Édouard Philippe

homme d'État français

Édouard Philippe
Illustration.
Édouard Philippe en 2019.
Fonctions
Président du Havre Seine Métropole
En fonction depuis le
(20 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Baptiste Gastinne
Maire du Havre
En fonction depuis le
(30 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Baptiste Gastinne

(6 ans, 6 mois et 26 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Antoine Rufenacht
Successeur Luc Lemonnier
Premier ministre français[N 1]

(3 ans, 1 mois et 18 jours)
Président Emmanuel Macron
Gouvernement Philippe I et II
Législature XVe (Cinquième République)
Coalition Majorité présidentielle
LREM - MoDem - PRG
(2017)
LREM - MoDem - MR
(2017-2018)
LREM - MoDem - MR - Agir
(2018-2020)
LREM - MoDem - MR - Agir - TDP (2020)
Prédécesseur Bernard Cazeneuve
Successeur Jean Castex
Député français

(5 ans, 2 mois et 23 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 7e de la Seine-Maritime
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2012-2015)
LR (2015-2017)
Prédécesseur Jean-Yves Besselat
Successeur Jean-Louis Rousselin
Président de la communauté de l'agglomération havraise

(6 ans, 6 mois et 7 jours)
Prédécesseur Antoine Rufenacht
Successeur Luc Lemonnier
Conseiller général de la Seine-Maritime

(4 ans, 1 mois et 5 jours)
Élection
Circonscription Canton du Havre-5
Prédécesseur Jean-Yves Besselat
Successeur Anita Gilletta
Conseiller régional de Haute-Normandie

(3 ans, 11 mois et 16 jours)
Élection 28 mars 2004
Circonscription Seine-Maritime
Biographie
Nom de naissance Édouard Charles Philippe
Surnom Doudou[1]
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Rouen (France)
Nationalité Français
Parti politique PS (années 1990)
RPR (jusqu'en 2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2018)
SE (depuis 2018)
Diplômé de IEP de Paris
ENA
Profession Haut fonctionnaire
Avocat

Signature de

Édouard Philippe Édouard Philippe
Maires du Havre
Premiers ministres français

Édouard Philippe (/e.dwaʁ fi.lip/[N 2] Écouter), né le à Rouen (Seine-Maritime), est un haut fonctionnaire et homme d'État français. Il est Premier ministre du au .

Élève de l'Institut d'études politiques de Paris puis de l'École nationale d'administration (ENA), membre du Conseil d'État, il milite dans les années 1990 au Parti socialiste, où il soutient Michel Rocard, avant de se tourner vers la droite.

En 2002, il participe à la création de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) au côté d’Alain Juppé. Membre du cabinet de ce dernier au ministère de l'Écologie à partir de , il rejoint l'entreprise Areva après la défaite d'Alain Juppé aux élections législatives du mois de juin.

Après avoir exercé plusieurs mandats locaux, il est élu maire du Havre et président de la communauté de l'agglomération havraise (CODAH) en 2010, puis député en 2012.

Porte-parole d'Alain Juppé lors de la primaire de la droite et du centre de 2016, il soutient ensuite François Fillon, mais se met en retrait de la campagne présidentielle lorsque celui-ci est accusé d'emplois fictifs. Il est ensuite choisi par le nouveau président, Emmanuel Macron, pour diriger un premier gouvernement, puis un deuxième après les élections législatives de 2017. Il démissionne après les élections municipales de 2020 et retrouve le fauteuil de maire du Havre.

Situation personnelle

Origines, études et famille

Édouard Philippe naît à Rouen d'un couple d'enseignants de français[2] et grandit dans la banlieue de sa ville natale. Il a une sœur, également professeur de français[3],[4]. Il indique avoir un arrière-grand-père docker membre de la CGT au Havre[5],[6] et être un pur produit de la méritocratie[7],[8]. Cet arrière-grand-père aurait été parmi les premiers membres du Parti communiste[5],[N 3].

Élève à l'école Michelet à Rouen, puis au collège Jean-Texcier au Grand-Quevilly et au lycée des Bruyères à Sotteville-lès-Rouen[9], il passe son baccalauréat en 1988 à Bonn[10], où son père est alors proviseur du lycée français[11]. Passant par une hypokhâgne B/L au lycée Janson-de-Sailly à Paris[2], il est ensuite diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section Service public, promotion 1992)[12] et de l'École nationale d'administration (promotion Marc-Bloch, 1995-1997)[13] où il entre après avoir effectué son service militaire comme officier d'artillerie (1994)[14].

Édouard Philippe est marié à Édith Chabre, diplômée de l'ESLSCA et de l'université Lille 2[15], qui occupe le poste de directrice exécutive de l'école de droit de l'Institut d'études politiques de Paris[16],[17],[18]. Le couple a trois enfants : Anatole, Léonard et Sarah[19].

Alors qu'il est Premier ministre, il annonce être atteint d’un vitiligo, une maladie de peau responsable chez lui d’un blanchissement partiel de la barbe[20].

Il pratique la boxe de façon régulière[21].

Carrière professionnelle

À la sortie de l'ENA, en 1997, Édouard Philippe intègre la fonction publique et est nommé au Conseil d'État[22], où il se spécialise dans le droit des marchés publics.

En 2004, il devient avocat au sein du cabinet Debevoise & Plimpton (en). Édouard Philippe rejoint ensuite en 2007 la multinationale française Areva en tant que directeur des affaires publiques (2007-2010)[23]. Selon l'Observatoire du nucléaire, « son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome »[24].

De 2011 à 2012, il est avocat[25].

Ces activités professionnelles sont, parfois, concomitantes avec des mandats publics, de 2001 à 2012, date de son omission du barreau.

Il est membre de la promotion 2011 du programme « Young Leaders » de la French-American Foundation[26]. Il suit le programme « Young Leaders » (promotion 2013) de la France China Foundation. Emmanuel Macron participe également au programme cette année-là[27].

Ascension en politique

Débuts

Durant ses études à Sciences Po, il milite deux ans au sein des clubs rocardiens (Opinions) et au Parti socialiste pour soutenir Michel Rocard[2], avant de rendre sa carte[28] et de se rapprocher de la droite.

Implantation en Seine-Maritime

 
Édouard Philippe, maire du Havre, remettant le prix littéraire Océanes à Olivier Merle, en 2011.

En 2001, il rejoint l'équipe municipale d'Antoine Rufenacht, maire du Havre, dont il devient l'adjoint chargé des affaires juridiques.

Candidat aux élections législatives de 2002 dans la 8e circonscription de la Seine-Maritime, il est battu au second tour par Daniel Paul (PCF), recueillant 42,5 % des voix[29]. Cette même année, Alain Juppé lui propose de participer à la fondation de l'UMP, parti qui vise à rassembler toutes les formations politiques de la droite et du centre dans un grand mouvement populaire. Il y occupe les fonctions de Directeur général des services jusqu'à la démission d'Alain Juppé en 2004.

Il exerce le mandat de conseiller régional de la Haute-Normandie de 2004 à 2008[30].

Du au , il est membre du cabinet d'Alain Juppé au ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables, lequel ne conserve pas son ministère dans le gouvernement Fillon après sa défaite à Bordeaux lors des élections législatives.

Édouard Philippe est élu conseiller général de la Seine-Maritime dans le canton du Havre-5 en 2008. Il est aussi nommé adjoint au maire, chargé du développement économique et portuaire, de l'emploi, de la formation, de l'enseignement supérieur et des relations internationales. En 2009, il devient adjoint au maire chargé de l'urbanisme, de l'habitat, du Grand Paris et du développement portuaire.

Conjointement à ces mandats électifs, il est chargé de la défense des intérêts d'Areva jusqu'en 2010[31].

Le , le conseil municipal l'élit maire du Havre après la démission d'Antoine Rufenacht[32]. Il devient président de la communauté de l'agglomération havraise le suivant. Lors de son mandat, sa mairie fait jeter, en , 8 500 portions de mousse au chocolat destinées aux cantines scolaires en raison de la présence de gélatine de porc, interdite à la consommation par plusieurs religions[33]. Jusqu'au 1er août 2012, il est donc avocat inscrit au barreau[25].

Il est le suppléant de Jean-Yves Besselat, député de la 7e circonscription de la Seine-Maritime (Le Havre ouest), à partir de 2007. Il devient député le , après le décès de celui-ci, mais ne siège pas, l'Assemblée nationale ayant suspendu ses travaux pendant la campagne de l'élection présidentielle. Il est élu lors des élections législatives qui suivent, mais compte parmi les députés les moins actifs de la XIVe législature[34],[35],[36].

Après s'être opposé aux lois sur la transparence de la vie publique adoptées en réaction à l'affaire Cahuzac, il se retrouve, en 2014, « parmi les 23 députés ou sénateurs (sur 1 048) dont la déclaration de patrimoine est assortie d'une « appréciation » de la HATVP »[37], une mention réservée aux « manquements d'une certaine gravité ». Dans sa déclaration, Édouard Philippe avait écrit « aucune idée » dans la rubrique consacrée à la valeur de ses biens immobiliers et avait refusé de donner le montant de ses rémunérations d'avocat et chez Areva. En réponse, Édouard Philippe insiste sur l'absence d'infraction en déclarant : « Comme beaucoup de parlementaires sans doute, j'ai essayé de concilier le respect de la loi et une forme de mauvaise humeur »[37]. Sa déclaration de patrimoine est ensuite actualisée[38],[39].

Le , la liste qu'il mène aux élections municipales est élue dès le premier tour, avec 52,0 % des suffrages exprimés, ce qui lui permet d'être réélu par le nouveau conseil municipal le 29 mars suivant[40],[41]. Il est également réélu à la tête de la communauté de l'agglomération havraise ce 29 mars[40]. Il est aussi élu président de l'agence d'urbanisme de la région du Havre et de l'estuaire de la Seine le . Un rapport de la chambre régionale des comptes de Normandie publié en 2018 indique que l'endettement de la ville du Havre s'est fortement accentué entre 2012 et 2017, alors qu'Édouard Philippe en était le maire[42].

En , il participe à la réunion du groupe Bilderberg[43],[44].

Il est, avec Benoist Apparu, porte-parole d'Alain Juppé lors de la candidature de celui-ci à la primaire présidentielle Les Républicains de 2016[45]. Le , dans le cadre de l'affaire Fillon, il quitte l'équipe de campagne de François Fillon à l'élection présidentielle, et tient une chronique de la campagne dans Libération[46],[47].

Premier ministre

Nomination

 
Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Geneviève Darrieussecq et Florence Parly le .

Le , au lendemain de l'investiture d'Emmanuel Macron, il est nommé Premier ministre par le nouveau président de la République[48],[49]. Il devient le troisième plus jeune Premier ministre de la Ve République, derrière Jacques Chirac et Laurent Fabius[36]. Édouard Philippe avait pourtant plusieurs fois critiqué Emmanuel Macron par le passé, raillant en 2014 un « ancien banquier de chez Rothschild » et mettant en 2016 en parallèle « le Macron des actes » avec « le Macron des discours », ou encore dénonçant début 2017 le fait que « Macron n'assume rien mais promet tout » et qu'il ait « le cynisme d'un vieux routier »[50],[51]. Sous la Ve République, hors période de cohabitation, c'est la première fois qu'un Premier ministre conduit une politique qu'il n'a pas soutenue pendant la campagne présidentielle[52] et qu'il n'est pas issu d'un mouvement politique soutenant officiellement le chef de l'État[36].

 
Édouard Philippe en .

Le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, considère alors que par cette nomination, Édouard Philippe « s'est placé lui-même en dehors de notre famille politique »[53]. Le 31 octobre 2017, le bureau politique des Républicains « prend acte de son départ »[54], qu'il n'a lui-même pas annoncé, mais sans l'exclure formellement du parti[55]. Le , lors du congrès de La République en marche, il déclare que Les Républicains « font mine de prendre acte que je ne serai plus membre »[56]. En mars 2018, s'appuyant sur des sources proches du Premier ministre, Le Journal du dimanche (JDD) affirme qu'il n'est plus affilié à aucun parti[57].

Mediapart note que la plupart des membres de son cabinet sont issus de « son cercle d’intimes, qui, pour beaucoup, ont travaillé, comme lui, au sein des équipes d’Alain Juppé »[58]. Fait inédit, le palais de l'Élysée et Matignon partagent une dizaine de conseillers, ce que Mediapart perçoit comme « un moyen sûr, pour Macron, de conserver une présence directe dans le cabinet de son Premier ministre, ce qui n’était pas le cas sous le quinquennat Hollande »[58]. Emmanuel Macron tente de lui imposer comme directeur de cabinet, Nicolas Revel, mais Édouard Philippe choisit Benoît Ribadeau-Dumas, sorti comme lui de la promotion Marc-Bloch à l'ENA[58]. Son directeur de cabinet adjoint est Thomas Fatome, ancien conseiller santé de Nicolas Sarkozy à l'Élysée[59]. Enfin, du fait de son ancienne activité au sein d'Areva et ses prises de position passées, sa nomination inquiète les mouvements écologiques, qui rappellent qu'« il a voté contre la loi de transition énergétique et contre la loi sur la biodiversité »[60].

La loi sur le non-cumul des mandats[61], qui rend incompatible la fonction de maire et de député, devant entrer en vigueur en , il renonce à se présenter aux élections législatives[62]. Son mandat de député prend fin le , un mois après sa nomination à Matignon[63]. À la mairie du Havre, il est remplacé par son ancien premier adjoint, Luc Lemonnier, le suivant[64]. Il reste conseiller municipal[65].

À partir du , à la suite de la démission de Gérard Collomb, Édouard Philippe assure l'intérim à la tête du ministère de l'Intérieur, dans l'attente de la nomination d'un nouveau ministre[66]. Christophe Castaner lui succède le suivant, ce qui fait de cet intérim d'Édouard Philippe place Beauvau le plus long de la Ve République[67].

Exercice de la fonction

État d'urgence

 
Édouard Philippe et François de Rugy aux cérémonies du .

Parmi les premiers projets de loi prévus par le gouvernement, Le Monde révèle, le 7 juin 2017, qu'Emmanuel Macron et Édouard Philippe entendent inscrire l'état d'urgence dans le droit commun. Ce projet de loi est sévèrement critiqué par le New York Times qui estime que celui-ci « légaliserait de façon permanente l'état d'urgence décrété par François Hollande » et juge que les mesures inscrites dans ce texte « ont peu contribué à lutter contre le terrorisme, pas davantage que les lois déjà existantes, tout en menaçant réellement les droits des citoyens »[68]. Pour le quotidien américain, il est « alarmant » que le pouvoir exécutif cherche à consacrer l'état d'urgence dans le droit commun et forge ainsi « un frein permanent aux droits constitutionnels des citoyens français »[68].

Mouvement des Gilets jaunes

En novembre et , son gouvernement doit faire face au mouvement des Gilets jaunes, né de l'opposition à la hausse des taxes sur les carburants. L'implication personnelle du Premier ministre pour la limitation de vitesse du réseau routier à 80 km/h (hors autoroutes, voies rapides et agglomérations), contre la volonté d'Emmanuel Macron, aurait également joué un rôle dans le renforcement du mouvement[69].

Son attitude durant le conflit lui attire des critiques et entraîne une forte baisse de sa cote de popularité, qui se rapproche de celle du chef de l'État[70],[71],[72]. Après avoir promis le maintien de la hausse des taxes, il annonce le un moratoire de six mois sur la mesure[73]. L'Élysée revient cependant sur cette annonce le lendemain, faisant savoir que la hausse est annulée pour l'ensemble de l'année 2019. Les médias avancent alors des tensions naissantes entre le chef du Gouvernement et le président de la République[74],[75],[76].

Réforme des retraites

 
Édouard Philippe en 2019.

En , dans le cadre de la réforme des retraites et alors que la gauche multiplie les amendements à l'Assemblée nationale, il a recours à l'article 49-3 de la Constitution afin de faire adopter le texte sans vote, ce qui est dénoncé comme un passage en force par l'opposition[77],[78].

Pandémie de Covid-19

En 2020, il est en première ligne dans la gestion de la pandémie de Covid-19, qui interrompt l'examen de la réforme des retraites[79],[80]. Le , il réitère sur TF1 que le port d'un masque de protection est inutile « en population générale », avant de faire volte-face au début du mois suivant[81],[82],[83],[84]. Alors que le conseil scientifique Covid-19 a recommandé de laisser les écoles fermées jusqu'en septembre, il annonce leur réouverture progressive à partir du [85],[86].

Comme durant la crise des Gilets jaunes, la possibilité de son remplacement est régulièrement évoquée par les médias[87],[88],[89] ; ceux-ci font état de divergences de vue avec le président de la République, qui se plaindrait d'une trop grande « rigidité » du Premier ministre, notamment sur la question de la gestion du déconfinement[90],[91]. Dans le même temps, il apparaît plus constant et sobre qu’Emmanuel Macron dans la gestion de la crise, ce qui lui permet de voir sa cote de popularité dépasser celle du président à un niveau inédit depuis le début du quinquennat[92].

Élections municipales de 2020 et démission

Le 31 janvier 2020, il annonce être de nouveau candidat comme tête de liste aux élections municipales au Havre, en excluant de devenir maire tant qu'il restera Premier ministre, mais sans exclure d'exercer cette fonction à plus long terme dans un premier temps[93],[94], avant d'affirmer, entre les deux tours, qu'il entend devenir maire après avoir quitté Matignon, envisageant pour la première fois publiquement que son départ du gouvernement intervienne « beaucoup plus tôt » que la fin du quinquennat[95]. Sous la Cinquième République, il est le quatrième Premier ministre à se présenter à des élections municipales tout en étant en exercice à Matignon, et le premier depuis Alain Juppé à Bordeaux en 1995[94]. Ses fonctions de Premier ministre le contraignent à limiter ses déplacements de campagne[96]. Son programme prévoit la réfection du stade Gagarine, une troisième ligne de tramway, la plantation d’arbres, le développement de l’université et des places supplémentaires en crèche[97].

Il arrive en tête du premier tour avec 43,6 % des voix, devant Jean-Paul Lecoq (PCF), qui recueille 35,88 % des suffrages[98]. Entre les deux tours, il promet dans les « six premiers mois » de son mandat un « effort considérable d'aide aux personnes, aux entreprises, aux associations, aux acteurs de la vie culturelle, aux jeunes qui […] ont pu décrocher » en raison de la crise liée à la pandémie[95]. Lors du second tour, qui se tient le (ayant été reporté de plus de trois mois du fait de la crise sanitaire), Édouard Philippe l’emporte, bien que les élections dans les autres communes soient marquées par une lourde défaite pour la majorité présidentielle, y compris dans ses fiefs urbains.

Le , Édouard Philippe remet la démission de son gouvernement au président Emmanuel Macron, qui l'accepte[99]. Jean Castex lui succède le jour même[100].

Après Matignon

Après avoir quitté ses fonctions de Premier ministre, Édouard Philippe est réélu maire du Havre par le conseil municipal de la ville le [101]. Alors qu’il bénéficie à nouveau d’une popularité relativement élevée, son nom circule pour être le candidat de LR à l’élection présidentielle de 2022 ou pour être une alternative à Emmanuel Macron, au cas où il ne se représenterait pas[102],[103]. Peu après, il est élu à la présidence de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole[104].

Le procureur général près la Cour de cassation annonce, le , l'ouverture d'une information judiciaire visant Édouard Philippe, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran, pour leur gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19[105].

Prises de position

Écologie

Sa réputation d'anti-écologiste, commencée avec ses responsabilités à Areva, est renforcée par son opposition à la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (2015) et à la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (2016)[106]. Il est également critiqué pour son soutien au maintien d'une centrale à charbon au Havre[107],[108],[109] alors que la France est l'un des pays européens les plus touchés par la pollution au charbon, qui tuerait quelque 1 400 personnes chaque année[39].

Il cite régulièrement comme référence Effondrement de Jared Diamond, notamment lors de son discours de politique générale de juillet 2017, affirmant qu'il l’a « converti » aux questions environnementales[110].

PMA pour les femmes célibataires et lesbiennes

Alors que le gouvernement auquel il appartient doit mettre en œuvre la PMA pour les femmes célibataires et les lesbiennes, promise par Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle, Édouard Philippe déclare avoir « évolué sur cette question ». Dans une tribune de 2013, il prenait position contre une telle mesure[111].

Décorations

Décorations françaises

Décorations étrangères

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Parti Circonscription % Issue
1er tour 2d tour
2002[115] UMP 8e de la Seine-Maritime 28,0 42,5 Battu
2012[115] 7e de la Seine-Maritime 39,1 50,8 Élu

Élections cantonales

Année Parti Canton % Issue
1er tour 2d tour
2008[116] UMP Canton du Havre-5 49,2 56,5 Élu

Élections municipales

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Parti Commune % Sièges obtenus
1er tour 2d tour
2014[117] UD Le Havre 52,0
45 / 59
2020[118] DVC 43,6 58,8
47 / 59

Publications

Édouard Philippe est le co-auteur de deux œuvres de fiction et d'un essai :

En 2015, il préface l'ouvrage de Danielle Knapp, Promenades avec Oscar Niemeyer, publié aux éditions Petit à Petit.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentaires

  • 2015 : Édouard, mon pote de droite, épisode 1 : Le Havre[121],[122], réalisé par Laurent Cibien pendant la campagne des élections municipales de 2014 au Havre. Il s'agit d'une série de films montrant une facette de la construction de la politique contemporaine au travers d'Édouard Philippe, dans ses apparitions publiques, comme de façon plus personnelle dans son bureau. Le premier volet a été diffusé sur France 3, le , dans la collection « Docs interdits ».
  • 2018 : Édouard, mon pote de droite, épisode 2 : Primaire[123],[124], réalisé par Laurent Cibien, diffusion sur France 3, le .
  • 2018 : Édouard, mon pote de droite, épisode 3 : Aux manettes, réalisé par Laurent Cibien, diffusion à venir.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Également ministre de l'Intérieur par intérim du au . Prenant la suite de Gérard Collomb, Christophe Castaner lui succède.
  2. Prononciation en français standard retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  3. Cette appartenance au PCF ne semble pas évoquée dans le livre d'Édouard Philippe, mais est indiquée par l'auteur dans son entretien radiophonique.
  4. Depuis le décret no 2008-1202 du modifiant le code de la Légion d'honneur et de la médaille militaire (paru au Journal officiel du ) : « La dignité de grand officier appartient de plein droit aux anciens Premiers ministres qui ont exercé leurs fonctions durant deux années au moins ».

Références

  1. « «Le Cornichon» et «Doudou» : les petits surnoms des constructifs », sur leparisien.fr, (consulté le 11 mai 2020).
  2. a b et c « Édouard Philippe de A à Z », Le Point, 16 décembre 2010.
  3. Valérie Peiffer, Pierre Simon et Pascal Mateo, « Edouard Philippe de A à Z », sur lepoint.fr, (consulté le 29 août 2018).
    « À la maison, ses parents, tous les deux professeurs de français, veillent tout en légèreté sur sa soeur aînée, elle-même devenue prof de français, et sur lui. »
  4. « Les moments-clés de la vie politique d’Edouard Philippe », sur lemonde.fr, (consulté le 29 août 2018).
  5. a et b Lucas Menget, « Les Matins d'été, Invité : Édouard Philippe (1re partie », sur discours.vie-publique.fr, (consulté le 28 août 2018).
    « Je lis un extrait : Louis Philippe, pas le roi des Français, non, mon arrière-grand-père, docker, et donc cela va de soi, membre de la CGT, c'est d'ailleurs toujours le cas, non, pas que mon arrière-grand-père, paix à son âme, soit toujours vivant et membre du syndicat, mais que l'on soit naturellement docker et cégétiste, sa carte d'adhérent de l'année 39 au syndicat des dockers figure en bonne place sur mon bureau à la mairie du Havre. »
    Verbatim de l'émission diffusée le 13 juillet 2017 sur France Culture, à l'occasion de la sortie en librairie de l'ouvrage signé par Édouard Philippe.
  6. Édouard Philippe, Des hommes qui lisent, Paris, éd. J.-C. Lattès, , 247 p., 21 cm (ISBN 978-2-7096-6143-0, notice BnF no FRBNF45316221, lire en ligne)
    Outre les propos relatifs à son arrière-grand-père Louis Philippe, le Premier ministre évoque la figure de son grand-père, Charles Philippe (le fils du docker), lequel, de santé fragile (ayant contracté la tuberculose et dû séjourner dans un sanatorium dans les Alpes), entra au service d'Édouard Senn, entrepreneur en négoce de coton. Louis Philippe et Charles Philippe sont évoqués dans le chapitre 2, titré « Les faux-monnayeurs ».
  7. Entretien dans l'émission Bureau politique de LCI, octobre 2016.
  8. Isabelle Ficek, « Édouard Philippe, un fidèle juppéiste qui s’affranchit pour recomposer », sur lesechos.fr (consulté le 15 mai 2017).
  9. Olivier Cassiau, « La jeunesse rouennaise d’Édouard Philippe », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2017).
  10. « Édouard Philippe, Premier ministre », sur La France en Chine (consulté le 23 février 2018).
  11. « Neuf choses que vous ignorez (peut-être) sur Édouard Philippe, le nouveau Premier ministre » sur le site de francinfotv.fr.
  12. « Édouard Philippe », sur sciences-po.asso.fr.
  13. « Fac-similé JO numéro 96 d du 24/04/1997, page 06248 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 12 mai 2016).
  14. « Édouard Philippe | Gouvernement.fr », sur gouvernement.fr (consulté le 26 juin 2017).
  15. « Edition du soir Ouest France », sur www.ouest-france.fr (consulté le 29 août 2017).
  16. (en) « President of session », sur citiesandports2014.aivp.org, .
  17. « Édith Chabre », sur sciences-po.fr.
  18. « Édouard Philippe est le nouveau Premier ministre », sur aufeminin.com, .
  19. « Edouard Philippe premier ministre  : qui est sa femme Edith Chabre ? - Gala », sur Gala.fr (consulté le 30 juin 2020).
  20. Paris Match, « Dans les coulisses de la campagne d'Edouard Philippe au Havre », sur parismatch.com (consulté le 4 juillet 2020).
  21. a et b « Édouard Philippe, la transgression à Matignon », liberation.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2017).
  22. Arrêté du 21 avril 1997 portant affectation aux carrières des élèves de la promotion 1995-1997 de l'École nationale d'administration ayant terminé leur scolarité au mois de mars 1997 (lire en ligne).
  23. Annonce de sa nomination sur le site de l'AGEFI.
  24. Audrey Garric et Pierre Le Hir, « Édouard Philippe, un chef de gouvernement pas très « vert » », sur lemonde.fr, (consulté le 17 mai 2017).
  25. a et b « Patrimoine d'Edouard Philippe » [PDF], sur cjoint.com.
  26. (en-US) « Edouard Philippe - French-American Foundation », French-American Foundation,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2018).
  27. « LES YOUNG LEADERS | France China Foundation », sur francechinafoundation.org (consulté le 25 octobre 2018).
  28. « Qui est Édouard Philippe, pressenti à Matignon ? », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017).
  29. « Seine-Maritime - 8ème circonscription : Résultats des élections législatives 2002 », sur L'Express (consulté le 30 juin 2020).
  30. « Edouard Philippe, Premier ministre », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2019).
  31. « Edouard Philippe, directeur adjoint de la communication d'Areva », Stratégies,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2020).
  32. « Edouard Philippe de A à Z », sur Le Point, (consulté le 30 juin 2020).
  33. BFMTV, « Le Havre : 8 500 desserts jetés pour cause de gélatine animale », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017).
  34. « Déclaration de patrimoine, lobbying chez Areva, absentéisme : les casseroles d'Édouard Philippe », RT,‎ (lire en ligne).
  35. « Édouard Philippe Premier ministre : un cancre de l'Assemblée pour diriger la majorité de Macron », Marianne,‎ (lire en ligne).
  36. a b et c « Édouard Philippe : biographie & secrets inavouables du Premier ministre », sur linternaute.com, (consulté le 23 août 2017).
  37. a et b « Le juppéiste Édouard Philippe, mauvais élève de la transparence », sur mediapart.fr, .
  38. « Les nébuleuses déclarations de patrimoine et d'intérêts d'Édouard Philippe », rtl.fr,‎ (lire en ligne).
  39. a et b « Édouard Philippe, trois accrocs sur son CV », sur lejdd.fr, (consulté le 7 mai 2020).
  40. a et b « Édouard PHILIPPE officiellement élu maire du Havre », sur lehavre.fr.
  41. Résultats sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  42. 6Medias, « Le Havre : un rapport financier accablant pour Edouard Philippe », sur Orange Actualités, (consulté le 30 juin 2020).
  43. « Le groupe de Bilderberg, un club trop mystérieux pour être honnête ? », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2017).
  44. Luc Vinogradoff, « Fantasmes et « précariat » : bienvenue à la réunion annuelle du groupe Bilderberg », lemonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 21 juin 2017).
  45. Ludovic Vigogne, « Chaque mercredi, à 8 h 30, la task force Juppé se réunit… », opinion.fr, 2 mars 2015.
  46. « Deux tours sans détours, par Édouard Philippe », liberation.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017)
  47. « Défections en cascade dans l'équipe de campagne de François Fillon », lepoint.fr, 2 mars 2017.
  48. « Édouard Philippe, le député-maire Les Républicains du Havre, est nommé Premier ministre », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2017).
  49. Décret du 15 mai 2017 portant nomination du Premier ministre.
  50. « Trois fois où Édouard Philippe a dézingué Emmanuel Macron (avant de devenir son Premier ministre) », francetvinfo.fr, 15 mai 2017.
  51. « « Banquier technocrate », « cynique » mais « intelligent » : que disait Édouard Philippe d'Emmanuel Macron ? », europe1.fr, 16 mai 2017.
  52. Alexandre Boudet, « Édouard Philippe est-il vraiment une « marionnette » ? », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 23 août 2017).
  53. Déclaration de Bernard Accoyer, bfmtv.com, 15 mai 2017.
  54. « Cinq membres pro-Macron, dont Édouard Philippe, exclus par Les Républicains », sur lci.fr, (consulté le 31 octobre 2017).
  55. « Les Républicains excluent quatre pro-Macron, « prennent acte » du départ d'Édouard Philippe ».
  56. BFMTV, « Au congrès d'En Marche, Philippe règle ses comptes avec Les Républicains », sur BFMTV (consulté le 18 novembre 2017).
  57. Le JDD, « Réforme constitutionnelle : le duo Philippe-Macron à la manœuvre », sur lejdd.fr (consulté le 7 mars 2018).
  58. a b et c Ellen Salvi, « Matignon, Élysée, ministères… Les cabinets verrouillés du nouveau pouvoir », sur Mediapart, (consulté le 17 juillet 2017).
  59. Aurore Gorius, « Les technos paradent », sur Les Jours, (consulté le 29 juillet 2018).
  60. « « Un signal exécrable » : la nomination d’Édouard Philippe au poste de Premier ministre inquiète les défenseurs de l'environnement », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2017).
  61. Loi organique no 2014-125 du 14 février 2014 interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur.
  62. « Ces barons locaux qui renoncent au Palais-Bourbon », lexpress.fr, 28 avril 2017.
  63. Composition de l'Assemblée.
  64. « Extrait du registre des délibérations du conseil municipal extraordinaire », sur https://www.lehavre.fr, (consulté le 31 mai 2017).
  65. « Le Maire, les adjoints et les conseillers », sur lehavre.fr (consulté le 23 juillet 2018).
  66. Le Monde avec AFP, « Edouard Philippe, « premier flic de France » par intérim », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  67. Loris Boichot, « Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur le plus tardivement remplacé », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  68. a et b « Le New York Times étrille le projet de loi antiterroriste de Macron », lefigaro.fr, 13 juin 2017.
  69. Emmanuel Macron a voulu annuler la limitation à 80 km/h avant d'y renoncer, Europe 1, 5 décembre 2018.
  70. Marcelo Wesfreid, Arthur Berdah et François-Xavier Bourmaud, « Tensions à l'Élysée et à Matignon : dans les coulisses de la crise des «gilets jaunes» », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  71. « Sondage  : Emmanuel Macron au plus bas, Edouard Philippe en forte baisse », sur SudOuest.fr (consulté le 30 juin 2020).
  72. « Confiance : Édouard Philippe en forte baisse, en plein mouvement des gilets jaunes », sur Europe 1 (consulté le 30 juin 2020).
  73. « « Gilets jaunes » : Édouard Philippe réaffirme que « le cap sera tenu » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2018).
  74. « Gilets jaunes : quel bilan pour l"acte 56" à Paris ? », sur linternaute.com, .
  75. « Crise des "gilets jaunes" : entre Macron et Philippe, la confiance qui s'effrite », sur Nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 30 juin 2020).
  76. Mathilde Siraud, « «Gilets jaunes» : Philippe défend sa ligne... avant d'être désavoué », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  77. « Réforme des retraites : Edouard Philippe passe en force avec le 49.3 », sur leparisien.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  78. « Afin d'obtenir sa réforme des retraites, Edouard Philippe opte pour le passage en force », sur letemps.ch, (consulté le 4 mai 2020).
  79. « Édouard Philippe à nouveau en première ligne », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  80. « La réforme des retraites victime du coronavirus », sur lemonde.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  81. « Ventes de masques au grand public : les mensonges du gouvernement », sur Reflets.info, (consulté le 12 mai 2020)
  82. « Covid-19 : faut-il ou non porter un masque? On vous aide à comprendre ce débat confus », sur lejdd.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  83. « Coronavirus : « pas nécessaire » puis encouragé… la volte-face du gouvernement sur le port du masque », sur 20minutes.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  84. « Comment l’exécutif a fait volte-face sur le port du masque chez les non-soignants », sur nouvelobs.com, (consulté le 4 mai 2020).
  85. « Déconfinement : le conseil scientifique a rendu son avis à l’exécutif », sur francetvinfo.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  86. « Crèches, écoles, collèges, lycées : voici ce qu'a annoncé Édouard Philippe pour le déconfinement », sur franceinter.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  87. « Remaniement, démission d'Édouard Philippe… Les députés ligériens réagissent aux rumeurs », sur leprogres.fr, (consulté le 23 avril 2020).
  88. « Avec ou sans Édouard Philippe? Les pistes d'Emmanuel Macron pour "l'après-coronavirus" », sur bfmtv.com, (consulté le 23 avril 2020).
  89. « Coronavirus : Emmanuel Macron cherche son « union nationale » », sur lemonde.fr, (consulté le 23 avril 2020).
  90. « Édouard Philippe survivra-t-il à la crise sanitaire ? », sur rfi.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  91. « À Matignon, le sort d’Edouard Philippe est-il déjà scellé ? », sur ladepeche.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  92. Pascal Perrineau, « Popularité: comment expliquer l’avance de Philippe sur Macron ? », sur lefigaro.fr, (consulté le 26 mai 2020).
  93. « Municipales 2020 : Édouard Philippe annonce être « candidat à la mairie du Havre comme tête de liste » », paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020)
  94. a et b Ludovic Vigogne, « Municipales: Edouard Philippe candidat, comme avant lui Chaban, Mauroy et Juppé », sur L'Opinion.fr, (consulté le 3 juin 2020).
  95. a et b « Municipales : Philippe confirme qu'il restera à Matignon même s'il est élu au Havre », sur lefigaro.fr, (consulté le 16 juin 2020).
  96. Olivier Beaumont, « Municipales : au Havre, l’impossible campagne d’Edouard Philippe », sur leparisien.fr, (consulté le 3 juin 2020).
  97. « Municipales au Havre : Edouard Philippe s’est livré à un exposé méthodique de son programme », sur Linfo.re (consulté le 30 juin 2020).
  98. « Les résultats du premier tour des municipales au Havre », sur ouest-france.fr, .
  99. « Remaniement : Édouard Philippe démissionne, Emmanuel Macron en quête d'un nouveau premier ministre », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 juillet 2020).
  100. « Politique. Jean Castex succède à Édouard Philippe au poste de Premier ministre », sur tendanceouest.com, (consulté le 3 juillet 2020).
  101. « Édouard Philippe officiellement élu maire du Havre », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 5 juillet 2020).
  102. « Présidentielle : à droite, un candidat pour Noël », sur lejdd.fr, (consulté le 5 juillet 2020).
  103. « Édouard Philippe quitte Matignon… mais pas Macron », sur lepoint.fr, (consulté le 14 juillet 2020).
  104. « Sans surprise, Édouard Philippe élu à la tête de la communauté urbaine le Havre Seine Métropole », sur actu.fr, (consulté le 17 juillet 2020).
  105. « Coronavirus : une enquête ouverte contre Édouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn », sur lepoint.fr, (consulté le 9 juillet 2020).
  106. Olivier Faye, « Edouard Philippe, le mauvais élève en écologie », Le Monde.fr,‎ (résumé)
  107. « Edouard Philippe, trois accrocs sur son CV », sur Le Journal du dimanche (consulté le 30 juin 2020).
  108. Simon Louvet, « Plan climat. La centrale à charbon du Havre menacée de fermeture : Édouard Philippe était contre », sur Actu.fr, (consulté le 30 juin 2020).
  109. « Macron veut fermer les centrales à charbon en 2021 mais Philippe veut la sienne jusqu'en 2035 », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le 30 juin 2020).
  110. Annabelle Laurent, « Quand Edouard Philippe et Nicolas Hulot papotent théorie de l'effondrement », sur usbeketrica.com, (consulté le 21 juin 2020).
  111. Agnès Leclair, « PMA pour toutes : le grand flou du Premier ministre », Le Figaro, samedi 30 septembre / dimanche 1er octobre 2017, page 9.
  112. L.N. avec AFP, « Philippe reçoit de Macron les insignes de grand croix de l'ordre national du mérite », sur bfmtv.com, (consulté le 28 février 2018).
  113. « Discours d'Édouard Philippe lors de la cérémonie d'investiture au rang d'officier honoraire de l'Ordre d'Australie », sur Gouvernement.fr, .
  114. « A Dakar, Sénégal et France s'accordent pour lutter contre l'immigration irrégulière », sur europe1.fr, .
  115. a et b « Tous les jeux de données de 1958 à 2012 au format XLS en une archive », sur data.gouv.fr (consulté le 24 mai 2020).
  116. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections cantonales 2008 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 24 mai 2020).
  117. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 24 mai 2020).
  118. « Résultats municipales 2020 à Le Havre », sur Le Monde.fr, Le Monde (ISSN 1950-6244, consulté le 24 mai 2020).
  119. « Quand le Premier ministre parle de son amour des livres », sur Le Point / AFP, .
  120. « Edouard Philippe, un lettré à Matignon », sur Les Echos, .
  121. « Édouard, mon pote de droite, épisode 1 : Le Havre », sur www.lardux.net (consulté le 16 mai 2018).
  122. « Édouard, mon pote de droite - Allociné », sur allocine.fr (consulté le 24 août 2016).
  123. « Édouard, mon pote de droite, épisode 2 : Primaire », sur lardux.net (consulté le 16 mai 2018).
  124. « TV – « Edouard, mon pote de droite, épisode 2 : Primaire » », sur lemonde.fr (consulté le 15 mai 2018).