Élection présidentielle française de 2022

12e élection présidentielle française de la Ve République

Élection présidentielle française de 2022
(1er tour)
(2d tour)
Type d’élection Élection présidentielle
Scrutin uninominal majoritaire à deux tours
Débat(s) (1er tour)
(2d tour)
Corps électoral et résultats
Inscrits au 1er tour 48 747 876
Votants au 1er tour 35 923 707
73,69 % en diminution 4,1
Votes exprimés au 1er tour 35 132 947
Votes blancs au 1er tour 543 609
Votes nuls au 1er tour 247 151
Inscrits au 2d tour 48 752 339
Votants au 2d tour 35 096 478
71,99 % en diminution 2,6
Votes exprimés au 2d tour 32 057 325
Votes blancs au 2d tour 2 233 904
Votes nuls au 2d tour 805 249
Emmanuel Macron June 2021 (cropped).jpg Emmanuel Macron – LREM
Voix au 1er tour 9 783 058
27,85 %
en augmentation 3,8
Voix au 2e tour 18 768 639
58,55 %
Le Pen, Marine-9586 (cropped).jpg Marine Le Pen – RN
Voix au 1er tour 8 133 828
23,15 %
en augmentation 1,9
Voix au 2e tour 13 288 686
41,45 %
Jean Luc MELENCHON in the European Parliament in Strasbourg, 2016 (cropped).jpg Jean-Luc Mélenchon – LFI
Voix au 1er tour 7 712 520
21,95 %
en augmentation 2,4
Portrait Éric Zemmour, avril 2022 cropped.jpg Éric Zemmour – REC
Voix au 1er tour 2 485 226
7,07 %
Résultats du premier tour par département
Carte
Résultats du second tour par département
Diagramme
Président de la République
Sortant Réélu
Emmanuel Macron
LREM
Emmanuel Macron
LREM
Résultats officielsVoir et modifier les données sur Wikidata

L'élection présidentielle française de 2022 a lieu les et afin d'élire le président de la République française pour un mandat de cinq ans.

Il s'agit de la douzième élection présidentielle de la Ve République et onzième au suffrage universel direct. Aucun des douze candidats en lice n'ayant remporté la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, un second tour est organisé entre les deux premiers candidats.

Arrivé en tête du premier tour, le président sortant Emmanuel Macron (27,85 %[a]) affronte Marine Le Pen (23,15 %), un duel identique à celui du scrutin de 2017. C'est la deuxième fois qu'un second tour opposant les mêmes candidats à deux scrutins présidentiels consécutifs a lieu après ceux où se sont affrontés Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand en 1974 et 1981.

En troisième position avec 21,95 % des voix, Jean-Luc Mélenchon réalise le score le plus élevé de ses trois candidatures et arrive largement en tête de la gauche, mais échoue à accéder au second tour, avec environ 400 000 voix de moins que Marine Le Pen.

Une nouvelle fois, les partis politiques traditionnels sont absents du second tour, dans des proportions encore plus importantes que lors de la précédente élection. Le Parti socialiste et Les Républicains, représentés respectivement par Anne Hidalgo et Valérie Pécresse, s'effondrent avec des scores historiquement faibles et n'atteignent pas le seuil des 5 %, condition permettant d'être remboursé des frais de campagne.

Pour la première fois, les candidatures classées à l'extrême droite dépassent le seuil de 30 % des suffrages exprimés au premier tour tandis que les sondages d'opinion laissent annoncer un duel serré face au président sortant, la possibilité d'une victoire pour Marine Le Pen étant pour la première fois envisagée par ceux-ci.

Le second tour voit Emmanuel Macron l'emporter par 58,55 % des suffrages exprimés, permettant ainsi au président sortant d'entamer un second mandat. Le septennat ayant été aboli en 2000, il devient ainsi le premier président de la République française à être réélu pour un deuxième quinquennat, le deuxième président de la Cinquième République réélu hors période de cohabitation[b] et le quatrième président de la Cinquième République réélu[c]. Son investiture pour un second quinquennat a lieu le .

Contexte

Politique

Présidence sortante d'Emmanuel Macron

L'élection présidentielle de 2017 voit la victoire d'Emmanuel Macron, qui l'emporte au second tour sur la candidate du Front national, Marine Le Pen. En vertu de l'article 6 de la Constitution française, le président de la République française ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. Emmanuel Macron ayant accédé pour la première fois à la magistrature suprême en 2017, il est éligible en 2022 pour un second mandat[1].

 
Le mouvement des Gilets jaunes, ici à Belfort en , marque le début du quinquennat.

Les débuts de la présidence Macron sont notamment marqués par l'affaire Benalla et le mouvement des Gilets jaunes, qui le pousse à organiser un grand débat national. La seconde partie de son quinquennat est caractérisée par un projet contesté puis ajourné de réforme des retraites, la mise en place d'une convention citoyenne pour le climat, la pandémie de Covid-19 et l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 entraînant les sanctions occidentales contre la Russie. Les réformes et lois passées pendant son quinquennat incluent notamment des modifications du droit du travail, la réforme de la SNCF, un texte de moralisation de la vie politique, la procréation médicale assistée pour tous, le congé de paternité doublé, la réforme de l’assurance chômage, la supression de l’ISF transformée en IFI (impôt sur la fortune immobilière), le dédoublement des classes de primaire en réseaux d’éducation prioritaire, l’école obligatoire dès l'âge de trois ans, une réforme du baccalauréat et la mise en place de Parcoursup. Durant le quinquennat d'Emmanuel Macron, et notamment en réponse au mouvement des gilets jaunes de nombreuses mesures de soutien au pouvoir d’achat ont été mises en place : la baisse des cotisations salariales des salariés, la suppression de la taxe d’habitation, le « Reste à charge zéro » pour les lunettes et prothèses dentaires, la suppression des cotisations sur les heures supplémentaires et leur défiscalisation. On peut ajouter l’augmentation de près de 100 euros de l'allocation adulte handicapé, l’augmentation du minimum vieillesse également de 100 euros par mois, ou encore l'augmentation de la prime d'activité d’environ 100 euros. Une prime exceptionnelle jusqu'à 1 000 euros (prime dite « Macron »), sans cotisations ni impôts, a pu être versée de façon disparate par une partie des employeurs. De même, à la suite du « Ségur de la santé », une augmentation minimale de 183 euros nets par mois est décidée pour 1,5 million de professionnels des établissements de santé, des EHPAD et du personnel des établissements et services sociaux et médico-sociaux[2].

Pendant la pandémie de Covid-19 et après quelques ratés notamment sur l’approvisionnement de masques en début de pandémie, la gestion de la présidence Macron et des gouvernements Philippe et Castex s’est caractérisée par des restrictions importantes de certaines libertés pour enrayer l’épidémie, notamment par la mise en place de jauges, la fermeture de certains établissements recevant du public (salles de concerts, discothèques), et de trois confinements. Pendant cette période a été mis en place la stratégie du « quoi qu’il en coûte » c’est-à-dire un soutien important aux entreprises directement impactées par ces restrictions et financé par l’emprunt et donc par le creusement du déficit et de la dette de l’état. À la suite d'une récession record à -8 % du PIB en 2020, celui-ci rebondit l’année suivante à +7 % retrouvant fin 2021[3], en tenant compte de l’inflation, un volume supérieur à son niveau d’avant crise. La stratégie du « quoi qu’il en coûte » a été saluée par de nombreux économistes comme Paul Krugman[4], ou Nicolas Bouzou[5] mais critiquée par une partie de l’opposition pour son côté trop dispendieux.

Selon plusieurs médias, le chef de l’État prépare sa campagne présidentielle à partir du début de l'année 2021[6],[7]. Malgré l'échec de la majorité présidentielle à s'implanter au niveau local, notamment par un faible nombre de conseillers municipaux élus en 2020 ainsi qu'une absence de régions conquises et un seul département supplémentaire remporté lors des scrutins de 2021, Emmanuel Macron est donné gagnant dans la majorité des sondages réalisés en vue de l'élection. Selon Le Figaro, il entend séduire les électeurs de droite en mettant l’accent sur les sujets régaliens, alors qu’il présentait une image plus centriste lors du précédent scrutin présidentiel et au début de son quinquennat[8].

Le , le Conseil constitutionnel fait savoir qu'Emmanuel Macron a reçu les 500 parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle, alors qu'il n'a pas encore déclaré s'il allait se présenter au scrutin[9],[10]. Le , il envoie une lettre à différents quotidiens régionaux pour annoncer sa candidature à sa réélection[11].

Montée de l'extrême droite et affaiblissement du « front républicain »

À trois mois de l’élection, les deux candidats d'extrême droite Marine Le Pen et Éric Zemmour cumulent ensemble plus de 30 % des intentions de vote[12].

En , le journal Libération rapporte que, dans le cas d'un nouveau second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen, de nombreux électeurs de gauche ne voteront pas pour le chef de l’État sortant en raison de son positionnement davantage à droite qu’en 2017, ce qui romprait avec le « front républicain », traditionnellement appliqué face à l’extrême droite[13].

Divisions et absence initiale de leadership à droite

Contrairement à 2007 et 2012 avec Nicolas Sarkozy et comme en 2016-2017, aucun candidat ne s'impose naturellement à droite, dont le principal parti est Les Républicains (LR). Ce parti, à la suite de la débâcle de François Fillon lors de l'élection présidentielle de 2017, se retrouve divisé entre les partisans d'une alliance avec la nouvelle majorité et ceux partisans d'une ligne davantage conservatrice. L'élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti en 2017, représentant de la frange la plus dure, provoque le départ de nombreux élus, notamment Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France. L'échec du parti aux élections européennes de 2019, où la liste de François-Xavier Bellamy tombe sous la barre des 10 %, pousse Laurent Wauquiez à la démission quelques jours plus tard. Christian Jacob le remplace lors du congrès d'octobre 2019.

À l'approche du scrutin présidentiel, Xavier Bertrand est perçu comme le favori des sondages. Réélu à la tête de sa région, il annonce sa candidature, tout en précisant qu'il ne souhaite pas passer par une élection primaire[14]. Finalement, une primaire interne est organisée au cours d'un congrès entre le 1er et le . Alors que Xavier Bertrand accepte finalement de se présenter, le congrès voit la victoire au second tour de Valérie Pécresse face à Éric Ciotti, ce qui fait d’elle la première femme à représenter la droite parlementaire lors d'une élection présidentielle en France[15],[16].

Multiplicité des candidatures et absence d'union à gauche

Concernant la gauche, le chercheur Antoine Bristielle distingue « deux grandes tendances », avec d'une part le Parti socialiste (PS) et Europe Écologie Les Verts (EELV), alignés sur la plupart des enjeux, et d'autre part l'électorat proche de La France insoumise (LFI) ; les principales divergences entre ces blocs portent selon lui sur la question économique et sur l'Union européenne, et amoindrissent la probabilité d'une candidature d'union ainsi que celle de la qualification d'une personnalité de gauche au second tour[17]. La primaire du Pôle écologiste (Europe Écologie Les Verts, Génération.s, Génération écologie, Cap21 et le Mouvement des progressistes) est lancée en septembre 2021 et voit Yannick Jadot en sortir vainqueur. En , Anne Hidalgo, candidate socialiste désignée à l'élection présidentielle, se prononce pour une primaire de la gauche[18], mais sa proposition est immédiatement refusée par Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot[19]. De son côté, l'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, qui fait partie des favorites pour la Primaire populaire organisée par des sympathisants de gauche[20], soutient l’initiative et apparaît comme une candidate potentielle[21],[22].

Face aux refus persistants de ses concurrents de gauche, Anne Hidalgo annonce qu'elle ne se pliera finalement pas à la primaire, tout en maintenant sa propre candidature[23]. Le 15 janvier, Christiane Taubira annonce sa candidature à Lyon, soutenue par le Parti radical de gauche[24], mais accepte de se plier à la Primaire populaire, qui l'élit le 30 janvier 2022[25]. N’ayant pas obtenu le nombre de parrainages requis à la date limite du 2 mars, elle ne peut se présenter[26].

À partir de la mi-mars, la candidature de Jean-Luc Mélenchon se démarque de ses concurrents à gauche, les instituts de sondage le plaçant régulièrement entre 12 % et 13 % d'intention de vote, voire à 15 % selon un sondage effectué par Elabe entre le 20 et le 21 mars[27],[28].

Recours aux cabinets de conseil

À moins de deux semaines du premier tour, le recours aux cabinets de conseil effectué durant le quinquennat perturbe la campagne d'Emmanuel Macron. La sortie, le , du rapport sénatorial concernant le recours récurrent aux cabinets de conseil[29] met en avant une dépense des ministères de plus de 800 millions d'euros en 2021, dépense multipliée par plus de deux depuis le début du quinquennat. La commission sénatoriale déplore une utilisation trop systématique des cabinets de conseil, ainsi que des rapports trop superficiels pour le coût engagé, sans utilisation ultérieure[30].

Mandat impératif

Le , Jean Lassalle s'engage sur tous ses biens devant notaire à mettre en place les trois points principaux de son programme avant les législatives s'il est élu (le référendum d'initiative citoyenne constituant, la reconnaissance du vote blanc et la baisse de la TVA sur les hydrocarbures de 20 % à 5,5 %)[31],[32]. Il est le premier candidat français à une élection présidentielle à s'engager dans un mandat impératif.

Sanitaire

Allocution d'Emmanuel Macron, le .

Le scrutin a lieu pendant la pandémie de Covid-19 alors en cours depuis près de deux ans en France et dans le monde, ce qui en fait notamment la première élection présidentielle à se dérouler sous un état d'urgence sanitaire en France. Deux confinements sont décrétés au cours du mandat d'Emmanuel Macron ainsi que plusieurs couvre-feux. Le président prend alors la décision de soutenir les entreprises en annonçant la prise en charge par l’État de la mise au chômage partiel des salariés ne pouvant télétravailler ainsi que la mise en place de prêts garantis par l'État pour les TPE-PME[33],[34]. Cette mesure a pour conséquence de maintenir un grand nombre d'entreprise à flots mais également d'augmenter significativement la dette publique[35].

Le président et le gouvernement d’Édouard Philippe font l’objet de vives critiques pour la gestion du début de la pandémie dont notamment une minimisation initiale du virus, l'absence de stock de masques et les changements de recommandations sur l'utilité de ces derniers[36],[37]. Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé avant son départ du gouvernement pour se présenter aux municipales de Paris, affirme en avoir prévenu le président dès le 11 janvier puis le Premier ministre Édouard Philippe le . Une fois la production de masques suffisantes pour la population française, le premier confinement est levé en mai 2020 après une baisse des cas et décès dus à la pandémie, mais l’exécutif fait face à des mouvements d'opposition au port du masque. Lors de la mise en place d'un couvre-feu en octobre 2020, les mouvements se propagent aux refus des mesures de confinements[38].

 
Centre de vaccination à Strasbourg en janvier 2021.

La vaccination contre le Covid débute fin décembre 2020. Les premières semaines de la campagne font l'objet de critiques sur sa lenteur et sa lourdeur administrative de la part de l'opposition, avant qu'elle n'atteigne un rythme soutenu dans les semaines suivantes[39]. La montée d'une nouvelle vague conduit cependant le président à effectuer un changement de doctrine lors d'une allocution le , au cours de laquelle il annonce la vaccination obligatoire des soignants et la mise en place d'un passe sanitaire européen interdisant d'accès aux restaurants, cinémas et à de nombreux lieux publics ceux qui ne dispose pas d'une vaccination complète[38]. Des manifestations ont lieu durant l'été 2021, qualifiant cette décision de « dictature sanitaire » mais le mouvement s’essouffle à partir de septembre 2021[40].

Face à la remontée des cas de Covid à la suite de l'apparition du variant Omicron en , décision est prise d'instaurer une dose de rappel et d'adapter la validité du passe en conséquence. Emmanuel Macron annonce par la suite la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal, rendant de facto la vaccination obligatoire, ce qui lui vaut l'opposition du mouvement antivax[41]. En janvier 2022, le président fait polémique en déclarant lors d'une interview dans Le Parisien avoir envie d’« emmerder les non-vaccinés [...] jusqu'au bout »[42], tandis que le passe vaccinal est en débat à l'Assemblée nationale[43]. Adopté le 16 janvier, ce dernier entre en vigueur le 24 janvier[44], alors que le nombre de contaminations au Covid-19 atteignent près de 280 000 cas par jour[45].

Le nombre de contaminations journalières chute à partir de la fin janvier, laissant entrevoir la possible fin de l'épidémie et la fin du pass vaccinal au cours de la fin mars[46]. Le 3 mars, le Premier ministre Jean Castex annonce la « suspension » du pass vaccinal qui est prévue pour le 14 mars[47], malgré une remontée du nombre de cas constatée par le ministre de la santé Olivier Véran[48] .

Économique

En raison de la pandémie de Covid, la France entre en 2020 en récession, avec une chute de 8,3 % du PIB[49]. À la suite de cette récession, le PIB rebondit l'année suivante à + 7 %, retrouvant fin 2021, grâce à l'inflation, un volume supérieur à son niveau d'avant crise[3]. Ce taux de croissance est pour l'année 2021 un des plus hauts de la zone Europe[50]. Le chômage, alors en chute progressive depuis 2015, repart brusquement à la hausse lors du premier confinement avant de diminuer fortement à 7,4 % à la fin de l'année 2021[51]. Il s'agit du taux de chômage le plus bas depuis 2008. Le taux de chômage des jeunes baisse lui à 15,9 % soit son plus bas niveaux depuis les années 1980[51].

Néanmoins, la réouverture de l'économie à la suite de la pandémie provoque une forte inflation au niveau mondial, accentuée l'augmentation des prix de l'énergie et des pénuries de matières premières[52],[53].

En 2021, le déficit commercial atteint un record absolu avec 84,7 milliards d'euros, soit 3,4 % du PIB. Le déficit de la balance commerciale français est le plus élevé en Europe[54]. En effet les deux gros postes d'excédents commerciaux en France, l'aéronautique et le tourisme ont été largement pénalisés par la pandémie du Covid-19[55]. De plus la hausse du coût de l'énergie a creusé le déficit de 43,1 milliards d'euros en 2021, en progression de près de 20 milliards d'euros sur un an[55]. Le poids de l'industrie dans le PIB est désormais de 13,5 %, un niveau inférieur à la moyenne européenne (19,7 %)[54]. Cependant la France se distingue dans la fourniture de services, avec un excédent de 36,2 milliards d'euros[55].

La France est touchée par la crise énergétique mondiale de 2021-2022. Les tarifs réglementés du gaz ont bondi de 59 % depuis le pour cinq millions de Français. Mi-, le gouvernement promet un « chèque énergie » exceptionnel de 100 euros[56] et début octobre, le Premier ministre Jean Castex annonce un gel de ces tarifs pendant les sept mois suivants[57]. Face à la forte augmentation des prix de gros de l'électricité, le gouvernement s'engage fin septembre 2021 à plafonner la hausse du tarif réglementé de vente (TRV) à 4 %. Il décide de réduire la principale taxe sur l'électricité, la taxe intérieure de consommation sur l'électricité (TICFE) qui est ramenée de 22,50 /MWh à 50 centimes, le minimum autorisé par Bruxelles, ce qui correspond à un coût de huit milliards pour le budget de l'État. Il impose à EDF d'augmenter de 20 TWh le volume d'électricité nucléaire vendu à prix réduit à ses concurrents, pour le faire passer à titre exceptionnel de 100 à 120 TWh. La mesure doit coûter entre 7,7 et 8,4 milliards d'euros à EDF[58].

Environnemental

 
Grève des lycéens contre le dérèglement climatique du , discours de fin de manifestation dans le Jardin Darcy à Dijon.

Entre 2017 et 2022, les effets de la crise climatique et environnementale se sont multipliés en France comme jamais auparavant. En 2021, les conclusions du rapport du GIEC tendent à montrer que l'accélération sans précédent du dérèglement risque de rendre à brève échéance la crise incontrôlable en l'absence de mesures fortes des gouvernements[59]. En France, cette situation se traduit par l'arrivée de l'environnement parmi les premières préoccupations des Français, même malgré la crise sanitaire, d'après les études gouvernementales menées par l'Agence de la transition écologique (Ademe)[60].

Du printemps à l'automne 2019, le mouvement de la grève étudiante pour le climat gagne la France, avec des manifestations hebdomadaires massives de jeunes réclamant une réponse gouvernementale face à la crise écologique. Emmanuel Macron qualifie leur mouvement d'incantations, et leur recommande de s'engager dans du concret[61]. Il annonce le 25 avril la constitution d'une Convention citoyenne pour le climat[62]. Il en résulte 149 propositions, dont la mise en œuvre est mitigée. La loi Climat-résilience est promulguée le 22 août 2021 mais le projet de loi constitutionnelle échoue, limitant l'efficacité des mesures prises.

En février 2021, l’État est condamné par le Tribunal administratif de Paris pour inaction dans la lutte contre le réchauffement climatique, à la suite d'une poursuite menée par quatre associations sous le nom de l'Affaire du siècle[63]. Reconnaissant la faute de l'État, le tribunal ordonne au Premier ministre de prendre d'ici au 31 décembre 2022 « toutes les mesures utiles » pour réparer le préjudice.

En février 2022, en pleine campagne électorale, les médias en France informent du franchissement d'une des limites planétaires, tandis que les catastrophes écologiques s'enchaînent à un rythme soutenu[64], et les scientifiques continuent de rappeler que les enjeux n'ont jamais été aussi élevés pour les États dans la lutte contre des catastrophes vers lesquelles le système actuel conduit[65].

Les questions environnementales peinent, en février 2022, à s'imposer dans la campagne électorale de l'élection présidentielle française, concurrencées notamment par le débat sur l'identité et l'immigration[66].

International

Présidence française du conseil de l'Union européenne

La présidence du Conseil de l'Union européenne, ou couramment présidence de l'Union européenne, est une présidence tournante du Conseil de l'Union européenne (ou Conseil des ministres). Elle revient à la France le 1er janvier 2022, succédant à la Slovénie.

Le , un drapeau européen est hissé sous l’Arc de triomphe[67]. L’absence d’un drapeau français aux côtés du drapeau européen provoque la colère, particulièrement à droite, où les différents candidats à l’élection présidentielle vont déplorer un « effacement de l’identité française » (Valérie Pécresse) et un « outrage » pour Éric Zemmour. Nicolas Dupont-Aignan déclare qu’Emmanuel Macron est un «  profanateur », tandis que Marine Le Pen annonce qu’elle souhaite déposer un recours devant le Conseil d'État pour contester la décision de faire flotter le drapeau de l'Europe sous l'Arc de Triomphe[67].

Clément Beaune, secrétaire d’État aux Affaires européennes précise que « le drapeau de l'Union européenne n’a pas “remplacé” le drapeau de la France, qui n’est déployé que pour les cérémonies »[67]. Le drapeau est retiré trois jours plus tard, l’Élysée affirme que ce retrait était prévu dès le début et que ce n’est pas une réaction à la polémique[68].

Selon Le Monde, Emmanuel Macron souhaite profiter de la PFUE pour réaffirmer ses positions pro-européennes dans le débat national[69].

Le , il s'adresse au Parlement européen[70] lors d’un discours de 30 minutes. Répondant aux différentes critiques des eurodéputés français (Bardella, Aubry et Jadot), il distribue des piques[71].

Invasion de l'Ukraine par la Russie

 
Rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine le 7 février 2022, dans le cadre de la crise russo-ukrainienne.

Alors qu'Emmanuel Macron doit officialiser sa décision le à 18 h, l'escalade du conflit russo-ukrainien, puis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le , le poussent à reporter l'annonce de sa candidature à un second mandat à la présidence de la République[72],[73]. L'annonce a lieu le au soir, vingt-quatre heures avant la date limite, par le biais d'une Lettre aux Français.

Tous les candidats interrogés se prononcent pour l'accueil des réfugiés ukrainiens, à l’exception d'Éric Zemmour, proposant plutôt une aide financière à la Pologne, revenu ensuite sur ses propos. Cette position initiale provoque une chute des intentions de vote à son égard[74].

Modalités

Mode de scrutin

 
Panneau d'information devant un bureau de vote dans le Val-de-Marne, expliquant comment utiliser la machine à voter pour l'élection présidentielle de 2022.

Le président de la République est élu directement par la population au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois de façon consécutive[1]. Est élu le candidat qui recueille la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour de scrutin. À défaut, un second tour a lieu quatorze jours plus tard entre les deux candidats ayant recueilli le plus de suffrages au premier tour. Le second tour peut éventuellement voir concourir d'autres candidats que les deux arrivés en tête au premier dans le cas de retraits de candidats mieux placés. Ce cas n'est cependant encore jamais arrivé sous la Cinquième République. Au second tour, le candidat qui recueille le plus de suffrages l'emporte[75].

Le Conseil constitutionnel est, en vertu de l'article 58 de la Constitution, garant de la régularité de l'élection, de l'examen des réclamations et de la proclamation des résultats[76].

Conditions de candidature

 
Logo de l'élection.

Chaque candidat doit satisfaire plusieurs conditions[77] :

  • être de nationalité française ;
  • ne pas être privé de ses droits civiques concernant l'éligibilité ;
  • être âgé d’au moins 18 ans ;
  • être inscrit sur une liste électorale ;
  • avoir satisfait aux obligations imposées par le code du service national ;
  • ne pas être placé sous tutelle ou sous curatelle ;
  • avoir établi une déclaration de situation patrimoniale ;
  • posséder un compte bancaire de campagne ;
  • ne pas être candidat à un troisième mandat consécutif de président de la République ;
  • recueillir 500 « parrainages » de parlementaires ou d'élus locaux : ces parrainages doivent provenir d'au moins trente départements ou collectivités d'outre-mer différents et pas plus d'un dixième des élus signataires ne doit provenir du même département ou de la même collectivité d'outre-mer. La loi organique du impose la publication de l'ensemble des noms, au lieu de 500 tirés au sort comme c'était le cas antérieurement[78]. Ils doivent être envoyés directement au Conseil constitutionnel, par voie postale, qui les publie au fur et à mesure sur le site mis en place pour cette élection.

Dates de déroulement de l’élection

 
Panneaux électoraux de l'élection présidentielle de 2022 (Noyarey, Isère).

Conformément à l'article 7 de la Constitution, le premier tour de l'élection présidentielle doit avoir lieu entre 20 et 35 jours avant la transition du pouvoir à la fin du mandat de cinq ans du président sortant ; un second tour, s’il est nécessaire, intervient quatorze jours après le premier[75]. Emmanuel Macron ayant pris ses fonctions le , la passation de pouvoirs éventuelle avec son successeur devrait avoir lieu le au plus tard.

En vertu des dispositions constitutionnelles, l'élection présidentielle de 2022 pouvait donc se tenir soit les dimanches et (pour respectivement le premier tour et l’éventuel second tour), soit les dimanches et . Voici les avantages et inconvénients de cette situation :

  • La seconde possibilité pouvait sembler la plus naturelle sachant que les sept élections présidentielles organisées en France depuis 1981 se sont déroulées à la fin du mois d’avril pour le premier tour et au début du mois de mai pour le second tour. Cependant, le premier dimanche du mois de est un jour férié[Note 1] correspondant à la fête du Travail, qui est notamment marquée par de nombreux rassemblements politiques et syndicaux exigeant une importante mobilisation policière, ce qui compliquerait la tenue du scrutin dans ces conditions. En outre, le premier tour aurait eu lieu pendant un week-end prolongé, en raison du lundi de Pâques, une situation qui aurait pu renforcer une abstention électorale déjà croissante dans le pays.
  • La date du pour le premier tour correspond au début des vacances scolaires pour l'une des 3 zones, les autres prenant leurs vacances plus tard. Avec un premier tour le , une zone est au milieu des vacances scolaire, une autre les commence. Pour le second tour, qu'il ait lieu le ou le , il tombera de toutes façon au milieu des vacances scolaires pour une des zones. C'est un facteur pouvant augmenter l’abstention[Note 2]. Néanmoins, depuis 1995, toutes les élections présidentielles successives ont été organisées pendant des congés scolaires[79],[81],[82].

Lors du Conseil des ministres du , le gouvernement retient les dates des et . Comme pour chaque élection présidentielle depuis 2007, les électeurs de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de Saint-Barthélemy, de Saint-Martin et de la Polynésie française voteront la veille, à savoir les samedis et , afin de tenir compte du décalage horaire[83]. Ces dates sont officialisées lors de la publication du décret de convocation des électeurs, le 26 janvier[84].

Cependant, la Constitution prévoit des cas de report ou d’annulation de l’élection présidentielle[75] :

  1. en cas d'empêchement ou décès dans la dernière semaine de dépôt des candidatures d'une personne qui a annoncé son intention d'être candidate, le Conseil constitutionnel peut reporter l'élection ;
  2. en cas d'empêchement ou décès d'un candidat avant le premier tour, l'élection est reportée ;
  3. en cas d'empêchement ou décès d'un candidat qualifié pour le second tour, il est procédé de nouveau à l'ensemble des opérations électorales.

Horaires

Par application de la loi du , normalement, les bureaux de vote ouvrent à 8 heures et ferment à 19 heures. Toutefois, des arrêtés préfectoraux (ou du ministère des Affaires étrangères pour les bureaux à l’étranger) peuvent être pris pour changer les horaires, à condition de ne pas dépasser 20 heures pour l’horaire de fermeture. Ainsi, dans les grandes agglomérations (dont Paris, Lyon et Marseille), l’horaire de fermeture est repoussé à 20 heures[85],[86].

Candidats

Quarante-six personnes s'étaient officiellement portées candidates pour l'élection présidentielle dont une trentaine, peu ou pas du tout connues[87]. Le , le Conseil constitutionnel publie les noms des 12 candidats retenus qui satisfont aux conditions dont au moins 500 parrainages d’élus validés[88].

L'ordre du tableau ci-dessous correspond à l'ordre de la présentation des candidats faite par le Conseil constitutionnel. Cet ordre, tiré au sort par le Conseil, est celui de l'affichage sur les panneaux électoraux et de la présentation des bulletins dans les bureaux de vote.

Candidat (nom et âge[Note 3])
et parti politique
Principale(s) fonction(s)
politique(s) lors de la campagne
Campagne, slogan(s) et consignes
de vote pour le second tour
Détails
Nathalie Arthaud
(52 ans)

Lutte ouvrière (LO)

  Porte-parole de Lutte ouvrière
(depuis 2008)
 
Campagne
Le camp des travailleurs[89]
Élimination au 1er tour
(vote blanc)
Porte-parole de Lutte ouvrière depuis 2008, elle est la candidate de ce parti en 2012 et en 2017. LO décide de sa candidature à l'occasion de son 50e congrès, en , afin d'« assurer la présence du courant communiste révolutionnaire » à cette élection[90]. Elle annonce sa candidature le [91].
Fabien Roussel
(52 ans)

Parti communiste français (PCF)

  Secrétaire national du
Parti communiste français
(depuis 2018)
Député du Nord
(depuis 2017)
CampagnePositions
La France des jours heureux[92],[93]
Élimination au 1er tour
(vote Emmanuel Macron)
Député de la 20e circonscription du Nord depuis 2017, il devient secrétaire national du Parti communiste français en 2018. Il annonce sa candidature le [94]. Les militants du parti confirment leur soutien à sa candidature lors d'une consultation interne en [95].
Emmanuel Macron
(44 ans)

La République en marche (LREM)

  Président de la République française
(depuis 2017)
 
CampagnePositions
Avec vous[96]
puis
Nous tous[97]
Vainqueur au 2d tour
Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique sous la présidence de François Hollande. Élu président de la République en 2017, il officialise sa candidature à un second mandat le dans une Lettre aux Français[98].
Jean Lassalle
(66 ans)

Résistons (RES)

  Président de Résistons
(depuis 2016)
Député des Pyrénées-Atlantiques
(2002-2022)
 
CampagnePositions
La France authentique[99]
Élimination au 1er tour
(vote blanc)
Membre du Mouvement démocrate, il prend ses distances avec François Bayrou sur fond de désaccord stratégique et quitte le parti en 2016. Il est connu pour sa marche à travers la France en 2013[100]. Candidat en 2017 ayant obtenu 1,21 % au premier tour, il officialise sa nouvelle candidature le [101].
Marine Le Pen
(53 ans)

Rassemblement national (RN)

  Députée du Pas-de-Calais
(depuis 2017)
Conseillère départementale
du Pas-de-Calais
(depuis 2021)
 
CampagnePositions
La France qu'on M[102]
puis
Femme d'État[103]
Élimination au 2d tour
Élue présidente du Front national en 2011, elle en est déjà la candidate en 2012 et en 2017, où elle termine en troisième puis deuxième position, étant battue par Emmanuel Macron au second tour de cette dernière élection. Elle annonce sa candidature à la présidence lors d'une conférence de presse le [104].
Éric Zemmour
(63 ans)

Reconquête (REC)

  Président de Reconquête
(depuis 2021)
 
CampagnePositions
Impossible n'est pas français[105]
puis
Pour que la France reste la France[106]
Élimination au 1er tour
(vote Marine Le Pen)
Journaliste et écrivain, il annonce sa candidature le [107]. Jean-Frédéric Poisson, président de Via, la voie du peuple, ainsi que Jacline Mouraud, figure des Gilets jaunes, se désistent alors en sa faveur[108],[109].
Jean-Luc Mélenchon
(70 ans)

La France insoumise (LFI)

  Député des Bouches-du-Rhône
(2017-2022)
 
CampagnePositions
Un autre monde est possible[110]
Élimination au 1er tour
(appelle à ne pas voter
Marine Le Pen)
[111]
Déjà candidat aux élections de 2012 et 2017, il propose sa candidature le , sollicitant une « investiture populaire » de 150 000 personnes pour valider sa candidature, ce qu'il obtient rapidement[112],[113].
Anne Hidalgo
(62 ans)

Parti socialiste (PS)

  Vice-présidente de la
métropole du Grand Paris
(depuis 2016)
Maire de Paris
(depuis 2014)
 
CampagnePositions
Ensemble changeons d'avenir[114]
Élimination au 1er tour
(vote Emmanuel Macron)
Elle annonce sa candidature le [115] puis est désignée par les adhérents socialistes le suivant[116].
Yannick Jadot
(54 ans)

Europe Écologie Les Verts (EÉLV)

  Député européen
(depuis 2009)
 
CampagnePositions
Changeons ![117]
puis
Faire face[118]
Élimination au 1er tour
(vote Emmanuel Macron)
Après avoir remporté la primaire écologiste de 2016 face à Michèle Rivasi en vue de l'élection présidentielle de 2017, il se retire finalement pour soutenir le candidat socialiste Benoît Hamon[119]. Candidat à la primaire présidentielle de l'écologie en , il l’emporte de justesse au second tour face à Sandrine Rousseau[120].
Valérie Pécresse
(54 ans)

Les Républicains (LR)

  Présidente de Soyons libres
(depuis 2017)
Présidente du conseil
régional d'Île-de-France

(depuis 2015)
 
CampagnePositions
Le courage de faire[121]
Élimination au 1er tour
(vote Emmanuel Macron)
Ministre de l'Enseignement supérieur puis ministre du Budget sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle devient présidente du conseil régional d'Île-de-France en 2015 et annonce sa candidature le à la primaire de la droite[122]. Elle remporte le congrès des Républicains le [123]. Outre LR et le mouvement Soyons libres, elle est aussi soutenue par l'UDI et Les Centristes.
Philippe Poutou
(55 ans)

Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)

  Conseiller municipal de Bordeaux
(depuis 2020)
CampagnePositions
L'urgence anticapitaliste[124]
Élimination au 1er tour
(appelle à ne pas voter Marine Le Pen)
Ancien syndicaliste à l'usine Ford de Bordeaux, il est candidat du Nouveau Parti anticapitaliste aux élections présidentielles de 2012 (1,15 % des suffrages exprimés) et de 2017 (1,09 %). Il est investi par son parti en vue du scrutin de 2022[125].
Nicolas Dupont-Aignan
(61 ans)

Debout la France (DLF)

  Président de Debout la France
(depuis 2008)
Député de l'Essonne
(depuis 1997)
CampagnePositions
Sauvons la France ![126]
puis
Choisir la liberté[127]
Élimination au 1er tour
(vote Marine Le Pen)
Ancien maire d'Yerres et député de l'Essonne, il est président de Debout la France. Il se présente aux élections présidentielles de 2012 et 2017, lors desquelles il obtient respectivement 1,79 % et 4,70 % des voix, s'alliant à Marine Le Pen pour le second tour en 2017. Il annonce une troisième candidature le [128],[129].

Sexe, âge, participations

C'est la troisième élection présidentielle sous la Cinquième République comportant douze candidats (après celle de 1974 et celle de 2007) ; seule l'élection de 2002 comportait plus de candidats : 16[130].

Il y quatre femmes candidates, égalant le record des élections de 2002 et de 2007. Il y en avait deux en 2017 et trois en 2012[130].

La moyenne d'âge des candidats est de 57 ans[130]. Le plus âgé est Jean-Luc Mélenchon, 70 ans, suivi de Jean Lassalle, 66 ans, et Éric Zemmour, 63 ans[130]. Le plus jeune est Emmanuel Macron, 44 ans[130].

Sur les douze candidats, cinq participent pour la 3e fois à l'élection présidentielle — Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, et Philippe Poutou —[130], deux pour la 2e fois — Emmanuel Macron et Jean Lassalle — et cinq pour la 1re fois — Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Valérie Pécresse, Fabien Roussel et Éric Zemmour[130].

Primaires

Consultation interne communiste

La consultation interne du Parti communiste français a lieu du 7 au afin de planifier la stratégie à adopter pour le scrutin. Après avoir soutenu Jean-Luc Mélenchon lors des deux dernières élections, les militants communistes choisissent une candidature autonome. Fabien Roussel est désigné candidat avec 82,32 % face à Emmanuel Dang Tran (1,82 %) et Grégoire Munk (0,16 %) avec une abstention de 15,70 %.

Primaire de l'écologie

La primaire écologiste a lieu du 16 au pour le premier tour et du 25 au pour le second tour.

Sur les cinq candidats, quatre se retrouvent dans un mouchoir de poche à l'issue du premier tour qui voient la qualification au second tour de Yannick Jadot (27,70 % des votants) et Sandrine Rousseau (25,14 %) tandis que Delphine Batho (22,32 %) et Éric Piolle (22,29 %) échouent de peu. Jean-Marc Governatori finit avec le plus faible score (seulement 2,35 % des votants). Il faut rajouter 0,2 % de votes blancs pour atteindre les 100 % de votants.

Yannick Jadot remporte le scrutin final d'une courte avance sur sa rivale avec 51,03 % des suffrages exprimés contre 48,97 %.

Primaire socialiste

La primaire socialiste a lieu le mais, contrairement aux deux précédents scrutins de 2012 et 2017, elle est cette fois-ci interne au parti.

Anne Hidalgo est élue par 72,60 % des voix face à son unique adversaire Stéphane Le Foll (27,40 %). Ce dernier a annoncé ne pas participer à la campagne de la maire de Paris en raison de « divergences trop importantes »[131].

Congrès des Républicains

Le congrès des Républicains a lieu du 1er au et, contrairement au précédent scrutin de 2017, est cette fois-ci interne au parti.

Favori des sondages, Xavier Bertrand est éliminé dès le premier tour avec 22,36 % des voix avec Michel Barnier (23,93 %) et Philippe Juvin (3,13 %). Valérie Pécresse et Éric Ciotti sont qualifiés au second tour avec respectivement 25,00 % et 25,59 % des voix. Valérie Pécresse est finalement élue avec 60,95 % face à son adversaire qui en obtient 39,05 %.

Primaire populaire

 
Vainqueur de la primaire populaire, Christiane Taubira ne réussit pas à obtenir les 500 signatures d'élus.

La primaire populaire est organisée du au par des sympathisants de gauche avec pour objectif de présenter une candidature unique de la gauche. Il est le seul scrutin des primaires à se dérouler au jugement majoritaire.

Le scrutin, d'initiative citoyenne, est néanmoins refusé catégoriquement par l'ensemble des candidats de gauche déclarés, à l'exception d'Anne Hidalgo qui y est un temps favorable mais renonce finalement face à l'absence de ses concurrents. Seule Christiane Taubira accepte d'y participer, aux côtés de Anna Agueb-Porterie, Pierre Larrouturou et Charlotte Marchandise.

La primaire est néanmoins maintenue avec les noms des non-participants, ce qui provoque la colère de Jean-Luc Mélenchon et de Yannick Jadot, particulièrement après la diffusion d'une vidéo d'un des organisateurs appelant à bloquer l'obtention de parrainages pour forcer la participation des candidats sélectionnés[132].

Christiane Taubira est élue avec la note « Bien+ » devant Yannick Jadot « Assez bien+ », Jean-Luc Mélenchon « Assez bien- », Pierre Larrouturou « Passable+ », Anne Hidalgo « Passable+ », Charlotte Marchandise « Passable- » et Anna Agueb-Porterie « Insuffisant »[133]. À la suite de l’échec de Christiane Taubira pour obtenir les 500 parrainages requis, les responsables de la primaire populaire décident, après un vote du conseil d’administration, de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon[134], pourtant arrivé derrière Yannick Jadot lors de la primaire. Cette décision divise les membres du collectif et l'une des créatrices, Mathilde Imer, annonce sa mise en retrait du mouvement[135].

Premier tour

Campagne

La campagne officielle débute le , deux semaines avant le premier tour, lançant ainsi la période d'égalité du temps de parole là où l'équité était la règle depuis la publication des candidats par le Conseil constitutionnel[136].

À la suite de sa brusque montée dans les sondages due à l'invasion de l'Ukraine par la Russie au mois de février, appelée par les médias « effet drapeau »[137], atteignant 33,5 % dans un sondage d'Elabe au détriment de Valérie Pécresse et Éric Zemmour qui chutent brutalement, Emmanuel Macron voit les intentions de vote en sa faveur faiblir mais reste néanmoins en tête[138].

Marine Le Pen progresse à partir du mois de mars et bénéficie d'un effet de vote utile, devenant virtuellement qualifiée alors qu'elle était encore donnée au coude-à-coude avec Éric Zemmour, début janvier. En parallèle, les intentions de vote en sa faveur au second tour augmentent également : le , un sondage de Harris Interactive la crédite de 48,5 % d'intentions de votes face au président, un score qu'elle n'avait encore jamais atteint[139]. Emmanuel Macron devient dès lors plus offensif envers son opposante[140] et reconnaît ne pas avoir réussi à endiguer l'extrême droite comme il l'avait promis cinq ans auparavant[141].

Éric Zemmour organise, en conséquence à sa baisse dans les sondages, un meeting au Trocadéro au cours duquel il revendique 100 000 participants[142] et appelle au « vote vital »[143].

De l'autre côté de l'échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon voit également sa candidature bénéficier à partir de début mars d'un effet de vote utile face aux multiples candidatures de la gauche. Face aux chutes de Valérie Pécresse et Éric Zemmour, il s'installe progressivement en « troisième homme » mais ne parvient pas à dépasser Marine Le Pen dont les intentions de vote augmentent simultanément. Pour éviter la présence de l'extrême-droite au second tour et une possible victoire de Marine Le Pen, 800 universitaires appellent le à voter pour le candidat de La France Insoumise[144], rejoints le 4 avril par 2 000 personnalités du spectacle[145].

Débats et entretiens télévisés

Contrairement à l'élection de 2017, la campagne 2022 du premier tour n'a pas vu l'organisation d'un débat télévisé réunissant l'ensemble des candidats, étant donné le refus d'Emmanuel Macron de débattre avec ses opposants avant le premier tour[146]. Le président se justifie, lors de son premier déplacement en tant que candidat, en rappelant qu'aucun de ses prédécesseurs ne s'est plié à cet exercice avant lui[147].

Un premier débat a lieu le entre Valérie Pécresse et Éric Zemmour sur TF1 puis LCI. Le une soirée réunit des candidats sur le thème de la guerre en Ukraine, alors en cours depuis trois semaines, mais sans débat et en l'absence de Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Philippe Poutou, qui protestent face à cette exclusion[148]. Jean Lassalle va même jusqu'à laisser entendre l'abandon de sa candidature[149].

Le jour même, le président du Sénat Gérard Larcher accuse le président de profiter du conflit ukrainien pour tenter d'enjamber le scrutin et questionne la légitimité du gagnant d'une « élection sans campagne »[150]. En réponse, la majorité présidentielle et Emmanuel Macron lui-même dénoncent « des propos irresponsables » de la part du troisième personnage de l’État[151].

L'émission Élysée 2022 parvient néanmoins à inviter en deux soirées la quasi-totalité des candidats : Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel le , puis Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Valérie Pécresse, Philippe Poutou et Éric Zemmour le . Les candidats y répondent à des entretiens, sans débat direct entre eux, mais Emmanuel Macron refuse également de participer, arguant d'une incompatibilité d'agenda. En conséquence, France 2 diffuse des images du seul meeting du président sortant ayant eu lieu deux jours plus tôt à La Défense Arena afin de respecter l'égalité du temps de parole qui prévaut en cette période[152].

Sur le modèle des accusations de fraude aux États-Unis en 2020, des réseaux sociaux ont véhiculé l'idée d'une fraude possible dans la transition des résultats depuis les bureaux de vote en ayant recours au même prestataire. Le ministère de l'Intérieur a démenti et précisé n'utiliser que des systèmes internes[153],[154].

Second tour

Réactions aux résultats du premier tour

Après l'annonce des estimations du premier tour, Anne Hidalgo et Yannick Jadot appellent ouvertement à voter pour Emmanuel Macron au deuxième tour lors de leurs prises de parole[155],[156]. Valérie Pécresse dit également qu'il sera son choix[157]. Fabien Roussel « appelle [...] à battre l'extrême droite, à la mettre en échec, en se servant du seul bulletin qui sera [...] à notre disposition »[158]. Jean-Luc Mélenchon répète à quatre reprises qu'« il ne faut pas donner une seule voix à Madame le Pen »[159], sans donner d'autres consignes pour le moment. Dans la même veine, Philippe Poutou déclare : « Pas une voix ne doit aller à l'extrême droite. Pour autant, nous ne donnerons pas de consigne de vote en faveur de Macron »[160]. Après avoir longuement fustigé les deux candidats qualifiés au second tour, Nathalie Arthaud se contente d'une formule laconique : « les travailleurs n'ont pas à cautionner par leur vote leur futur oppresseur »[161]. Affirmant redevenir « un simple citoyen », Jean Lassalle ne donne pas non plus de consigne de vote[162]. Des douze candidats, Éric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan sont les seuls à appeler à voter pour Marine Le Pen lors de leurs prises de parole respectives[163],[164].

Comme lors de l'élection présidentielle de 2017, La France insoumise lance une consultation interne à ses militants pour connaître leur attitude vis-à-vis du second tour. Se déroulant du 13 au 16 avril, elle donne les résultats suivants : 37,65 % en faveur du vote blanc ou nul (contre 36,12 % en 2017), 33,40 % en faveur du vote pour Emmanuel Macron (contre 34,83 % en 2017) et 28,96 % en faveur de l'abstention (contre 29,05 % en 2017). À la discrétion des instances dirigeantes de La France insoumise, l'option du vote pour Marine Le Pen n'était pas proposée. La consultation enregistre un taux de participation proche de 69 % (contre 54 % en 2017)[165]. Le mardi 19 avril, Jean-Luc Mélenchon s'inscrit en porte à faux de la tendance abstentionniste d'une partie de sa base militante en déclarant sur BFM TV : « Y'a des gens qui pensent qu'il faut s'abstenir. Moi je leur dit : écoutez, votez ce que vous voulez mais ne vous abstenez pas, restez acteurs de votre histoire. »[166].

Débats et entretiens télévisés

Le débat d'entre-deux-tours opposant Emmanuel Macron et Marine Le Pen a lieu le mercredi sur TF1, France 2, BFM TV, France Info, LCI et CNews, dans des conditions très proches de celles du débat d'entre-deux-tours de 2017[167]. Auparavant, le président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella, avait déjà débattu des principaux sujets de l'entre-deux-tours avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur BFM TV le 13 avril et avec le ministre de la Santé Olivier Véran sur LCI le 18 avril[168].

Intervention de la Commission de contrôle de la campagne électorale

La Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l'élection présidentielle (CNCCEP) demande des précisions à la candidate du Rassemblement national. Elle s'interroge sur deux chiffres figurant sur le document de campagne pour le second tour et concernant la sécurité et l'immigration. Le document de campagne du RN affirme qu'il existe « + 31 % d'agressions volontaires depuis 2017 » et que « 1,5 millions d'immigrés supplémentaires entrés légalement en France depuis 2017 ». La source serait selon le RN le ministère de l'Intérieur lui-même, mais celui-ci ne reconnaît pas ces chiffres[169],[170],[171].

Ingérence

Les journalistes de Marianne accusent d'ingérence leur actionnaire Daniel Křetínský. La une à paraître du magazine a été modifiée afin qu'elle soit moins agressive envers Emmanuel Macron. L'accusation d'interventionnisme de Daniel Křetínský par la rédaction de Marianne nourrit les soupçons de collusion entre les propriétaires de médias et Emmanuel Macron[172]. Le Luxembourg appelle à faire barrage à Marine Le Pen[173].

Attaque au couteau le matin du scrutin

Le , peu avant 10 heures, le prêtre Krzysztof Rudzinski (57 ans) et la religieuse Marie-Claude Marty (72 ans) sont poignardés dans l'enceinte de l’église Saint-Pierre-d’Arène de Nice par Kevin Ravenna (31 ans), un sympathisant du Rassemblement national qui « voulait tuer Macron » le jour du second tour. L'homme, connu pour ses antécédents psychiatriques, est rapidement arrêté avant d'être interné dans la soirée[174],[175],[176].

Financements et comptes de campagne

La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) approuve, rejette ou réforme les comptes de campagne.

Le montant du remboursement est en fonction des résultats obtenus au premier tour.

Comptes de campagne retenus par la CNCCFP
Candidat Résultat
au 1er tour
Seuil
atteint
Limite de
remboursement
Dépenses Remboursement
Emmanuel Macron 27,85 % 2e tour 10 691 775  16 699 980  < 10 691 775 
Marine Le Pen 23,15 % 2e tour 10 691 775  11 483 385  < 10 691 775 
Jean-Luc Mélenchon 21,95 % 5 % 8 004 225  13 685 064  < 8 004 225 
Éric Zemmour 7,07 % 5 % 8 004 225  10 976 228  < 8 004 225 
Valérie Pécresse 4,78 % Aucun 800 423  14 324 135  < 800 423 
Yannick Jadot 4,63 % Aucun 800 423  5 162 965  < 800 423 
Jean Lassalle 3,13 % Aucun 800 423  813 060  < 800 423 
Fabien Roussel 2,28 % Aucun 800 423  4 016 174  < 800 423 
Nicolas Dupont-Aignan 2,06 % Aucun 800 423  871 410  < 800 423 
Anne Hidalgo 1,74 % Aucun 800 423  3 744 225  < 800 423 
Philippe Poutou 0,76 % Aucun 800 423  819 686  < 800 423 
Nathalie Arthaud 0,56 % Aucun 800 423  891 099  < 800 423 

Sondages

Premier tour

 

Second tour

 

Résultats

Participation

Taux de participation à l'élection présidentielle française (pour la France métropolitaine)
Taux

de participation

1er tour 2d tour Différence entre
les deux tours
En 2017 En 2022 Différence En 2017 En 2022 Différence
à midi 28,54 %[177] 25,48 %[178]   3,06 28,23 %[179] 26,41 %[180]   1,82   0,93
à 17 heures 69,42 %[177] 65,00 %[181]   4,42 65,30 %[182] 63,23 %[180]   2,07   1,77
Final 77,77 %[183] 73,69 %[184]   4,08 74,56 %[183] 71,99 %[185]   2,57   1,70

Résultats nationaux

Le ministère de l'Intérieur publie des totalisations durant la nuit qui suit le scrutin, avant les éventuelles corrections du Conseil constitutionnel le mercredi suivant le scrutin, soit le pour le premier tour et le 27 avril pour le deuxième.

Le Conseil constitutionnel officialise les résultats du premier tour de l'élection présidentielle le mercredi 13 avril 2022[186], qui sont publiés dans le Journal officiel le jeudi 14 avril 2022[187], et annonce les noms des deux candidats habilités à se présenter au second tour de l'élection présidentielle : Emmanuel Macron (LREM) et Marine Le Pen (RN)[188].

Le 27 avril 2022, le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius officialise par vidéo les résultats du second tour de l'élection présidentielle et proclame Emmanuel Macron élu président de la République[189].

Résultats de l'élection présidentielle française de 2022[190],[191]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Emmanuel Macron LREM[d] 9 783 058 27,85 18 768 639 58,55
Marine Le Pen RN[e] 8 133 828 23,15 13 288 686 41,45
Jean-Luc Mélenchon LFI[f] 7 712 520 21,95
Éric Zemmour REC[g] 2 485 226 7,07
Valérie Pécresse LR[h] 1 679 001 4,78
Yannick Jadot EELV[i] 1 627 853 4,63
Jean Lassalle RES 1 101 387 3,13
Fabien Roussel PCF[j] 802 422 2,28
Nicolas Dupont-Aignan DLF[k] 725 176 2,06
Anne Hidalgo PS 616 478 1,74
Philippe Poutou NPA 268 904 0,76
Nathalie Arthaud LO[l] 197 094 0,56
Suffrages exprimés 35 132 947 97,80 32 057 325 91,34
Votes blancs 543 609 1,51 2 233 904 6,37
Votes nuls 247 151 0,69 805 249 2,29
Total 35 923 707 100 35 096 478 100
Abstention 12 824 169 26,31 13 655 861 28,01
Inscrits / participation 48 747 876 73,69 48 752 339 71,99
Emmanuel
Macron
(58,55 %)
Marine
Le Pen
(41,45 %)

Variation au premier tour comparé au dernier scrutin

Parti Candidat 2017 % Candidat 2022 % +/-
La République en marche Emmanuel Macron 24,01 Emmanuel Macron 27,85   3,84
Rassemblement national Marine Le Pen 21,30 Marine Le Pen 23,15   1,85
La France insoumise Jean-Luc Mélenchon 19,58 Jean-Luc Mélenchon 21,95   2,37
Reconquête Nouveau Éric Zemmour 7,07 -
Les Républicains François Fillon 20,01 Valérie Pécresse 4,78   15,23
Europe Écologie Les Verts Absent[m] Yannick Jadot 4,63 -
Résistons Jean Lassalle 1,21 Jean Lassalle 3,13   1,92
Parti communiste français Absent[n] Fabien Roussel 2,28 -
Debout la France Nicolas Dupont-Aignan 4,70 Nicolas Dupont-Aignan 2,06   2,64
Parti socialiste Benoît Hamon 6,36 Anne Hidalgo 1,74   4,62
Nouveau Parti anticapitaliste Philippe Poutou 1,09 Philippe Poutou 0,76   0,33
Lutte ouvrière Nathalie Arthaud 0,64 Nathalie Arthaud 0,56   0,08

Représentation géographique des résultats

Cartes du premier tour

Outre-mer :

Carte du second tour

Outre-mer :

Analyses

Premier tour

Emmanuel Macron bénéficie de la préférence du vote des plus âgés. Selon une étude de Harris Interactive, il obtient 37,5 % des suffrages des plus de 65 ans (41 % des plus de 70 ans), tandis que Marine Le Pen arrive en tête chez les 25-49 ans (30 % chez les 25-34 ans et 28,8 % chez les 35-49 ans) et Jean-Luc Mélenchon est premier parmi les 18-24 ans, 34,8 % étant en sa faveur[192].

Le président sortant a été soutenu par un tiers des cadres et 40 % des retraités. De son côté, Marine Le Pen arrive largement en tête auprès des ouvriers dont elle obtient 42 % des voix. Un tiers des employés (33 %) ont également voté pour la candidate du Rassemblement national[193]. À l'issue de ce premier tour Emmanuel Macron devient le premier président sortant depuis François Mitterrand en 1988 à avoir plus de voix à l'issue de son mandat que lors de sa première élection (8 656 346 voix en 2017, 9 783 058 voix en 2022).

Selon un sondage réalisé par l'Ifop, le vote des catholiques s'ancre principalement à droite, bien qu'aucun candidat n'arrive à le monopoliser. Marine Le Pen (RN), Éric Zemmour (Reconquête) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) captent 40 % de leurs voix, mais un vote catholique continue d'exister à gauche, notamment chez les pratiquants réguliers qui sont 19 % à avoir plébiscité la candidature de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)[194]. Toujours selon l'Ifop, ce dernier reçoit également le vote de 69 % des musulmans ayant exprimé leur suffrage[195] (contre 37 % en 2017[196] et 20 % en 2012[197]).

L’effondrement des partis de gouvernement historiques (LR et PS), qui ne recueillent à eux deux que 6,53 % des suffrages, apparaît comme une exception au sein des démocraties occidentales, malgré l'affaiblissement assez général des partis historiques, certains partis pouvant parfois se substituer à d'autres sans bouleversement de l'échiquier politique (comme le remplacement du PASOK par SYRIZA en Grèce). Le journaliste Jean-Dominique Merchet rapproche la situation française de la situation italienne des années 1990, lorsque la Démocratie chrétienne (DC) et le Parti communiste avaient volé en éclats sous les coups de la campagne anticorruption menée par les juges[198].

Second tour

Emmanuel Macron l'emporte avec une large avance. Le président sortant réunit plus de 58 % des suffrages exprimés, bien qu'en recul par rapport à sa victoire en 2017, au cours de laquelle il l'avait emporté avec 66 %[199]. Marine Le Pen reconnait sa défaite au soir du second tour, annonçant dans la foulée se lancer dans la « bataille des législatives »[200].

C'est la première fois depuis la réélection de Jacques Chirac en 2002 qu'un président français sortant est réélu. Le septennat ayant été aboli en 2000, Emmanuel Macron devient également le premier président de la République française à être réélu pour un deuxième quinquennat, les précédents présidents réélus l'ayant été après un septennat. Il est également le premier président à être reconduit hors période de cohabitation depuis Charles de Gaulle en 1965. Il entame son second mandat le 14 mai.

Sociologie de l'électorat au second tour (enquête Ifop)[201]
Catégorie Macron Le Pen
Ensemble 58,5 41,5
Sexe
Hommes 56 44
Femmes 60 40
Âge
18-24 ans 68 32
25-34 ans 48 52
35-49 ans 51 49
50-64 ans 53 47
65 ans et plus 70 30
Profession
Artisans, commerçants 49 51
Cadres, professions intellectuelles supérieures 74 26
Professions intermédiaires 60 40
Employés 48 52
Ouvriers 35 65
Retraités 68 32
Autres inactifs 57 43
Niveau d'instruction
Inférieur au baccalauréat 44 56
Baccalauréat 53 47
Supérieur au baccalauréat 70 30
Proximité politique
LFI 68 32
PS 89 11
EÉLV 85 15
LREM 98 2
LR 64 36
REC 6 94
RN 0 100
Sans sympathie partisane 56 44
Revenu mensuel
Moins de 900  44 56
De 900 à 1 300  51 49
De 1 300 à 1 900  57 43
De 1 900 à 2 500  65 35
Plus de 2 500  76 24

Dans la culture

Dans son roman Soumission publié en 2015, Michel Houellebecq imagine une victoire d'un candidat musulman à l'élection présidentielle de 2022 face à Marine Le Pen, Manuel Valls ou encore Jean-François Copé[202].

Le tome 2 de la bande dessinée La Présidente, intitulé Totalitaire et sorti en 2016, imagine d'un point de vue critique les deux années de présidence de Marion Maréchal à partir de 2022, déjà précédée de cinq ans par sa tante, Marine Le Pen. Œuvre de politique-fiction de l'historien François Durpaire, elle a été dessinée en noir et blanc par le dessinateur Farid Boudjellal[203],[204]. Un autre tome imagine la suite : La Vague, sorti en 2017.

Dans la bande dessinée Le Président de Philippe Moreau-Chevrolet et Morgan Navarro publiée en 2020, l'animateur Cyril Hanouna se lance à la conquête de l'Élysée en 2022[205].

Dans le film Présidents d'Anne Fontaine sorti en 2021, la cote d'Emmanuel Macron est en chute libre, et la perspective de l'arrivée au pouvoir de Marine Le Pen en 2022 semble inéluctable[206].

Notes et références

Notes

  1. L'organisation d'une élection lors d'un jour férié n’est pas un obstacle juridique en soit, le second tour de l'élection présidentielle de 1988 s’étant tenu un , qui est un jour férié commémorant la victoire alliée de 1945[79].
  2. Une étude réalisée en 2006 par les universitaires Éric Dubois et Christian Ben Lakhdar indique que les vacances scolaires réduisent en moyenne de 1,7 point la participation électorale. Mais les avis sur la question ne sont pas unanimes[79],[80].
  3. L'âge des candidats est donné au , date prévue pour le premier tour de l'élection présidentielle.
  1. Part des suffrages exprimés. En France, ces derniers excluent les votes blancs et nuls.
  2. Avec Charles de Gaulle, dont toutefois la première élection ne découlait pas du suffrage universel direct mais du vote des grands électeurs.
  3. Avec Charles de Gaulle, François Mitterrand et Jacques Chirac.
  4. Soutenu par Ensemble citoyens (Mouvement démocrate, Agir, Horizons, Territoires de progrès, En commun et Parti radical), l'Union des centristes et des écologistes, l'Écologie au centre, l'Alliance centriste et La France audacieuse.
  5. Soutenue par La Droite populaire, L'Avenir français, Les Localistes et le Parti national-libéral.
  6. Soutenu par Ensemble, la Gauche démocratique et sociale, le Parti de gauche, le Parti ouvrier indépendant, Révolution écologique pour le vivant et la Tendance CLAIRE du NPA.
  7. Soutenu par Via, la voie du peuple, le Mouvement conservateur, le Centre national des indépendants et paysans, le Mouvement national républicain, le Parti de la France, Alsace d'abord, la Ligue du Midi, la Ligue du Sud et Souveraineté, identité et libertés.
  8. Soutenue par l'Union des démocrates et indépendants, Les Centristes - Le Nouveau Centre, Soyons libres et Territoires en mouvement.
  9. Soutenu par le Pôle écologiste (Génération.s, Génération écologie, Mouvement des progressistes et Les Nouveaux Démocrates), les Jeunes écologistes et l'Union démocratique bretonne.
  10. Soutenu par la Gauche républicaine et socialiste, le Mouvement républicain et citoyen, Les Radicaux de gauche et la Nouvelle gauche socialiste.
  11. Soutenu par Les Patriotes et Génération Frexit.
  12. Soutenue par Combat ouvrier.
  13. Au dernier scrutin, le parti avait choisi Yannick Jadot comme candidat, mais celui-ci s'est désisté en cours de campagne pour appuyer le candidat socialiste d'alors, Benoît Hamon.
  14. Le PCF avait soutenu Jean-Luc Mélenchon lors du dernier scrutin.

Références

  1. a et b Article 6 de la Constitution de la Cinquième République française.
  2. François Vignal, « Bilan du quinquennat Macron : les principales réformes à retenir ».
  3. a et b « Le PIB progresse de +0,7 % au quatrième trimestre 2021. En moyenne en 2021, il rebondit de +7,0 % », sur INSEE.
  4. Paul Krugman, « Wonking Out: France’s Economy Is Having a Good Pandemic ».
  5. Marie-Pierre Gröndahl, « L'économie française vit un vrai rebond », Le Journal du dimanche.
  6. Olivier Faye, « Malgré la crise, Emmanuel Macron pense déjà à 2022 »  , sur lemonde.fr, (consulté le ).
  7. « Présidentielle 2022 : l’histoire retiendra que tout a commencé avec un accra de morue », sur Le Nouvel Obs (consulté le ).
  8. Mathilde Siraud, « Présidentielle 2022 : les grandes manœuvres de Macron pour séduire la droite », sur Le Figaro, (consulté le ).
  9. « Tous les parrainages validés - Conseil constitutionnel présidentielle 2022 », sur presidentielle2022.conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  10. « Présidentielle 2022 : comment Emmanuel Macron peut-il avoir ses 500 parrainages alors qu'il n'est pas encore officiellement candidat ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  11. « Document - La lettre aux Français d'Emmanuel Macron, dans lequel (sic) il annonce sa candidature », sur BFMTV, (consulté le ).
  12. « Ce que disent les sondages à trois mois du premier tour grâce à notre compilateur », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  13. Charlotte Belaïch et Rachid Laïreche, « Macron-Le Pen : le barrage mal barré », sur Libération (consulté le ).
  14. « Cinq prétendants de la droite pour 2022 se mettent d’accord pour envisager une « candidature unique » »  , sur lemonde.fr, (consulté le ).
  15. « Présidentielle 2022 : la victoire de Valérie Pécresse, "une belle dynamique" pour "une droite sans complexe", selon ses soutiens », sur Franceinfo, (consulté le )
  16. « Valérie Pécresse, première femme investie par la droite pour la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  17. Antoine Bristielle, « Gauche : l’illusion de l’union ? » [archive du ], sur Fondation Jean-Jaurès, (consulté le )
  18. « Présidentielle 2022 : au 20H de TF1, Anne Hidalgo appelle à "une primaire de la gauche" », sur LCI (consulté le ).
  19. « Des militants et amis de LFI interpellent Mélenchon : « Participons à la Primaire populaire » », sur L'Obs, (consulté le ).
  20. « Primaire populaire : sept candidatures retenues, dont celles de Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Le Point magazine, « Christiane Taubira se prononce en faveur de la primaire populaire », sur Le Point, (consulté le ).
  22. « Christiane Taubira bientôt candidate officielle ? » (consulté le ).
  23. « Présidentielle 2022: Anne Hidalgo maintient sa candidature, sans passer par la primaire », sur BFMTV (consulté le ).
  24. « Présidentielle 2022 : Christiane Taubira officiellement candidate », sur actu.fr (consulté le ).
  25. « Christiane Taubira gagnante de la Primaire populaire, mais son appel à l’union à gauche rejeté... Revivez notre direct », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Présidentielle : Christiane Taubira renonce à sa candidature, faute de parrainages suffisants », sur France Info, (consulté le ).
  27. « Sondage exclusif - Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon profite à plein du vote utile à gauche », sur Les Echos, (consulté le )
  28. « SONDAGE BFMTV - Présidentielle: Macron reste en tête mais recule, Le Pen et Mélenchon progressent », sur BFMTV (consulté le ).
  29. « Un phénomène tentaculaire : l'influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques - Rapport - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le ).
  30. « Un phénomène tentaculaire : l'influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques - Rapport », sur Sénat (consulté le ).
  31. « Présidentielle: Lassalle promet de donner tous ses biens s'il ne respecte pas ses promesses une fois élu », sur BFMTV (consulté le ).
  32. « Lassalle s’engage à donner tous ses biens s’il ne respecte pas ses promesses une fois élu », sur L'Obs, (consulté le ).
  33. « "Quoi qu'il en coûte" : Emmanuel Macron lance un appel général à la mobilisation contre le coronavirus », sur Franceinfo, (consulté le ).
  34. « Prêt Garanti État : 300 milliards d'euros pour soutenir les entreprises impactées par le Covid-19 », sur bigmedia.bpifrance.fr (consulté le ).
  35. « Crise sanitaire : à ce stade, combien coûte le "quoi qu'il en coûte" ? », sur LCI (consulté le ).
  36. « Pénurie de masques : une responsabilité partagée par les gouvernements », sur Public Senat, (consulté le ).
  37. « 2017-2020 : comment la France a continué à détruire son stock de masques après le début de l’épidémie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  38. a et b Jean-Loup Adenor, « Pro-confinement hier, anti-passe aujourd'hui : Philippot, la girouette de la crise sanitaire », sur Marianne, 2021-08-13utc18:48:08+0100 (consulté le ).
  39. « Vaccination : Larcher dénonce «l'impréparation» et une «logistique défaillante» », sur Le Figaro, (consulté le ).
  40. « Pass sanitaire : des manifestations dans toute la France mais moins de participants », sur France Bleu, (consulté le ).
  41. « Pass vaccinal : le revirement d'Emmanuel Macron divise dans la majorité », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  42. « Emmanuel Macron déterminé à «emmerder» les non-vaccinés », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  43. Victor Vasseur, « "Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder" : les propos d’Emmanuel Macron détonnent dans l’opposition », sur www.franceinter.fr, (consulté le ).
  44. « Adoption du pass vaccinal par le Parlement : le point sur les nouvelles règles qui vont bientôt entrer en vigueur », sur Franceinfo, (consulté le )
  45. « Coronavirus en France : le bilan de ce dimanche 16 janvier », sur CNEWS (consulté le ).
  46. « Covid-19 : Gabriel Attal évoque une possible fin du pass vaccinal pour "fin mars, début avril" », sur Franceinfo, (consulté le ).
  47. « Covid-19 : Jean Castex annonce la fin du port du masque obligatoire dans la quasi-totalité des lieux et la "suspension" du pass vaccinal à partir du 14 mars », sur Franceinfo, (consulté le ).
  48. « Covid-19 : Olivier Véran alerte au sujet d'«un rebond» », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  49. « Récession massive en France en 2020, avec une chute de 8,3 % du PIB », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  50. « En 2021, la croissance française est plus dynamique que celle de ses voisins européens ».
  51. a et b « Au quatrième trimestre 2021, le taux de chômage diminue de 0,6 point à 7,4 % », sur INSEE (consulté le ).
  52. « Pourquoi l’inflation est-elle aussi élevée actuellement ? », Banque centrale européenne : Notes explicatives,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Des puces électroniques au plastique : les raisons d’une pénurie mondiale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  54. a et b Marie Visot, Le déficit commercial français a atteint 84,7 milliards d'euros en 2021, un record absolu, lefigaro.fr, 8 février 2022.
  55. a b et c « La France affiche le pire déficit commercial de son histoire ».
  56. Muryel Jacque, Le gouvernement annonce un « chèque énergie » exceptionnel de 100 euros, lesechos.fr, 15 septembre 2021.
  57. Anna Lippert, Hausse des prix de l'énergie : 84 % des Français préoccupés par leurs dépenses, lesechos.fr, 12 octobre 2021.
  58. Enrique Moreira, Électricité : comment le gouvernement veut limiter la hausse du tarif à 4 %, lesechos.fr, 13 janvier 2022.
  59. Audrey Garric, « La crise climatique s’aggrave partout, à des niveaux sans précédent, alerte le GIEC », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne   [html], consulté le ).
  60. Commissariat général au développement durable, « L’environnement parmi les principales préoccupations des Français » [archive du ], sur notre-environnement.gouv.fr (consulté le ).
  61. « Manifestations des jeunes pour le climat : "Défiler tous les vendredis, c'est sympa" mais "qu'ils aillent manifester en Pologne", lâche Emmanuel Macron », sur Franceinfo, (consulté le ).
  62. https://www.ecologie.gouv.fr/suivi-convention-citoyenne-climat/.
  63. https://reporterre.net/Affaire-du-siecle-l-Etat-condamne-pour-inaction-climatique.
  64. https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/changement-climatique-le-debut-d-annee-2022-est-deja-apocalyptique-150455.html.
  65. « Le Giec alerte sur les enjeux colossaux dans la lutte contre le réchauffement climatique » [archive du ], sur France 24, (consulté le ).
  66. https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/2-7-c-est-la-faible-place-accordee-par-les-medias-aux-enjeux-climatiques-dans-la-campagne-presidentielle-150593.html.
  67. a b et c « Présidence française de l'UE : l'absence du drapeau tricolore au côté du drapeau européen sous l'Arc de Triomphe fait bondir la droite et l'extrême droite », sur Franceinfo, (consulté le ).
  68. « Polémique : le drapeau de la discorde a été retiré de l'arc de Triomphe », sur Franceinfo, (consulté le ).
  69. « Emmanuel Macron veut jouer la carte européenne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. « Discours du Président de la République devant le Parlement européen - Strasbourg, le mercredi 19 janvier 2022 - Présidence française du Conseil de l'Union européenne 2022 », sur Présidence française du Conseil de l'Union européenne (consulté le ).
  71. « Attaqué à Strasbourg par Bardella, Aubry et Jadot, Macron se défend et distribue les piques », sur BFMTV (consulté le ).
  72. RTL, « Guerre en Ukraine : “La campagne présidentielle est suspendue, tout le monde est sonné”, raconte Benjamin Sportouch », sur rtl.fr, (consulté le ).
  73. « Présidentielle 2022. Guerre en Ukraine : Macron ne sera finalement pas en meeting samedi à Marseille », sur www.leprogres.fr (consulté le ).
  74. « L’accueil des réfugiés ukrainiens divise le camp nationaliste », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  75. a b et c Article 7 de la Constitution de la Cinquième République française.
  76. « Point de presse de M. Laurent Fabius : déroulement de l'élection présidentielle et présentation du nouveau site internet « Présidentielle 2022 » », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  77. « Qui peut être élu président de la République ? », sur Vie publique.fr (consulté le ).
  78. Loi no 2016-506 du de modernisation de diverses règles applicables à l'élection présidentielle, article 2, Légifrance. Consulté le .
  79. a b et c Guillaume Jacquot, « Le casse-tête de la date de l’élection présidentielle de 2022 », sur publicsenat.fr, (consulté le ).
  80. (en) Éric Dubois et Christian Ben Lakhdar, « More on seasonal determinants of turnout: holidays and French presidential elections » [PDF], sur laep.univ-paris1.fr, (consulté le ).
  81. Jean-Baptiste Marteau et Olivier Siou, « L'élection présidentielle se tiendra les dimanches 10 et 24 avril 2022 », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  82. « L'élection présidentielle de 2022 pourrait avoir lieu les 10 et 24 avril », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  83. « Calendrier électoral 2022 : les dates de l'élection présidentielle et des législatives », sur service-public.fr, (consulté le ).
  84. Décret n° 2022-66 du 26 janvier 2022 portant convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République, (lire en ligne).
  85. Loi organique n° 2016-506 du de modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle (1).
  86. Juliette Desmonceaux, « 18, 19 ou 20h: à quelle heure ferment les bureaux de vote pour la présidentielle? », sur BFMTV, (consulté le ).
  87. Mathilde Roche, « CheckNews Qui sont les 46 candidats déclarés à la présidentielle 2022? », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  88. « Élection présidentielle : Laurent Fabius rend publique la liste des candidats »  , sur https://presidentielle2022.conseil-constitutionnel.fr, (consulté le ).
  89. « Nathalie Arthaud en meeting à Orléans pour “le camp des travailleurs” », sur magcentre.fr, (consulté le )
  90. « Présidentielle 2022 : quels candidats se sont déjà déclarés ? », sur France Inter, (consulté le ).
  91. « Présidentielle 2022 : Nathalie Arthaud se lance dans sa troisième campagne pour Lutte ouvrière », sur lci.fr (consulté le ).
  92. Benjamin DODMAN, « Présidentielle : Fabien Roussel ou la stratégie du contre-pied pour exister à gauche », sur www.france24.com, (consulté le ).
  93. Margaux Duguet et Clément Parrot, « Présidentielle 2022 : voici la liste officielle des 12 candidats à l'Elysée, découvrez leurs portraits » [archive du ] [html2], sur Franceinfo, (consulté le ).
  94. Sophie de Ravinel, « Présidentielle 2022: Fabien Roussel se prépare, mais fera voter les militants », sur lefigaro.fr, .
  95. « Présidentielle 2022 : Fabien Roussel, candidat pour le Parti communiste », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  96. Louis Augry, « "Avec vous": l'affiche de campagne d'Emmanuel Macron dévoilée »  , sur https://www.bfmtv.com, (consulté le )
  97. Sarah Paillou, « INFO JDD : pourquoi Emmanuel Macron a changé de slogan de campagne sur son affiche officielle », sur lejdd.fr, (consulté le ).
  98. « Emmanuel Macron officialise sa candidature à la présidentielle dans une lettre adressée aux Français » [html], sur bfmtv.com, (consulté le ).
  99. Centre France, « Politique - Jean Lassalle, le candidat de « La France authentique » en visite en Corrèze », sur www.lamontagne.fr, (consulté le ).
  100. « Après 5 000 km, le député Jean Lassalle ovationné devant l'Assemblée nationale », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  101. « Jean Lassalle candidat à la présidentielle 2022 », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  102. « REPLAY. Élection présidentielle 2022 : le slogan et l'affiche de campagne de Marine Le Pen dévoilés »  , sur https://www.ladepeche.fr, (consulté le )
  103. Loïc Besson et Hugues Garnier, « Présidentielle: l'affiche de campagne de Marine Le Pen dévoilée », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  104. Audrey Fisné, « Vu de l'étranger. Avec « un populisme épuré », Marine Le Pen vise l'Élysée », sur Courrier international, (consulté le ).
  105. Ronan Tésorière, « «Impossible n’est pas français» : Eric Zemmour dévoile son slogan et son affiche de campagne avant son grand meeting », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  106. Élise Martin, « Présidentielle 2022 : « Pour que la France reste la France », ce slogan d’Eric Zemmour déjà utilisé par Eric Ciotti », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  107. Le Journal du dimanche 2021.
  108. « Jean-Frédéric Poisson soutient Eric Zemmour et renonce à sa candidature », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  109. « La Morbihannaise Jacline Mouraud, ex-figure des Gilets jaunes, rejoint Eric Zemmour », sur francetvinfo.fr (consulté le ).
  110. Perrine Vasque, « Présidentielle : la nouvelle affiche officielle de campagne de Jean-Luc Mélenchon », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  111. « Résultat de la consultation pour le second tour de l'élection présidentielle - Mélenchon 2022 », (consulté le )
  112. « Mélenchon obtient ses 150.000 parrainages pour 2022 », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  113. « Présidentielle : Mélenchon revendique déjà ses 150 000 parrainages », sur Libération.fr, liberation.fr, (consulté le ).
  114. « "Ensemble changeons d'avenir": Hidalgo dévoile son affiche officielle de campagne »  , sur https://www.bfmtv.com, (consulté le ).
  115. « Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo officialise sa candidature », sur Le Figaro (consulté le ).
  116. Alexandre Rousset, « Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo espère se relancer après l'adoubement du PS », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  117. Alexis Boisselier, « À Lyon, Yannick Jadot présente ses propositions phares et son nouveau slogan », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  118. Marie Gentric, « Présidentielle: l'affiche de campagne et le slogan de Yannick Jadot dévoilés », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  119. « Présidentielle : Jadot et Hamon fêtent leur alliance approuvée par les écologistes », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  120. « Primaire écologiste : Yannick Jadot remporte de justesse le scrutin face à Sandrine Rousseau », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  121. Thibaud Nadal, « Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse dévoile sa nouvelle affiche de campagne »  , sur https://www.rtl.fr, (consulté le ).
  122. « Valérie Pécresse: «Je suis candidate à la présidence de la République pour restaurer la fierté française» », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  123. « Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse remporte le Congrès LR et devient la candidate de la droite », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  124. « Affiche slogan "Nos vies valent plus que leurs profits. Avec Philippe Poutou, l'urgence anticapitaliste" »  , sur https://nouveaupartianticapitaliste.org, (consulté le ).
  125. « Poutou désigné candidat du NPA pour la présidentielle de 2022 », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  126. https://2022nda.fr/nicolas-dupont-aignan-devoile-son-slogan-sauvons-la-france/.
  127. Romain David et Hugo Lemonnier, « Mis à l’écart par TF1, Dupont-Aignan trouve « inacceptable que les médias choisissent qui a le droit ou non de parler » », sur publicsenat.fr, (consulté le ).
  128. « Nicolas Dupont-Aignan se déclare officiellement candidat aux élections présidentielles de 2022 », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  129. « Dupont-Aignan candidat à la présidentielle pour offrir un choix aux francais », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  130. a b c d e f et g Luc Chemla, « Âge, genre, participations : voici en cinq infographies le profil des 12 candidats à la présidentielle », sur France Inter, (consulté le ).
  131. Yann Lastennet, « Présidentielle 2022 : Stéphane Le Foll ne participera pas à la campagne d'Anne Hidalgo », sur France Bleu, (consulté le ).
  132. Brice Laemle, « Primaire populaire : après la divulgation d’une vidéo, colère des « insoumis » et des écologistes qui refusent d’être associés à l’initiative », Le Monde,‎ (lire en ligne   [html], consulté le ).
  133. Martin Colombet et Sacha Nelken, « Christiane Taubira, en tête de la primaire populaire, appelle à l’union de la gauche », sur Libération, (consulté le ).
  134. « La primaire populaire choisit Jean-Luc Melenchon », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  135. Marie-Pierre Bourgeois, « Après son soutien à Jean-Luc Mélenchon, la primaire populaire explose » [html], sur BFMTV, (consulté le ).
  136. « Début de la campagne présidentielle officielle : stricte égalité du temps de parole entre candidats, diffusion de la propagande électorale… », Le Monde,‎ (lire en ligne [html], consulté le ).
  137. « Présidentielle 2022 : "L’effet drapeau" va-t-il profiter au chef de l’État désormais candidat ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  138. « Sondage: Macron en baisse, Le Pen et Mélenchon en hausse, Zemmour chute », sur France 24, (consulté le ).
  139. Rémi Clément, « 2022: l'écart se resserre très sérieusement entre Le Pen et Macron », sur Challenges, (consulté le ).
  140. « Emmanuel Macron s'en prend à Marine Le Pen et son «clan» », sur Europe 1, (consulté le )
  141. « Présidentielle : « Je n’ai pas réussi à l’endiguer », Emmanuel Macron regrette la montée des extrêmes », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  142. Léo Tescher, « Présidentielle 2022 : Eric Zemmour a-t-il vraiment pu réunir 100 000 personnes au Trocadéro ? » [html], sur Franceinfo, (consulté le ).
  143. Charles Sapin et Vincent Trémolet de Villers, « Éric Zemmour: «Je suis le seul vote vital pour sauver la France et rebâtir la droite» », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  144. « 800 universitaires appellent à voter Mélenchon », sur L'Obs, (consulté le ).
  145. Marceau Taburet, « Présidentielle: 2 000 personnalités appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon », sur Libération, (consulté le ).
  146. sudouest fr avec AFP, « Vidéo. Présidentielle : Emmanuel Macron « ne fera pas de débat avec les autres candidats avant le 1er tour » », sudouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  147. « Présidentielle : «Je ne ferai pas de débat avant le premier tour», prévient Macron », sur Europe 1 (consulté le ).
  148. « Présidentielle : une soirée politique sur TF1 ce lundi, sans débat et avec seulement huit candidats », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  149. « "Cette élection n'a aucun sens": Lassalle envisage de retirer sa candidature à la présidentielle », sur BFMTV (consulté le ).
  150. « Gérard Larcher: «Macron tente d’enjamber la présidentielle» », sur Le Figaro, (consulté le ).
  151. Par Nicolas Berrod Le 18 mars 2022 à 16h01, « «Pas de débat, pas de mandat» : 5 minutes pour comprendre les procès en «illégitimité» faits à Emmanuel Macron », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  152. Par Michaël Zoltobroda et Olivier Beaumont Le 4 avril 2022 à 13h38, « Présidentielle : Emmanuel Macron grand absent de «Élysée 2022» », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  153. Pierre Plottu et Maxime Macé, « Twitter s’affole sur Dominion et une pseudo «fraude» au scrutin en France », sur Libération (consulté le ).
  154. « Non, le logiciel Dominion ne sera pas utilisé pour faire remonter les votes », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  155. « Présidentielle 2022: Anne Hidalgo appelle à voter pour Emmanuel Macron au second tour », sur BFMTV (consulté le ).
  156. « Présidentielle 2022: Yannick Jadot appelle à voter Emmanuel Macron au second tour », sur BFMTV (consulté le ).
  157. Ouest-France, « Présidentielle. Valérie Pécresse : « Je voterai Emmanuel Macron pour empêcher le chaos » », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  158. Oihana Gabriel, « Présidentielle 2022 : Qui a le plus de réserves de voix entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ? », 20 Minutes, (consulté le )
  159. « Jean-Luc Mélenchon : "Il ne faut pas donner une seule voix à madame Le Pen" », Midi libre, (consulté le )
  160. Salomé Robles, « Présidentielle: Philippe Poutou demande à ce que "pas une voix" ne soit laissée "à l'extrême droite" », BFM TV, (consulté le )
  161. Vincent Leblé, « Présidentielle : quelles consignes de vote ont donné les candidats pour le 2nd tour ? », La Nouvelle République, (consulté le )
  162. So. M., « Résultats présidentielle : Jean Lassalle, qui a triplé son score par rapport à 2017, ne donne pas de consigne de vote », La Dépêche du Midi, (consulté le )
  163. Elisa Fernandez, « Présidentielle 2022: Éric Zemmour appelle à voter pour Marine Le Pen au second tour », BFM TV, (consulté le )
  164. « Nicolas Dupont-Aignan: "J’appelle [à voter] et je voterai Marine Le Pen" », BFM TV, (consulté le )
  165. « Pour le second tour de la présidentielle, les adhérents de La France insoumise choisissent le vote blanc », Libération, (consulté le )
  166. Hugues Garnier, « "Ne votez pas pour elle", mais "ne vous abstenez pas": l'appel de Mélenchon à ses électeurs pour le second tour », BFM TV, (consulté le )
  167. Régis Soubrouillard, « L'info à la chaîne », Le Débat, vol. 181, no 4,‎ , p. 37 (ISSN 0246-2346 et 2111-4587, DOI 10.3917/deba.181.0037, lire en ligne, consulté le ).
  168. « Présidentielle: Bardella et Darmanin s'opposent sur la retraite à 65 ans », BFM TV, (consulté le ).
  169. Profession de foi : Marine Le Pen sommée de revoir sa copie pour le second tour, franceinter.fr, 13 avril 2022.
  170. Présidentielle 2022. Pourquoi Marine Le Pen doit revoir sa profession de foi pour le second tour, ouest-france.fr, 13 avril 2022.
  171. Présidentielle 2022 : qu’est-ce que la CNCCEP, l’instance qui épingle la profession de foi de Marine Le Pen ?, la-croix.com, 13 avril 2022.
  172. Adrien Franque, « Les journalistes de «Marianne» accusent d’ingérence leur actionnaire Daniel Kretinsky », sur liberation.fr (consulté le ).
  173. « Présidentielle 2022 : le Luxembourg appelle à faire barrage à Le Pen », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  174. Amaury Bucco et Quentin Hoster, « [Info VA] Ce que l’on sait de l’assaillant de l’église de Nice, qui a poignardé un prêtre et une fidèle », Valeurs actuelles, (consulté le )
  175. Julien Sellier, « DOCUMENT RTL - Agression dans une église à Nice : "Je saignais beaucoup, le père Krzysztof était par terre", raconte sœur Marie-Claude », RTL, (consulté le )
  176. Aziz Zemouri, « La vie perturbée de Kevin, l’agresseur du prêtre de Nice », Le Point, (consulté le )
  177. a et b Élection du Président de la République 2017. Premier tour, taux de participation à 17h, ministère de l'Intérieur.
  178. « Élection présidentielle 2022 : taux de participation à 12h », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  179. Élection du président de la République 2017 Second tour - Taux de participation à 12h, ministère de l'Intérieur.
  180. a et b « Élection présidentielle 2022 : taux de participation à 12h et 17h », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  181. « Élection présidentielle 2022 : taux de participation à 12h et 17h », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  182. Élection du président de la République 2017 Second tour - Taux de participation à 17h, ministère de l'Intérieur.
  183. a et b Ministère de l'Intérieur, « Election présidentielle 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  184. Ministère de l'Intérieur, « Election présidentielle 2022 - Résultats au 1er tour », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  185. Ministère de l'Intérieur, « Election présidentielle 2022 - Résultats au 2e tour », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  186. Conseil constitutionnel, « Annonce par Laurent Fabius, Président du Conseil constitutionnel, des résultats officiels du premier tour de l’élection présidentielle | Conseil constitutionnel », sur www.conseil-constitutionnel.fr, (consulté le ).
  187. Journal officiel de la République française, « Déclaration du mercredi 13 avril 2022 relative aux résultats du premier tour de scrutin de l'élection du Président de la République française », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  188. Journal officiel de la République française, « Liste des candidats habilités à se présenter au second tour de l'élection du Président de la République française », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  189. « Annonce des résultats officiels du second tour de l'élection présidentielle et proclamation de l'élection du Président de la République par M. Laurent Fabius, Président du Conseil constitutionnel », sur conseil-constitutionnel.fr, (consulté le )
  190. « Décision n° 2022-195 PDR du 13 avril 2022 (Déclaration du 13 avril 2022 relative aux résultats du premier tour de scrutin de l’élection du Président de la République) » [PDF], sur conseil-constitutionnel.fr, Conseil constitutionnel, (consulté le ).
  191. « Annonce des résultats officiels du second tour de l'élection présidentielle et proclamation de l'élection du Président de la République par M. Laurent Fabius » [PDF], sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  192. « Présidentielle : selon les classes d’âge, comment les Français ont-ils voté ? », Sud Ouest, (consulté le )
  193. Paul Louis, « Présidentielle: les cadres et les retraités ont voté Macron, les ouvriers et employés Le Pen », BFM TV, (consulté le )
  194. Bénédicte Lutaud, « Présidentielle 2022 : le vote des catholiques se déplace plus à droite », Le Figaro, (consulté le )
  195. Xavier Le Normand, Présidentielle 2022 : pourquoi les électeurs musulmans ont plébiscité Jean-Luc Mélenchon, La Croix, 11 avril 2022.
  196. « Fillon en tête chez les catholiques, Mélenchon chez les musulmans », CNews, (consulté le )
  197. « Les musulmans votent très massivement à gauche », Les Échos, (consulté le )
  198. Jean-Dominique Merchet, « La présidentielle vue d’Europe: l’exception française », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  199. « Résultats présidentielle 2022 : "Ce vote m'oblige pour les années à venir", déclare Emmanuel Macron aux électeurs qui ont voté "pour faire barrage" à l'extrême droite », sur Franceinfo, (consulté le ).
  200. « France/Présidentielle : Marine Le Pen reconnaît sa défaite et lance "la bataille des législatives" », sur www.aa.com.tr (consulté le ).
  201. « Présidentielle 2022 – Sondage jour du vote : Profil des électeurs et clés du scrutin (2nd tour) » [PDF], Ifop, (consulté le )
  202. « Ces livres qui anticipent les élections présidentielles », sur lejdd.fr (consulté le ).
  203. Ségolène de Larquier, « BD - Les 100 jours de Marine Le Pen, La Présidente », sur L'Express, (consulté le ).
  204. François Durpaire et Farid Boudjellal, La présidente, Les Arènes BD – Demopolis, , 158 p. (ISBN 2352044626).
  205. Mariana Grépinet, « Présidentielle 2022 : méfions nous des clowns ! » [archive du ], sur parismatch.com, (consulté le ).
  206. « « Présidents » : quand la réalisatrice Anne Fontaine imagine François s’allier à Nicolas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes