparaître comme simplement rusé et trompeur »[589].

Le , Mélenchon affirme que « dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre », rappelant notamment ceux de 2002, l'affaire Paul Voise, de 2012, la série d'attentats de Mohammed Merah, et de 2017, l'assassinat du policier Xavier Jugelé[590]. Ces propos suscitent la polémique[591],[592] et relancent les accusations de conspirationnisme[587]. Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, rapporte alors à L'Express que « Mélenchon verse dans le complotisme depuis plusieurs années »[593]. Le journal en ligne Mediapart affirme que, même si, face à la « tempête politique et médiatique » qui a suivi les déclarations de Jean-Luc Mélenchon, les Insoumis ont fait corps autour de lui, l’affaire a « également créé un malaise chez certains en interne »[594].

Le lendemain, l'émission Quotidien re-diffuse un extrait d'une vidéo publiée le par Jean-Luc Mélenchon sur sa chaîne Youtube, dans laquelle il déclare considérer comme « suspecte » une panne des numéros d'appel d'urgence survenue en France la semaine précédente, et sous-entend que celle-ci aurait pu être organisée volontairement pour faciliter la privatisation de l'entreprise Orange (détenue à 23 % par l'État)[595]. Le secrétaire d’État au Numérique Cédric O, ainsi que les députés de la majorité Aurore Bergé, François Jolivet, Roland Lescure et Éric Bothorel réagissent en dénonçant l'absurdité de cette accusation[596].

En 2017, pendant la guerre civile syrienne, Jean-Luc Mélenchon déclare sur son blog que « les USA soutenaient en sous-main Daech en Syrie »[597],[598],[599]. En 2021, il affirme que les États-Unis « ont créés [sic] de toute pièce Al-Quaïda [sic] contre le régime communiste afghan »[597].

Accusations d'antisémitisme

Pour Pierre Birnbaum, le « populisme » de Jean-Luc Mélenchon, s’il ne relève pas de l’antisémitisme stricto sensu, le nourrit indirectement[583].

Le , Jean-Luc Mélenchon dépose trois plaintes en diffamation contre Jean-François Copé, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet à propos de déclarations faisant état de « sa complaisance avec l'antisémitisme »[600]. Cette plainte entraîne la condamnation d'Alain Juppé et de Nathalie Kosciusko-Morizet pour diffamation et la relaxe de Jean-François Copé[601].

En , le politologue Dominique Reynié l'accuse de « flirt appuyé avec les sentiments xénophobes »[602]. Celui-ci réitère son propos en « les proches du Front de gauche et les électeurs de Jean-Luc Mélenchon en 2012 sont un des trois foyers d’expression de l’antisémitisme très forts », ce qui conduit le Parti de gauche à étudier le dépôt d'une plainte pour diffamation à son encontre, Éric Coquerel affirmant : « Tous ceux qui connaissent l’engagement constant de notre parti et de Jean-Luc Mélenchon contre toute forme d’antisémitisme n’ont pas dû en croire leurs oreilles »[603].

Nicolas Lebourg estime que lorsque Jean-Luc Mélenchon critique « la transformation de la démocratie en oligarchie », cela ne doit rien aux agitateurs antisémites, mais à Nicolas Machiavel, ayant là rénové un thème du philosophe grec Polybe. Nicolas Lebourg attribue cette confusion des accusateurs de Jean-Luc Mélenchon à leur déficit culturel. Cette confusion est selon lui également visible lorsqu'ils font appel à un terme comme « totalitarisme, utilisé très loin de la façon dont le manient les historiens », ou un terme comme « rouge-brun, qu’aucun historien ou politiste ne peut considérer comme raisonnable »[586].

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon porte le triangle rouge (marque des prisonniers politiques dans les camps nazis), qui lui a été offert par un syndicaliste de la Fédération générale du travail de Belgique pour le consoler d'avoir été comparé à Marine Le Pen dans un dessin de Plantu[604],[605]. Le (au lendemain du premier tour), l'écrivain Didier Daeninckx lui demande de ne plus arborer le triangle rouge[606]. Le , l'écrivain Jean Rouaud accuse Jean-Luc Mélenchon d'« antisémitisme » dans sa chronique hebdomadaire pour L'Humanité. Il lui reproche par exemple d'avoir porté un triangle rouge sur sa veste pendant la campagne pour l'élection présidentielle, et affirme que ce badge, se substituant à l'étoile jaune des juifs, est une négation de la souffrance des juifs. Benoît Schneckenburger, secrétaire national du Parti de gauche et garde du corps de Jean-Luc Mélenchon, réagit à cette chronique de Jean Rouaud en parlant de « calomnie » qui viserait « à empêcher toute critique de la politique du gouvernement israélien ». Le , Patrick Apel-Muller, patron de L'Humanité, publie exceptionnellement un billet pour défendre Mélenchon, estimant que Jean Rouaud lui a fait un « mauvais procès »[607].

Le , Jean-Luc Mélenchon déclare, à propos d'Éric Zemmour : « Il reproduit beaucoup de scénarios culturels [du judaïsme] : « on ne change rien à la tradition, on ne bouge pas, oh mon dieu la créolisation quelle horreur… » Et tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Ça a ses mérites, ça lui a permis de survivre dans l'histoire… » Ces propos, associant le judaïsme au conservatisme, sont interprétés par certains comme antisémites, ce que l'homme politique récuse[608]. Il affirme s'être mal exprimé, déclarant qu'il refuse de rendre responsable une religion quelle qu'elle soit, mais que sa conviction est que « toutes les religions comptent des ultra-traditionalistes qui finissent par déraper »[609].

Relations tumultueuses avec le CRIF

Jean-Luc Mélenchon et son mouvement entretiennent des relations houleuses avec le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), en raison notamment de leur discours critique à l'égard de la politique menée par Israël, du nationalisme israélien et du Premier ministre Benyamin Netanyahou[610]. En 2017, Francis Kalifat, président du CRIF, affirme que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen « véhiculent tous les deux la haine » pour justifier leur absence d'invitation au dîner annuel du CRIF[611].

En , alors que Jean-Luc Mélenchon émet l’intention de participer à la marche blanche organisée en réaction au meurtre de Mireille Knoll, Francis Kalifat déclare qu'il n'est pas le « bienvenu », estimant que les antisémites sont « surreprésentés » à « l'extrême gauche ». S'il « ne [met] pas en doute l’empathie de M. Mélenchon à l’égard du drame vécu par Mme Knoll », et refuse d'employer le qualificatif d'antisémite, il considère qu'« il faut une cohérence de discours et d’action » et met en cause son soutien au « boycott d'Israël ». Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France, reproche à Jean-Luc Mélenchon une absence de soutien à la communauté juive « pendant toutes ces années » et le soupçonne « d'avoir voulu s'acheter une bonne conscience politique sur le dos de la mort d'une vieille dame »[612].

De leur côté, Daniel Knoll, fils de Mireille Knoll, ainsi que des membres du gouvernement se disent ouverts à la participation de quiconque, désavouant le CRIF[611],[610]. Alors que Jean-Luc Mélenchon participe à la marche en compagnie d'autres députés de La France insoumise et du rabbin Gabriel Farhi, il en est exfiltré après avoir été pris à partie par une quarantaine de personnes, en particulier des membres de la Ligue de défense juive (LDJ), l'accusant de complaisance à l'égard de l'antisémitisme. Il réagit en évoquant un « épiphénomène »[613],[614],[615],[616]. Laurent Joffrin reproche au CRIF d'avoir commis « une boulette », et il s'interroge : « Quand le leader de La France insoumise aurait-il cédé à une mauvaise pente ? Jamais, que l’on sache. À moins d’amalgamer toute critique du gouvernement israélien à de l’antisémitisme, vieille ficelle propagandiste »[617].

Quelques jours plus tard, en , Jean-Luc Mélenchon présente le CRIF comme une « secte communautariste » coupable d'une « allégeance de principe à un gouvernement étranger et à sa politique »[589]. Pierre-André Taguieff estime qu'« on ne voit pas, sur [le] thème [du CRIF], ce qui le distingue d'un Dieudonné ou d'un Soral »[589].

Accusation d'autocratie

En , le politologue Thomas Guénolé publie La Chute de la maison Mélenchon : une machine dictatoriale vue de l'intérieur, livre que La France insoumise « a tenté, par l'intermédiaire de ses avocats, de censurer ». Guénolé dépeint ce parti comme un simulacre de démocratie interne et comme une organisation despotique. Selon ses militants, Jean-Luc Mélenchon n'est ni le gourou ni le chef du mouvement, mais Thomas Guénolé estime qu'il gouverne en autocrate par l'intermédiaire d'hommes de paille[618]. Thomas Guénolé avait quitté le mouvement de Jean-Luc Mélenchon en , après avoir été signalé pour « faits pouvant s'apparenter à du harcèlement sexuel », et, selon Les Inrockuptibles, son livre est un « réquisitoire, taillé pour faire mal »[619].

Assiduité au Parlement européen

Lors de son premier mandat de député européen (2009-2014), Jean-Luc Mélenchon se voit reprocher un manque d'assiduité au Parlement européen, en particulier sur la base du classement VoteWatch, réalisé à partir des données du Parlement européen, et qui fait autorité pour mesurer l’activité des eurodéputés[71].

Il fait lui-même part de sa frustration envers ce mandat, déclarant en 2012 :

« Être ici [au Parlement européen] est désespérant. C'est un parlement qui ne peut en aucun cas proposer une loi, c'est le seul parlement au monde qui est comme ça, qui n'a pas d'initiative législative. Il n'a aucun droit sur le marché intérieur et la fiscalité, aucun droit ! Il ne peut pas en débattre, ce n'est pas son sujet[620]. »

Outre l'absence du droit d'initiative du Parlement, il critique des temps de parole trop restreints selon lui[70]. Il met également en cause le blocage du jeu politique interne du Parlement européen, largement dominé par les groupes du Parti populaire européen et de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, tandis que son action est limitée en raison de son appartenance à l'un des plus petits groupes du parlement, celui de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE)[70]. Mediapart souligne qu'« il est surtout minoritaire au sein de ce collectif, et peine à construire des relations de travail fructueuses avec les Allemands à sa tête »[70]. En se justifiant, il évoque souvent son expérience passée au Sénat, dont il désapprouvait l'existence même tout en y siégeant et où il a eu, selon Mediapart, « toutes les peines du monde à prendre la parole au nom du groupe socialiste »[70].

Il figure parmi les élus les moins présents dans l'hémicycle[621],[620]. En 2014, il a participé, depuis le début de son mandat, à 70 % des votes en séance plénière, ce qui le situe à la 677e place du classement (sur un total de 764 élus)[71]. Le journaliste Jean-Sébastien Lefebvre souligne qu'il était « absent lors du vote de la politique agricole commune (PAC) » le , alors qu'il s'agit d'un tiers du budget européen[620]. Pour justifier son absence lors du vote sur le budget européen de 2013, Jean-Luc Mélenchon indique avoir choisi de rencontrer, le même jour à Paris, le président bolivien Evo Morales[70]. Sur les trois premières années du mandat, il a signé le procès-verbal de présence de sa commission, celle des Affaires étrangères, à 16 reprises, sur un total de 133 réunions, selon le décompte de Parlorama, site d'observation de l'activité parlementaire[70].

En 2012, il n'a rédigé aucune déclaration écrite[621]. En 2013, il n'a rédigé aucun rapport parlementaire, alors qu'il s'agit d'une activité essentielle du mandat selon Le Point et le journaliste Jean-Sébastien Lefebvre[621],[620],[70]. Il affirme qu'« on ne [lui] en a jamais proposé » et ajoute, « à juste titre » selon Mediapart, que le groupe de la GUE auquel il appartient « peine à décrocher des rapports sur des sujets importants »[620],[70]. Mediapart, qui nuance sa perception d'un parlement bloqué par les deux principaux groupes, souligne que des membres de son groupe comme Marisa Matias, Patrick Le Hyaric ou Marie-Christine Vergiat ont pris en charge des rapports et s'investissent en commission[70].

En 2012, Elmar Brok (CDU), président de la commission des Affaires étrangères, et son collègue Arnaud Danjean (UMP) indiquent qu'ils ne se souviennent pas l'avoir vu récemment au sein de la commission, notamment depuis qu'il en a quitté la vice-présidence en [621],[70]. Patrick Delfosse, rédacteur en chef de la chaîne du Parlement européen Europarltv, affirme qu'« il n'est jamais » sur place[621]. En 2013, José Bové (EÉLV) l'accuse d'avoir une présence « épisodique » au Parlement européen[620], Daniel Cohn-Bendit (EÉLV) de tenir un « emploi fictif »[70]. Catherine Trautmann (Parti socialiste) affirme qu'« il ne développe aucune action au sein du parlement, il est d'emblée négatif, hostile envers l'institution »[70]. Francis Wurtz, qui a dirigé pendant dix ans le groupe auquel appartient Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen, le défend, estimant que « s'immerger dans les questions européennes, cela ne veut pas dire, évidemment, que l'on s'immerge dans les institutions européennes »[70].

En réponse, Jean-Luc Mélenchon avance trois arguments : certains élus français font pire que lui, tels Marine Le Pen ou Harlem Désir ; ses statistiques ont été amoindries en milieu de mandat par ses campagnes pour l'élection présidentielle de 2012 et pour les législatives qui ont suivi, comme cela a également été le cas pour Eva Joly ; et — « c'est le cœur de son argumentation » selon Mediapart — il rend en permanence des « arbitrages avec des actions de terrain », assumant se rendre « là où [il est] le plus utile »[70]. Il affirme ne pas être « un fonctionnaire du parlement » mais « un représentant du peuple français au Parlement européen », et ne pas avoir « à répondre à des critères de performance distribués par une obscure agence de notation (VoteWatch), qui décide que le travail d'un parlementaire consiste à lever la main en cadence »[70]. Il met aussi en cause le financement de VoteWatch et met en avant son classement en seconde position parmi les eurodéputés français par « MEP ranking », autre plateforme qui, elle, privilégie les explications de vote dont Jean-Luc Mélenchon est « un champion toutes catégories » selon Le Monde, tandis que VoteWatch ne prend pas en compte cette donnée[71].

Enfin il avance, selon Mediapart, qu'il « réalise un travail généraliste d'« éducation populaire » sur l'Europe, tandis que d'autres élus se spécialisent dans des commissions aux pouvoirs limités, rédigeant des rapports au devenir incertain » : il donne pour preuve ses « 577 explications de vote – l'immense majorité étant transmises par écrit, après le vote – qu'il envoie au Parlement européen pour justifier ses positions », et « qu'il recycle, ensuite, sur son blog consacré à son activité parlementaire »[70]. L'eurodéputé Younous Omarjee, un de ses proches, considère qu'« il n'y a pas un seul candidat, pendant la présidentielle [de 2012], qui ait fait autant de pédagogie sur l'Europe », et qu'« il a un rayonnement politique tellement grand, qu'il n'a pas besoin de faire du stakhanovisme parlementaire pour peser »[70].

Mediapart estime qu'« au fond, tout se passe comme si l'échelon européen – l'Europe des 28 – n'était pas l'espace de prédilection » de Jean-Luc Mélenchon, qui « semble en fait partagé entre une défense de l'État-nation franco-français et des inspirations internationalistes, qui débordent de loin le cadre européen »[70].

Affaires judiciaires

Procès en diffamation à l'égard de journalistes

À l’égard de journalistes du Monde

En , Jean-Luc Mélenchon s'en prend personnellement à deux journalistes du Monde, qu'il accuse de faire du « Mélenchon bashing » dans un article couvrant une réunion au siège de sa campagne pour les élections présidentielles de 2017[h],[622],[623]. Il accuse notamment l'un des journalistes, Paulo Paranagua, d'être une « muse de la CIA » ayant eu « une activité publique intense dans les réseaux des putschistes et réactionnaires latinos et de leurs amis nord-américains[622]. » Le Monde apporte alors « son soutien sans réserve à ses journalistes, condamne avec la plus grande fermeté ces attaques outrancières et se réserve le droit d'attaquer en justice certaines accusations, à l'évidence diffamatoires, proférées par M. Mélenchon[622]. » Paulo Paranagua porte plainte, Jean-Luc Mélenchon ayant affirmé qu'il était un « criminel repenti qui tirait sur des agents de police et des gardiens de banque[624]. » L'affaire est classée en , après une erreur de procédure commise par un juge. Mais Mélenchon récidive, déclarant sur son blog en que Paranagua n'est pas seulement un « assassin repenti », mais qu'il fut dans les années 1970-1980 chef de la « Fraction rouge », qui ferait partie de la « prétendue armée révolutionnaire du peuple en Argentine » et qui se serait targuée d'avoir réalisé des exécutions de rue et des kidnappings[624],[625].

Paranagua porte à nouveau plainte, en , pour ces nouvelles accusations[624],[625]. Jean-Luc Mélenchon refuse de se rendre aux convocations du juge. L'avocat du journaliste demande un mandat de comparution[626]. Jean-Luc Mélenchon fait également valoir plusieurs fois son immunité parlementaire, alors qu'en 2017 il avait appelé à signer la charte de l'association Anticor demandant la suppression de l'immunité parlementaire[624]. Le , Jean-Luc Mélenchon est condamné à verser à Paulo Paranaguá un euro symbolique de dommages et intérêts ainsi que 2 000 euros pour les frais de justice, pour l'absence à l'époque de mentions légales sur le site melenchon.fr. En effet, cette omission a empêché d'engager une procédure au civil[627]. Jean-Luc Mélenchon est condamné le à 500 euros avec sursis pour « diffamation » contre Paulo Paranaguá après l'avoir qualifié d'« assassin repenti »[628]. En juin 2022, il est condamné en appel pour la première plainte de Paulo Paranagua. Les avocats de Jean-Luc Mélenchon avaient, par ailleurs, également fait appel du jugement de la seconde plainte de l'ancien journaliste du Monde[629].

À l'égard de journalistes de Radio France

Le , Jean-Luc Mélenchon est condamné à 500  d'amende avec sursis et 3 000  de dommages et intérêts par le tribunal de Paris pour injure publique et diffamation après avoir qualifié des journalistes de la cellule investigation de Radio France d'« abrutis », de « menteurs » et de « tricheurs ». Son avocat annonce faire appel[630],[631].

Assistants parlementaires européens

En , à la suite d'un signalement de la députée européenne FN Sophie Montel, le parquet de Paris élargit son enquête pour « abus de confiance » sur les assistants parlementaires européens à Jean-Luc Mélenchon et à trois de ses anciens assistants parlementaires[632]. Jean-Luc Mélenchon est soupçonné d'avoir embauché des assistants au Parlement européen qui auraient en fait travaillé pour le Parti de gauche[633]. Jean-Luc Mélenchon porte plainte pour dénonciation calomnieuse[634].

Comptes de la campagne présidentielle de 2017

En , Jean-Guy de Chalvron, rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) chargé de vérifier les dépenses liées aux frais de campagne, démissionne de l'institution, à laquelle il reproche d’avoir validé les comptes du candidat de La France insoumise. Selon lui, 1,5 million d’euros de dépenses de Jean-Luc Mélenchon sont litigieuses[635],[636]. Le Parisien indique que d’autres rapporteurs ont également contesté la décision de la Commission au sujet d'autres candidats à la présidentielle dont ils étaient chargés de vérifier les comptes[635]. Le , la CNCCFP publie sa décision : elle approuve la régularité des comptes de campagne de tous les candidats. Chaque candidat s'est auparavant vu rectifier ses comptes avant validation, pour différents motifs[637]. Pour La France Insoumise, la rectification porte sur 435 000  de dépenses jugées litigieuses selon Le Monde[638].

Le , la cellule d'investigation de Radio France publie dans France Info un montant de salaires déclarés étonnamment bas de 7 949 . France Info mentionne des surfacturations par la société Mediascop, qui appartient à la conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou[639]. Jean-Luc Mélenchon qualifie alors la station de radio d'État et appelle à « pourrir » ses journalistes, qu’il qualifie de menteurs et d'abrutis[640],[641],[642]. Radio France dépose plainte contre Jean-Luc Mélenchon[643]

Le , le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour effectuer des vérifications sur une éventuelle violation des règles de financement. Cette enquête est déclenchée par un signalement de la CNCCFP, qui avait pourtant validé les comptes. Selon L'Express, la commission a été conduite à cette action à la suite de la publicité faite par la démission du rapporteur Jean-Guy de Chalvron. L'Express précise que ce n'est pas la première fois que la justice s'intéresse à des comptes de campagne validés. Parmi les dossiers qui vont être examinés, figurent les dépenses auprès de l'association L'Ère du peuple et Mediascop, dont les marges avaient été jugées trop élevées par la CNCCFP[644],[645],[646]. Le dossier est confié aux policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF)[647].

Une perquisition a lieu le .

Le , une partie de l'instruction fuite dans la presse, ce qui viole le secret de l'enquête selon Jean-Luc Mélenchon[648],[649]. Une plainte est déposée pour violation du secret de l'enquête[650].

Mediapart fait également état d'une liaison avec sa conseillère Sophia Chikirou[651]. Jean-Luc Mélenchon qualifie cet article d'agression, rappelle être célibataire, et décrit l'épisode comme une opération de police politique fomentée par la « macronie »[271],[652]. La ministre Nicole Belloubet répond ne donner aucune instruction individuelle aux procureurs, et déplore le « jeu paranoïaque » de Mélenchon[653].

Les comptes de campagne 2017 sont rendus publics dans le journal officiel le [654]. On y lit que le montant des salaires déclarés par La France Insoumise est de 79 606 , plus 30 259  de cotisations sociales, soit 109 865 .

En 2021, Jean-Luc Mélenchon porte plainte pour diffamation contre Jean-Guy de Chalvron, rapporteur démissionnaire ayant dénoncé des « irrégularités » dans ses comptes de campagne[655]. Jean-Luc Mélenchon perd le procès, le tribunal de Paris considérant que les propos visés n'étaient pas diffamatoires[656].

Perquisition d’ et condamnation pour rébellion

Le , dans le cadre des enquêtes préliminaires sur ses comptes de campagne de 2017 et sur les emplois fictifs présumés au Parlement européen, une perquisition est menée par l'OCLCIFF à son domicile parisien, chez une dizaine de membres du parti et dans les locaux de La France insoumise[657],[658]. Présent sur place, Jean-Luc Mélenchon dénonce sur Facebook une « énorme opération de police politique ». Il se rend alors au siège FI avec des élus, qu’il incite à enfoncer la porte des locaux dont les policiers lui refusent l'accès pendant la perquisition ; il pousse le procureur dirigeant l’opération ainsi qu’un policier venu s'interposer, et s’exclame « La République, c'est moi ! »[659],[660],[661],[662],[663] puis « il ne faut opposer aucune résistance, nous sommes des gens honnêtes »[664]. Des altercations plus violentes contraignent les enquêteurs à mettre précipitamment fin à la perquisition selon le parquet de Paris[665],[662], ce qui est contesté par Mélenchon[664]. Le lendemain, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire » et « violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique »[666]. Quatre plaintes sont également déposées le par des proches de Jean-Luc Mélenchon, déclarant « une bousculade dans laquelle ils ont été précipités à terre »[667]. Catherine Champrenault, procureure générale de la cour d'appel de Paris, qualifie de coup de force le comportement des membres du mouvement[668], tandis que Jean-Luc Mélenchon dénonce des images tronquées par l'émission Quotidien, qualifiant le choix éditorial de diffuser certaines images de manipulation médiatique[669].

Le , Quotidien diffuse l'intégralité de la prise vidéo de la perquisition, d'une durée de 40 minutes[670]. D'après Le Monde, la vidéo dans son intégralité « montre une réalité plus complexe où M. Mélenchon alterne énervements et retours au calme et où il dit qu’il ne s’oppose pas aux perquisitions »[671]. Notamment, quelques instants après son « La République c’est moi », Jean-Luc Mélenchon chuchote au même policier qui lui faisait face : « Ne vous inquiétez pas, personne n’est violent ici »[672],[673],[674].

L'avocat spécialiste des libertés publiques Jean-Baptiste Soufron publie dans Marianne du une tribune liée à cette affaire, où il écrit que « les affaires politiques doivent être traitées directement et uniquement par des juges d'instruction »[675].

Un procès en correctionnelle se tient à Bobigny le , pour « actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire, rébellion et provocation », à la suite de la plainte du parquet[676]. Les juges suivent les réquisitions et Jean-Luc Mélenchon est condamné à trois mois d'emprisonnement avec sursis et 8 000 euros d'amende le [677]. Il ne fait pas appel de cette décision[678].

Mises en examen de l'association l'Ère du peuple

En , le rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne, qui avait évoqué sur BFM TV des « irrégularités » dans les dépenses de Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle de 2017, est relaxé des poursuites en diffamation intentées contre lui par le dirigeant de La France insoumise[679].

Dans le cadre des enquêtes préliminaires lancées en 2018, l'association l'Ère du peuple, qui assure la logistique des rassemblements de campagne de Jean-Luc Mélenchon et lui loue du matériel informatique, est mise en examen en pour « prêt illicite de main-d'œuvre » (il est interdit de prêter du personnel dans un but lucratif). La mandataire financière de l'association, Marie-Pierre Oprandi, est mise en examen en pour le même motif et pour « usage de faux »[680],[681],[682]. Le magistrat instructeur reproche à l'association l'Ère du peuple d'avoir surfacturé le travail de ses quatre salariés à l'association de financement de Jean-Luc Mélenchon à hauteur de 152 688 euros. L'association répond qu'elle a aligné sa facturation sur les prix du marché et que, dans le cas contraire, elle aurait pu être accusée de sous-facturation et donc de don déguisé à la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Pour le magistrat, les quatre salariés de l'Ère du peuple auraient dû être rémunérés directement par la campagne[680],[681].

L'association l'Ère du peuple est de nouveau mise en examen le 3 février 2022, avec des chefs d’accusation aggravés : faux, usage de faux, escroquerie et « tentative d’escroquerie aggravée » avec notamment une différence de 66 % entre le salaire en interne de Bastien Lachaud (déjà mis en examen) et sa prestation facturée pour la campagne de Jean-Luc Mélenchon, et une différence de 59 % pour Mathilde Panot[683].

Patrimoine

Le patrimoine de Jean-Luc Mélenchon est évalué en par Paris Match à 760 000  — dont 720 000  de biens immobiliers[684]. À cela, s'ajoutent 150 000  d'épargne qu'il avait prêtés, à cette date, au Front de gauche pour la campagne présidentielle et qui lui sont remboursés depuis[685].

En 2017, il déclare des biens immobiliers d'une valeur de 1 022 000  avec un reste à rembourser à hauteur de 151 723 . Il possède trois comptes courants pour un montant total de 6 186 euros, un livret bleu pour 40 234 euros, un compte épargne logement pour 10 135 euros et enfin un livret de développement durable pour 47 655 euros[686].

Jean-Luc Mélenchon est favorable au contrôle du patrimoine des élus par un organisme indépendant, mais opposé à sa publicité[687].

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

Au Sénat

  • -  : sénateur de l’Essonne
  • -  : sénateur de l’Essonne
  • -  : secrétaire du Sénat

À l'Assemblée nationale

Au Parlement européen

Au niveau local

Au Parti socialiste

  • Premier secrétaire de la fédération de l'Essonne
  • Membre du bureau national du PS
  • Cofondateur et président du courant socialiste Nouveau Monde (2002-2008), puis animateur de la sensibilité Trait d'union jusqu'à son départ du PS
  • Secrétaire national du PS

Au Parti de gauche

  • -  : président du bureau national
  • -  : coprésident du bureau national (avec Martine Billard)

Résultats électoraux

Élections présidentielles

Année Parti 1er tour
Voix % Rang
2012 PG 3 984 822 11,10 4e
2017 LFI 7 059 951 19,58 4e
2022 7 712 520 21,95 3e

Élections législatives

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
2012[688] PG 11e du Pas-de-Calais 11 406 21,46 3e
2017[689] LFI 4e des Bouches-du-Rhône 8 460 34,31 1er 11 912 59,85 Élu

Élections sénatoriales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Partis Département Voix % Rang Sièges
1986[690] PS Essonne 522 26,39 1er
2  /  5
1995[691] 525 23,93 2e
1  /  5
2004[692] 796 34,74 1er
3  /  5

Élections européennes

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Parti Circonscription Voix % Rang Sièges
2009[693] PG Sud-Ouest 214 079 8,16 5e
1  /  10
2014[694] 252 197 8,57 6e
1  /  10

Élections cantonales

Année Parti Canton 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
1985 PS Massy-Ouest Élu
1992[695] 1 653 25,60 2e 2 201 38,43 Battu
1998[696] 1 851 30,88 2e 2 951 52,87 Élu

Publications

Ouvrages collectifs

Préfaces

Jeu vidéo

Jean-Luc Mélenchon est le héros du jeu vidéo Fiscal Kombat, sorti en . Ce jeu est développé par le Discord insoumis, communauté d'insoumis soutenant la campagne de Jean-Luc Mélenchon[706].

Distinctions

Notes et références

Notes

  1. Alors sous double protectorat (espagnol et français), à l'exception notable de Tanger, alors zone internationale et port franc.
  2. Prononciation en français de France standardisé retranscrite selon la norme API.
  3. Sont considérés comme « grands » candidats à l'élection présidentielle de 2017 François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.
  4. Selon Catherine Nay d'Europe 1, le programme de Jean-Luc Mélenchon « augmente les minima sociaux, c'est la distribution généreuse… Tous les frais médicaux sont remboursés, la cantine est gratuite pour tout le monde… » Cf. Hadrien Mathoux, « Mélenchon « le rouge » attaqué par la presse conservatrice », sur Marianne, (consulté le ).
  5. D'après Marianne, dans ce cas là, « la valeur des créances sur la France serait dévaluée […] de la nouvelle parité du franc par rapport aux autres monnaies de référence », et si les investisseurs craignent cette dépréciation due à la dévaluation du franc, ils redoutent aussi une dépréciation éventuellement « considérable » à cause d'une anticipation d'un défaut de paiement de la France. Voir « Mélenchon et le trouillomètre des « marchés » », sur Marianne, (consulté le ).
  6. Par rapport à 2017, il a augmenté en 2022 son nombre d'électeurs de 655 000[223]
  7. Par la voix de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire socialiste, Julien Bayou, porte-parole d'EELV, et Pierre Laurent, numéro un du PCF[359]
  8. Il affirme notamment qu'une personne mise en examen venue à cette réunion est présentée à cette occasion par Le Monde comme « infréquentable », mais pas lorsque cette même personne est reçue par le président de la République. Il affirme également que Le Monde qualifie la CGT de « syndicat ultra-minoritaire »[622]

Références

L. Alemagna, S. Alliès, Mélenchon le plébéien

Autres références

  1. « Gabriel Amard, le gendre humain », sur Libération.
  2. a b et c Vanessa Schneider, « Jean-Luc Mélenchon, 48 ans, ex-grande gueule du PS, rentre dans le rang avec celui de ministre délégué. L'importuniste. », sur liberation.fr, .
  3. a et b Jean-Louis Beaucarnot, « Mélenchon : entre la Mancha et la Sicile ! », sur Rfgenealogie (consulté le ).
  4. a b et c « Biographie de Jean-Luc Mélenchon et actualités - Challenges.fr », sur challenges.fr.
  5. « Jean-Luc Mélenchon : « Je suis de culture catholique, je connais la maison ! » » (version du 14 janvier 2018 sur l'Internet Archive), sur famillechretienne.fr.
  6. « Jean-Luc Mélenchon » (version du 24 février 2012 sur l'Internet Archive), sur France-Soir.
  7. Olivier Cassiau, « L'enfance de Mélenchon : de Tanger à Yvetot », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne).
  8. a b c et d Who's Who in France, Laffite Hébrard, 2001-2002, p. 1279.
  9. a b c d e f g h et i Hortense Paillard, « Biographie : Qui est Jean-Luc Mélenchon ? » (version du 27 février 2017 sur l'Internet Archive), sur la République des Lettres.
  10. « Avant l'Elysée, ils passaient le bac », JDD,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Portrait : Jean-Luc Mélenchon, l'homme en colère », TV5MONDE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. a b c et d « Jean-Luc Mélenchon », sur Le Nouvel Observateur.
  13. a et b « Comptes rendus des débats - Séance du  », sur Sénat français, .
  14. a b c et d Intervention à On n'est pas couché, sur France 2, le .
  15. Lilian ALEMAGNA et Stéphane ALLIES, Mélenchon le plébéien, Robert Laffont/bouquins/segher, , 265 p. (ISBN 978-2-221-12841-1, lire en ligne).
  16. Anna Cabana, « Mélenchon se vend… en librairie ! », Le Point,‎ (lire en ligne).
  17. « Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l'enseignement professionnel », sur fede35.parti-socialiste.pagesperso-orange.fr.
  18. « Liste du Front de Gauche sur le Sud-ouest : Mélenchon, Daguerre, Revol, Vieu, Daumas, Lespade, Ortiz, Bouali, Sellin, Durrieu, Serieys, Millan », sur Midi Insoumis, Populaire et Citoyen.
  19. « Le CV de Jean-Luc Mélenchon », sur europe1.fr (consulté le ).
  20. « JEAN-LUC MELENCHON, l'ex-socialiste candidat PC », leparisien.fr,‎ 2011-06-23cest18:06:00+02:00 (lire en ligne, consulté le ).
  21. a et b Envoyé spécial, « Mélenchon le caméléon », France 2, (consulté le )
  22. a b c d e f g h i et j Maël Thierry, « Cinq hommes dans la vie de Mélenchon », Le Nouvel Observateur, no 4458,‎ 15-21 décembre 2011, p. 52-58.
  23. « Les années jurassiennes de Mélenchon ce soir chez Guillaume Durand ? », sur leprogres.fr, . Le Progrès.
  24. « Bio express », sur leparisien.fr, . Le Parisien.
  25. « 1968 et vous ? : interview de Jean-Luc Mélenchon, pour le Parti socialiste français » [vidéo], .
  26. « Jean-Luc Mélenchon », sur tlaxcala.es.
  27. « J.L. Mélenchon dans « Face aux Français… » (2e partie) », .
  28. Olivier Raeis, « Les âges de l'UNEF. Leurs statuts juridiques, essai de recensement », Cahiers du GERME, spécial no 3, 1998.
  29. Stéphane Alliès, « Crise finale au POI, ou le lambertisme en voie d’extinction », sur Mediapart, .
  30. « « C'était un vrai bonheur de travailler avec le vieux comme chef de meute » [entretien avec David Doucet] », Charles, no 16,‎ , p. 38 (ISSN 2258-7616)
  31. Laurent-David Samama, Les petits matins rouges. Récit d'une trahison, , chap. 4 (« Logique(s) de l'entrisme »)
  32. « Arthur, l'enfant terrible de Massy », sur leparisien.fr, .
  33. « Jean-Luc Mélenchon : « J'ai été le premier employeur d'Arthur », sur ozap.com, .
  34. François Koch, « Mélenchon menacé de suspension chez les francs-maçons », sur L'Express, .
  35. « Mélenchon n’est plus Franc-maçon ! », sur hiram.be,
  36. Sophie de Ravinel, « Quand Mélenchon est devenu le benjamin du Sénat », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  37. a et b Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, Mélenchon le plébéien, Paris, Robert Laffont, 2012.
  38. a et b « Compte rendu intégral de la 31e séance de la seconde session ordinaire de 1991-1992 du Sénat » [PDF], sur senat.fr, , p. 1493 et suiv..
  39. « Mélenchon: « Maastricht est un échec sur toute la ligne », sur liberation.fr, .
  40. « Amendement de la GS: « Tourner la page de Maastricht », sur liberation.fr, .
  41. « Jean-Luc Mélenchon : « c'est Chevènement qui avait raison ! », sur leplus.nouvelobs.com, .
  42. « Mélenchon, cet autre rocardien », sur liberation.fr, .
  43. « VIDEO. Quand Mélenchon accusait Hollande d'arrangements », sur leparisien.fr, .
  44. « Brest. Quand Mélenchon et Hollande "magouillaient" lors d'une élection », sur Le Télégramme, .
  45. « Séance du 22 avril 1998, scrutin numéro 85 », sur senat.fr (consulté le )
  46. « Séance du 23 avril 1998, scrutin numéro 87 », sur senat.fr (consulté le )
  47. « Discussion du projet de loi au Sénat à la séance du  », sur Sénat.
  48. « Quand le plébéien Mélenchon bouffe du bourgeois », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Au PS, pas de pitié pour les antieuro. Les six parlementaires qui n'ont pas voté pour la monnaie unique ont reçu un blâme. », sur Libération.fr, .
  50. Pascal Virot, « Traité d'Amsterdam: l'aile gauche du PS met les pieds dans l'Europe. Marie-Noëlle Lienemann (Gauche socialiste) cherche 5 000 signatures pour imposer un référendum interne au PS. », sur liberation.fr, .
  51. « Votes nominatifs en congrès sur la ratification du traité d'Amsterdam », sur Assemblée nationale.
  52. « Jean-Luc Mélenchon, fâché tout rouge », sur lemonde.fr, .
  53. « Qui sommes-nous ? » PRS Isère.
  54. Jean-Luc Mélenchon, « « Le devoir d'audace » », L'Humanité,‎ (lire en ligne). Tribune où explique que « cette réinvention de la gauche a lieu en ce moment même en Amérique latine, au Brésil, Venezuela, Bolivie, Équateur parmi d'autres pays ».
  55. a et b Jean-Luc Mélenchon, « Le PS a un métro de retard », Le Nouvel Observateur, no 2236,‎ (lire en ligne).
  56. Jean-Luc Mélenchon, François Delapierre et Raquel Garrido, « Leçons d'une refondation en Allemagne », Politis,‎ (lire en ligne) »].
  57. « Mélenchon : Fabius"le mieux placé pour 2007" », sur nouvelobs.com.
  58. « Parti socialiste : qui pense quoi? », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  59. « Mélenchon ne veut pas «perdre» », sur liberation.fr, (consulté le ).
  60. S. Z., « « Une chaise au chaud » attendait M. Mélenchon chez les antilibéraux », sur Le Monde, (consulté le ).
  61. Jean-Luc Mélenchon, « Sur France 3, dans 7 à voir », sur Jean-luc-melenchon.fr, .
  62. « Congrès PS : Hamon, Emmanuelli, Lienemann et Filoche présentent une motion » [archive du ], AFP.
  63. « Mélenchon qualifie d'« évènement historique » l'unité de l'aile gauche du PS » [archive du ], AFP.
  64. « Ça suffit comme ça ! » Communiqué de Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez sur le site « Ça suffit comme Ça »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  65. « Jean-Luc Mélenchon quitte le PS », sur Le Figaro, .
  66. « Jean-Luc Mélenchon quitte le PS », sur Le Monde, .
  67. « Le parti de Mélenchon réunit un millier de sympathisants », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. « RLe furieux -Parcours 3 » [archive du ], sur jeanluc-melenchon2017.fr.
  69. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Européennes : Mélenchon veut-il rejouer le match avec Le Pen ? », sur gauche.blog.lemonde.fr, .
  70. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Ludovic Lamant, « A quoi sert Mélenchon au parlement européen? », sur Mediapart, (consulté le ).
  71. a b c et d Alexandre Léchenet et Samuel Laurent, « Les astuces de Mélenchon pour paraître assidu au Parlement européen », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  72. « Jean-Luc Mélenchon : « Je pense qu'il faut que j'y aille » ».
  73. a b et c Sylvia Zappi, « Qu'ils s'en aillent tous !, de Jean-Luc Mélenchon : Mélenchon tombe à plat », sur Le Monde, (consulté le ).
  74. a et b « Qui est vraiment Jean-Luc Mélenchon », sur Le Parisien, (consulté le ).
  75. Éric Nunès, « Mélenchon en tête des ventes de livres politiques », sur Le Monde, (consulté le ).
  76. a b et c « Mélenchon assume un certain « populisme » », sur Le Point, (consulté le ).
  77. Anna Cabana, « Mélenchon se vend… en librairie ! », sur Le Point, (consulté le ).
  78. « Mélenchon partant pour 2012 », sur TF1-LCI, .
  79. Sophie de Ravinel, « Mélenchon n'attend plus que le vote des militants du PCF », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  80. « Le PCF choisit Mélenchon pour 2012 », sur Le Figaro, .
  81. « 2012: Mélenchon, élu par les militants PCF, peut partir en campagne », sur Le Parisien, .
  82. « Les militants communistes ont choisi Mélenchon pour 2012 », sur L'Humanité, .
  83. « Des cadres du NPA rejoignent Jean-Luc Mélenchon », sur La Croix, .
  84. Laurent Berbon, « Mélenchon : les dessous d'une campagne qui marche », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  85. Ava Djamshidi, « Mélenchon s’offre la Bastille », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  86. « Jean-Luc Mélenchon à 13 % », sur L'Humanité, .
  87. « Sondage. Mélenchon devient le troisième homme », sur L'Obs, .
  88. « Jean-Luc Mélenchon, à Lille, se sent pousser des ailes », sur fr.reuters.com, .
  89. "Le vote normal. Les élections présidentielle et législatives d'avril-mai-juin 2012", par Pascal Perrineau, aux Presses de Sciences Po en 2013
  90. « Rafael Correa soutient Mélenchon », sur Le Figaro, .
  91. « Mélenchon reconnaît avoir été à la remise de Légion d'honneur de Buisson », sur Le Parisien, .
  92. « Mélenchon avec Buisson, Guaino, Assad : son équipe dénonce une « manipulation », sur Le Point, .
  93. « Un « appel des 1000 » pour Mélenchon », sur Le Figaro, .
  94. « Décision Déclaration premier tour présidentielle 2012 du 25 avril 2012 », sur conseil-constitutionnel.fr, .
  95. Sophie de Ravinel, « Grosse déception pour Jean-Luc Mélenchon », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
    « en additionnant les scores estimés de Jean-Luc Mélenchon, de Nathalie Arthaud (LO) et de Philippe Poutou (NPA), le score tourne autour de 13,5 %. Un résultat identique à celui de la présidentielle de 2002. ».
  96. Sophie de Ravinel, « Grosse déception pour Jean-Luc Mélenchon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
    « Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel sans aucune ambiguïté pour la victoire de la gauche. Sans prononcer pour autant le nom du candidat socialiste, François Hollande ».
  97. « Sondage jour du vote au premier tour. Présidentielle 2012 » [PDF], sur opinionlab.opinion-way.com, .
  98. « France 3 Nord Pas-de-Calais, toute l’actualité de la région », sur France 3 Nord Pas-de-Calais, .
  99. « Le Pen assume son faux tract contre Mélenchon », sur LEFIGARO, (consulté le )
  100. « Résultats des élections législatives dans la 11e circonscription du Nord-Pas-de-Calais (62) », sur Ministère de l'Intérieur.
  101. « Résultats du premier tour de l'élection présidentielle de 2012 par circonscription », sur Politiquemania.
  102. « Mélenchon apporte son soutien au « prisonnier » Assange, fondateur de WikiLeaks », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  103. « Mélenchon sur la tombe de Belaïd : « Le problème du peuple tunisien, ce n'est pas la France », sur france24.com, .
  104. « Jean-Luc Mélenchon à Tunis: « On a tué l’un des nôtres », sur humanite.fr, .
  105. « Toutes les actualités et informations sur la marche citoyenne du pour la VIe république » [archive du ].
  106. « 180 000 ou 30 000 manifestants à la Bastille ? Pour Mélenchon, Valls est « aux abois », sur lci.tf1.fr, .
  107. « Mélenchon récuse toute manipulation d'images de TF1 », sur lexpress.fr, .
  108. « Mélenchon sur TF1 : l'étrange instrumentalisation faite par certains médias », sur humanite.fr, .
  109. « ACRIMED : Les médias face à la manif’ « révolution fiscale » : beaucoup de bruit sur (presque) rien », sur acrimed.org, .
  110. Sophie de Ravinel, « En France aussi, les eurosceptiques se sentent pousser des ailes », sur lefigaro.fr, .
  111. « Comment Hollande a « tué » Mélenchon », sur Le Figaro, .
  112. « Mélenchon veut prendre du recul par rapport au Front de gauche », sur BFM TV, .
  113. Eloïse Lebourg, « Je ne peux pas continuer comme cela », sur Hexagones, .
  114. Marc de Boni, « Jean-Luc Mélenchon quitte la direction du Parti de gauche », sur Le Figaro, .
  115. Dominique de Montvalon et Arthur Nazaret, « Jean-Luc Mélenchon : “Pour 2017, je suis disponible” », Le Journal du dimanche,‎ .
  116. « Je signe pour la sixième République », sur http://www.m6r.fr.
  117. a et b « Une alliance à la gauche du PS est-elle réaliste ? », sur RTL.fr, .
  118. « EELV : Si Duflot s'allie à Mélenchon, il y aura un scission chez les Verts, prévient Placé », sur leparisien.fr, .
  119. « Duflot se rapproche de Mélenchon, une partie d'EELV grince des dents », sur Lexpress.fr, .
  120. « EELV survivra-t-il aux élections départementales? », sur Le Huffington Post, .
  121. « Jean-Luc Mélenchon annonce sa candidature à l'élection présidentielle », sur Le Monde, .
  122. « Mélenchon et son antisystème », sur liberation.fr, .
  123. « Le Parti de gauche « soutient » la candidature de Mélenchon », sur Europe 1, .
  124. « Communiqué du Collectif national d'Ensemble ! des 19 et 20 novembre 2016 », sur ensemble-fdg.org.
  125. « Les militants du PCF choisissent de soutenir Mélenchon pour 2017 (contre la décision de la direction) », sur Europe 1, .
  126. « Mélenchon : le candidat de la raison », sur liberation.fr, .
  127. « Le choix de l'insoumission », sur Mediapart, .
  128. Alain Beuve-Méry, « Éric Piolle : « Je voterai Mélenchon pour encourager le rassemblement de la gauche » », sur Le Monde, .
  129. « Fiche sondage des intentions de vote » [PDF].
  130. « Mélenchon considéré par les sympathisants de gauche comme le meilleur candidat pour 2017 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  131. « Le programme de Jean-Luc Mélenchon parmi les dix meilleures ventes de livres », sur Europe 1, .
  132. Thibault Prévost, « L'ouvrage politique le plus offert à Noël est celui de Jean-Luc Mélenchon », sur Konbini, .
  133. « Ventes de livres : Mélenchon loin devant Macron, Hamon, Sarkozy et de Villiers », Challenges, (consulté le ).
  134. Damon Mayaffre, « Les mots des candidats, de « allons » à « vertu », dans Pascal Perrineau (dir.), Le Vote disruptif, Paris, Presses de Sciences Po, (lire en ligne), p. 131.
  135. a et b « Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle, à contre-courant d'une primaire », sur L'Obs, (consulté le )
  136. a et b « Jean-Luc Mélenchon veut incarner « la France insoumise » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  137. Laurent Neumann, Les Dessous de la campagne 2017, Calmann-Lévy, , p. 127.
  138. Mathieu Dejean, « Comment Antoine Léaument a révolutionné la communication web de Jean-Luc Mélenchon », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  139. Marylou Magal, « Stratégie numérique : Jean-Luc Mélenchon domine YouTube », sur Le Point, .
  140. « Comment Mélenchon est devenu l'homme politique le plus populaire de YouTube », sur RTL, .
  141. V. R., « Mélenchon se vante d'avoir plus d'abonnés YouTube que Clinton et Trump », sur BFM TV, .
  142. « Campagne en ligne : Mélenchon écrase Hamon dans le match des vues », sur BFM TV, .
  143. Pauline Moullot, « Jean-Luc Mélenchon en hologramme : une «première mondiale» ? », sur liberation.fr, .
  144. « Pourquoi l'hologramme de Mélenchon n'en était pas un », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  145. « VIDEO. On a testé pour vous l'hologramme de Mélenchon », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  146. Damon Mayaffre, « Les mots des candidats, de « allons » à « vertu », dans Pascal Perrineau (dir.), Le Vote disruptif, Paris, Presses de Sciences Po, (lire en ligne), p. 132.
  147. « Les candidats à la présidentielle évalués par les ONG d'aide au développement », sur Le Monde, .
  148. « Jean-Luc Mélenchon et la Russie : ce qui nous dérange », sur liberation.fr, .
  149. « Mélenchon, un programme pour les femmes très fouillé », sur Slate, .
  150. Diane Malosse, « Jean-Luc Mélenchon : du "bruit" et de la "fureur" à la force tranquille », Le Point, .
  151. Marc de Boni, « Mélenchon ouvre les bras aux socialistes : « J'en ai fini avec le bruit et la fureur » », sur Le Figaro, .
  152. a et b Geoffroy Bonnefoy, « Présidentielle : Macron et Fillion contre le « communiste » Mélenchon », sur L'Express, .
  153. a et b Mathias Reymond, « Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon (bis repetita) ? », sur Acrimed, .
  154. a et b « Popularité de Mélenchon : le chiffon rouge agité », sur Public Sénat, (consulté le ).
  155. Thomas Guénolé, « Oui, il y a bien un « Mélenchon-bashing » médiatique », sur Marianne, .
  156. Étienne Goetz, « Le risque Mélenchon fait son apparition sur les marchés financiers », sur Les Échos, (consulté le ).
  157. « Élection présidentielle 2017 : résultats globaux du premier tour », sur Ministère de l'Intérieur, .
  158. a et b Hadrien Mathoux, « Finalement, les électeurs de Mélenchon ont majoritairement voté Macron au second tour », sur Marianne, (consulté le ).
  159. Sylvain Chazot, « Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon ne fait pas de différence entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen », sur Europe 1, .
  160. Victor Dhollande-Monnier, « VIDÉO - En 2002, Mélenchon n’avait pas hésité à appeler à voter pour Chirac contre Le Pen », sur Europe 1, .
  161. (de) « Ni Le Pen, ni Macron: Mélenchon hält am linken Lager fest », sur Neues Deutschland, , dernier paragraphe, traduit de l'allemand : « Des sondages prévoient 50% pour Macron, 12% pour Le Pen, le reste ne se prononçant pas ou s'abstenant ».
  162. a et b « Second tour de la présidentielle : Mélenchon ne dira pas pour qui il vote », sur Les Échos, .
  163. « Présidentielle 2017 : Jean-Luc Mélenchon ne donne pas de consigne de vote pour le second tour », sur Le Monde, .
  164. Élise Lambert, « Présidentielle : vote blanc, abstention, Macron, Le Pen… Le casse-tête des électeurs de Mélenchon », sur France Info, .
  165. « Jean-Luc Mélenchon « ne votera pas FN » mais ne donne pas de consigne de vote », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  166. a et b « Mélenchon assure à tort avoir appelé à ne pas voter Le Pen au soir du premier tour », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  167. « VIDEO. "Pas une voix au Front national", martèle Jean-Luc Mélenchon, qui en a "ras-le-bol des questions de morale permanente" », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  168. Claude Askolovitch, « Jean-Luc Mélenchon, une certaine idée du chaos », sur L'Obs, .
  169. Sophie de Ravinel, « Mélenchon ne donnera pas de consigne de vote », Le Figaro,‎ 29-30 avril 2017, p. 5 (lire en ligne).
  170. a et b Raphaëlle Besse Desmoulières et Gilles Rof, « Jean-Luc Mélenchon annonce qu’il sera candidat aux législatives », sur Le Monde, .
  171. Ghislain de Violet, « Législatives : Mélenchon, adepte du parachutage électoral », sur BFM TV, .
  172. Olivier Bénis, « Jean-Luc Mélenchon ou le « parachutage de raison » », sur France Inter, .
  173. Amandine Réaux, « L'explication alambiquée de Jean-Luc Mélenchon sur sa candidature aux législatives à Marseille », sur Le Lab, .
  174. Annie Vergnenegre, « Législatives à Marseille. Sarah Soilihi, candidate FI éliminée au premier tour », sur France Info, (consulté le ).
  175. « Diffamation : Cazeneuve a porté plainte contre Mélenchon », sur L'Alsace, .
  176. « Mélenchon plaide un mot « mal calibré » contre Cazeneuve à propos de Rémi Fraisse », sur L'Express, .
  177. « Élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur.
  178. « Premier tour des législatives : Jean-Luc Mélenchon arrive largement en tête à Marseille (résultats) », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  179. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  180. « Législatives : Jean-Luc Mélenchon élu député à Marseille », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  181. « Jean-Luc Mélenchon », sur Assemblée nationale.
  182. Loris Boichot, « Chaises musicales entre Paris et Strasbourg : qui sont les quatre nouveaux eurodéputés ? », sur Le Figaro, .
  183. « Fête de l'Huma : Pierre Laurent tacle Jean-Luc Mélenchon et agace la France insoumise », sur RTL, (consulté le ).
  184. « Communistes et insoumis, le week-end où tout a basculé », sur Europe 1, .
  185. « Mélenchon et Castaner visés par un attentat de l'ultra-droite ? », sur Le Point, (consulté le ).
  186. « Un projet déjoué d'attentat de l'ultra-droite aurait visé Mélenchon et Castaner », sur Les Échos, (consulté le ).
  187. « Projet d'attentat de l'ultradroite : Mélenchon et Castaner ignoraient la menace », sur L'Express, (consulté le )
  188. « Menace d'attentat : Mélenchon interpelle Philippe à l'Assemblée sur sa sécurité », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  189. « Visé par un projet d'attentat, Mélenchon veut des sanctions contre l'Action française », sur Le Figaro, (consulté le ).
  190. « Ultra-droite : Collomb minimise les menaces contre Mélenchon et Castaner », sur Le Parisien, .
  191. « Collomb minimise le "sérieux" de la "bande" d'extrême droite arrêtée mardi », sur LeFigaro.fr, (consulté le )
  192. « Ultradroite : le procès d'une cellule, formée par un Vitrollais, qui rêvait de "guerre civile" », sur LaProvence.com, (consulté le )
  193. « Neuf ans de prison ferme pour le fondateur du groupuscule d'ultradroite OAS », sur France 24, (consulté le )
  194. « Européennes : duo Aubry-Bompard à la tête de la liste La France insoumise », sur lefigaro.f, (consulté le )
  195. Européennes : la défaite de La France insoumise est d’abord celle de Jean-Luc Mélenchon JDD,
  196. « Présidentielle: Mélenchon passe la main à Panot à la tête des députés LFI », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  197. a et b « Jean-Luc Mélenchon déclare sa candidature à la présidentielle 2022 », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  198. a et b « Présidentielle : Mélenchon revendique déjà ses 150 000 parrainages », sur liberation.fr, (consulté le ).
  199. a et b « Mélenchon obtient ses 150.000 parrainages pour 2022 », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  200. Grand jury RTL-LCI le
  201. "Présidentielle 2022 : comment l'espoir d'une primaire à gauche s'est (quasiment) envolé" par Antoine Comte, sur France Télévisions le [1]
  202. Article dans Ouest-France le [2]
  203. Article de Lucile Descamps, dans Le Parisien le [3]
  204. "Primaire populaire :"Ils peuvent retirer mon nom", lance Anne Hidalgo aux organisateurs" sur Franceinfo le
  205. « Nous demandons à ne pas être impliqué par la prétendue "primaire populaire" », sur La France insoumise, (consulté le ).
  206. "Primaire populaire : après la divulgation d’une vidéo, colère des « insoumis » et des écologistes qui refusent d’être associés à l’initiative" par Brice Laemle, dans Le Monde le
  207. "Samuel Grzybowski et Mathilde Imer, les initiateurs décriés de la Primaire populaire" par Hadrien Brachet et Lou Fritel, dans Marianne le [4]
  208. "Présidentielle 2022 : une vidéo sème le trouble sur les intentions des organisateurs de la Primaire populaire" sur France Info le [5]
  209. "Présidentielle : une « grève » des parrainages pour pousser la gauche à s’unir" par Jérôme Pilleyre le dans La Télégramme [6]
  210. "Primaire populaire: le baron noir de la gauche" par Raphaël Proust et Caroline Vigoureux le dans L'Opinion [7]
  211. « Présidentielle 2022 : l’équipe de la Primaire populaire annonce soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  212. « Jean-Luc Mélenchon tient un meeting à Paris pour montrer qu’il peut « faire l’union par la base » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  213. Mathieu Dejean, « Comment le parlement de l’Union populaire dynamise la campagne de M... », sur Mediapart (consulté le )
  214. a et b « Présidentielle 2022 : Mélenchon en « tortue électorale » », sur L'Humanité, (consulté le )
  215. « En meeting, Mélenchon appelle « au combat » », sur Politis.fr, 20211208 17:00 (consulté le )
  216. « L'invité politique : Thomas Portes, soutien de Jean-Luc Mélenchon », sur Franceinfo, (consulté le )
  217. a et b « Présidentielle 2022 : le plan de Jean-Luc Mélenchon pour capter le "vote utile" à gauche », sur Franceinfo, (consulté le )
  218. Le JDD, « Présidentielle : pourquoi l'appel au vote utile peut permettre un gain électoral dans la dernière ligne droite », sur lejdd.fr (consulté le )
  219. « Jean-Luc Mélenchon : le nouveau vote utile ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  220. « Christiane Taubira annonce qu’elle votera pour Jean-Luc Mélenchon « dès le premier tour » afin de « barrer la route » à l’extrême droite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  221. « Les anciens présidents brésiliens Lula et Rousseff soutiennent Mélenchon », sur Europe 1 (consulté le )
  222. « Election présidentielle 2022 », sur https://www.resultats-elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2022/FE.html, (consulté le )
  223. a et b Claude Patriat, « Un pays fracturé pour un second tour incertain », sur The Conversation, (consulté le )
  224. a et b « Présidentielle 2022 : « Comme troisième homme, Jean-Luc Mélenchon peut espérer compter bien davantage que tous ses prédécesseurs » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  225. « Présidentielle : les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, clé pour la réélection d'Emmanuel Macron », sur Les Echos, (consulté le )
  226. « Mélenchon ne donne pas de consigne à ses électeurs, une réaction vivement critiquée », sur La Libre.be, (consulté le )
  227. « L'archipel électoral mélenchoniste », sur Fondation Jean-Jaurès (consulté le ).
  228. « Jeunes, banlieusards, diplômés désargentés... Plongée dans la France qui vote Mélenchon », sur lexpress.fr (consulté le )
  229. « Comment le vote des détenus a fait basculer le 1er arrondissement de Paris côté Mélenchon », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  230. « Avec Mélenchon, des économistes qui veulent politiser l’économie », sur Alternatives Economiques (consulté le )
  231. « Autour de Jean-Luc Mélenchon, des hauts fonctionnaires « prêts à gouverner » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  232. « Les « insoumis » se dotent d’un « laboratoire d’idées » pour bâtir une « alternative » à Macron », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  233. « La renaissance du candidat Mélenchon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  234. Romaric Godin, « Chiffrage du programme : la stratégie du sérieux de Mélenchon », sur Mediapart (consulté le )
  235. « Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon dévoile le chiffrage de son programme », sur CNEWS (consulté le )
  236. « Jean-Luc Mélenchon : l’art de changer de nom », sur Franceinfo, (consulté le )
  237. Par Jannick Alimi Le 5 décembre 2021 à 12h33 et Modifié Le 5 Décembre 2021 À 19h25, «La France, ce n’est pas l’extrême droite» : Jean-Luc Mélenchon prêt «au combat», sur leparisien.fr, (consulté le )
  238. « Journal de campagne: la tortue Mélenchon en route vers le deuxième tour? », sur RFI, (consulté le )
  239. Christophe Casanova, « [Portrait 7/12] Jean-Luc Mélenchon, le tribun ou la tortue », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le )
  240. Hadrien Mathoux, « Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon peut-il vraiment être au second tour ? », sur www.marianne.net, 2022-03-20utc12:00:00+0200 (consulté le )
  241. « Mélenchon explique son refus de la primaire populaire par une fable de la Fontaine », sur Le HuffPost, (consulté le )
  242. Sébastien Schneegans, « Jean-Luc Mélenchon, cette « tortue sagace » qui fait son chemin à gauche », sur Le Point, (consulté le )
  243. « Avec « Twitchons », Jean-Luc Mélenchon prend de l'avance », sur Public Senat, (consulté le )
  244. « Covid-19 : Jean-Luc Mélenchon tient un meeting en réalité virtuelle samedi soir », sur Franceinfo, (consulté le )
  245. « Un meeting en réalité augmentée, Mélenchon a osé », sur LaProvence.com, (consulté le )
  246. « On était au meeting olfactif de Jean-Luc Mélenchon », sur www.vice.com (consulté le )
  247. « A Nantes, Jean-Luc Mélenchon joue la tortue pour viser le trou de souris », sur l'Opinion, (consulté le )
  248. « Jeux vidéo. Présidentielle : des candidats misent sur le jeu vidéo », sur Franceinfo, (consulté le )
  249. « En 2022 encore, Mélenchon devient le héros d'un jeu vidéo », sur Le HuffPost, (consulté le )
  250. Victor Vasseur, « Gadget de campagne : on a testé le mini-hologramme de Jean-Luc Mélenchon », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  251. « Présidentielle: pour son dernier grand meeting avant le premier tour, Mélenchon ressort son hologramme », sur BFMTV (consulté le )
  252. « Jean-Luc Mélenchon : « Je demande aux Français de m’élire premier ministre » en votant pour « une majorité de députés “insoumis” » aux législatives », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  253. « Jean-Luc Mélenchon candidat en 2027? "À l'heure où je vous parle, je ne crois pas à ça" » (consulté le )
  254. « La longue marche de Jean-Luc Mélenchon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  255. « Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon ne se représentera pas et laisse sa place à Manuel Bompard », sur Capital.fr, (consulté le )
  256. Olivier Faye et Mariama Darame, « Législatives 2022 : le premier tour consacre le duel entre la coalition présidentielle et l’union de la gauche », sur Le Monde,
  257. « "Bouge-toi mon pote!": l'appel de Mélenchon aux jeunes avant le second tour des législatives », sur BFMTV (consulté le )
  258. « Manuel Bompard élu député à Marseille », sur LEFIGARO, (consulté le )
  259. Laurence Mauriaucourt, « La fille de Jean-Luc Mélenchon assigne un élu de l'Essonne pour diffamation », sur L'Humanité, .
  260. Hortense Paillard, « Biographie : Qui est Jean-Luc Mélenchon ? » (version du 27 février 2017 sur l'Internet Archive), sur la République des Lettres.
  261. « Maryline Melenchon » [archive du ], sur acteurspublics.com, (consulté le ).
  262. « Qui est Maryline Camille, la fille de Jean-Luc Mélenchon ? », sur Madame Figaro, (consulté le )
  263. Emmanuel Daniel, « Jean-Luc Mélenchon et les conflits d'intérêt », Slate,‎ (lire en ligne).
  264. « Mediapart révèle "la relation extra-professionnelle" entre Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou », Les Inrocks, (consulté le )
  265. « Jean-Luc Mélenchon révèle qu'il souffre de surdité dans "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel », HuffPost, (consulté le )
  266. « Jean-Luc Mélenchon : ses confessions sur sa surdité », sur aufeminin, (consulté le )
  267. Fabrice Arfi, Michel Deléan et Antton Rouget, « Les premières découvertes des perquisitions Mélenchon », Mediapart, (consulté le )
  268. Katia Rimbert, « Jean-Luc Mélenchon en couple avec sa directrice de campagne ? La rumeur enfle. Droit de réponse de Mme Chikirou », Non Stop People, (consulté le )
  269. Lucas Burel et Violette Lazard, « Le passage éclair de Sophia Chikirou à Bruxelles qui intrigue les enquêteurs », sur L’Obs, (consulté le )
  270. Anthony Berthelier, « « Sophia Chikirou n'est pas ma compagne », clarifie Mélenchon en accusant Plenel », sur Le HuffPost, (consulté le )
  271. a et b « "Agression" et "ignominie" : Mélenchon s'en prend à Mediapart, qui révèle sa "relation extra-professionnelle" avec sa conseillère Sophia Chikirou », sur Franceinfo, (consulté le )
  272. Hugo Domenach et Émilie Lanez, « Sophia Chikirou, le talon d'Achille de Jean-Luc Mélenchon », sur Le Point,
  273. « Relation avec Chikirou : Mélenchon débouté face à « Closer » », sur L’Obs, (consulté le )
  274. Pascal Perrineau, « Jean-Luc Mélenchon, "premier candidat de gauche" ? », sur Émile Magazine, (consulté le )
  275. a et b Jean-Numa Ducange, « Les adieux à la gauche de Jean-Luc Mélenchon, Portrait intellectuel d’un homme (politique) pluriel », sur Cairn.info - Revue du Crieur 2018/1 (N° 9), pages 48 à 63,
  276. a et b Roger Martelli, « Front de gauche, aube ou crépuscule ? », sur Cairn.info - Mouvements 2012/1 (n° 69), pages 101 à 108,
  277. a et b « "Evidemment que Mélenchon est d'extrême gauche" pour Alain Duhamel », sur rtl.fr (consulté le )
  278. « "Gilets jaunes" : "Nous sommes à la veille d'une révolution citoyenne", assure Jean-Luc Mélenchon », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  279. Lilian Alemagna, « Venezuela en crise : embarras de La France insoumise », sur liberation.fr, (consulté le )
  280. Marc Endeweld et Bernard Stephan, « Jean-Luc Mélenchon : « L’élection n’est qu’une étape » », sur temoignagechretien.fr, .
  281. a et b « Pourquoi Jean-Luc Mélenchon se passionne autant pour l'Amérique latine », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  282. Oui, le ralliement à l'Alliance bolivarienne figurait bien dans le programme de Mélenchon Pauline Moullot, Libération,
  283. « Qu’est ce que l’Alliance bolivarienne, dont parle Mélenchon dans son programme ? », sur bfmtv.com, .
  284. « Mélenchon, "Chavez français": l'éternel talon d'Achille du candidat insoumis? », sur lexpress.fr, .
  285. a et b « Présidentielle: Mélenchon, le «Chavez français» vu par la presse anglo-saxonne », sur 20minutes.fr.
  286. « "Chavez français" : Mélenchon répond aux attaques du "Figaro" », sur laprovence.com, .
  287. « "Armée Rouge"; "Chavez français"… Mélenchon ironise sur les attaques dont il fait l'objet », sur L'Obs, .
  288. a et b Aurélie Delmas, « La «planification écologique» de Jean-Luc Mélenchon, un sillon bien creusé », sur Libération.fr, (consulté le )
  289. « L'offensive de Mélenchon sur l'écologie », sur Le Monde,
  290. « Que trouve-t-on dans le programme de Jean-Luc Mélenchon ? », sur parismatch.com,
  291. Thomas Schonheere, « Europe Écologie-les Verts, nouvelle cible récurrente de Jean-Luc Mélenchon », sur franceinter.fr, (consulté le )
  292. Jim Jarrassé, « Montebourg évoque Cincinnatus, comme Mélenchon avant lui », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  293. Pierre Lepelletier et Mathilde Siraud, « Réforme constitutionnelle: ce que prévoit l’exécutif, ce que proposent les députés », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  294. « L’Assemblée rejette la proposition des Insoumis d’instaurer le RIC », sur leparisien.fr, (consulté le )
  295. Arthur Nazaret, « Mélenchon et sa "règle verte" au pays des volcans », sur lejdd.fr, (consulté le )
  296. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Nouvelle Constitution, sortie du nucléaire, UE : ce que contient le programme de Mélenchon », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  297. « La fin du nucléaire prônée par Hamon et Mélenchon coûterait 217 milliards d'euros », sur Capital.fr, (consulté le )
  298. En France, sortir du nucléaire coûterait cher, y rester aussi
  299. « Nucléaire : la gauche répond à Mélenchon », sur L'Obs,
  300. « "2030 c’est trop long" : Mélenchon veut aller plus vite vers l’énergie renouvelable », sur SudOuest.fr (consulté le )
  301. Charlotte Belaïch et Rachid Laïreche, « Nucléaire : à gauche, scission autour de la fission », sur Libération (consulté le )
  302. « Que contient le programme économique de Jean-Luc Mélenchon? », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  303. a et b « VRAI OU FAKE. Sûreté, coût, nouveaux EPR… On a vérifié les affirmations de six candidats à la présidentielle sur le nucléaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  304. « La centrale de Gravelines visée par un missile venu de l’espace? Qu’a vraiment dit Jean-Luc Mélenchon? », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  305. « Jean-Luc Mélenchon face au 7/9 », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  306. « Femme de chambre à Ouistreham / Ukraine et sécurité de l’Europe », à 34mn55s, sur ARTE - 28 minutes,
  307. a b et c Cédric Mathiot, « Faut-il seulement 45 éoliennes pour remplacer un réacteur nucléaire, comme l’affirme Mélenchon ? », sur Libération (consulté le )
  308. Philippe Bordier, « Jean-Luc Mélenchon en pince pour les éoliennes de Centrale Nantes », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  309. Birnbaum, Pierre. « Les « gens » contre « l’oligarchie » : le discours de La France insoumise », Cités, vol. 72, no 4, 2017, p. 163-173.
  310. Caurentin Courtois, Pierre Tremblay, « De Mélenchon à Glucksmann, la gauche rassemblée pour réclamer la nationalisation de Luxfer », sur Le HuffPost, (consulté le )
  311. Aurélie Delmas, « Comment Mélenchon veut instaurer un salaire maximum des patrons », sur Libération.fr, (consulté le )
  312. Benjamin Sportouch, « Jean-Luc Mélenchon veut augmenter le Smic », sur RTL.fr, (consulté le )
  313. Sébastien Crépel, Julia Hamlaoui, « Impôts. Le programme fiscal de Jean-Luc Mélenchon, cible des caricatures », sur L'Humanité, (consulté le )
  314. « Impôt : la "révolution fiscale" de Mélenchon s'annonce sanglante pour les plus aisés », sur Capital.fr, (consulté le )
  315. Christophe Gueugneau et Stéphane Alliès, « Mélenchon: «Si je suis élu, j’abrogerai la loi El Khomri» », sur Mediapart, (consulté le )
  316. « Casse du code du travail : Jean-Luc Mélenchon s'engage à poursuivre la "bataille" dans "la rue" », sur L'Humanité, (consulté le )
  317. Paméla Rougerie, « Grand débat : et si on ajoutait une semaine de congés payés ? », sur leparisien.fr, (consulté le )
  318. « Travailler plus ou moins? Les enjeux d'un clivage fort de la campagne », sur Public Senat, (consulté le )
  319. « Affaire Orpea : "Il n'y aura plus d'Ehpad à but lucratif si je suis président", promet Jean-Luc Mélenchon », sur Franceinfo, (consulté le )
  320. a b c et d Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon souhaite une retraite au SMIC minimum pour les carrières complètes sur Capital le 18/02/2022 [8]
  321. "Mélenchon propose une retraite au SMIC minimum pour toute carrière complète" sur 20 Minutes le 18/02/22 [9]
  322. « Mélenchon propose la retraite à 60 ans, financée par la hausse des salaires et l'investissement », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  323. Article de Pascal Samama le 4 novembre 2021 sur BFM TV [10]
  324. « Mélenchon veut créer "la sécurité sociale intégrale" », sur LCI, (consulté le )
  325. « Santé. Mélenchon propose un remboursement à 100 % des soins par la Sécu », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  326. « Jean-Luc Mélenchon plaide pour une « sécurité sociale intégrale » », sur L'Humanité, (consulté le )
  327. « Coronavirus : "Il faut nationaliser les entreprises Luxfer et Famar", déclare Jean-Luc Mélenchon », sur Franceinfo, (consulté le )
  328. « Mélenchon, Lula et une cinquantaine de leaders de gauche appellent à lever les brevets sur le vaccin », sur Le HuffPost, (consulté le )
  329. « Covid-19: Jean-Luc Mélenchon dénonce le passe sanitaire », sur lefigaro.fr (consulté le )
  330. « Olivier Véran a-t-il révélé le statut vaccinal de Jean-Luc Mélenchon ? », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  331. « L’échange très tendu entre Mélenchon et Véran sur le pass vaccinal », sur L'Obs, (consulté le )
  332. a et b "Sécurité intérieure proximité et globalité" par Franck Durand, aux Editions L'Harmattan en 2019 [11]
  333. a et b "Police en péril. La grande maison brûle" par Jean-Louis Arajol aux Éditions du Cherche Midi en 2020 [12]
  334. "Adrien Quatennens plaide pour "un retour à la raison face à la surenchère sécuritaire", article centré sur Europe 1 [13]
  335. a et b "Adrien Quatennens: «Il y a un problème de sécurité en France», par Virginie Le Trionnaire, dans Le Figaro le [14]
  336. Article sur CNews le [15]
  337. "Tout le monde déteste la police"
  338. « À la fête de l'Huma, «tout le monde déteste la police» », sur lefigaro.fr (consulté le )
  339. Article de Jérémy Maccaud sur BFM le [16]
  340. « Bien sûr que non, tout le monde ne déteste pas la police »
  341. a b et c "Marche des policiers: Mélenchon explique pourquoi la France insoumise n'ira pas" par Romain Herreros dans le Huffington Post le [17]
  342. a et b "Adrien Quatennens :"On nous colle injustement sur le front l'étiquette 'islamo-gauchist'", par Erwan Bruckert dans L'Express le [18]
  343. "Ma France - Heureuse, solidaire et digne", livre-programme par Fabien Roussel publié en 2021 [19]
  344. "Ugo Bernalicis, le porte-voix de La France insoumise sur la sécurité" par Raphaël Proust dans L'Opinion le [20]
  345. "Ugo Bernalicis, l’insoumis qui se rêve en premier flic de France", par Sylvain Marcelli le , dans Média cités[21]
  346. Charlotte Cieslinski, « Ugo Bernalicis, le député insoumis qui tacle Ciotti sur l'état d'urgence », sur L'Obs, (consulté le ).
  347. Julia Hamlaoui, « Mélenchon défend le protectionnisme solidaire », sur L'Humanité, (consulté le )
  348. « CETA : qui a voté quoi parmi les députés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  349. « Tafta: "assez louvoyé", la France doit "refuser ce projet", estime Mélenchon », sur LExpress.fr, (consulté le )
  350. « Mélenchon veut « réquisitionner des mètres carrés » pour construire 200 000 logements sociaux par an », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  351. « Dans un quartier populaire, Mélenchon auprès de "la France qui a froid" », sur France 24, (consulté le )
  352. a b c d e f et g « Mélenchon 2017 VS 2012, le candidat tient-il le même discours sur l'immigration? », sur 20minutes.fr.
  353. « Mélenchon critique «l'idée d’une France blonde aux yeux bleus» de Guéant », sur 20minutes.fr, .
  354. Mélenchon ajoutera par la suite ne pas pouvoir « survivre dans un pays où il n'y a que des blonds aux yeux bleus » dans une interview sur Hit Radio, , min 21 s à min 23 s.
  355. « Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon: les mêmes mots pour le dire », sur lopinion.fr, .
  356. "La campagne qui réconcilie émotion et raison" le dans L'Humanité [22]
  357. « Gauche : d'une stratégie de classe à une stratégie de valeurs », Le Monde, .
  358. Alexander Zevin, « Terra Nova, la “boîte à idées” qui se prend pour un think tank », Le Monde diplomatique, .
  359. a et b Rachid Laïreche, « Immigration: Mélenchon en mots troubles », sur Libération, (consulté le )
  360. Marc de Boni, « Les positions de Mélenchon sur l'immigration crispent à gauche », sur Le Figaro, .
  361. a b et c "Mélenchon: l'immigration de 2016 "pas comparable" à 2000, car "nous sommes responsables" par l'AFP sur le site de Challenges le [23]
  362. a et b « Mélenchon: l'immigration de 2016 "pas comparable" à 2000, car "nous sommes responsables" », sur leparisien.fr, .
  363. « Les quotas d'immigration - propositions des candidats à l'élection présidentielle 2017 », sur Le Monde.fr.
  364. « Premier débat de la présidentielle : Mélenchon fait la leçon aux autres candidats sur l’immigration », sur lopinion.fr, .
  365. « Débat présidentiel : Le Pen et Mélenchon s'affrontent sur l'immigration », sur europe1.fr
  366. a b c d et e "Jean-Luc Mélenchon pris en étau sur l'immigration", par Frédéric Says sur France Culture le [24]
  367. Mathilde Damgé, « #AvantLeVote : ce que proposent les candidats en matière d’immigration », sur Le Monde, .
  368. « Programme de Jean-Luc Mélenchon candidat à l'élection présidentielle 2017 », sur Le Monde.fr.
  369. Kim Hullot-Guiot, « Mélenchon veut abolir le Concordat d'Alsace-Moselle », sur libération.fr, (consulté le )
  370. « Jean-Luc Mélenchon et les chrétiens : le paradoxe des Rameaux », sur La Vie.fr, (consulté le )
  371. « Jean-Luc Mélenchon « Si on veut les vaincre, évitons de leur ressembler » », sur L'Humanité, (consulté le )
  372. Jean-Luc Mélenchon, Laïcité : Réplique au discours de Nicolas Sarkozy, chanoine de Latran, Paris, Bruno Leprince, , 80 p. (ISBN 978-2-916333-32-8)
  373. Valentin Soubise, « La République laïque de Jean‑Luc Mélenchon : un débat qui fracture la gauche et bien plus encore », sur The Conversation, (consulté le )
  374. « Mélenchon : la candidate voilée du NPA relève du racolage », sur Marianne, (consulté le )
  375. a b c d et e « La (très) nette évolution de Mélenchon sur la question de l’islamophobie », sur leparisien.fr, (consulté le )
  376. a et b "POURQUOI LA MANIFESTATION CONTRE L'ISLAMOPHOBIE FAIT-ELLE DÉBAT ?" par Christian Taveira, Jean Chamoulaud sur CNews le [25]
  377. « Paris: une marche contre l’islamophobie qui divise », sur L'Opinion, (consulté le )
  378. Stéphane Kovacs, « Marche contre l’islamophobie: qui a prévu de participer? », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  379. Article par Rachid Laïreche le dans Libération [26]
  380. "A gauche, divisions et règlements de compte autour de la marche contre l'islamophobie" par Baptiste Bequart, le pour l'AFP, sur le site de Public Sénat [27]
  381. « Appel contre l'islamophobie : LFI en plein trouble », sur lexpress.fr, L'express,
  382. Dépêche de l'AFP, repris le dans Le Monde [28]
  383. Blog [29]
  384. « Lettre ouverte à Mélenchon : "Dimanche, le souvenir de ton ami Charb t'a-t-il glacé le sang ?" », sur Marianne, (consulté le )
  385. « Marche contre l'islamophobie : Charb, trahi par Mélenchon », sur Marianne, (consulté le )
  386. Article le dans Le Parisien [30]
  387. Geoffroy Clavel, « Mélenchon s'explique sur sa salade de quinoa (un « coup au but parfait » selon lui) », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  388. « Présidentielle 2017 - Que feront-ils pour les animaux ? », .
  389. « Mélenchon n'ira pas au Salon de l'agriculture », sur Le Point, (consulté le )
  390. Olivier Pauly, « À Brest, Jean-Luc Mélenchon parle de son projet agricole », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  391. « Jean-Luc Mélenchon appelle les paysans à "se débarrasser de la FNSEA" », sur SudOuest.fr (consulté le )
  392. Emma Donada, « Quel député a voté pour ou contre l'interdiction du glyphosate ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  393. Paul de Coustin, « Jean-Luc Mélenchon veut rendre l’université gratuite dès la rentrée 2017 », sur Le Figaro Etudiant, (consulté le )
  394. Marie Piquemal et Kim Hullot-Guiot, « La «gratuité» à la fac selon Mélenchon, bonne nouvelle ou peut mieux faire ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  395. « Comment les candidats à la présidentielle rivalisent pour séduire la jeunesse précarisée », sur Le HuffPost, (consulté le )
  396. Amandine Cailhol, « Pour les jeunes, les candidats proposent des revenus plus ou moins universels », sur Libération (consulté le )
  397. Alexandre Lemarié, « Mélenchon, premier opposant à la réforme de l’accès à l’université », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  398. « Séance du 29 janvier 2008 (compte rendu intégral des débats) », sur Sénat français.
  399. « Diwan, une école contraire à l'idéal laïque », sur liberation.fr, .
  400. Gilbert Dalgalian et Jean Petit, « Questions à un ministre », sur preavis.org, .
  401. « Langues régionales. Tension entre élus socialistes », sur Le Télégramme, .
  402. « Esperanto au bac », sur esperanto-au-bac.fr (consulté le ).
  403. "La créolisation, un nouveau paradigme pour penser l 'identité ?" par Alain Ménil dans la revue Rue Descartes [31]
  404. «Créolisation» contre «assimilation»: où est le véritable universalisme? par Raphaël Doan, dans Le Figaro le [32]
  405. "Qu'est-ce que la créolisation, nouvel étendard de Jean-Luc Mélenchon?" par Vincent Bresson dans Slate le [33]
  406. « LFI : Jean-Luc Mélenchon salue la « créolisation » de la société française », sur Le Point, (consulté le )
  407. Thomas Legrand, « Jean-Luc Mélenchon et la créolisation : le concept qui fait réfléchir », sur franceinter.fr, (consulté le )
  408. Pierre Lepelletier, « Mélenchon justifie le terme «créolisation» de la société : «Ce n'est pas un projet, c'est un fait» », sur Le Figaro, (consulté le )
  409. Christine Siméone, « "Notre peuple s'est créolisé" : 5 questions autour de ce concept repris par Jean-Luc Mélenchon », sur franceinter.fr, (consulté le )
  410. "Présidentielle 2022 : « A la niche » et « créolisation »… Résumé d’un débat houleux entre Zemmour et Mélenchon" par 20 Minutes, [34]
  411. Rachid Laïreche et Charlotte Belaïch, « La République, c’est toujours lui ? », sur Libération, (consulté le )
  412. Nicolas Cori, « Créolisation : Mélenchon en terrain Glissant », Les Jours,‎ (lire en ligne  , consulté le )
  413. a b c et d Geoffroy Clavel, « Contre Macron et Le Pen, Mélenchon s'impose comme le nouveau champion du souverainisme », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  414. Thibaut Le Gal, « Jean-Luc Mélenchon essaye-t-il de draguer tous les souverainistes? », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  415. a et b « Avant le plan B, Mélenchon met en avant son plan A pour changer l’UE », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  416. « Jean-Luc Mélenchon : face à la réalité ? [EN DIRECT] » (consulté le )
  417. a b c et d « Quitter l'Europe : le plan B de Mélenchon n’est-il que du flan ? », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  418. « Plan A, plan B : que propose Jean-Luc Mélenchon pour l'Europe ? », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  419. « Sortie de l'euro: qui est pour, qui est contre ? », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  420. « Mélenchon et Hamon se disputent sur l'Europe et le "plan B" », FranceSoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  421. a b et c « Mélenchon, "Chavez français": l'éternel talon d'Achille du candidat insoumis? », .
  422. a et b « Douze trucs à savoir sur Jean-Luc Mélenchon », sur rue89.nouvelobs.com, .
  423. « Jean-Luc Mélenchon, 40 ans de lutte pour les droits humains », sur lafranceinsoumise.fr, .
  424. « "Pepe" Mujica appelle la jeunesse à s'engager à l’approche de la COP 21 », sur Les Inrockuptibles, .
  425. « Rafael Correa, président de l’Equateur, soutient Jean-Luc Mélenchon », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  426. « Le président bolivien Evo Morales annonce son soutien à Jean-Luc Mélenchon », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  427. Claire Meynial, « Mexique : AMLO, le nouveau « compañero » de Mélenchon », sur Le Point, (consulté le )
  428. « Hugo Chavez, un homme diffamé », sur Le Monde, .
  429. « Jean-Luc Mélenchon « La révolution bolivarienne est pour nous une source d’inspiration » », .
  430. « Mélenchon : "Chavez, c'est l'idéal inépuisable de l'espérance humaniste, de la révolution" », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  431. Marc de Boni, « Les lendemains difficiles du rêve bolivarien de Mélenchon », sur Le Figaro, .
  432. « Venezuela : une Assemblée constituante contestée de toutes parts », sur Le Figaro, .
  433. « La France insoumise peine à expliquer sa position sur le Venezuela », sur nouvelobs.com, .
  434. « Cuba, Chavez, Alliance bolivarienne… Jean-Luc Mélenchon répond à ses adversaires », sur Le Monde, .
  435. « Cette comparaison faite par Jean-Luc Mélenchon sur la crise au Venezuela a outré Jean-Jacques Bourdin », sur Le Huffington Post, .
  436. Marc de Boni, « L'explication musclée de Mélenchon sur le Venezuela », sur Le Figaro, .
  437. Michaël Bloch, « Venezuela : Jean-Luc Mélenchon minimise les chiffres des morts dus au régime de Maduro », sur lejdd.fr, .
  438. Samuel Laurent, « Morts dans les émeutes au Venezuela : l’étrange comptabilité de Mélenchon », sur Les Décodeurs, (consulté le ).
  439. a et b Geoffroy Clavel, « Mélenchon compare Merkel et Cazeneuve à Maduro pour ne pas condamner le régime du Venezuela », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  440. « Venezuela: Mélenchon ne veut pas "perdre son temps à jeter des pierres" à ses "amis" imparfaits », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  441. Jade Toussay, « Macron tacle Mélenchon en qualifiant le Venezuela de "dictature" », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  442. « Venezuela : pour Mélenchon, ceux qui dénoncent la présidentielle sont "des larbins des USA" », sur nouvelobs.com, .
  443. Lucas Burel, « Mélenchon : « Chávez français », l'éternel talon d'Achille du candidat insoumis ? », sur L'Express, .
  444. « Jean-Luc Mélenchon et Hugo Chavez : économie, Poutine, Constituante… les points communs, les différences ».
  445. « Les critiques sur le Venezuela sont de "la propagande", dénonce Mélenchon », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  446. « Personne n’a été exproprié au Venezuela, dit Mélenchon : est-ce vrai ? », sur lesechos.fr, .
  447. « Nationalisations : le syndrome Chavez », sur france24.com, .
  448. « Jean-Luc Mélenchon : « Je ne vais pas faire Cuba en France » ».
  449. Jean Quatremer, « Coulisses de Bruxelles - Jean-Luc Mélenchon aime la dictature cubaine et le montre ».
  450. « Jean-Luc Mélenchon aime la dictature cubaine et le dit (bis) ».
  451. « Mélenchon sur Cuba (passage à la 40e s.) » (consulté le ).
  452. « Cuba, Chavez, Alliance bolivarienne… Jean-Luc Mélenchon répond à ses adversaires », sur Le Monde, .
  453. « Brésil : Jean-Luc Mélenchon rencontre l’ex-président Lula en prison », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  454. a b c d e et f Vincent Laloy, Mélenchon, l’adulateur des états de non-droit, Le Desk Russie, .
  455. a et b Frédéric Says, Les clins d’œil de Jean-Luc Mélenchon à la Russie, France Culture, .
  456. Guillaume Lagane, Le Pen, Mélenchon… voici à quoi pourrait ressembler la politique étrangère d'un candidat "pro-russe", Le JDD, .
  457. a b et c Adrien Sénécat, « Les ambiguïtés de Jean-Luc Mélenchon sur la Russie et la guerre en Syrie », sur Le Monde, .
  458. Pour Jean-Luc Mélenchon, les États-Unis sont « le responsable principal du mal », Conspiracy Watch, .
  459. Mélenchon contre la diabolisation de Poutine, L'Humanité, .
  460. Jean-Luc Mélenchon: «Ma ligne, c’est l’indépendance de la France», Le Figaro, .
  461. Luc Mathieu, « Mélenchon prouve son amour pour Vladimir Poutine », sur liberation.fr, .
  462. Jacques Monin, « La France russe : enquête sur les réseaux Poutine », sur franceinter.fr, .
  463. a b c et d Nicolas Hénin, La France russe : enquête sur les réseaux de Poutine, Fayard, , 324 p. (lire en ligne).
  464. Marc de Boni, « Pour Jean-Luc Mélenchon, Vladimir Poutine est «une victime politique» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  465. Anya Stroganova et Cécile Vaissié, « Comment le Kremlin tisse sa toile en France », sur RFI.fr, .
  466. « Débat primaire EELV : Yannick Jadot tacle Jean-Luc Mélenchon », sur Public Sénat.fr, .
  467. Ukraine : Cohn-Bendit tire à boulets rouges sur Mélenchon, AFP, .
  468. Jean-Yves Camus, « Les partis politiques français et la Russie : politique de puissance et politique d’influence », Carnegie Council for Ethics in International Affairs (en),‎ (lire en ligne, consulté le ).
  469. « Veillée de futur », .
  470. « Mélenchon : « Je deviens central », sur lejdd.fr, .
  471. a b et c Bruno Rieth, « Jean-Luc Mélenchon : ce qu'il a vraiment dit sur la Russie, Poutine et la Syrie », sur Marianne, .
  472. Benoît Rayski, « Du nouveau sur les liens Mélenchon-Buisson. Au vu des résultats des départementales, l’élève a encore beaucoup à apprendre du maître », Atlantico,‎ (lire en ligne).
  473. a et b Elsa Haharfi, « Djordje Kuzmanovic : Qui est le Monsieur diplomatie de Jean-Luc Mélenchon ? », sur C politique, .
  474. « Djordje Kuzmanovic, proche de Mélenchon, quitte une France insoumise « dans l'impasse » », sur lejdd.fr (consulté le )
  475. Jean-Luc Mélenchon, « « Le Monde » renoue avec le Mélenchon bashing », sur melenchon.fr, .
  476. Raphaël Proust, « Sergueï Oudaltsov, l’ami russe de Jean-Luc Mélenchon, opposant modéré à Poutine », L'Opinion, .
  477. Jad Toussay, « Mélenchon va se rendre en Russie pour « rompre l'atmosphère de guerre froide » », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  478. Isabelle Mandraud, « À Moscou, Mélenchon milite pour un réchauffement avec la Russie », sur Le Monde, (consulté le ).
  479. « Ukraine. De Mélenchon à Le Pen, qu'en disent les politiques français ? », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  480. « Russie: Mélenchon défend sa « conférence sur les frontières » », sur La Croix, .
  481. « Ukraine : pourquoi Mélenchon est le seul politique français qui donne raison à Poutine », leplus.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne).
  482. « Jean-Luc Mélenchon reconnaît confondre deux opposants russes », sur Europe 1.
  483. « Guerre en Ukraine : Jean-Luc Mélenchon contraint de changer de position face à la Russie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  484. « France: la gauche critique Jean-Luc Mélenchon pour ses positions envers la Russie », sur RFI, (consulté le )
  485. « Royal défend Mélenchon contre les "va-t-en-guerre" à gauche », sur Le HuffPost, (consulté le )
  486. « Mélenchon met en garde Macron sur l'Ukraine et l'invite à "ne pas s'agiter comme un petit garçon" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  487. Jacques Pezet, Est-il vrai que les «alliés russes» de Jean-Luc Mélenchon s’opposent à la guerre en Ukraine?, Libération, 5 avril 2022.
  488. « Libye : les raids de la coalition auraient fait des victimes civiles à Tripoli », sur Le Parisien, .
  489. a b et c Lilian Alemagna, « Il faut briser le tyran pour l’empêcher de briser la révolution », sur Libération, .
  490. a b et c Alain Auffray, Rachid Laïreche et Jonathan Bouchet-Petersen, « En France, les pro-Poutine à demi-mot », sur Libération, .
  491. « Jean-Luc Mélenchon : “Il faut d’abord lutter contre la panique” », sur lesinrocks.com, .
  492. « Jean-Luc Mélenchon (PG) : frapper la Syrie serait « une erreur gigantesque » », sur Le Point, .
  493. « Syrie : «les Kurdes doivent participer à la reconstruction» », sur Jean-Luc Mélenchon, (consulté le )
  494. « Un millier de pro-kurdes manifestent à Paris après l'attaque meurtrière d'Ankara », sur Europe 1, .
  495. Jean-Luc Mélenchon, « Plutôt Erdogan que le socialisme kurde ? », sur Jean-Luc Mélenchon, (consulté le )
  496. « Mélenchon "félicite" Poutine pour ce que fait la Russie en Syrie », sur francetv info, .
  497. « Quand Jean-Luc Mélenchon soutient Vladimir Poutine », sur Le Point, .
  498. Dominique Vidal, « Syrie : pourquoi Jean-Luc Mélenchon se trompe », sur regards.fr, .
  499. « Offensive jihadiste en Syrie : Mélenchon félicite Poutine pour ce que fait la Russie », sur francetvinfo.fr.
  500. « Commentaire », sur Le Figaro.
  501. « Visite de Poutine: Mélenchon fustige Hollande », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  502. Geoffroy Clavel, « Recevoir Vladimir Poutine ou pas, la question divise tout le monde », sur Le HuffPost, .
  503. « Des crimes de guerre en Syrie ? Mélenchon parle de «bavardages» », sur AFP, .
  504. Célian Macé, Hala Kodmani et Aude Massiot, « Alep : les intox des avocats de la Russie », sur Libération, .
  505. « Crimes de guerre en Syrie qualifiés de «bavardages» : Mélenchon rectifie l'AFP », Libération,‎ (lire en ligne).
  506. « #RDLS24 : SYRIE, STX, SOLIDARITÉ INSOUMISE, CARAVANE, DISCORD, MÉLENPHONE, DÉBAT ».
  507. Marianne Enault, « Le Pen, Fillon, Mélenchon : comment ils adaptent leur discours à la situation en Syrie », sur Le JDD, .
  508. « Mélenchon dénonce Hollande et Merkel qui donnent à Trump "le pouvoir solitaire de frapper" la Syrie », sur Europe 1, .
  509. « Frappes américaines contre la Syrie : Jean-Luc Mélenchon critique François Hollande et Angela Merkel », sur europe1.fr.
  510. « VIDEOS. Le meeting de Jean-Luc Mélenchon à Marseille en trois moments forts », sur France Info, .
  511. « Venezuela, Syrie : Jean-Luc Mélenchon s'agace d'un "doute" qu'on "étend" sur lui », sur Europe 1, .
  512. « Frappes en Syrie : Mélenchon dénonce «une escalade irresponsable» », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  513. « Syrie : Mélenchon dénonce des frappes menées "sans preuve" ni mandat de l'ONU », sur europe1.fr (consulté le ).
  514. Christophe Forcari, Rachid Laïreche et Tristan Berteloot, « En France, des marchands de doute aussi à l’Assemblée », sur Libération, .
  515. « Mélenchon demande des sanctions contre Lafarge pour ses activités en Syrie », sur Le Point, .
  516. « Mélenchon, les Kurdes et Bachar al-Assad : le tweet qui laisse perplexe », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  517. « Mélenchon en roue libre sur la Syrie et la Russie », sur Libération.fr (consulté le )
  518. Jean-Dominique Merchet, « Jugé trop pro-révolutions arabes, Jean-Pierre Filiu n'obtient pas le prix Brienne du livre géopolitique », sur lopinion.fr, .
  519. Jean-Pierre Filiu, « Comment M. Mélenchon nie le peuple de Syrie et ses droits », sur Un si proche orient, .
  520. Nicolas Appelt, « Syrie : la tache de Mélenchon », sur Libération, .
  521. Daniel Vallot, « La Syrie est-elle une guerre de «pipelines et de gazoducs»? », sur rfi.fr, (consulté le ).
  522. Pierre Breteau, « Les pipelines et les gazoducs sont-ils à l’origine de la guerre en Syrie, comme l’affirme Jean-Luc Mélenchon ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  523. « Syrie : pour en finir avec cette histoire de gazoducs », Conspiracy watch,‎ (lire en ligne)
  524. a b et c « Jean-Luc Mélenchon s'en prend aux pro-tibétains », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  525. « Je ne suis pas d'accord avec le boycott des jeux de Pékin et la propagande anti-chinoise », sur blog de Jean-Luc Mélenchon.
  526. a et b « Mélenchon s'en prendau dalaï-lama et à RSF », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  527. Lilian Alemagna et Stéphane Alliès, Mélenchon le plébéien, Robert Laffont/bouquins/segher, , 265 p. (ISBN 978-2-221-12841-1, lire en ligne).
  528. « Jean-Luc Mélenchon : Je ne suis pas d'accord avec le projet politique du Dalai Lama qui est un curé tibétain d'une des 4 sectes ».
  529. Pierre Haski, « Pour Mélenchon, il n'y a jamais eu d'invasion chinoise du Tibet » »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Rue89, .
  530. Jean-Paul Ribes, « Le dernier maoïste de France », sur tibet-info.net, .
  531. « Débat sur le Tibet », sur Ce soir ou jamais, .
  532. Ursula Gauthier, « Jean-Luc Mélenchon, ce "Français qui fait rayonner la pensée Mao" », sur L'Obs, .
  533. « Jean-Luc Mélenchon: « La Chine a un rôle de leadership sur la scène internationale » », sur chine-info.com (consulté le ).
  534. a et b « Jean-Luc Mélenchon juge justifiée la colère de la Chine sur l’indépendance de Taïwan », Sud-Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  535. « Mélenchon et le Crif, un désamour de longue date », sur Le Parisien, .
  536. « Mélenchon, les Juifs et le peuple supérieur, par François Heilbronn », sur Tribune juive, .
  537. « Mélenchon réclame le déploiement des casques bleus », sur i24news, .
  538. « "Marche du retour" à Gaza : En France, la gauche condamne Israël avec virulence », sur fr.timesofisrael.com (consulté le ).
  539. a b et c « Brigades rouges : Jean-Luc Mélenchon dénonce «un acte de vengeance» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  540. a et b Jean-Dominique Merchet, « Jean-Luc Mélenchon souhaite le retrait total de la France de l'Otan », Blog de Jean-Dominique Merchet (consulté le ).
  541. « L'Europe de la Défense n'a aucun intérêt, dit Mélenchon », sur Reuters, (consulté le ).
  542. « Déclaration de politique étrangère de Mélenchon », sur La Croix.
  543. « Billet », sur lepoint.fr.
  544. Hubert Védrine, « L'OTAN, terrain d'influence pour la France », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  545. « Mélenchon : la France n'a rien à faire dans l'OTAN », sur Libération, .
  546. « Présidentielle 2022. Jean-Luc Mélenchon veut rétablir le service militaire obligatoire », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  547. « Mélenchon accordera la nationalité française à Snowden et Assange s’il est élu », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  548. "Vincent Bolloré veut racheter Hachette? Mélenchon envisage une nationalisation" HuffPost avec AFP, 17 février 2022 [35]
  549. Alexandre Boudet, « Mélenchon veut un tribunal professionnel de la presse: comment ça marche en Belgique? », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  550. « Jean-Luc Mélenchon veut un tribunal pour les journalistes », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  551. « Mélenchon réclame un « tribunal » professionnel des médias », sur BFMTV (consulté le ).
  552. Béatrice Gurrey, « Politiquement insultant », sur lemonde.fr, .
  553. Jacques-Olivier Teyssier, « Jean-Luc Mélenchon – David Pujadas : les réactions », sur montpellier-journal.fr, .
  554. « Mélenchon accuse un journaliste d'être un "sale petit espion" d'un "journal fasciste" », sur europe1.fr, .
  555. Ivan Valerio, « Jean-Luc Mélenchon insulte (encore) un journaliste », sur Le Figaro, .
  556. « "Sale con", "hyène": Jean-Luc Mélenchon insulte un journaliste de "C à vous" », sur lexpress.fr, .
  557. « Mélenchon traite les journalistes du Petit Journal de «fachos» », sur leparisien.fr, .
  558. « Jean-Luc Mélenchon appelle ses militants à «filmer les agissements» des journalistes », sur Le Figaro, .
  559. Alexandre Le Drollec, « Jean-Luc Mélenchon : L'homme qui n'aimait pas les médias », sur nouvelobs.fr, .
  560. Thibaut Pézerat, « Jean-Luc Mélenchon qualifie le directeur de l'Express Christophe Barbier de « militant proche de l'extrême-droite », sur lelab.europe1.fr, .
  561. Antoine Léaument, « Photo pourrie de Mélenchon : Libération récidive », sur Le Bon Sens, .
  562. « Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias », sur opiam.fr, .
  563. André Gunthert, « De Hitler à Mélenchon. Petite généalogie de la diabolisation visuelle », sur acrimed.org, .
  564. « Pour Mélenchon, "la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine" », sur BFM TV, .
  565. « La semaine où Macron dévisse : bain de boue pour tous », sur Jean-Luc Mélenchon, (consulté le )
  566. Anne-Sophie Faivre Le Cadre, « La stratégie de « haine des médias » de Jean-Luc Mélenchon inquiète Reporters sans frontières », sur Le Monde, Les Décodeurs, .
  567. Abel Mestre, « Mélenchon théorise la « guerre permanente », sur Le Monde, .
  568. a b et c « Les « insoumis » lancent « Le Média », garanti sans « Mélenchon bashing » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  569. https://video.lemediatv.fr/
  570. « Le Media en mode Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) », sur CB News, (consulté le )
  571. « Mélenchon accusé de démagogie », sur Le Figaro, .
  572. Jean-Laurent Cassely, « Le populisme «vintage» de Jean-Luc Mélenchon, trop élaboré pour être efficace », sur Slate, .
  573. « Mélenchon : « Populiste, moi ? J'assume ! » », sur L'Express, .
  574. Jean-Laurent Cassely, « Mélenchon ne parle pas à «ceux qui sont dans la dèche» », sur Slate, .
  575. « Mélenchon "le rouge" attaqué par la presse conservatrice », sur marianne.net, .
  576. « Mélenchon à la télévision: faux Victor Hugo, mais vrai candidat Ruquier », sur challenges.fr, .
  577. « Mélenchon le « communiste » cristallise les attaques », sur lemonde.fr, .
  578. Tugdual Denis, « Le Pen-Mélenchon : la mode est au langage populiste », sur L'Expressdate=2013-04-05.
  579. « Entre le FN et le Front de gauche, la frontière est-elle poreuse ? », sur Les Inrockuptibles, .
  580. Hélène Bekmezian, « Mélenchon et Le Pen, ressemblances et différences de programmes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  581. Xedaib, « Le Pen et Mélenchon, différents mais semblables », sur Express Yourself, .
  582. « Economie : la ligne de Front entre Le Pen et Mélenchon », sur Libération.fr, .
  583. a et b « La diabolisation de Mélenchon ou la machine à blanchir Marine Le Pen », sur marianne.net, (consulté le ).
  584. Cécile Alduy, Ce qu'ils disent vraiment. Les politiques, Le Seuil, (lire en ligne), p. 57.
  585. a b et c Pierre Plottu, « Jean-Luc Mélenchon est-il complotiste? », sur France Soir, .
  586. a et b Nicolas Lebourg, « Peut-on critiquer l’anticonspirationnisme? », sur Slate, (consulté le ).
  587. a et b « Marie Peltier: «Mélenchon drague l’imaginaire complotiste dans une démarche électoraliste» », sur L'Opinion.fr, (consulté le ).
  588. « Complot, théorie du complot… et si on s’arrêtait deux minutes ? », sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme, (consulté le )
  589. a b et c « Taguieff décortique les théories du complot », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  590. « Jean-Luc Mélenchon, un dérapage complotiste ? », sur LCI (consulté le )
  591. « Papy Voise, Merah, Jugelé… Quels sont ces "graves incidents" évoqués par Jean-Luc Mélenchon ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  592. « La gauche très discrète après les propos de Mélenchon sur les attentats », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  593. « Rudy Reichstadt : "Mélenchon verse dans le complotisme depuis plusieurs années" », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  594. Pauline Graulle, « Après les propos de Mélenchon, La France insoumise serre les rangs », sur mediapart.fr (consulté le ).
  595. « "Je trouve ça suspect": Mélenchon perplexe face à la panne des numéros d'urgence », sur BFMTV (consulté le )
  596. « Mélenchon encore ciblé par LREM pour une sortie sur la panne d'Orange », sur Le HuffPost, (consulté le )
  597. a et b Élie Guckert, « La « création » d’Al-Qaïda par la CIA : déconstruction d’une fable », conspiracywatch.info, .
  598. Pour Jean-Luc Mélenchon, « les USA soutenaient en sous-main Daech en Syrie », Conspiracy Watch, .
  599. Pierre Plottu, « Jean-Luc Mélenchon est-il complotiste ? », France Soir, .
  600. « Mélenchon attaque NKM, Juppé et Copé », sur Le Figaro, .
  601. « NKM et Alain Juppé condamnés pour avoir diffamé Jean-Luc Mélenchon », sur ouest-france.fr, .
  602. Dominique Reynié, « Jean-Luc Mélenchon n'est pas raciste mais… », sur Le HuffPost, .
  603. « Associé par Dominique Reynié à l'antisémitisme, le Parti de gauche veut porter plainte », sur liberation.fr, .
  604. « Jean-Luc Mélenchon chez Thinkerview, 6 mai 2019 », sur youtube.com (consulté le )
  605. « Jean-Luc Mélenchon : que symbolise le triangle rouge sur sa veste ? », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  606. « Monsieur Mélenchon, ayez la décence de retirer ce triangle rouge de votre veste », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  607. « Quand Jean-Luc Mélenchon est accusé d'antisémitisme dans L'Humanité », Marianne,‎