Extrême droite

positionnement idéologique

Le terme « extrême droite » est employé en politique pour désigner les mouvements, organisations et partis politiques (ainsi que leurs membres et électeurs) siégeant le plus à droite dans les hémicycles parlementaires ou, à défaut de représentants, portant les idées « les plus à droite ».

Militants d'extrême droite identitaires autrichiens pendant une manifestation anti-migrants à Vienne. On peut notamment lire sur les banderoles « fermez les frontières ».
Une marche néonazie à Munich, Allemagne, 2005.

L'extrême droite est très diverse. Ses fondements idéologiques reposent principalement sur trois points[1] :

Au début du XXe siècle, l'extrême droite était par exemple représentée par un mouvement comme l'Action française, nationaliste et royaliste, qui défendait une doctrine royaliste, raciste et antisémite[2],[3]. Ceux qui se réclament de ces idées aujourd'hui y sont toujours classés. On y trouve des néofascistes et des néonazis, ainsi que des courants identitaires et national-populistes[1]. Enfin, les courants traditionalistes comme le royalisme, la réaction et l'intégrisme en font également partie.

Des partis français comme le Rassemblement national[4],[5],[6] ou le parti Reconquête[7],[8] sont classés à l'extrême droite. À l'étranger, le parti Frères d'Italie[9],[10] en Italie, ou le Parti de la liberté d'Autriche[4],[11] en sont d'autres exemples.

Le qualificatif d'« extrême droite » peut être utilisé de manière stigmatisante et péjorative, en assimilant toutes ses tendances au fascisme et au nazisme. Comme le relève le politologue Jean-Yves Camus, en France, le terme n'est quasiment jamais assumé par ceux qui en font partie, le Rassemblement national y préférant par exemple les termes de « droite nationale » ou de « mouvement national »[12].

Utilisation du terme modifier

Pour les politologues spécialistes de l'extrême droite Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, l'expression « extrême droite » est utilisée pour qualifier des événements très différents en Europe et est donc ambigüe, car généralement utilisée par des adversaires politiques de manière disqualifiante ou stigmatisante en assimilant toutes ses tendances au fascisme et au nazisme[13]. Selon Pierre-André Taguieff, l'expression « extrême droite » constitue « une étiquette polémique plutôt qu’une catégorie conceptuellement élaborée ou un modèle d’intelligibilité utilisable dans les travaux savants ». Mais l'expression est néanmoins utilisée en sciences politiques pour les analyses électorales, où elle permet « d’identifier d’une façon vague mais fortement stigmatisante telle ou telle formation politique ». Le passage de l'expression « extrême droite » de l'usage politique commun au vocabulaire des sciences politiques explique en partie les difficultés de définition[14] : selon Cas Mudde, outre sa fonction de catégorisation descriptive, le terme remplit aussi dans l'usage commun une fonction de délimitation d'un « ennemi politique »[15]. D'après Taguieff, les mouvements nommés « extrême droite » ont sur certains sujets, comme le rejet de la « mondialisation libérale », une position « plus proche de la gauche, voire de la gauche révolutionnaire ou radicale, que de la droite libérale ou de la droite conservatrice »[16].

Le qualificatif « extrême droite » n'est quasiment jamais assumé par ceux qui en font partie, préférant s'autoqualifier de « droite nationale » ou « mouvement national ». La littérature scientifique reconnaît cependant l’existence d’une famille de partis d’extrême droite, mais cette analyse est surtout adaptée à l’Europe de l’Ouest[13].

En France, Jean-Marie Le Pen déclare par exemple être « économiquement de droite, socialement de gauche et nationalement de France »[17] ou encore en 1978 : « L'extrême droite, le mot est équivoque dans la mesure où il comporte le mot extrême. Nos adversaires confondent volontairement, et dans l'intention de tromper, une position géographique sur l'échiquier politique avec une position d'extrémisme politique. Or notre philosophie, notre principe d'action et notre programme ne sont pas extrémistes et par conséquent nous occupons la place qui est libre. Je crois qu'il n'y a pas de droite, le centre actuel n'est pas la droite, bien qu'une grande partie du peuple de droite vote pour les candidats du centre et même de la gauche »[18]. Le MSI, parti néofasciste italien, utilisait l'expression « droite nationale », tandis que ses adversaires le désignaient simplement comme la « droite », le mot n'ayant pas la même portée dans le vocabulaire politique italien : l'appellation « extrême droite » était plutôt réservée, en Italie, aux groupes subversifs ou néonazis. L'appellation « droite nationale » a été également utilisée par le Front national en France. En Autriche, le FPÖ, sous la présidence de Jörg Haider, préférait se décrire comme la « troisième force » opposée à la fois aux socialistes et aux conservateurs ; ses membres se présentaient comme des « libertaires »[19].

Il sera donc question d’« extrême droite traditionnelle »[20] à propos de la tendance activiste et protestataire issue directement des mouvements fascistes, nazis et racistes des années 1930 à 1960. Le terme de « nouvelle droite national-populiste »[21] sera utilisé pour les partis constitués plus récemment autour de problématiques liées à la crise : chômage, immigration, identité nationale, etc. et qui mettent en œuvre des stratégies de prise de pouvoir électorale[22].

La science politique anglo-saxonne parle plus volontiers de droite radicale[source insuffisante][23] signifiant par là qu'elle se situe à la limite de la droite démocratique, libérale ou conservatrice.

Droite et extrême droite modifier

Pour se distinguer de l'extrême droite, la droite traditionnelle a historiquement entretenu un refus d'alliance, dont une illustration est le « cordon sanitaire » en Belgique[24]. Cette politique est remise en question depuis quelques années : dans certains pays, comme en Autriche ou en Israël, des alliances se sont parfois nouées[25],[26],[27]. Fin 2018, un scrutin régional en Espagne voit le Parti populaire conclure une double alliance remarquée, d'un côté avec Ciudadanos, de l'autre avec Vox, petit parti d'extrême droite qui venait de faire une percée électorale notable[28]. En février 2020, c'est en Allemagne qu'une alliance entre les partis de gouvernement FDP et CDU et l'AfD d'extrême droite fait un tollé, entraînant des démissions et des manifestations[29].

Certains mouvements d'extrême droite peuvent être liés à la droite classique, mais finirent par être classés à l'extrême droite du fait d'une radicalisation (par exemple le Fidesz hongrois). D'autres mouvements d'extrême droite s'avèrent n'avoir aucun lien avec les mouvements de droite classique, comme les factions anticapitalistes de l'extrême droite. Ces dernières s'avèrent être plus radicales et parfois en conflit avec les mouvements de la droite conservatrice radicalisées[réf. nécessaire].

Certaines personnalités ou structures politiques peuvent évoluer considérablement comme l'illustre, en Italie, la trajectoire du Mouvement social italien (néo-fasciste) devenu Alliance nationale (centre-droit). En France, Alain Madelin, Gérard Longuet, Patrick Devedjian et Hervé Novelli sont des figures politiques de droite ayant commencé leur engagement au sein du mouvement d'extrême droite Occident[30].

Différences entre les extrêmes droites modifier

Il existe de nombreuses divergences entre les extrêmes droites, notamment sur le plan économique, certaines factions sont libérales tandis que d'autres sont socialisantes[31].

En religion, on trouve également des extrêmes droites religieuses chrétiennes (Civitas catholique, Ku Klux Klan protestant, Pamiat orthodoxe)[32], musulmanes (Front de la stabilité de la révolution islamique[33] et l'Alliance Fatah chiites, Hamas sunnite), juives (Lehava, Front national juif) et hindoues (RSS) qui peuvent être antagonistes.

Si la majorité des mouvements d'extrême droite sont anticommunistes, certains mouvements prônent une forme de Communisme mêlé à du Conservatisme sociétal comme le National-bolchevisme et les eurasistes.

Concernant leur rapport à la religion, certains mouvements sont favorables à la présence de la religion dans la société. D'autres sont plutôt laïcs et certains sont franchement théocrates[réf. nécessaire].

Sur la stratégie électoraliste, certains prônent le réformisme tandis que d'autres prônent la stratégie révolutionnaire[34] ou contre-révolutionnaire selon les tendances[35],[36].

Sur le rôle de l'État, certains soutiennent l'étatisme tandis que d'autres sont anti-étatistes[réf. nécessaire].

Sur la politique étrangère, une grande partie se divise au sujet du conflit israélo-arabe. De nombreux mouvements soutiennent le nationalisme arabe ainsi que les palestiniens[37],[38],[39],[40]. Ainsi, l'Espagne franquiste soutenait activement les nationalistes arabes[41], d'autres factions antisionistes d'extrême droite affichent une proximité avec le Hezbollah libanais et l'Iran khomeiniste sans forcément être musulmans, ainsi l'Alliance pour la paix et la liberté, parti d'extrême droite européen qui appelle à la défense de la chrétienté soutient ouvertement les mouvements islamistes chiites pro-iraniens[42], tandis que d'autres mouvements et partis soutiennent le sionisme[43]. Beaucoup de mouvements en Europe sont aussi anti-américains[44] tandis que d'autres, plus proches du néoconservatisme sont pro-américains.

Fondements idéologiques modifier

Concept et vision du monde modifier

Selon les chercheurs Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, le cœur de la vision du monde de l'extrême droite est l'organicisme, l'idée selon laquelle la société fonctionne comme un être vivant complet, organisé et homogène. Adapté à la communauté qu'ils souhaitent constituer ou reconstituer (qu'elle soit fondée sur l'ethnicité, la nationalité, la religion ou la race), le concept les amène à rejeter toute forme d'universalisme au profit de l'autophilie et de l'altérophobie, soit en d'autres termes l'idéalisation d'un « nous » à l'exclusion d'un « ils »[45]. L'extrême droite tend à absolutiser les différences entre nations, races, individus ou cultures puisqu'elles perturbent leurs efforts vers l'utopie rêve d'une société « fermée » et naturellement organisée, perçue comme la condition pour assurer la renaissance d'une communauté enfin reconnectée à sa nature quasi éternelle et rétablie sur de solides fondations métaphysiques[46],[47].

Considérant leur communauté dans un état de décadence facilité par les élites dirigeantes, les partisans d'extrême droite se présentent comme une élite naturelle, sensée et alternative, avec pour mission rédemptrice de sauver la société de la catastrophe promise. Ils rejettent à la fois leur système politique national et l'ordre géopolitique mondial (y compris leurs institutions et leurs valeurs, par exemple le libéralisme politique et l'humanisme égalitaire) qui sont présentés comme devant être abandonnés ou purgés de leurs impuretés, afin que la « communauté rédemptrice » puisse éventuellement quitter la phase actuelle de crise liminale pour inaugurer une nouvelle ère[45],[47]. La communauté elle-même est idéalisée à travers de grandes figures archétypales (les âges d'or, le sauveur, la décadence et les théories du complot mondial) car elles glorifient des valeurs non rationalistes et non matérialistes comme la jeunesse ou le culte des morts[45].

Le politologue Cas Mudde soutient que l'extrême droite peut être considérée comme une combinaison de quatre concepts largement définis, à savoir l'exclusivisme (par exemple le racisme, la xénophobie, l'ethnocentrisme, l'ethnopluralisme, le chauvinisme, y compris le chauvinisme social), les traits antidémocratiques et non-individualistes (par exemple le culte de la personnalité, le hiérarchisme, le monisme, le populisme, l'anti-particratie, la vision organique de l'État), un système de valeurs déplorant la disparition des cadres de référence historiques (par exemple l'ordre public, la famille, la communauté et la nation ethniques, linguistiques et religieuses ainsi que l'environnement naturel) et un programme socio-économique associant corporatisme, contrôle étatique de certains secteurs, agrarisme, et un degré variable de croyance dans le libre jeu des forces socialement darwinistes du marché. Mudde propose ensuite une subdivision de la nébuleuse d’extrême droite en tendances modérées et radicales, selon leur degré d'exclusionnisme et d'essentialisme[48],[49].

Définition et analyse comparative modifier

L'Encyclopédie politique : La gauche et la droite déclare que la politique d'extrême droite comprend « des personnes ou des groupes qui ont des opinions extrêmement nationalistes, xénophobes, racistes, fondamentalistes religieuses ou autres opinions réactionnaires ». Bien que le terme d'extrême droite soit généralement appliqué aux royalistes absolutistes, aux fondamentalistes et aux fascistes, il a également été utilisé pour désigner ceux qui se situent à droite du courant dominant de la politique de droite[50].

Si les mouvements ou partis d'extrême droite sont divers, leurs socles idéologiques comportent des points communs : un chauvinisme[4], un souverainisme[4] et un traditionalisme[51] encore plus poussés qu'à droite, un discours autoritariste affirmé, et un programme économique et social hétéroclite, parfois plus favorable aux milieux populaires que celui de la droite traditionnelle, usant largement d'une rhétorique antisystème et de dénonciation des élites[52]. La xénophobie et le racisme[4] font aussi partie de ce socle commun et se traduisent souvent par une opposition à l'immigration[53]. Enfin, on y retrouve un anticommunisme marqué[1]. Le fondamentalisme religieux est aussi classé à l'extrême droite.

Les groupes et partis d'extrême droite sont souvent nationalistes voir ultranationalistes[54], toutefois, plusieurs formes d'extrême droite ne sont pas nationalistes, certains sont également antinationalistes à l'instar de certains mouvements royalistes absolutistes, des libertariens conservateurs[55] ou de groupes pan-islamistes[56] comme Hizb ut-Tahrir[57].

Ainsi, selon le docteur en science politique Benjamin Biard, l'opposition à l'immigration, l'autoritarisme en matière de politique intérieure et la rhétorique populiste antisystème et hostile aux partis traditionnels sont les trois caractéristiques communes à toute l'extrême droite, et qui permettent donc de la reconnaître[1].

Le politologue néerlandais Cas Mudde montre que la plupart des analyses de l'idéologie d'extrême droite mettent en avant des combinaisons diverses des cinq aspects suivants : nationalisme, racisme, xénophobie, opposition à la démocratie, revendication d'un État fort[15]. Pour Pascal Delwit et Andrea Rea, « deux sujets essentiels cristallisent le vote d'extrême droite : la xénophobie et le discours sécuritaire »[58].

Au-delà de ces fondements idéologiques, les références parfois hétéroclites et les itinéraires variés des mouvements d'extrême droite expliquent des positions parfois contradictoires[52]. Ainsi, dans le domaine spirituel, certains défendent un traditionalisme-intégrisme religieux[59], d'autres un athéisme exacerbé ou un néo-paganisme[60]. De plus, comme le souligne la géopolitologue Béatrice Giblin-Delvallet, l'existence de ressorts communs à l'extrême droite moderne ne doit pas empêcher de comprendre l'évolution des différents partis en relation avec des contextes nationaux particuliers. Par exemple en matière économique, « le nouveau nationalisme russe rejette toute intervention économique et sociale étatique (du fait d’un mauvais souvenir du centralisme soviétique ?). En revanche, le RN nouveau prône le rôle actif et protecteur de l’État contre les capitalistes prédateurs qui appauvrissent les plus faibles »[61].

Selon le sociologue Alain Bihr, la pensée d'extrême droite voit les inégalités comme relevant de l'ordre naturel des choses, d'où son goût pour les chefs, l'autorité et la hiérarchie. Selon cette famille politique, la société a dévié de l'ordre naturel, et elle doit absolument y revenir. L'organicisme, c'est-à-dire la comparaison entre la nation et un organisme vivant, y est également très présent. Cet organisme biologique doit, selon l'extrême droite, être protégé de la maladie qu'est la décadence, et des agents pathogènes qui l'encouragent. Enfin, on y retrouve souvent un culte de la force et de la combativité, censé entretenir le vitalisme de la nation[62].

Moyens mis en œuvre modifier

Les moyens mis en œuvre par les partis ou organisations d'extrême droite sont divers :

Base électorale modifier

La base électorale de l'extrême droite reste avant tout les milieux populaires : petits commerçants, artisans, ouvriers[72], etc. Elle suit en effet une ligne « anti-élite » (voire parfois contre-révolutionnaire[73]), se différenciant ainsi de la droite conservatrice et libérale.

En France, par exemple, et selon la géographe Catherine Bernié-Boissard (coauteur du livre Vote FN, pourquoi ?), « le vote FN exprime un désarroi, un sentiment de déclassement. Les scores les plus élevés, on les retrouve dans des communes où le taux de diplômés et le niveau d’éducation sont les plus faibles, où la présence des services publics est moindre »[74]. Les partis d’extrême droite sont souvent accusés par l'opposition de jouer avec les peurs et les frustrations de couches populaires précarisées, notamment en érigeant l'étranger ou les jeunes de quartiers populaires en boucs-émissaires[75]. Le sentiment d'insécurité est aussi un élément récurrent mis en avant dans ces discours[76].

Selon une étude de l'Église réformée de France, l'électorat de l'extrême droite est majoritairement masculin, peu diplômé et anti-politique[77].

Lors de l'élection présidentielle de 2017, le Figaro rend compte des profils socio-culturels des électeurs des différents candidats au premier tour. Si le score auprès des ouvriers et employés pour les alliés du second tour Dupont-Aignan et Le Pen dépasse les 40 %, le vote des cadres pour ces candidats est de 18 %, contre 33 % pour Macron, 20 % pour Fillon, 19 % pour Mélenchon, et 8 % pour Hamon[78].

En 2005, à partir d’une enquête menée dans cinq pays européens (Allemagne, Belgique, France, Italie, Pays-Bas) auprès de militants d’extrême droite, des chercheurs de l'Université libre d'Amsterdam résument les traits caractéristiques qui structurent leur identité politique :

  • ils sont moins extrêmes que l'image de marginalité et de violence de certaines études, très peu d'entre eux étant des admirateurs d'Adolf Hitler ou du troisième Reich et forment un groupe très diversifié ;
  • ils ne sont pas de nouveaux mouvements, car en continuité avec les courants d'extrême droite du passé dont ils sont une rémanence, souvent par leur famille ;
  • même si ce qui les différencie des autres partis est la xénophobie, ils sont plus de son « envers », la préférence nationale, « le versant positif de l'attitude ethnocentrique » qui est le nationalisme ;
  • le discrédit et la stigmatisation dont ils font l’objet est probablement leur point commun le plus important ; ils rejettent l'étiquette d'extrême droite qui les associe au nazisme et à la Shoah, la plupart admettant être de droite mais réfutant l'extrémisme, terme qu'ils emploient pour des mouvements selon eux plus radicaux ; les auteurs concluent que « paradoxalement, cette stigmatisation peut aussi être une ressource pour le mouvement, dans la mesure où elle aide à le faire tenir ensemble […] Et la stigmatisation qu’ils subissent est en quelque sorte symétrique de celle qu’ils infligent généralement aux “autres”, aux étrangers, aux immigrés, aux minorités »[79].

Caractéristiques générales modifier

À partir du cas de la France, l'historien Michel Winock dans son ouvrage Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France (2004)[80], donne les neuf caractéristiques suivantes aux mouvements d’extrême droite qui découlent du discours de la décadence, « vieille chanson que les Français entendent depuis la Révolution » :

Les interprétations qu’il en donne sont de quatre ordres :

  • dans le cadre de la lutte des classes, il s’agit de la revanche des perdants contre les gagnants de la modernité. Ainsi s’expliquent l’élitisme aristocratique de l’extrême droite du XIXe siècle (les aristocrates étant les grands perdants de la Révolution française, puis de la Révolution industrielle), ainsi que le poujadisme des petits commerçants contre la montée des grandes surfaces (il est à noter que les grandes surfaces n'existaient pas en 1956 et que les petits commerçants souffraient plutôt des prélèvements fiscaux excessifs) et des laissés pour compte de la crise actuelle ;
  • l’« interprétation conjoncturaliste » insiste sur le rôle important des situations de crise dans la montée de ces idéologies. Une crise économique et sociale se mue alors en une crise politique, réelle ou supposée ;
  • il indique également le passage de la « société tribale, rurale, patriarcale » à la « société urbaine, industrielle et libérale », se traduisant par une série de peurs et notamment « la peur de la liberté » (Karl Popper) ;
  • l’interprétation anthropologique assimile le discours sur la décadence du pays avec la nostalgie de l’homme vieillissant devant l’enfance, ce « monde protégé ».

Pour Jean-Yves Camus, dans un contexte de mondialisation[81] et de montée des inégalités, l'extrême droite « s'impose plus que jamais comme principale force de contestation du consensus idéologique imposé par le modèle social ultralibéral »[82]. Mais un anticapitalisme de façade était déjà, selon Alain Bihr, l'un des arguments démagogiques du fascisme[83].

Typologie des groupes d'extrême droite modifier

Époque contemporaine modifier

L'extrême droite est composée de divers courants (convergents ou antagonistes) parmi lesquels :

D'autres formations sont selon certains observateurs considérées comme d'extrême droite, mais cette classification peut être davantage controversée :

Exemples historiques et actuels modifier

Partis et mouvements par pays modifier

Selon les pays et les contextes, le terme « extrême droite » est, de fait, utilisé pour trois types de visions ou de mouvances :

La présence de ces mouvements par pays est aussi très variable. La situation des États-Unis, avec une extrême droite à l'influence marginale s'oppose ainsi à celles de plusieurs pays européens, (Autriche, Norvège, Danemark, Suède, etc.) où leur présence parlementaire est de plus en plus marquée. De façon intermédiaire, des pays tels que le Japon disposent de mouvements d'extrême droite non parlementaires, mais ayant une forte capacité d'influence sur le principal parti au pouvoir.

Dans certains pays, comme l’Autriche, Israël et plus récemment la Norvège, l’extrême droite participe parfois aux coalitions gouvernementales avec la droite et le centre-droit, et possède donc à l’occasion des ministres. Au Danemark, l'extrême droite a, au début des années 2000, apporté son soutien à un gouvernement, sans toutefois y participer.

Depuis 2000, une dizaine de pays européens ont connu des participations de l'extrême droite au gouvernement ou bien un soutien parlementaire à des gouvernements, pouvant être de centre-droit ou de centre-gauche : Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), Parti national slovaque (SNS), Patriotes unis de Bulgarie, Parti pour la liberté des Pays-Bas (PVV), Parti populaire danois, Parti du Progrès norvégien, les Vrais Finlandais, Union démocratique du centre en Suisse, la Ligue du Nord italienne et l'Alerte populaire orthodoxe (LAOS) en Grèce[90].

Si dans les années 1970, Vera Oredsson (sv) dirigeait une formation d'extrême droite en Suède (le Parti du Reich Nordique), c'est à partir du XXIe siècle que les partis d'extrême droite et de droite populiste européens se féminisent, plusieurs de leurs figures de proue étant des femmes, comme Marine Le Pen (France),Diana Șoșoacă (Roumanie), Siv Jensen (Norvège), Krisztina Morvai (Hongrie), Pia Kjaersgaard (Danemark), Anke Van dermeersch (Belgique), Alessandra Mussolini (Italie) ou encore Eléni Zaroúlia (Grèce). Ces personnalités et leurs partis respectifs ne se situent pas tous sur la même ligne politique, certains étant issus d'une droite radicale populiste, d'autres étant clairement fascisants[91].

En France, l'extrême droite remonte à la deuxième moitié du XIXe siècle et coïncide avec la fin de la monarchie. Parmi les idées caractéristiques des mouvements classés à l'extrême droite, ont figuré à titres divers notamment l'antiparlementarisme, l'islamophobie, l'antisémitisme, le nationalisme ou bien encore l'homophobie et le sexisme chez certaines personnes. Les mouvements actuellement classés à l'extrême droite en Europe sont souvent accusés de racisme et de xénophobie, en raison de leur hostilité générale à l'immigration et des positions ouvertement racistes revendiquées par certains d'entre eux.

Banalisation modifier

Nada Afiouni et Nicolas Guillet (enseignants-chercheurs en Normandie), dans leur ouvrage Tentatives de banalisation de l'extrême droite en Europe, observent, ces dernières années, un phénomène tout sauf « anodin » de « dédiabolisation » de l'extrême droite en France ; une dédiabolisation qui s'opère aussi bien sur le plan formel, où l'extrême droite « modifie [son] nom, [son] logo, [son] discours public, l'atténue, l'euphémise, se fait le porte-parole du bon sens populaire, emprunte des références aux autres familles politiques tout en [se dépouillant] des siennes », que sur le plan substantiel, où elle devient « une force politique pérenne » et où « les partis politiques classiques [sont conduits] à concurrencer l’extrême droite sur son propre terrain, brisant les digues jusqu'à assurer des passerelles politiques à ses personnalités, à passer des accords électoraux avec elle ou à en reprendre les idées »[92],[93].

Nada Afiouni et Nicolas Guillet constatent toutefois que ce phénomène de dédiabolisation reste « encore très partiel ». Ainsi, ils relèvent qu'Anne-Sophie Leclère, candidate FN aux élections municipales de 2014 à Rethel, avait publié « sur sa page Facebook un photomontage montrant d’un côté un singe, de l’autre Christiane Taubira, avec cette légende : “A 18 mois” et “Maintenant” », qu’Aymeric Chauprade a tenu dans l’une de ses vidéos postées sur son site Internet à la suite de l'attentat perpétré en France contre Charlie Hebdo : « La France est en guerre, avec des musulmans […]. L’islam fait planer sur la France une menace très grave sur son avenir […]. On nous dit qu’une majorité de musulmans est pacifique. Certes. Mais une majorité d’Allemands l’étaient avant 1933 et le national-socialisme allemand » ; ils relèvent un tweet posté par Bruno Lemaire, conseiller économique auprès de Marine Le Pen, évoquant après l'attentat contre Charlie Hebdo la « secte de mohamerde » et amalgamant islam et terrorisme[94].

Les chercheurs constatent, en outre, qu'il n'est « nul besoin de [l’extrême droite] à la direction du pays pour voir une partie [de ses idées] mise en œuvre ou, du moins, pour voir des similitudes entre son programme et les actions des pouvoirs en place », en ce qui concerne, par exemple, « les obsessions sécuritaires, les pamphlets anti-Roms et antimusulmans, les débats officiels sur la patrie »[95].

Notes et références modifier

  1. a b c et d Benjamin Biard, « L’extrême droite en Europe occidentale (2004-2019) », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. n° 2420-2421, no 15,‎ , p. 5 (ISSN 0008-9664 et 1782-141X, DOI 10.3917/cris.2420.0005, lire en ligne, consulté le )
  2. Carole Reynaud-Paligot, « Maurras et la notion de race », dans Michel Leymarie, Olivier Dard, Jacques Prévotat et Neil McWilliam (dir.), Le maurrassisme et la culture : L'Action française, culture, société, politique (III), Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », , 370 p. (ISBN 978-2-7574-0147-7, lire en ligne), p. 111–119.
  3. Michel Dobry, Le mythe de l'allergie française au fascisme, Paris, A. Michel, , 460 p. (ISBN 2-226-13718-1 et 978-2-226-13718-0, OCLC 300256751, lire en ligne), « L'Action française à l'ère du fascisme : une perspective contextuelle »
  4. a b c d et e Michael Löwy, « Dix thèses sur l'extrême droite en Europe », Lignes, vol. 45, no 3,‎ , p. 163 (ISSN 0988-5226 et 2272-818X, DOI 10.3917/lignes.045.0163, lire en ligne, consulté le )
  5. Mondon, A., 2015. "The French secular hypocrisy: the extreme right, the Republic and the battle for hegemony." Patterns of Prejudice, 49 (4), pp. 392–413.
  6. Anthony M. Messina (2015). "The political and policy impacts of extreme right parties in time and context." Ethnic and Racial Studies 2015; 38: 1355.
  7. « Éric Zemmour et le Rassemblement national: l’extrême droite française face à la valse des traîtres », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  8. Karl Laske et Jacques Massey, « Les « VIP » de Zemmour : l’extrême droite et la droite dure en rang… », sur mediapart.fr, (consulté le ).
  9. (en) « EXPLAINED: Is Brothers of Italy a ‘far right’ party? », sur thelocal.it, (consulté le )
  10. (en) James Politi & Davide Ghiglione, « Meloni takes Italian far-right back to 1930s roots », sur Financial Times, (consulté le )
  11. Blaise Cauquelin, « l'extrême droite près du pouvoir en Autriche », le Monde, (consulté le ).
  12. Jean-Yves Camus, « Extrême droite », sur universalis.fr.
  13. a et b Les Droites extrêmes en Europe, Partie « Comment naissent les extrêmes droites », Jean-Yves Camus, Nicolas Lebourg, Le Seuil, 2015
  14. Stéphanie Dechezelles, Visages et usages de l'extrême droite en Italie. Pour une analyse relationnelle et non substantialiste de la catégorie extrême droite., Revue internationale de politique comparée 4/2005 (Vol. 12), p. 451-467, lire en ligne.
  15. a et b (en) Cas Mudde, « Right-wing extremism analyzed: A comparative analysis of the ideologies of three alleged right-wing extremist parties (NPD, NDP, CP'86) », European Journal of Political Research, vol. 27, no 2,‎ , p. 203–224 (ISSN 0304-4130 et 1475-6765, DOI 10.1111/j.1475-6765.1995.tb00636.x, lire en ligne, consulté le ).
  16. Pierre-André Taguieff, La revanche du nationalisme. Néopopulistes et xénophobes à l'assaut de l'Europe, Presses Universitaires de France, (lire en ligne).
  17. Nicolas Baverez, Le programme de Jean-Marie Le Pen, Le Point, 3 mai 2001
  18. Jean-Pierre Apparu, « La Droite aujourd'hui », Paris, Albin Michel, 1978, p. 176)
  19. In Jean-Guy Prévost, L'extrême droite en Europe : France, Autriche, Italie, Fides, 2004, p. 28
  20. Jean-Yves Camus et Philippe Rekacewicz, L’Union européenne, un acteur autonome ? Les deux familles de l’extrême droite, Le Monde Diplomatique, décembre 2004, lire en ligne
  21. Jean-Yves Camus, « Métamorphoses de l´extrême droite en Europe. Du fascisme au national-populisme », Le Monde diplomatique, mai 2002, page 5, lire en ligne.
  22. Comment les nommer ? Extrême droite, nouvelle droite, droite radicale… CQFD, Manuel Abramowicz, resistances.be
  23. Philippe Vervaecke, Valérie Auda-André, David Bensoussan, Myriam Boussahba-Bravard, À droite de la droite, droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq (Nord), Coll. Espaces politiques, 2012, 562 pages lire en ligne.
  24. Cette attitude, qui consiste à refuser de collaborer avec les membres des partis d'extrême droite, est ce que l'on appelle former un "cordon sanitaire". Anouck Thibaut, Michel Torrekens, Combattre l'extrême droite en Europe, Les Cahiers du petit Ligueur, De Boeck, Bruxelles, 2000, page 28, lire en ligne.
  25. « En Autriche, l’extrême-droite est devenue «convenable» », sur L'Opinion, (consulté le )
  26. « Autriche : la droite et extrême droite scellent leur accord de gouvernement », sur Capital.fr, (consulté le )
  27. « Le sombre pacte de Nétanyahou avec l’extrême droite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Législatives en Espagne : conservateurs et libéraux tentés par l’alliance avec l’extrême droite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. « Allemagne : manifestations contre les alliances électorales avec l'extrême-droite », sur euronews, (consulté le )
  30. Nicolas Weill, L'autre extrême droite française, Frédéric Charpier, Le Monde, 13 février 2005, lire en ligne.
  31. Zeev Sternhell, Naissance de l'idéologie fasciste, 2008.
  32. Walter Laqueur : Histoire des droites en Russie, p. 227 & suiv. Paris, éd. Michalon, 1996; (ISBN 978-2841860081)
  33. (en) Saeed Barzin, « Guide: Iranian parliamentary elections », sur BBC World, (consulté le )
  34. « Fascisme et totalitarisme. Synthèse », sur ac-grenoble.fr (consulté le )
  35. Charles Maurras, La seule France, Éditions H. Lardanchet, Lyon, 1941
  36. Charles Maurras, Enquête sur la monarchie, Les Éditions du Porte-Glaive, Paris, 1986
  37. (it) « Striscioni di Forza Nuova sul dramma palestinese », sur livesicilia.it (consulté le )
  38. (it) «Saremo pure antisionisti ma non spediamo teste di maiale», sur Il Tempo, (consulté le ).
  39. « fiammatricolore.com/chi-siamo/… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  40. (en) Karl Richter, « “Israel is a terror state” – Nationaldemokratische Partei Deutschlands (NPD) », sur npd.de, (consulté le )
  41. Gavín 2017, p. 77.
  42. (ar + en) « Hizbullah Official In Beirut Receives Visiting Far-Right 'Alliance For Freedom And Peace' Party Members From UK, Italy, Belgium, Germany, And Croatia – Who Express Support For Hizbullah's Fight Against Israel » [archive du ], sur memri.org, Middle East Media Research Institute, (consulté le )
  43. « Comment l’extrême droite a cherché à séduire les juifs », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. (de) Torsten Oppelland, « Nationaldemokratische Partei Deutschlands », sur bpb.de (consulté le )
  45. a b et c Camus et Lebourg 2017, p. 22.
  46. Camus et Lebourg 2017, p. 21.
  47. a et b Bar-On 2016, p. xiii.
  48. Mudde, Cas. The Extreme Right Party Family: An Ideological Approach (PhD diss., Leiden University, 1998).
  49. Camus et Lebourg 2017, p. 44–45.
  50. Carlisle 2005, p. 694.
  51. Toupictionnaire : le dictionnaire de politique, Extrême droite lire en ligne.
  52. a et b Pascal Perrineau, « L'extrême droite en Europe », dans Pascal Perrineau, Luc Rouban, La politique en France et en Europe, Presses de Sciences Po, 2007, 456 p. (ISBN 978-2724686791), p. 391-408.
  53. Pascal Delwit, Andrea Rea, Extrêmes-droites en Belgique et en France, éditions Complexe, Bruxelles, 1998, p. 116.
    Reste enfin le point délicat du racisme et de la xénophobie. L'immigration est incontestablement la cible principale de l'extrême droite. Elle s'en revendique même jusqu'à en faire sa raison d'être.
  54. « Tous les mouvements d'extrême droite se déclarent nationalistes mais cette unanimité ne doit pas faire oublier que l'exaltation du sentiment national n'a pas toujours appartenu à la doctrine d'extrême droite », Ariane Chebel d'Appollonia, L'extrême droite en France : de Maurras à Le Pen, vol. 1, éditions Complexe, 1998, p. 44.
  55. Carlson, Jennifer D. (2012). "Libertarianism". In Miller, Wilburn R., ed. The Social History of Crime and Punishment in America. London: SAGE Publications. p. 1006 « https://web.archive.org/web/20200930075224/https://books.google.com/books?id=tYME6Z35nyAC&pg=PA1006&dq=right-libertarianism&hl=it&sa=X&ved=0ahUKEwjVoNT9_uvlAhWN6aQKHWZ6AUUQ6AEINjAB#v=onepage&q=There%20exist%20three%20major%20camps%20in%20libertarian%20thought%3A%20right-libertarianism%2C%20socialist%20libertarianism%2C%20and%20left-libertarianism%3B%20the%20extent%20to%20which%20these%20represent%20distinct%20ideologies%20as%20opposed%20to%20variations%20on%20a%20theme%20is%20contested%20by%20scholars.&f=false »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (ISBN 1412988764)
  56. « Nationalism vs Islam », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. « News from Khilafah Conference 2013: Nationalism weakened the unity of Muslim Ummah », sur Khilafah, (consulté le ) : « HTI Press. Abdillah, a representative of Hizb ut Tahrir-Batam, confirmed that nationalism is dangerous for Muslim beliefs. Nationalism is a sense of identity with the nation. »
  58. Pascal Delwit, Andrea Rea, Extremes-droites en Belgique et en France, éditions Complexe, Bruxelles, 1998, p. 22.
  59. Jean-Yves Camus, René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France, Archives des sciences sociales des religions, 1994, vol. 86, no 1, p. 318. synthèse en ligne sur Persee.
  60. (…) de nombreux gages sont donnés aux partisans d'un néo-paganisme d'intention anti-chrétienne., Vincent Gilbert, Face à l'extrême droite. Quelle parole, quel engagement ?, Autres Temps, Cahiers d'éthique sociale et politique, no 51, 1996, p. 92 lire en ligne sur Persee.
  61. Béatrice Giblin-Delvallet, L'extrême droite en Europe, revue Hérodote, no 144, La Découverte, 2012/1, 224 pages, présentation en ligne.
  62. Alain Bihr, L'actualité d'un archaïsme : la pensée d'extrême droite et la crise de la modernité, Editions Page deux, , 188 p. (ISBN 2-940189-11-0 et 978-2-940189-11-3, OCLC 40438563, lire en ligne), « Identité, inégalité, pugnacité »
  63. Jean-Sébastien Lefebvre, Le guide de l'extrême droite européenne, Slate.fr, lire en ligne.
  64. (…) un langage spécifique, un vocabulaire et des expressions propres à cette famille politique, pour qui les mots sont des "armes", manipulés, utilisés comme des vecteurs de mémoire, servant à qualifier les "siens", mais aussi à disqualifier les "ennemis", qui forment le point de ralliement de la mouvance, Erwan Lecoeur (dir.), Dictionnaire de l'extrême droite, Paris, Larousse, 2007, p. 9.
  65. (en) Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, Far-Right Politics in Europe, Harvard University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-674-97153-0, lire en ligne).
  66. Le terrorisme d'extrême droite en appelle le plus souvent à l'ordre et à la nation (…), Michel Wieviorka, Sociétés et terrorisme, Fayard, 1988, 556 pages, lire en ligne.
  67. Le terrorisme d'extrême gauche s'est développé, entre autres facteurs, comme une réponse à un terrorisme d'extrême droite qui lui est antérieur., Bruno Groppo, 1968 en Italie et le problème de la violence, Revue d'Allemagne, 2003, vol. 35, no 2, p. 261-272, Société d'études allemandes, Strasbourg, présentation en ligne.
  68. La marginalisation politique des partis et groupes d'extrême droite produit des résultats variables (…) elle peut aussi engendrer une radicalisation, ce qui est le cas en Suède, où le phénomène se manifeste à travers des assassinats politiques, des incitations au meurtre sur Internet et une recrudescence des ventes d'armes, attitudes qui sont à considérer comme préludes au terrorisme d'extrême droite. Laurent Mucchielli, Xavier Crettiez, Les violences politiques en Europe - Un état des lieux, La Découverte, 2010, p. 70, lire en ligne.
  69. Ce terrorisme d'extrême droite bénéficia d'appuis et de complicités au sein des classes possédantes et de l'État et fit des milliers de victimes., Michel BOZDÉMIR, Guzine DINO, Ali KAZANCIGIL, Robert MANTRAN, Jean-François PÉROUSE, Turquie, Encyclopedie Universalis lire en ligne.
  70. Chladek Tilmann, Le terrorisme d'extrême droite. Le terrorisme en Allemagne fédérale, Politique étrangère, no 4, 1986, 51e année, p. 939, lire en ligne.
  71. Pourquoi a-t-il fallu attendre le printemps de 1984 pour qu'un gouvernement de droite s'inquiète brusquement de l'existence et de la terrible efficacité du terrorisme d'extrême droite ?, Maurice Rajsfus. Retours d'Israël, L'Harmattan, 1987, p. 94, lire en ligne.
  72. (…) Et cette nouvelle progression du FN dans l'électorat prolétarien, qui aura été le grand enseignement de ce scrutin (…) dans un second temps, d'un déplacement apparemment contre nature vers l'extrême droite d'un électorat prolétarien (…), Alain Bihr, Le spectre de l'extrême droite. Les Français dans le miroir du front national., Éditions de l'Atelier, 1998 lire en ligne.
  73. http://doc.sciencespo-lyon.fr/Signal/index.php?r=article/view&id=275572.
  74. Charlotte Rotman, « Les nouveaux venus sont vus comme des intrus », Libération, .
  75. Lucie Delaporte, « Coronavirus: l’extrême droite cible les quartiers populaires », sur mediapart.fr, (consulté le ).
  76. Philippe Robert, Renée Zauberman, « Du sentiment d’insécurité à l’État sécuritaire », sur cesdip.fr, (consulté le ).
  77. Un électorat nouveau pour l'extrême droite, Église réformée de France, (préf. Michel Bertrand), La tentation de l'extrême droite, Éditions Olibétan, 2000, p. 132 lire en ligne.
  78. Marie Simon et Service Infographie, « Cadre, employé, ouvrier: qui a voté Le Pen et qui a voté Macron ? », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  79. Bert Klandermans et al. Le monde des militants d'extrême droite en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et aux Pays-Bas, Revue internationale de politique comparée 4/2005 (Vol. 12), p. 469-485 lire en ligne.
  80. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, Paris, Collection Points no 131, 416 pages, présentation BNF en ligne.
  81. Simon Bornschier, Unis contre la mondialisation ?, Revue internationale de politique comparée 4/2005 (Vol. 12), p. 415-432. lire en ligne.
  82. Jean-Yves Camus, « La montée de l'extrême droite en Europe », Universalia 2003, Encyclopædia Universalis, 2003, p. 219-222.
  83. Alain Bihr, Le spectre de l'extrême droite. Les français dans le miroir du front national, Éditions de l'Atelier, 1998, p. 159
  84. Marieme Helie Lucas, interviewée par Marc Weitzmann, « Ce qui était visé est la place des femmes en Europe », Le Magazine littéraire no 566, avril 2016, p. 86-89.
  85. Frédéric Zalewski, La professionnalisation des partis populistes en Europe : une comparaison entre le mouvement polonais Samoobrona et le Dansk Folkeparti, Revue internationale de politique comparée, 2005, no 4, vol. 12, p. 487-501.
  86. Marie Maurisse, « En Suisse, la poussée de la droite populiste se confirme », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  87. Martin Conway, Centre d'études guerre et société, « Rex », sur Belgium WWII, (consulté le ).
  88. Michel Dumoulin (dir.), Emmanuel Gerard, Mark Van den Wijngaert, Vincent Dujardin et al., Nouvelle histoire de Belgique : 1905-1950, l'entrée dans le XXe siècle, vol. 2, Bruxelles, éditions Complexe, , 204 p. (ISBN 978-2-8048-0078-9 et 2804800784, lire en ligne), p. 95-96.
  89. Bruno De Wever, Centre d'études guerre et société, « Vlaams Nationaal Verbond (VNV) », sur Belgium WWII, (consulté le ).
  90. Alexis Feertchak, « L'extrême droite au gouvernement, une présence récurrente en Europe », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  91. Yves Cornu, « La confrérie européenne des Marinettes », in Le Point no 2151, semaine du , p. 64-70.
  92. Didier Micoine, « Un pas de plus vers la banalisation de l’extrême droite », sur leparisien.fr, (consulté le )
  93. « Un mail de Guillaume Peltier en soutien à Eric Zemmour envoyé aux adhérents LR crée la polémique », sur France Bleu, (consulté le )
  94. Nicolas Guillet, Les tentatives de banalisation de l'extrême droite, Bruxelles, Editions de l'Université de Bruxelles, , 181 p. (ISBN 978-2-8004-1674-8, lire en ligne), p. 108-109
  95. Nicolas Guillet, Les tentatives de banalisation de l'extrême droite en Europe : Sciences politiques, Bruxelles, Editions de l'Université de Bruxelles, , 181 p. (ISBN 978-2-8004-1674-8, lire en ligne), p. 63

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Travaux universitaires modifier

  • Joseph Algazy, L’Extrême droite en France, L’Harmattan, 1989.
  • Benjamin Biard, L'extrême droite en Europe occidentale (2004-2019), Bruxelles, CRISP, 2019.
  • Benjamin Biard, L'extrême droite en Europe centrale et orientale (2004-2019), Bruxelles, CRISP, 2019.
  • Alain Bihr, L'Actualité d'un archaïsme : la pensée d'extrême droite et la crise de la modernité, Éd. Page deux, 1999. 1919 pages. (ISBN 978-2-940189-11-3).
  • Collectif (sous la direction de Hugo De Schampheleire et Yannis Thanassekos), Extreem rechts in West-Europa/L'extrême droite en Europe de l’Ouest, Bruxelles, Presses Universitaires de la Vrije Universiteit Brussel, 1991, 407 pages.
  • Vincent Duclert, L'Histoire contre l'extrême droite. Les grands textes d'un combat français. Mille et une nuits, 2002, Les petits libres. 121 pages. (ISBN 978-2-84205-712-1).
  • Pierre Milza, L'Europe en chemise noire, 2002 [détail des éditions].
  • Collectif (sous la direction de Madeleine Rebérioux), L’Extrême droite en questions, EDI, 1991.
  • Pierre-André Taguieff, L'Illusion populiste. Essai sur les démagogies de l'âge démocratique, Flammarion, collection « Champs », 2007, 459 p. (ISBN 978-2-08-120365-5)
  • Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Seuil, 2004. 416 pages, présentation BNF en ligne.  
  • René Monzat, Les Voleurs d’avenir. Pourquoi l’extrême droite peut avoir de beaux jours devant elle, Paris, Textuel, « La Discorde », 2004, 192 pages. (ISBN 978-2-84597-103-5)
  • Jean-Pierre Rissoan, Traditionalisme et révolution : les poussées d'extrémisme des origines à nos jours. 1, du Moyen Âge à 1914-1918, Lyon, Aléas, 2007, 445 p., (ISBN 978-1-4092-7779-8). Second volume Du fascisme au 21 avril 2002, 2007, 416 pages, (ISBN 978-1-4092-7757-6).
  • Philippe Vervaecke, Valérie Auda-André, David Bensoussan, Myriam Boussahba-Bravard, A droite de la droite, droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d'Ascq (Nord), Coll. Espaces politiques, 2012, 562 pages présentation en ligne.  
  • Pascal Delwit, Andrea Rea, Extrêmes-droites en Belgique et en France, Éditions Complexe, Bruxelles, 1998.  
  • Béatrice Giblin-Delvallet, L'extrême droite en Europe, revue Hérodote, no 144, La Découverte, 2012, 219 pages, présentation en ligne.  
  • Chladek Tilmann, Le terrorisme d'extrême droite in Le terrorisme en Allemagne fédérale, Politique étrangère, no 4, 1986, 51e année, p. 937-949, lire en ligne.  
  • Laurent Mucchielli, Xavier Crettiez, Les violences politiques en Europe - Un état des lieux, La Découverte, 2010 présentation en ligne.  
  • Jean-Yves Camus, René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France, Presses universitaires de Lyon, 1992, 528 pages, présentation en ligne.  
  • Jean-Yves Camus, Les extrémismes en Europe, Éditions de l’Aube, 1996, 1997 et 1998.
  • Jean-Yves Camus, Le Front National, histoire et analyses, Éditions Olivier Laurens, 1997.
  • Jean-Yves Camus, L’Extrême Droite aujourd’hui. Éditions Milan, 1998.
  • Jean-Yves Camus, Le Front National, Éditions Milan, 1998.
  • Jean-Yves Camus, Le Front National : état des forces en perspective., Les études du CRIF, no 5, 2004
  • Jean-Yves Camus, Extrémismes en France : faut-il en avoir peur ?, Éditions Milan, 2006.
  • Erwan Lecœur (dir.), Dictionnaire de l'extrême droite, Paris, Larousse, 2007.  
  • Collectif, L’extrême droite en Europe, Hérodote (revue), no 144, La Découverte, 2012/1, 224 pages, présentation en ligne.  
  • « Extrême droite », Revue internationale de politique comparée, Université catholique de Louvain, lire en ligne.  
  • Pierre-André Taguieff, Du diable en politique : Réflexions sur l'antilepénisme ordinaire, CNRS Éditions, [détail de l’édition] — notamment le chapitre 6 : « L'enfer, c'est la droite : « extrême », « radicale », « ultra » », le chapitre 7 : « Extension du champ de la diabolisation : le spectre de la « droitisation » », et la conclusion : « Persistance et métamorphoses du nationalisme ».
  • Pierre-André Taguieff, La revanche du nationalisme : Néopopulistes et xénophobes à l’assaut de l’Europe, Paris, PUF, (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Nada Afiouni et Nicolas Guillet, Tentatives de banalisation de l’extrême droite en Europe, Editions de l'Université de Bruxelles, 2016. 

Travaux non universitaires modifier

Travaux d'auteurs d'extrême droite modifier
  • François Duprat, Les Mouvements d'extrême droite en France de 1940 à 1944. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 1999. 324 pages.
  • Id., Les Mouvements d'extrême droite en France de 1944 à 1971. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 1998. 196 pages.
  • Id., La Droite nationale en France de 1971 à 1975. Paris, Éditions de l'Homme Libre, 2002. 168 pages.
  • Emmanuel Ratier, Les Guerriers d'Israël, Éditions FACTA, 1993 (sur l'extrême droite juive).

Vidéographie modifier

  • AFP, Politique : L'extrême droite en Europe, , min (vidéo Youtube).
  • Alexandre Spalaikovitch et Laurent Delhomme, Nouveau look, nouveaux dangers : le retour des extrémistes en Europe. France, Angleterre, Hongrie, Allemagne : plongée dans cette Europe identitaire, aux multiples visages., Yemaya Production, M6, Enquête exclusive, , 78 min, présentation en ligne.
  • Stéphane Munka, Skinheads à la droite de l'extrême, , Canal+, Spécial investigation, 52 min, présentation en ligne.

Articles connexes modifier

Liens externes modifier