Confédération paysanne

Syndicat français
Confédération paysanne
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
But Une agriculture paysanne, respectueuse de l'environnement, de l'emploi agricole et de la qualité des produits.
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation [1]
Origine Union de la FNSP et de la CNSTP
Identité
Siège 104 rue Robespierre
93170 Bagnolet
Secrétaire général Marie-Noëll Orain & Mikel Hiribarren
Porte-parole Nicolas Girod
Affiliation européenne Coordination paysanne européenne
Affiliation internationale Via Campesina
Membres 10 000 paysans[2]
Représentativité 20,04% aux élections de chambre de 2019[3]
Publication Campagnes solidaires
Slogan « Pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs »[4], entre autres
Site web confederationpaysanne.fr

La Confédération paysanne est un syndicat agricole français. Elle est membre fondateur de la coordination paysanne européenne, de Via Campesina et d'Attac.

La Confédération est classée à gauche alors que le premier syndicat agricole, la FNSEA, est classé à droite[5],[6] et que la Coordination rurale est parfois considérée comme proche de l'extrême-droite[7],[8].

HistoireModifier

NaissanceModifier

Au mois de juillet 1986, la CNSTP et la FNSP (fédération nationale des syndicats paysans) perturbent ensemble une conférence de François Guillaume, ministre de l'Agriculture et président de la FNSEA, pour faire valoir leurs revendications[9]. De cet évènement va émerger l'idée d'unir les deux syndicats paysans, bien que de cultures syndicales différentes.

Durant l'hiver 1986, la CNSTP et la FNSP organisent des "Assises paysannes" réunissant 15 000 paysans sur l'ensemble du territoire national, suivies par une réunion de 500 délégués à Bondy issues de 70 départements[10], les Assises avaient « pour objectif de donner un espace d'expression aux paysans opposés à la politique agricole productiviste »[9] de la FNSEA.

La Confédération paysanne voit le jour le 29 avril 1987[9].

Premiers pas du syndicat (1987-1995)Modifier

Jusqu'à la naissance de la Coordination rurale en 1992, la Conf' sera l'alternative à la cogestion JA-FNSEA dans le monde agricole. La Conf' va axer ses combats sur l'Agriculture paysanne dès ses débuts, sur sa reconnaissance dans les instances décisionnelles et sur la réforme de la PAC.

En 1987, la toute nouvelle Confédération Paysanne mène une action symbolique de labour de la pelouse du Champs de Mars au pied de la Tour Eiffel « pour manifester son refus du gel des terres imposé par Bruxelles et exprimer ses revendications pour une agriculture non-intensive »[9].

Les 15 et 16 décembre, le premier Congrès de la Confédération paysanne est organisé à Rennes réunissant quelques centaines de membres[11]. En plus de désigner un secrétariat national, le congrès organise une marche sur Paris pour mars 1988. Cette marche rassemble 1500 paysans et 45 chars venus de plusieurs villes[9].

En 1988, La Confédération co-organise une manifestation avec l'Association nationale des maires ruraux réunissant paysans et 600 maires sous le mot « Des paysans nombreux pour des campagnes vivantes »[9].

Lors des élections aux Chambres d'Agriculture en 1989, la Confédération Paysanne obtient 18,6% des suffrages et est présente dans 75 départements.

Quelques mois avant le 67e congrès du Parti Socialiste la Conf' organise plusieurs occupations de permanences du parti et lance même un ultimatum « fixé fin février avec menace de grève de la faim des membres du secrétariat nationale » du syndicat devant le congrès du parti. Quelques semaines avant le congrès, Henri Nallet, ministre de l'agriculture, publie un décret sur la représentativité des syndicats agricoles[12],[9].

Entre septembre 1990 et février 1991, plus de 35 fédérations départementales tiennent des "fermes de l'avenir", notamment en ville, pour interpeller la population sur les difficultés du monde agricole.

En septembre 1991, la Confédération Paysanne organise ses journées d'été sur le thème de la réforme de la PAC de 1992

Durant l'automne 1992, la Confédération paysanne mène une action d'occupation des jardins du Luxembourg et du ministère des Finances à Bercy pour réclamer « une aide à l'herbe identique à celle octroyée au maïs-fourrage ».

La même année, le syndicat agricole se prononce contre le projet d'élevage de l'entreprise allemande Pohlmann qui prévoie de construire une ferme de plus de 5,6 millions de poules à Fère-Champenoise dans la Marne[13], selon la Confédération, la production à terme de cette ferme industrielle représenterait « 14% de la production avicole française ». En avril, le syndicat mène une action consistant à vider les bureaux de Pohlmann à Fère-Champenoise et à décorer les façades de plumes[14],[15],[9].

En mai 1993, la Confédération organise une marche de Fère-Champenoise à Bruxelles (la marche Pohlmann-Bruxelles) pour interpeller La Conmission européenne « pour aller vers une limitation de la taille des ateliers, cette fois au niveau européen »[16]. Le 21 juin de la même année, le préfet de la Marne pose un refus au projet de l'entreprise Pohlmann[17].

Lors des élections aux Chambres d'Agriculture en 1995, la Conf' obtient 20% des suffrages[18]. Le syndicat est présent dans 81 départements dont 3 départements d'outre-mer et gagne la Chambre d'Agriculture du Finistère. Le syndicat axe sa campagne électorale sur le slogan "Trois fermes valent mieux qu'une grande"[9].

Implantation durable du syndicat (1995-2002)Modifier

À partir de 1995, le projet de la Confédération paysanne s'affirme durablement dans le paysage agricole. Se définissant dans « une démarche non corporatiste » la Confédération paysanne va s'investir pleinement dans les divers mouvements sociaux comme durant les Grèves de 1995 et s'investit « contre la mondialisation libérale (dénonciation de l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI) [qui donnera naissance à Attac], contestation des orientations libérales de l'Organisation mondiale du Commerce ».

En avril 1996 advient en France le crise de la vache folle. En 2007 la Confédération estime qu'à l'époque cette crise « destabilis[a] l'agroalimentaire et la FNSEA, et renforc[a] l'audience de la Confédération paysanne auprès des médias et des décideurs politiques »[9].

Le 12 août 1999, la Confédération paysanne organise le démontage du McDonald's de Millau pour protester contre la « malbouffe » et la taxation de plusieurs produits agricoles français emblématiques par les États-Unis (roquefort, canards gras, moutarde de Dijon, etc.) à la suite du refus de l'Union européenne d'importer du bœuf aux hormones (hormone de croissance) américain. Cette action met en lumière la Confédération au niveau national et international à travers l'image de José Bové qui est condamné le 30 juin 2000 à trois mois de prison ferme[18],[19].

Retour de la droite au pouvoir (années 2000)Modifier

Avec le retour de la droite au pouvoir aux législatives de 2002, la Confédération paysanne est écartée des discussions avec le gouvernement, la cogestion FNSEA-JA est rétablie. Durant cette période, le syndicat agricole prend toujours plus sa place dans les mouvements sociaux, notamment altermondialistes.

Confortée depuis la remise en cause de la politique de la FNSEA depuis la crise de la vache folle, la Confédération Paysanne obtient 26,8% des suffrages au niveau national lors des élections aux Chambres d'agricultures en 2001[20].

En 2003, la Confédération paysanne participe à l'organisation d'une grande manifestation au Larzac, trente ans après le premier rassemblement de la lutte du Larzac, cette manifestation rassemble entre 200 000 et 300 000 participants selon les organisateurs[21].

En 2005, la Confédération paysanne se positionne contre la constitution européenne dans le cadre du référendum de 2005[22],après les résultats le syndicat considère « avoir grandement contribué à la victoire du "non", évaluant à 70% le nombre d'agriculteurs ayant voté "contre la Constitution et non contre l'Europe" »[23].

En 2008, dans le cadre de la réforme de la PAC de 2008, la Confédération paysanne négocie et (en tant que membre de la Via Campesina) organise une manifestation à Bruxelles le 26 novembre 2007[24] permettant d'influer sur la préparation de réforme de la PAC de 2008[25].

Porte-parolesModifier

 
Jean-Émile Sanchez, ancien porte-parole.
  • Yves Manguy (agriculteur céréalier et porcin) de 1987 à 1989
  • Guy Le Fur (éleveur porcin) de 1989 à 1991
  • Gabriel Dewalle (agriculteur) de 1992 à 1994
  • François Dufour (éleveur de vaches laitières) de 1995 à avril 2000
  • José Bové (éleveur de brebis), d'avril 2000 à avril 2004
  • Patrice Vidieu (agriculteur), d'avril 2000 à 2001
  • René Louail (agriculteur) d'avril 2000 à 2002
  • Christian Boisgontier (agriculteur) en 2001 et 2002
  • Nicolas Duntze (viticulteur) en 2002 et 2003
  • Brigitte Allain (viticultrice) de 2003 jusqu'en avril 2005
  • Jean-Émile Sanchez (éleveur de brebis) est élu le 8 avril 2004, lors du 10e congrès de la Confédération qui s'est déroulé à Strasbourg, pour un an
  • Gérard Durand (qui a démissionné le 2 février 2007) et Régis Hochart, agriculteurs, élus le lors du congrès de Die, puis réélus le à l'assemblée générale de Bagnolet
  • Philippe Collin (agriculteur céréalier) élu après le congrès de Saint-Étienne d'avril 2009
  • Laurent Pinatel (producteur de lait) élu après le congrès de Nevers en avril 2013, réélu à Saint-Jean-Pied-de-Port (avril 2015) puis au congrès de Muzillac (avril 2017)
  • Nicolas Girod (producteur de lait à comté) élu en mai 2019 à la suite du congrès de Tours (d'avril 2019)[26],[27]

Objectifs et revendicationsModifier

La Confédération paysanne milite pour une agriculture paysanne, respectueuse de l'environnement, de l'emploi agricole et de la qualité des produits. Avec le réseau Via Campesina, elle se bat pour une reconnaissance du droit à la souveraineté alimentaire.

Avec cette revendication et sa participation aux forums sociaux, la « Conf' » est également un acteur important au sein du mouvement social. Le syndicat est solidaire avec les paysans du monde entier face aux multinationales de l'agro-alimentaire. Il milite pour une meilleure répartition des subventions agricoles, pour que celles-ci ne soient plus données en majorité aux « agri-managers », pour un plafonnement par actif et depuis des années pour une régulation publique des marchés, seule solution pour permettre une formation du revenu des producteurs par les prix (selon elle).

La Conf' milite avant tout pour que l'ensemble des paysans ait droit à un revenu décent, dans des conditions de travail acceptables, pour des paysans nombreux dans une campagne vivante.

RevendicationsModifier

ActionsModifier

 
Enterrement de l'agriculture paysanne organisé par la Confédération paysanne le 20 novembre 2014 pour protester contre l'Open AgriFood.

Lors de la crise laitière de 2009, le syndicat multiplie ses actions en faveur des producteurs de lait. Les actions de la Loire (occupation du centre-ville de Saint-Étienne, grève du lait, blocage de la préfecture, etc.), qui réunissent de très nombreux paysans, permettent de mettre sur la table le problème de la contractualisation dans la production laitière. Depuis la fin de la grève du lait, la Conf est le seul syndicat agricole à remettre en cause l'accord du 3 juin sur le prix du lait.

En 2010, la Confédération occupe le CNIEL (Maison du lait à Paris qui héberge l'interprofession laitière) du 8 septembre au 14 octobre, date à laquelle elle est expulsée par les forces de l'ordre. Elle demandait par cette action un fonctionnement pluraliste, démocratique et transparent des interprofessions, et remettait aussi en cause les cotisations volontaires obligatoires (CVO). Dans le cadre de cette action, trois de ses responsables mènent une grève de la faim complète, pendant 21 jours. La Confédération paysanne devient membre de l'interprofession laitière le 4 mars 2014[31].

En 2013 et 2014, la Confédération se mobilise contre le projet de ferme des mille vaches dans la Somme. Afin de rendre public le risque que ce genre d'exploitation fait courir au monde agricole, trois actions de démontage/occupation y sont menées (12 septembre, 16 janvier puis 28 mai). Plusieurs militants sont placés en garde à vue à la suite de ces actions, dont le porte-parole Laurent Pinatel par trois fois. Le 28 octobre, neuf militants sont convoqués au tribunal d'Amiens[32]. Ils sont alors condamnés à des peines allant de 300 euros d'amende pour refus de prélèvement ADN à cinq mois de prison avec sursis (Laurent Pinatel) pour dégradation en réunion[33]. En appel, les neuf militants ont vu leur peines allégées (amendes avec sursis au lieu de prison et dispense de peine pour les ADN seuls). Dans son délibéré, le juge considère que ces militants sont des « lanceurs d'alerte »[34].

En 2018, elle organise une manifestation à l'encontre des investisseurs chinois achetant des centaines d'hectares de terre en France.

En 2019, la Confédération, se basant sur les travaux Maxime Renahy [35], [36], accuse Lactalis d'évasion fiscale, d'avoir mis en place un système de refacturation complexe à l'intérieur de l'entreprise et d'avoir pratiqué des achats fictifs d'action. Elle annonce qu'elle va saisir le Parquet national financier[37], ce qu'elle ne fait finalement pas. Par contre, elle assigne Lactalis devant le tribunal de commerce pour obtenir la publication des comptes de la société[38].

La même année, elle s'oppose au traité de libre-échange EU-Mercosur tout comme d'autres syndicats agricoles[39]

En mars 2020, la Confédération appelle à se mobiliser contre la réforme des retraites[40].

Représentativité électoraleModifier

En 2007, la Confédération Paysanne obtient 19,63% des suffrages au niveau national, faisant d'elle le deuxième syndicat derrière la FNSEA. Elle est à la tête de la Chambre d'agriculture de la Réunion[41].

En 2013, la Confédération obtient 18,54% des suffrages et arrive en tête dans le Puy-de-Dôme (en union avec la Coordination Rurale) et à la Réunion.

En 2019, la Confédération obtient 20,04% des suffrages au niveau national et arrive en tête à la Mayotte[3]. À ces mêmes élections, alors qu'à l'annonce des résultats en Loire-Atlantique le 6 février la Confédération arrive en tête avec deux voix d'avance sur la coalition FNSEA 44 - JA 44, ces deux syndicats « avaient estimé que la courte défaite - deux voix d'écart - de leur liste commune pouvait être imputée à un message posté sur Facebook par la Confédération paysanne la veille du scrutin, contrairement aux dispositions prévues par le code rural. »[42]. Suite à l'annulation de l'élection en Loire-Atlantique, une nouvelle élection est organisée : la Confédération paysanne obtient 38,2% en deuxième position derrière la liste commune FNSEA-JA (48,6%)[43].

La Confédération paysanne est présente aujourd'hui dans 94 des départements français[44], régions ultra-marines comprises[45].

Relations avec les autres syndicatsModifier

Depuis la reconnaissance de la Confédération comme un syndicat agricole habilité à siéger aux seins des instances décisionnelles[12], les relations, notamment avec la FNSEA sont parfois compliquées. La FNSEA dans les années 1990 « va jusqu'à menacer de rompre toute relation avec le gouvernement et refuse d'être reçue en même temps que la Confédération paysanne », selon les 4 grandes organisations de cette époque, la Confédération met à mal « l'unité » du syndicalisme agricole[46].

OrganisationModifier

Au niveau départemental et régionalModifier

Le Confédération Paysanne fonctionne par syndicats départementaux ou interdépartementaux ayant 1 ou 2 portes-paroles.

Des instances régionales dotées de 1 ou 2 portes-paroles au niveau régional (en France Métropolitaine)[47].

Au niveau nationalModifier

Le syndicat s’organise en Congrès avec l'ensemble des portes-paroles départementaux. Ce Congrès se réunissant tous les deux ans a pour but de décider de l'orientation de la Confédération et d'élire les membres du Comité national.

Le Comité national nomme des représentants au Conseil supérieur d'orientation, au Conseil national de l'alimentation, à FranceAgriMer, et au Conseil économique, social et environnemental.

Le Secrétariat national est l'organe exécutif du syndicat, il doit mettre en œuvre les décisions qui ont été prises par le Comité national. Le Secrétariat est composé du porte-parole, du secrétaire générale, du trésorier, ainsi que d'autres secrétaires nationaux.

Il existe à la Confédération Paysanne différentes commissions spécialisés, selon certains thèmes[47].

Les Ami·e·s de la Confédération PaysanneModifier

La Confédération paysanne s'appuie une association « Les Ami·e·s de la Conf' » [48] qui se compose de plusieurs groupes locaux présents sur l'ensemble du territoire français. Cette association née en 2003 lors du rassemblement au Larzac pour soutenir le syndicat agricole revendique 1 100 adhérents en 2019[49]. Elle est composée de citoyennes et de citoyens qui souhaitent défendre l'agriculture paysanne[50].

ActivitésModifier

PublicationModifier

La Confédération édite un mensuel, Campagnes solidaires[51]. Ce mensuel a vu le jour en septembre 1987, quelques mois après la création du syndicat[11].

LobbyingModifier

La Confédération paysanne mène ponctuellement des actions de représentation d'intérêts sur différentes thématiques touchant à l'agriculture[52].

Elle est inscrite depuis décembre 2018 sur le registre de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique et déclare exercer en 2018 des activités de représentation d'intérêts en France pour un montant compris entre 100 000 et 200 000 euros[53].

Elle participe à la fédération Nature et progrès ainsi qu'à Via Campesina Europe[54].

Organisations prochesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Notre histoire », sur confederationpaysanne.fr (consulté le 5 août 2020).
  2. Voir sur lefigaro.fr.
  3. a et b « Tous les résultats des élections chambres d'agriculture 2019 », sur Terre-net (consulté le 1er avril 2020)
  4. [1]
  5. Catherine Coroller, « Loi agricole: la droite aiguise ses fourches. », Libération, https://www.liberation.fr/france/1998/10/05/loi-agricole-la-droite-aiguise-ses-fourches-la-fnsea-pourtant-proche-du-rpr-est-plutot-favorable-au-_249594
  6. Ghislain de Montalembert, « Coordination rurale vs Confédération paysanne. Les challengers de la FNSEA », Le Figaro Magazine, semaine du 23 février 2018, page 26.
  7. Amandine Cailhol, « Syndicats agricoles : la FNSEA… et les autres », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018)
  8. « Régionales: le vote FN nourri par un "sentiment d'abandon" dans le Sud », Public Senat,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018)
  9. a b c d e f g h i et j « Notre histoire », document PDF en bas de la page web, sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 27 avril 2020)
  10. Samuel Deguara, « Conditions d'émergence de la Confédération paysanne et conditions de production d'une nouvelle idéologie paysanne : éléments pour une socio-histoire du mouvement progressiste paysan », Quarderni,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  11. a et b Jean-Philippe Martin, « Les trois « naissances » de la Confédération paysanne : Le travail politique de la nouvelle gauche paysanne dans ses « batailles » fondatrices », dans Sociabilité et politique en milieu rural, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-3066-9, lire en ligne), p. 431–444
  12. a et b Arrêté du 23 janvier 1991 fixant la liste des organisations syndicales à vocation générale d'exploitants agricoles habilitées à siéger au sein des commissions ou organismes à caractère national mentionnés à l'annexe III du décret no 90-187 du 28 février 1990 (lire en ligne)
  13. « Coup de frein au poulailler géant de Pohlmann », sur Les Echos, (consulté le 28 avril 2020)
  14. « Pohlmann va investir 615 millions de francs dans la Marne », sur Les Echos, (consulté le 28 avril 2020)
  15. « Un investissement de 600 millions de francsUn groupe allemand veut installer un poulailler géant dans la Marne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2020)
  16. « de Campagnes - Confédération Paysanne - Agriculture », page 17, article: Le baron allemand de la volaille y a perdu ses plumes, sur doczz.fr, (consulté le 28 avril 2020)
  17. « « Non » préfectoral au poulailler géant de la Marne », sur Les Echos, (consulté le 28 avril 2020)
  18. a et b « Les Robin des champs », sur LExpress.fr, (consulté le 27 avril 2020)
  19. « Démontage du McDonald's de Millau il y a 20 ans : l'acte fondateur du combat contre la malbouffe », sur ladepeche.fr (consulté le 27 avril 2020)
  20. « Elections chambres : Tous les résultats détaillés par département », sur La France Agricole (consulté le 1er avril 2020)
  21. « Journal de l'année », sur Gallica, (consulté le 2 mai 2020)
  22. « Référendum : le non agricole dope la Confédération paysanne », sur La dépêche – le petit meunier : le média des acheteurs et vendeurs de grains (consulté le 2 mai 2020)
  23. « Politique agricole La Confédération Paysanne demande le "gel" de la réforme de la PAC », sur Terre-net (consulté le 2 mai 2020)
  24. 28 novembre 2007 Europe, « Mobilisation européenne pour la défense de l'agriculture paysanne, 26 novembre à Bruxelles - Via Campesina », sur Via Campesina Français, (consulté le 3 mai 2020)
  25. « Nos combats, nos victoires », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 3 mai 2020)
  26. « Nicolas Girod, nouveau porte-parole de la Confédération paysanne », sur L'Humanité, (consulté le 30 mai 2019)
  27. « Le nouveau Secrétariat National de la Confédération paysanne », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 30 mai 2019)
  28. « Poursuivies par un ours, 200 brebis chutent d’une falaise en Ariège », sur SudOuest.fr (consulté le 22 juillet 2017).
  29. « La Confédération paysanne », sur pyrenees-pireneus.com (consulté le 22 juillet 2017).
  30. « La confédération paysanne basque demande le retrait de Claverina et l’arrêt du plan ours », sur La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es (consulté le 19 août 2019)
  31. Voir sur lafranceagricole.fr.
  32. Voir sur liberation.fr.
  33. « Procès des mille vaches : la Confédération paysanne fait appel après les condamnations » (consulté le 21 mai 2015).
  34. Laurence Girard, « ‘’Ferme des mille vaches’’ : peines allégées pour les militants de la Confédération paysanne », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 octobre 2015).
  35. « Lactalis accusé par la Confédération paysanne d'avoir soustrait 2 milliards au fisc », sur FIGARO, (consulté le 12 septembre 2019)
  36. Christophe VIOLETTE, « INFO OUEST-FRANCE. La très complexe tuyauterie financière de Lactalis », sur Ouest-France.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  37. « La Confédération Paysanne accuse Lactalis d'évasion fiscale et saisit le Parquet national financier », sur France Bleu, (consulté le 14 janvier 2019)
  38. « Transparence : La holding de Lactalis publie ses comptes », sur La France Agricole (consulté le 24 juillet 2020)
  39. « Mercosur : un accord clivant pour l'industrie agroalimentaire française », sur Les Echos, (consulté le 15 avril 2020)
  40. « La réforme des retraites est injuste : continuons la mobilisation », sur http://www.confederationpaysanne.fr/, (consulté le 1er avril 2020)
  41. Chambres d'agriculture France, « Elections 2013 Chambres d'agriculture », sur chambres-agriculture.fr, (consulté le 1er avril 2020)
  42. « Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique : une élection annulée », sur Les Echos, (consulté le 15 avril 2020)
  43. « Loire-Atlantique. La FNSEA 44 remporte les élections à la chambre d’agriculture », sur ouest-france.fr,
  44. « La Confédération paysanne, syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 1er avril 2020)
  45. « Élections chambres d’agriculture La Confédération paysanne espère l'emporter dans plusieurs départements », sur Terre-net (consulté le 19 août 2019)
  46. « Confédération paysanne : la longue marche vers le pouvoir », sur Les Echos, (consulté le 16 avril 2020)
  47. a et b « Organisation », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 11 avril 2020)
  48. « Les Ami.e.s de la Confédération paysanne | Association de citoyen·ne·s pour le soutien à l'agriculture paysanne » (consulté le 3 mai 2020)
  49. « Organisation | Les Ami.e.s de la Confédération paysanne » (consulté le 3 mai 2020)
  50. Les Ami·e·s de la Confédération paysanne, « Site de l'association »
  51. « Campagnes Solidaires, n° 360 - avril 2020 », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le 28 avril 2020)
  52. « La ferme des 1.000 vaches est le cas d’école de ce que l’on ne veut pas », sur terre-net.fr, .
  53. « Fiche Confederation Paysanne » (consulté le 7 juillet 2020)
  54. « Les membres de Via Campesina Europe », sur viacampesina.org (consulté le 25 septembre 2018).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Contester l'Europe Agricole. La Confédération paysanne à l'épreuve de la PAC de Élise Roullaud (2017)
  • La Confédération paysanne de José Bové, Yves Manguy (2003)
  • Qu'est-ce que la Confédération paysanne ?, éditions de l'Archipel, (2004)
  • Jean-Philippe Martin « La Confédération paysanne et José Bové, des actions médiatiques au service d'un projet ? », Ruralia, 2000-06, [lire en ligne].
  • Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération paysanne, La Découverte, 2005.
  • Jean-Philippe Martin, La Confédération paysanne aujourd'hui. Un syndicat face aux défis du XXIe siècle, L'Harmattan, 2011.
  • Jean-Philippe Martin, « La Confédération paysanne et l’Organisation mondiale du commerce », p. 109-124, Mouvements paysans face à la politique agricole commune  et à la mondialisation (1957-2011), Rennes, PUR, 2013.
  • J. P. Martin, « Des paysans environnementalistes ? Comment les paysans contestataires se sont emparés de la question écologique ? », Écologie et politique, « Syndicats et transition écologique », no 50, mars 2015, p. 101-111.
  • J. P. Martin, " Le syndicalisme agricole face à la question écologique : les exemples de la Confédération paysanne et de La Via campesina", dans (sous la direction de Alain Supiot), Le travail au XXIe siècle, Editions de l'Atelier, Paris, 2019, p. 121-134.
  • Ivan Bruneau, « La Confédération paysanne et le "mouvement altermondialisation". L'international comme enjeu syndical », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 2004, no 68, p. 111-134, [lire en ligne].
  • Franz Seifert, « Consensual NIMBYs, Contentious NIABYs: Explaining Contrasting Forms of Farmers GMO Opposition in Austria and France », Sociologica Ruralis, 2009, 49, p. 20-40 [2].
  • Pierre Bitoun et Yves Dupont, Le Sacrifice des paysans : une catastrophe sociale et anthropologique, L'échappée, 2016 (ISBN 978-2-3730901-3-0)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier