Ouvrir le menu principal

Danièle Sallenave

écrivaine, membre de l"Académie française

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Normalienne (promotion 1961 Lettres) et agrégée de lettres classiques, elle a enseigné la littérature et l'histoire du cinéma à l'université Paris-X Nanterre de 1968 à 2001.

Elle est traductrice de l'italien, notamment La Divine Mimesis de Pier Paolo Pasolini et Orgie du même auteur pour l'Ensemble Théâtral Mobile. Elle collabore également au quotidien Le Monde, à la revue Le Messager européen et aux Temps modernes.

Elle tient depuis septembre 2009 une chronique hebdomadaire sur France Culture. Le , elle est élue à l'Académie française au fauteuil (no 30) de Maurice Druon, puis reçue sous la Coupole par Dominique Fernandez le .

En 2012, elle est nommée présidente du Haut comité des commémorations nationales[1].

Réflexion sur la singularitéModifier

Dans ses essais, elle affirme contre le fanatisme religieux et le communautarisme la nécessité d’une pensée renouvelée de la singularité.

« Il serait extrêmement dangereux d'importer en France la thèse d'un « choc de civilisations » entre le monde musulman et nous. Ne faisons pas de l'Islam, comme autrefois du communisme, le miroir où toutes nos difformités s'effacent. Ne renouvelons pas l’erreur de nous forger un ennemi pour éviter de nous interroger sur nous-mêmes. »

« Il nous faut retrouver une parole libre. Désigner haut et fort la menace que font peser les communautés, les identités collectives, les religions — toutes les religions — sur la paix civile et la liberté individuelle. Refuser le scandale d'une pensée asservie à des dogmes. » (à l’occasion de la parution de son livre Dieu.com)[2]

Prises de positionsModifier

Sur le conflit israélo-palestinienModifier

Fin novembre 1997, Danièle Sallenave se rend dans les territoires palestiniens occupés. « Sillonnant les routes de Jérusalem au Jourdain, et de Naplouse à Gaza » et « écoutant des témoignages », elle explique qu'elle a « découvert une réalité qu'[elle s'était] employée à nier depuis toujours ». Elle déclare : « j'ai compris qu'il était temps d'en finir avec un aveuglement consenti. Petit à petit, je voyais s'effondrer, non sans douleur et sans déchirement, un système d'affirmations rassurantes, répétées, et souvent légitimes - l'audace du peuple juif, la nécessité de sa sécurité. Et derrière elles, se profiler l'existence d'un peuple, le peuple palestinien, de sa terre - terre ancienne, habitée, nourrie de cultures, de religions, d'influences arabes, chrétiennes, juives. La " cause palestinienne " a été trop souvent le prétexte ou l'alibi d'un retour de la judéophobie. Mais l'indispensable mémoire de l'Holocauste aurait-elle jamais dû servir à masquer les épreuves subies depuis des dizaines d'années par le peuple palestinien, et à justifier la politique menée par Israël dans la partie occupée de la Palestine[3] ? »

Sur la fin du communismeModifier

Son article « Fin du communisme : l'hiver des âmes » a paru en mars 1992 dans Les Temps modernes.

Louis Cornellier, dans À brûle-pourpoint : interventions critiques, 2003, écrit à ce propos : « L'essayiste française Danièle Sallenave, dans « Fin du communisme : l'hiver des âmes » résume bien mon sentiment : “Si la fin de l'Union soviétique signifie la chute d'une tyrannie haïssable, le renoncement à un modèle économique néfaste, alors la fin du communisme fut une mort juste seulement trop tard advenue et nous donna le soulagement de voir que tout à une fin même le pire.” Mais attention, elle ajoute : “Comment n'y aurait-il pas de l'injustice à confondre ceux que la chute du communisme réjouit parce qu'il a été un monstrueux échec et ceux qu'il réjouit parce qu'il aurait pu réussir. […] Il y a ceux pour qui le communisme était mauvais parce qu'il avait voulu abattre des privilèges ; il y a ceux pour qui il est mauvais parce qu'il en a rétabli de plus grands. Je suis de ceux-là.” Moi aussi et les autres sont mes adversaires. »

Il a été critiqué par l'essayiste Jean-François Revel dans La grande parade (2000). Il reproche à Danièle Sallenave de prendre la défense de ceux qui ont cru au communisme et se retrouvent face à l'effondrement de leur idéologie, alors que « les vraies victimes de l'idéologie communisme sont les dizaines de millions de morts qu'il a laissés derrière lui », et il estime que son propos est cynique vis-à-vis des victimes des régimes communistes[4].

Pierre Rigoulot quant à lui : « Danièle Sallenave publiait en mars 1992, ce qui est sans doute le premier texte marqué par la nostalgie – un genre qui aura un bel avenir devant lui. Le texte de Danièle Sallenave s’intitule « Fin du communisme l’hiver des âmes », à mi-chemin entre la confession, les souvenirs personnels et l’analyse politique et commence par : “Le 25 décembre 1991, ce jour où l’Union soviétique a cessé d’exister, n’a pas été pour moi un jour de fête” et se termine par “Ce grand recommencement en mai 1990, ce re-départ à zéro, ne donne aucune raison de se réjouir” »[5].

Sur les langues régionalesModifier

Lors de l'étude de la signature de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Danièle Sallenave a publié dans le journal Le Monde du 3 juillet 1999 un article attaquant ce projet qui, selon elle, menaçait l'unité républicaine française :

« Notre vision des « langues » et des « cultures » régionales, aseptisée, baigne dans la niaise brume des bons sentiments écolo-folkloriques et se nourrit d’images d’un passé revisité… Ce ne peut être un objectif national. En proposant aux jeunes générations un retour à des langues qui n’ont survécu que dans les formes parlées, pour l’essentiel privées de l’indispensable passage à la maturité que donne la forme écrite, littéraire, philosophique, croit-on sérieusement leur offrir un avenir de travail, d’insertion sociale, de pensée ?[6] ».

Cet article a suscité de nombreuses réactions, notamment celle d'Henri Giordan, qui lui a répondu dans le même journal peu de jours après[7].

ŒuvresModifier

Chez P.O.L.
  • Adieu (1988)
  • Conversations conjugales (1987)
  • La vie fantôme (1986)
  • Un printemps froid (1983)
Chez d'autres éditeurs
  • Paysages de ruines avec personnages, Flammarion, 1975
  • Le voyage d'Amsterdam ou les règles de la conversation, Flammarion, 1977
  • Un printemps froid, Seuil, 1985
  • Rome, Autrement, 1986
  • La vie fantôme, Seuil, 1988
  • Le don des morts, Gallimard, 1991
  • Le théâtre des idées, Gallimard, 1991
  • Passages de l'Est, Gallimard, 1991
  • Villes et villes, Des femmes, 1991
  • Le principe de ruine, Gallimard, 1991
  • Lettres mortes, Michalon, 1995
  • Les Portes de Gubbio, Hachette, 1980/Gallimard, 1995
  • Les trois minutes du diable, Gallimard, 1994/1996
  • Viol, Gallimard, 1997
  • L'Amazone du grand Dieu, Bayard, 1997 À quoi sert la littérature?, Textuel, 1997
  • Carnets de route en Palestine occupée : Gaza-Cisjordanie, novembre 1997, Stock, 1998
  • D'amour, Gallimard, 2002
  • Nos amours de la France - République, identités, régions, en collaboration avec Périco Légasse, Textuel, 2002
  • dieu.com, Gallimard, 2003
  • La Fraga, Gallimard, 2004
  • Quand même, Gallimard, 2006
  • Castor de guerre, Gallimard, 2008
  • « Nous, on n'aime pas lire », Gallimard, 2009
  • La vie éclaircie : Réponses à Madeleine Gobeil, Gallimard, 2010
  • Sibir. Moscou-Vladivostok, Mai-Juin 2010, Gallimard, 2012
  • Dictionnaire amoureux de la Loire, dessins d'Alain Bouldouyre, Plon, 2014
  • participation à l'ouvrage collectif Qu'est-ce que la gauche ?, Fayard, 2017.
  • L'églantine et le muguet, Gallimard, 2018
  • Jojo, le Gilet jaune, Gallimard, 2019

TraductionsModifier

DistinctionsModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Prix littérairesModifier

DécorationsModifier

FestivalsModifier

Bibliographie critiqueModifier

  • Jacques Le Martinel (dir), Danièle Sallenave: Visages d'une œuvre, Presses de l'Université d'Angers, 2000.
  • Bruno Thibault, Danièle Sallenave et le don des morts, Amsterdam/New York, Editions Rodopi, 2004.
  • Bruno Thibault, Danièle Sallenave, revue Europe, janvier 2014 (sous presse)

Notes et référencesModifier

  1. http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2014_num_236_4_5159.
  2. http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Connaissance/Dieu.com
  3. Danièle Sallenave, Carnets de route en Palestine occupée : Gaza-Cisjordanie, novembre 1997, Stock, 1998. (ISBN 9782234049963).
  4. Jean-François Revel, La grande parade, Plon, 2000, p. 25 et suivantes.
  5. Pierre Rigoulot : Le communisme revisité en Occident après la chute du Mur, 2009 [lire en ligne]
  6. Danièle Sallenave, « Partez, briseurs d’unité ! », Le Monde, 3 juillet 1999.
  7. Henri Giordan, « Langues régionales : un péril communautariste ? », Le Monde, 7 juillet 1999.
  8. Prix Jean Monnet de littérature européenne du département de la Charente, sur le site du département de la [[Charente (département)|]].
  9. « Décret du 30 décembre 2016 portant promotion et nomination », legifrance.gouv.fr, (consulté le 2 janvier 2017)
  10. Décret du 14 novembre 2011 portant promotion et nomination

Voir aussiModifier