Ouvrir le menu principal

Manon Aubry

femme politique française, humanitaire et ancienne nageuse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubry.

Manon Aubry
Illustration.
Manon Aubry en 2018.
Fonctions
Co-présidente du groupe confédéral GUE/NGL au Parlement européen
En fonction depuis le
(1 mois)
Avec Martin Schirdewan
Prédécesseur Gabriele Zimmer
Députée européenne
En fonction depuis le
(1 mois et 16 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (29 ans)
Lieu de naissance Fréjus (France)
Nationalité Française
Parti politique LFI (depuis 2018)
Diplômée de Institut d'études politiques de Paris
Université de Sydney[réf. nécessaire]
Université Columbia
Profession Humanitaire, enseignante

Manon Aubry, née le à Fréjus (Var), est une militante associative et femme politique française, membre du mouvement La France insoumise (LFI) depuis 2018. Elle est porte-parole de l'ONG Oxfam France sur les questions de lutte contre l'évasion fiscale et les inégalités sociales, jusqu'en .

Aux élections européennes de 2019, elle est la tête de liste de La France insoumise. Le parti finit cinquième avec 6,31 % des voix et obtient alors six des 74 sièges français au Parlement européen. Elle est ensuite élue co-présidente du groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique.

Sommaire

BiographieModifier

D'origine corse[1], Manon Aubry est née à Fréjus et étudie au lycée Saint-Exupéry[2] à Saint-Raphaël dans le Var[3]. Fille de Catherine Poggi-Aubry[4] et de Bruno Aubry, journaliste, écrivain et enseignant, sans lien de parenté avec Martine Aubry[4]. En 2005, elle milite pour le non au référendum sur le traité constitutionnel européen et s’oppose à la réforme Fillon dans l’Éducation nationale[5]. Elle participe en 2006 au mouvement contre le contrat première embauche (CPE), organise la contestation et bloque son lycée à Saint-Raphaël[6] et est élue lycéenne au Conseil supérieur de l'éducation[7].

Elle est diplômée en affaires internationales et droits de l’homme de Sciences Po Paris et a été visiting student à l'université Columbia. À Sciences Po, elle préside en 2009 la section locale de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF)[8] et occupe la fonction de vice-présidente du conseil de direction de l'école[9]. Puis elle travaille dans le secteur humanitaire à Médecins du monde au Liberia. Elle travaille ensuite pendant près de deux ans en république démocratique du Congo, où elle intervient pour l’ONG The Carter Center travaillant notamment sur la violation des droits humains par les entreprises minières[10].

En 2014[11], Manon Aubry devient membre de l'association Oxfam France où elle est responsable du plaidoyer « justice fiscale et inégalités »[12],[13] jusqu'en [14]. Elle écrit plusieurs rapports sur l'évasion fiscale, les inégalités et le partage des richesses au sein des grandes entreprises : « J'ai traqué, dit-elle, les plus fortunés qui ne paient pas leur juste part d'impôt et qui font de l'évasion fiscale… traqué les grandes multinationales qui préfèrent reverser de l'argent à quelques actionnaires zélés plutôt qu'à la vaste majorité des salariés qui produisent les richesses[11]. » Elle est enseignante à Sciences Po Paris en droits de l’homme depuis 2014 [15],[16].

Ayant pratiqué la natation en compétition[17],[11], elle joue désormais au water-polo à l'Association Montmartre Natation Sauvetage et remporte en 2019 le championnat régional [6].

 
Affiches pour les élections européennes de 2019.

En , Manon Aubry est désignée par le comité électoral de La France insoumise (FI) comme tête de liste du mouvement aux élections européennes de 2019[18]. À cette occasion, elle rejoint la France insoumise[19]. Sa mère Catherine Poggi-Aubry, ancienne journaliste chez Var-Matin[20], est candidate également aux élections européennes sur la même liste[21], en position non-éligible (57e position)[20].

Le 26 mai 2019, elle est élue au Parlement européen. Sa liste obtient six des 74 sièges français et recueille 6,3 % des suffrages exprimés[22]. Elle arrive ainsi en cinquième position, derrière le Rassemblement national (23,3 %), la coalition La République en marche-MoDem-Agir (22,4 %), Europe Écologie Les Verts (13,5 %) et Les Républicains (8,5 %)[23]. Elle co-préside à partir du , avec l'Allemand Martin Schirdewan, le groupe confédéral GUE/NGL au Parlement européen. Elle devient la plus jeune personne élue à ce poste. Elle cordonne également la commission des affaires juridiques et la commission du développement, et siège dans la commission des affaires économiques et monétaires[24].

PublicationsModifier

RéférencesModifier

  1. J.-M. R., « Une jeune Bonifacienne tête de liste de La France Insoumise », Corse-Matin,‎ (lire en ligne).
  2. « Manon Aubry, tête de liste La France Insoumise aux européennes, se découvre à travers ses premiers lieux d'engagement », sur Var-Matin, (consulté le 5 mai 2019)
  3. Georges 2018.
  4. a et b Dodet 2018.
  5. Cazenave 2018.
  6. a et b Laïreche 2018.
  7. https://www.education.gouv.fr/bo/2007/17/MENJ0700868V.htm
  8. Louise, « Élections syndicales 2009 : L’UNEF », sur lapeniche.net, .
  9. https://www.sciencespo.fr/sites/default/files/pv/1890_1_9-02-09.pdf.
  10. « Manon Aubry Responsable de plaidoyer justice fiscale & inégalités à Oxfam », sur ideas4development.org, ID4D
  11. a b et c Robin Prudent, « Militante à l'Unef, porte-parole d’Oxfam… Sept choses à savoir sur Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux européennes », sur francetvinfo.fr, 20 mai 2019 (consulté le 22 mai 2019).
  12. « Biographie de Manon Aubry », sur franceculture.fr, France Culture.
  13. « Manon Aubry, tout savoir sur l'évasion fiscale et les inégalités », sur voxfemina.eu, Vox femina.
  14. « Communiqué Oxfam France », sur oxfamfrance.org, Oxfam France, .
  15. « Manon Aubry », sur expertes.fr, Experte France.
  16. « KDEC 9635 - Clinique Human Rights, Economic Development, and Globalization », sur formation.sciences-po, Sciences Po
  17. « Les performances pour : Aubry Manon (1989) », sur ffn.extranat.fr, Fédération française de natation.
  18. Marianne Lecach, « Manon Aubry, l’insoumise qui veut changer l’Europe », sur valeursactuelles.com, Valeurs actuelles (consulté le 22 février 2019).
  19. Boudet 2018.
  20. a et b « Européennes : la mère de Manon Aubry, tête de liste LFI, figure-t-elle aussi sur la liste ? », sur Libération, (consulté le 5 mai 2019)
  21. T. H., « Catherine Aubry portera les couleurs de La France insoumise pour les européennes à Saint-Raphaël », sur Var-Matin, .
  22. Résultats des élections européennes 2019 Ministère de l’Intérieur, 27 mai 2019
  23. « Résultats nationaux France | Résultats des élections 2019 | Résultats des élections européennes 2019 | Parlement européen », sur https://resultats-elections.eu/ (consulté le 27 mai 2019)
  24. « À 29 ans, Manon Aubry devient la plus jeune présidente d'un groupe parlementaire », sur L'Express, (consulté le 19 juillet 2019).

Voir aussiModifier

Articles de presseModifier

  • Alexandre Boudet, « Manon Aubry, tête de liste France insoumise aux européennes », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  • Fabien Cazenave, « Européennes. Qui est Manon Aubry, passée d’Oxfam à La France insoumise ? », Ouest-France,‎ 2018-12-10, modifié le 5 avril 2019 (lire en ligne).
  • Rémy Dodet, « 10 choses à savoir sur Manon Aubry, tête de liste des Insoumis aux européennes », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  • Véronique Georges, « La politique n’est pas un métier » : qui est Manon Aubry, varoise tête de liste pour la France insoumise aux élections européennes », Var-Matin,‎ (lire en ligne).
  • Mariana Grépinet, « Européennes : Manon Aubry, insoumise de mère en fille », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  • Rachid Laïreche, « Manon Aubry, dans le bain politique jusqu'à la tête de liste », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Sarah Paillou, « Manon Aubry, militante aguerrie et Insoumise apprentie », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier