Julien Bayou

militant associatif et homme politique français

Julien Bayou
Illustration.
Julien Bayou en 2023.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an et 8 mois)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 5e de Paris
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique ÉCO
Coalition NUPES
Prédécesseur Benjamin Griveaux (indirectement)
Conseiller régional d'Île-de-France

(12 ans, 5 mois et 14 jours)
Élection 21 mars 2010
Réélection 13 décembre 2015
27 juin 2021
Groupe politique Alternative écologiste et sociale puis Pôle écologiste Île-de-France
Coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale

(2 mois et 29 jours)
Avec Cyrielle Chatelain
Élection
Législature XVIe (Cinquième République)
Prédécesseur François de Rugy (indirectement)
Successeur Cyrielle Chatelain (uniquement)
Secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts

(2 ans, 9 mois et 27 jours)
Prédécesseur David Cormand
Successeur Léa Balage El Mariky
Jérémie Crépel (direction collégiale intérimaire)
Marine Tondelier
Porte-parole national d'Europe Écologie Les Verts

(5 ans, 11 mois et 15 jours)
Avec Sandrine Rousseau (2013-2016)
Sandra Regol (2016-2019)
Prédécesseur Éric Loiselet
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique EÉLV (depuis 2009)
Grand-père paternel Raoul Bayou
Diplômé de IEP de Strasbourg
IEP de Paris
EFB
Profession Avocat
Consultant

Julien Bayou, né le à Paris, est un homme politique français.

Il est député de la cinquième circonscription de Paris depuis 2022 après avoir été conseiller régional d'Île-de-France de 2010 à 2022 et secrétaire national du parti Europe Écologie Les Verts de 2019 à 2022. Il est également le juge suppléant de Danièle Obono à la Cour de justice de la République.

En septembre 2022, il se met en retrait de la coprésidence du groupe écologiste à l'Assemblée nationale et démissionne du poste de secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts après des accusations de violences psychologiques par une ex-compagne ; une enquête interne dans son parti est close sans suite en février 2023.

Situation personnelle modifier

Famille et formation modifier

Julien Bayou naît dans une famille de gauche. Ses parents ont connu Mai 68. Pierre, son père (né en 1947) est architecte avant de devenir guérisseur à Béziers, Mylène sa mère (morte en 1986) est enseignante en sciences économiques et sociales, « une vraie maoïste » selon son mari[1], porteuse de valises du FLN[2]. Sa grand-mère paternelle Marguerite est l'ancienne maire de Saint-Chinian de 1969 à 1983 et son grand-père paternel Raoul Bayou (1914-1995) est l'ancien député-maire socialiste de Cessenon-sur-Orb de 1958 à 1986[3],[4].

Il étudie au lycée Turgot, avant d'entrer à l'Institut d'études politiques de Strasbourg puis à l'Institut d'études politiques de Paris. Il obtient un DEA en économie internationale, effectué en partie lors d'un stage au sein de la rédaction d’Alternatives économiques, dressant un état des lieux des stages en entreprise en France. En 2011, il obtient une licence de droit en prenant des cours par correspondance, intègre l'École de formation professionnelle des barreaux de la cour d'appel de Paris en 2018 et obtient le certificat d'aptitude à la profession d'avocat en 2020[5][source insuffisante].

Carrière professionnelle modifier

Après ses études, il travaille au ministère de l'Éducation nationale et en tant que consultant pour l'Unesco. De 2005 à 2008, il est chargé de mission pour l'Afrique au sein de Coordination SUD (la coordination française des ONG de solidarité internationale). En 2008, il quitte l'ONG pour monter une coopérative de « conseil en communication et mobilisation » avec son ami et associé Lionel Primault.

En 2013, il est chargé de campagnes[6] pour Avaaz.org, ONG qui se mobilise sur diverses questions internationales, comme le changement climatique, les droits de l'homme, la corruption ou la pauvreté. C'est notamment dans ce cadre qu'il participe à la campagne de libération de la jeune Sevil Sevimli, étudiante franco-turque accusée par la justice turque d'appartenir à une organisation d'extrême gauche interdite, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), condamnée à cinq ans de prison et placée sous contrôle judiciaire[7],[8]. L'étudiante franco-turque a toutefois été autorisée à quitter la Turquie jusqu'à son procès en appel[7].

Débuts militants modifier

En 2005, il participe à la fondation de Génération précaire, collectif dénonçant la condition des stagiaires via des actions médiatisées. Le groupe retiendra ces notions d'agitprop et créera le collectif Jeudi noir, combattant par l'humour la crise du logement, dont Julien Bayou devient rapidement l'une des figures connues[9].

Il participe à la fondation, en 2010, du syndicat ASSO[10], qui milite pour l’amélioration des droits et des conditions de travail des salariés du secteur associatif.

En , à la suite de la décision de la ville de Paris de ne plus poursuivre l'ancien président de la République Jacques Chirac dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, il demande au tribunal administratif de Paris l'autorisation de plaider à la place de la municipalité puis il se porte partie civile au procès[11].

Fin 2012, il fait partie de l'équipe qui occupe le bâtiment du 2 rue de Valenciennes pour y loger des habitants soutenus par le collectif Jeudi noir et l'association Droit au logement DAL[12].

En , il s'engage aux côtés de Jérôme Kerviel et interpelle Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie, sur les conditions du remboursement par l'État de 1,7 milliard d'euros à la banque Société générale[13],[14]. À la suite d'une lettre ouverte sans réponse, Julien Bayou saisit le tribunal administratif pour obtenir communication d'un document interne au ministère des Finances portant sur le bien-fondé de la ristourne fiscale accordée à la banque[15].

En , il saisit la justice pour obtenir la liste des entreprises sanctionnées pour non-respect de la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes[16].

En juillet de la même année, il dépose deux recours, un devant le Conseil d’État et un devant le tribunal administratif pour s'opposer à la restriction de l'encadrement des loyers à la seule ville de Paris alors que 29 zones « tendues » devaient à l'origine être concernées[17]. En septembre, il lance le site « Aiderlesrefugies.fr »[18] avec Anne-Cécile Mailfert afin de « lister toutes les initiatives pour faciliter l’aide en faveur des réfugiés ».

En 2015, il cofonde l'association Notre affaire à tous, qui cherche à faire reconnaître, au niveau pénal international, les atteintes les plus graves portées à l’environnement[19]. En 2018, Notre Affaire à tous fait partie des quatre ONG qui assignent en justice l’État français pour inaction face aux changements climatiques dans le cadre de l’affaire Greenpeace[20].

Début 2016, il participe au mouvement Nuit debout. Il y traduit l'intervention de l'ancien ministre grec des Finances Yánis Varoufákis[21]. Il rejoint également le DiEM25[22].

En , il lance dans le cadre de l'association Mon Revenu De Base[23] ce qu'il présente comme la première expérimentation citoyenne du revenu universel de base. Via financement participatif, l'association rassemble de quoi offrir 1 000 euros par mois pendant un an à trois bénéficiaires tirés au sort[24]. Cette mobilisation est également l'occasion de mener un plaidoyer en faveur de l'expérimentation par différents territoires sous l'égide de l'État de ce que l'association présente comme une innovation sociale[25].

Parcours politique modifier

Débuts modifier

En , il participe à la création de Sauvons les riches[26], qui s'inscrit dans la campagne d'Europe Écologie pour les élections européennes de 2009. Il s'investit fortement dans ce mouvement aux côtés de Karima Delli, autre militante de Jeudi Noir qui sera élue députée européenne.

Conseiller régional d'Île-de-France modifier

 
En manifestation à Meaux (), avec Eva Joly, contre l'exploitation du pétrole de schiste.

Convaincu par le discours d'Europe Écologie, il s'engage au côté des écologistes lors des élections régionales de 2010. Situé en quatrième position sur la liste menée par Safia Lebdi dans le département du Val-d'Oise, il est élu au conseil régional d'Île-de-France le sur la liste de fusion PS-Europe Écologie-Front de gauche. Il s'investit au sein des commissions « logement » et « développement économique, tourisme, NTIC et innovation » et devient le président du Centre francilien pour l'innovation (soutien aux PME innovantes).

Il écrit fréquemment des articles et tribunes en ligne, que ce soit sur Rue89 avec un listing détaillé de ses revenus et indemnités[27], dans Le HuffPost[28] ou dans Le Plus du L'Obs.

En , la revue Technikart lui décerne la première classe dans son Top 100 des moins de 40 ans qui font bouger la France.

Dans le cadre de la primaire écologiste de 2011, il soutient Eva Joly, et devient son « directeur de la mobilisation ».

Porte-parole d'Europe Écologie les Verts modifier

En , il est officiellement élu, avec Sandrine Rousseau, porte-parole d'Europe Écologie les Verts[29]. Pendant l'été 2015 et à la suite du départ de plusieurs personnalités d'EELV dont les parlementaires Jean-Vincent Placé et François de Rugy, il cristallise contre lui des critiques l'accusant d'être responsable d'une « dérive gauchiste » du parti[30].

En tant que porte-parole d'EÉLV, il participe à deux missions d'observations électorales au Kurdistan turc en [31] puis en Ukraine en octobre de la même année[32]. Il se rend également en Écosse en soutien au référendum sur l'indépendance de septembre 2014[33] ainsi qu'en Grèce pour soutenir le mouvement SYRIZA en janvier 2015 dans le cadre d'une délégation de militants de gauche et d'écologistes.

En 2015, pour les élections régionales, alors qu'il se représente en Île-de-France, il est tête de liste à Paris derrière Emmanuelle Cosse[34]. Les listes franciliennes fusionnent avec celles du PS et du FG entre les deux tours mais sont battues par celles de Valérie Pécresse. Julien Bayou est néanmoins réélu conseiller régional.

En , il est présenté par le Huffington Post comme une des dix « révélations politiques » de l'année 2016[35].

Il se présente aux élections législatives de 2017 dans la cinquième circonscription de Paris[36] avec comme suppléante Marie Desplechin[37]. Il est éliminé au premier tour, obtenant 12,36 % des suffrages exprimés[38].

En , il publie un livre, Désobéissons pour sauver l'Europe, dans lequel il propose une stratégie de désobéissance dans et pour l'Europe, comme alternative au statu quo ou à la ligne souverainiste de sortie de l'Europe portée par une partie de la gauche radicale[39],[40].

En , un sondage de l'IFOP pour le JDD le crédite de 8 à 11 % comme tête de liste pour EELV pour les élections municipales de 2020 à Paris, ce qui est le score obtenu par EELV en 2014[41]. Mais en suivant, avec 40 % des voix lors de la primaire de son parti pour la tête de liste à la mairie de Paris, il est devancé par David Belliard et renonce à un second tour[42],[43].

Secrétaire national d'Europe Écologie les Verts modifier

Le , il est désigné secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts[44].

Élections régionales de 2021 en Île-de-France modifier

Julien Bayou annonce sa candidature pour le poste de président de la région Île-de-France le 26 août 2020. Sa candidature est soumise au vote des militants d'Europe Écologie Les Verts, qui le nomment candidat du parti[45]. Il conduit une liste de rassemblement des partis écologistes, comportant, outre EÉLV, Génération.s, Génération écologie, Cap écologie et le MdP[46]. Corinne Lepage, coprésidente de Cap écologie, et Benoît Hamon soutiennent la liste conduite par Julien Bayou[47].

Lors des premiers mois de campagne, il se positionne contre le projet de gare sur les terres agricoles de Gonesse[48] ou bien en faveur de la préservation de l'île Seguin[49]. Il défend un plan de rénovation massif des lycées[50], le don de vélos aux lycéens[51]. Il déclare vouloir multiplier par trois le nombre d'agriculteurs en Île-de-France[52],[53] et soutient la mise en place d'une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines des lycées[54]. Il promet un plan d'investissement de trois milliards d’euros pour transformer l'économie francilienne au service du climat et de l'emploi local[55]. Il s’oppose à des projets du Grand Paris comme le Charles-de-Gaulle Express, pour mettre plutôt en avant la rénovation des RER B et D[56].

Au premier tour, la liste qu'il conduit obtient 13 % des suffrages exprimés, arrivant en troisième position. Dans l’entre-deux-tours, il fusionne sa liste avec celles d'Audrey Pulvar et de Clémentine Autain[57]. Cette alliance est battue au second tour, avec 33,7 % des voix, par la liste de droite de la présidente du conseil régional sortant, Valérie Pécresse[58]. Il devient conseiller régional Ile-de-France[59], puis abandonne sa charge en septembre 2022, alors qu'il est devenu député à l'Assemblée nationale, même s'il n'y est pas tenu légalement : il se conforme ainsi à la philosophie de son parti politique EELV qui prône le non-cumul de mandats[60].

Élections législatives de 2022 modifier

En juin 2022, Julien Bayou est candidat aux élections législatives dans la 5e circonscription de Paris avec l’étiquette de la NUPES. Au premier tour, il arrive en tête avec 48,8 % des suffrages, loin devant la candidate de la majorité présidentielle Élise Fajgeles (29,7 %)[61], obtenant un des meilleurs scores d'EELV au premier tour. Il remporte le second tour avec 58,05 % des suffrages[62].

Le 23 juin 2022, il est élu coprésident du groupe écologiste en binôme avec Cyrielle Chatelain. La coprésidence paritaire est une pratique habituelle du groupe écologiste, déjà en vigueur lors de la mandature 2012-2017.

Lors de la séance du 26 juillet 2022 à l'Assemblée nationale, il est élu juge suppléant de Danièle Obono à la Cour de justice de la République. Il prête serment le 27 juillet[63].

Prises de position modifier

Légalisation sur le cannabis modifier

En tant que secrétaire national d'EELV, Julien Bayou est favorable à la législation sur le cannabis[64]. Il estime que la réponse pénale est responsable du « plus fort taux de consommation chez les ados de 14 ans », « sans parler évidemment de la difficulté pour bon nombre de quartiers et de la question sécuritaire »[65].

Dans ce cadre il prend fait et cause pour la filière du cannabidiol (CBD) notamment au motif que cette substance non addictive et non psychotrope permet aux personnes qui consomment du cannabis de s'en passer. Il a ainsi porté avec d'autres avocats le référé liberté qui a suspendu l'arrêté qui interdisait la vente de CBD[66].

Violences policières modifier

À la suite d'une manifestation contre la proposition de loi relative à la sécurité globale en novembre 2020, il déplore dans un tweet à la fois les « violences policières » à l'encontre des manifestants et le « lynchage » dont sont victimes les policiers lors de cette manifestation. Une polémique sur la pertinence de ce terme dans ce contexte est exploitée politiquement par des médias et personnalités politiques qui lui reprochent une concession à des discours communautaristes[67],[68].

Il propose la mise en place d'une police des polices indépendante en lieu et place de l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN), estimant que « les policiers ne peuvent pas être les contrôleurs des policiers »[69].

Bien-être animal modifier

Julien Bayou soutient notamment l’idée de référendums sur le bien-être animal et les mesures proposées par l'association L214[70].

Encadrement d'Amazon modifier

Il se prononce en faveur d'un moratoire sur les entrepôts Amazon pour « protéger le petit commerce »[71].

Controverses modifier

Logement modifier

En septembre 2022, le Point publie un article qui rappelle l'engagement public de Julien Bayou contre la transformation des logements en bureaux et révèle qu'il a loué ses deux[réf. nécessaire] appartements parisiens, transformés en bureaux, à la société Kien productions. Cette dernière a produit le documentaire Ainsi squattent-ils (2013), mettant en scène Julien Bayou, à l'époque un des principaux animateurs du Collectif Jeudi noir[72].

Accusations de violences psychologiques modifier

En juillet 2022, la cellule interne sur les violences et harcèlements sexuels d'EELV reçoit un signalement concernant Julien Bayou. Le 19 septembre, le collectif Relève Féministe publie un tweet sur Julien Bayou dans un contexte très sensible aux violences conjugales, et Sandrine Rousseau, interrogée le soir sur ce tweet lors de l'émission télévisée C à vous, indique « avoir reçu chez elle la plaignante pour recevoir son témoignage » et déplore « des comportements qui sont de nature à briser la santé morale » de plusieurs femmes dans la vie sentimentale de Julien Bayou[73],[74],[75]. Concernant la plaignante, Julien Bayou répond qu'il s'agit d'« une histoire qui se termine dans la souffrance, et d'une rupture qui s'accompagne de menaces à peine voilées à mon endroit et d'une forme d'instrumentalisation que je ne peux que déplorer »[76],[77],[78]. Le lendemain, dans la même émission, Patrick Cohen s'indigne que Sandrine Rousseau ait ainsi « balancé son chef de parti » sur la base « de conversations qu'elle a eues avec son ex-petite amie », tout en reconnaissant elle-même que cette histoire n'était pas « pénalement répréhensible »[79].

Le 20 septembre, Julien Bayou se met « en retrait de la coprésidence du groupe écologiste à l'Assemblée », Cyrielle Chatelain, l'autre coprésidente, assurant seule la présidence du groupe puis il démissionne du poste de secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts. Selon l'Agence France-Presse, il n'existe pas de plainte et aucune enquête préliminaire n'est ouverte, par ailleurs les faits ne sont pas clairement connus[80],[81]. Pour Marianne, cette controverse s'opère sur fond de compétition entre Sandrine Rousseau et Julien Bayou en vue de la conquête du parti écologiste (congrès d'EÉLV prévu en décembre 2022 et d'un référendum interne visant à modifier les statuts du parti)[82]. Le 26 septembre, Marie Dosé, l'avocate de Julien Bayou affirme que Sandrine Rousseau instrumentalise à des fins politiques le combat contre les violences sexistes et sexuelles[83],[84].

Le , le bureau exécutif d'EÉLV se réunit en urgence concernant cette affaire et son traitement par la cellule interne de lutte contre les violences sexuelles. Cette réunion intervient après l'enquête du journal Libération affirmant que Julien Bayou était depuis trois ans sous la surveillance étroite de militantes féministes du parti, hors de tout cadre formel[85]. L'eurodéputée écologiste Karima Delli parle de « délire » et d'« inquisition » et appelle au dialogue[86],[87]. La direction du parti renouvelle « sa confiance » envers la cellule interne qui « n’a pas estimé qu’il y avait lieu de suspendre de manière conservatoire Julien Bayou, et qui poursuit son travail »[85].

Le 25 octobre, le site Reporterre publie une enquête comprenant des témoignages d'anciennes compagnes de Julien Bayou, restées anonymes, et touchant à des événements de leur vie intime. Certaines dénoncent des violences psychologiques, une « emprise sentimentale » ou un mélange du professionnel et du privé tandis que d’autres font un portrait différent de Julien Bayou[88],[89],[90],[91].

Le 1er février 2023, la cellule interne d'EELV clôt l'enquête interne du parti, estimant « ne pas avoir pu mener à bien ses investigations », la plaignante n'ayant pas voulu être auditionnée[92]. Selon son entourage, Julien Bayou aurait demandé à sept reprises à être auditionné par cette instance, en vain[93].

Résultats électoraux modifier

Élections législatives modifier

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour Issue
% Rang % Rang
2017[38] EÉLV 5e de Paris 12,36 3e / / Éliminé
2022[62] NUPES 5e de Paris 48,8 1er 58,05 1er Élu

Élections régionales modifier

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Liste Région Résultats Sièges obtenus
(liste d'union)
Sièges obtenus
(liste Bayou)
1er tour 2d tour
% Rang % Rang
2021[94] EÉLV-G·s-- Île-de-France 13,01 3e 33,68 2e
53  /  204
18  /  204

N.B. : entre les deux tours, la liste EÉLV-G·s-GÉ-CÉ, conduite par Julien Bayou, la liste DVG-PS-PRG d’Audrey Pulvar et la liste LFI-PCF-PA, menée par Clémentine Autain, fusionnent. Julien Bayou est tête de liste.

Publications modifier

  • Le Petit Livre noir du logement, collectif, éditions La Découverte, 2009
  • Dix bonnes raisons d’aimer (ou pas) l’éducation populaire, I love educ pop, collectif sous la direction de Damien Cerqueus et Mikaël Garnier-Lavalley, éditions de l'Atelier, 2010
  • Kerviel, une affaire d'État : 2 milliards pour la Société en général, préface d'Eva Joly, éditions Arcane 17, 2016
  • Désobéissons pour sauver l'Europe, éditions Rue de l'échiquier, 2018
  • Comment nous allons sauver le monde, collectif, Massot Editions, 2019
  • En vert et avec tou.tes, éditions Jean-Claude Lattès, 2021

Notes et références modifier

  1. « Dans l’écolosystème », Liberation.fr, 10 mai 2011.
  2. « Il prend la tête des Verts : 10 choses à savoir sur Julien Bayou ».
  3. Olivier Dedieu, « Bayou Marguerite [née Georges Marguerite] », sur maitron.fr, (consulté le ).
  4. Jean Sagnes, « Bayou Raoul, Camille, Joseph », sur maitron.fr, (consulté le ).
  5. Julien Bayou, « Avocat ! », sur LinkedIn
  6. Audrey Garric, « Mobilisation pour l'Amazonie équatorienne, déchirée entre pétrole et biodiversité », sur lemonde.fr, (consulté le )
  7. a et b L'étudiante franco-turque Sevil Sevimli condamnée à cinq ans de prison en Turquie, lemonde.fr, 15 février 2013
  8. Reynald Beaufort, « Turquie : Le retour de Sevil Sevimli, une victoire de ses proches et d'un élan de solidarité via Internet - Turquie Européenne », sur turquieeuropeenne.eu, (consulté le ).
  9. « Julien Bayou, militant médiatique », lejdd.fr, 25 février 2010.
  10. « EELV : Julien Bayou, un activiste à la tête des écologistes », sur LCI (consulté le )
  11. « Un particulier veut représenter la ville de Paris au procès Chirac », tempsreel.nouvelobs.com, 5 mars 2011.
  12. « Les mal logés ont une nouvelle adresse », leparisien.fr, 7 janvier 2013.
  13. Kim Hullot-Guiot, Julien Bayou : «Lever les zones d'ombres sur l'affaire Kerviel», liberation.fr, 21 juin 2013
  14. Lettre ouverte à Pierre Moscovici au sujet des 1,7 milliard reversés à la Société générale, Huffington Post, 3 octobre 2013 ; sur huffingtonpost.fr.
  15. « Société générale : Julien Bayou veut «récupérer l'argent des contribuables» », sur Libération.fr (consulté le ).
  16. « Egalité salariale : un élu EELV veut les noms des entreprises sanctionnées », sur lemonde.fr avec AFP, (consulté le ).
  17. « Encadrement des loyers: Bayou dépose un recours contre Valls », sur BFMTV (consulté le ).
  18. (en-US) « A propos », sur Aider les refugies (consulté le ).
  19. « Notre affaire à tous : qui sommes-nous » (consulté le ).
  20. « Justice climatique: "L'inaction de l'Etat est illégale" », sur challenges.fr/, (consulté le ).
  21. « Varoufakis invité de Nuit debout : à côté de Julien Bayou », sur Le Point, (consulté le ).
  22. DiEM25: membres.
  23. « L’équipe | Mon Revenu de Base », sur monrevenudebase.fr (consulté le ).
  24. « Ils testent le revenu de base : « J’ai ressenti la liberté qui allait arriver » », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  25. « « Et vous, que feriez-vous avec 1 000 euros par mois pendant un an ? » : une association propose de tester le revenu de base », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  26. Site officiel.
  27. Julien Bayou, Alors, combien tu touches Julien Bayou ? 2 200 euros net ! sur Rue89 eco, nouvelobs.com, 10 mai 2010.
  28. Voir sur huffingtonpost.fr.
  29. Raphaëlle Besse Desmoulières « À peine élue, la nouvelle patronne des écologistes voit sa majorité s’effilocher », lemonde.fr, 16 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2015.
  30. Albert Zennou, « Les Verts s'installent un peu plus dans la crise », Le Figaro, samedi 29 / dimanche 30 août 2015, page 4.
  31. « onfaitcommeonadit.com elections turques - Recherche Google », sur google.fr (consulté le ).
  32. « J'ai assisté aux élections en Ukraine », sur Le Huffington Post (consulté le ).
  33. « Le référendum en Ecosse: "We vote Oui", une belle journée pour la démocratie », sur Le Huffington Post (consulté le ).
  34. « Régionales: en Ile-de-France, les écologistes jouent la carte verte au 1er tour », sur Le Figaro (consulté le ).
  35. Voir sur huffingtonpost.fr.
  36. « Paris : le porte-parole d’EELV candidat aux législatives », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Marie Desplechin, candidate suppléante de l'écologiste Julien Bayou », La Parisienne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. a et b « Élections législatives 2017 », sur Ministère de l'Intérieur.
  39. « Julien Bayou : “Il n’y aura pas de changement en Europe sans confrontation” », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « VIDEO. Julien Bayou : "On a besoin de se réapproprier l'Europe" », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « SONDAGE. A Paris, Anne Hidalgo est au coude-à-coude avec En Marche et la droite », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Rachid Laïreche, « Stéphane Pocrain, maître à penser au destin cabossé », sur Libération.fr, (consulté le )
  43. « Municipales 2020 : David Belliard sera le candidat des Verts à la mairie de Paris », sur France Bleu, (consulté le ).
  44. « Pour Julien Bayou, nouveau patron d’EÉLV : “Nous n’avons plus le temps d’être médiocres” », Le Monde, (consulté le ).
  45. « Le patron des écologistes veut défier Valérie Pécresse aux régionales », sur Le HuffPost, (consulté le )
  46. « Elections régionales : en Ile-de-France, Julien Bayou rassemble Benoît Hamon et les écologistes centristes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « Elections régionales : en Ile-de-France, Julien Bayou rassemble Benoît Hamon et les écologistes centristes », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  48. « ZAD de Gonesse : « Cette gare est inutile », juge Julien Bayou », sur libération.fr, (consulté le )
  49. Par Marjorie Lenhardt Le 11 février 2021 à 09h57, « Boulogne : Stéphane Bern s’allie aux écologistes pour «protéger» le patrimoine de l’île Seguin », sur leparisien.fr, (consulté le )
  50. « Le délabrement des lycées en Ile-de-France, angle d’attaque de la gauche contre Valérie Pécresse », sur lemonde.fr, (consulté le )
  51. « Julien Bayou : «Nous voulons qu’à la fin de la mandature, chaque lycéen francilien ait un vélo» », sur lemonde.fr, (consulté le )
  52. « Essonne. Julien Bayou, candidat EELV aux élections régionales, en visite à la Ferme de l'Envol », sur actu.fr (consulté le )
  53. « Régionales Bayou veut tripler le nombre d'exploitations agricoles », sur Terre-net (consulté le )
  54. « Régionales Bayou veut tripler le nombre d'exploitations agricoles », sur Web-agri.fr (consulté le )
  55. Anne-Charlotte Dusseaulx et Bertrand Gréco, « Julien Bayou, candidat écologiste aux régionales : "Je veux lancer un 'Green New Deal' francilien" », sur lejdd.fr,
  56. « Julien Bayou (EELV) souhaite développer les RER B et D plutôt que mettre en place le CDG Express » (consulté le )
  57. « Régionales 2021 en Île-de-France : les listes de gauche fusionnent derrière Julien Bayou pour le second tour », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  58. « Élections régionales de 2021 : Île-de-France », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  59. « Julien Bayou et Stéphane Troussel : "On a senti un immense rouleau compresseur du vote soi-disant utile" », sur France Inter, (consulté le )
  60. « Julien Bayou démissionne du conseil régional d’Ile-de-France », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  61. « Paris - 5e circonscription: Résultats des élections législatives 2022 - en direct », sur Franceinfo (consulté le )
  62. a et b « Elections législatives 2022 : Julien Bayou fait son entrée à l’Assemblée nationale après sa victoire à Paris », Le Monde, (consulté le ).
  63. https://www.bfmtv.com/politique/parlement/cour-de-justice-de-la-republique-deux-deputes-rn-un-ecologiste-et-une-insoumise-ont-ete-elus-juges_AD-202207260624.html
  64. « J. Bayou (EELV): "Il faut expérimenter la légalisation du cannabis" » (consulté le ).
  65. « VIDEO. Légalisation du cannabis : "Il y a un manque de courage du président", estime Julien Bayou », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  66. « CBD: la filière soulagée après la suspension de l'interdiction de la vente des fleurs de cannabis », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  67. « Lynchage de policiers » : Julien Bayou s'excuse de demander pardon après l'emploi d'un mot « pas adapté pour une personne blanche », Marianne, (consulté le ).
  68. « Le mea culpa miteux de Julien Bayou sur Twitter », Charlie Hebdo, (consulté le ).
  69. « «Violences policières» : «les policiers ne peuvent pas être les contrôleurs des policiers» selon Bayou (EELV) », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  70. « Bayou (EELV) salue "l'activisme" de L214 après les images d'un élevage de canards », sur leprovence.com, (consulté le ).
  71. « Présidentielle 2022 : Julien Bayou souhaite un moratoire sur les entrepôts d'Amazon », sur rtl.fr (consulté le ).
  72. Erwan Seznec, « Ce discret patrimoine dont Julien Bayou n’avait jamais parlé », sur Le Point, (consulté le )
  73. « Le patron d’EELV Julien Bayou mis en cause pour des violences psychologiques sur une ex-compagne », sur L'Obs, (consulté le )
  74. « Accusé de violences envers les femmes, Julien Bayou "mis en retrait" de la co-présidence du groupe EELV », sur TF1 INFO, (consulté le )
  75. « Julien Bayou : des violences psychologiques sur une ex-compagne ? Ce qu'on sait vraiment », sur linternaute.com, 26 septembre 2022 (mis à jour) (consulté le )
  76. Le Figaro avec AFP, « Violences faites aux femmes: Rousseau affirme avoir reçu une accusatrice de Bayou », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  77. Yann Bouchez, « Julien Bayou dans « Le Monde », de Jeudi noir à Vert de rage », sur lemonde.fr, (consulté le )
  78. Lauren Provost, « Julien Bayou et les louves, ou comment desservir la cause que l’on défend », sur liberation.fr, (consulté le )
  79. Ludovic Galtier, « "Sandrine Rousseau balance son chef de parti en direct à la télé" : Patrick Cohen charge la députée dans "C à vous" », sur ozap.com, (consulté le )
  80. Jade Peychieras, « Violences faites aux femmes : Julien Bayou, mis en cause, lâche la coprésidence des écologistes à l'Assemblée », sur francebleu.fr,
  81. « Julien Bayou, accusé de violences psychologiques par une ex-compagne, démissionne de son poste de secrétaire national d’EELV », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. Hadrien Mathoux, Jean-Loup Adenor et Pierre Lann, « Julien Bayou en retrait d'EELV : cinq questions sur les accusations visant l'ex-patron des Verts », sur marianne.net, (consulté le )
  83. « En direct - Selon son avocate, Julien Bayou "n'a jamais exercé aucune violence psychologique" », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  84. Sandrine Cassini et Julie Carriat, « Après sa démission, Julien Bayou livre sa version des faits et s’en prend à Sandrine Rousseau », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. a et b « Démission de Julien Bayou : la cellule contre les violences sexuelles d’EELV juge qu’il n’y a « pas lieu de suspendre de manière conservatoire » l’ancien dirigeant », sur Le Monde avec AFP,
  86. « Affaire Julien Bayou : une réunion en urgence du bureau exécutif d'EELV est prévue ce samedi », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  87. Élodie Falco, « Un collectif féministe et d'anciennes compagnes de Julien Bayou accusés d'avoir cherché à « le faire tomber » », (consulté le )
  88. Reporterre, « Affaire Julien Bayou : les femmes parlent », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie (consulté le )
  89. « Julien Bayou accusé de violences psychologiques : son ex-compagne s’exprime pour la première fois », sur leparisien.fr, (consulté le )
  90. RTL, « Affaire Julien Bayou », sur RTL (consulté le )
  91. Affaire Julien Bayou : « Cet étalage de la vie privée, c'est du journalisme de caniveau », selon Yannick Jadot, atlantico.fr, 27 octobre 2022
  92. Lilian Alemagna et Charlotte Belaïch, « Julien Bayou : la cellule interne de EE-LV «clôt le dossier» faute d’avoir pu «mener à bien son enquête» », sur Libération (consulté le )
  93. « Affaire Julien Bayou : la cellule interne d'EELV «clôt le dossier» faute d'avoir pu «mener à bien son enquête» », sur LEFIGARO, (consulté le )
  94. « Résultats des élections régionales 2021 - Île-de-France », sur interieur.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentaires modifier

  • Génération Stagiaire, d'Antoine Gallien, 2006. Film sur la mobilisation de Génération précaire en .
  • Génération précaire, derrière les masques, de Ruxanda Medrea, 2006. Le film « analyse cette mobilisation et leur engagement qui a su interpeller parents, politiques et syndicats sur des dérives en cours de normalisation. »[réf. nécessaire]
  • Émergences, de Delphine Vailly et Alexis Marrant, 2007. Film qui suit les mobilisations de différents collectifs dont Génération précaire, Sauvons les riches ou Jeudi noir.
    « Les nouveaux contestataires », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  • Ainsi squattent-ils, de Marie Maffre, 2013. Film qui suit le collectif Jeudi noir à travers son combat pour le logement.

Liens externes modifier