Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Lons-le-Saunier

commune française du département du Jura (chef-lieu)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lons (homonymie).

Lons-le-Saunier (Ledo salinarius, « ville du sel » en latin ; prononciation : lɔ̃s.lə.so.nje), est une commune française, chef-lieu du département du Jura.

Lons-le-Saunier
Place de la Liberté.
Place de la Liberté.
Blason de Lons-le-Saunier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura (préfecture)
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Lons-le-Saunier-1
Lons-le-Saunier-2
Intercommunalité Espace Communautaire Lons Agglomération
Maire
Mandat
Jacques Pélissard
2014-2020
Code postal 39000
Code commune 39300
Démographie
Gentilé Lédoniens
Population
municipale
17 311 hab. (2014en diminution de -3.33 % par rapport à 2009)
Densité 2 254 hab./km2
Population
aire urbaine
58 058 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 31″ nord, 5° 33′ 16″ est
Altitude Min. 243 m – Max. 415 m
Superficie 7,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Lons-le-Saunier

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Lons-le-Saunier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lons-le-Saunier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lons-le-Saunier
Liens
Site web lonslesaunier.fr

En 2016, elle est la 6e ville de Franche-Comté avec 17 311 habitants, juste devant Vesoul et derrière Pontarlier.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La ville est au cœur du Revermont, au pied du premier plateau du massif jurassien à l'est et au sud, tandis que s'étend à l'ouest la plaine de la Bresse et au nord le vignoble.

La ville est située à des distances relativement similaires (60 à 80 kilomètres à vol d'oiseau) de Besançon, Dijon, Bourg-en-Bresse et Genève en traversant le massif.

Lons-le-Saunier est la deuxième plus petite préfecture de département de France par sa superficie après Bobigny.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

La ville est traversée par la Vallière qui prend sa source dans une proche reculée typique du Jura. Autrefois à l'air libre, la rivière a été couverte dans les années 1960 pour des aspects de salubrité (les égouts s'y déversaient). Aujourd'hui, on ne trouve plus qu'un petit tronçon à ciel ouvert en amont de la ville et qui longe le parc des Bains et il ne subsiste qu'un seul pont : le pont de la Guiche.

Il existe une source d'eaux thermales froides (13 °C) et fortement salées (environ 11 g de NaCl/litre).

TopographieModifier

La région viticole s'étendant au nord est particulièrement réputée, avec notamment les vignobles de l'Étoile, Château-Chalon et Arbois.

Le premier plateau au sud et à l'est offre un attrait touristique avec les lacs de Chalain, Clairvaux et Vouglans, et les stations de moyenne montagne assez proches comme Les Rousses.

Transport et voies de communicationsModifier

Lons-le-Saunier est desservie par l'autoroute A39, ce qui la met à une heure de Dijon et à une heure et demie de Lyon. La gare de Lons-le-Saunier se trouve sur la ligne Strasbourg - Lyon.

GéologieModifier

Article connexe : Bassin houiller du Jura.

La ville et ses environs reposent sur un faisceau du massif du Jura et sur un gisement de houille de 35 km2 enfoui entre 600 et 700 mètres de profondeur[1]. Il est découvert par plusieurs campagnes de prospection engagées entre 1943 et 1961, mais le charbon n'est pas exploité, seul un captage de gaz de houille est ouvert entre 1948 et 1964[2],[3],[4]. Elle repose aussi sur le bassin salifère comtois.

Réserve naturelleModifier

La commune possède une réserve naturelle régionale (RNR), la Côte de Mancy, créée en 2010, réserve qu'elle partage avec la commune de Macornay[5].

HistoireModifier

Ce site est connu dès la préhistoire, la fondation de la ville remonte au moins à l'horizon 100 av. J.-C. ; les Séquanes dominaient alors la région jusqu'à la conquête romaine.

À l'époque gallo-romaine, la ville s'appelait Ledo salinarius (en latin : la ville du sel)[6]. Les ressources en sel étaient déjà exploitées (voir salines de Lons-le-Saunier et histoire du sel du Jura). La ville tirant son nom de la source Lédonia, autour de laquelle s'est constituée la ville dès le Moyen Âge.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Franciade[7].

Lons-le-Saunier est la préfecture du département du Jura, d'après la loi du 2 pluviôse an VIII ().

Les curistes bénéficient des bienfaits de la source Lédonia depuis 1892 au centre thermal Ledonia, situé dans le parc des bains.

Le Docteur Jean Michel (Jean-Marie-Vital Michel), chirurgien de l'hôpital de Lons-le-Saunier, a été torturé et abattu par l'occupant allemand le 27 avril 1944 en représailles des soins apportés à des maquisards blessés.

Au cours de la seconde Guerre mondiale, Lons-le-Saunier est libérée le 2 septembre 1944 par les troupes débarquées en Provence[8].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Coupé : au premier parti de gueules à la bande d'or et d'or au huchet d'azur, embouché, virolé et enguiché de gueules, au second d'argent plain.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 17 311 habitants, en diminution de -3,33 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 740 6 041 7 314 7 796 7 918 7 684 8 565 8 781 9 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 456 9 862 9 943 10 701 11 391 12 373 12 290 12 610 12 116
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
12 935 13 133 13 927 13 152 12 651 14 101 14 661 15 568 15 030
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
15 924 18 769 20 942 20 105 19 144 18 483 17 879 17 496 17 311
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

La population de l'aire urbaine (101 communes[11]) est de 58 058 habitants en 2012[12].

ÉconomieModifier

Lons-le-Saunier est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Jura, qui gère, avec Kéolis (filiale de la SNCF), l’aéroport de Dole-Jura.

Aujourd'hui, l'économie du Jura a considérablement changé autour de deux principaux pôles : Dole et Lons-le-Saunier.

Lons-le-Saunier bénéficie de sa proximité avec la Suisse et se situe à l’entrée de zones touristiques fréquentées comme le Parc naturel régional du Haut-Jura. Par ailleurs, la position de carrefour de Lons-le-Saunier entre les ensembles géographiques de la plaine jurassienne et des premiers plateaux lui a conféré un rôle de place commerciale importante.

 
Transformation agroalimentaire fabriquée dans la ville de Lons-le-Saunier à base majoritaire de lactosérum de brebis.

On trouve à Lons-le-Saunier et sa périphérie trois grandes zones d'activités :

  • la zone commerciale de Chantrans, la plus récente, dans la commune de Montmorot ;
  • la zone commerciale de la Vallière, dont la modernisation est à l'étude ;
  • la zone industrielle à cheval sur les communes de Lons-le-Saunier et de Perrigny.

À proximité du centre-ville, se trouve l'usine Bel qui fabrique les célèbres portions de fromage fondu de la marque La vache qui rit et l'usine du groupe Lactalis (Société Fromagère de Lons-Le-Saunier) de fabrication fromagère pour les marques commerciales Président et Société Crème. À la sortie de la ville, sur la route de Bourg-en-Bresse, se trouve la fromagerie de Rivoire-et-Jacquemin, un des nombreux fabricants de comté (appellation d'origine protégée) .

L'aérodrome de Lons-le-Saunier - Courlaoux a une vocation orientée vers le loisir (ULM notamment) et n'a pas de réelle vocation commerciale (fret ou passager).

ViticultureModifier

Lons-le-Saunier est une commune viticole du vignoble du Jura, elle se situe dans les aires géographiques de l'AOC Côtes du Jura, l'AOC Crémant du Jura, l'IGP Franche-Comté et l'AOC Macvin du Jura[13].

Patrimoine et muséesModifier

PhilatélieModifier

  • En 1936, un timbre de 20 centimes vert est émis. Il représente la statue de Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier. Il est le premier à avoir fait l'objet d'une vente anticipée le 27 juin 1936, à Lons-le-Saunier. Il porte le n° YT 314.
  • En 2006, c'est un timbre de 0,53 euro multicolore qui est émis. Il représente « Rouget de Lisle chantant la Marseillaise » d'après le tableau d'Isidore Pils avec à gauche le village de Montaigu et à droite la ville de Lons-le-Saunier. Il a bénéficié de deux cachets 1er jour, un à Paris le 13 juillet et un second à Lons-le Saunier le 14 juillet. Il porte le n° YT 3939[16].
  • Une flamme postale est éditée en 1989 à l'en-tête Lons-le-Saunier (Jura) 1789-1989 et est sous-titrée Ville natale de Rouget de Lisle ; elle représente deux portées de notes de musique et la statue de l'auteur de l'hymne national.

Personnalités liées à la communeModifier

(par ordre chronologique de naissance)

TransportModifier

Grandes voies de circulation routièreModifier

 
Situation de Lons-le-Saunier au sein des voies de communications franc-comtoises.

La ville est un nœud routier. Elle est traversée par la RD 1083 (ex-RN 83) reliant Bourg-en-Bresse au sud et Besançon au nord-est, la RD 678 (ex-RN 78) avec Louhans et Chalon-sur-Saône vers l'ouest et la Suisse vers l'est (via la RN 5) rejointe à Saint-Laurent-en-Grandvaux.

L'autoroute A39 passe à une dizaine de kilomètres à l'ouest (péage de Beaurepaire-en-Bresse sur la commune du même nom). D'autres routes départementales irriguent la campagne bressane et le premier plateau.

Autres voies de circulationModifier

Le tableau ci-dessous résume les voies de circulation automobile, cyclable ou pédestre présentes sur le territoire de la commune, hors les grandes artères déjà mentionnées dans la section précédente.

223 odonymes recensés à Lons-le-Saunier
au 16 novembre 2013
Cité Ave. Bld Chemin Cours Imp. Montée Promenade Place Esplanade Carrefour Route Rue Ruelle Square Autres Total
1 14 6 25 2 8 3 1 16 1 1 4 137 0 3 1 [N 1] 223
Notes « N »
  1. Voies en relation avec le Champ de Foire
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap & FNACA-GAJE du Jura

TrainsModifier

La gare de Lons-le-Saunier est située sur la ligne Besançon - Bourg-en-Bresse. Le tronçon entre Saint-Amour et Mouchard a été électrifié en 1997 seulement, ce qui permet aujourd'hui de voir passer les rames TGV (un train quotidien de Strasbourg à Marseille à 14 h et dans le sens inverse à 14 h aussi). Les liaisons TER desservent surtout la capitale régionale Besançon avec un début de cadencement. La gare est également desservie par 3 à 4 Intercités A/R Lyon - Belfort.

ProjetModifier

La branche sud de la LGV Rhin-Rhône passera à proximité de l'autoroute A39 et une gare entre Lons et Louhans (Gare Bressane). La ville disposera alors d'une gare TGV permettant de rejoindre Strasbourg en 2 h, Lyon en 40 minutes et Paris en moins de 2 h[17].

Transports en communModifier

 
Autobus du réseau Tallis.

Une liaison routière en car (pelliculé en orange fluo) permet de rejoindre en 55 minutes la gare de Dole-Ville pour les liaisons TGV au départ ou à destination de Paris via Dijon.

La société FlixBus propose des liaisons routières quotidiennes à destination de Dijon et Paris, ainsi que d'autres villes françaises et européennes à moindre fréquences, depuis l'arrêt de l'entreprise Transarc située En Bercaille.

La gare routière, sise sur le parking de la gare ferrée de Lons, est le point de départ des lignes de transport par cars du département.

La ville de Lons et quelques communes voisines sont reliées par le service de bus urbains Tallis[18].

Contournement routier de l'ouest : effectif depuis 2016Modifier

L'idée d'un contournement ouest de Lons-le-Saunier, lancée en 1963, n’avait jamais pu aboutir (avis défavorable à l'issue d'une enquête publique en 1997 (le tracé était dommageable par ses impacts environnementaux et urbanistiques et il était en outre d’« une fonctionnalité incomplète[19] »). À cause de la décentralisation, le projet porté par l'État a été transmis au conseil général du Jura qui en reprend la maîtrise d'ouvrage depuis 2007.[réf. souhaitée]

Le contournement est une route bidirectionnelle à une voie (2x1 voie) avec quelques créneaux de dépassement. La Vallière et la Sorne sont franchies chacune par un viaduc. Le contournement démarre au nord au niveau du carrefour actuel RD 1083-RD 38, qui est aménagé en giratoire. Après avoir croisé la RD 678 au niveau du carrefour avec la RD 470 (giratoire futur), il se termine au sud au niveau du carrefour RD 1083 (ex-RN83)-RD 30[réf. nécessaire][20].

Le tracé passe dans les communes de Plainoiseau, L'Étoile, Montmorot, Courlans, Messia-sur-Sorne, Chilly-le-Vignoble et Gevingey. Mais pas dans la commune de Lons-le-Saunier.

Le coût du projet est de 46 M€. Le financement a été assuré à parts presque égales par l'État (27,5 %), le conseil régional de Franche-Comté (24 %), le conseil général du Jura (24 %) et la Communauté de communes du bassin lédonien (23,5 %)[21].

Un autre projet bien moins avancé vise à détourner le parcours actuel des camions qui empruntent la RD 678 en provenance ou à destination du massif. Ces camions traversent actuellement avec de lourdes nuisances les communes de Revigny, Conliège et Perrigny avant de rejoindre la rocade lédonienne, la RD 52 leur étant interdite à cause de la trop forte pente (13 %). Plusieurs tracés ont fait l'objet d'études préliminaires mais vu les coûts et les enjeux des territoires traversés, il est probable que le projet ne voie pas le jour avant 15 à 20 ans.

Vie militaireModifier

Les unités militaires ayant tenu garnison à Lons-le-Saunier sont :

Depuis le 11 novembre 2014, Lons-le-Saunier est jumelée avec le 6e régiment du matériel de Besançon[22].

HôpitalModifier

Lons-le-Saunier compte un hôpital : le centre hospitalier de Lons qui succède à l'Hôtel-Dieu de Lons-le-Saunier du XVIIIe siècle.

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. Michel Chevalier, Tableau industriel de la Franche-Comté, 1960-1961, Presses Univ. Franche-Comté, (lire en ligne), p. 21.
  2. CDM, Le livre jaune du comité de défense de la mine, Comité de défense de la mine, (lire en ligne), p. 8.
  3. Georges Lienhardt, Géologie du bassin houiller stéphanien du Jura et de ses morts-terrains, Éditions Technip Chambéry, Impr. réunies, .
  4. « Du charbon et du gaz de houille à Lons-le-Saunier », sur Le Progrès, .
  5. « Sur le site de l'Inventaire National du Patrimoine Naturel. »
  6. D'après le site internet de la ville
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074) , p. 35
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Aire urbaine 2010 de Lons-le-Saunier », sur Insee.fr (consulté le 15 décembre 2015)
  12. « Séries historiques des résultats du recensement : Lons-le-Saunier », sur Insee.fr (consulté le 15 décembre 2015)
  13. Placido Llorca, « Lons-le-Saunier, commune viticole », sur Vin Vigne, (consulté le 14 novembre 2012)
  14. Sources : Le site officiel de la ville
  15. d'après délibération no 6564 du CG39
  16. Catalogue Yvert et Tellier, Tome 1
  17. Le site sud.lgvrhinrhone
  18. Le site de Tallis
  19. La Voix du Jura - 29/01/2004
  20. « Le contournement ouest de Lons-le-Saunier, ça y est, c’est fait ! » (consulté le 20 août 2016)
  21. Décision no 6475 du 7 décembre 2007 du CG39
  22. http://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/jumelage-du-6e-rmat

Voir aussiModifier