Ouvrir le menu principal

Montaigu (Jura)

commune française du département du Jura
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaigu.

Montaigu
Montaigu (Jura)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Espace Communautaire Lons Agglomération
Maire
Mandat
Martial Vincent
2014-2020
Code postal 39570
Code commune 39348
Démographie
Gentilé Montacutains
Population
municipale
451 hab. (2016 en diminution de 8,7 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 37″ nord, 5° 34′ 10″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 544 m
Superficie 7,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Montaigu

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Jura (département)
City locator 14.svg
Montaigu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaigu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaigu

Montaigu est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Sur une forte pente, Montaigu domine la ville de Lons-le-Saunier.

Communes limitrophesModifier

ÉconomieModifier

HistoireModifier

Le château et la seigneurie de Montaigu[1],[2] relèvent de la Maison de Bourgogne-Auxonne-Chalon au moins depuis le début du XIIIe siècle : Etienne II ou III comte d'Auxonne et prétendant à la comté de Bourgogne, arrière-petit-fils du comte de Bourgogne Etienne Ier, y élève un château sur la montagne Mons Acutus dominant la ville antique de Chavenay/Cavenniacum et le prieuré St-Martin détruit en 1208. Un accord de 1208 avec Thiébaud abbé de Baume-les-Messieurs régularise la situation : Étienne reconnaît tenir son fief de l'abbé. Au moins depuis le XIIe siècle, il y avait aussi une famille féodale locale, les de Chavenay.

Associé au fief du bourg de Lons-le-Saunier[3], Montaigu passe dans la suite du XIIIe siècle au fils d'Étienne, Jean le Sage ou l'Antique comte de Chalon, à son petit-fils Hugues comte de Bourgogne, puis au fils cadet de ce dernier, Renaud comte de Montbéliard. Alix, la dernière fille du comte Renaud, est dame de Montaigu, du bourg de Lons et de Montfleur ; elle épouse Jean II de Chalon-Auxerre comte d'Auxerre et de Tonnerre : ainsi Montaigu, Montfleur et le bourg de Lons-le-Saunier vont à des cousins, aussi issus de Jean l'Antique, les Chalon-Auxerre-Tonnerre, notamment leur branche cadette de Châtelbelin (Tristan, fils cadet d'Alix et du comte Jean II d'Auxerre et Tonnerre, † assassiné en 1369, sire d'Orgelet, Arinthod, Dramelay, Châtel-Belin, Monnet, Montfleur, Rochefort, Montaigu ; puis son propre fils Jean, † sans postérité en 1396 à Nicopolis, dont hérite son petit-cousin Louis II ci-après, comte de Tonnerre, arrière-petit-fils de Jean II).

Endetté et dissipateur (comme son père Louis Ier, et surtout ses oncle et grand-père Jean IV et Jean III de Chalon-Auxerre qui ont cédé en 1370 leur comté d'Auxerre au roi Charles V), Louis II de Chalon-Tonnerre cède vers 1400 ses biens comtois — dont Montaigu et le bourg de Lons — à son cousin Jean III de Chalon-Arlay prince d'Orange (aussi issu de Jean l'Antique et, en lignée féminine, du comte Renaud de Montbéliard)[4]. Il y eut également des interventions des suzerains : le duc-comte de Bourgogne puis les Habsbourg (aussi issus de Jean le Sage et du comte Hugues ci-dessus).

Philibert de Chalon-Arlay, prince d'Orange, baron de Lons et d'Arlay, arrière-arrière-petit-fils de Jean III ci-dessus, est sire de Montaigu de 1502 à 1530, puis son neveu René de Chalon, † 1544, et les héritiers de ce dernier, les stathouders Orange-Nassau[5]. Mais le Taciturne est confisqué et mis au ban de l'Empire en mars 1580 par Philippe II pour sa rébellion. Ses héritiers retrouveront ses biens (en 1601 : son fils Frédéric-Henri, 1584-1647, père de Guillaume II de Nassau), mais de nouvelles saisies interviendront en 1621-48 et 1674-78.

En règlement d'un différend ouvert depuis fort longtemps[6],[7],[8], Guillaume III (1650-1702 ; fils de Guillaume II de Nassau, 1626-1650 ; par ailleurs roi d'Angleterre en 1689), cède finalement ses biens francs-comtois de mauvaise grâce, le 17 mai 1684, au deuxième prince d'Isenghien (Izegem[9]), Jean-Alphonse de Gand-Vilain de Merode, cinquième comte de Middelbourg (1655-1687)[10],[11]. En fait, le procès-fleuve continue : contestation par Guillaume III lui-même au traité de Ryswick en 1697 ; puis par les Hohenzollern en 1702 — électeurs de Brandebourg, rois de Prusse et héritiers des Nassau en tant que descendants en lignée féminine du stathouder Frédéric-Henri. Les fils de Jean-Alphonse — le maréchal Louis (1678-1767, troisième prince d'Isenghien) et son frère cadet Alexandre-Maximilien-Balthazar de Gand-Vilain (1683-1759, septième comte de Middelbourg, alias le comte de Mérode) — entrent enfin en possession de l'héritage le 4 avril 1730 par jugement du Conseil du roi Louis XV. Puis la fille d'Alexandre-Balthazar, Elisabeth-Pauline (1737-† guillotinée le 6 février 1794 ; c'est la fameuse dame d'Arlay et de Nozeroy), épouse en 1755 Louis-Léon-Félicité de Brancas duc de Villars et de Lauraguais : parents de Pauline-Louise de Brancas (1755-1812), femme de Louis-Engelbert duc d'Arenberg et d'Arschot (1750-1820), d'où postérité.

Vers 1641/1642 le fameux capitaine Lacuzon, alias Claude Prost[12], s'installe aux châteaux de Montaigu et de Saint-Laurent-la-Roche : la geste de cet aventurier le place au carrefour d'un généreux patriote, vrai Robin-des-Bois franc-comtois, et d'un opportuniste, seigneur brigand, soudard et prédateur. Mandaté officiellement par les autorités espagnoles, il résiste à l'invasion française sous Louis XIII et Louis XIV (après celle survenue sous Henri IV). Mais en 1668, les Français détruisent de fond en comble ses châteaux de Montaigu et St-Laurent (Lacuzon avait aussi occupé le château de Binans en 1671), et il doit s'exiler en 1674 puis en 1680/1681 à Milan où il meurt en décembre 1681.

La saline de Montaigu est exploitée de 1892 à 1959.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules au croissant d'argent.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Claude Garcin    
mars 2008 En cours Martial Vincent[13] DVD Retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2016, la commune comptait 451 habitants[Note 1], en diminution de 8,7 % par rapport à 2011 (Jura : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
738758748723805783745783780
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700705743766771777716653643
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
617624580515563586580637666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
801601628587536506505503500
2013 2016 - - - - - - -
472451-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

VoiesModifier

39 odonymes recensés à Montaigu
au 23 novembre 2013
Allée Avenue Bld Chemin Cours Impasse Montée Passage Place Quai Rd-point Route Rue Ruelle Autres Total
0 1 0 14 0 0 0 0 2 0 0 4 10 [N 1] 0 8 [N 2] 39
Notes « N »
  1. Dont une Rue du 25-Août-1944
  2. Voie(s) en relation avec divers hameaux, quartiers, lieux-dits, écarts, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

ÉdificesModifier

 
L'église de Montaigu.
  • Église de Montaigu

PhilatélieModifier

En 2006, un timbre de 0,53 euro multicolore est émis. Il représente Rouget de Lisle chantant la Marseillaise d'après le tableau d'Isidore Pils, avec à gauche le village de Montaigu et à droite la ville de Lons-le-Saunier. Il a bénéficié de deux cachets premier jour, un à Paris le 13 juillet et un second à Lons-Le Saunier le 14 juillet. Il porte le numéro YT 3939[18].

Personnalités liées à la communeModifier

(par ordre chronologique de naissance)

  • Lacuzon [Claude Prost] (Longchaumois, Jura v. 1607 - Milan, Italie 1681) : résistant et indépendantiste comtois ; devint gouverneur de l'ancien château de Montaigu (où il installa, de l'automne 1640 à la Toussaint 1641, son quartier général).
  • Claude Joseph Rouget de Lisle (Lons-le-Saunier, Jura 1760 - Choisy-le-Roi, Val-de-Marne 1836) : poète ; auteur de La Marseillaise. Il passa son enfance à Montaigu et aussi quelques années à partir de 1812, dans la maison paternelle sise chemin de Vatagna/rue du 25 août 1944.
  • Germaine Peyroles (1902-1979), femme politique, députée, née à Montaigu.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Montaigu (39) », sur Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, par Alphonse Rousset, tome 4, 1854 ; mis en ligne par le Cegfc (Centre d’entraide généalogique de Franche-Comté)
  2. Ne pas confondre avec Montaigu en Haute-Saône, dont les Chalon-Montaigu (rameau puîné de la branche aînée des Chalon-Bourgogne-Comté issue du comte Hugues ; les Chalon-Auxerre-Tonnerre et les Chalon-Arlay sont des branches plus cadettes, issues du père du comte Hugues, le comte Jean l'Antique ou le Sage) furents seigneurs avant leurs descendants les Neufchâtel-Bourgogne-Montaigu.
  3. « Lons-le-Saunier, p. 494 sq., notamment pp. 500-501, 506, 510, 523, 530-533 », sur Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, tome 3, par Alphonse Rousset, chez Bintot, 1855
  4. Le père de Jean III de Chalon-Arlay, Louis Ier de Chalon-Arlay était sire de Nozeroy, Arlay, Bletterans, et déjà seigneur de l'autre partie de Lons depuis 1368/1370 : le bourg Saint-Désiré, plus Pymont et Montmorot, fiefs venus de sa femme Marguerite de Vienne-Ruffey, la mère de Jean III d'Arlay (cf. l'article Sainte-Croix) : la baronnie de Lons-le-Saunier est donc réunie.
  5. Les Orange-Nassau héritent de tous les biens de René de Nassau-Chalon – Lons-le-Saunier, Arlay, Bletterans, Sainte-Agnès, Nozeroy et la Montagne, Salins et Châtel-Belin, Arguel, Orgelet... – Guillaume le Taciturne étant le cousin germain de René par les Nassau-Dillenbourg, mais sans lien du sang avec les Chalon ni les Orange. Cependant, la mère d'Henri-Frédéric, Louise de Coligny fille de l'Amiral, descendait plusieurs fois des Chalon, comme d'ailleurs les d'Arenberg d'Arschot. La position des Orange-Nassau en Franche-Comté était en fait intenable, leur suzerain le comte de Bourgogne/Franche-Comté étant leur pire ennemi que ce soit Philippe II de Habsbourg ou plus tard Louis XIV. La décision de 1730 fait passer leurs biens francs-comtois aux Gand-Vilain-Isenghien, mais sans les titres, que les Orange-Nassau des Pays-Bas conservent avec la devise des Chalon : « Je maintiendrai » (« Je maintiendrai Chalon », au départ).
  6. Certains disent depuis 1530 (plutôt 1531 ?), d'autres depuis le début du XVIIe siècle (1621). L'affaire est liée à l'aliénation de fiefs flamands — notamment Tronchiennes, Rollancourt, Wahagnies... — appartenant à la famille de Lannoy puis vendus par leurs héritiers d'Egmont (Françoise de Lannoy épouse en 1531 Maximilien d'Egmont troisième comte de Buren) et d'Orange-Nassau (leur fille Anne d'Egmont est la première femme en 1551 de Guillaume d'Orange-Nassau), éteints en 1618 à la mort du prince d'Orange Philippe-Guillaume (1554-1618 ; sans postérité ; fidèle aux rois catholiques contrairement à son père et ses demi-frères ; fils aîné du Taciturne et d'Anne d'Egmont). Or les contrats de mariage de 1531 et 1551 spécifiaient qu'à défaut de descendant direct, ces terres retourneraient à la lignée des Lannoy. Les Merode, plus proches héritiers par le sang des Lannoy (Marguerite de Lannoy, † 1572, tante paternelle de Françoise, eut de son mariage avec Jean d'Ongnies, † 1545 : Philippe d'Ongnies, † 1583, sire de Quesnoy, et aussi de Middelburg par son union avec Marguerite/Marie de Hames ; ils furent parents de Marguerite d'Ongnies (1540-1602) dame de Middelbourg, épouse de Richard V de Merode-Frentz(en), † 1577, et mère de (Charles)-Philippe de Merode,1571-1625), n'obtenant que les seigneuries de Lys et Lannoy, s'estimèrent spoliés du reste. (Charles)-Philippe de Merode († 1625, vicomte d'Ypres, premier comte de Middelbourg en 1617, Grand-bailli de Bruges, gouverneur de Tournai, Grand-veneur de Flandre, maître d'Hôtel des archiducs Albert et Isabelle, fidèle à la Couronne espagnole) intenta alors une action en 1621 destinée à faire rendre gorge aux princes d'Orange-Nassau, protestants, demi-frères héritiers principaux de Philippe-Guillaume, mais non issus des Lannoy ni des Egmont car venus de deux autres mariages du Taciturne (ils eurent aussi le comté de Buren). Les fiefs en jeu avaient été aliénés depuis longtemps, mais les Merode estimaient avoir droit au moins aux profits dégagés par les ventes des biens Lannoy organisées depuis près d'un siècle c'est-à-dire depuis Maximilien d'Egmont. Lys et Lannoy, et bien sûr Middelbourg, échurent ensuite à Philippe, fils homonyme du premier (Charles)-Philippe de Merode, né en 1609-† sans postérité en 1629, puis à sa sœur Marguerite-Isabelle de Merode, † 1679, épouse en 1611 de Philippe-Lamoral de Gand-Vilain, troisième comte d'Isenghien, † 1631 : leur fils Philippe-Balthazar (1616-1680), quatrième comte de Middelburg, quatrième comte et premier prince d'Isenghien et de Masmines, fut le père du prince Jean-Alphonse (1655-1687) ci-dessous. L'action judiciaire initiée en 1621 déboucha sur un procès interminable, ponctué par des décisions de la Cour féodale de Brabant, du Conseil de Malines et du Conseil privé de Bruxelles (février 1657, 1659, 1660, 1661, 1672, 1701, 1702), toutes favorables aux Gand-Vilain de Merode d'Isenghien et leur accordant argent ou terres en guise d'indemnisation, mais jamais suivies d'effets, ou par des tentatives d'accommodement entre les parties (accord du 31 mars 1662, avec un début d'exécution par les Orange-Nassau stoppé en 1672). En fait, les Merode-Isenghien ne pouvaient contraindre les Orange-Nassau pour leurs biens sis aux Provinces-Unies, où ils régnaient en maîtres, ni pour leurs biens sis en Flandre et dans le SERG (Luxembourg, Allemagne, Franche-Comté) sous contrôle Habsbourg : car les Habsbourg étaient certes les ennemis jurés des Orange-Nassau, mais aussi leurs alliés objectifs contre leur ennemi commun Louis XIV, et devaient donc prudemment les ménager. Le combat judiciaire des Gand-Merode-Isenghien paraissait vain et voué forcément à l'échec, mais c'était sans compter avec leur incroyable ténacité procédurière. Tout changea quand l'affaire se poursuivit en France, après les annexions de territoires Habsbourg réalisées par le Roi-Soleil en 1668-1683. Les Gand-Vilain demandèrent en 1681, juin 1682, 1683, mai 1684, juillet 1686, devant les Parlements de Tournai, Metz et Besançon, la saisie et l'adjudication de fiefs Orange-Nassau relevant désormais du royaume de France : Warneton, Dasburg, Saint-With, Vianden, ou bien les domaines comtois (la Franche-Comté passe à la France en 1679 par la Paix de Nimègue)... Avec les intérêts courant depuis 1621, les sommes en jeu devenaient pharamineuses. Pour les Gand-Merode-Isenghien, ce fut la belle et bonne aubaine, le pactole, bref le jackpot : Jean-Alphonse de Vilain de Gand obtint réellement Warneton en 1682 et les biens comtois en mai 1684, décision menacée par le traité de Ryswick de 1697, mais confortée finalement par l'arrêt de Louis XV le 4 avril 1730, qui dédommagea définitivement les Isenghien en leur confirmant tous les biens francs-comtois des Orange-Nassau mais sans les titres nobiliaires afférents, conservés par les Orange-Nassau.
  7. « Mémoire pour le prince d'Isenghien, p. 435-462 », sur Actes & Mémoires touchant la Paix d'Utrecht, t. III, chez Guillaume vande Water et Jacques van Poolsum à Utrecht,1714
  8. « Chap. XVI, Les derniers seigneurs des montagnes ; Réaumont, p. 293-294 », sur Les hautes montagnes du Doubs, par l'abbé Constant-Joseph Narbey, chez Ambroise Bray à Paris, 1868
  9. « Van Stavele », sur Racines & Histoire
  10. « Gand de Merode, p.15 », sur Racines & Histoire
  11. « Lannoy, chap. VIII, p. 43-47 », sur Précis de l'histoire de Lannoy, par Théodore Leuridan, chez Danel à Lille, 1868
  12. « Lacuzon », sur Longchaumois : un peu d'histoire
  13. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. Catalogue Yvert et Tellier, Tome 1

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier