Ouvrir le menu principal

Corinne Morel Darleux

femme politique française

Corinne Morel Darleux
Illustration.
Corinne Morel Darleux en 2012.
Fonctions
Conseillère régionale de Rhône-Alpes
Élection 21 mars 2010
Conseillère régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes
Élection 13 décembre 2015
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique Mouvement Utopia
PS (2008-2009)
PG (depuis 2009)
FI (2016-2018)
Diplômée de École supérieure de commerce de Rennes, Open University (PhD)
Site web revoirleslucioles.org

Corinne Morel Darleux (Morel d'Arleux à l'état civil)[1], née le à Paris, est une femme politique française. Elle a été secrétaire nationale et coordinatrice des assises pour l’écosocialisme au Parti de gauche, membre du bureau de la Fondation Copernic et du Mouvement Utopia[2],[3]. Elle est conseillère régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes.

BiographieModifier

Diplômée de l'ESC Rennes[2] et après l'obtention de son doctorat britannique[Lequel ?] (PhD), Corinne Morel Darleux commence sa carrière en tant que consultante et anime des séminaires stratégiques pour les grandes entreprises du CAC 40, telles que Sanofi, EDF, Total. Indignée par le milieu dans lequel elle évolue et désireuse de rendre son expérience utile, elle décide de démissionner de son poste, et s'engage alors en politique[2]. Elle prend de nouvelles fonctions à la ville des Lilas en Seine-Saint-Denis, au service éducation et temps d’enfant de la commune, et adhère en premier lieu en 2005 au Mouvement Utopia[4], puis au Parti socialiste, afin d'y défendre la nécessité d'une radicalité écologique, sociale, et économique, notamment lors du congrès de 2008[2].

Un an plus tard, elle choisit de rejoindre le Parti de gauche, fraîchement créé par Jean-Luc Mélenchon. Elle y devient secrétaire nationale et prend dès sa création la responsabilité du secteur écologie puis de l'écosocialisme jusqu'en 2014. Elle est à l'initiative des Assises pour l'écosocialisme, qui se sont tenues à Paris le , et du réseau écosocialiste européen. Elle a coordonné la rédaction collective du Manifeste pour l'écosocialisme, que le Parti de gauche adopte officiellement à son Congrès et qui devient par ailleurs l'appellation officielle de son idéologie[5].

Peu après les élections municipales et européennes, elle choisit de quitter la direction du PG[6],[7]. Elle en réintègre la direction à l'issue du quatrième congrès du PG, en juillet 2015[4].

Élue conseillère régionale de Rhône-Alpes en 2010, elle a siégé au sein du groupe Front de Gauche. Elle a été vice-présidente de la commission « Développement rural et agriculture » et a participé aux commissions « Énergie et climat » et « Europe, relations et solidarités internationales ». Elle a animé la chronique « Le Fond De l’air est vert » sur Là-bas si j'y suis[8] et tient depuis septembre 2014 une chronique mensuelle pour le quotidien de l'écologie en ligne Reporterre[9], dans laquelle elle décrit des expériences d'écologie concrète dans la vallée du Diois, dans la Drôme où elle réside.

Pour les élections régionales de 2015, elle est cheffe de file dans la Drôme et porte-parole du Rassemblement, « du nom de la liste qui réunit Europe Écologie-Les Verts et le Parti de gauche en Auvergne-Rhône-Alpes »[4]. Elle siège au sein du groupe « Rassemblement des citoyens, écologistes et solidaires » (RCES) au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes[10]. Elle se définit d’inspiration écolo-radicale et défend la transition écologique et la révolution citoyenne[11].

Corinne Morel Darleux intègre La France insoumise en 2016, à sa création[12] avant de la quitter deux ans après[13]. Elle annonce sa démission de la direction du Parti de gauche le [14], et ce dans un contexte où plusieurs lignes idéologiques (une « souverainiste » et une « gauchiste ») semblent s'affronter au sein de la FI[15].

Prises de positionModifier

Argent Public ? Code Public !Modifier

À l'instar de dizaines d'organisations et de milliers de citoyens, Corinne Morel Darleux signe la lettre ouverte exigeant « une législation qui requiert que le logiciel financé par le contribuable pour le secteur public soit disponible publiquement sous une licence de Logiciel Libre et Open Source »[16].

PublicationsModifier

AuteureModifier

  • Corinne Morel Darleux (préf. Jean-Luc Mélenchon), L'écologie, un combat pour l'émancipation, Paris, Bruno Leprince, coll. « Politique à gauche », , 143 p. (ISBN 978-2-916333-62-5)
  • Corinne Morel Darleux, Nos colères fleuriront, t. 1 : Arracher les mauvaises herbes du capitalisme vert, Paris, Bruno Leprince, coll. « Politique à gauche », , 158 p. (ISBN 978-2-36488-009-2)
  • Corinne Morel Darleux, Nos colères fleuriront, t. 2 : Cueillir les fruits de l'émancipation, Paris, Bruno Leprince, coll. « Politique à gauche », (ISBN 978-2-36488-014-6)
  • Corinne Morel Darleux, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce, Libertalia, (ISBN 978-2-37729-095-6, présentation en ligne)

Coauteure ou coordinatriceModifier

RéférencesModifier

  1. « Corinne Morel d'Arleux », sur dirigeants.bfmtv.com, .
  2. a b c et d Noualhat 2012.
  3. Martin 2008.
  4. a b et c Besse Desmoulières 2015.
  5. E. 2014.
  6. Bontemps-Terry 2014.
  7. de Ravinel 2014.
  8. « Le Fond De L’Air Est Vert », sur Là-bas si j'y suis.
  9. Corinne Morel Darleux, « Les chroniques de Corinne Morel Darleux », sur Reporterre, .
  10. « Les élu.e.s », sur Rassemblement AURA.
  11. « Site du rassemblement citoyen, écologique, solidaire » (consulté le 12 septembre 2015)
  12. Julien Rapegno, « La France insoumise veut marquer sa différence sur les problèmes du quotidien », La Montagne,‎ (lire en ligne).
  13. Corinne Morel Darleux, « Pourquoi quittez-vous la direction du Parti de gauche ? », sur Reporterre, .
  14. « Coup dur pour la France Insoumise : l'écolo Corinne Morel-Darleux quitte le parti », sur L'Obs, .
  15. Thierry Dupont, « Rébellion en série chez les Insoumis », L'Express,‎ (lire en ligne).
  16. (de + en + fr + it + nl + zh) « Toutes les signatures publiées », sur publiccode.eu (consulté le 15 septembre 2017).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier