Ouvrir le menu principal

Sandra Laugier

philosophe et professeure d'université française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laugier.
Sandra Laugier
Sandra Laugier.jpg
Sandra Laugier en 2006.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Directeur de thèse
Distinction

Sandra Laugier, née en 1961[1], est une philosophe française contemporaine qui travaille sur des questions de philosophie du langage, de philosophie des sciences, de philosophie morale, de philosophie politique et de genre. Elle est professeure de philosophie de classe exceptionnelle à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où elle est directrice adjointe de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103 CNRS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Formée en philosophie analytique, elle a introduit et développé en France un certain nombre de nouvelles approches en philosophie : la philosophie du langage ordinaire, l'éthique particulariste inspirée de Ludwig Wittgenstein, le perfectionnisme moral, les recherches sur la désobéissance civile et la démocratie radicale, l'éthique féministe du care, et enfin les réflexions philosophiques sur la culture populaire et notamment les séries télévisées.

Elle est chroniqueuse au journal Libération.

BiographieModifier

Parcours scientifiqueModifier

Sandra Laugier a fait ses études de philosophie à l’ENS Ulm, à l'Université Paris-Sorbonne (1980-1985) et à l'université Harvard (1983-1985 – visiting graduate student). Elle obtient l'agrégation de philosophie, puis un doctorat (en 1990) à l'université Paris IV. Sa thèse, sous la direction de Maurice Clavelin, s'intitule « L'apprentissage de l'obvie : le point de vue logique dans la philosophie de W. V. Quine »[2]. Elle obtient une habilitation à diriger des recherches (1997) à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de de Jacques Bouveresse[3].

Elle est aujourd'hui professeure de philosophie de classe exceptionnelle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 2010, après avoir été professeure à l’université de Picardie Jules-Verne (1998-2010) et membre du CURAPP (2004-2010[4]), et maître de conférences à l'université de Rennes-I (1992-1998). Elle a dirigé le Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo) entre 2013 et 2018 et est actuellement directrice adjointe de l’UMR 8103 Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Elle a été membre junior de l’Institut universitaire de France (1999-2004), membre senior (2012-2018) (chaire « Éthique et pratiques de l’ordinaire »)[5] et a été reconduite comme membre senior (2019-). Elle a été lauréate d'une bourse Advanced Grant ERC en 2019 pour son programme DEMOSERIES – Shaping Democratic Spaces – Security and TV Series[6]. DEMOSERIES (2020-2024) vise à étudier le soft power des séries TV et à montrer comment elles constituent de nouvelles ressources pour l'éducation morale, la créativité et la perfectibilité de leurs publics ; comment elles contribuent à la conversation démocratique et aux politiques publiques. Les séries télévisées sont de plus en plus reconnues comme objet de recherche, mais leur potentiel esthétique pour visualiser les questions éthiques et développer une réflexion collective sur les valeurs démocratiques n'a pas encore été suffisamment apprécié, alors qu'elles peuvent jouer un rôle crucial dans la création de valeurs partagées et partageables.

Elle a été Distinguished Visiting Professor à l’université Johns-Hopkins (2008, 2009, 2011), chercheure résidente au Max Planck Institut for Wissenchaftsgeschichte de Berlin (2014, 2015), professeure invitée à Boston University (2019) et à l'université de Rome « La Sapienza » (2019).

Elle a été conférencière invitée dans de nombreuses universités aux États-Unis, Japon, Brésil, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Italie (University of Rome La Sapienza, University of Rome Tor Vergata, University Rome 3), université Saint-Louis - Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Université de Liège, Université de Leuven, UCLouvain, Université de Lausanne, Université de Genève, Amsterdam University, Twente University, Potsdam Universität, Freie Universität Berlin, Leipzig Universität, Humboldt Universität, Maison française d’Oxford, UCL, UCD (Dublin), Edinburgh, Columbia University, New York School for Social Research, NYU, Berkeley University, Harvard University, Tufts University, Duke University, UCLA, UC Sant Barbara, Doshisha University (Kyoto), Keio University, Université de Tokyo, Université de Kyoto ,Southampton University, Université de Porto, University Rio Grande do Sul, de Sao Paulo, de Rio de Janeiro, Université Pontificale de Lima, Université de Montréal, Université du Québec à Montreal)[3].

Elle est membre du comité de rédaction des revues Archives de Philosophie, Multitudes, Revue de Métaphysique et de Morale, Espace Temps, Iride. Elle est membre du comité scientifique de la revue électronique Implications Philosophiques.

Responsabilités administrativesModifier

Sandra Laugier a été membre élue du CNU 17e section (1996-1998, 2003-2007), membre du conseil scientifique de l’ACI Terrains, Techniques, Théories (2002-2005), et membre du conseil scientifique SHS de l’ANR (programmes « blanc » et « jeunes chercheurs », 2005-2007). Elle a été déléguée scientifique à l’AERES (philosophie, sections 2 et 3) de 2007 à 2010.

Elle a été, de 2010 à juin 2017, directrice adjointe scientifique de l’INSHS du CNRS, chargée de la 35e section (jusqu'en juin 2014) et de l'interdisciplinarité. Elle a été membre du comité de pilotage de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Au CNRS elle a notamment développé la recherche sur le genre : création du GIS Institut du genre, de postes de chercheur.e, création d’une UMR Genre. Elle a participé au lancement de plusieurs défis à la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS et a assuré le suivi de l'appel à projets Attentats-recherche du président du CNRS (novembre 2015- 2016) et la rédaction du rapport ATHENA sur les recherches sur la radicalisation. Elle a été chargée de mission Science et Société auprès du président du CNRS en 2016-2017. Elle a été membre du directoire de l’Alliance ATHENA[7].

PolitiqueModifier

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, elle est devenue responsable du pôle « forum des idées » pour sa campagne présidentielle[8].

Vie privéeModifier

Elle est l'épouse du philosophe Jocelyn Benoist, professeur à l'université Panthéon-Sorbonne.

DistinctionModifier

Thèmes de rechercheModifier

Sandra Laugier a traduit en français la plupart des ouvrages de Stanley Cavell et a introduit plusieurs domaines de recherche en France : la philosophie du langage ordinaire comme paradigme philosophique alternatif, l’éthique ordinaire et l'éthique du care, le transcendantalisme américain (Thoreau et Emerson) et le perfectionnisme moral, la réflexion politique sur la démocratie radicale et la désobéissance civile9 et récemment sur la portée morale des séries télévisées[9].

Philosophie du langage ordinaireModifier

Sandra Laugier est spécialiste de la philosophie du langage ordinaire (Wittgenstein, Austin), courant (minoritaire mais essentiel) en philosophie analytique. Elle y a consacré de nombreux articles[10] et ouvrages, notamment:

  • Du réel à l'ordinaire. Quelle philosophie du langage aujourd'hui ?, Paris, Vrin, 1999
  • Wittgenstein, dernières pensées (éd. avec Jacques Bouveresse et Jean-Jacques Rosat), Marseille, Agone, 2002
  • Lire les Recherches Philosophiques de Wittgenstein (éd. avec Christiane Chauviré), Paris, Vrin, 2006
  • Wittgenstein. Les sens de l'usage, Paris, Vrin, 2009
  • Wittgenstein. Le mythe de l’inexpressivité, Paris, Vrin, 2010
  • J. L. Austin et la philosophie du langage ordinaire (éd. avec Christophe Al-Saleh), Hildesheim, Olms, 2011
  • Why We Need Ordinary Language Philosophy, Chicago, The University of Chicago Press, 2013

Ethique et esthétique de l'ordinaireModifier

Sandra Laugier explore les conséquences éthiques de la seconde philosophie de Wittgenstein, en proposant une éthique «sans ontologie»[11], déplacée vers l’exploration des pratiques et l’immanence de la vie ordinaire. La littérature[12], le cinéma ou les séries télévisées sont susceptibles de provoquer la mise en oeuvre ou la formation[13] d’une compétence éthique: "la capacité à saisir le sens de l’action et de la situation, la perception de ce qui est important"[14]. Ces conceptions sont développées dans

  • Éthique, littérature, vie humaine, Paris, PUF, 2006
  • La Voix et la vertu. Variétés du perfectionnisme moral, Paris, PUF, 2010

et dans de nombreuses publications en anglais. La pensée de l'ordinaire s'est également développée vers la notion de "forme de vie", à l'articulation de l'oeuvre du second Wittgenstein, de la théorie critique contemporaine et de l'anthropologie de la vie ordinaire, notamment en collaboration avec Veena Das et Estelle Ferrarese : Formes de vie (éd. avec Estelle Ferrarese, CNRS éditions, 2018).

La démocratie radicale, le perfectionnisme et la désobeissance civileModifier

Sandra Laugier s'est intéressée à la question de la démocratie d'abord à travers l'idée de désobéissance civile, centrale pour les auteurs américains Henry David Thoreau ou Ralph Waldo Emerson, représentants du perfectionnisme moral[15]. L'idée de désobéissance se fonde sur un principe moral, la confiance en soi, qui encourage l’individu à refuser la loi commune et acceptée des autres, en se fondant sur sa propre conviction qu’elle est injuste. Il s'agit ici de faire confiance à sa propre pensée, y compris contre les autres – et l’exprimer en public, trouver sa voix. Cette éthique perfectionniste s'est articulée à une théorie pragmatique et ordinaire du politique pour développer avec le sociologue Albert Ogien une conception ordinaire de la démocratie, développée dans une trilogie publiée à La Découverte :

  • Pourquoi désobéir en démocratie ? (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 201019
  • Le Principe démocratie (avec Albert Ogien), La Découverte, 2014
  • Antidémocratie, (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2017

et dans une série d'ouvrages sur la philosophie politique américaine :

  • Une autre pensée politique américaine. La démocratie radicale, de R. W. Emerson à S. Cavell, Paris, Michel Houdiard, 2004
  • Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique, Paris, Vrin, 2014
  • Etica e politica dell'ordinario, Milano, LED Edizioni, 2015

Féminisme et careModifier

Sandra Laugier a également contribué à la philosophie féministe et les études de genre[9]. Elle a en particulier contribué à introduire en France l'éthique du care dans une série d'ouvrages tels que Le Souci des autres – éthique et politique du care[16], Qu'est-ce que le care ?[17] et Face aux désastres. Une conversation à quatre voix sur la folie, le care et les grandes détresses collectives[18]. Elle a également contribué à l'édition des ouvrages de Carol Gilligan.

« Le care est d’abord le souci des autres, l’attention à la vie humaine et à ce qui fait sa continuité ordinaire. L’éthique du care appelle ainsi notre attention sur ce qui est juste sous nos yeux mais que nous ne voyons pas, par manque d’attention. C’est pour cela que l’éthique du care peut aussi se définir, si ‘on veut traduire le terme, comme éthique de l’attention, au sens à la fois de faire attention et d’attirer l’attention sur une réalité ordinaire : le fait que des gens s’occupent d’autres, s’en soucient et ainsi veillent au fonctionnement ordinaire du monde[19]. »

Séries téléviséesModifier

Sandra Laugier étudie par ailleurs la dimension morale et politique des séries télévisées et de la culture populaire, d'abord dans des chroniques publiées dans Libération depuis 2013 puis dans Nos vies en séries. Philosophie et morale d'une culture populaire[20]. Il s'agit pour elle de dire qu'il faut prendre les séries télévisées au sérieux comme oeuvre de pensée et source d'éducation morale.

« Les séries circulent dans l’espace domestique, dans l’espace public jusque dans le métro, dans la vie de famille, entre générations, entre amis. Elles font aussi partie de la vie de couple. [...] Comme le cinéma à ses débuts, les séries changent notre quotidien, elles sont constitutives de formes de vie humaine, elles donnent accès à la réalité de façon nouvelle, mais aussi à une formation morale. Les séries sont des outils d’éducation, voire de pensée et de combat politique[21]. »

PublicationsModifier

LivresModifier

  • L'Anthropologie logique de Quine, Paris, Vrin, 1992
  • Recommencer la philosophie. La philosophie américaine aujourd'hui, Paris, PUF, 1999 (nouvelle édition augmentée, Vrin, 2014)
  • Du réel à l'ordinaire. Quelle philosophie du langage aujourd'hui ?, Paris, Vrin, 1999 (traduit en anglais, The University of Chicago Press, 2013)
  • Faut-il encore écouter les intellectuels ?, Paris, Bayard, 2003
  • Une autre pensée politique américaine. La démocratie radicale, de R. W. Emerson à S. Cavell, Paris, Michel Houdiard, 2004
  • Qu'est-ce que le care ? (avec Patricia Paperman et Pascale Molinier), Paris, Payot, 2009
  • Wittgenstein. Les sens de l'usage, Paris, Vrin, 2009
  • Wittgenstein. Le mythe de l’inexpressivité, Paris, Vrin, 2010
  • Pourquoi désobéir en démocratie ? (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2010[22]
  • Why We Need Ordinary Language Philosophy, Chicago, The University of Chicago Press, 2013
  • Face aux désastres. Une conversation à quatre voix sur la folie, le care et les grandes détresses collectives (avec Anne M. Lovell, Stefania Pandolfo, Veena Das), Paris, Ithaque, 2013
  • Le Principe démocratie (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2014
  • Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique, Paris, Vrin, 2014
  • Etica e politica dell'ordinario, Milano, LED Edizioni, 2015
  • Antidémocratie, (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2017
  • Nos vies en séries, Paris, Climats, 2019

Édition et co-édition d'ouvrages collectifsModifier

  • Physique et réalité (éd. avec Michel Bitbol), Paris, éditions Diderot, 1997
  • Les mots de l’esprit. Wittgenstein et la philosophie de la psychologie (éd. avec Christiane Chauviré et Jean-Jacques Rosat), Paris, Vrin, 2001
  • Carnap et la construction logique du monde, Paris, Vrin, 2001
  • Stanley Cavell, cinéma et philosophie (éd. avec Marc Cerisuelo), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001
  • Wittgenstein. Métaphysique et jeu de langage, Paris, PUF, 2001
  • Wittgenstein, dernières pensées (éd. avec Jacques Bouveresse et Jean-Jacques Rosat), Marseille, Agone, 2002
  • Husserl et Wittgenstein : de la description de l’expérience à la phénoménologie linguistique (éd. avec Jocelyn Benoist), Hildesheim, Olms, 2004
  • Textes-clés de philosophie des sciences (éd. avec Pierre Wagner), 2 volumes, Paris, Vrin, 2004
  • Langage ordinaire et métaphysique - Strawson (éd. avec Jocelyn Benoist), Paris, Vrin, 2005
  • Le Souci des autres – éthique et politique du care (éd. avec Patricia Paperman), Paris, Éditions de l’EHESS, 2006 (rééd. 2011)
  • L’Ordinaire et le politique (éd. avec Claude Gautier), Paris, PUF, 2006
  • Éthique, littérature, vie humaine, Paris, PUF, 2006
  • Lire les Recherches Philosophiques de Wittgenstein (éd. avec Christiane Chauviré), Paris, Vrin, 2006
  • Comment penser l'autonomie ? Entre compétences et dépendances (éd. avec Marlène Jouan), Paris, PUF, 2008
  • Normativités du sens commun (éd. avec Claude Gautier), Paris, PUF, 2009
  • Textes-clés de philosophie du langage (éd. avec Bruno Ambroise), 2 volumes, Paris, Vrin, 2009, 2010
  • La voix et la vertu. Variétés du perfectionnisme moral, Paris, PUF, 2010
  • Les données de l'enquête (éd. avec Barbara Olszewska et Michel Barthélémy), Paris, PUF, 2010
  • J. L. Austin et la philosophie du langage ordinaire (éd. avec Christophe Al-Saleh), Hildesheim, Olms, 2011
  • Tous vulnérables ? 'éthique du care, les animaux et l'environnement, Paris, Payot, 2012
  • La philosophie analytique (éd. avec Sabine Plaud), Paris, Ellipses, 2012
  • Philoséries. Buffy - Tueuse de vampires (éd. avec Sylvie Allouche), Paris, Bragelonne, 2014
  • Formes de vie (éd. avec Estelle Ferrarese) CNRS éditions, 2018

Édition et co-édition de numéros spéciaux de revueModifier

  • « Retour du moralisme ? » (éd. avec Laurent Jaffro), Cités, 2001
  • « Moritz Schlick et le tournant de la philosophie », Études Philosophiques, 2001
  • « Wittgenstein 1889-1951», Archives de philosophie, 2001
  • « Ralph Waldo Emerson : l’autorité du scepticisme », Revue Française d’Études Américaines, 2002
  • « Naturalisme(s) : Héritages contemporains de Hume », Revue de métaphysique et de morale, 2003
  • « Politiques de la pornographie » (éd. avec Michela Marzano), Cités, 2003
  • « Après la structure : Kuhn et les révolutions scientifiques », Archives de philosophie, 2003
  • « Usages d’Austin » (éd. avec Isabelle Thomas-Fogiel), Revue de métaphysique et de morale, 2004
  • « Morale et métaphysique chez G.E. Moore » (avec Emmanuel Picavet), Revue de métaphysique et de morale, 2006
  • « La contrainte », Actes de savoirs. Revue de l'IUF, 2007
  • « Quine et l'analyticité », Archives de philosophie, 2009
  • « Wittgenstein politique » (éd. avec Marie-Anne Lescourret), Cités, 2009
  • « Politiques du care » (éd. avec Pascale Molinier), Multitudes, 2009
  • « Perfectionism, Transcendentalism, Pragmatism » (éd. avec Piergiorgio Donatelli), European Journal of Pragmatism and American Philosophy, 2011
  • « Grammaires de la vulnérabilité » (éd. avec Marie Gaille), Raison Publique, 2011
  • « Stanley Cavell », Revue internationale de philosophie, 2011
  • « Le retour à la vie ordinaire », Raison Publique, 2013
  • « Care and Human Security », Iride, 2013
  • « Care, catastrophe, capabilités », Raison Publique, 2014
  • « Genre et environnement », Cahiers du Genre, 2015
  • « New Robotics, New Living Beings », Iride, 2016
  • « L'invention des formes de vie », Multitudes, n°71, 2018

TraductionsModifier

  • S. Cavell, Une nouvelle Amérique encore inapprochable, de Wittgenstein à Emerson, Combas, L’éclat, 1991
  • S. Cavell, Statuts d’Emerson. Constitution, philosophie, politique, Combas, L’éclat, 1992
  • S. Cavell, À la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage (avec Christian Fournier), Paris, Cahiers du Cinéma, 1993
  • S. Cavell, Conditions nobles et ignobles. La constitution du perfectionnisme moral émersonien (avec Christian Fournier), Combas, L’éclat, 1993
  • S. Cavell, Les Voix de la raison (avec Nicole Balso), Paris, Seuil, 1996
  • A. Gibbard, Sagesse des choix, justesse des sentiments. Une théorie du jugement normatif, Paris, PUF, 1996
  • S. Cavell, Un ton pour la philosophie (avec Elise Domenach), Paris, Bayard, 2003
  • W. V. Quine, D’un point de vue logique (avec une équipe de co-traducteurs), Paris, Vrin, 2003
  • R. W. Emerson, Essais : histoire, destin, expérience, compensation (avec une introduction), Paris, Michel Houdiard, 2005
  • J. L. Austin, Le langage de la perception (« Introduction » avec Bruno Ambroise), Paris, Vrin, 2007
  • S. Cavell, Dire et vouloir dire (avec Christian Fournier), Paris, Éditions du Cerf, 2009
  • S. Cavell, Qu'est-ce que la philosophie américaine ? (avec Christian Fournier), Paris, Folio Gallimard, 2009
  • S. Cavell, Si j'avais su… (avec Jean-Louis Laugier), Paris, Éditions du Cerf, 2014

RéférencesModifier

  1. notice BnF no FRBNF12529327
  2. « La logique du vague chez C. S. Peirce », sur theses.fr (consulté le 20 décembre 2016).
  3. a et b « Présentation », Sandra Laugier,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2016).
  4. UMR 6054, CNRS-Université de Picardie, u-picardie.fr/curapp.
  5. « Les membres - Institut universitaire de France », sur iufrance.fr (consulté le 20 décembre 2016).
  6. Voir sur erc.europa.eu.
  7. L'interview avec Sandra Laugier sur allianceathena.fr.
  8. Boris Manenti, « Qui compose l'équipe de campagne de Benoît Hamon ? », nouvelobs.com, (consulté le 13 février 2017).
  9. a et b Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Page personnelle de Sandra Laugier », sur univ-paris1.fr (consulté le 20 décembre 2016).
  10. « La vulnérabilité de l’ordinaire Goffman lecteur d’Austin », Cefaï Daniel, Perreau Laurent (dir.). Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, PUF, 2013; « Le commun comme ordinaire et comme conversation », Multitudes 2/ 2011 (n° 45), p. 104-112; « Ce que le scepticisme « veut dire » », Revue de métaphysique et de morale 1/ 2010 (n° 65), p. 5-23; « L’ordinaire transatlantique », L’Homme 3/ 2008 (n° 187-188), p. 169-199; « Actes de langage et états de choses : Austin et Reinach », Les Études philosophiques 1/ 2005 (n° 72), p. 73-97.
  11. « Vertus ordinaires des cultures populaires », Critique 1/2012 (n° 776-777) , p. 48-61
  12. Cf. les articles de Laugier : « True romance: littérature, morale et aventure », in Devant la fiction, dans le monde, éd. C. Grall et M. Macé, La licorne, Presses Universitaires de Rennes, 2010; « La volonté de voir : éthique et perception morale du sens », Protée, vol. 36, n° 2, 2008, p. 89-100; « Littérature, philosophie, morale », Fabula, février 2006.
  13. « Dollhouse-Bildungsroman et contre-fiction », Multitudes 48 (mars 2012): Contre-fictions politiques
  14. Ethique, littérature, vie humaine, PUF, coll.« Ethique et philosophie morale », Paris, PUF, 2006.
  15. Cf. les articles de Laugier : « Le modèle américain de la désobéissance civile, de Thoreau à nos jours », Multitudes 24, printemps 2006; « Emerson, père fondateur refoulé ? », Raisons politiques 4/ 2006 (no24), p. 9-31; « L’Importance de l’importance. Expérience, pragmatisme, transcendantalisme », Multitudes 23, hiver 2005-2006; « La démocratie radicale d’Emerson : individualisme et dissentiment », 2005.
  16. Éd. avec Patricia Paperman, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006, rééd. 2011.
  17. Avec Patricia Paperman et Pascale Molinier, Paris, Payot, 2009.
  18. Avec Anne M. Lovell, Stefania Pandolfo, Veena Das, Paris, Ithaque, 2013.
  19. Sandra Laugier, « « Care, environnement et éthique globale » », Cahiers du genre, vol. 59, n° 2, 2015, pp. 127-152.
  20. Nos vies en séries. Philosophie et morale d'une culture populaire, Paris, Flammarion, coll. « Climats », 2019.
  21. « Sandra Laugier : “Les séries sont des outils d’éducation, de pensée et de combat politique” », Libération, Guillaume Launay et Anastasia Vécrin, le 18 octobre 2019.
  22. Bonnes feuilles publiées dans la revue Mouvements.

Voir aussiModifier