François Jolivet

personnalité politique française

François Jolivet
Illustration.
François Jolivet en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 ans et 13 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 1re de l’Indre
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LREM (2017-2022)
HOR (depuis 2022)
Prédécesseur Jean-Paul Chanteguet
Maire de Saint-Maur

(22 ans, 1 mois et 2 jours)
Élection 18 juin 1995
Réélection 18 mars 2001
16 mars 2008
30 mars 2014
Groupe politique UMP
DVD
LREM
Prédécesseur Monique Lucas
Successeur Ludovic Réau
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Châteauroux (France)
Nationalité Français
Parti politique RPR (jusqu’en 2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2017)
LREM (depuis 2017)
Horizons (depuis 2021)
Diplômé de Université de Poitiers

Kedge Business School

Profession Cadre supérieur

François Jolivet, né le à Châteauroux (France), est un homme politique français.

Maire de Saint-Maur de 1995 à 2017 et conseiller régional du Centre de 2004 à 2015, il est d'abord militant de l'Union pour un mouvement populaire, devenue Les Républicains. Investi par La République en marche, il est élu député dans la première circonscription de l'Indre lors des élections législatives de 2017.

Formation et carrière professionnelleModifier

François Jolivet naît en 1966 à Châteauroux[1].

Il est titulaire d’une maîtrise de droit public à la faculté de droit de Poitiers, d’un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de gestion à l’Institut d'administration des entreprises (IAE) de Poitiers ainsi que d’un mastère de management du groupe de l’École supérieure de commerce de Bordeaux[2].

À partir de 1990, il est assistant parlementaire du sénateur François Gerbaud[3],[1]. En 1992, il rejoint les services du conseil général de l’Indre, où il exerce les fonctions de juriste auprès du directeur général des services. En 1993, il lui est confié la mission du contrôle économique des satellites départementaux[4]. Par la suite, il occupe le poste de directeur général de l’OPAC (Office public de l'habitat, d'aménagement et de construction) à Châteauroux[2]. En 2010, il rejoint le groupe ICF Habitat (groupe SNCF), où il prend la tête de la direction clientèle[2]. En , il est nommé directeur général d’ICF Habitat Atlantique[5].

Parcours politiqueModifier

Élu localModifier

Maire de la commune de Saint-Maur (Indre) de 1995 à 2017, il est aussi vice-président de la communauté d’agglomération castelroussine de 2000 à 2017[6],[7]. Il démissionne de ses fonctions après avoir été élu député, en conformité avec la loi sur le cumul des mandat[7].

Il exerce également les fonctions de conseiller régional du Centre (élu dans l'Indre) entre 2004 et 2015[6],[1]. Il est candidat sur la liste d'union de la droite lors des élections régionales de 2015 en Centre-Val de Loire[8]. Lors des élections régionales de 2021 en Centre-Val de Loire, il est candidat sur la liste de Marc Fesneau (Modem)[9].

Lors des élections municipales françaises de 2020, il est candidat à Saint-Maur sur la liste menée par Ludovic Réau, qui lui a succédé en 2017[10]. Il est élu conseiller municipal[11]. En , le maire Ludovic Réau démissionne avec onze autres élus du conseil municipal, accusant François Jolivet d'avoir retourné le conseil municipal contre lui et de ne plus pouvoir prendre de décisions[7]. Lors de l'élection qui suit, en mars 2021, la liste soutenue par François Jolivet perd contre le maire démissionnaire.[12]

Député de l'IndreModifier

Candidat aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription de l'Indre, il échoue au second tour avec 41,20 % des voix face au socialiste Jean-Paul Chanteguet, dont Michel Sapin est le suppléant[13].

Lors de la primaire de la droite et du centre de 2016, il est référent de Bruno Le Maire[14].

En vue des législatives de 2017, il annonce sa candidature dans la première circonscription de l'Indre, alors que LR a déjà investi Paulette Picard, présidente de la CCI de l’Indre[15],[14],[16]. À l'initiative de Bruno Le Maire, qui n'a pas encore intégré le gouvernement Édouard Philippe, il est finalement investi par La République en marche (LREM), tout en se présentant comme « un homme de droite »[14],[16]. Il l'emporte avec 70,4 % des voix au second tour, face la candidate du Front national[17].

En , il indique avoir adhéré à LREM et annonce qu'il ne renouvellera pas son adhésion à LR[18].

Membre de la commission des finances, il en est le rapporteur spécial au logement. Le , il présente un rapport du projet de loi finances 2018 prévoyant en matière d’APL un prélèvement plus progressif et un étalage de la réforme prévue sur trois ans[19],[20],[21].

En , à l'approche des élections pour le renouvellement des postes à responsabilités au sein du groupe LREM à l'Assemblée, il se porte candidat à la présidence du groupe LREM[22]. Il se présente finalement en duo paritaire avec la députée de la Nièvre Perrine Goulet[23]. Alors que Gilles Le Gendre est réélu dès le premier tour, leur ticket arrive en quatrième position sur six avec 17 voix[24].

Lors de l'examen à l'Assemblée du projet de loi confortant le respect des principes de la République, il est à l’initiative d’une proposition de loi « portant interdiction de l’écriture inclusive pour les personnes morales en charge d’un service public », soutenue par une quarantaine de députés, y compris dans l'opposition[25].

Prises de positionModifier

 
François Jolivet en 2017.

En , il vote contre le texte de loi sur la bioéthique, dont la mesure phare autorisant la procréation médicalement assistée pour toutes fait débat[26]. Il se déclare par ailleurs opposé au mariage pour tous[27].

Au sein du groupe LREM, il défend une réforme de l'Observatoire de la laïcité et un changement de direction[28]. Sur ce sujet, il est proche d'Aurore Bergé et de la ligne du Printemps républicain[29]. En , il s'oppose au député Aurélien Taché sur Twitter, l'accusant de relayer un message communautaire et contraire aux valeurs de la République[30].

À l'Assemblée nationale, il s'engage en particulier sur les questions sociétales. Il déclare vouloir porter le combat contre le « wokisme », défend l'idée de sanctionner les parents de mineur délinquant, ainsi qu'une proposition de loi visant à interdire l'usage de l'écriture inclusive dans l'administration. Il est également actif sur la question du logement[27].

Il vote généralement les textes présentés par la majorité, tels que les lois sécuritaires, le retour des pesticides néonicotinoïdes ou la loi Pénicaud sur le code du travail. Il s'abstient néanmoins sur la Loi climat[27].

Lors de la pandémie de Covid-19, il propose de créer un statut de reconnaissance nationale aux enfants de soignants décédés de leur engagement contre le virus. Il évoque aussi l'extension du dispositif de pupille de la Nation[31]. Le texte est adopté par l’ensemble des groupes politiques[27].

Détail des mandats et fonctionsModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c « François Jolivet : "il faut un sursis à statuer" pour la maternité du Blanc dans l'Indre », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  2. a b et c « Législatives : qui est François Jolivet, le nouveau député En Marche ! de la 1ère circonscription de l'Indre ? », sur France Bleu, (consulté le ).
  3. Fabrice Simoes, « Les députés du Cher et de l’Indre élus le 18 juin dernier ont fait leur entrée au Palais Bourbon. », sur lepetitsolognot.fr, (consulté le ).
  4. « ICF Habitat Atlantique : François Jolivet nommé directeur général - Le Journal des Entreprises », sur Le Journal des Entreprises (consulté le ).
  5. Business Immo, « François Jolivet est nommé directeur général d’ICF Habitat Atlantique », sur www.businessimmo.com, (consulté le ).
  6. a et b « La liste de François Jolivet », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  7. a b et c Marc Bertrand, « Le maire de Saint-Maur démissionne avec onze autres élus du conseil municipal », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  8. https://www.challenges.fr/politique/elections-regionales/regionales-2015-les-candidats-et-resultats-en-centre-val-de-loire_51314
  9. « Élections régionales : Annick Brossier et François Jolivet pour conduire la liste de Marc Fesneau dans l'Indre », sur France Bleu, (consulté le )
  10. Bertrand Slezak, « Municipales : François Jolivet, député de l'Indre, candidat à Saint-Maur avec Ludovic Réau », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  11. https://www.interieur.gouv.fr/fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020/(path)/municipales-2020/036/036202.html
  12. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/commune/saint-maur/indre-ludovic-reau-reprend-la-mairie-de-saint-maur », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  13. https://www.nicematin.com/faits-divers/legislatives-ceux-qui-sont-elus-ceux-qui-sont-battus-340846
  14. a b et c Bertrand Slézak, « François Jolivet déboussole la droite », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  15. Armêl Balogog, « Indre : François Jolivet, candidat dissident du parti Les Républicains dans l'Indre », sur France Bleu.fr, (consulté le ).
  16. a et b Amélie Rigodanzo, « Indre : François Jolivet, de candidat dissident LR à candidat de la majorité présidentielle », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  17. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  18. Jonathan Landais, « "Je n'ai pas eu de notification de mon exclusion des Républicains", François Jolivet, député LREM de l'Indre », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  19. « N° 273 annexe 8 - Rapport de M. François Jolivet sur le projet de loi de finances pour 2018 (n°235). », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  20. « Réforme des HLM : le gouvernement propose un compromis », Batiactu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Baisse des APL : malgré le vote des députés, la mobilisation continue », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  22. Caroline Vigoureux, « Groupe LREM à l’Assemblée: Gilles Le Gendre, un président contesté et désormais menacé », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  23. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/efrancois-jolivet-depute-de-l-indre-candidat-a-la-presidence-du-groupe-lrem-a-l-assemblee », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  24. Le Monde avec AFP, « Gilles Le Gendre reste président du groupe macroniste à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Lucas Jakubowicz, « Exclu Décideurs. Ce que contient la proposition de loi contre l’écriture inclusive », sur magazine-decideurs.com, (consulté le ).
  26. « Bioéthique et PMA : qui a voté quoi à l'Assemblée? », sur RTL.fr (consulté le )
  27. a b c et d « Législatives 2022 : le bilan de François Jolivet, député Renaissance de la 1ère circo de l'Indre, un homme de droite qui s'assume mal », sur France 3 Centre-Val de Loire,
  28. « Après Conflans, Emmanuel Macron est-il débordé sur la laïcité? », sur Le HuffPost, (consulté le )
  29. Romain Gaspar, Isabelle Kersimon et Pierre Maurer, « Peu d'adhérents mais des relais puissants, que pèse vraiment le Printemps républicain? », sur Slate, (consulté le ).
  30. « Des députés LREM furieux après les propos d'Aurélien Taché sur la "pensée décoloniale" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  31. Pierre Maurer, « Des députés veulent un statut pour les enfants de soignants décédés du Covid-19 », sur lefigaro.fr, (consulté le )

Liens externesModifier