Ouvrir le menu principal

David Doucet

journaliste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doucet.

David Doucet est un journaliste français né le au Blanc-Mesnil. Il a été l'un des rédacteurs en chef des Inrockuptibles de 2016 à mars 2019. Depuis 2013 et la publication de plusieurs ouvrages sur l'extrême droite française, il a été fréquemment invité[1] sur les plateaux télévisés pour évoquer l'actualité du Front national[2],[3].

BiographieModifier

FormationModifier

Titulaire d'un master d'histoire obtenu à l'université Paris-IV, David Doucet commence une thèse sur le traitement médiatique du Front national dans la presse française à Paris-II, mais celle-ci reste inachevée.

CarrièreModifier

Dans une interview, il affirme qu'il a débuté le journalisme en multipliant les stages, qu'il n'a pas fait d'école de journalisme, qu'il était blogueur et vivait avec « quasiment rien et sans abonnement téléphonique ». Il raconte également qu'il devait faire un stage aux Inrockuptibles, mais qu'il y a été engagé immédiatement en CDD au vu de ses précédents articles[4]. Le 1er septembre 2014, à la suite du départ de Pierre Siankowski pour Le Grand Journal de Canal +, il devient rédacteur en chef adjoint du site internet du magazine[5].

Au début de l'année 2013, il publie dans la revue Charles un entretien avec Pierre Sidos[6], fondateur d’Occident et de l'Œuvre française, dans lequel ce dernier avoue avoir participé à l’attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle, le 22 août 1962. Il est le seul journaliste auquel Pierre Sidos ait accepté de se confier[7].

En septembre 2013 sort Histoire du Front national aux éditions Tallandier, écrit avec Dominique Albertini, journaliste à Libération. Pour Le Monde[8], cette plongée dans plus de quarante ans d'existence du parti d'extrême droite démontre « que la volonté de dédiabolisation est une constante dans l'histoire du FN. » Pour L'Express[9], ce récit montre « que le parti possède des ressorts bien plus romanesques que ses concurrents. »

En 2013, il est l'auteur d'un numéro des Inrockuptibles spécial consacré à la Seine-Saint-Denis. Interrogé par Le Parisien sur cette soudaine délocalisation d'un magazine régulièrement étiqueté comme parisianiste et bobo, il répond : « Il y a une prise de conscience de la précarité dans laquelle vit une partie de la société. La Seine-Saint-Denis est un laboratoire culturel et social d'où émerge des artistes d'avant-garde »[10].

En novembre 2014, il réalise l'interview d'Alain Juppé[11] qui fait la une des Inrockuptibles avec une question en sous-titre : « Juppémania : le moins pire d'entre eux ? » Cette couverture est abondamment commentée[12] car c'est la première fois qu'un homme de droite se retrouve dans le « magazine de la gauche branchée »[13]. Dans cet entretien, Juppé se déclare favorable à l'adoption par les couples homosexuels.

Le 1er septembre 2016, David Doucet est nommé rédacteur en chef du magazine[14] et du site des Inrockuptibles[15],[16]. Il participe à la couverture de lancement de la nouvelle formule du magazine consacrée notamment à la situation des réfugiés haïtiens au Canada[17],[18], et à la défense de la musique rap avec des portraits d'Aya Nakamura, Booba[19],[20] et Damso[21] même si ce glissement musical du magazine initialement consacré au rock interroge comme le relève le magazine en ligne Interlude[22]. En interne, il s'était opposé[23] à la couverture polémique du 11 octobre 2017 que le journal avait consacrée au retour du chanteur Bertrand Cantat, qui a tué sa compagne Marie Trintignant en 2003 lors d'une dispute.

En septembre 2016, il publie Fachosphère, comment l'extrême droite remporte la bataille du net, avec Dominique Albertini. Cet ouvrage montre selon Le Monde[24], « comment l'extrême droite parvient à populariser ses idées grâce au web ». Dans un entretien au Figaro, il explique que ce qui fait l'unité de ce vaste réseau sans convergences apparentes, c'est d'abord « une opposition à la modernité libérale, ainsi qu'une hostilité marquée envers les journalistes »[25]. Dans une interview au Monde, il estime que l’émergence de la nouvelle génération de militants familiers des codes du Web au sein de l'extrême droite s’inscrit dans une stratégie de guerre culturelle[26]. Début 2017 parait La jeunesse cachée de Marine Le Pen, nouvel ouvrage consacré à l'extrême droite et à la jeunesse de Marine Le Pen candidate du Front national à l'élection présidentielle. Selon Le Monde[27], ce livre permet de mieux comprendre « les amitiés sulfureuses » dans l'entourage de la présidente du FN.

RadioModifier

  • En 2013, il co-anime durant un an Touche pas à mon poke sur Le Mouv' chaque samedi à 20 h en compagnie d'Alexandre Majirus et de Vincent Glad. Cette émission était consacrée à la culture web[28].
  • En 2015, Il est intervenu comme chroniqueur dans l'émission Instant M sur France Inter[29].

PolémiquesModifier

Le 10 février 2019, il reconnaît avoir été membre pendant deux ans de la « Ligue du LOL » , groupe Facebook de journalistes créé par Vincent Glad et dont certains membres sont accusés de cyberharcèlement ciblé sur Twitter[30],[31]. Il publie un long message d'excuses sur Twitter[32] où il explique avoir réalisé deux canulars téléphoniques mais n'avoir jamais participé au harcèlement décrit par les victimes du groupe[33]. Le journaliste d'investigation Jean-Marc Manach publie un texte sur son blog hébergé sur Le Monde[34] dans lequel il estime que ce sont de « faux aveux » écrits sous la pression. Ce dernier recontextualise le principal grief reproché à David Doucet en déclarant « qu'il ne s'agit pas d’une forme de (cyber)harcèlement mais bel et bien d’un canular » réalisé aux dépens de Florence Porcel juste après une émission de télévision sur les « gentils trolls » où il était invité et dont Florence Porcel était une animatrice. Cette dernière estime d'ailleurs que Doucet n'a pas participé au harcèlement qui a précédé son canular[35].

Le lendemain, Les Inrocks mettent à pied David Doucet ainsi que son adjoint. La direction du journal entame une procédure de licenciement le 11 février 2019[36] pour faute grave[37], en leur reprochant d'avoir eu un impact négatif, d'une part sur « l’image » du journal, et d'autre part sur la « crédibilité journalistique » des intéressés au sein de la rédaction[38],[39]. Dans une tribune[40], le journaliste Olivier Mialet qui a passé quinze années aux Inrockuptibles déclare qu'ils ont été les « victimes émissaires d'une panique morale qui a amené la direction des Inrocks à choisir de se débarrasser subitement d’eux pour ne pas détériorer l’image du journal, déjà dégradée du fait de choix malheureux » en évoquant la couverture polémique consacrée à Bertrand Cantat[41] à laquelle les deux journalistes s’étaient pourtant opposés en interne. David Doucet est licencié de son poste aux Inrocks en mars 2019[42]. En septembre 2019, sept mois après la divulgation de l'affaire, celui que l'hebdomadaire Le Point qualifie de « journaliste injustement sali » déclare : « J'ai été élevé par une mère féministe, je partage son combat : il est hors de question que je bascule dans sa remise en cause. »[43]

OuvragesModifier

  • Avec Dominique Albertini (préf. Nicolas Lebourg), Histoire du Front national, Tallandier, , 360 p. (ISBN 979-1021002715)
  • avec Dominique Albertini, La Fachosphère : Comment l'extrême droite remporte la bataille du net, Flammarion, , 318 p. (ISBN 9782081354913, lire en ligne) (L'ouvrage est traduit en italien sous le titre : La fasciosfera. Come l'estrema destra ha vinto la battaglia della rete, La nave di Teseo, 2018, 437 p.[44])
  • Avec Jean-Yves Camus, Ultras, extrêmes, les radicalités de gauche à droite, fondation Jean-Jaurès, , 44 p. (ISBN 978-2362440991)
  • Avec Mathieu Dejean, La Politique malgré elle : la jeunesse cachée de Marine le Pen, La Tengo, , 130 p. (ISBN 978-2354611156)

Notes et référencesModifier

  1. « FN: Jean-Marie Le Pen sera-t-il exclu de son parti ? », sur bfmtv.com,
  2. « Le Petit Journal du 27/09 », sur canalplus.fr,
  3. « David Doucet : "Fdesouche est le navire amiral de la fachosphère sur le net" », sur franceinter.fr,
  4. EFJ MoJo BORDEAUX, « "Rendez vous dans 10 ans" avec David Doucet », sur Youtube.com, (consulté le 14 novembre 2019)
  5. « Nominations aux Inrocks », sur cbnews.fr, .
  6. « Le dernier pétainiste de France », sur lejdd.fr,
  7. « Pierre Sidos, le fondateur d'Occident, se confie », sur Slate.fr,
  8. « Eternel Front national », sur lemonde.fr, .
  9. « Histoire du Front national, haletant récit d'un parti », sur lexpress.fr, .
  10. N.R, « Quand les médias nationaux se délocalisent en banlieue. La Seine-Saint-Denis à la une », Le Parisien,‎ , page 93
  11. « Alain Juppé : “Je suis favorable à l’adoption par un couple de même sexe” », sur lesinrocks.com, .
  12. « La lèche des "Inrocks" : un coup monté pour faire tomber Juppé ? », sur Marianne, .
  13. « Alain Juppé à la une des Inrocks : est-il le candidat des bobos ? », sur Lefigaro.fr, .
  14. « David Doucet rédacteur en chef des Inrocks », .
  15. « M. David Doucet est promu rédacteur en chef du magazine », Correspondance de la presse,‎ , p. 13.
  16. « Doucet et Doyez grimpent aux Inrockuptibles », sur pressenews.fr, .
  17. « Les Inrocks peuvent-ils se réinventer ? », sur FranceInter.fr, (consulté le 8 août 2019)
  18. « Du Sénégal à la Libye, un candidat à l’exil raconte son "enfer" », sur lesinrocks.com, (consulté le 26 mai 2019)
  19. « Enquête de Miami à Boulbi : comment Booba a bâti son empire », sur lesinrocks.com, (consulté le 26 mai 2019)
  20. « Documentaire : Pourquoi on écoute Booba ? », sur lmnoprod.com, (consulté le 8 août 2019)
  21. « Damso, un rappeur au cœur des ténèbres », sur lesinrocks.com, (consulté le 26 mai 2019)
  22. « Faire la couverture des Inrocks : un objectif à atteindre pour les rappeurs ? », sur intrld.com, (consulté le 8 août 2019)
  23. « De la Ligue du Lol aux Inrocks : une panique morale ? », sur Medium.fr, (consulté le 30 juillet 2019)
  24. « Voyage au cœur de la “Fachosphère” », sur lemonde.fr, .
  25. «L'unité de la fachosphère, c'est l'opposition à la modernité libérale et aux médias», sur Lefigaro.fr, (consulté le 8 août 2019)
  26. William Audureau, « « L’extrême droite essaie d’imiter le Canal+ des années 1980 » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  27. « La saga de la dynastie Le Pen », sur lemonde.fr, .
  28. Benjamin Meffre, « Vincent Glad lance "Touche pas à mon poke" sur Le Mouv », sur PureMédias, .
  29. « Têtu a 20 ans : les médias et les homos », sur franceinter.fr, .
  30. « Journalistes, réseaux sociaux et harcèlement : comprendre l’affaire de la "Ligue du LOL" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2019).
  31. « Ligue du LOL : la fabrique des 30 salauds », sur Medium, (consulté le 30 juin 2019)
  32. Le JDD, « "Ligue du LOL" : les anciens "caïds de Twitter" accusés de harcèlement », sur lejdd.fr, .
  33. « #LigueDuLol : David Doucet et François-Luc Doyez licenciés des "Inrocks" », sur www.ozap.com, (consulté le 27 mars 2019)
  34. « David Doucet et la « présomption de culpabilité » », sur bugbrother.blog.lemonde.fr, (consulté le 27 mars 2019)
  35. « "On ne peut pas réduire la Ligue du Lol à du harcèlement" », sur www.arretsurimages.net, (consulté le 27 mars 2019)
  36. « "Ligue du LOL" : David Doucet des "Inrocks" bientôt licencié », sur lexpress.fr, (consulté le 11 février 2019).
  37. « "Ligue du LOL": aux "Inrocks", deux journalistes mis à pied », sur LExpress.fr, (consulté le 12 février 2019)
  38. Jérôme Lefilliâtre, « Ligue du LOL : deux salariés licenciés aux «Inrocks» », Libération,‎ (lire en ligne)
  39. AFP, « "Ligue du LOL": les Inrocks licencient un rédacteur en chef et son adjoint », sur parismatch.com,
  40. « De la Ligue du Lol aux Inrocks : une panique morale ? », sur Medium, (consulté le 12 juillet 2019)
  41. « Les explications des « Inrocks » une semaine après leur « une » polémique avec Bertrand Cantat », sur lemonde.fr, (consulté le 12 juillet 2019)
  42. « Ligue du LOL : le rédacteur en chef des « Inrocks » et son adjoint licenciés », sur lemonde.fr, (consulté le 7 mars 2019)
  43. Marion Cocquet, « Ligue du LOL : notre contre-enquête », sur lepoint.fr, (consulté le 14 novembre 2019)
  44. David Doucet, Dominique Albertini, La fasciosfera. Come l'estrema destra ha vinto la battaglia della rete, Rome, Nave di Teseo, , 437 p. (ISBN 978-8893444880)

Liens externesModifier