Daniel Cohn-Bendit

homme politique franco-allemand

Daniel Cohn-Bendit
Illustration.
Daniel Cohn-Bendit en 2012.
Fonctions
Député européen

(19 ans, 11 mois et 20 jours)
Élection 12 juin 1994
Réélection 13 juin 1999
13 juin 2004
7 juin 2009
Législature 4e, 5e, 6e et 7e
Groupe politique Les Verts (1994-1999)
Verts/ALE (1999-2014)
Coprésident du groupe Verts/ALE

(12 ans, 5 mois et 22 jours)
Avec Monica Frassoni (2002-2009)
Rebecca Harms (2009-2014)
Prédécesseur Heidi Hautala et Paul Lannoye
Successeur Philippe Lamberts et Rebecca Harms
Biographie
Nom de naissance Marc Daniel Cohn-Bendit
Surnom « Dany le rouge »
« Dany le vert »
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Montauban
(Tarn-et-Garonne, France)[1]
Nationalité apatride (1945-1959)
Drapeau : Allemagne allemande (depuis 1959)
Drapeau : France française (depuis 2015)
Parti politique FA (1966)[2],[3]
LEA (1966-1968)[4]
Mouvement du 22 Mars (1968)[5]
RK (1968-1973)[6]
GLH (de) (1978-1980)[7]
GRÜNE (depuis 1980)
LV (1999-2010)
EÉLV (2010-2012)
Profession Éducateur
Journaliste

Daniel Cohn-Bendit, né le à Montauban (Tarn-et-Garonne), est un homme politique franco-allemand; actif en politique aussi bien en Allemagne qu'en France, il a obtenu la nationalité française en 2015.

Né en France de parents allemands militants d'extrême gauche puis antinazis, il fait ses études supérieures en France, à l'université Paris-Nanterre. Militant libertaire, il accède à la notoriété durant le mouvement de mai 68, dont il est l'un des porte-parole. N'ayant pas à l'époque la nationalité française, il est expulsé en Allemagne par le gouvernement français.

À partir des années 1980, Cohn-Bendit mène une carrière politique en Allemagne comme élu du parti écologiste Les Verts à Francfort-sur-le-Main. Devenu député européen des Verts allemands en 1994, il est réélu député européen en 1999 sur une liste des Verts français, faisant à cette occasion son retour sur la scène politique française. Tête de liste d'Europe Écologie en Île-de-France lors des élections européennes de 2009, il permet au parti d'obtenir le plus haut score atteint en France par un mouvement écologiste. Favorable à la mise en place d'une Europe fédérale, il est coprésident du groupe Verts/ALE au Parlement européen de 2002 à 2014. Il ne se représente pas au Parlement européen en 2014.

Alors qu’il était surnommé « Dany le Rouge » en mai 68, Daniel Cohn-Bendit effectue un virage idéologique, adhérant progressivement à une écologie intégrée à l'économie de marché tout en revendiquant l'étiquette de « libéral-libertaire ».

Il fait également l’objet d’accusations de pédophilie, notamment fondées sur son ouvrage Le Grand Bazar, publié en 1975. Toutefois, il n'a jamais été poursuivi en justice pour cette raison.

BiographieModifier

Origines familialesModifier

Marc Daniel Cohn-Bendit est le fils d’Erich Cohn-Bendit (1902-1959), né à Berlin[8], et d'Herta David (1908-1963), d'une famille juive de Poznań. En 1933, son père est avocat et sa mère vient de terminer des études de droit, se préparant à devenir juge pour enfants[9]. Avec Hans Litten, Erich est l'un des principaux partisans de l'organisation d'aide affiliée au Parti communiste d'Allemagne Rote Hilfe Deutschlands (de) (RHD)[10]. Erich Cohn-Bendit tend plutôt vers le trotskisme[10]. À la suite de la prise du pouvoir des nationaux-socialistes, il est interdit de travail pour « activités communistes » présumées et sera bientôt déchu de la citoyenneté allemande[10]. Menacé d'arrestation, il quitte l'Allemagne dès mars 1933, rejoint par sa future épouse. Ils s'installent à Paris[11]. En 1936, naît leur premier enfant, Gabriel. Son père Erich est actif dans la Quatrième Internationale (trotskyste) fondée en France en 1938. En 1939, ils sont rejoints par les parents d'Erich, qui passeront la guerre à Paris. Durant ces années, ils fréquentent un cercle de réfugiés allemands comprenant Walter Benjamin, Heinrich Blücher et la philosophe Hannah Arendt[12], qui est une amie proche de ses parents[13].

Durant la « drôle de guerre », Erich est interné comme ressortissant allemand, mais s'évade[14] et rejoint son épouse qui a quitté Paris pour Montauban. Herta travaille dans l'orphelinat pour enfants réfugiés de Moissac. En 1943, après l'occupation de la zone sud par les Allemands, ils passent dans la clandestinité jusqu'à la libération de la région (autour du ). Daniel naît, comme il l'a lui-même souligné[15], dix mois après le débarquement de Normandie.

Enfance et adolescenceModifier

Né alors que le Troisième Reich est encore en place (jusqu'au ), de parents réfugiés antinazis[4] en France, probablement déchus de la nationalité allemande par le régime de Vichy[16], Daniel reçoit des papiers d’identité de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). À la fin des années 1950, il est toujours « sous la protection de l’OFPRA »[17], puis obtient des papiers d'identité allemands. Il a évoqué cette période dans diverses déclarations, par exemple, en février 2014 : « Je suis né en 1945, alors que mes parents étaient cachés en France en raison des persécutions antijuives. J'ai été apatride pendant quatorze ans, puis j'ai choisi la nationalité allemande pour ne pas faire mon service militaire »[18]. Il se définira, par la suite, de plus en plus comme un « citoyen européen ».

La famille quitte assez rapidement la région de Montauban. Entre 1945 et 1948, les Cohn-Bendit sont d'abord responsables de la « Colonie Juliette », un établissement pour enfants de déportés juifs à Cailly-sur-Eure[4],[19]. Puis ils reviennent à Paris, Herta devenant économe du lycée Maïmonide de Boulogne, où elle habite avec Daniel. Son père, ne pouvant exercer sa profession en France (il faudrait qu'il refasse un cursus universitaire), décide en 1952 de rentrer en Allemagne[20] et devient avocat à Francfort. Il est en étroit contact avec des membres de l'École de Francfort dont Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, ainsi qu'avec Bertolt Brecht et Helene Weigel. Le psychanalyste Bruno Bettelheim fait partie de ses clients.

En 1956, Daniel entre au lycée Buffon[21], où il fait sa sixième et sa cinquième. Sa mère ayant rejoint son père atteint d'un cancer du poumon (Daniel restant sous la garde de sa grand-mère), le fait venir à son tour en 1958 et il entre dans une école non conventionnelle, l'Odenwaldschule, située à la campagne à Oberhambach-Heppenheim, non loin de Mannheim et à 60 km de Francfort.

Erich Cohn-Bendit meurt en 1959. Herta, rentrée en France, meurt d'une attaque cardiaque en 1963, au cours d'une visite chez sa belle-sœur à Londres. Daniel, placé sous la tutelle de l'ancien associé de son père, termine ses études secondaires à Oberhambach et passe le baccalauréat allemand (Abitur) en 1965. Il revient alors en France faire ses études supérieures et bénéficie d'une bourse du gouvernement allemand en raison des dommages causés à sa famille par le nazisme. Il habite dans le deux-pièces de ses parents avec sa grand-mère[22], dans le 15e arrondissement de Paris[23].

Il a été fortement marqué par son passage à l'Odenwaldschule[24]. Il a souligné par la suite qu'être allé dans cette école autogérée et y avoir fait autant de théâtre avait joué un rôle important dans sa vie[25]. Durant ces années, il a aussi fait des séjours notables à l'étranger : en Angleterre en 1962, en Israël en 1963 et aux États-Unis en 1964, dans la famille de Thomas Bieber, ancien de Cailly-sur-Eure.

Mouvement de Mai 68Modifier

 
Daniel Cohn-Bendit en 1968.

Lycéen, Daniel Cohn-Bendit participe à l'été 1965 à des campings libertaires avec son frère Gabriel Cohn-Bendit, tout comme Jean-Pierre Duteuil qu'il rencontre à la rentrée 1966-1967, en sociologie à la faculté de Nanterre (ouverte fin 1964), après avoir été inscrit l'année précédente en propédeutique à la Sorbonne-Censier. Tous deux sont à la « Liaison des étudiants anarchistes » (LEA)[4], composante de la Fédération anarchiste, qui deviendra Noir et Rouge après son exclusion de la FA en 1967[2],[3].

Daniel Cohn-Bendit est présent les 16 et 17 novembre 1966, quand une « trentaine de militants » du groupe d'extrême droite Occident « ont attaqué un meeting » de gauche devant le restaurant universitaire de Nanterre, déclenchant « une violente bagarre à coups de barre de fer et de manches de pioche » et causant « deux blessés graves parmi les membres des mouvements de gauche et une dizaine de blessés légers »[26],[27]. Ces attaques sont suivies peu après par celles contre le lycée Jacques Decour et le Lycée Voltaire le 11 décembre 1966, blessant gravement Pierre Rousset, militant des JCR[28] puis celle du sur le campus de l’université de Rouen où un autre militant JCR est aussi gravement touché, ce qui déclenchera 13 interpellations, affaiblissant Occident au début de 1967.

Lors d'une réunion nationale de l'UNEF, il se voit privé de parole faute de mandat[29]. Retirée depuis 1962 de la gestion des résidences et restaurants[30], l'UNEF est depuis 1967 dirigée par des étudiants du PSU, qui réunit les opposants à la Guerre d'Algérie depuis sa fondation en 1960. Force majeure d'opposition à cette guerre, le syndicat est privé de subventions, partiellement depuis 1961 et totalement depuis 1965, par des gouvernements gaullistes qui espèrent ainsi se rapprocher des étudiants de droite, comme ceux de la FNEF, scission de l'UNEF depuis 1961, qui rêve de reprendre la majorité dans les assemblées de ville des étudiants, reconquête entamée depuis 1965 en droit, médecine et pharmacie.

Les mobilisations de l'année 1967 à NanterreModifier

En 1967, Daniel Cohn-Bendit ne fait pas partie des leaders des deux principales mobilisations sur le campus de Nanterre. Ni à la Résidence universitaire de Nanterre en mars, ni en novembre-décembre contre les pénuries d'enseignants liées à la Réforme Fouchet des universités. Même si les anarchistes avaient dès 1966 fondé au sein de l'UNEF locale une « Tendance syndicaliste révolutionnaire fédéraliste »[31] leur permettant début 1967 d'être élus représentants UNEF du pôle philosophie-sociologie-psychologie[31], grâce à l’absence d’une partie du bureau, orchestrée par les lambertistes du CLER. À Nantes, Clermont-Ferrand et Strasbourg, l'UNEF locale est contrôlée par des alliances entre anarchistes et lambertistes du CLER[32]. Mais à la rentrée suivante, en octobre 1967, l'UNEF-Nanterre échouera à élire son bureau[33] avant d'y parvenir début janvier, quand Jean-François Godchau devient président.

À la Saint-Valentin 1967, débute un mouvement national dans les résidences universitaires, lancé par la FRUF dans une dizaine de villes, pour que toute étudiante ait le droit d'inviter son compagnon dans sa chambre sans être obligée de se rendre dans les bâtiments masculins. Cette revendication de la FRUF a déjà abouti à la Résidence d'Antony[34],[35]. Le 16 octobre 1965, huit résidents y avaient été traduits en conseil de discipline, déclenchant en 1965-1966 une pétition de 1 500 signatures contre les loges permettant de contrôler les entrées, débouchant en 1966 sur la mixité des bâtiments.

La FRUF veut aussi bloquer les hausses de loyers et le droit de rester plus de 3 ans en résidence. À Nanterre, Dominique Tabah préside l’Association des résidents (ARCUN-FRUF) avec 800 adhérents sur 1 400 résidents[36]. À sa demande, 60 étudiants occupent un des bâtiments féminins pour la Saint-Valentin 1967 et n'en sortent qu'en échange de ne pas être sanctionnés, promesse non respectée pour 29 d'entre eux. L'ARCUN organise dès mars 1967 des conférences sur la sexualité et l'œuvre de Whilhem Reich, avec le Planning familial.

Dans cette université construite en urgence, face à l'afflux croissant de bacheliers, la rentrée suivante est tendue. Dès le 7 novembre, l'UNEF lance des mobilisations contre les pénuries accompagnant la Réforme Fouchet des universités et à Nanterre environ 400 personnes protestent contre le dénuement: bibliothèque et installations sportives non terminées, laboratoires de langues indisponibles[33].

Le 10 novembre, les étudiants de licence se mettent en grève. Le reste du département de sociologie suit le 17: on dénombre 500 grévistes[37]. Le conflit touche tous les départements, pour des équivalences entre ancienne et nouvelle licence, point faible du "Plan Fouchet". Des amphithéâtres sont occupés[33]. L'UNEF met en place des comités de grève incluant des non-syndiqués, présidés par Philippe Meyer, qui anime une paroisse étudiante dans un pavillon sur le campus[38]. Son « comité d'action » donne naissance au journal-mouvement d'actualité sociale « Nous sommes en marche » (1968-1972)[39]. Yves Stourdzé de l'UNEF y représente la sociologie. Le 25 novembre 1967, un millier d'étudiants en grève manifestent en présence de Raymond Barbet, maire PCF de Nanterre [33], hué et sifflé par les anarchistes[40].

Début décembre, un débat réunit dans le hall central de l'Université[41] devant 2 000 étudiants[42] le doyen Pierre Grappin et les deux animateurs de la grève, Philippe Meyer[42] pour les non-syndiqués et Jean-François Godchau, de l'ARCUN-FRUF, qui sera élu dans la foulée président de l'UNEF-Nanterre. Grappin leur offre d'étendre à tous les départements les comités enseignants-étudiants[33] qu'avaient obtenus Philippe Meyer plus tôt. Les anarchistes les dénoncent[43] car ils sont sans pouvoir[44] et l'UNEF avec.

Les enseignants votent à nouveau la grève si pas de crédits supplémentaires. L'UNEF lance une semaine d'action, du 11 au 16 décembre[33] combinant l'opposition au Plan Fouchet[33]à la grève CFDT-CGT du 13 décembre 1967 contre les ordonnances sur la sécurité sociale, qui voit une demi-douzaine de lycées parisiens en grève [45], première étape du mouvement lycéen de Mai 68[46]. La crainte d'un coup de frein à la démocratisation des soins de santé et de l'université contribue au mécontentement social général : les « jours perdus pour fait de grève », 4,2 millions en 1967, ont quadruplé en deux ans [47] et début 1968 des grévistes affronteront la police à Caen, Mulhouse ou au Mans [47].

Tous les vendredis à Nanterre, Daniel Cohn-Bendit participe au festin réunissant assistants et étudiants dans le bureau d'Henri Lefebvre[48], qui avait été confronté à l'Internationale situationniste lorsqu'il enseignait à Strasbourg[48], avant de fonder à Nanterre le département de sociologie où il « tente un renouvellement du rapport pédagogique de façon tâtonnante »[48], évoqué en 1970 par le roman-témoignage de Robert Merle[44]. L'un des professeurs de sociologie, Michel Crozier, reproche à ce groupe d'empêcher certains cours par la force, avec parfois des coups de poing[49], ou de tutoyer les professeurs pour les déstabiliser [50]. C'est aussi l'époque où les anarchistes de la tendance Duteuil-Cohn-Bendit, doivent quitter la Fédération anarchiste après son congrès de Bordeaux, tenu du 10 au 12 novembre 1967[51]. Depuis le printemps 1967, l'écrivain Maurice Joyeux, proche de Force ouvrière, diffuse un texte titré L’hydre de Lerne, et sous-titré « la maladie infantile de l’anarchie »[51] qui dénonce l'influence des idées marxistes et situationnistes[52] au sein de la mouvance anarchistes et les « révolutionnaires de salon »[52].

L'influence des Nantais et l'affaire de la piscineModifier

Les situationnistes de Nanterre, René Riesel et le Nantais Gérard Bigorgne, profitent des vacances de Noël pour discuter avec ceux de Nantes, dont les actions pour la mixité des résidences ont causé l'arrestation de Juvénal Quillet, le 19 décembre, juste après avoir élu président de l'Association des résidents des cités universitaires de Nantes[53] ,[54].

Les occupations de résidences obtenant un large soutien local (CGT, CFDT, FO), il est décidé qu'une centaine de Nantaises envahiront le 27 décembre puis le 23 janvier Launay-Violette, cité réservée aux garçons[55]. Entre-temps, le Secours catholique a ouvert fin décembre un centre culturel de 150 animateurs pour les 10 000 personnes du bidonville [56] tout proche du pavillon où la paroisse étudiante de Nanterre est animée par Philippe Meyer.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports François Missoffe, qui avait lancé juste après l'élection présidentielle de décembre 1965 une vaste consultation des jeunes, le Tour de France Inter, aux résultats présentés en novembre 1967, ne veut pas être en reste : le , il inaugure les installations sportives universitaires réclamées, tout comme la bibliothèque, lors de la grève de novembre sur le campus[57] devant « tout le corps professoral »[58], de 17 h 20 à 17 h 40[59]. Une cinquantaine d'étudiants l'accueillent avec « des cris hostiles »[59], « menés par un certain Marc Daniel Kohn-Bendit », selon une note des Renseignements généraux[59], qui orthographie incorrectement son nom, alors qu'une note du 15 décembre 1966 évoquait son interpellation lors d'une manifestation pour la libération de l'agronome Hugo Blanco (en) devant l'ambassade du Pérou[59], condamné en 1966 à 25 ans de prison par un tribunal militaire pour la fusillade du 14 novembre 1962[60], puis en appel en octobre 1967, ce qui avait déclenché une autre manifestation parisienne [61]. La note précise aussi qu'il avait « oeuvré au sabotage des élections à l'Association des groupes d'études de Nanterre »[62] créée par l'UNEF.

Daniel Cohn-Bendit interpelle le ministre sur son rapport publié à l'automne : « 400 pages sur la jeunesse, et pas un mot sur la sexualité ! ». Le ministre lui suggère de s'apaiser par un bain. L'étudiant répond que cette réplique est digne du nazisme[63],[4]. Le conseil de discipline de Nanterre le convoque pour le surlendemain [64],[50],[58] mais décide de ne pas le sanctionner. Le ministre de l'éducation Alain Peyrefitte a téléphoné à Missoffe, qui exclut toute sanction[62]. Alain Peyrefitte affirmera sans ses mémoires avoir demandé l'expulsion de Daniel Cohn-Bendit à son prédécesseur Christian Fouchet lors des violences de mars, sans l'obtenir[62].

Ce 8 janvier, seul Le Monde a couvert l'inauguration de la piscine et son article ne mentionne pas l'incident [65], dont la majorité des étudiants ont pu avoir une vague idée, par deux graffitis obscènes tracés sur le sol, « Ce soir, à 18 heures, partouze à la piscine » et «Tous à l'orgie vandale »[66]. Un mois plus tard, ce dialogue sera dévoilé à la presse par Cohn-Bendit, son frère et son avocat, comme une diversion, suite à une affaire bien plus grave, une émeute avec la police dans un hall de la Faculté, causée par une trentaine de pancarte-photos dénonçant des policiers en civil et des "listes noires".

L'affaire des listes noires et du doyen représenté en naziModifier

Entre temps Le Figaro du 20 janvier 1968 a publié un communiqué protestant contre le risque d'exclusion d'un lycéen parisien des JCR, Romain Goupil, après une grève le 11 janvier[67]. À Nanterre? Cohn-Bendit fait courir qu'il est menacé, via un nouvel épisode de « l'affaire des listes noires » née huit mois plus tôt. En avril 1967 à Nanterre, un meeting avait protesté contre les menaces de sanction visant 29 personnes ayant participé les semaines précédentes aux occupations des bâtiments des filles, dont plusieurs absentes au moment de l'occupation, suscitant un soupçon de fichage politique. Le meeting avait été suivi par une première campagne contre les listes noires[68], car certains des 29 n'étaient pas là lors de l'occupation. La rumeur avait été relancée en juin 1967, quand Henri Raymond, assistant en sociologie, avait soumis une liste d'étudiants à exempter d'un examen final, dont l'un faisait partie des 29 sanctionnés en mars 1967[69]. L'UNEF avait alors souligné que cette liste est déjà ancienne mais sans rassurer[69]. « C'est un professeur connu de Nanterre qui en a affirmé l'existence lors d'une réunion officielle »[70], le directeur du département de sociologie, Henri Lefebvre[48], qui déjeune régulièrement avec le groupe de Cohn-Bendit.

L'administration dément mais Henri Lefebvre, lui, « se porte garant de leur existence », affirme Jean-Pierre Duteuil. La rumeur a resurgi lors de la grève de novembre à Nanterre[48] puis lors de l'affichage des échanges de courriers entre Missoffe et Cohn-Bendit, qui déclare fin janvier : « si je pars, cette fac deviendra un repaire de flics, une prison, un bagne, il faut réagir tout de suite »[71]. Jean-François Godchau, pour l'UNEF, prépare une réunion sur ce thème[71]. Soucieux de le prendre de vitesse, Cohn-Bendit organise avec Jean-Pierre Duteuil Janin et Brimberg une manifestation, le matin du 26 janvier dans le grand hall de la faculté de lettres: 30 « barbus chevelus » précédés par Jean-Pierre Duteuil « surgissent en poussant de grands cris », avec à bout de bras des panneaux sur lesquels on peut lire : « Pas de flics dans la maison », « Non aux listes noires »[72]. Sur ces panneaux des photos, prises dans l'université, de « policiers en civil », selon leurs auteurs. La veille, Jean-Pierre Duteuil a confectionné un des panneaux avec une photo du doyen Pierre Grappin, affublé d'une moustache à la Hitler, au-dessus d'une légende en grosses lettres « Grappin nazi »[72],[73].

Des appariteurs, menés par le secrétaire général de l'Université Christian Rivière, sont bousculés[42]. L'un d'eux reçoit un coup de poing de Duteuil[74]. Le doyen accepte de sortir de son cours pour autoriser un appel au commissariat de Nanterre : une douzaine de policiers arrivent. Cinq d'entre eux, montés dans les couloirs du département de sociologie, se font expulser par les étudiants[75], avant d'obtenir des renforts casqués[42], à midi, au moment où des centaines d'étudiants sortent de cours et s'arment de pieds de chaise et de table, pour chasser les policiers, dans une véritable émeute[33].

Le lendemain, l'assemblée des professeurs dément toute liste noire et demande à Henri Raymond une mise au point sur le malentendu de 1967. L'émotion est générale. Les étudiants communistes dénoncent tant la bagarre que "la surveillance constante du campus" par la police, dans L'Éveil des Hauts-de-Seine, l'hebdo départemental communiste[76]. Un communiqué de la FNEF (droite) dénonce « un sabotage systématique perpétré par des déséquilibrés et des malades mentaux » et une lettre du doyen Pierre Grappin, datée du 29 janvier, « des dégradations graves (...) aux mobilier de la faculté ainsi qu'à plusieurs automobiles »[77]. C'est alors que le nom de Cohn-Bendit apparaît pour la première fois dans la presse, au deuxième paragraphe d'un article dans Le Monde, le [78], mentionnant ses amis anarchistes comme ayant organisé la manifestation du 26 janvier, pour protester contre les listes noires, certains évoquant le risque d'expulsion de Cohn-Bendit[33].

Pierre Grappin rappelle son passé de résistant et que l'arrivée de la police se justifiait par le communiqué des départements de géographie, lettres modernes, anglais, espagnol et italien de Nanterre, repris par l'AFP et Le Monde[78], dénonçant « les menées provocatrices d'un petit nombre ». Il décide d'expulser un étudiant de la résidence, Patrick Cheval. Ses camarades situationistes quittent immédiatement le groupe anarchiste pour créer celui des "Enragés"

Daniel Cohn-Bendit est convoqué, cette fois le 16 février, non plus en conseil de discipline mais à la préfecture de police, en raison de cette émeute du 26 janvier[79]. Il demande conseil à son frère Gabriel qui écrit une "Tribune à la presse" en réponse aux journaux ayant évoqué l'émeute[80], commençant par « votre journal en particulier a relaté les incidents » de la fin janvier pour braquer ensuite les projecteurs sur le dialogue du 8 janvier de la piscine et rappeler « pourquoi l’un d’entre nous est Français et l’autre Allemand »[81].

Son professeur Alain Touraine [82] fait voter, avec Michel Crozier, une motion d'enseignants de sociologie contre son expulsion, évoquée dans un article du Nouvel observateur du 7 février sur les "listes noires" qui révèle ce risque d'expulsion. Le SNESup demande aussi au ministère de l'épargner. Jean-François Godchau écrit dans sa chambre de la résidence un texte clarifiant la position de l'UNEF Nanterre qu'il préside depuis la mi-janvier: oui au soutien de tout étudiant menacé d'expulsion mais non aux actions non décidées collectivement par le syndicat[83].

Dans un article de deux paragraphes Le Monde du 8 février révèle sa convocation, en citant pour la première fois son nom, et précise qu'il lui est reproché d'avoir perturbé une assemblée locale de l'UNEF, mais que ce syndicat n'a cependant « jamais protesté officiellement contre les agissements des anarchistes » et évoque brièvement l'incident de la piscine [84], survenu un mois plus tôt.

Gabriel a entre-temps demandé un avocat à l'UNEF : François Sarda, ex-candidat gaulliste aux législatives de 1962, qui a rédigé le 6 février un mémoire[85], très rapidement, ce qui entraîne quelques erreurs factuelles[86]. En annexe, une lettre recommandée de Cohn-Bendit à Missoffe, écrite le même jour avec l'aide de Gabriel[87], qui regrette un "malentendu"[88]. La lettre réponse de réponse du ministre rappelant qu'il n'avait demandé aucune sanction [89],[90], précisant que « l'affaire est close », et lui proposant de prendre rendez-vous s'il veut s'exprimer[58] n'est pas annexée.

Daniel Cohn-Bendit a ensuite « affichée dans tout Nanterre » cet échange de courriers et « on a fait courir la rumeur » que la fille de Missoffe « était sa maîtresse » alors qu'elle ne l’avait « jamais vu de sa vie »[58], selon François Missoffe qui a appris l'histoire par sa fille Françoise, elle aussi étudiante à Nanterre mais en histoire[50],[91]. L'hebdomadaire Minute a lancé la rumeur[92],[64],[93] et même le reporter Jean Bertolino, instruit par l'avocat François Sarda, l'a diffusée[94]. François Sarda transmet ensuite le dossier UNEF à Henri Leclerc [95].

Trois mois après, quand Cohn-Bendit deviendra célèbre, l'étudiante, devra passer mai et juin 1968 en Normandie, pour fuir les paparazzi[64] qui la harcèlent[96]. La rumeur infondée d'une intervention de la jeune femme auprès de son père, catégoriquement démentie dès 2000[93], a perduré, d'abord dans une des premières interventions à l'Assemble nationale de Roger Holeindre (Front National) en 1987[97], puis dans le livre de Gabriel Cohn-Bendit en 1999[87] et dans les entretiens avec Stéphane Paoli et Jean Viard publiés en novembre 2009 par son frère[98], qui l'année suivante ne mettra plus le détail qu'au conditionnel dans sa biographie par Emelyne Cazi, s'attirant en 2011 une série de démentis cinglants de l'intéressée [50],[96],[92], mariée depuis le 12 février 1970 à un chef d'entreprise[99]. Elle n'a « jamais mis les pieds » dans une réunion du groupe anarchiste, avait rappelé dès 2008 son fondateur Jean-Pierre Duteuil[100].

Le 14 février, l'UNEF et la FRUF proclament à l'échelle nationale, « l'abrogation unilatérale du règlement» des résidences universitaires »[33] pour la Saint-Valentin. À Nanterre l'occupation du bâtiment des filles est menée par Jean-François Godchau[101], qui fait enlever et cacher les 14 portes électriques installées par l'administration, tout comme les étudiants d'Anthony avaient neutralisé les loges de concierge. Le sujet est évoqué au Conseil des ministres du 14 février, sans mention de Cohn-Bendit mais plutôt des incidents constatés dès la veille à Nice[62].

Ce même 14 février, les anarchistes de Nanterre envahissent l’amphithéâtre[102] où joue une pièce de Paul Claudel puis le lendemain celui du cours de psychologie de Didier Anzieu, afin d'attirer l'attention sur la convocation de Daniel Cohn-Bendit à la préfecture[90]. L'incident « tourne au pugilat entre occupants anarchistes et militants JCR, conduits par Jean-François Godchau, qui tentent de ramener leurs camarades anarchistes à la raison »: les anarchistes les chassent à coups de projectiles, ce qui entraîne, par protestation, la démission de Jean-François Godchau et de tout le bureau de l'UNEF Nanterre[90],[103], où il est remplace par Alain Lenfant, un autre JCR.

Finalement, le 16 février, la commission d'expulsion de la préfecture de police de Paris passe l'éponge pour Cohn-Bendit. Le lendemain, il est à Berlin, pour le congrès sur le Vietnam des 17-18 février, qui a réuni des milliers de contestataires européens, dont 500 Français[104]. Un car entier de Nanterrois s'y est rendu, sur fond de Jeux olympiques d'hiver de 1968[105], mené par les JCR Daniel Bensaïd et Alain Krivine, logé chez le leader des étudiants allemands Rudi Dutschke[105], qui leur fait visiter la ville et fait la connaissance de Daniel Cohn-Bendit[106]. Deux jours après le retour à Paris, c'est journée anti-impérialiste du 21 février, boulevard Saint-Michel, qui permet de tester les méthodes de manifestations apprises à Berlin : slogans hachés, frappés dans les mains, sautillement sur place, banderole en lettres de feu[107]. C'est la convergence des groupes d'extrême-gauche à laquelle participe Daniel Cohn-Bendit: une centaine de maoistes des Comité Vietnam de Base et leur branche paramilitaire, les "Groupes de protection et d'autodéfense"[108], dirigée par Olivier Rolin, « armés » de manches de pioches, reviennent d'une manifestation clandestine à la nuit tombée sur l’ambassade du Sud-Vietnam[109], qu'ils ont couverte de slogans à la peinture noire[109], pour traverser Paris jusqu'au meeting de l'UNEF à la Mutualité[109] puis rejoindre la manifestation autorisée du Comité Vietnam national[109] et des JCR « Le Quartier Latin pour la victoire du Vietnam ». Deux jours après avoir fraternisé avec les JCR et Rudi Dutschke à Berlin, Daniel Cohn se lie avec Jean-Marc Salmon et Jacques Rémy[108], piliers, avec Jean-Claude Zancarini (dit « Tarzan »), Didier Truchot, Jean Paul Cruse (dit « Paulo ») ou encore Maurice Brover (dit « Momo »)[108], du commando maoiste déjà célèbre pour avoir le attaqué le meeting de soutien au Sud-Vietnam à la Mutualité, avec casques de chantier et manches de pioche, avant d'affronter les forces de police toute la soirée[108].

Le mouvement du 22 marsModifier

Le 7 mars 1968, la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF) a réussi une percée électorale à Nanterre aux élections universitaires à la MNEF, qui la voient passer de 6% des voix à 32% des voix[110], en profitant des divisions entre gauchistes et communistes au sein de l'UNEF Nanterre et après la création d'un journal Facwest dénonçant les « manifestations du 26 janvier et les tracts qui suivirent (...) un mauvais coup porté à l'ensemble des étudiants »[111]. L'UNEF est visé, mais aussi les anarchistes, qui voulaient la détruire et « ne pardonneront pas aux fascistes-camouflés cette attaque-surprise » sous forme de journal, selon le reporter Jean Bertolino[112]. Des disputes éclatent devant le siège de la MNEF à Paris, entre la FNEF et le CLER, qui a placé de nombreux militants parmi les nouveaux élus[110] et contrôle l'UNEF dans des villes comme Clermont-Ferrand.

Le nombre de délégués par ville représentée à l'UNEF devient très disputé. Depuis , de nombreuses branches locales, tenues par la droite ( Sciences-Po, Paris-Science, Médecine et Pharmacie, pour la région parisienne [113]) ne paient plus leur cotisation à l'UNEF, dont elles dénoncent, devant les tribunaux[113], les pertes financières causées par la fin des subventions depuis 1965. À l'hiver 1967-168, elles espèrent reprendre le bureau national de l'UNEF [30].

Le a lieu un boycott des examens en philosophie à Nanterre[114]. Le même jour, l'UNEF mobilise 5 000 étudiants à Paris, après avoir dénoncé « désinvolture et hypocrisie »[115] dans les propositions du Ministre de l'Éducation nationale sur un nouveau règlement des résidences. Mais le syndicat se retrouve trois jours plus tard dans l'impossibilité d'élire un nouveau président lors de son assemblée générale.

La direction de l'UNEF a fait appel au service d'ordre du PSU, renforcé par celui du PCF car la réunion a lieu dans un local de la mairie communiste de Colombes. Le nombre de représentants par université a été fixé à deux[110], ce qui est critiqué par des militants du CLER (trotskiste)[116] qui se voient interdire l'accès à la salle et protestent[110]. Des gardes mobiles interviennent au moment où l'Assemblée générale demande aux délégations d'aider dans chacune de leur villes à la création de Comités d'action lycéens[117] et semblent prendre le parti du service ordre PSU-PCF[110]. Quittent alors la salle, aussi bien les militants de droite, que les maoïstes, CLER ou JCR. Tous dénoncent la double présence de policiers et du service d'ordre du PCF[118], Jean-François Godchau (JCR) s'étonnant que le bureau de l'UNEF de proteste pas[118].

Juste après, les anarchistes de Nanterre fustigent dans un tract l'existence d'un service d'ordre commun au PSU et au PCF, accusant la direction de l'UNEF d'avoir appelé la police, et organisent à leur tour un boycott des examens, cette fois en sociologie. Leur rivaux, les "Enragés", distribuent le 19 mars un tract présentant leur mentor, Henri Lefebvre comme "un des plus célèbres agents de la récupération de ce demi-siècle"[119]. Le 21 mars, c'est l'ARCUN-FRUF qui lance une nouvelle occupation à la Résidence universitaire de Nanterre. La veille, Xavier Langlade, chef du service d'ordre des JCR, étudiant à Nanterre, a été arrêté lors d'un raid de nuit contre l'American Express pour dénoncer la Guerre du Viêt Nam[120]. Cohn-Bendit fait partie des trois orateurs d'un meeting pour sa libération le 22 mars à midi à Nanterre, où il propose sans succès de se servir des micros permettant de se faire entendre de toute la faculté[59]. Vers 21 heures, plusieurs dizaines d'étudiants occupent le huitième étage du bâtiment administratif de l'université. Arrivés dans la salle un quart-d'heure avant les autres, une dizaine d'Enragés sortent trois verres puis partent cinq minutes après un discours de Cohn-Bendit leur reprochant de voler ces verres[121],[122],[123].

Avec une vingtaine de militants, Cohn-Bendit annonce l'occupation pendant le concert l'Orchestre de Paris dans l'amphithéâtre B2 de la faculté, se heurtant aux protestation du public[124]. L'épisode sera raconté avec humour en 1970 dans le roman « simultanéiste » Derrière la vitre préparé dès 1967[44]. Robert Merle, professeur sur le campus, y met en scène Cohn‑Bendit, tribun « habile » mais « opportuniste »[44], observe l'historien Jacques Cantier, qui accompagne plutôt qu’il ne suscite [44] une occupation proposée par son ami Jean-Pierre Duteuil. Daniel Bensaïd en est absent, mais pas les autres proches de cohn-Bendit, son "demi-frère Pierre Brimberg" [125], et le trio de futurs maoïstes, Olivier Castro, Danièle Shulman et IIsabelle de Saint-Saens. C'est la création du Mouvement du 22 Mars, qui diffuse quatre jours après sur le campus son « Manifeste » contre l'université, l'impérialisme et le capitalisme, appelant à « rompre avec des techniques de contestation qui ne peuvent plus rien ».

Le doyen Pierre Grappin dénonce 15 000 francs de dégâts et annonce le 27 mars que l'Université est fermée pour deux jours, après l'avis majoritaire des professeurs, critiqué cependant par une forte minorité réunissant Henri Lefebvre, Alain Touraine mais aussi le linguiste proche du PCF Robert Merle. La fermeture éveille l'intérêt de la presse. L'ORTF vient à la résidence le 26 mars et interviewe le président FNEF des étudiants en lettres, qui « appelle au dialogue » avec les autorités [126] et dénonce vigoureusement le Mouvement du 22 Mars [126]. Dans Le Figaro, Claude Gambiez et Jean Papillon distinguent la masse des étudiants de Nanterre, des « agités, responsables selon eux d' « une note à payer de plusieurs millions »[127].

La veille, Cohn-Bendit s'est invité dans une conférence de presse à 21 heures au foyer F de la Résidence universitaire de Nanterre, qui se transforme en procès de trois journalistes, de L'Humanité, du Corriere della Sera et Combat (journal)[128], organisé par Daniel Cohn-Bendit devenu « l'accusateur public, le Fouquier-Tinville de Nanterre » [129],[130] selon le reportage du le jeune journaliste, qui se laisse cependant intimider et décrit l'accusateur comme « sortant des théories quarante-huitardes et généreuses et une remise en question des choses et des dogmes qui réconfortent l'âme »[128], et « sortant des idées frappantes comme des coups de poing »[131]. L'article décrit cependant les contestataires comme sales et débraillés[129], ce qui vaudra à Combat d'être salué dans un tract déplorant le « peu de virilité dans une faculté où les trois-quarts des étudiants sont des filles », signé : "les commissions de liaison de la Faculté des lettres de Nanterre"[129], paravent de la FNEF.

Avril, l'attentat contre Rudi Dutschke et les violences à NanterreModifier

Début avril, le Mouvement du 22 Mars de Daniel Cohn-Bendit est dénoncé par des tracts moqueurs de la FNEF, qui réunit le 2 avril quelques centaines d'étudiants dans un amphithéâtre[132] pour demander son éviction ou par les élus communistes de Nanterre, le 4 avril[133], tandis que la situation se tend aussi à l'UNEF. Lâs de « l'envahissement régulier des locaux », rue Soufflot, par des délégations organisées par le CLER, le bureau s'est replié dans le local mieux gardé du SNESup, Rue Monsieur-le-Prince[117]. Mais les rangs étudiants se resserrent dans les jours qui suivent l'attentat du 11 avril 1968 contre Rudi Dutschke, leader du SDS allemand par Josef Bachmann, retrouvé avec une photo de Dutschke et un exemplaire du magazine National-Zeitung, qui amène les étudiants à dénoncer Bild-Zeitung, accusé d'avoir appelé depuis plusieurs jours à la répression. Sa santé empire et le 19 avril 1968 une manifestation parisienne[132] de soutien tourne à la colère violente, contre des voitures de police.

Le dimanche , une nouvelle assemblée générale de l'UNEF doit, de 15 heures à minuit dans un amphithéâtre annexe de La Sorbonne[134], trouver un successeur à son président Michel Perraud. Lors de la précédente, on lui a reproché la présence d'un service d'ordre associant PCF et PSU, puis l'intervention de la police. L'UJCml avait proposé le sien, mais réclamait une demande publique[30], ce qui a choqué au sein du PSU : Michel Perraud a été convoqué à la mi , pour « déviation maoïste »[30] devant la commission des conflits du PSU, où le bureau, mené depuis 1967 par Michel Rocard affiche sa défiance envers le gauchisme [135]. Le PSU estime qu'un de ses militants, Jacques Sauvageot doit lui succéder à la tête de l'UNEF[30],[136]. Mais au soir du 21 avril, des associations générales d’étudiants tenues par la droite via la FNEF, menées par Olivier Noc, le président du groupe Sciences-Po[113] font irruption. Suspendues pour non-paiement de leurs cotisations[30], elles protestent contre le projet d'exclusion de celles restées dans l'UNEF[30]. Parmi les intrus, des militants d'extrême-droite, appelés ou tolérés par Olivier Noc[113].

Des heurts font trois blessés dont un sérieusement [137] entre les intrus et les trotskistes du CLER, qui ensuite perdent un vote sur leur proposition de boycotter des examens[113]. Entre temps, la police a fait évacuer la salle et l'élection du président, prévue en fin d'assemblée, est de nouveau reportée : le vice-président Jacques Sauvageot doit à nouveau assumer l'intérim[138], porté par une coalition de communistes, trotskistes et maoïstes s'étant opposés à l'intrusion de la FNEF[30],[139],[140],[141]. L'Amicale des élèves de l'Institut d'études politiques de Paris accusera Michel Perraud d'avoir « encouragé les délégués trotskistes » à expulser sa délégation, sans intervenir "pour secourir les blessés"[137].

Le mouvement d'extrême-droite Occident est alors depuis un an très affaiblie par les 13 condamnations du 12 juillet 1967 pour « violence et voies de fait avec armes et préméditation[142] », sanctionnant son attaque du sur le campus de l’université de Rouen qui a failli causer un mort[141], mais il instille des tensions via des incendies ou bris de vitres nocturnes. Ainsi, le 19 avril, avant-veille de l'Assemblée de l'UNEF, Occident est soupçonné d'avoir brisé les vitrines, Rue Gît-le-Cœur, d'une librairie et d'un cinéma sympathisant du Comité Vietnam National, projetant le film de Joris Ivens sur la Guerre du Viêt Nam, 17e Parallèle[143],[113].

Le , lendemain de l'Assemblée de l'UNEF, le Mouvement du 22 Mars lance à Nanterre des représailles contre le local de la FNEF, dirigée à Nanterre par Jean-Luc Gréau, jugée responsable de l'intrusion de la Sorbonne. Ils affichent « FNEF = Occident » sur ce local et à une centaine, ils empêchent une quinzaine militants d'en sortir pendant quinze minutes avant de faire pleuvoir les coups sur « les reins, les jambes, les bras, les crânes »[144]. Dans un livre de souvenirs, Alain Peyrefitte, parlera, par approximation, de saccages du siège de l'UNEF, des locaux du Comité Vietnam National et du local de la FNEF[145], ce qui n'est confirmé par aucune autre source.

« C’est ainsi que les heurts se sont déclenchés », observe Le Monde[146], en constatant que « des bagarres ont de nouveau éclaté le lendemain 23 avril», faisant « plusieurs blessés »[137] : après avoir contredit Cohn-Bendit lors d'un cours en travaux pratiques de lettres dans la Faculté, Hubert de Kervenoael, un militant de Nanterre de la FNEF a été menacé par ce dernier : « Toi le fasciste, on aura ta peau »[144]. Dix minutes après, il est frappé par une dizaine d'étudiants et délesté de son portefeuille[97]. Selon l'historien américain Bertram Gordon, cité par son compatriote Michael Seidman[97], Hubert de Kervenoael, qui écope de dix points de suture et dix jours d'interruption[147], ne militait pas à Occident. Didier Gallot, président FNEF de l'Association des Étudiants en Lettres, qui avait été interviewé le 26 mars par l'ORTF[126] pour plaider le dialogue avec les autorités universitaires[126] décide d'accompagne Hubert de Kervenoael déposer plainte contre Cohn-Bendit.

C'est pour cette plainte que ce dernier est arrêté chez lui le 27 avril à 8 heures du matin, perquisitionné et interrogé aux commissariats de Nanterre et Puteaux. À 11 heures, on lui apporte France-Soir qui a déjà fait un article titré le meneur des enragés arrêté"[réf. nécessaire][29]. Il est relâché vers 20 heures[148], ce qui débouche trois jours après sur l'ouverture d'une information judiciaire contre lui pour "menaces verbales de mort sous condition et coups et blessures volontaires"[5].

À Nanterre, le juge d'instruction Jean Sablayrolles [149] est également chargé d'instruire une autre information judiciaire, contre X, ouverte pour "provocation publique non suivie d'effets à incendie volontaire", afin de rechercher les auteurs et les distributeurs d'un tract diffusé à Nanterre donnant la formule du cocktail Molotov, observe Le Monde[148]. Le quotidien rapporte que plusieurs centaines de personnes ont participé à un meeting « d'explication sur la répression » organisé par le Mouvement du 22 Mars le lundi 29 avril[148]. Son frère Gabriel est monté à Paris pour l'aider. Le CLER, qui demandait son expulsion de l'UNEF, y prend maintenant sa défense. Daniel Cohn-Bendit explique qu'il n'a pas nié avoir été sur les lieux mais répondu qu'il a davantage protégé qu'agressé Kervenoaël et que la recette du Cocktail Molotov n'est qu'un canular potache ne le concernant pas[29].

Une lettre datée du 1er mai convoque huit étudiants parmi lesquels Daniel Cohn-Bendit, Jean-Pierre Duteuil et René Riesel pour un conseil de discipline le 6 mai, sans notification des motifs[150]. Le 2 mai à 19 heures, le doyen de Nanterre décide de suspendre les cours et fermer l'Université de Nanterre, comme les 29 et 30 mars, en dénonçant « un état d'esprit insupportable, une véritable psychose de guerre » : 300 étudiants ont réquisitionné un amphithéâtre pour une projection de films sur le Vietnam, refusant de céder la place au professeur d'histoire, René Rémond. D'autres, casques à la ceinture, installés sur le toit, ou armés de fronde montent la garde, car Occident aurait "annoncé qu'il viendrait en force ce jour-là", constate l'envoyé du Monde[151].

La bagarre du 23 avril à Nanterre avait été suivie le 25 avril à Toulouse par l'attaque à coups de fumigènes d'une réunion dans un amphitéatre où s'exprimait le nanterrois Daniel Bensaïd. La résistance des étudiants barricadés dans l'amphitéâtre, au nom de la liberté d'expression, donne naissance au Mouvement du 25 avril et suscite dès le lendemain une couverture importante de la presse. Le ministre de l'Éducation nationale réagit immédiatement: il réunit plusieurs doyens à la Sorbonne le samedi 27 avril et convoque celui de Toulouse à Paris. À 20 heures sur France-Inter (ORTF), Jean-Pierre Elkabbach présente Daniel Cohn-Bendit comme « un des principaux responsables des étudiants d'extrême-gauche » en mentionnant sa libération, avec un court portrait flatteur mentionnant qu'on avait « beaucoup remarqué les réunions qu'avait présidé » ce jeune homme et le présentant comme un militant de l'UNEF, et « l'un des seuls à pouvoir imposer le silence au cours des réunions »[152].

L'avant-veille à Nanterre, d'autres violences ont visé cette fois Pierre Juquin, invité à une réunion-débat des étudiants communistes dans un amphithéâtre. Cohn-Bendit avait convenu avec les maoistes de l'UJCml qu'il lui poserait des questions sur les articles hostiles de L’Humanité concernant Nanterre, ces derniers ne le chassant que s'il refuse de répondre [153]. Pierre Juquin visite d'abord le doyen, dans son bureau[154], puis est interpellé par Daniel Cohn-Bendit dans l'amphitéâtre[154]. Au bout de quelques minutes de battements de pieds et huées, les maoistes montent à l'assaut de la tribune, le forçant s'échapper par la porte de derrière[154].

Dans un autre débat, une demi-heure plus tard à Nanterre[155], Daniel Cohn-Bendit se pose cette fois en défenseur de la liberté d'expression, lorsqu'un militant du CLER interrompt André Gorz, en laissant entendre devant les journalistes que sans sont intervention il aurait pû empêcher de parler Laurent Schwartz. La séquence ne sera rapportée que deux semaines plus tard, dans Le Monde du 7 mai, lors de la comparution de Cohn-Bendit devant une commission de discipline à La Sorbonne[155], dans un article montrant que ce militant était isolé, le CLER ayant peu de militants à Nanterre[68] et étant surtout actif à l'UNEF-Sorbonne en philosophie, psychologie et espagnol avec Claude Chisserey et Charles Berg[132].

Les leaders maoistes de l'UJMCL sont tous à Nanterre le lendemain et surlendemain, Roland Castro le 26 avril pour faire son autocritique, Serge July et Jacques Rémy (sociologue) le lendemain [156]. Le 30 avril, le secrétariat du PCF demande à Georges Marchais d'entendre Pierre Juquin et de réagir à son éviction par la force de Nanterre dans un article dans L'Humanité du 3 mai[133], qui sera reproduit intégralement, dès l'après-midi, dans Le Monde[157], qui titre sur un différend avec les "prochinois" du PCF, qui « n'a sans doute pas été insensible au fait que les " enragés " de Nanterre avaient, le 25 avril (...) empêché Pierre Juquin de prendre la parole devant les étudiants ».

L'article, paru le 3 mai, dérape en parlant, plus bas dans le texte, de « l'anarchiste allemand Cohn-Bendit »: « A l'Université de Nanterre, par exemple, on trouve : les "maoïstes", les "Jeunesses communistes révolutionnaires" qui groupent une partie des trotskystes ; le "Comité de liaison des étudiants révolutionnaires", lui aussi à majorité trotskyste ; les anarchistes ; divers autres groupes plus ou moins folkloriques. Malgré leurs contradictions, ces groupuscules – quelques centaines d'étudiants – se sont unifiés dans ce qu'ils appellent "Le Mouvement de 22 Mars – Nanterre" dirigé par l'anarchiste allemand Cohn-Bendit »,[158].

Entre-temps, le , des ouvriers de Renault-Billancourt occupent spontanément leurs ateliers et la CGT procède au premier défilé de rue depuis qu'il avait été interdit en 1954 à causes des affrontements à l'aube de la Guerre d'Algérie [159] et remplacé par un rassemblement à la Pelouse de Reuilly [160]. La CFDT s'y joint dans certains villes comme Toulouse, Clermont-Ferrand[159] ou Marseille, via un défilé unitaire. A Paris, Cohn-Bendit rejoint avec un drapeau noir la centaine de trotskistes et maoïstes qui s'insèrent de force au milieu du défilé, mais sont expulsés par le service d’ordre de la CGT [4] au prix de 17 blessés, selon le rapport du préfet de police[159].

Le 2 mai, Jean-Marie Le Pen[161], l'éditorialiste de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute a écrit : « Ce Cohn-Bendit, parce qu’il est juif et allemand, se prend pour un nouveau Karl Marx » [162],[163] et affirme qu'il « doit être pris par la peau du cou et reconduit à la frontière sans autre forme de procès »[161].

En réaction, le slogan « Nous sommes tous des Juifs allemands » apparaîtra le 23 mai dans une manifestation contre l'expulsion de Daniel Cohn-Bendit[164], détournant la formule de Minute[165]. L'une des 415 affiches de Mai 1968 prendra aussi sa défense, sans référence de nationalité ou religion[166]. C'est la seule des 415 affiches de Mai 68 non collées dans la rue par les étudiants[167].

Le 2 mai, 300 étudiants ont réquisitionné un amphithéâtre pour une projection de films sur le Vietnam, refusant de céder la place quand le professeur d'histoire, René Rémond arrive à 15 heures. Sur la porte, une affiche lui apprend que son cours « n'aura pas lieu ». L'enseignant et les étudiants qui le suivent reçoivent une grèle de boulons puis un banc dans les jambes de René Rémond quand il tente d'entrer[43].

En début de soirée, Jean Roche (recteur) arrive de La Sorbonne, mandaté d'urgence par le ministre Alain Peyrefitte et à 19 heures, le doyen Pierre Grappin ferme l'Université de Nanterre, comme les 29 et 30 mars, en dénonçant « un état d'esprit insupportable, une véritable psychose de guerre »: des étudiants, casques à la ceinture, installés sur le toit, ou armés de frondes géantes montent la garde, car "Occident" aurait "annoncé qu'il viendrait en force ce jour-là", constate l'envoyé du Monde[151]. Menés par leur leader Robert Linhart et Roland Castro, ils creusent une tranchée sur le campus[168]. Huit étudiants parmi lesquels Daniel Cohn-Bendit, Jean-Pierre Duteuil et René Riesel sont convoqués pour un conseil de discipline le 6 mai, sans notification des motifs[150] et le 7 mai, le PCF devra mettre de l'eau dans son vin, par un communiqué du Bureau Politique reconnaissant la « légitimité du mouvement étudiant » [133].

Les quatre semaines de Mai 68, dont trois à ParisModifier

Le vendredi 3 mai, 200 personnes à 400 personnes[59] participent à un meeting de plusieurs organisations (UNEF PSU, UEC, JCR, FER[169] dans la cour de la Sorbonne. À plusieurs reprises déjà, les étudiants s'y sont réunis pour protester contre la Guerre du Viêt Nam[170]. Le Mouvement du 22 mars n'est pas cité[171], mais Cohn-Bendit est l'un des deux orateurs observés de 12 heures à 12h40[59]. Dans la cour, environ 150 jeunes tiennent de nouveau meeting à 14 heures[59], puis une vingtaine sont casqués et munis de barres en bois provenant de tables et chaises[59]. «On ne se défend pas par la parole contre le mouvement Occident», se défend Daniel Cohn-Bendit, au micro d'un reporter de l'ORTF[172]. Des militants d'Occident, ont été repérés près du Jardin du Luxembourg par la police qui semble les encourager à continuer[43]. Mais ils préfèrent éviter la Sorbonne, soucieux d'éviter « un massacre généralisé » et un coup de filet policier contre à la fois l'extrême-droite et l'extrême gauche, indiquera le secrétaire général d'Occident, Philippe Asselin, à Jean Bertolino, reporter du quotidien La Croix[173].

Vers 15 heures, la police bloque les entrées de la Sorbonne[59]. À 15 h 35, le commissaire du Ve arrondissement reçoit l'ordre d'expulser les étudiants[59]. "On était tellement farfelu qu'on pensait s'échapper par les toits, alors que la FER parlementait", racontera Cohn-Bendit[29]. À 16 h 40, après une heure de discussions avec les étudiants, dans un calme étrange[172], la police laisse sortir les filles mais pousse les garçons vers des fourgons de police[171], au motif effectuer un contrôle d'identité au commissariat[170]. Selon certaines sources la décision vient du recteur Jean Roche, en l'absence du secrétaire général de La Sorbonne[170]. Selon d'autres, le recteur l'a prise en accord avec les ministres de l'Intérieur et de l'Education [174],[128],[43], et a transmis un ordre écrit au préfet de police Maurice Grimaud[43].

Un premier convoi de trois cars quitte la Sorbonne sans difficulté vers 17h10[59], mais à 17H15 un pneu du second convoi est crevé par les étudiants, qui se sont progressivement amassés dehors, ayant vu les policiers rentrer une heure et demie plus tôt. Des grenades lacrymogènes servent à dégager les deux cars[59]. Un pavé blesse à la tête un des conducteurs[170] et Roland Castro parvient à s'échapper avec d'autres étudiants. Les policiers tentent de les rattraper, y compris l'un qui se serait caché dans une voiture, suscitant la colère des passants. Une mini-barricade avec des grilles d'arbres est érigée en travers du Boulevard Saint-Michel. C'est la première « journée de mai ». Selon Le Monde, qui traite la crise pour la première fois en première page : 1 500 policiers ont affronté 2 000 étudiants, jusque vers 22 h 30, et 27 des 596 interpellés sont toujours détenus[171]. Pour la première fois les étudiants ont lancé le slogan « CRS égal SS », même s'il n'y avait pas encore de CRS présents [175]. Jacques Sauvageot] et Daniel Cohn-Bendit, mis dans la même cellule, ne participent pas. Ils font connaissance pour la première fois et sont relâchés le lendemain samedi, qui voit une manifestation « Libérez nos camarades », interdite, réunir entre 4 000 et 4 500 étudiants autour de la Sorbonne[176].

Dès le lendemain matin, le recteur Jean Roche reçoit les professeurs et maîtres de conférence Chevalley, Devillers, Dixmier, Krivine, Lacombe, Malgrange, Motchane et Schwartz, des Facultés des Sciences de Paris et Orsay, qui condamnent l'intervention de la police[177]. Puis vingt professeurs des facultés des sciences de Paris et Orsay signent aussi un texte condamnant la répression[177].

Au cours du week-end, onze étudiants sont condamnés à de la prison via des procédures expéditives. Sept, dont une fille, sont dès le samedi condamnés à du sursis par la 10e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour avoir été interpellés près de Nanterre avec des manches de hâche ou des boulons[178], et le 5 mai[177] le tribunal siège un dimanche ce qui « ne s'était pas vu depuis fort longtemps »[179]. Quatre manifestants arrêtés lors de l'émeute du 3 mai au soir sont condamnés à deux mois de prison ferme[177]: Marc Lemaire (aide-chimiste), Jean Clément (licencié en lettres), Guy Marnat Damez (étudiant en kinésie) et Yves Lescroart (étudiant à l'Institut d'art et d'archéologie) [180]. Aucun des quatre n'avaient d'activité politique et ils ont démenti les faits reprochés. Ces condamnations déclenchent un appel immédiat de l'UNEF à manifester le lundi 6 mai[177]. Au cours du procès, Roger Grosperrin, sous-directeur à la préfecture de police de Paris, déclare qu'il a fait effectuer les arrestations du 3 mai dans la Sorbonne sur ordre[181].

Le lundi 6 mai à 9 heures, commence aussi le conseil de discipline à la Sorbonne. Le journaliste Gilles Caron y prend une photo — devenue par la suite célèbre — de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS devant la Sorbonne, qui sera publiée dans Paris-Match du 18 mai, avec six pages sur la nuit des barricades et 15 pages sur le 6 mai[182]. Quand Gilles Caron et Jean Durieux, autre reporter reviendront de la visite en Roumanie du président Charles de Gaulle le 18 mai [183], Daniel Cohn-Bendit croisera Jean Durieux dans le hall de Paris-Match et lui demandera : « Je dois aller en Allemagne. Tout de suite. Je n’ai pas de voiture. Tu m’emmènes ? », ce qui sera accepté[184]. Les étudiants, sont défendus par Henri Leclerc, avocat de l’UNEF, et trois professeurs de Nanterre, Henri Lefebvre, Alain Touraine et Guy Michaud[185]. Ils sortent vers 13 heures, la décision est attendue le 10 mai.

Le soir, 4 000 à 5 000 manifestants parcourent Paris pour demander la libération des 27 étudiants toujours détenus depuis le 3 mai. À leurs côtés, les célèbres professeurs de mathématiques Laurent Schwartz et Claude Chevalley. Les affrontements avec la police prennent parfois « l'allure d’un combat de rues » avec 482 arrestations, dont 31 maintenues. Du coup, mot d'ordre de grève illimitée du SNESup et de l'UNEF, qui lance un appel à manifester à nouveau le mardi soir 7 mai[186]. Plus de 60 000 étudiants y répondent dont 25 000 à Paris[187], jour d'une assemblée commune UNEF-Snesup qui fixe trois points non-négociables libération des étudiants arrêtés, retrait des policiers de Nanterre et de La Sorbonne et leur réouverture[188]. Le ministre de son côté exige l'arrêt des manifestations en échange[188].

Le lendemain 8 mai, avec 200 000 personnes dans toute la France[189], l'UNEF réussi une démonstration de force, en particulier en province, mais il n'y "aucune libération des détenus"[189]. Son appel à une manifestation le surlendemain, le 10 mai, est relayée par les comités d'action lycéen[189], qui s'associent à la création du journal Action[189]. Entre-temps, Alain Geismar vient le 8 mai à Nanterre, comme Roland Castro le 26 avril, faire son autocritique, « en pleurant car l'UNEF, avait dit :Tout le monde rentre à la maison, et des milliers de types se sentaient dépossédés » et invite Cohn-Bendit aux réunions au siège du SNESsup "transformé en quartier général du mouvement" racontera Cohn-Bendit en 1975 dans Le grand bazar[190]. Geismar y reçoit aussi Serge July, Félix Guattari et Roland Castro[68], autres militants du Mouvement du 22 Mars l'ayant rejoint[191],[192].

Le lendemain, jeudi , il n'y a pas de manifestation mais à 18 heures, Georges Séguy et Eugène Descamps, dirigeants de la CFDT et de la CGT, rencontrent Jacques Sauvageot et le lyonnais Henri Rouilleault, du bureau national de l'UNEF[193], dans la Sorbonne où un meeting se tenait depuis 4 heures en présence de Louis Aragon[194] pour préparer une manifestation commune. Jacques Sauvageot exige la présence d'Alain Geismar, ce que la CGT ne souhaite pas[194]. Ce dernier propose de se retirer mais sa présence est finalement acceptée[194]. La réunion ne débouche sur aucun accord immédiat[194], d'après Henri Rouilleault. Au même moment, devant le bâtiment, un « dialogue assez violent oppose » Daniel Cohn-Bendit à l'écrivain communiste Louis Aragon, hué par certains étudiants, mais applaudi par d'autres, rapporte Le Monde[195]. « Tu as du sang sur tes cheveux blancs ! »[85], lui lance au mégaphone Daniel Cohn-Bendit, en lui refusant la parole[196], sous les yeux d'André Glucksmann qui fait sa connaissance. Sommé de s'expliquer sur l'article de L'Humanité, Louis Aragon rappelle qu'il est venu annoncer un numéro des Lettres françaises consacré aux étudiants, pour leur amener « le maximum d'alliés »[195]. Le Monde confirme que l'UNEF a demandé aux confédérations une manifestation centrale, la FEN et la FNEF des « mesures d'apaisement », tandis la CGT affirme sa « solidarité avec les étudiants et enseignants » et la CFDT son « soutien à l'UNEF »[197].

Le lendemain démarre la première Nuit des barricades de Mai 68 dans la soirée du 10 mai au 11 mai. vers 18h30, un cortège de 10 000 manifestants[198] vient d'englober celui des lycéens part "à l'hôpital Saint-Antoine !" vérifier n’y a pas eu de morts lors des précédentes manifestations[198] puis scande "à l'ORTF !" pour protester contre la couverture média[198], mais apprend que la rive droite est bloquée par CRS pour protéger les Champs-Élysées. Le « service d'ordre de l'UNEF encadre très étroitement les manifestants et fait une haie » lorsqu'il passe devant des lignes de CRS casqués, qui « font, de leur côté, preuve de sang-froid » et « ne réagissent pas aux invectives », selon les strictes consignes « données de ne répondre à aucune provocation sous quelque forme que ce soit »[199]. Vers 21 heures, la première barricade est dressée à travers la rue Le Goff, d(autres suivent rue Royer-Collard, rue Saint-Jacques, rue des Irlandais, rue de l'Estrapade, angle des rues Claude-Bernard et Gay-Lussac, puis celui des rues Saint-Jacques et des Fossés-Saint-Jacques[199].

Juste avant, à 19H45[200], la direction de l'ORTF, sur demande du gouvernement[200], prend la décision de supprimer l'émission de reportages Panorama, diffusée tous les vendredis à 20H30 et qui a pour la première fois a préparé des images des précédentes manifestations[198], en donnant en plus la parole, pour la première fois aussi, aux deux leaders syndicaux Jacques Sauvageot (UNEF) et Alain Geismar (SNESup). L'ORTF remplace ce reportage, au pied levé, par un autre sur les notaires. Mais dès que les barricades s'érigent, Jacques Sauvageot et Alain Geismar sont invités à s'exprimer sur des radios privées, qui sont aussi vivement critiquées par les manifestants[201].

Le vice-recteur Claude Chalin dialogue ainsi en direct avec Alain Geismar sur RTL, à 22 heures 10 puis à 22 heures 50[201]: il est prêt à le rencontrer, dans le lieu qui lui convient, mais Geismar l'avertit: "ce n'est pas la peine que vous vous dérangiez", si aucune amnistie prévue, dit-il. Chaslin lui répond qu'il va prendre contact avec le ministre de l'Éducation Alain Peyrefitte. Le rédacteur en chef Jean-Pierre Farkas interrompt la conversation[202],[203] car il a reçu une injonction d' Alain Peyrefitte : « Dites à votre ami Farkas de cesser de radioguider les manifestants, il nous complique la tâche »[204],[205],[201].

Jacques Sauvageot dit la même chose au même moment qu'Alain Geismar, mais sur Europe 1[199]. Jacques Monod et François Jacob, prix Nobel, téléphonent au ministre, sans parvenir à la convaincre[206]. C'est le ministre qui téléphone à Chaslin pour le rappeler à l'ordre[207] à Louis Joxe, en allant le rencontrer au ministère de la Justice [207]. À 22 h 05, un communiqué du recteur Jean Roche (recteur) propose à son tour de recevoir les représentants des étudiants[199]. L'information est répétée à minuit[199], en précisant qu'il a téléphoné à Alain Peyrefitte[199].

Peyrefitte demande parallèlement à Alain Touraine, son ex-condisciple à l'École normale supérieure, de retrouver Cohn-Bendit. Le professeur l'inclut alors dans une délégation de trois étudiants, composée aussi de trois professeurs, Jean-Loup Motchane, de la Faculté des sciences de Paris, Paul Lacombe, de celle d'Orsay et Paul Bacquet, de la Sorbonne. Au barrage policier, rue Soufflot, le commissaire laisse passer le groupe vers 23 heures, mais pas Cohn-Bendit. Pour une raison inconnue, Touraine attend près d'une heure pour qu'il passe aussi[208], ce qui permet à Europe 1 de les voir et d'annoncer que le recteur négocie, laissant espérer aux étudiants sur les barricades une "victoire" peut-être même avant le dernier métro. L'autorité académique étant immédiatement ridiculisée, car la sanction du Conseil de discipline contre Cohn-Bendit doit être annoncée le soir même[209], Touraine expliquera que l'entrevue était une initiative spontanée, prise après avoir rencontré par hasard l'étudiant. À une heure du matin Alain Peyrefitte rencontre James Marangé et Jean Daubard[210], leaders de la Fédération de l'Éducation nationale et du Syndicat national des instituteurs[210] et accepte une réunion avec eux, l'UNEF et le SNESup[210] mais le dimanche 12 mai.

Le lendemain samedi , James Marangé appelle Geismar et Sauvageot à 9 heures, pour les inviter boire le champagne[210] dans son bureau car le ministre vient d'accepter pour la première fois de les recevoir ensemble[210] alors que l'UNEF était persona non grata depuis des années. Sauvageot explique qu'il doit cependant consulter le bureau de l'UNEF [210], qui décline l'offre un peu avant midi[210],[188], car les deux ministres demandent en contrepartie l'arrêt des manifestations[210] , [188]. L'émotion est alors à son comble à cause de la Nuit des barricades, ses centaines d'arrestations et ses violences policières perpétrées à partir de 2H du matin. En province, des manifestations s'improvisent comme celle appelée, dans un tract matinal, pour midi par le Mouvement du 11 mai à Marseille. «Halte à la répression» titre en très gros caractères sur toute la "Une" une édition spéciale du 11 mai 1968 de l'Humanité, sur une seule page[211], en format quotidien, recto-verso, diffusée des onze heures du matin, en appelant à une riposte massive et la convocation du parlement[212]. Ses vendeurs à la criée sont assaillis d'acheteurs[211].

Lors de Télémidi, les images de l'ORTF sur les violences policières ont "bouleversé la France entière". La CGT lance un appel à la grève générale insistant sur la solidarité étudiants-ouvriers[192], repris par le SNESup l'UNEF, la CFDT, la FEN et Force ouvrière[192].

Les syndicats se retrouvent à la Bourse du travail pour organiser cette grève générale du lundi [194]. La discussion du 9 mai reprend. Geismar insiste pour que Cohn-Bendit soit en tête du cortège avec les leaders syndicaux, qui eux n'en voulaient pas en raison du climat de violence à Nanterre des précédentes semaines[192]. Jacques Sauvageot doit tenir compte de sa majorité fragile au sein de l'UNEF, menacée par la montée de la droite et du CLER: il a besoin des JCR, avec qui le PSU est allié à Toulouse ou Nanterre, alors qu'à Marseille le PSU est contre lui, et doit faire preuve de fermeté par rapport au PCF depuis l'assemblée de Colombes.

Après hésitation, il accepte la présence de Cohn-Bendit, mais pas la CFDT et la CGT. Les tractations durent de 10h à 18h [192],[213], interrompues par le passage de Sauvageot à la FEN et de 11h à 14h par la conférence de presse[214] qu'il donne à la Sorbonne pour réagir à la Nuit des barricades. Pour lui donner plus de poids, un représentant des Comités d'action lycéen[214] est pour la première fois présent, le jeune Michel Recanati. Daniel Cohn-Bendit insiste pour y être aussi, disant craint les « tentatives de récupération du mouvement »[29] et faisant surtout valoir qu'il est le seul à avoir pu parler la veille à minuit, au recteur de Paris, qui a eu au téléphone le ministre de l'Éducation Comités d'action lycéen[214]. C'est lors de cette conférence de presse qu'est né le concept des "trois leaders", Jacques Sauvageot, Alain Geismar et Daniel Cohn-Bendit expliquera ce dernier dans son livre de 1975 "Le grand bazar". Une photo de l'AFP coupe la quatrième personne présente, Michel Recanati, présent sur un autre cliché du même jour, du photographe Bernard Perrine[215].

C'est cependant Sauvageot qui parle, car la conférence est une « Mise au point des organisateurs de la manifestation » de la veille [214], l'UNEF et Snesup, pour démentir les propos des ministères de l'Intérieur et de l'Éducation sur l'irresponsabilité des étudiants. Le Monde ne cite pas Cohn-Bendit[214] mais Sauvageot, qui dénonce un assaut policier « sans préavis et sans les sommations habituelles », des grenades contenant un gaz dangereux « interdit par la Ligue des droits de l'homme », des barricades « incendiées par la police » et enfin une « ratonnade, plus rapide et plus brutale que celle qui avait eu lieu à la faculté d'Alger » des années plus tôt[214]. Alain Geismar, de son côté, ridiculise l'accusation de « non-respect de l'ordre de dispersion » car à 3 heures du matin « le quartier Latin était transformé en une véritable souricière »[214].

Jacques Sauvageot et Alain Geismar sont les héros du jour : non seulement ils ont animé la soirée par un dialogue très ferme avec le recteur, en direct sur les ondes des deux grandes radios privées, évitant peut-être le pire mais sans céder, mais on vient aussi d'apprendre que les journalistes de l'ORTF se rebellent pour la première fois. Ce samedi matin, plusieurs de leurs communiqués dénoncent la censure la veille de l'émission Panorama[216], dans laquelle Sauvageot et Geismar avaient réussi à se faire interviewer témoigné et que les deux leaders aussi parlé aux reporters d'une autre émission télé, "Zoom", annoncée et programmée pour le mardi 14 mai.

Le gouvernement et l'ORTF réagissent alors immédiatement : l'ORTF reprogramme, pour 20 heures 30 l'émission Panorama annulée la veille. Mais il hésite : elle est finalement diffusée sans la séquence étudiante et les interviews de Sauvageot et Geismar, ce qui contribuera à la colère croissante des journalistes de l'ORTF.

À 23 heures, le Premier ministre Georges Pompidou, qui vient de revenir en France après un voyage recule soudainement : il accorde dans une allocution radiodiffusée tout ce que demandait l'UNEF : les amnisties et les réouvertures d'université, dans l'espoir d'apaiser.

Entre temps, il a finalement été décidé le samedi après-midi entre l'UNEF, la CGT et la CFDT que "tout le monde défile ensemble" le 13 mars, y compris Cohn-Bendit et Michel Recanati, derrière un "mot d'ordre commun"[192] ("Dix ans ça suffit!"), car pour la première fois depuis le retour au pouvoir de Charles de Gaulle en 1958[192], le régime est remis en cause[192], expliquera Alain Geismar[192].

La manifestation du 13 mai s'annonce un énorme succès. La convergence des étudiants et des syndicats ouvriers inquiète le gouvernement. Face au basculement rapide de l'opinion publique en leur faveur, Daniel Cohn-Bendit apparaît à la presse conservatrice et au gouvernement comme un recours. Le Figaro, qui quelques jours posait la question «étudiants, ces jeunes ? ils relèvent de la correctionnelle plutôt que de l'Université»[217] considère dès le 13 mai que la colère étudiante est justifiée, sous la plume de son éditorialiste André François-Poncet[127], tandis que le journaliste Jean Papillon dit son admiration pour Daniel Cohn-Bendit et ajoute : « Si le Mouvement du 22 Mars a pu prendre naissance en milieu estudiantin, c’est en partie parce que les organisations syndicales étaient en perte de vitesse »[127]. Le soir du défilé, Daniel Cohn-Bendit déclare lui-même aux journalistes, en allusion à la CGT : « Ce qui m’a fait le plus plaisir cet après-midi, c’est d’avoir marché en tête d’un défilé où les crapules staliniennes étaient à la remorque »[4].

Le soir du 13 mai, l'ORTF annonce un nombre de manifestants encore plus bas que le ministère de l'intérieur. Dans l'après-midi, la direction de l'ORTF s'est réunie pour visionner l'émission "Zoom", prévue pour le 14 mai, qui a été remontée pour mettre en valeur plusieurs interviews de Daniel Cohn-Bendit[218]. Lui et son ami proche Olivier Castro deviennent les « héros » du reportage, selon l'historien Jean-Pierre Filiu[218], tandis que Jacques Sauvageot et Alain Geismar n'y figurent plus.

Il est cependant question de les invite sur le plateau d'un débat qui doit avoir lieu après le reportage. Le suspense dure jusqu'à quelques heures avant la diffusion, rapporte Le Monde, qui évoque la colère des réalisateurs. Le débat est enregistré en différé et Daniel Cohn-Bendit est présent dans les studios pendant son enregistrement, même s'il n'y participe pas.

L'ORTF décide aussi d'improviser une Tribune de l'Université, un débat pour la première fois en direct, qui réunit trois journalistes de presse écrite, face à Jacques Sauvageot et Alain Geismar. Elle décide d'y inviter troisième 'représentant' des insurgés, Daniel Cohn-Bendit, présenté comme le leader du "Mouvement du 22 Mars". Le gouvernement espère des excès qui mettraient l'opinion contre les contestataires : « Il est très vite apparu que ce débat pouvait se situer dans la ligne de la tactique gouvernementale : discréditer les trois " pétroleurs ", ainsi que les a nommés M. Couband; montrer à l'opinion bien pensante qu'on avait affaire à des " enragés », l'apparition quelques instants après de Georges Pompidou, en Premier ministre pondéré annonçant des renforts pour protéger l'ORTF et la Tour Eiffel suffisant selon Le Monde « amplement à confirmer cette interprétation »[219].

Entre-temps, le mardi 14 mai à Nanterre, il intercepte dès son arrivée en cours Alexandre Micha, professeur de littérature française, qui a publié le vendredi 10 mai dans Le Monde une lettre le dénonçant comme faisant partie des « petits voyous qui se disent étudiants » et à qui « les travailleurs du 1er mai leur ont administré une fessée : tout ce qu'ils méritaient »[220]. Cohn-Bendit mène de force le sexagénaire à une tribune où il subit les foudres d'un « tribunal populaire » et le menace du poing avant d'être stoppé par un enseignant pourtant proche du "22 mars" qui couvre sa voix en criant « aucun enseignant n'a à être mis en accusation publique pour ses opinions »[221].

Quelques heures avant la diffusion de Tribune de l'Université, lors d'une conférence de presse des Comités d'Action Lycéens, du Comité de Grève du CNRS et du Mouvement du 22 Mars, Alain Geismar annonce : « nous allons manifester notre solidarité avec le personnel, les journalistes et les techniciens de I'ORTF. On a tenté de minimiser notre mouvement, de le ridiculiser »[222] et diffuse un tract réclamant la « liberté d'expression à l'intérieur de l'ORTF pour ceux qui luttent » et appelant à une manifestation le lendemain 17 mai à 19 heures devant les studios de la Rue Cognacq-Jay[222] mais vers 21 heures la CGT dénonce violemment cette initiative, d'autant qu'une assemblée générale des salariés de l'ORTF vient d'être convoquée pour le lendemain et vers minuit, l'UNEF et le SNESup s'en désolidarisent, pour la transformer en "marche" du Quartier Latin à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt. La presse se fait l'écho du débat avec plus de discrétion que pour celui du 14 mai pourtant diffusé sur la deuxième chaîne, moins regardée, car, malgré l'absence de réel dérapage, « certains la perçoivent comme une disqualification des étudiants auprès de l'opinion publique »[223].

Dans Paris Match du 18 mai, paraissent les premières photos de presse de Daniel Cohn-Bendit, datant du 11 mai et surtout du 6 mai, que l'hebdomadaire n'avait pas publiée dans son numéro précédent, en particulier celle de Gilles Caron à la Sorbonne, . Dans la foulée, le Nouvel Observateur décide de le faire interviewer par Jean-Paul Sartre pour son numéro du 20 mai.

Entre-temps, les 14 et 17 mai 1968, Jacques Sauvageot a pris l'initiative de donner des interview conférences de presse seul, en tant que leader de l'UNEF[224] ,[225].

La dernière intervention de Daniel Cohn-Bendit concerne l'occupation du théâtre de l'Odéon dans la nuit du 15 au 16 mai, opération dont l'UNEF et le SNESup se désolidarisent. Lors des événements et des affrontements de mai, Daniel Cohn-Bendit est à la fois agitateur et conciliateur, évitant, par un accord tacite avec le préfet de Paris Maurice Grimaud, toute effusion de sang[4].

Saint-Nazaire, Berlin, Amsterdam et la déclaration sur les morts au Quartier LatinModifier

Il prend alors un peu de distance avec le mouvement parisien, partant d'abord à Saint-Nazaire où son frère Gabriel est professeur d'allemand, et croise Juvénal Quillet, qui avait animé le mouvement dans les résidences universitaire de Nantes en 1967 lors d'un rassemblement sur la plage[226].

Le 20 mai sort Le Nouvel Observateur dans lequel Jean-Paul Sartre l'interroge sur le « programme » et les « objectifs » à long terme des étudiants, mais ce dernier refuse catégoriquement qu’il y en ait, car « définir un programme » serait selon lui « inévitablement paralysant », et car « ce désordre […] permet aux gens de parler librement »[227]. Il indique : « Personne chez nous n’a lu Marcuse. Certains lisent Marx, bien sûr, peut-être Bakounine, et, parmi les auteurs contemporains, Althusser, Mao, Guevara, Henri Lefebvre. Les militants politiques du Mouvement du 22 mars ont à peu près tous lu Sartre »[228].

Le lendemain, après que le gouvernement belge lui ait interdit l'accès du territoire[229], il part pour l'Allemagne et les Pays-Bas, avec une équipe de Paris-Match, d'abord à Berlin, où il déclare que 5 à 11 personnes viennent d'être tuées dans des bagarres avec la police à Paris[230]. Cette déclaration est rapportée par Le Monde du 23 mai 1968, qui juge ces accusations « d'autant plus légères qu'elles sont graves »[230], dément catégoriquement auprès des hôpitaux et cliniques privées[230] et juge « invraisemblable que ceux-ci aient réussi à les camoufler »[230] et « encore plus incroyable d'imaginer que les familles aient consenti à se taire »[230].

Le lendemain à Amsterdam, il parle à nouveau du décès d'une jeune fille et déclare que son but « est non seulement de faire tomber le gouvernement de Gaulle, mais aussi tout le système. »[231]. Le Monde rapporte qu'il a fait un cours sur la « sociologie moderne » à l'Université libre d'Amsterdam[231], dont l'occupation a été désapprouvée par la majorité des étudiants venus plus tôt l'écouter au cinéma « Le Capitole »[231]. Lassé des discussions en néerlandais, qu'il ne comprend pas, Daniel Cohn-Bendit a alors renoncé au voyage à Eindhoven qu'il avait projeté, selon le journal[231].

À cette occasion, une déclaration sur le drapeau français (« il faut le déchirer pour en faire un drapeau rouge ») crée une nouvelle polémique dans la droite française.

Arrêté d'expulsion ()Modifier

Le 21 mai, il est frappé en tant que ressortissant étranger par un arrêté d'expulsion du ministre de l'Intérieur ; il en est informé alors qu'il se trouve à Francfort. La notification officielle a lieu lorsqu'après un meeting à Sarrebruck, il se présente à la frontière à Forbach, accompagné de plusieurs dizaines d'étudiants allemands et français.

Le 28 mai, il parvient à revenir à Paris sous un déguisement avec également une teinture pour cacher la couleur de ses cheveux[232], et assiste à une conférence de presse à la Sorbonne, dont France-Soir fera un gros titre : « Daniel Cohn-Bendit: je veux renverser le capitalisme ».

Il passe ensuite quatre jours en France, participant même à une manifestation, puis décide de quitter le territoire. Tous ces trajets ayant été effectué grâce à l'aide de l'actrice Marie-France Pisier qui l'avait caché dans sa voiture[233] ; il passera ensuite avec elle une période de vacances en Sardaigne.

Le Mouvement du 22 mars est dissous le 12 juin, comme les autres groupes gauchistes. Quelques jours après, il participe à une émission de télévision à Londres, avec d'autres militants (Alain Geismar...). Le gouvernement anglais lui a d'abord accordé une autorisation de séjour de 24 heures, puis, devant la menace de boycott de l'émission, de deux semaines.

"Cohn-Bendit, est le fils d'amis très proches" écrit Hannah Arendt un courrier du 13 juin 1968 à des amis parisiens, sans savoir qu'il est en Allemagne, pour lui proposer son aide[13].

Été 1968Modifier

Il passe ensuite six semaines[234] à écrire, avec Jean-Pierre Duteuil et Gabriel un livre commandé par les éditions du Seuil et les éditions Rowohlt : Le Gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme. "La mise en avant du nom de Cohn-Bendit" par les médias durant Mai 68 "est si bien orchestrée, que nous n’avons plus besoin d’aller supplier un éditeur", y raconte-t-il[235]. Les trois-quarts du texte ont été copiés dans des revues et rédigés en six semaines pour satisfaire à la commande de l'éditeur[234].

Le livre se signale par le choix de citations et « l'absence de toute prétention à l'originalité théorique » observe la critique en sociologie[236].

Dès le mois d'août, en plein été, l'Agence France-Presse titre sur Mai 68 devenu « un sujet littéraire » et dénombre une quarantaine de publications[237], parfois même qui servent de soutien au coup d'envoi de nouvelles collections se voulant dans l'air du temps, comme "Contestations" (Robert Laffont), "le Cours nouveau" (10-18)[237]. L'AFP note au même moment que « déjà plusieurs comités d'action se sont insurgés contre l'exploitation commerciale et idéologique du mouvement de mai faite par certains éditeurs et ont dénoncé cette attitude qui, dans le principe même, va à l'encontre des idées défendues par le mouvement de mai »[237]. Certains livres reconnaissent le rôle important joué par Daniel Cohn-Bendit: « C'est un homme qui a des actes violents, mais je n'ai jamais vu un acte de Cohn-Bendit qui ne puisse être justifié politiquement... Ce qui me touche profondément chez un homme comme Cohn-Bendit, c'est cette croyance quasi mystique, mais profondément politique, en la démocratie athénienne », écrit son ami Alain Touraine dans le livre publié en août par Philippe Labro la lettre adressée par M. Grimaud, préfet de police, à ses troupes, condamnant les " violences illégitimes "

Alain Touraine estime en particulier que la révolte des étudiants annonce la forme nouvelle que prendront désormais les conflits sociaux.

Puis il s'installe à Francfort-sur-le-Main où il reçoit un mot de soutien de la philosophe Hannah Arendt, amie proche de ses parents, pour son action durant le mois de mai[4].

Du 31 août au , il participe au congrès anarchiste international de Carrare qui doit jeter les bases d’une internationale anarchiste. Il fait une intervention remarquée[238], mais peu appréciée de la majorité des militants quand il accuse le Movimiento Libertario Cubano en exil et la SAC anarcho-syndicaliste de Suède d’être financés par la CIA. Les libertaires « spontanéistes » qu’il représente quittent le congrès peu après[4].

Le 19 septembre, il participe à une opération du SDS dirigée contre Léopold Sédar Senghor, récipiendaire du Prix de la paix des libraires allemands[239]. La Foire du livre est bloquée ; arrêté, il est condamné à neuf mois de prison avec sursis[240].

Mouvement antiautoritaireModifier

En 1998, il déclare au Monde de l'éducation : « Il y a trente ans, j'ai incarné en France ce qu'on appelait en Allemagne « die antiautoritäre Bewegung » : le mouvement antiautoritaire. Parmi tous ceux qui se disaient révolutionnaires à l'époque, nous étions peu à nous réclamer du courant libertaire et nous avions à nous démarquer de tous les groupuscules léninistes d'obédience trotskiste ou maoïste. Et pourtant c'est bien ce souffle libertaire qui a traversé la France en mai 1968 et touché tous les milieux, et les avant-gardes autoproclamées. Les grands partis politiques furent un moment, comme les psychanalystes, mis au chômage technique. Ils retrouveront tous leur clientèle dans les jours tristes de l'après-mai[241]… »

Docteur honoris causa de l'université de NanterreModifier

En décembre 2014, 46 ans plus tard, il est fait Docteur honoris causa de l'université de Nanterre. Lors de la remise de son diplôme, Jean-François Balaudé, président de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, a reconnu le caractère paradoxal de la situation, « que le président de l’université de Nanterre entame l’éloge du plus célèbre et du plus important contestataire que notre université ait connu ». Dans sa réponse au « camarade-président », Daniel Cohn-Bendit a dédié son doctorat au footballeur brésilien Sócrates engagé dans le combat pour la démocratie dans son pays, mort en 2011, et au militant écologiste Rémi Fraisse victime en octobre 2014 d’une grenade offensive de la gendarmerie. Il a réaffirmé ses convictions européennes[242],[243]. Il a également rendu hommage au doyen de 1968, Pierre Grappin : « En 68, il y a eu des choses admirables ici même, mais aussi des paroles qu'il faut regretter. Dans le feu de l'action, le doyen de l'époque, Pierre Grappin, ancien résistant, a été traité de nazi. Le traiter de nazi, c'était ne pas savoir ce qu'étaient les nazis[244]. »

Vie à Francfort et tentatives de retourModifier

Alger, usine Opel, librairie et crèche autogéréeModifier

À Francfort, fin 1969, il s’associe à son ami Joschka Fischer pour fonder un sous-groupe local du SDS (Syndicat national des étudiants)[245], qui devient le groupe mao-spontanéiste Revolutionärer Kampf[29]. Fin décembre 1969, tous deux accompagnent le nouveau président du SDS, Udo Knapp à un congrès de solidarité avec l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Alger. Fischer devient alors dirigeant du journal du SDS, syndicat dissout peu après.

Avec une dizaine de militants de Revolutionärer Kampf, tous deux effectuent un court passage dans une usine Opel dont ils sont licenciés après une bagarre générale avec des syndicalistes lors d'une assemblée générale[246],[29], puis huit d'entre eux fondent la petite librairie associative qu'ils décident d'appeler Karl-Marx[29], près de l'université de Francfort[247], où Joschka Fischer prend commande de livres pour aller les voler ailleurs[247]. En novembre 1970, Bernard Kouchner, envoyé par le magazine Actuel signale dans reportage titré « Francfort sur gauchisme » qu'il vit en communauté dans un squat[248].

Depuis le décès de sa mère en 1963, il a hérité de l'appartement familial et touche un tiers de sa retraite[249]. Il parvient à en vivre jusque « vers 1973, avant de travailler dans un jardin d’enfants »[250]. De 1973 à 1974, il est ainsi aide-éducateur dans une crèche autogérée par les parents des enfants[251], où travaille aussi Ede Traut, la première femme de Joschka Fischer et un autre salarié, puis reprendra cette activité six ans plus tard. Occupant une aile du rez-de-chaussée de la maison des associations étudiantes, sur le campus de Francort[252], la crèche "Uni-Kita" a "commencé à parler de la sexualité des enfants", mais "le sujet ne monopolise pas" non plus les discussions", selon un de ses amis[252]. Les enfants ont 3 à 6 ans[247], deux habitent dans des maisons squattées[247] et lorsque Daniel Cohn-Bendit les amène à une manifestation contre les démolitions spéculatives d'immeubles, un journal local se déchaîne en l'accusant de manipuler les bambins par l'apprentissage de chansons subversives[247].

Liens avec Glucksmann et la Fraction armée rougeModifier

Parallèlement à cette vie militante à Francfort, il revient illégalement en France pour rendre visite à son frère en 1969 et à ses amis pendant une semaine en 1971[251]. Peu après, son ami André Glucksmann, dirigeant de J'accuse, journal du groupe maoïste Gauche prolétarienne (GP), lui rend visite en 1971[253] à Francfort, « pour discuter des gauches françaises et allemandes »[254]. André Glucksmann avait déjà rencontré en 1970 Andreas Baader[255], à qui Daniel Cohn-Bendit avait donné à l'automne 1969 l'adresse de Jean-Marcel Bouguereau à Paris[256]. Revolutionärer Kampf et la GP calquent leurs campagnes : squatt d'immeubles[29], à Francfort comme à Issy-les-Moulineaux, avec une milice pour les protéger[29], et actions spontanées contre l'emprise des syndicats de l'automobile, chez Opel comme chez Renault[29], qui se soldent en France par la mort du militant maoïste Pierre Overney en février 1972[257]. « Nos liens ont été constants, sans jamais de rupture […] Il venait me voir en Allemagne. »[258], selon Cohn-Bendit, qui lui a présenté à cette occasion Joschka Fischer[254],[253]. À l'automne 1971, Cohn-Bendit participe à la résistance armée contre la démolition d'immeubles à Francfort, dirigée par Joschka Fischer et Hans-Joachim Klein, qui va durer trois ans via la création de squats, tout en protestant contre la « militarisation » de ces actions[259].

En 1971, son groupe mao-spontanéiste "Revolutionärer Kampf" est rejoint par Hans-Joachim Klein, qui a rencontré la même année Hanna Krabbe, de la Fraction armée rouge, dans une communauté de la Lichtensteinstraße[260]. En 1973, Margrit Schiller, autre militante de la Fraction armée rouge, vient chercher refuge dans la maison où vivent Fischer et Cohn-Bendit et y petit-déjeune plusieurs fois avec eux[261],[262]. Elle a été condamnée par contumace en février à deux ans et trois mois de prison[263] après la fusillade du 25 septembre 1971, au cours de laquelle deux policiers ont été abattus.

Publication du Grand bazar et invitations à ApostrophesModifier

Autre ami proche de Daniel Cohn-Bendit, Jean-Marc Salmon, le principal coéquipier d'André Glucksmann à la tête des maoïstes de la GP à l'université expérimentale de Vincennes. Il l'aide à écrire Le Grand Bazar, son premier livre depuis Mai 1968, avec Maren Sell, journaliste allemande du quotidien Libération[29].

Ce recueil d'entretiens, réalisés à Francfort et rapidement écrits à Paris, apporte à Cohn-Bendit un contrat de travail salarié d'un éditeur français, utile pour la levée de sa mesure d'expulsion de 1968. Et surtout une invitation en avril puis en mai à Apostrophes[251], l'émission créée par Bernard Pivot en janvier 1975 lors de la très critiquée réorganisation de l'ORTF[264],[265]. Car la demande au nouveau président de la République Valéry Giscard d'Estaing de lever l'expulsion de 1968 a déjà échoué, malgré une rencontre d'octobre 1974 à la Foire du livre de Francfort avec le gaulliste Paul Granet, secrétaire d'État à la Formation professionnelle[266].

Dans une interview à Libération le 20 mai 1974, il estime que l'Élection présidentielle française de 1974 a « affaibli la droite et a renforcé les deux mouvements constitutifs de l'union des masses »[267], puis dans une autre au Monde le 9 octobre 1975, il se dit « ni marxiste, ni anarchiste et pas davantage maoïste » mais « dans le courant antiautoritaire, antihiérarchique, qui s'est développé à l'occasion de la guerre du Vietnam » et en faveur de « l'Autonomie », titre de la revue qu'il publie[251].

Visite à la prison d'Andreas BaaderModifier

Fin octobre 1974, Klaus Croissant, avocat du terroriste allemand Andreas Baader, a demandé au philosophe Jean-Paul Sartre de venir décrire ses conditions de détention[268]. Sartre a accepté le 5 novembre 1974. La justice allemande freine pendant un mois puis le laisse venir[269]. Cohen-Bendit et son ami Hans-Joachim Klein sont respectivement chauffeurs et interprêtes pour la conférence de presse de décembre 1974 où Sartre dénonce des conditions de détention "intolérables"[270]. Ils y sont photographiés avec lui et Klaus Croissant. Les accusations de Sartre sont violemment contestées par la presse allemande, photos à l'appui[268], y compris par l'incorruptible Der Spiegel[268]. Sartre avait reconnu n'avoir pas constaté de visu. Un peu plus tôt, l'écrivain Heinrich Böll avait visité plus discrètement Ulrike Meinhof, l'autre cerveau de la bande à Baader, qu'il avait tenté de convaincre de se rendre en 1972, peu après l'obtention de son prix Nobel de littérature.

En mars 1975, l'ami de Cohn-Bendit Hans-Joachim Klein est devenu militant du groupe terroriste RZ, dirigés par Wilfried Böse, qu'il fréquente depuis des mois. Tous deux vont à Paris[271], dans une cache d'armes du terroriste Carlos ayant servi à l'attentat du drugstore Publicis puis à la fusillade de la rue Toullier[272].

En avril puis en mai 1975, Daniel Cohn-Bendit est enfin invité à Apostrophes pour parler de son livre Le Grand Bazar, qui évoque aussi la question du terrorisme. Mais un visa lui est à nouveau refusé.

Polémique Hans-Joachim Klein dans son journalModifier

L'année suivante, il s'investit dans le journalisme. En août 1976, peu après le suicide d'Ulrike Meinhof, il publie un long article[273] reprenant le chapitre controversé, sur la pédophilie, de son livre Le Grand Bazar, qui fait la couverture[274]sensationnaliste du magazine mensuel Das dam, fondé en 1973 à Hambourg par Klaus Rainer Röhl (en), ex-mari d'Ulrike Meinhof, avec qui celui-ci dirigeait avant 1969 le réputé magazine culturel Konkret.

Publié jusqu'en 1979, Das dam mêle pornographie et textes gauchistes. Peu après Cohn-Bendit devient entrepreneur: il fonde en octobre 1976 Pflasterstrand[275], qu'il présente comme un « magazine de référence du milieu anarchiste à Francfort (Sponti-Szene) »[276].

Le 22 avril 1977, une nouvelle fois invité à Apostrophes, il participe à distance, via un écran de télévision, symboliquement posé sur une chaise[277]. En face, Maurice Grimaud, préfet de Police de Paris en Mai 68. Tous deux s'auto-félicitent d'avoir empêché des morts lors de cette période, alors qu'il y en a eu plusieurs. En début d'émission, il annonce en direct avoir obtenu un visa pour rentrer en France[277] mais Bernard Pivot lui lit une dépêche AFP qui dit que ce n'est finalement pas le cas[277]. Une pétition titrée " Dix ans ça suffit[247] !" soutenue par Libération est lancée la semaine suivante par son frère Gabriel et André Glucksmann, pour dénoncer une quasi décennie d'exil, signée par Jacques Chaban-Delmas Enrico Macias Raymond Aron, Jean d'Ormesson et Jean-Paul Sartre[247].

Quinze jours après cette émission, l'hebdomadaire Der Spiegel du publie une lettre où son ami Hans-Joachim Klein, caché sur le versant italien du Mont-Blanc, révèle avoir quitté les terroristes de RZ et regretter la prise d'otages de l'OPEP, qui a fait trois morts le 21 décembre 1975[278] mais sans parler de reddition. Quelques semaines plus tôt, son ami Matthias Beltz était venu l'aider à son projet de reddition à la justice[271], qui n'a finalement pas lieu, malgré des hésitations[279],[280]. Klein est ensuite caché place de la République à Paris[9]par un proche de Serge July, Jacques Rémy, ancien des services d'ordres maoïstes, puis dans le Vexin [281],[9] et le Perche[9].

À l'automne, Pflasterstrand, le journal de Cohn-Bendit, titre "Hans-Joachim: carton jaune"[282],[283]. Le comité de rédaction, ulcéré par un "désir de profiter du spectaculaire", s'est rebellé contre une interview de Klein[284], obligeant Cohn-Bendit à la publier séparément, sous forme de livret. Le procureur saisit l'intégralité du numéro. Le journal publie par ailleurs un article sur Hans-Joachim Klein dénonçant une forme de "continuité de son comportement depuis son entrée dans les cellules révolutionnaires" qui "le rend indigne de confiance"[284]. Cohn-Bendit cache ensuite Klein à Sheffield, en Angleterre[285], mais il revient à Paris en avril 1978 et Jacques Rémy le cache dans l'Orne[286],[9] où il écrit à nouveau au Spiegel le [287], et donne à Jean-Marcel Bouguereau, proche ami de Cohn-Bendit depuis 1968[249], une interview dans Libération du ,[288],[280] puis publie la même année un livre préfacé par Cohn-Bendit[289]. Klein sera ensuite interviewé dans le 3e livre de Cohn-Bendit[290]. Klein restera caché deux décennies dans l'Orne, avec l'aide financière de Cohn-Bendit, Maren Sell, et André Glucksmann[249],[291], y fondant une famille. Approché par les autorités allemandes, via Cohn-Bendit[249], il se rendra en 1998[9] et sera jugé en 2001 en Allemagne, où Joschka Fischer est devenu vice-chancelier. Le procureur allemand demande sans succès la levée de l'immunité parlementaire de Cohn-Bendit[249]. Condamné à 9 ans de prison, Klein sera gracié en 2009.

Déjeuner de BHL et Glucksmann à l'ÉlyséeModifier

Entre-temps, Daniel Cohn-Bendit est au menu du déjeuner du président de la République avec trois écrivains ex-maoïstes en vue, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy et Maurice Clavel et quelques autres personnalités, le à l'Élysée[292], "dans la perspective de l'an 2000 et de l'évolution de la société"[292]. L'Élysée annonce le lendemain renoncer à la mesure d'expulsion de Daniel Cohn-Bendit, comme le lui avait réclamé la veille une lettre ouverte d'André Glucksmann[292] y mettant la condition pour accepter l'invitation à l'Élysée.

L'intéressé déclare immédiatement qu'il envisage de se présenter à la frontière française avec son frère Gabriel[292].

Le , le ministre de l'Intérieur, Christian Bonnet met fin à la mesure d'expulsion. Daniel Cohn-Bendit, qui passe quelques jours dans les Pyrénées avec la famille de son frère Gabriel. Mais il n'est alors plus question pour lui de s'installer en France : il regagne l'Allemagne sans aucun trouble à l'ordre public[293].

S’éloignant peu à peu d'une perspective révolutionnaire, après avoir dénoncé les « élections bourgeoises »[294], il s'engage en politique en Allemagne, dans le sillage de la carrière entamée par Joschka Fischer à Francfort en 1982, année où Cohn-Bendit passe à Apostrophes, cette fois sur le plateau.

Parcours politiqueModifier

Candidature Coluche avec GoupilModifier

 
Daniel Cohn-Bendit en 2005.

Il soutient la candidature de Coluche à l'élection présidentielle française de 1981, en compagnie de son ami proche Romain Goupil. Cinq ans plus tard, il officialise son abandon de la perspective révolutionnaire dans un ouvrage-bilan, Nous l’avons tant aimée, la Révolution[295].

Verts allemands au Parlement et au pouvoirModifier

Puis le contexte politique allemand est bouleversé par la crise découlant du Deuxième choc pétrolier : le , Helmut Kohl obtient la première coalition noire-jaune depuis des décennies, pour supplanter Helmut Schmidt comme chancelier fédéral, le SPD ayant perdu l'appui du FDP. Le SPD a besoin d'un nouvel allié et le 6 mars 1983[296], les Verts allemands font leur entrée au Bundestag avec 5,6% des voix[296]. Parmi les nouveaux élus, Otto Schily, l'avocat de Gudrun Ensslin, cofondatrice de la Fraction armée rouge[296] mais surtout Joschka Fischer[296]. L'ami proche de Cohn-Bendit obtient dès mars 1985 le ministère de l'Environnement et de l'Énergie du Land de Hesse, créé à cette occasion : c'est la première participation gouvernementale des Verts allemands, que Cohn-Bendit a rejoint l'année précédente[296].

Éditeur de presse proche du gouvernement régionalModifier

Au milieu des années 1980, le Pflasterstrand, journal de Daniel Cohn-Bendit, se professionnalise, comme Libération en France. Le titre appuie la participation aux gouvernements des Verts. Les feuilles alternatives de Hesse se moquent de ce "Springer de gauche"[297] car à partir de 1986, le journal est financé par le gouvernement de Hesse, dont l'ami de Cohn-Bendit est membre[297], via un premier prêt sans intérêt de 260 000 marks et un fonds pour "la promotion d'opérations alternatives" visant à l'expansion nationale du journal[297]. Le fondateur détient désormais 60 000 actions majoritaires[297]. "Ce dont nous avons besoin, ce sont des publicités suprarégionales de Coca-Cola ou autre"[297], annonce-t-il. Le magazine revendique près de 10 000 exemplaires vendus[297] malgré un prix élevé de quatre marks[297].

En 1987, Matthias Kierzek, héritier de l'éditeur Fuldaer Verlagsanstalt[298] achète la moitié du capital en promettant d'apporter jusqu'à 100 000 marks pour financer la restructuration de la rédaction [299] et une "augmentation de salaire progressive" de 300 marks[299] par journaliste. Le magazine est désormais édité sur papier glacé.

"Sous le trottoir, l'argent" titre alors, ironiquement, le quotidien de gauche Die Tageszeitung, même si le contrat social avec le nouvel éditeur mentionne "l'autonomie fondamentale du comité de rédaction"[299]. Selon Daniel Cohn-Bendit, sa présence et celle de la rédactrice culturelle Elisabeth Kiderlen, plus des projets de recrutement, garantissent "la continuité historique"[299]. La diffusion monte à 24 000 exemplaires peu après la relance, puis chute en profondeur, amenant la revente à Jan-Peter Eichhorn et Gerhard Krauss, qui le fusionnent avec magazine municipal qu'ils gèrent depuis 1982 à Francfort, puis cessent la parution, faute de lecteurs, en 1990.

Entre-temps, en 1989, Daniel Cohn-Bendit, est devenu adjoint au maire SPD de la ville de Francfort-sur-le-Main, chargé des affaires multiculturelles.

Élection au Parlement européen en 1994Modifier

Lors des élections européennes de 1994, il est élu député au Parlement européen, comme représentant des Verts allemands[300], qui passent barre 10% des voix, contre 8,4% cinq ans plus tôt, profitant d'une chute du SPD, qui passe de 37,5% à 32,2%.

Daniel Cohn-Bendit entame alors une carrière de député européen qui va durer vingt ans.

Partageant sa vie entre Francfort et Bruxelles, il intervient aussi dans les médias pour commenter la politique intérieure française. Il s'inquiète de voir les écologistes qui ont obtenu 7,8% aux législatives de 1993, contre 7,3% en Allemagne, être "de plus en plus sectaires" avec "un ultra-gauchisme débile contre Maastricht", tout en estiment que "se dire ni de gauche ni de droite est une erreur"[301]. Peu avant l'élection présidentielle de 1995, il reproche à la candidate écologiste Dominique Voynet, qu'il "ne soutient "que du bout des lèvres"[301], de faire "une campagne pour les vieux"[301] car "trop en retrait sur la drogue, sur la culture des jeunes, sur l'humanitaire"[301]. En 1996, il soutient d'Allemagne la candidature PS de Bernard Kouchner dans une législative partielle, contre les Verts locaux qui appuient le candidat communiste sortant, et obtient que Dominique Voynet refuse de choisir entre les deux candidats[302] avant de devenir six mois après ministre de l'environnement de Lionel Jospin.

En 1998 il revient en France, où son ami Jean-Marc Salmon tente d'éviter des heurts au sein de la gauche plurielle au pouvoir, qui associe communistes, socialistes, écologistes et le parti de Jean-Pierre Chevènement, avec qui il est en délicatesse. Les Verts le désignent tête de liste aux européennes de 1999. Avec 9,72 % des voix, c'est le second meilleur résultat des Verts après celui d’Antoine Waechter en 1989. Pendant la campagne, il vient soutenir le projet local de Centre culturel africaniste européen[303], de Dieudonné, qui vient de percer à Dreux, avec près de 8 % face au Front national aux législatives de 1997. Le projet est contesté par une pétition de 120 habitants du village [304]« qui refusent les nuisances sonores ». Cohn-Bendit y voit une « peur de l'inconnu (...) la base même du racisme » et Dieudonné déclare : « c'est tout juste si moi, noir, je ne devais pas leur prouver que j'avais une âme »[305]. La presse s'enthousiasme pour le jeune humoriste, présenté comme l'héritier de Coluche[306],[307], qui s'inspire des Les Restos du cœur pour proposer les « Toits du cœur » aux élections municipales de 2001, mais doit abandonner[308], torpillé juste avant le vote par Cohn-Bendit[309]. L'ex-orateur de Mai 68 dénonce son autre future candidature, celle du « premier Black à la présidentielle »[310], pour le scrutin de l'année suivante, puis multiplie les déclarations publiques contre l'humoriste, alors que l'Ifop crédite dès février 2001 Dieudonné de 4 % d'intentions de vote[310]. Le processus de désignation du candidat écologiste est alors incertain puis heurté par de multiples rebondissements.

Un Parti vert européen est créé en février 2004, Cohn-Bendit est son porte-parole puis à nouveau représentant des Verts allemands après les élections européennes le . Il devient aussi vice-président du Mouvement européen - France. À partir de février 2007, il soutient Dominique Voynet lors de l'élection présidentielle de 2007.

Lors de la législature 2004-2009, Daniel Cohn-Bendit a été présent à près de 93 % des sessions du Parlement européen (278 jours sur 299)[311]. Plus de 96 %[311] des votes enregistrés (4 283 sur 4 400) concordent avec le vote majoritaire de son groupe parlementaire, dont il est le président, le groupe des Verts/Alliance libre européenne. Par rapport aux autres députés de l'un de ses deux États, l'Allemagne, il a voté en accord avec la majorité d'entre eux plus d'une fois sur deux (52,25 %)[311].

Succès aux élections européennes de 2009Modifier

Il se présente aux élections européennes de 2009 en France, au sein de la liste Europe Écologie, qui rassemble les Verts et des personnalités proches des idées écologistes, notamment Malika Benarab-Attou, Jean-Paul Besset, Eva Joly, Cécile Duflot, José Bové, Yannick Jadot, Michèle Rivasi. Il est en tête de la liste Europe Écologie pour la circonscription Île-de-France, l'ancienne magistrate Eva Joly y figurant en deuxième position. Dans sa circonscription, Daniel Cohn-Bendit et Europe Écologie réalisent 20,86 %[312], ce qui place sa liste en seconde position, derrière l'UMP mais largement devant le Parti socialiste. Au niveau national, Europe Écologie recueille 16,28 %[313] des voix, soit le meilleur score jamais réalisé par une liste écologiste lors d'élections européennes et qui place ce parti en troisième place sur l'échiquier politique français, talonnant le Parti socialiste.

En août 2009, Daniel Cohn-Bendit affirme qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle française de 2012. Bien que de nationalité allemande, il pourrait faire une demande de double nationalité qui l'autoriserait à se porter candidat mais il réfute par avance cette idée[314]. Il obtient finalement la nationalité française en 2015[315],[316].

Il est nommé au conseil d'administration de l'université Paris-X le , en tant que personnalité extérieure[317],[318],[319].

Désaccord sur l'Europe et départ du parti écologisteModifier

Le , il déclare, après le « non » de EELV au traité européen, qu'il « suspend son adhésion » au parti écologiste[320],[321]. Il annonce avoir quitté EELV le [322],[323]. Il lance, le , le groupe de réflexion « Europe et Écologie » pour promouvoir une « approche pragmatique mais ambitieuse » de l'Europe[324].

Il quitte le Parlement européen en mai 2014, choisissant de ne pas se représenter. Il est le seul député européen à avoir exercé plusieurs mandats en s’étant alternativement présenté en Allemagne et en France[325].

Soutien à Emmanuel Macron et film avec Romain GoupilModifier

Daniel Cohn-Bendit affiche dès janvier 2016 son intérêt pour l'élection présidentielle 2017 en participant à des réunions évoquant la pertinence d'une candidature unique à gauche[326] puis en la critiquant[327].

En février 2017, il affiche son soutien à Emmanuel Macron, estimant qu'il est le mieux placé pour faire face à Marine Le Pen au second tour[328]. Le 2 septembre 2018, alors que son nom était évoqué avec insistance pour remplacer Nicolas Hulot au ministère de la Transition énergétique et qu’il déclarait avoir « envie d’aider Macron », il indique qu’il n’intégrera pas le gouvernement[329],[330].

Pour célébrer les cinquante ans de Mai 68, Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil, amis proches depuis la préparation de la candidature de Coluche en 1980, ont réalisé le film "La Traversée (film, 2018)". Ils parcourent le pays à la rencontre de Français de toutes conditions (dockers, éleveurs, pêcheurs, agriculteurs, personnel hospitalier, migrants, policiers, industriels, prisonniers...) pour recueillir leurs avis sur des sujets variés qui leur tienne particulièrement à cœur (immigration, emploi, Europe, société...). Sélectionné à Cannes, le film a été projeté le 12 avril 2018 en avant-première au grand cinéma Max Linder, à Paris, soirée au cours de laquelle Léa Salamé, considérée comme « la première intervieweuse de France », pour ses émissions politiques sur France 2 et France Inter, affiche son soutien au film, qu'elle voit pour la seconde fois et affirme qu'elle « aime beaucoup » les deux auteurs, par ailleurs amis personnels de longue date du père de son compagnon Raphaël Glucksmann[331]. Avant sa sortie en salle, le film sera diffusé à la télévision le sur France 5. La veille, les deux auteurs et Raphaël Glucksmann, alors directeur du Le Nouveau Magazine littéraire, se sont rendus ensemble à un débat en Bretagne dont ils sont les seuls intervenants[332]

Le reportage, d'une durée d'un peu plus d'une heure, illustre la proximité politique de Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil avec Emmanuel Macron, dont ils sont des visiteurs réguliers[333].

Juste après, la tonalité du document, favorable à Emmanuel Macron, sera bousculée par le Mouvement des Gilets jaunes qui se dessine dès la pétition en ligne lancée par Priscillia Ludosky le 29 mai 2018, réclamant une baisse des prix du carburant à la pompe. J'veux du soleil, autre documentaire français, cette fois réalisé par Gilles Perret et François Ruffin, député de la France insoumise, sort en 2019, lui aussi construit comme un road movie, mais cette fois à la rencontre des Mouvement des Gilets jaunes.

Activités médiatiquesModifier

 
Daniel Cohn-Bendit en 2009.

À la télévisionModifier

De 1994 à 2003, il anime régulièrement une émission littéraire, Literaturclub, diffusée sur la chaîne suisse allemande Schweizer Fernsehen, ainsi que sur la chaîne allemande 3SAT[334]. En 2016, il apparaît dans un épisode de la saison 8 de Fais pas ci, fais pas ça, dans son propre rôle[335].

À la radioModifier

Au début des années 1980, il participe à l'émission Radio Libre avec Ivan Levaï sur Europe 1. Puis, sur la même station, il est consultant de football durant l'Euro 1984[336].

À partir du , il intervient dans la matinale d'Europe 1 présentée par Thomas Sotto pour une chronique quotidienne[337]. Toujours sur Europe 1, il intervient comme consultant dans le cadre de l'Euro 2016, de même que Raymond Domenech et Guy Roux. Deux mois après, la radio signale immédiatement un gain d'audience de 6% à 8%[338],[339] mais de courte durée. Europe 1 cherche alors à compenser la perte d'un demi-million d’auditeurs l'après-midi, consécutive au départ de Laurent Ruquier chez RTL. La matinale d'Europe 1 voit cependant, ensuite, son audience par "quart d'heure moyen" fondre d'un tiers en quatre ans, passant de 1,37 million d'auditeurs à l'automne[340], à 0,94 millions 4 ans plus tard, soit un recul de 0,4 million[341]

Daniel Cohn-Bendit doit se mettre en retrait de l'antenne pendant la campagne de l'élection présidentielle car il soutient Emmanuel Macron, retrait prolongé durant l'été. Le , il est remercié par Europe 1 qu’il quitte à la fin de la saison[342].

Vie privéeModifier

Le , après seize ans de vie commune, il épouse Ingrid Apel, fille de Hans Apel, qui fut en 1974 le plus jeune ministre fédéral des Finances de l'histoire, à 42 ans, dans la coalition sociale-libérale d'Helmut Schmidt puis ministre fédéral de la Défense (1978-1982) lors de la double décision de l'OTAN qui a précédé l'arrivée au pouvoir d'Helmut Kohl. Il a eu avec elle un fils, Bela, né en 1991[343].

En septembre 2012, il signe pour être président d'un club de football « autogéré » de Francfort, le FC Gudesding (ce qui signifie « bonne chose » dans le patois local)[344],[345].

En mai 2016, il révèle dans une émission de télévision qu'il a appris être le père d'une fille, née d'une liaison datant de 1973, trente-cinq ans après la naissance de l'enfant[346].

Prises de position politiquesModifier

Europe fédéraleModifier

Opposé au nationalisme et partisan d’un fédéralisme européen, Daniel Cohn-Bendit s’engage dans le processus constitutionnel européen initié par le discours de son ami Joschka Fischer sur « la finalité de l’intégration européenne »[347]. Lorsque la Convention sur l'avenir de l'Europe remet ses travaux, il adresse une lettre[348] aux gouvernements se réunissant dans une conférence intergouvernementale dans laquelle il les adjure :

  • de peser de tout leur poids pour éviter que le texte final du traité établissant une constitution pour l'Europe ne contienne des reculs par rapport au texte de la convention ;
  • d’introduire dans la troisième partie de la Constitution une procédure de révision moins lourde, qui ne repose pas sur l’unanimité et qui prévoit l’entière participation du Parlement européen ainsi que la ratification par celui-ci ;
  • de révolutionner le mode de ratification utilisé jusqu’ici en organisant un référendum européen pour que tous les citoyens européens puissent s’exprimer sur cette Constitution européenne et afin que les enjeux européens prennent le pas sur les considérations de politiques intérieures, ceci sans que le refus d’un seul pays puisse bloquer tous les autres.

Ces propositions trouvent relativement peu d’échos à l’époque et ne sont pas retenues par les gouvernements, mais elles se retrouvent au cœur des polémiques lors de la campagne précédant en 2005 en France le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe, marquée pour les Verts français et européens[349] par un positionnement en faveur du oui au traité de Constitution pour l'Europe. La campagne référendaire est marquée par les débats tendus, entre d'une part les partisans d'un « oui de raison » défendu par Daniel Cohn-Bendit, le parti des Verts européens et la plupart des députés et des sénateurs écologistes (comme Alain Lipietz, Gérard Onesta ou Dominique Voynet) et d'autre part une importante minorité favorable à un « non de gauche », au sein des Verts français, mais aussi des autres partis de gauche comme le parti communiste français et le Parti socialiste, où cette minorité est menée par Laurent Fabius. Les premiers participent, malgré les reproches que cela déclenche, à des meetings communs avec des leaders du Parti socialiste français ou de l’UDF afin d'expliquer et défendre les apports qu'ils attendent de ce traité. Le malaise culmine lors de la une de Paris-Match où Nicolas Sarkozy et François Hollande posent ensemble.

Le , il cofonde le Groupe Spinelli avec Guy Verhofstadt (chef de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE)), Isabelle Durant (Verts, vice-présidente du Parlement européen) et Sylvie Goulard (ADLE). Il s'agit d'un groupe interparlementaire informel au Parlement européen qui rassemble les élus pro-européens et visant à relancer la recherche d'un fédéralisme au sein de l'Union européenne[350]. Il regroupe des personnalités telles que Jacques Delors, Mario Monti, Andrew Duff, Joschka Fischer, Pat Cox, Elmar Brok et Élie Barnavi.

En septembre 2011, il annonce soutenir le Parti fédéraliste pour la promotion du fédéralisme dans la campagne présidentielle des élections de 2012 en France[351].

En octobre 2012, il publie avec Guy Verhofstadt un manifeste pour une Europe fédérale intitulé Debout l'Europe et sous-titré en anglais « Manifeste pour une révolution post-nationale en Europe ». L'ouvrage est paru simultanément en six langues et dans de nombreux pays européens.

Social-libéralismeModifier

Ses options économiques « sociales-libérales »[352] et son soutien à la privatisation de certains services publics[353],[354] l’éloignent d'une partie des écologistes européens qui considèrent que le dogme libéral est incompatible avec les moyens que nécessitent la préservation de la planète et le combat pour la justice sociale. Ainsi, le mensuel La Décroissance, qui présente régulièrement Daniel Cohn-Bendit comme un « éco-tartuffe », le décrit également comme « le Canada Dry de la politique : ça a la couleur de la rébellion, l'odeur de la rébellion, le goût de la rébellion, mais ce n'est pas de la rébellion ; c'est juste l'idéologie capitaliste classique sous une face souriante et décoiffée. Un produit marketing redoutable »[355]. Il est intervenu à l’université d’été du Medef (patronat français) en 2000[356] et en 2006[357]. Il se déclare en faveur du capitalisme et l’économie de marché[358].

Accueil des immigrésModifier

Premier adjoint au maire de la ville de Francfort pour les affaires multiculturelles dans les années 1980-90, Daniel Cohn-Bendit plaide pour une politique d'immigration « ouverte »[359]. Il s'oppose publiquement aux propos de la chancelière allemande Angela Merkel selon lesquels le modèle multiculturel en Allemagne aurait « totalement échoué ». Il avance : « Dans les prochaines années, l’Europe aura besoin d’immigration en raison de son évolution démographique et de son vieillissement »[360].

Le , les députés européens débattent de priver les étudiants suisses du programme Erasmus, en représailles à l'acceptation en Suisse par une majorité de votants, le , de l'initiative populaire « Contre l'immigration de masse », et qui de ce fait, remettait en cause la libre circulation des travailleurs de l'Union européenne en Suisse, accords, qui faisaient partie tous deux des accords bilatéraux dans les relations entre la Suisse et l'Union européenne. Daniel Cohn-Bendit, qui soutient la fin du programme Erasmus pour les étudiants suisses, déclare : « C'est à la Suisse de trouver des solutions, c'est pas à l'Union européenne, c'est à la société suisse de trouver les solutions, nous ne pouvons pas déresponsabiliser la Suisse, nous devons reconnaître le vote des Suisses, nous voulons leur dire, vous êtes grands, vous êtes forts, vous êtes autonome, débrouillez-vous. Vous verrez que les Suisses reviendront à genoux »[361],[362].

Le , il déclare lors de sa chronique sur Europe 1 « qu'il y a des boulots que les autochtones ne veulent plus faire », que face à cela, l'augmentation des salaires est « une vieille idée ». Il faut pour cela encourager l'immigration, car selon lui « les immigrés accepteront de faire le boulot sous-payé »[363].

Dépénalisation des drogues « douces »Modifier

Il est connu également pour ses prises de position en faveur de la dépénalisation des drogues dites « douces » (cannabis)[364].

Accusations de pédophilieModifier

Ouvrage Le Grand Bazar de 1975Modifier

En 1975, Daniel Cohn-Bendit publie le livre Le Grand Bazar, dans lequel il évoque ses activités d’aide-éducateur au jardin d'enfants autogéré de Francfort. Certains passages de cet ouvrage théorisent l'éveil à la sexualité des enfants de 1 à 6 ans et témoignent de rapports physiques à connotation sexuelle que Daniel Cohn-Bendit a entretenus avec eux. Il parle notamment, de façon explicite, de « caresses » qu'il donnait, et d'attouchements qu'il recevait. Il écrit à ce propos :

« Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : « Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ? » Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même. […] J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi[365]. »

Quelques mois après que Le Grand Bazar de mai 1975 a été publié, la Télévision suisse romande consacre une émission le 7 octobre 1975 aux meneurs du Mai 68 français, parmi lesquels Jacques Sauvageot et Daniel Cohn-Bendit[366]. C'est à ce moment que sont diffusées des images d'archives vidéo de Daniel Cohn-Bendit dans sa crèche de Francfort, probablement antérieures à 1975, bien qu'une incrustation d'un bandeau « interview en octobre 1975 » laisse une incertitude[367]. La RTS en diffuse une version de une minute 11 le 28 octobre 2015[368], dont un extrait de 37 secondes est diffusé le 9 janvier 2020 par le journal Valeurs actuelles, après l'affaire Gabriel Matzneff[369].

Émission Apostrophes de 1982Modifier

Il évoque également cette question lors de l'émission Apostrophes du  : « Vous savez que la sexualité d’un gosse, c’est absolument fantastique. […] Quand une petite fille, de 5 ans, commence à vous déshabiller c’est fantastique ! C’est fantastique parce que c’est un jeu absolument érotico-maniaque[370],[371],[372]! ».

Une vidéo d'archives de l'émission est rediffusée au Journal de 20 heures de France 2 en février 2001, à la suite de l'exhumation par des journaux anglais et allemand d'écrits de 1975 et 1976, sur le même thème, dans un livre en français et un magazine en allemand, de celui qui est depuis devenu député européen[373].

Cette vidéo circule beaucoup à partir de 2009[373], après une confrontation dans le cadre de la campagne des élections européennes de 2009, lors de l'émission politique À vous de juger sur France 2. François Bayrou, que son interlocuteur vient de narguer d'un « tu ne seras jamais président », reproche à Cohn-Bendit, brièvement et sans rien détailler, d’avoir « poussé et justifié des actes ignobles à l’égard des enfants ». La présentatrice Arlette Chabot demande alors à Cohn-Bendit : « Vous voulez répondre ? C'est une vieille histoire que tout le monde a oubliée. ». Celui-ci refuse de répondre[374]. Le lendemain, à la veille des élections, Arrêt sur images met la vidéo de 1982 sur son site, avec les explications de Cohn-Bendit, puis déplore que des internautes, profitant de la numérisation des archives de la télévision la diffusent sans ces explications.

Polémiques des années 2000Modifier

L'année 2001 voit ces polémiques s'accentuer quand le texte de 1975 et 1976 est diffusé, fin janvier, dans plusieurs grands journaux anglais, italiens et allemands[375] par la journaliste allemande Bettina Röhl[376], dont la mère, Ulrike Meinhof, cofondatrice de la Fraction armée rouge[377], s'est suicidée quand elle avait 41 ans[376]. Les écrits pédophiles de Daniel Cohn-Bendit avaient été publiés aussi en 1976, peu après le suicide de cette dernière, dans le magazine culturel dirigé par son père, lui aussi accusé d'abus sexuels[376].

Puis le 22 février 2001, il se confie à L'Express, Le Monde et Libération, pour évoquer « le contexte des années 1970 » et des pages « dont nous devons avoir honte »[378]. L'écrivain Sorj Chalandon rédige le lendemain un mea culpa de Libération sur des pétitions oubliées datant des années 1970[379], et L'Express publie les entretiens de deux anciens signataires, Philippe Sollers faisant part de ses regrets et Bernard Muldworf assurant être déjà anti-pédophile à l'époque[380] et de la juriste Françoise Dekeuwer-Défossez, qui croit savoir que « Cohn-Bendit n'aurait sans doute pas été poursuivi à l'époque »[381]. Pour atténuer sa responsabilité, l'article de Libération cite le slogan Il est interdit d'interdire !, mais pas son auteur Jean Yanne, et celui des situationnistes de 1966 en version tronquée, lui aussi interprété au sens sexuel, pour présenter « plus qu'une période », un « laboratoire », qui aurait été à lui seul « accoucheur » de « monstres ».

Au Journal de 20 heures de TF1, Cohn-Bendit dénonce une « chasse à l'homme » pour des écrits n'ayant selon lui « suscité aucune réaction » en 1975[382]. Libération pourfend le même jour une « haine de Mai 68 qui n'a jamais abdiqué »[383] dans un numéro consacrant six articles à l'affaire, dont ceux de trois « ex-soixante-huitards » (Romain Goupil, Serge July et Philippe Sollers), critiquant un « procès stalinien » visant selon eux Cohn-Bendit, celui de Romain Goupil étant même titré « J'ai envie de dire : oui, je suis pédophile ! »[384]. Une semaine après, plusieurs des amis de l’élu écologiste signent une pétition titrée « Cohn-Bendit et mai 68 : quel procès ? »[385]. « Écrits ou propos scandaleux, ceux de Cohn-Bendit ? Non, ceux d'une nécessaire explosion de parole », dit le texte, en estimant que la révolution sexuelle a d'abord appris aux enfants, aux adolescentes, aux femmes à dire « non ».

Le Monde et l'émission Arrêt sur images rappellent le vote de l'automne 1998 du parti écologiste pour le désigner comme leader de la campagne européenne[386], avant lequel la Ligue communiste révolutionnaire conseille aux journalistes français de lire la page en question du Grand Bazar, mais sans effet[387],[374]. Invité, Jean-Michel Aphatie, explique que ces journalistes en ont reparlé pendant la campagne et décidé d'éviter le sujet[374] et Serge July que son journal a de nouveau décidé d'éviter le sujet quand il a émergé en Allemagne[374].

De manière récurrente, des responsables politiques évoquent par la suite cette « part d'ombre », notamment Marine Le Pen dès 2004[388], François Bayrou à deux reprises en 2009, notamment à l'impromptu lors d'un débat télévisé[389],[390], l’homme politique suisse Oskar Freysinger en 2009[391], et Jean-Marie Le Pen au Parlement européen en 2011[392].

Dès les jours suivant la diffusion du texte dans des journaux européens, il reçoit le précieux soutien d'une lettre de parents des enfants des crèches alternatives où il fut aide-éducateur[393],[394],[395]. Il déclare : « Prétendre que j’étais pédophile est une insanité. La pédophilie est un crime. L’abus sexuel est quelque chose contre lequel il faut se battre. Il n’y a eu de ma part aucun acte de pédophilie[396]. » Il ajoute néanmoins que « ce texte, qui n'avait pas fait scandale à l'époque, est aujourd'hui insoutenable »[397], et qu'il nourrit « des remords d'avoir écrit tout cela »[398].

Daniel Cohn-Bendit s'est toujours justifié en expliquant que le chapitre de ce livre était destiné à « choquer le bourgeois des années 1970 »[390], et qu'il était à replacer dans le contexte de ces années[399], quand « la révolution sexuelle ne savait rien de l'abus sexuel »[400].

Cette thèse avancée par Daniel Cohn-Bendit en février 2001 pour sa défense, voulant que l'opinion publique et les intellectuels aient été insensibles dans les années 1970 et les années 1980 aux dangers de la pédophilie, est contredite par les milieux intellectuels ainsi que par la numérisation progressive des archives de la télévision et des journaux. L'émergence sur la scène publique des débats autour de la pédophilie « contraint les psychiatres et les psychanalystes à s’interroger de manière approfondie sur ce qui se passait en réalité »[401] et à prendre en compte de manière plus sérieuse la parole des enfants, selon l'historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu. La défense des suspects, même en cas de longue détention préventive, est alors « très minoritaire dans l'opinion publique », selon le psychiatre Romain Pages[402] et ne mobilise qu'une « poignée d'intellectuels », même si certains sont jugés prestigieux, selon Virginie Girod, docteure en histoire[402]. La bienveillance envers l'écrivain Gabriel Matzneff dans les années 1980 « n'est en rien le reflet d’une société et des années », souligne en janvier 2020 l’écrivaine Sylvie Brunel[403], après une réaction de Bernard Pivot reprenant l'argumentation de Daniel Cohn-Bendit pour expliquer les six invitations de Gabriel Matzneff à Apostrophes, en évoquant lui aussi la pétition de 1977 « signée par les plus grands écrivains de l'époque »[404].

Polémique de 2013 avec les Verts allemandsModifier

En avril 2013, au centre d'une polémique en Allemagne pour ses écrits sur la pédophilie, Daniel Cohn-Bendit renonce au prix franco-allemand du journalisme[405]. Le , Eckhard Stratmann-Mertens (de), cofondateur du Parti vert allemand et ancien député au Bundestag, accuse directement de pédophilie Daniel Cohn-Bendit et d'autres membres originels du parti. Il indique au journal Die Welt : « J'étais aussi étudiant à Francfort-sur-le-Main quand Cohn-Bendit et Joschka Fischer étaient là. J'ai participé aux mêmes manifestations. Et je peux vous dire que je ne crois pas un mot des explications de Cohn-Bendit quand il dit qu'il a fait ses révélations sur ses relations sexuelles avec des enfants dans un seul but de provocation et qu'il les présente comme purement théoriques[406]. » Selon lui, Cohn-Bendit aurait notamment dû être « jeté du parti bien plus tôt »[407].

Présence médiatique en 1968Modifier

  • Le Monde du 8 février est le premier journal à citer son nom, après avoir été alerté par l'avocat de l'UNEF sur son risque d'expulsion, en précisant qu'il lui est reproché d'avoir perturbé une assemblée locale de l'UNEF, mais que ce syndicat n'a cependant « jamais protesté officiellement contre les agissements des anarchistes »[408].
  • Fin février : l'hebdomadaire Minute a lancé la rumeur de sa liaison avec une fille de ministre, qu'il n'a pourtant jamais vue, afin d'expliquer l'absence de sanctions contre lui après l'émeute du 26 janvier[92],[64],[93]. Pour faire oublier cette émeute, son avocat venait de mettre en avant un dialogue animé avec ce ministre lors de l'inauguration de la piscine de Nanterre un mois et demi plus tôt.
  • La mention suivante est le 28 mars dans le journal Combat[128], violemment mis en cause la veille pour un article sur la drogue, la prostitution et l'immigration à la Résidence universitaire de Nanterre datant du 14 février 1968. Combat a depuis envoyé à Nanterre, pour accompagner l'auteur, un autre journaliste, qui reprend les clichés négatifs sur les étudiants contestataires mais décrit Cohn-Bendit comme « sortant des théories quarante-huitardes et généreuses et une remise en question des choses et des dogmes qui réconfortent l'âme »[128], grâce à « des idées frappantes comme des coups de poing ».
  • Le 27 avril, France Soir fait un article sur "le meneur des enragés arrêté" et Le Monde daté du lendemain signale factuellement sa garde à vue depuis le matin[148]. À 20 heures sur France-Inter (ORTF), Jean-Pierre Elkabbach annonce sa libération et le présente à la fois comme « un des principaux responsables des étudiants d'extrême-gauche », un militant de l'UNEF, et comme « l'un des seuls à pouvoir imposer le silence au cours des réunions »[152].
  • Le Monde daté du 2 mai signale l'ouverture d'une information judiciaire contre lui pour "menaces verbales de mort sous condition et coups et blessures volontaires"[5]. Celui daté du 7 mai, au soir du conseil de discipline à la Sorbonne, tempère, par un dialogue remontant au 25 juin, où il a pris la défense, devant les reporters, d'André Gorz, interrompu par un militant trotskiste du CLER.
  • Le 2 mai, l'éditorialiste de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, Jean-Marie Le Pen[161], écrit : « Ce Cohn-Bendit, parce qu’il est juif et allemand, se prend pour un nouveau Karl Marx » [162]. Dans L'Humanité du lendemain, Georges Marchais évoque « l'anarchiste allemand Daniel Cohn-Bendit » dans le corps d'un article [133] reproduit l'après-midi par Le Monde[157], qui titre sur la charge contre les "prochinois" par le PCF, qui « n'a sans doute pas été insensible au fait que les " enragés " de Nanterre avaient, le 25 avril (...) empêché » Pierre Juquin (PCF) de participer à une réunion.
  • Dans Le Figaro du 13 mai, Jean Papillon dit son admiration pour lui, en observant que son mouvement a profité du fait que les « organisations syndicales étaient en perte de vitesse »[127]. L'avant-veille, l'ORTF a supprimé la séquence d'un reportage donnant la parole pour la première fois à Jacques Sauvageot et Alain Geismar, respectivement leaders de l'UNEF et du Snesup. Le soir, elle fait de même dans Zoom, où les coupes font apparaître Daniel Cohn-Bendit comme le héros[218]. Le 16 mai, l'ORTF, assaillie de protestations des réalisateurs et par un appel à la grève, les invite tous les deux au même débat que Cohn-Bendit, pour la première fois en direct[218].

PublicationsModifier

FilmographieModifier

ActeurModifier

RéalisateurModifier

ScénaristeModifier

DistinctionsModifier

Il a obtenu plusieurs Docteur honoris causa :

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance no 344 établi à l'état civil de la mairie de Montauban le .
  2. a et b Christophe Bourseiller, Les anars au tournant du millénaire : que reste-t-il de nos amours, programme du spectacle Demain La Belle, mis en scène par Jérôme Savary à l'Opéra Comique, janvier 2006, lire en ligne.
  3. a et b Freddy Gomez, Éclats d’anarchie. Passage de mémoire. Conversations avec Guillaume Goutte, Rue des Cascades, 2015, page 81.
  4. a b c d e f g h i et j Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : notice biographique « Copie archivée » (version du 26 novembre 2018 sur l'Internet Archive).
  5. a b et c « Une information judiciaire est ouverte contre M. Cohn-Bendit », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  6. (de) Anne Ameri-Siemens, Durch die Institutionen oder in den Terrorismus : die Wege von Joschka Fischer, Daniel Cohn-Bendit, Hans-Joachim Klein und Johannes Weinrich, Bischoff, .
  7. (de) Frank Schnieder, Von der sozialen Bewegung zur Institution? Die Entstehung der Partei Die Grünen in den Jahren 1978 bis 1980 : Argumente, Entwicklungen und Strategien am Beispiel Bonn/Hannover/Osnabrück, LIT Verlag, , 175 p. (ISBN 3-8258-3695-9, lire en ligne), p. 92.
  8. Son père, Alex Cohn, est un industriel du textile.
  9. a b c d e et f Cazi 2010, p. 10.
  10. a b et c (de) Sabine Stamer, Cohn-Bendit : die Biographie, Europa Verlag, , 287 p. (ISBN 3-203-82075-7 et 9783203820750), p. 29.
  11. 3, square Léon-Guillot, dans le XVe arrondissement. En 1968, c'est encore le domicile de Daniel en France.
  12. Cazi 2010, p. 12.
  13. a et b Robert Maggiori, « La lettre à Cohn-Bendit », Libération,‎ (lire en ligne).
  14. Cazi 2010, p. 14.
  15. Cazi 2010, p. 16. En référence à un débat à propos de l'intervention en Bosnie.
  16. Loi du  ; décrets de 1941 sur les Juifs émigrés. La législation nazie est officiellement abrogée le par le Conseil de contrôle interallié.
  17. Cazi, photographies hors texte : Reproduction de la carte de l’OFPRA (no 71 937 8758) délivrée à Daniel Cohn-Bendit le « pour la période du au  ». L'OFPRA n'ayant été fondée qu'en 1952, il y a un hiatus pour la période 1945-1952.
  18. Nicolas Truong, « Europe : ce qui oppose Daniel Cohn-Bendit et Alain Finkielkraut », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 13 novembre 2015).
  19. Cazi 2010, p. 16. Appellation se référant à Juliette Stern, une des responsables des secours aux enfants à l'UGIF.
  20. Cazi 2010, p. 19.
  21. 50e anniversaire du traité de l'Élysée, émission Square sur Arte le .
  22. Bertolino 1969, p. 265.
  23. Bertolino 1969, p. 266.
  24. Cazi 2010, p. 25-28.
  25. « Ich liebe dich, moi non plus... », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2015).
  26. « Nouvelle bagarre devant le restaurant universitaire de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  27. La France blafarde: Une histoire politique de l'extrême droite, par Jean-Christophe Cambadélis, et Éric Osmond aux Editions Plon 1998[1]
  28. Biographie de Pierre Rousset dans Le Monde [2]
  29. a b c d e f g h i j k et l Daniel Cohn-Bendit, Le Grand Bazar: entretiens avec Michel Lévy, Jean-Marc Salmon, Maren Sell, Denoël, 1975
  30. a b c d e f g et h "L'UNEF de janvier 1967 à avril 1968" par Michel Perraud [3]
  31. a et b "Vie et mort de Guy Debord" par Christophe BOURSEILLER, Univers Poche, 2016
  32. blog de Gérard FRETELLIERE [4]
  33. a b c d e f g h i et j "Chronologie des événements à Nanterre en 1967-1968 " par les doctorantes Rachel Mazuy et Danièle Le Cornu dans la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps en 1988 [5]
  34. où habitait Bernard Ravenel, dirigeant du Parti socialiste unifié (PSU)
  35. Bernard Ravenel, Quand la gauche se réinventait : Le PSU, histoire d'un parti visionnaire, 1960-1989, La Découverte, , 384 p. (ISBN 978-2-7071-9030-7, lire en ligne)
  36. Projet "Faire et arpenter l’histoire de l’université de Nanterre" pour les Journées européennes du patrimoine, 17 septembre 2016. « Découverte de l’histoire du campus de Nanterre : entre pratiques d’hier et d’aujourd’hui » [PDF]
  37. Bertolino 1969, p. 248.
  38. "Génération, les années de rêve", Hamon et Rotman
  39. « Sommaires de Nous sommes en marche (1968-1972) - [Fragments d'Histoire de la gauche radicale] », sur archivesautonomies.org (consulté le 3 février 2020)
  40. Bertolino 1969, p. 309.
  41. "La faculté de Nanterre de 1964 à 1968. Entretien avec Pierre Grappin, par Geneviève Dreyfus-Armand dans la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps en 1988
  42. a b c et d "Génération. Les années de rêve", par Hervé Hamon et Patrick Rotman, 1987
  43. a b c d et e Jean Bertolino, Les Trublions, Stock, .
  44. a b c d et e 22 mars 1968 : une journée particulière à Nanterre. Retour sur le roman Derrière la vitre de Robert Merle par Jacques Cantier [6]
  45. "L'explosion de mai, 11 mai 1968" par René Backmann, Lucien Rioux - 1968
  46. « NAJMAN Maurice [Pseudonymes : BRICART, NALLARD Michel] », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 24 juillet 2019)
  47. a et b "La CFDT : Dans les luttes, avec l’autogestion au cœur" par Pierre Cours-Salies, revue Syndicollectif [7]
  48. a b c d et e Christelle Dormoy-Rajramanan, « La sociologie nanterrienne « autour de 68 » », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 12, no 3,‎ , p. 481 (ISSN 1760-5393, DOI 10.3917/rac.040.0481, lire en ligne, consulté le 3 février 2020)
  49. Bertolino 1969, p. 233.
  50. a b c et d Catherine Nay, Souvenirs, souvenirs, vol. 1, Robert Laffont,
  51. a et b « JOYEUX Maurice, Alexis [Dictionnaire des anarchistes] - Maitron », sur maitron.fr (consulté le 3 février 2020)
  52. a et b Lola Miesseroff, Voyage en outre-gauche : Paroles de francs-tireurs des années 68, Libertalia, , 288 p. (ISBN 978-2-37729-025-3, lire en ligne)
  53. "Vie et mort de Guy Debord" par Christophe BOURSEILLER
  54. " Scènes situationnistes de Mai 68 : Enquête sur une influence présumée", par Laurence Bernier-Renaud Sous la direction de Jean-Pierre Couture [8]
  55. « Des jeunes filles occupent un pavillon de garçons dans une cité universitaire de Nantes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. « Un centre social et culturel au bidonville de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  57. « Inauguration des installations sportives de l'ensemble universitaire de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  58. a b c et d "Entretien du 23 mars 1994 donné par François Missoffe à la Fondation Charles de Gaulle [9]
  59. a b c d e f g h i j k l et m « Mai 68 Les archives secrètes de la police », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2015).
  60. "Le leader syndicaliste péruvien Hugo Blanco risque la peine de mort", dans Le Monde du 7 décembre 1966 [10]
  61. "PEINE DE 25 ANS DE PRISON CONFIRMÉE POUR LE LEADER SYNDICALISTE HUGO BLANCO ", dépêche AFP reprise dans Le Monde du 13 octobre 1967 [11]
  62. a b c et d "C'était de Gaulle Tome 3", par Alain Peyrefitte Fayard, 2000
  63. Laure Daussy, « 22 mars 1968 : l'émergence de Cohn-Bendit », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020).
  64. a b c et d Philippe Lançon, « Françoise de Panafieu, 48 ans, députée RPR et chiraquienne, contemple avec fureur le gaullisme en lambeaux. La chiraquienne en rage. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  65. « Inauguration des installations sportives de l'ensemble universitaire de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  66. Bertolino 1969, p. 304
  67. Sophie Guerrier, « Mai 68 : l'exclusion de Romain Goupil détonateur du mouvement lycéen », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 7 février 2020)
  68. a b et c Jean-Pierre Duteuil, « Les groupes politiques d'extrême-gauche à Nanterre », Matériaux pour l'histoire de notre temps,‎ (lire en ligne).
  69. a et b "Student Revolt in 1968: France, Italy and West Germany" par Ben Mercer Cambridge University Press, 2019
  70. "Le Nouvel Observateur" (21-27 février 1968) article d'Yvon Le Vaillant
  71. a et b Bertolino 1969, p. 313.
  72. a et b Bertolino 1969, p. 314.
  73. Au milieu des autres photos, "une figure pétrie dans la candeur, un archange Gabriel au milieu des démons : démons : le doyen. Rien à faire, même entouré de flics, le tyran a l'air d'un tendre. Alors, d'un coup de crayon rageur, Duteuil dessine sur la chevelure ondulante du portrait une casquette, lui écrase une moustache au-dessus des lèvres mais le Hitler qui apparaît ressemble à Charlot. Il écrit en grosses lettres nerveuses en bas de la photo « Grappin nazi ». Et, hélas, de loin on croit lire « Chaplin nazi ». Le temps presse. C'est demain le grand jour, l'ouragan, la trombe qui fera tanguer le navire.Duteuil abdique, pose son crayon, contemple à bout de bras son œuvre, hoche pensivement la tête, déchire la photographie, prend un carton blanc et écrit de nouveau « Grappin nazi ». Ses lèvres s'étirent soudain comme une fente de tirelire", raconte dans livre de 1969 le reporter Jean Bertolino en page 314
  74. Bertolino 1969, p. 315.
  75. "Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi !Histoire du mouvement révolutionnaire étudiant en Europe" page 184 par Jean Louis Brau
  76. L'Éveil des Hauts-Seine, hebdomadaire départemental des Hauts-Seine, basé à Nanterre, dont les archives ont été partiellement numérisées par la Société d’Histoire de Nanterre, numéro du 2 février 1968, page 3 [12]
  77. "Coup double sur Mai 68" par Patrick Haas Editions L'Harmattan, 2008
  78. a et b « Les directeurs d'étude s'inquiètent de l'apparition de », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 février 2017).
  79. « M. COHN-BENDIT A COMPARU DEVANT LA COMMISSION D'EXPULSION », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 février 2017).
  80. Cazi 2010, p. 309.
  81. Enquête de Jacques Richard, avril 2014 [13]
  82. René Backmann et Lucien Rioux, L'explosion de mai, 11 mai 1968 : Histoire complète des événements, (Robert Laffont) réédition numérique FeniXX, , 648 p. (ISBN 978-2-221-23139-5, lire en ligne)
  83. (Bertolino 1969, p. 317).
  84. « Un étudiant anarchiste », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  85. a et b Christine Clerc, Le tombeur du Général, Allary,
  86. par exemple sur le lieu de décès de Herta Cohn-Bendit « en France » alors que c'est à Londres
  87. a et b Nous sommes en marche par Gabriel Cohn-Bendit, juin 1999, page 136 [14]
  88. Enquête de Jacques Richard, avril 2014 [ [15]
  89. Cazi 2010.
  90. a b et c "Les clercs de 68" par Bernard Brillant - 2015 aux Presses Universitaires de France
  91. « Daniel Cohn-Bendit, une constante liberté (2/5) Mai 1968 », à la 24 min 43 s, sur franceculture.fr, .
  92. a b et c "Et Dieu créa les femmes" par Jean-Claude Lamy, Albin Michel, 2011
  93. a b et c « Panaf », ou la politique en famille, par Annick Cojean, Le Monde du 11 avril 2000
  94. Bertolino 1969, p. 320.
  95. "Un combat pour la justice", par Henri Leclerc, Editions La Découverte, 2013
  96. a et b "Paroles de femmes sur ces machos qui nous gouvernent", par Candice Nedelec, JC Gawsewitch Editeur 2011
  97. a b et c (en) Michael Seidman, The Imaginary Revolution: Parisian Students and Workers in 1968, Berghahn Books, (ISBN 978-0-85745-683-0, lire en ligne), p. 369
  98. (Forget 68)
  99. Portrait dans France-Soir, en 2012 [16]
  100. "Mai 68, une histoire politique", par Jean-Pierre Duteuil aux éditions Acratie, 2008
  101. Bertolino 1969, p. 319.
  102. "Mai-68: il y a 50 ans, l’étincelle jaillissait de Nanterre" par Christophe Carmarans RFI 22/03/2018 -
  103. (Bertolino 1969, p. 321).
  104. Mouvement antiautoritaire en Allemagne et mouvement contestataire en France : interactions ? Christiane Kohser-Spohn, dans la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps en 2009 [17]
  105. a et b "Quand 68 commence par un 22, par Daniel Bensaïd, le 22 mars 2018 [18]
  106. "Allemagne 68" par Niall Bond, dans la revue Histoire@Politique en mars 2008 [19]
  107. "Génération, Tome 1. Les Années de rêve", par Hervé Hamon et Patrick Rotman
  108. a b c et d ""Le maoïsme en France" par Jacques Serieys 12 mars 2019 [20]
  109. a b c et d "Six Huit : mémoires d’une année en révolution", le 11 avril 2018, par Fausto Giudice [21]
  110. a b c d et e Bertolino 1969, p. 326
  111. Bertolino 1969, p. 324
  112. Bertolino 1969, p. 325
  113. a b c d e et f "L'Express du 29 avril 1968 : Étudiants, les nouveaux hussards", enquête de Guillemette de Véricourt (en 1968), reéditée dans L'Express du 30/04/2018 [22]
  114. "68, une histoire collective (1962-1981)" par Philippe ARTIÈRES, Michelle ZANCARINI-FOURNEL - 2018
  115. Déclaration lors des assises locales de l'UECF aux Bains-douches de Nanterre, chronologie des événements par Rachèle Marzui et Danièle Le Cornu [23]
  116. Le président de l'UNEF Michel Perraud parle de 300 militants CLER et L'Humanité du 19 mars de plusieurs dizaines de « troupes d'assaut » devant le local de la réunion [24]
  117. a et b Alain Monchablon, « L'UNEF avant mai. En attendant le miracle », Matériaux pour l'histoire de notre temps,‎ (lire en ligne).
  118. a et b Bertolino 1969, p. 327
  119. "Le Printemps des enragés", par Christian Charrière, Fayard 1968
  120. Biographie Maitron [25]
  121. Entretien avec Angéline Neveu (extraits) 30 novembre 2002, Montréal, par Jacques Donguy
  122. « Angéline Neveu : l’enragée de Nanterre », par Jacques Donguy, dans la revue L'Erudit [26]
  123. Autobiographie [27]
  124. Christian Charrière, Le Printemps des Enragés, Fayard, 1968.
  125. "Bernard-Henri Lévy: une vie" par Philippe Boggio Editions de La Table Ronde, 2005
  126. a b c et d "Les résidents de Nanterre", dans l'émission de l'ORTF, Tel quel 26 mars 1968 time code min 40 s [28]
  127. a b c et d " Le Figaro et le gaullisme en Mai 683", par Claire Blandin, Historienne à l'Université de Paris-Est, dans la revue Médiamporphoses [29]
  128. a b c d et e Le Printemps des enragés par Christian Charrière, 1968 Le%20Printemps%20des%20enrag%C3%A9s&f=false
  129. a b et c "Lucien Rioux et René Backmann, L'Explosion de mai 1968. Histoire complète des événements, Paris, Robert Laffont, 1968 [30]
  130. Article de Christian Charrière dans Combat (journal) du 28 mars
  131. ,avant de couvrir de près la suite des événements de Mai 68 et d'en tirer à la fin de l'année son premier ouvrage Le Printemps des enragés, comportant des précisions biographiques familiales sur Cohn-Bendit inédites
  132. a b et c "Chronologie des événements à Nanterre en 1967-1968", par Rachel Mazuy et Danièle Le Cornu, dans Matériaux pour l'histoire de notre temps 1988
  133. a b c et d La direction et les députés du PCF à l'épreuve de Mai-Juin 68 " par Jean Vigreux et Emmanuel Ranc, dans la revue Parlements 2008 [31]
  134. Alain Peyrefitte, De Gaulle, vol. 2, Fayard, (ISBN 978-2-213-67450-6, lire en ligne)
  135. « Le choix du PSU », par Roland Cayrol, dans la Revue française de science politique en 1967 [32]
  136. "Jacques Sauvageot, l’ami et le militant disparu" par Michel Perraud dans La Marseillaise du 5 novembre 2001 [33]
  137. a b et c « Nouvelles bagarres à la faculté de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  138. Le Romarin, le Seringa et la blanche Aubépine" par Gilbert Bereziat - 2013
  139. Chronologie de Mai 68 - 21 avril 1968 [34]
  140. HISTOIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES FRANÇAISES selon la FAGE 24 FÉVRIER 2013 [35]
  141. a et b Frédéric Charpier, Génération Occident, Le Seuil, , 400 p. (ISBN 9782020614139).
  142. Charpier 2005, p. 142.
  143. « Incidents à Paris et à Rennes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  144. a et b Bertolino 1969, p. 368.
  145. "De Gaulle, Volume 2 par Alain Peyrefitte [36]
  146. En 1998, Libération mentionnera par erreur que la bagarre a eu lieu devant le local de l'UNEF Nanterre, qui est juste à côté [37]
  147. "La droite buissonnière" par François Bousquet, Editions du Roche, 2017
  148. a b c et d Le Monde, 28 avril, p. 8 et 30 avril, p. 4
  149. Nécrologie dans La Dépêche du 30/08/2019
  150. a et b Le Monde, 3 mai, p. 14.
  151. a et b « Les cours de la faculté des lettres reprendraient progressivement à Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  152. a et b « Inter actualités de 20H00 du 27 avril 1968 à partir de 8 minutes 45 sur le journal », sur INA.
  153. « L’agitation chez les étudiants / Nanterre : les "pro-chinois" empêchent M. Juquin de parler », dans Le Monde du 27 avril, page 11
  154. a b et c " De battre mon cœur n'a jamais cessé", par Pierre Juquin, 2006
  155. a et b « Le rêve de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  156. Nanterre. 27 avril 1968, débat entre militants du “22 Mars” et de l’UJCml. Daniel Cohn-Bendit, Serge July (au fond à gauche), Jacques Rémy (au fond, en chemise), Roland Castro, photo de Gérard Aymé [38]
  157. a et b « Le parti communiste ne sous-estime plus la "malfaisante besogne " des " pro-Chinois " », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  158. Rédaction, Le PCF dénonce l'anarchiste allemand Cohn-Bendit, L'Obs, 3 mai 2008, [lire en ligne].
  159. a b et c Réalisé avec les archives de l'Agence France-Presse [39]
  160. Ciné-Archives, Archives françaises du film [40]
  161. a b et c Cité par Le Monde, 3 mai, p. 24.
  162. a et b Le Monde, 3 mai 1968, p. 24.
  163. Corinne Delvaux, « Le slogan : "Nous sommes tous des juifs allemands" », sur Karambolage-Arte, .
  164. Rédaction, "Nous sommes tous des juifs allemands", L'Obs, 23 mai 2008, [lire en ligne].
  165. Paul Clavier, « Nous sommes tous des êtres humains », hors série Le Monde-La Vie, no 6, « L'Atlas des minorités », 2011, pp. 146-147.
  166. 415 affiches de mai-juin 68.
  167. Artprecium Vente aux enchères d'œuvres d'art [41]
  168. "Génération. Les années de rêve: Les Années de rêve", par Hervé Hamon et Patrick Rotman, 1967
  169. "Les cinq erreurs du préfet de police Grimaud"
  170. a b c et d Article de Frédéric Lewino et Pauline Tissot dans Le Point du 1er mai 2018 [42]
  171. a b et c Le Monde des 5 et 6 mai, en page 24
  172. a et b « Le 3 mai vu par Mathieu Bermann, commentaire des images d'archives de l'ORTF », Libération,‎ (lire en ligne).
  173. Confirmé par le témoignage d'Alain Madelin, dans « Le Journal inattendu » de RTL, le 31 mars 2008 [43]
  174. "Histoires secrètes de la République" par Philippe Massoni - 2012- aux Editions De La Martinière
  175. Le Monde du mardi 7 mai 1968 note en page 11
  176. Le Monde du mardi 7 mai, page11 
  177. a b c d et e "Les clercs de 68, par Bernard Brillant 2015
  178. Bertolino 1969, p. 46.
  179. Bertolino 1969, p. 47.
  180. Bertolino 1969, p. 50.
  181. Bertolino 1969, p. 49.
  182. "L'iconographie de Mai 68 : un usage intentionnel du photoreportage noir et blanc ou couleur - L'exemple de Paris Match (mai-juin 1968)", par Audrey Leblanc, le 16 février 2009 dans la revue web Sens Public [44]
  183. "Le général de Gaulle est en voyage officiel en Roumanie" par L'Obs du 7 mai 2008 [45]
  184. "Paris Match" le 26/05/2018, article de Patrick Mahé [46]
  185. Guy Michaud (1911-2006), professeur de Lettres. Cf. Guy Michaud (de).
  186. Le Monde du mercredi 8 mai, page 8
  187. Le Monde du jeudi 9 mai, première page
  188. a b c et d "De Jules Ferry à Ivan Illich" par James Marangé , avec Guy Perrimond, Editions Stock, 1976 [47]
  189. a b c et d Le Monde du 10 mai, première page 
  190. "Je restais au bureau du SNESup, j'ai perdu un peu d'efficacité et c'est ce qui m'a fait aussi bureaucrate" racontera aussi Cohn-Bendit en 1975 dans Le grand bazar
  191. "Le mouvement du 22 mars sans les clichés : qui étaient ces militants de 1968 ?" par Chloé Leprince, France-Culture le 22 mars 2018 [48]
  192. a b c d e f g h et i "13 mai 1968 : la journée de l'unité" par Maïwenn Bordron, en collaboration avec Maria Contreras, sur France Culture, le 13/05/2018 [49]
  193. L'UNEF en mai et juin 1968, par Robi Morder le 19 mai 2018
  194. a b c d et e "LES RELATIONS ENTRE L(es)'UNEF ET LA CGT: MEFIANCE, POLARISATION, CONVERGENCE (Mai 1968-Avril 2006)" par Romain Vila, Année universitaire 2007-2008. Sous la direction de Sophie Béroud [50]
  195. a et b Guy Herzlich, « Meetings improvisés pour réclamer la libération des étudiants arrêtés », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  196. "Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy", par de Raphaël Glucksmann et André Glucksmann, Denoël, février 2008, page 98
  197. « Les milieux universtiaires », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  198. a b c et d "RECIT. 10 MAI 1968 : LA "NUIT DES BARRICADES" , PAR ILAN CARRO SUR FRANCE INFO [51]
  199. a b c d e et f « Une soixantaine de barricades », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  200. a et b "La légende de l'écran noir : l'information à la télévision, en mai-juin 1968" par Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel, dans la revue Réseaux. Communication - Technologie - Société en 1998 [52]
  201. a b et c "Images et sons de Mai 683" par Christian Delporte, Denis Maréchal et Caroline Moine AUX éditions Nouveau Monde, 2011 [53]
  202. selon Nicolas Berrod DANS Le Parisien du 5 avril 2019 [54]
  203. Nebia Bendjebbour dans L'Obs du 26 avril 2018[55]
  204. Témoignage de Serge Brincpourt, reporter à RTL en 1968, dans « Le Journal inattendu » de RTL, le 31 mars 2008 [56]
  205. Disque vynil Phillips Les Journalistes De R.T.L. / Jean-Pierre Farkas - Les Journées De Mai 68 [57]
  206. "Mai 68, l'héritage impossible" par Jean-Pierre LE GOFF Editions La Découverte, 2014 </[58]
  207. a et b L'Élysée en péril, 2-30 mai 1968" par Philippe Alexandre 1971, page 62
  208. Le Grand Bazar, publié en 1975
  209. "Mai 68: L'évènement Janus" par Jean-François Sirinelli, aux Editions Fayard, 2008
  210. a b c d e f g et h "La FEN en Mai 68", conférence de James Marangé le 11 janvier 1984 [59]
  211. a et b "L'explosion de mai" par René Backmann, Lucien Rioux - 1968
  212. [60]
  213. L'explosion de mai", par Lucien Rioux et René Backmann
  214. a b c d e f et g Le Monde du  dimanche 12 et lundi 13, page 4
  215. "Mai 68, un événement en deux mouvements", par Bernard Perrine et Hervé Bernard [61]
  216. « Censure à Panorama », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  217. "La presse contaminée. France-Soir, le Monde, l'Humanité et le Figaro face au conflit social" par Odile Aubourg, dans la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps de 1988 [62]
  218. a b c et d "Mai 68 à l'ORTF : Une radio-télévision en résistance"de Jean-Pierre Filiu , éditions Nouveau Monde, 2008 Préface de Jean-Noël Jeanneney [63]
  219. "L'art du débat et la réalité des choses" dans Le Monde du 18 mai 1968 [64]
  220. "La gauche intellectuelle la plus bête du monde", lettre d'Alexandre Micha, professeur de littérature française du Moyen Âge et du seizième siècle à la faculté des lettres de Nanterre, publiée le 10 mai 1968 dans Le Monde [65]
  221. Bertolino 1969.
  222. a et b "Mai 68 à l'ORTF: Une radio-télévision en résistance" par Jean-Pierre Filiu - 2011
  223. La légende de l'écran noir : l'information à la télévision, en mai-juin 1968" par Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini-Fournel dans la revue Réseaux. Communication - Technologie - Sociét, en 1998 [66]
  224. Interview de Jacques SAUVAGEOT, vice-président de l'UNEF, par Marie Thérèse GUINCHARD, ORTF, le 14 mai 1968 [67]
  225. Conférence de presse de Jacques SAUVAGEOT, vice président de l'UNEF le 17 mai 1968 [68]
  226. .Selon Gabrie
  227. "L'imagination au pouvoir, une interview de Daniel Cohn-Bendit par Jean-Paul Sartre (1968) [69]
  228. Jacques Sauvageot, Alain Geismar, Daniel Cohn-Bendit et Jean-Pierre Duteuil, La Révolte étudiante : les animateurs parlent, Paris, Éditions du Seuil, 1968, p. 70.
  229. Le Monde, 22 mai, p. 7
  230. a b c d et e « M. Cohn-Bendit assure, sans preuve qu'il y a eu des morts au Quartier Latin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  231. a b c et d « Le leader du mouvement du 22 mars ne rencontre guère de succès à Amsterdam », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  232. « Dernier hommage à Marie-France Pisier », sur lepoint.fr, .
  233. Danièle Georget, « Marie-France Pisier, l'insoumise. L'hommage de ParisMatch. », sur parismatch.com, .
  234. a et b "Le retour de "L'ordre nouveau": les métamorphoses d'un fédéralisme europée", par Jean Jacob
  235. " Le gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme" par Daniel Cohn-Bendit - 1968 -
  236. Révolte et utopie. À propos du livre de A. Touraine, Le mouvement de mai ou le communisme utopique", critique Maximilien Rubel dans la Revue française de sociologie en 1969 [70]
  237. a b et c "La révolte de Mai à travers les livres", par Frédéric Gaussen, dans Le Monde du 24 août 1968   [71]
  238. Chrisitian Mottier, « Ni Dieu ni maître », sur Radio télévision suisse, .
  239. Senghor et l'ouverture culturelle de la RFA en 68
  240. Lemire, Cohn-Bendit, page 57.
  241. Le Monde de l'éducation, S.A.R.L. Le Monde, (lire en ligne).
  242. AFP, « 46 ans après mai 68, Daniel Cohn-Bendit obtient son doctorat à Nanterre », Libération,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  243. Rédaction Le Figaro Étudiant, « Cohn-Bendit devient docteur honoris causa de l’université de Nanterre, 46 ans après mai 68 », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  244. Thibauld Malterre, « 46 ans après mai 68, Daniel Cohn-Bendit obtient son doctorat à Nanterre », AFP,‎ jeu. 11 déc. 2014 (lire en ligne).
  245. Anne Ameri-Siemens: à travers les institutions ou dans le terrorisme: les chemins de Joschka Fischer, Daniel Cohn-Bendit, Hans-Joachim Klein et Johannes Weinrich. Bischoff, 2006, p. 188 et suiv.
  246. "Joschka Fischer and the Making of the Berlin Republic', par Paul Hockenos
  247. a b c d e f et g "Le vrai Cohn-Bendit", par Emeline CAZI, Place des éditeurs, 16 décembre 2010
  248. Article de Philippe Martinat, dans Le Parisien du 20 septembre 2017 [72]
  249. a b c d et e "Daniel Cohn-Bendit : Dans deux mois, on ne me connaîtra plus", par Virginie Bloch-Lainé et Daniel Cohn-Bendit, France Culture le 23 mars 2018
  250. Daniel Cohn-Bendit : Dans deux mois, on ne me connaîtra plus" PAR VIRGINIE BLOCH-LAINÉ ET DANIEL COHN-BENDIT France Culture le 23/03/2018
  251. a b c et d Interview dans Le Monde du 9 décembre 1975
  252. a et b Le Parisien du 16 juin 2009 [73]
  253. a et b Telos, revue de la nouvelle gauche américaine fondée en mai 1968, par Paul Piccone
  254. a et b " The Passion of Joschka Fischer'", par PAUL BERMAN, dans The New Republic du 26 août 2001 [74]
  255. "Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy", par de Raphaël Glucksmann et André Glucksmann, Denoël, février 2008, page 139
  256. "Libération, la biographie" par Jean GUISNEL - 2012
  257. Morgan Sportès, Ils ont tué Pierre Overney, Grasset,
  258. Nathalie Raulin, « Cohn-Bendit: On ne se brouille pas avec André Glucksmann, on discute », Libération,‎ (lire en ligne).
  259. Sabine Stamer: Cohn-Bendit. La biographie. 2001
  260. Sophocle, Les candidats et ceux qui vont compter en 2012, L'Archipel, (ISBN 978-2-8098-0610-6, lire en ligne), p. 140
  261. "Le passé de Joschka Fischer tourne à l'affaire d'État" dans La Croix du 21 févr. 2001 [75]
  262. Dans ses mémoires, publiés en Allemagne en 1999, elle affirme être venue spécifiquement faire la connaissance de Joschka Fischer et Cohn-Bendit, selon "The Passion of Joschka Fischer", par PAUL BERMAN, dans The New Republic du 26 août 2001 [76]
  263. Lorraine Millot, « Fischer menteur? », Libération,‎ (lire en ligne).
  264. Endeweld, « L’ORTF est supprimé », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 3 février 2020)
  265. Valéry Giscard d'Estaing tenant alors à assurer le 6 janvier 1975, après les licenciements et placardisation de journalistes, que « la radio et la télévision ne sont pas la voix de la France » selon "L’ORTF est supprimé" par Marc Endeweld, dans "Le Monde diplomatique" d'avril 2012
  266. Paul Granet, Ne dites pas au Président que je suis U.D.F... il me croit socialiste, éditions de la FeniXX
  267. Reprise dans Le Monde le lendemain "M. COHN-BENDIT : un rêve vieux de six ans réapparaît", dans Le Monde daté du 22 mai 1974
  268. a b et c Hélène Miard-Delacroix, Le défi européen : de 1963 à nos jours volume 11, Villeneuve-d'Ascq, Presses Univ. Septentrion, , 394 p. (ISBN 978-2-7574-0343-3, lire en ligne), p. 166
  269. L'Express de Neuchatel du 5 novembre 1974 [77]
  270. "Sartre: l'invention de la liberté", par Michel Contat, aux Editions Textuel - 2005 page 191
  271. a et b Daniel Psenny, « Un certain Monsieur Klein », Libération,‎ (lire en ligne).
  272. Comme Klein le reconnaîtra devant un tribunal français en mars 2018
  273. Lorraine Millot, « Des «révélations» bien intéressées », Libération,‎ (lire en ligne).
  274. Couverture sensationaliste où s'étale une fille demi-nue, un sein dépassant d'un débardeur rouge, le sexe exposé, jambes écartées, selon Lorraine Millot, « Des «révélations» bien intéressées », Libération,‎ (lire en ligne).
  275. « Plage pavée », formule à mettre en relation avec « Sous les pavés, la plage » en mai 68.
  276. Daniel Cohn-Bendit, auto-présentation.
  277. a b et c Archives INA : Cohn Bendit et Grimaud à Apostrophes [78]
  278. AFP, « L'ancien terroriste allemand Hans-Joachim Klein gracié », Libération,‎ (lire en ligne).
  279. Klein précisera dans un documentaire de Jean-Marcel, Bouguereau et Daniel Leconte (Arte, 1995) préparant sa reddition : « Ça aurait été logique que j'aille voir la police. Je n'aurais jamais été en prison. On m'aurait mis en sûreté, oui, mais pas en prison. On aurait écrit des milliers de pages d'interrogatoires et on m'aurait fait ensuite passer à l'étranger […] Si j'avais parlé à l'époque, on m'aurait fait un pont d'or »
  280. a et b David Dufresne, « Les vingt-deux ans de prison intérieure de Hans-Joachim Klein. Jusqu'à son arrestation, le 8 septembre, l'ex-terroriste a vécu dans la clandestinité, grâce à un réseau de soutien », Libération,‎ (lire en ligne).
  281. "De la ville aux réseaux: dialogues avec Manuel Castells" par Géraldine Pflieger, Manuel Castells, page 32, au Presses polytechniques, 2006
  282. Archives du journal [79]
  283. Archives du journal [80]
  284. a et b Archives d'époque [81]
  285. Cazi 2010, p. 10
  286. L'interview ne mentionne qu'un "petit village" anglais", afin de protéger sa source
  287. John Follain, Jackal : The Complete Story of the Legendary Terrorist, Carlos the Jackal, Paperback, 2000, page 281.
  288. John Follain, Jackal : The Complete Story of the Legendary Terrorist, Carlos the Jackal, Paperback, 2000, page 275.
  289. La Mort mercenaire, par Hans-Joachim Klein, 1978, éditions du Seuil
  290. Nous l'avons tant aimée, la révolution par Daniel Cohn Bendit, Editions Barrault (Aubier), paru le 03/09/1986
  291. Alexandrine Bouilhet et Jean-Michel Decugis, Les sponsors intellectuels du terroriste repenti, Le Figaro, 16 septembre 1998, texte intégral.
  292. a b c et d « Le problème Cohn-Bendit ne restera pas sans solution déclare M. Giscard d'Estaing », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  293. Cazi 2010, p. 93.
  294. Lucien Rioux et René Backmann, L'Explosion de mai, Robert Laffont, , p. 503.
  295. Daniel Cohn-Bendit, Nous l'avons tant aimée, la révolution, Paris, B. Barrault, , 191 p. (ISBN 2-7360-0037-4 et 9782736000370).
  296. a b c d et e "Il y a trente ans, les Verts révolutionnaient la politique allemande" par Annabelle Georgen dans Slate du 6 mars 2013 [82]
  297. a b c d e f et g Avec Coca-Cola dans Der Spiegel du 4/08/1986 [83]
  298. "Frankfurter Vito von Eichborn a mis sur pied un éditeur peu commun en quelques années", dans Der Spiegel du 26 octobre 1987 [84]
  299. a b c et d "Sous le trottoir, l'argent" article du quotidien Die Tageszeitung du 10 décembre 1987 [85]
  300. Les Echos du 30 mars 2015 [86]
  301. a b c et d « Les Verts français ne savent pas faire de politique », Libération,‎ (lire en ligne).
  302. « Cohn-Bendit soutient Kouchner », Libération,‎ (lire en ligne).
  303. Photo d'archives du 7 mars 1999 sur Cnews [87]
  304. Libération du 21 février.
  305. "Une campagne Verte au son du tam-tam.Invité par Dieudonné, Cohn-Bendit tenait réunion en Eure-et-Loir", par Michel HOLTZ — 8 mars 1999   dans Libération [88]
  306. "A Dreux, le Black Dieudonné se veut l'héritier de Coluche" par BEATRICE GURREY le 18 janvier 2001 dans Le Monde [89]
  307. "Le «cocorico» de Dieudonné"par Didier HASSOUX — 2 février 2002  dans Libération [90]
  308. Le 4 mars 2001, Dieudonné renonce également à se présenter aux municipales de Dreux pour laisser toutes ses chances au candidat socialiste Le Point 9 février 2001
  309. Article de Béatrice Gurrey le 9 février 2001 dans Le Monde [91]
  310. a et b Article(s) de Didier Hassoux
  311. a b et c « Statistiques sur l'activité de Daniel Cohn-Bendit au Parlement européen », sur votewatch.eu.
  312. « Résultats des élections européennes 2009 - Circonscription Ile-de-France », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 13 novembre 2015).
  313. « Résultats des élections européennes 2009 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 13 novembre 2015).
  314. Réponse donnée à 37:00, dans Les Questions du mercredi sur France Inter et Dailymotion, le .
  315. « Daniel Cohn-Bendit obtient la nationalité française », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 9 novembre 2015).
  316. « Daniel Cohn-Bendit obtient la nationalité française », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2015).
  317. Isabelle Rey-Lefebvre, « Dany le rouge » au conseil d'administration de l'université de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2012).
  318. « Daniel Cohn-Bendit au conseil d'administration de... Nanterre ! », sur Le Point, (consulté le 13 novembre 2015).
  319. « Cohn-Bendit au CA de la fac de Nanterre », sur Le Figaro, (consulté le 13 novembre 2015).
  320. « Europe Écologie se prononce contre le traité européen », sur Le Figaro, (consulté le 13 novembre 2015).
  321. « Daniel Cohn-Bendit et les Verts, un divorce annoncé », sur Le Figaro, (consulté le 13 novembre 2015).
  322. « Cohn-Bendit en partance d'Europe Écologie-Les Verts », sur Le Figaro, (consulté le 13 novembre 2015).
  323. « Daniel Cohn-Bendit quitte officiellement EELV », sur Le Huffington Post, (consulté le 13 novembre 2015).
  324. « Cohn-Bendit crée son think-tank », sur Le Figaro, (consulté le 13 novembre 2015).
  325. Margaux Baralon, « À 70 ans, Daniel Cohn-Bendit obtient la nationalité française », sur La Croix.com, (consulté le 26 décembre 2016).
  326. "Des intellectuels et dirigeants écologistes appellent à une primaire à gauche" dans Les Echos du 10 janvier 2016 [92]
  327. "Cohn-Bendit juge que les primaires à gauche "ne sont plus possibles", Europe 1, le 5 avril 2016 [93]
  328. BFMTV, « Face au FN, Daniel Cohn-Bendit soutient Macron », sur BFM TV (consulté le 27 février 2017).
  329. « Cohn-Bendit ne remplacera pas Hulot comme ministre de l’écologie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  330. « Remaniement: «J’ai envie de soutenir Macron», indique Daniel Cohn-Bendit », sur 20minutes.fr, .
  331. Daniel Cohn-Bendit, Romain Goupil, leur film, leurs amis…" par Guillemette Faure, dans Le Monde du 4 mai 2018
  332. "n débat de haut vol sur l'après Mai-68" par Isabelle Lê, dans Ouest-France 20/05/2018
  333. Le "couple Dany", un drôle de tandem qui chuchote à l'oreille d'Emmanuel Macron
  334. « Daniel Cohn-Bendit - Biographie », sur www.cohn-bendit.eu (consulté le 8 novembre 2015).
  335. Amandine Rebourg, « Daniel Cohn-Bendit en guest star dans Fais pas ci, Fais pas ça sur France 2 », sur metronews, (consulté le 25 février 2016).
  336. « Daniel Cohn-Bendit, l'énervé d'Europe 1 », sur tvmag.lefigaro.fr (consulté le 8 novembre 2015).
  337. « Daniel Cohn-Bendit rejoint la matinale d'Europe 1 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  338. qui réunit en un an 3,31 millions d'auditeurs, les chiffre de 210.000 à 193.000 auditeurs de plus en un an étant cités
  339. "Audiences radio: bilan globalement négatif" par Véronique Groussard dans L'Obs du 19 novembre 2014 [94]
  340. " Médiamétrie : comment les radios se proclament toutes premières", par Cédric Mathiot , Baptiste Bouthier et Juliette Deborde dans Libération du 19 novembre 2014
  341. "Europe 1 : où sont passés les 518.000 auditeurs perdus?" par Enguérand Renault, dans Le Figaro' du 16/11/2018[95]
  342. « Europe 1 : Daniel Cohn-Bendit remercié, Maxime Switek sur le départ », sur ozap.com, (consulté le 17 juin 2018).
  343. « Daniel Cohn-Bendit: il a fait de « jouir sans entrave », son slogan », sur Gala.fr, (consulté le 19 mars 2016).
  344. « Un « bréviaire pédago » de Mélenchon pour démonter le traité européen », sur liberation.fr, (consulté le 28 septembre 2015).
  345. « Cohn-Bendit président d'un club de foot », sur lefigaro.fr, (consulté le 28 septembre 2015).
  346. Marc Fourny, « Daniel Cohn-Bendit révèle l'existence d'une fille cachée », (consulté le 24 juin 2016).
  347. « Discours de M. Joschka Fischer sur la finalité de l'intégration europ… », sur lesverts.fr, (consulté le 13 avril 2018).
  348. « Pour un référendum sur la Constitution à l’échelle européenne », sur lipietz.net, (consulté le 20 novembre 2015).
  349. Alain Lipietz, « Le Parti Vert européen pour le Oui », sur lipietz.net, (consulté le 20 novembre 2015).
  350. « Qui nous sommes | Spinelli Group », sur www.spinelligroup.eu (consulté le 20 novembre 2015).
  351. « http://blog.lesfederalistes.eu/?p=813 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  352. « Hue/Cohn-Bendit : le libéralisme en plat de résistance », sur L'Humanité, .
  353. « Des services comme le téléphone, la poste, l’électricité n’ont pas de raison de rester dans les mains de l’État », Libération,‎ .
  354. « Cohn-Bendit et Besancenot s'affrontent sur l'Europe et les services publics », .
  355. dossier sur Daniel Cohn-Bendit, La Décroissance, no 56, février 2009, p. 8.
  356. « Cohn-Bendit anime la fin de l'université d'été du Medef », sur lesechos.fr, (consulté le 12 février 2016).
  357. « http://www.medef13.com/main/core.php »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  358. Acrimed, « Au nom du pluralisme, taisez-vous ! », sur Acrimed,
  359. « Il y a une vraie folie ambiante ». Entretien exclusif avec Daniel Cohn-Bendit. », Presse et Cité, .
  360. « Stupidité et malveillance » : le sarkozysme selon Cohn-Bendit ». Propos recueillis par Luc Bronner et Gérard Courtois. », Le Monde, .
  361. « Vidéo: Vote du 9 février: le programme Erasmus est gelé, dès cette année 2014 », sur rts.ch, (consulté le 24 juillet 2016).
  362. « Étudiants suisses exclus du programme Erasmus dès l'automne », sur rts.ch, (consulté le 24 juillet 2016).
  363. « Ouvrons les portes de l'immigration ! - Video », sur www.europe1.fr (consulté le 14 juin 2015).
  364. Présentation sur Canal-U.
  365. Daniel Cohn-Bendit, Le grand bazar : entretiens avec Michel Lévy, Jean-Marc Salmon, Maren Sell, Paris, P. Belfond, , 190 p. (ISBN 2-7144-3010-4 et 9782714430106).
  366. Archives de la RTS d'octobre 1975 [96]
  367. "Affaire Matzneff : des propos de Daniel Cohn-Bendit sur ses “rapports émotionnels et même sexuels” avec des enfants refont surface", par AuteurAmaury Brelet le 9 janvier 2020 sur le site de Valeurs Actuelles [97]
  368. L'homme politique Daniel Cohn-Bendit tenait, en 1975, sur la TSR, des propos plus qu'ambigus à propos de ses rapports avec les enfants. Archives. le 28 octobre 2015 [98]
  369. Cohn Bendit adore les enfants
  370. Au cours de cette « émission »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), intitulée « Quelles valeurs pour demain ? » et où il présentait le livre d'Ingolf Diener et Eckard Supp Ils vivent autrement. Les Alternatifs de la RFA (Stock, 1982), il déclare également : « Je viens à 9 heures du matin retrouver mes huit petits gosses entre 16 mois et 2 ans. Je vais leur torcher le cul, Je vais… les chatouiller, ils me chatouillent, on se fait des papouilles. […] Vous savez que la sexualité d’un gosse… ».
  371. « Arrêt sur images, Cohn-Bendit et les accusations de pédophilie, une histoire ancienne de 34 ans », arretsurimages.net, 5 juin 2009.
  372. « Cohn Bendit Fisher »
  373. a et b Libération du 4 septembre 2018 [99]
  374. a b c et d "COHN-BENDIT ET LES ACCUSATIONS DE PÉDOPHILIE, UNE HISTOIRE ANCIENNE DE 34 ANS", par Justine Brabant dans Arrêt sur images du 5 juin 2009 [100]
  375. Les extraits du livre sont ainsi publiés par la presse allemande (Bild), britannique (The Independent) et italienne (La Repubblica).
  376. a b et c Des «révélations» bien intéressées", par Lorraine Millot dans Libération du 23 février 2001 [101]
  377. Libération du .
  378. « L'autocritique de Daniel Cohn-Bendit sur l'une de ses provocations de jeunesse », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  379. «Libé» en écho d'un vertige commun, par Sorj CHALANDON Libération du 23 février 2001
  380. Marie-Laure Hardy, « Bernard Muldworf : “Il fallait être opposé à la contrainte” », L'Express, 1er mars 2001.
  381. Le devoir d'inventaire" par Jacqueline Remy, dans L'Express du 1er mars 2001
  382. "L'affaire Cohn-Bendit ou le procès de Mai 68" par Paul Quinio le 23 février 2001  [102]
  383. "Trente ans après, par SERGE JULY, éditorial de Libération 23 février 2001 [103]
  384. "Trois soixante-huitards dénoncent un «procès stalinien»", Libération, 23 février 2001  [104]
  385. ""Cohn-Bendit et mai 68 : quel procès ?" pétition dansLibération du 23 [105]
  386. Ecologistes du Voironnais [106]
  387. BEATRICE GURREY ET ARNAUD LEPARMENTIER, « Après une semaine de « chasse à l'homme », M. Cohn-Bendit veut « reprendre ses esprits », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  388. Lors de l'émission France Europe Express du .
  389. Au cours de la campagne pour les élections européennes de 2009.
  390. a et b « Insultes sur un plateau télé entre Cohn-Bendit et Bayrou », sur Le Figaro, (consulté le 9 mai 2016).
  391. « Gros clash entre Freysinger et Cohn-Bendit sur la TSR », 20 Minutes, .
  392. « Jean-Marie Le Pen rappelle à Daniel Cohn-Bendit son passé pédophile », TF1, .
  393. « Nous savons qu’il n’a jamais porté atteinte à nos enfants », écrivent-ils. Les enfants eux-mêmes y rejettent « toute tentative de rapprochement entre Daniel Cohn-Bendit et des personnes coupables d’abus sexuels sur enfants. »
    Paul Quinio, « L'affaire Cohn-Bendit ou le procès de mai 68 », Libération, .
  394. Marie Guichoux, « L'innocence, on l'avait rêvée », Libération, .
  395. Jean-Michel Helvig, « Retour sur les polémiques autour de la génération 68 », Libération, .
  396. Paul Quinio, « L'affaire Cohn-Bendit ou le procès de mai 68 », Libération, .
  397. Daniel Cohn-Bendit sur RTL, mars 2001.
  398. « Les extraits du livre de Daniel Cohn-Bendit qui font polémique », sur L'Obs, (consulté le 27 mai 2016).
  399. Daniel Cohn-Bendit justifie en 2001 ses propos tenus dans Le Grand Bazar (1975), où il décrivait des contacts clairement pédo-sexuels, comme étant une « provocation intolérable », due au contexte de l'époque, et non des actes s'étant réellement déroulés. L.D. et J.-P. M., « Pédophilie. Polémique autour de propos " insoutenables " de l’ancien leader étudiant. », dans L'Humanité, .
  400. « Bayrou dérape face à Cohn-Bendit à la télé », L'Express, 4 juin 2009.
  401. Anne-Claude Ambroise-Rendu, interview par Cécile Andrzejewski, « Gabriel Matzneff constitue un super-dominant », Médiapart, 04 janvier 2012
  402. a et b Citée par Alice Galopin Marie-Violette Bernard, site de France Télévisions le 5 janvier 2020
  403. « Non, l’époque de Gabriel Matzneff n’était pas complaisante ! », tribune de l'écrivaine Sylvie Brunel, Le Monde du 1er janvier 2020
  404. "Affaire Matzneff : Bernard Pivot exprime ses regrets" dans Le Point du 31/12/2019 [107]
  405. « Cohn-Bendit renonce à un prix pour éviter la polémique », sur Le Parisien, .
  406. « Ich war damals ja auch als Student in Frankfurt, als Cohn-Bendit und Joschka Fischer da waren. Ich habe an denselben Demonstrationen teilgenommen. Und ich muss sagen : ich glaube Cohn-Bendit kein Wort, wenn er seine Äußerungen zum Sex mit Kindern heute als Provokation, als reine Theorie hinstellt. ».
  407. (de) « Ich glaube Daniel Cohn-Bendit kein Wort », Die Welt,‎ (lire en ligne).
  408. « Un étudiant anarchiste », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  409. Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin.
  410. (nl) « Dr. D.M. (Daniel) Cohn-Bendit », sur Université de Tilbourg (consulté le 13 octobre 2020).
  411. « Les Docteurs Honoris Causa de l'Université Saint-Louis - Bruxelles », sur université Saint-Louis - Bruxelles (consulté le 13 octobre 2020).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

VidéosModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :