Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Arthur Dreyfus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dreyfus.
Arthur Dreyfus
Description de cette image, également commentée ci-après

Arthur Dreyfus en 2017.

Naissance (31 ans)
Lyon, France
Distinctions

Prix Chapiteau du Livre Saint-Cyr-sur-Loire 2010 Prix du jeune écrivain de langue française Prix du Premier roman du Doubs Prix Orange du Livre 2012

Prix Mottart 2013, bourse d'encouragement de l'Académie française
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

  • La Synthèse du camphre
  • Belle Famille
  • Histoire de ma sexualité
  • Sans Véronique

Arthur Dreyfus, né le à Lyon, est un écrivain, scénariste, réalisateur et journaliste franco-suisse.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Lyon, fils de l'écrivain Isabelle Kauffmann[1]. Il a étudié en classe classes préparatoires littéraires au lycée Henri-IV, avant d'être diplômé du Celsa[2] et d'obtenir un master de marketing et de communication à l'Institut d'études politiques de Paris[3]. Avant d'écrire, il veut être comédien, et travaille comme prestidigitateur : il se spécialise dans le mentalisme[réf. nécessaire]. Il joue dans des publicité, dans la série télévisée Famille d'accueil, réalise des spectacles de magie pour des marques, des aftershows de défilés de mode, et crée en 2006 un numéro de magie avec le comédien Jean-Claude Dreyfus au théâtre des Bouffes-Parisiens[4]. En mars 2013, il est à l'origine d'un footing « Tous à poil » devant le Sénat, dans les jardins du Luxembourg à Paris, pour protester contre le « puritanisme ambiant », et « le procès fait à la littérature pour la jeunesse »[5]. En 2016, il est acteur dans le troisième film de Noël Herpe : Le Système du docteur Goudron.

ÉcritureModifier

En 2009, il est le premier lauréat du prix du jeune écrivain de langue française pour sa nouvelle Il déserte[6], publiée aux éditions Buchet/Chastel. Son premier roman, La Synthèse du camphre, a paru en 2010 chez Gallimard[7] et a été remarqué par la critique[8],[9]. L'ouvrage s'inspirant de la vie du grand-père de l'auteur, déporté pendant la seconde guerre mondiale, reçoit en mai 2010 le prix de la Plume d'or[10], puis en septembre 2010 au salon Les Mots Doubs à Besançon, le prix du premier roman, d'un jury présidé par Valentine Goby[11].

Il publie en octobre 2011 chez Flammarion un essai sur le bonheur, qui intègre le classement des meilleures ventes de documents : Le Livre qui rend heureux[12].

Chez Gallimard, il publie en janvier 2012 un deuxième roman inspiré par l'affaire de la disparition de Madeleine McCann[13] : Belle Famille[14], favorablement reçu par la critique[15]. Le livre reçoit le Prix Orange du Livre 2012, d'un jury présidé par Erik Orsenna. Le roman est en cours d'adaptation pour le cinéma : Après la tempête par Safy Nebbou avec Bérénice Bejo mais sa sortie n'est pas annoncée.

Le 29 septembre 2012, sur France Inter, il fait un portrait de Tony Duvert dans le 5/7 de Laurence Garcia[16].

En décembre 2012, il est l'auteur d'une nouvelle au sein du recueil Noël, quel bonheur !, aux côtés de Chloé Delaume, de François Bégaudeau, ou de Yannick Haenel. Sa première pièce de théâtre, sur les jeunes années de Charles Trenet, est créée à Nantes en mars 2013, salle Vasse.

En novembre 2013, il contribue avec d'autres écrivains à la réédition du dernier album de Jacques Higelin, Beau Repaire, qui s'accompagne alors d'un livre, en illustrant l'une des chansons du disque par une nouvelle[réf. nécessaire]. La même année, il crée un cycle de performances poétiques trimestrielles « Paysages de fantaisie », à la Maison de la Poésie, à Paris puis à La Rochelle en mars 2014, dans le cadre du Printemps des Poètes. À chaque édition, la performance rassemble des écrivains et des poètes autour d'un jeu sur l'image et le texte, dont Vénus Khoury-Ghata, Pierre Notte ou Valérie Mréjen[17].[réf. nécessaire]

Il reçoit en 2013 le Prix Mottart, l'un des prix de soutien à la création littéraire de l'Académie française. Il cite dans ses références et modèles Sacha Guitry, Charles Trenet, Tony Duvert, René Clément, Bernard Faucon, Agota Kristof, ou encore Albert Cohen[18]. L'auteur, traduit en anglais (Flammarion US), italien (Salani), allemand (Albino) et coréen (Sigongsa), est l'un des parrains de l'association Bibliothèques sans frontières.

Histoire de ma sexualité, son troisième roman, paraît le 2 janvier 2014 aux éditions Gallimard, un livre « impressionnant d'audace et de maîtrise », selon Le Monde des livres[19],[20].

Arthur Dreyfus collabore à des projets d'art contemporain : il crée en mars 2014 une performance dans le cadre du projet « Speculation about two unidentified objects » d'Olaf Nicolai[21], participe à l'exposition collective « Laps » de la fondation Vasarely en juin 2014, et présente les travaux des artistes Gilles Sebhan, Bertrand Sallé ou Florent Groc Florent.

En septembre 2015 paraît 101 Robes, beau livre co-édité par les éditions Flammarion et le musée des Arts décoratifs, qui raconte l'histoire de la mode - et du langage de la mode - de 1915 à 2015, à travers cent-une robes. L'ouvrage est le fruit de deux ans de recherches, et sa maquette est confiée au graphiste français Philippe Apeloig. 101 Robes paraît au même moment dans une version anglaise, aux États-Unis et en Angleterre, sous le titre Defining Dresses[22].

En février 2016, paraît chez Grasset "Correspondance indiscrète", résultat d'une correspondance entre Arthur Dreyfus et l'écrivain Dominique Fernandez, sur l'art et la manière d'écrire le sexe, et d'aborder l'intimité en littérature, à deux générations d'écart ; prétexte, pour Le Monde, à "de belles digressions sur les multiples formes que le désir a de se dire en littérature"[23], qualifié par le critique Jacques Henric de "passionnant échange épistolaire, vif et touchant".

Son quatrième roman, Sans Véronique, paraît à la rentrée littéraire de janvier 2017 aux éditions Gallimard. Il est présenté par Livres Hebdo comme « un puissant roman ancré dans la barbarie actuelle, miracle de puissance, de sensibilité, porté par une écriture très originale. »[24]

Depuis 2016, Arthur Dreyfus est membre du jury du prix littéraire de Trouville, présidé par Pierre Bergé.

En juin 2017, en partenariat avec la Villa Gillet, l'auteur est invité par le musée des Beaux-Arts de Lyon à choisir une peinture et à composer un texte lu pour un public devant l'œuvre. Il choisit d'évoquer Le Sacrifice d'Abraham de l'Italien Andrea Del Sarto.

RéalisationModifier

En tandem avec Gurwann Tran Van Gie, il est le cocréateur et le coréalisateur de la série Un film sans[25], diffusée sur TPS Star (40 épisodes)[26], avec comme acteurs Nicolas Maury, ou Cyrille Eldin. Le duo a également écrit et filmé des chroniques culturelles pour l'émission Entrée Libre présentée sur France 5 par Laurent Goumarre, et est par ailleurs auteur de sketches pour des humoristes.

En 2012, Arthur Dreyfus réalise son premier court-métrage, tourné avec un Iphone, Isabelle H, documentaire-fiction en forme de journal intime. Le film est projeté à la Fémis en avril 2013 dans le cadre du cycle de cinéma contemporain Point Ligne Plan, et devient le premier épisode de la série Contes d'acteur produite par Tamara Films et diffusée par Ciné+, chaque épisode étant construit autour d'un acteur différent et de ses faux-semblants, dont Jean-Christophe Bouvet, Andy Gillet, Arielle Dombasle ou Françoise Fabian. La série est diffusée fin 2015 sur Ciné +, et présentée en avant-première au Festival du film indépendant de Bordeaux, puis au festival Chéries Chéris[27].

L'auteur travaille également à des scénarios pour le cinéma. Il met en scène avec Jérémie Lippmann, en 2013, le défilé de la marque Thomsen à l'hôtel du Temps, à Paris, et en 2014 au sein de la galerie Emmanuel Perrotin[28].

En 2014, il est juré pour les longs-métrages du festival Chéries-Chéris à Paris, et préside le jury du festival Black Movie du film indépendant de Genève[29].

À la rentrée 2016, il devient membre de la commission d'aide à l'écriture et de soutien au scénario du CNC.

JournalismeModifier

En tant que journaliste de presse écrite, Arthur Dreyfus a collaboré au service culturel du Figaro, aux magazines Positif, Technikart, la revue d'art suisse ArtPassions, Stiletto, et participe régulièrement à d'autres titres, comme Vogue, ou la nouvelle formule du magazine américain de Holiday Magazine, pour lesquels il réalise de grands entretiens (Carla Bruni, Catherine Deneuve, Olivier Saillard, Jean-Paul Goude, Inès de la Fressange, Xavier Veilhan…)[30]. Il écrit également des textes pour des programmes d'opéra, des expositions et des livres d'art[réf. nécessaire]. Pendant quelques mois à partir de janvier 2012, il a présenté une chronique hebdomadaire décalée dans l’émission culturelle de France 2, Avant-premières[31].

Depuis 2014, il est le correspondant en charge de la culture française dans l'émission Plus on est de fous, plus on lit, animée par Marie-Louise Arsenault et diffusée sur Radio Canada[32].

En décembre 2015, il produit une semaine d'émissions pour France Culture, sur le thème "Musique et bonheur"[33].

Depuis septembre 2016, autour d'Augustin Trapenard, il est un des critiques de cinéma de l'émission Le Cercle, sur Canal +.

À France InterModifier

Arthur Dreyfus entre à France Inter en 2011 pour présenter l'émission La Période bleue, dans laquelle il interroge de grands créateurs (le sculpteur Ousmane Sow, le musicien Chilly Gonzales, l'humoriste Anne Roumanoff, l'acteur Jean-Claude Dreyfus ou l'écrivain Gilles Leroy...) sur leurs premiers souvenirs artistiques[34], chaque samedi de l'été, de 21h à 22h.

Il reste à l'antenne le samedi soir tout au long de la saison 2011-2012, cette fois de 22 h à minuit[35] avec l'émission musicale Chantons sous la nuit[36] où il reçoit notamment Biyouna, Brigitte Fontaine et Juliette Gréco, avec la complicité de Gurwann Tran Van Gie. Arthur Dreyfus assure également des chroniques[37] sur le cinéma et la littérature dans l'émission quotidienne culturelle Ouvert la nuit, présentée entre 21 h et 23 h par Alexandre Héraud et Tania de Montaigne.

Ces chroniques se poursuivent pendant la saison suivante[38], où il intervient également chaque samedi dans le 5/7 du week-end, présenté par Laurence Garcia, pour une nouvelle chronique littéraire intitulée « Le tire-lire »[39].

L'été 2013, il présente le magazine culturel Je vous demande de sortir[40], tous les jours de 18h10 à 19h, en direct et en public depuis les festivals de l'été, avec, une nouvelle fois la participation de Gurwann Tran Van Gie. Désigné pour présenter une nouvelle émission quotidienne à la rentrée 2013-2014, l'animateur est remplacé à partir du 14 août par Perrine Malinge qui prend les rênes de l'émission. Arthur Dreyfus est en effet de retour à l'antenne le 26 août avec une émission diffusée de 17 h à 18 h du lundi au jeudi, qui remplace Le grand entretien de François Busnel, et qui s'intitule Encore heureux[41]. Le médiéviste Jacques Le Goff y donne son tout dernier entretien[42].

Prises de positionModifier

Sur des sujets généralement liés aux médias ou à la question des mœurs et de la sexualité, l'auteur publie régulièrement des tribunes dans Le Monde[43], sur Rue89[44], l'Obs[45] ou le journal Libération[46]. Invité par le maire Gérard Collomb, aux cotés d'Érik Orsenna et de Marc Lambron, il est un des artistes venus soutenir Emmanuel Macron lors de son grand meeting à Lyon[47]. Entre les deux tours, pour lutter contre le "ni-ni", il publie une lettre à ses "amis lepénistes", pour l'Europe et contre la pensée extrémiste[48].

PublicationsModifier

  • Sans Véronique, Gallimard, janvier 2017 (ISBN 2072688876)
  • Correspondance indiscrète, avec Dominique Fernandez, Grasset, février 2016 (ISBN 2246858836)
  • 101 Robes, Flammarion et Les Arts Décoratifs, beau livre, maquette de Philippe Apeloig, septembre 2015 (ISBN 2081353113)
  • Enfances, adolescences : 5 nouvelles inédites, Librio littérature, juin 2015, ouvrage collectif (ISBN 2290101664)
  • Histoire de ma sexualité, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », janvier 2014, (ISBN 978-2070143986)
  • Beau repaire : Jacques Higelin reçoit, Paris, Actes Sud, ouvrage collectif, novembre 2013, (ISBN 979-1091489102)
  • Noël, quel bonheur !, Paris, Armand Colin, 2012, ouvrage collectif, (ISBN 978-2200283223).
  • Belle famille, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2012, 244 p. (ISBN 978-2-07-013653-7).
  • Le Livre qui rend heureux, ill. de François Xavier Goby, Paris, Flammarion, 2011, 122 p. (ISBN 978-2-08-126633-9).
  • La Synthèse du camphre, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 2010, 253 p. (ISBN 978-2-07-012736-8).
  • Il déserte, nouvelle dans l'ouvrage éponyme, Buchet/Chastel, Paris 2009, collectif rassemblant les textes des lauréats du Prix du Jeune Écrivain (ISBN 978-2283023860).
  • participation à l'ouvrage collectif Qu'est-ce que la gauche ?, Fayard, 2017.

Notes et référencesModifier

  1. « Une mère, un fils, une passion commune : l’écriture » sur leprogrès.fr du 29 décembre 2011.
  2. Raphaëlle Leyris, « Arthur Dreyfus, artiste multifonction », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/arthur.dreyfus12.
  4. « Carte à Jouer de Jean-Claude Dreyfus - Théâtre des Bouffes Parisiens | BilletReduc.com », sur www.billetreduc.com (consulté le 23 juin 2017)
  5. « Ils courent entièrement nus devant le Sénat contre le puritanisme ambiant en France »
  6. « Prix du jeune écrivain pour Il déserte d'Arthur Dreyfus », magazine-litteraire.com, consulté le 5 juin 2010
  7. Arthur Dreyfus, La Synthèse du camphre, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », , 256 p. (ISBN 9782070127368, présentation en ligne)
  8. « Retenez ce nom : Arthur Dreyfus », Baptiste Liger, 18/03/2010 à 11:02, lexpress.fr, consulté le 5 juin 2010
  9. « Arthur Dreyfus : “La création sous toutes ses formes m'intéresse” », podcast RTL Soir, émission du 23 février 2010, consulté le 5 juin 2010
  10. « Une plume d'or pour Arthur Dreyfus », lanouvellerepublique.fr, 31 mai 2010, consulté le 5 juin 2010
  11. Fête du livre, Doubs.fr
  12. Arthur Dreyfus signe un livre miracle, L'Express
  13. « La madeleine d'Arthur », Le Figaro.
  14. Arthur Dreyfus, Belle Famille, éditions Gallimard, 2012, (ISBN 978-2070136537).
  15. « grinçant et souvent drôle, pari gonflé et remporté » pour Le Monde ; coup de cœur des pages livres du magazine Elle ; Le Nouvel Observateur évoque un « romancier débutant [qui] affirme une maîtrise et une personnalité qui lui sont propres. Constat féroce fait par un jeune auteur qui montre une maîtrise étonnante pour fouiller l'âme humaine dans ses replis les moins reluisants. »
  16. Abécédaire malveillant de Tony Duvert, France Inter.
  17. « Maison de la Poésie »
  18. Le liaisons heureuses, Radio France
  19. http://www.lemonde.fr/acces-restreint/livres/article/2014/01/22/6d686798686e70c594676762689f6e_4352598_3260.html.
  20. « Portrait dans "Le Monde" ».
  21. « Olaf Nicolai », sur Fondation d'entreprise Galeries Lafayette (consulté le 23 mai 2015).
  22. (en) « Defining Dresses: A Century of Fashion », sur www.coop.com.au (consulté le 23 juin 2017)
  23. Jean-Louis Jeannelle, « L’ancien paria et le jeune gay », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  24. « A la vie, à la mort », Livres Hebdo, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  25. Fiche de Un film sans sur allocine.fr
  26. « “Un film sans”, un détournement comique par Michel Muller », Lucas Armati, telerama.fr le 7 novembre 2009, Télérama no 3121, consulté le 5 juin 2010.
  27. [1] Fiche-synopsis Contes d'acteur sur le programme du festival cheries-cheris.com
  28. Vanity Fair, « Les coulisses des défilés » (consulté le 10 juillet 2016)
  29. « Black Movie », sur blackmovie.ch (consulté le 10 juillet 2016)
  30. « Holiday Magazine - Magazine », sur www.holiday-magazine.com (consulté le 10 juillet 2016)
  31. De nouveaux chroniqueurs, Jean-Marc Morandini
  32. ICI Radio-Canada Première - Radio-Canada.ca, « Plus on est de fous, plus on lit! | ICI Radio-Canada Première » (consulté le 10 juillet 2016)
  33. « Arthur Dreyfus - France Culture », sur France Culture (consulté le 10 juillet 2016)
  34. Arthur Dreyfus, le magicien des ondes, Le Parisien
  35. « Arthur Dreyfus, l'homme de la nuit sur France Inter », Le Nouvel Observateur.
  36. Émission Chantons sous la nuit, France Inter
  37. Émission ouvert la nuit archive 2011-2012, France Inter
  38. « Émission ouvert la nuit 2012-2013 », France Inter.
  39. « Émission le tire lire », France Inter.
  40. Émission je vous demande de sortir, France Inter
  41. Émission Encore heureux, France Inter
  42. http://www.franceinter.fr/emission-encore-heureux-hommage-a-jacques-le-goff
  43. Arthur Dreyfus (Ecrivain), « « Face au philosophe, le non philosophe aura toujours raison » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  44. « Attention les gars : la quenelle, c’est un truc de pédé ! », L'Obs, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  45. « Conchita Wurst vous "révulse", cher M. Combaz? », Bibliobs, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  46. « Cher François Fillon, le sida pourrait vous sauver la vie », Libération.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  47. « A Lyon, Macron se prend pour l'hologramme de Mitterrand », Marianne,‎ (lire en ligne)
  48. « Lettre à mes amis lepénistes », sur La Règle du Jeu, (consulté le 23 juin 2017)

Liens externesModifier