Ouvrir le menu principal

Gérard Larcher

président du Sénat français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Larcher.

Gérard Larcher
Illustration.
Gérard Larcher en 2014.
Fonctions
Président du Sénat
En fonction depuis le
(4 ans, 9 mois et 18 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Jean-Pierre Bel

(2 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection
Prédécesseur Christian Poncelet
Successeur Jean-Pierre Bel
Sénateur français
En fonction depuis le
(11 ans, 9 mois et 18 jours)
Élection 26 septembre 2004
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
Circonscription Yvelines
Groupe politique UMP (2007-2015)
LR (depuis 2015)
Prédécesseur Adeline Gousseau

(17 ans, 6 mois et 28 jours)
Élection 28 septembre 1986
Réélection 24 septembre 1995
Circonscription Yvelines
Groupe politique RPR (1986-2002)
UMP (2002-2004)
Successeur Alain Schmitz
Ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes

(1 an, 11 mois et 13 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Dominique de Villepin
Ministre délégué aux Relations du Travail

(1 an et 2 mois)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin III
Président de la commission des Affaires économiques du Sénat

(2 ans, 6 mois et 25 jours)
Prédécesseur Jean François-Poncet
Successeur Jean-Paul Emorine
Vice-président du Sénat

(4 ans, 8 mois et 19 jours)
Réélection
Président René Monory
Christian Poncelet
Secrétaire du Sénat

(5 ans, 11 mois et 26 jours)
Réélection
Président Alain Poher
René Monory
Maire de Rambouillet

(6 ans, 9 mois et 17 jours)
Prédécesseur Jean-Frédéric Poisson
Successeur Marc Robert

(21 ans, 3 mois et 19 jours)
Prédécesseur Jacqueline Thome-Patenôtre
Successeur Jean-Frédéric Poisson
Biographie
Nom de naissance Gérard Philippe René André Larcher
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Flers (Orne, France)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1976-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Diplômé de École nationale vétérinaire
de Lyon
Profession Vétérinaire
Religion Protestantisme
Résidence Petit Luxembourg, Paris

Gérard Larcher
Présidents du Sénat français

Gérard Larcher, né le à Flers (Orne), est un homme d'État français. Membre du RPR, de l'UMP puis de LR, il est président du Sénat de 2008 à 2011 et depuis 2014.

Élu maire de Rambouillet en 1983 et sénateur des Yvelines en 1986, il est vice-président du Sénat de 1997 à 2001 et président de la commission des Affaires économiques de 2001 à 2004. Dans les gouvernements Raffarin et Villepin, entre 2004 et 2007, il est ministre délégué au Travail.

En 2008, après avoir défait l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à l'issue d'une primaire à droite, il est élu à la présidence du Sénat. Battu à la suite de la victoire de la gauche aux élections sénatoriales de 2011, il retrouve la présidence de la haute assemblée en 2014 et se voit réélu en 2017.

Sommaire

Situation personnelleModifier

Origines, famille et étudesModifier

Gérard Philippe René André Larcher est issu d'une famille catholique. Son père, Philippe Larcher, qui fut maire de Saint-Michel-des-Andaines dans l'Orne, était propriétaire d'une usine de textile, petit éleveur de chevaux de selle et de vénerie[1],[2],[3].

Envoyé en pensionnat chez les eudistes, Gérard Larcher se convertit plus tard au protestantisme[4] en épousant, en secondes noces, Christine Weiss, chirurgienne dentiste, une amie d'enfance de confession luthérienne, avec laquelle il a trois enfants : Aymeric, Dorothée et Charlotte[5].

Après avoir obtenu son baccalauréat à l'institution Sainte-Marie de Caen, il s'inscrit dans une classe préparatoire BCPST au lycée Louis-Thuillier à Amiens[1]. Il intègre ensuite l'École nationale vétérinaire de Lyon[6], dont il est diplômé en 1973. Passionné par la chasse[7],[8], il soutient sa thèse d'exercice, intitulée Contribution à l'étude des chiens de grande vénerie : « Le Poitevin »[9]. Il effectue ensuite son service militaire à la caserne de la garde républicaine à Paris[7].

Il est souvent présenté comme membre de la franc-maçonnerie, mais il dément cette appartenance[10].

Carrière professionnelleModifier

Gérard Larcher est docteur vétérinaire, spécialisé dans les chevaux, pendant 14 ans[11]. Par ailleurs, il a atteint un niveau de compétition en saut d'obstacles et concours complet[10]. Il travaille, de 1974 à 1979, au haras national du Pin, en Normandie[7], au sein de l'équipe de France de sports équestres, qu'il suit lors de sa victoire aux Jeux olympiques d'été de 1976 à Montréal (Canada)[12]. Il arrête cette activité en 1979, après être devenu conseiller municipal de Rambouillet. Il est ensuite correspondant de la Fédération équestre internationale, jusqu'en 1983[13]. Il interrompt sa carrière professionnelle après avoir été élu sénateur.

Parcours politiqueModifier

De Rambouillet au SénatModifier

 
Gérard Larcher avec Jean-René Lecerf en 2009.

Gérard Larcher s'engage au sein des jeunes gaullistes dès le lycée, et intègre le RPR lors de sa création, en 1976. Proche de Charles Pasqua, il entre dans les années 1990 au bureau politique, puis au comité politique du parti gaulliste[2].

Il est tout d'abord conseiller municipal de Rambouillet à partir de 1979[7]. Après la victoire de la gauche à l'élection présidentielle de 1981, sa femme l'incite à se lancer véritablement en politique[10]. Élu maire de Rambouillet à la suite des élections municipales de 1983 au cours desquelles il a notamment affronté Christine Boutin, il est constamment réélu, recueillant jusqu'à 71 % des voix dès le premier tour des municipales de 2001[14]. À ce poste, Gérard Larcher poursuit la construction de logements sociaux, lance la création d'une nouvelle zone d'activité intercommunale consacrée à l'industrie cosmétique et d'un village culturel hébergeant des troupes d'artistes[14]. Lorsqu'il abandonne son mandat de maire au profit de son premier adjoint Jean-Frédéric Poisson, lors de sa nomination au gouvernement en 2004, le taux de chômage à Rambouillet est inférieur à 5 %[14].

De 1985 à 1992, il occupe les fonctions de conseiller régional d'Île-de-France[15].

Il est élu sénateur dans le département des Yvelines le 28 septembre 1986. Réélu le 24 septembre 1995, il occupe plusieurs fonctions importantes au Sénat : secrétaire de 1989 de 1995, vice-président de 1997 à 2001, président de la commission des Affaires économiques et du Plan de 2001 à 2004. Il est aussi rapporteur de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire en 1994[16].

Ministre sous Jacques ChiracModifier

Bien qu'ayant préféré Édouard Balladur à Jacques Chirac lors de l'élection présidentielle de 1995[17], Gérard Larcher est ministre délégué aux Relations du travail dans le gouvernement Raffarin III (2004-2005), puis ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes dans le gouvernement Villepin (2005-2007). D'après Jean-Christophe Le Duigou, un dirigeant de la CGT, il est « un des moins mauvais ministres du Travail […] depuis longtemps »[18]. Il est réputé pour être un homme d'écoute et de consensus, participant longuement aux négociations avec les partenaires sociaux, dont il est proche[2],[12].

Il retrouve son mandat de maire de Rambouillet en . Il est reconduit dans ses fonctions après les élections municipales de 2008, lors desquelles sa liste réunit 57,7 % des suffrages au premier tour[19].

Après avoir décliné le poste de ministre de l'Agriculture, qui lui était proposé par Nicolas Sarkozy[20], il redevient sénateur le 1er octobre 2007, à la suite de la démission de la sénatrice Adeline Gousseau, qui l'avait remplacé après sa nomination comme ministre[21].

Régulièrement consulté sur les questions sociales par le président Sarkozy[18], il préside la commission spéciale sur la loi de modernisation de l'économie à partir de juin 2008[22]. Le 11 avril 2008, Gérard Larcher, ancien président de la Fédération hospitalière de France, remet à Nicolas Sarkozy un rapport sur la réforme hospitalière. Il préconise entre autres le regroupement d'établissements, dans le but de ramener les hôpitaux publics à l'équilibre budgétaire en 2012, alors qu'ils affichent un déficit cumulé de 800 millions d'euros chaque année[23],[note 1].

Premier mandat de président du SénatModifier

 
Gérard Larcher en 2011.

Dès son départ du gouvernement, les médias prêtent l'intention à l'ancien ministre de briguer la présidence du Sénat[24]. Il est le premier à annoncer officiellement sa candidature au Petit Luxembourg, le 31 juillet 2008[24].

Lors d'une primaire interne organisée par le groupe UMP le , Gérard Larcher est largement désigné candidat représentant du groupe UMP à la présidence du Sénat, contre l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, et le maire de Compiègne, Philippe Marini[25]. Il est élu président du Sénat le 1er octobre suivant, avec 173 voix, contre 134 à Jean-Pierre Bel (SOC), 19 à René Garrec (UMP) et 2 à Jean-Pierre Raffarin (UMP)[26]. Dans son discours d'investiture, le nouveau président de la Chambre haute déclare vouloir « faire de cette institution la maison des élus locaux et des collectivités territoriales », déplorant le fait qu'elle soit critiquée « à partir de caricatures ou d'informations tronquées »[27].

Le , il annonce la baisse de 30 % de ses indemnités, ainsi que celle des trois questeurs du Sénat[28]. Selon L'Express, le cabinet de Gérard Larcher a réduit ses dépenses de 44,45 % au cours de l'année 2009[29]. Durant son mandat, il mène la plus importante réorganisation du Sénat depuis 1958, en réformant notamment les systèmes de rémunérations, retraites et privilèges des sénateurs (fin des grosses retraites et des prêts immobiliers à 0 %, réduction du parc automobile, suppression du deuxième appartement de fonction du président du Sénat)[30],[31]. En juillet 2011, il se félicite d’être le premier président de la haute assemblée à ne pas avoir demandé à l'État d'augmenter le budget du Sénat.

Lors des élections sénatoriales de 2011, qui font suite aux élections municipales de 2008, très défavorables pour l'UMP lors du renouvellement sénatorial concerné, la gauche obtient 177 sièges, contre 171 à la droite et au centre-droit[32]. Gérard Larcher annonce le même jour qu'il demeure candidat à sa propre succession[33]. Mais le , il obtient 134 voix contre 179 pour Jean-Pierre Bel, qui devient ainsi le premier président socialiste de l'histoire du Sénat[34].

Sur les bancs de l'oppositionModifier

Gérard Larcher intègre alors la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées. Le 28 février 2012, il est nommé au conseil d'administration du domaine national du château de Chambord ; le lendemain, lors du Conseil des ministres, il est désigné à la présidence de ce conseil[35],[36].

Lors du congrès de l'UMP de novembre 2012, il soutient la candidature de l'ancien Premier ministre François Fillon face à Jean-François Copé.

S'il décide de ne pas se représenter à la mairie de Rambouillet pour les élections municipales de 2014, Gérard Larcher annonce, dès , son intention de retrouver la présidence du Sénat à l'issue des élections sénatoriales de septembre suivant, s'engageant à concourir à une primaire[37].

Retour au « plateau »Modifier

Deuxième mandat de président du SénatModifier

 
Gérard Larcher après sa réélection au « plateau », le .

Lors des élections sénatoriales de septembre 2014, qui suivent les élections municipales de mars, la moitié du Sénat est renouvelée, ce qui permet à la droite et au centre-droit de retrouver la majorité[38]. Gérard Larcher est désigné candidat du groupe UMP à la présidence du Sénat le , face aux deux candidats qu'il avait déjà affrontés à la primaire interne à la droite en 2008 (Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini)[39]. Le , il est élu président du Sénat au second tour de scrutin, avec 194 voix contre 124 au socialiste Didier Guillaume[40]. Gérard Larcher obtient ainsi quelques voix de plus que le nombre total de sénateurs UMP et centristes. C'est la première fois sous la Ve République qu'un sénateur est élu à la présidence de la chambre haute à deux reprises de façon non consécutive.

En , à la suite de la déclaration du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, remettant en cause l'existence du Sénat, Gérard Larcher annonce cesser sa collaboration avec ce dernier dans le cadre d'une mission sur le sentiment d'appartenance à la nation confiée par François Hollande après une série d’attentats. Les médias se font alors l'écho de ce débat ancien sur la fin du bicamérisme, tandis que Gérard Larcher reçoit l'appui de la quasi totalité des sénateurs[41].

Il annonce, en , une réforme des revenus des sénateurs visant à baisser les indemnités de ceux trop souvent absents et à contrôler les frais de mandat, en interdisant notamment leur utilisation pour l'achat d'une permanence électorale[42]. Le journaliste Yvan Stefanovitch, auteur du Sénat, un paradis fiscal pour des parlementaires fantômes, dénonce toutefois une « réforme de façade » n’ayant aucun réel impact sur l’absentéisme des sénateurs[43],[44].

Lors de la primaire présidentielle des Républicains de 2016, il est des principaux soutiens de François Fillon[45],[46]. Après la victoire de celui-ci, il devient président du comité politique des Républicains, mis en place pour « assumer la plénitude des pouvoirs et des attributions du bureau politique dans l'intervalle des réunions de ce dernier »[47]. Entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2017, après l'élimination de François Fillon, qu'il soutenait malgré une prise de distance en raison de son implication dans des affaires judiciaires, Gérard Larcher appelle à voter pour Emmanuel Macron[48],[49],[50]. A posteriori, il explique à propos de l'affaire François Fillon : « On est tous tombés de l’armoire. J'ai continué la campagne par fidélité, mais je savais que c'était plié »[10].

Troisième mandat de président du SénatModifier

 
Gérard Larcher en 2016.

Candidat à sa réélection au scrutin sénatorial de septembre 2017 et à la présidence du Sénat, il est donné en difficulté à la suite de la montée en puissance de La République en marche, le parti du nouveau président, Emmanuel Macron[51]. Dans ce contexte, il propose la nomination au Conseil constitutionnel du sénateur centriste Michel Mercier, qui était perçu comme un de ses potentiels rivaux à la présidence du Sénat[52]. Dans les Yvelines, Gérard Larcher doit faire face à la concurrence de trois listes à droite, dont une menée par l'ancien député Jacques Myard, qui lui reproche la nomination de Michel Mercier au Conseil constitutionnel, et ses prises de position modérées à l'égard du nouvel exécutif[53].

La liste qu'il conduit dans les Yvelines obtient 57,9 % des suffrages exprimés, bénéficiant du vote d'un collège électoral principalement élu lors des élections municipales de 2014, favorables à la droite[54],[55]. Avec cinq élus sur six sièges à pourvoir (l'autre siège est obtenu par LREM, qui recueille 12,6 % des voix), il manque de peu de réaliser le grand chelem dans son département[56]. À l'issue du scrutin sénatorial, la majorité de droite renforce son nombre d'élus. Le , il est réélu pour un troisième mandat avec 223 voix, contre 79 à Didier Guillaume (SOCR) et 15 à Éliane Assassi (CRCE)[57].

Au cours de l'année 2018, alors qu'Emmanuel Macron a lancé un projet de révision constitutionnelle, pour laquelle il a besoin des voix du Sénat, Gérard Larcher négocie avec le gouvernement afin qu’il opte pour une réduction moindre du nombre de sénateurs, pour qu’il réduise la dose de scrutin proportionnel proposée pour les élections sénatoriales et pour qu'il abandonne l’idée de renouveler le Sénat dans sa totalité en 2021[58]. Il essaie également de modifier les mesures touchant au droit d’amendement et au cumul des mandats pour les maires des petites communes[10],[59]. Sa conduite des négociations lui attire les critiques d’une partie de sa majorité, qui le trouve trop conciliant avec l’exécutif[60].

En , la décision du bureau du Sénat de saisir la justice après les travaux de sa commission d'enquête sur l’affaire Benalla suscite la colère de l'exécutif et des élus de la République en marche à son égard[61]. Il répond aux attaques en invoquant l'application du droit[61]. En , il s'oppose à la tenue d'un référendum d'initiative partagée contre la privatisation du Groupe ADP[62].

Il se montre hostile à la désignation de François-Xavier Bellamy, qu'il juge trop conservateur et eurosceptique, à la tête de la liste Les Républicains-Les Centristes aux élections européennes de 2019[63]. Après le mauvais score réalisé par la liste, il critique la ligne du président de LR, Laurent Wauquiez, et annonce qu'il entend conduire un rassemblement du centre et de la droite au-delà des partis politiques existants[64]. Il déclare souhaiter que sa famille politique puisse de nouveau exister entre le RN et LREM, notamment en vue des élections municipales de 2020[65],[66],[67]. Bénéficiant d'une image de rassembleur, il est considéré comme un possible candidat pour remplacer Laurent Wauquiez à la tête des Républicains[68].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Au GouvernementModifier

  •  : ministre délégué aux Relations du Travail (gouvernement Raffarin III)
  •  : ministre délégué à l'Emploi, au Travail et à l'Insertion professionnelle des jeunes (gouvernement de Villepin)

Au SénatModifier

  •  : sénateur pour les Yvelines
  •  : secrétaire du Sénat
  •  : vice-président de la commission des Affaires économiques
  •  : vice-président du Sénat
  •  : président de la commission des Affaires économiques et du Plan
  • depuis le  : sénateur pour les Yvelines
  •  : président du Sénat
  • depuis le  : président du Sénat

Mandats locauxModifier

  • 1983 – 2004 : maire de Rambouillet
  • 2007 – 2014 : maire de Rambouillet
  • 1985 – 1992 : conseiller régional d'Île-de-France

AutresModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ce rapport préconise plusieurs mesures dont :
    • le regroupements d'hôpitaux pour mutualiser les moyens. Ces regroupements pourraient se faire dans le cadre de communautés hospitalières de territoire (CHT), encouragés par l'allocation prioritaire aux CHT des crédits d'investissement du plan hôpital 2012. Dans ces CHT, les établissements de grande taille assureraient les soins de pointe, et les hôpitaux locaux de petite taille concentreraient leurs activités dans les soins de suite et la gériatrie. 300 CHT seraient ainsi créés, regroupant le millier d'établissements hospitaliers actuels.
    • une gouvernance renforcée exercée par un directeur aux pouvoirs étendus. Le conseil d'administration des établissements hospitaliers serait transformé en conseil de surveillance et le président du conseil de surveillance du CHT ne serait plus systématiquement le maire de la commune.
    • une évolution du statut des 40 000 praticiens hospitaliers (PH), qui obtiendraient une rémunération supplémentaire en fonction de leur activité.
    • une incitation pour les cliniques privées à participer aux missions de service public (permanence des soins, accueil des démunis).

RéférencesModifier

  1. a et b Bruno Jeudy. « Gérard Larcher, la passion des chevaux », Le Figaro, 18 août 2009.
  2. a b et c « PORTRAIT - Gérard Larcher, un gaulliste qui « mouille sa chemise » », Le Point, 23 septembre 2008.
  3. « Visite de Gérard Larcher à Bagnoles (Orne) : « Le Sénat travaille à défendre les communes » », sur actu.fr (consulté le 15 février 2019)
  4. Gérard Larcher, tout en étant très attaché à la laïcité dans la vie publique, n'hésite pas à s'affirmer personnellement protestant, par exemple lors de la brève polémique qui l'opposa à Marion Maréchal-Le Pen à l'été 2015 ; voir à ce sujet l'article du Figaro du 03/09/2015 "Protestantisme : Gérard Larcher veut répondre à Marion Maréchal-Le Pen".
  5. « Gérard Larcher au scanner », L'Express, .
  6. Réforme, n° 3292, 23-29 octobre 2008.
  7. a b c et d « Gérard Larcher, la passion des chevaux », sur lefigaro.fr, .
  8. « Gérard Larcher : chasse, pêche et… famille (6/10) », sur lopinion.fr, .
  9. Larcher G.P., Contribution à l'étude des chiens de grande vénerie : « le Poitevin »., Lyon, , 74 p. (lire en ligne).
  10. a b c d et e Charles Jaigu, « Gérard Larcher, la force tranquille », Le Figaro Magazine, semaine du 11 mai 2018, p. 48-51.
  11. « Gérard Larcher : sauver la France rurale ! », Valeurs actuelles, 1er avril 2010.
  12. a et b Marc André. « Les réseaux de Gérard Larcher », L'Expansion, 1er décembre 2006.
  13. « La biographie de Gérard Larcher », Le Nouvel Observateur, 18 mars 2009.
  14. a b et c « Le roi Gérard », L'Express, .
  15. « Gérard Larcher (presque) président du Sénat », L'Express, 24 septembre 2008.
  16. « Extrait de la table nominative 1994 » de Gérard Larcher, sur le site du Sénat.
  17. http://www.lepoint.fr/politique/senat-gerard-larcher-l-eternel-retour-d-un-champion-du-compromis-30-09-2017-2160982_20.php
  18. a et b « Le Sénat à l’estomac », Libération, .
  19. Résultats des élections municipales de 2008, ministère de l'Intérieur, 2008.
  20. « Gérard Larcher. Un sénateur transcourant », Le Télégramme, 17 août 2008.
  21. « La fiche du sénateur Larcher sur le site du Sénat ».
  22. « Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi n° 398 (2007-2008) de modernisation de l’économie », sur le site du Sénat.
  23. « Le rapport de la commission de concertation sur les missions de l'hôpital (2008) », Le Monde, .
  24. a et b « Les candidats à la présidence du Sénat: une bataille entre ex-UDF et ex-RPR », 20 minutes, 1er août 2008.
  25. « Présidence du Sénat : Larcher remporte la primaire UMP », Le Figaro, 24 septembre 2008.
  26. « Gérard Larcher, nouveau président du Sénat », Le Figaro, 1er octobre 2008.
  27. « Séance du 1er octobre 2008 (compte rendu intégral des débats) », site officiel du Sénat.
  28. « Larcher réduit le train de vie du Sénat », Les Échos, .
  29. « Rigueur sénatoriale », L'Express, 13 septembre 2009.
  30. « Le Sénat resserre le nombre de ses directions et services », dépêche AFP, 13 juillet 2010.
  31. « Gérard Larcher, le « M. Propre » du Sénat », France-Soir, 21 juillet 2011.
  32. « L'UMP explique sa défaite au Sénat par ses divisions », Le Monde, 26 septembre 2011.
  33. « Sénat : Larcher évoque sa candidature de « devoir, claire, loyale » », Le Parisien, 30 septembre 2011.
  34. http://www.leparisien.fr/politique/jean-pierre-bel-premier-socialiste-a-la-tete-du-senat-01-10-2011-1635073.php
  35. François Krug, « Larcher, ex-président du Sénat, atterrit au château de Chambord », Rue89,‎ (lire en ligne).
  36. Arrêté du 28 février 2012 portant nomination au conseil d'administration du domaine national de Chambord, no 51 du 29 février 2012, p. 3874, texte no 54.
  37. « Gérard Larcher confirme son intention de briguer la présidence du Sénat », Le Monde, 4 février 2014.
  38. https://www.francetvinfo.fr/elections/senatoriales/senatoriales-voici-a-quoi-ressemble-la-nouvelle-majorite_706201.html
  39. « Gérard Larcher fait un pas décisif vers la présidence du Sénat », Le Figaro, 30 septembre 2014.
  40. https://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201409/election_du_president_et_renouvellement_du_senat.html
  41. [1].
  42. « Top - Gérard Larcher », Le Figaro Magazine, semaine du 20 mars 2015, page 25.
  43. « Le Sénat, 4 ou 5 jours par mois pour… 11 350 euros net mensuel », Le Point.
  44. « Les sénateurs vivent sur une autre planète ! », Le Point.
  45. « Gérard Larcher voit Fillon à l'Élysée, Sarkozy à la tête du parti », europe1.fr, 13 mars 2016.
  46. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite : la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  47. http://www.europe1.fr/politique/tout-savoir-sur-le-comite-politique-qui-va-evaluer-la-situation-de-fillon-2995763
  48. http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170930.OBS5371/senat-chasse-et-coup-de-fourchette-10-choses-a-savoir-sur-gerard-larcher.html
  49. http://www.rtl.fr/actu/politique/nous-voulons-et-nous-pouvons-gagner-les-legislatives-estime-gerard-larcher-sur-rtl-7788275059
  50. « L'immense honte du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen », sur lemonde.fr,
  51. https://www.lopinion.fr/edition/politique/michel-mercier-conseil-constitutionnel-manoeuvres-gerard-larcher-131606
  52. https://www.lemonde.fr/politique/article/2017/08/08/vise-par-une-enquete-preliminaire-michel-mercier-renonce-a-integrer-le-conseil-constitutionnel_5170117_823448.html
  53. http://www.lefigaro.fr/politique/2017/08/26/01002-20170826ARTFIG00087-myard-contre-larcher-j-ai-decide-de-me-presenter-aux-senatoriales.php
  54. https://senatoriales2017.senat.fr/circonscription/78-yvelines
  55. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/senatoriales-un-succes-pour-lr-enfin_1946420.html
  56. http://www.leparisien.fr/versailles-78000/yvelines-elections-senatoriales-le-president-du-senat-gerard-larcher-a-vote-24-09-2017-7282383.php
  57. « Gérard Larcher (LR) élu président du Sénat pour la troisième fois », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  58. https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/institutions-larcher-pret-a-jouer-a-nouveau-le-jeu-avec-macron-132832
  59. http://www.leparisien.fr/politique/gerard-larcher-on-peut-arriver-a-une-reforme-positive-des-institutions-10-07-2018-7815255.php
  60. https://www.lesechos.fr/11/07/2018/lesechos.fr/0301960856421_reforme-des-institutions---les-manoeuvres-sous-contraintes-de-gerard-larcher.htm
  61. a et b https://www.liberation.fr/depeches/2019/03/21/benalla-le-senat-saisit-la-justice-des-cas-de-proches-de-macron-la-majorite-fulmine_1716489
  62. « VIDÉO - Le RIP est "un détournement de démocratie", selon Larcher », sur RTL.fr (consulté le 20 juin 2019)
  63. http://www.leparisien.fr/politique/gerard-larcher-le-casque-bleu-des-droites-30-05-2019-8082855.php
  64. « VIDEO. Les Républicains : Gérard Larcher propose de "reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre" », sur Franceinfo, (consulté le 28 mai 2019)
  65. Le Point magazine, « Gérard Larcher veut rassembler la droite et le centre dans « un projet » », sur Le Point, (consulté le 28 mai 2019)
  66. « Gérard Larcher lance une « démarche » pour rassembler la droite et le centre », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2019)
  67. « Larcher prend la tête d’un rassemblement de la droite et du centre au-delà des partis », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 28 mai 2019)
  68. « Démission de Laurent Wauquiez : et maintenant, qui pour diriger les Républicains ? », sur lci.fr, (consulté le 5 juin 2019).
  69. Christophe Gendry, Chambord : Gérard Larcher restera-t-il président ?, La Nouvelle République, le 2 octobre 2014.
  70. (es) « BOE.es - Documento BOE-A-2015-3144 », sur www.boe.es (consulté le 20 juillet 2017)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier