Ouvrir le menu principal

Evo Morales

homme politique bolivien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morales.

Evo Morales
Illustration.
Evo Morales en 2017.
Fonctions
Président du Mouvement vers le socialisme
En fonction depuis le
(22 ans, 4 mois et 18 jours)
Prédécesseur Création du parti
Président de l'État plurinational de Bolivie[a]

(13 ans, 9 mois et 19 jours)
Élection 18 décembre 2005
Réélection 6 décembre 2009
12 octobre 2014
20 octobre 2019 (annulée)
Vice-président Álvaro García Linera
Prédécesseur Eduardo Rodríguez Veltzé
Successeur Jeanine Áñez (intérim)
Président pro tempore de l'Union des nations sud-américaines

(11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Mauricio Macri
Successeur Vacant
Biographie
Nom de naissance Juan Evo Morales Ayma
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Orinoca (Oruro, Bolivie)
Nationalité Bolivienne
Parti politique MAS
Profession Syndicaliste
Religion Catholicisme romain

Signature de Evo Morales

Evo Morales
Présidents de l'État plurinational de Bolivie

Juan Evo Morales Ayma, dit Evo Morales [ˈeβo moˈɾales][b], né le dans l'Altiplano, est un dirigeant syndical et homme d'État bolivien. Il est président de la République de Bolivie puis de l'État plurinational de Bolivie du au .

Paysan cocalero issu d'une famille aymara d'Orinoca, une ville de mineurs du département d'Oruro, il dirige l’un des principaux syndicats de coca et prend part à des luttes syndicales à partir des années 1980. Son arrestation en 1994, et sa grève de la faim, le font connaitre dans le pays. Il fonde et prend la tête du Mouvement vers le socialisme (MAS) en 1997 et se présente à l'élection présidentielle de 2002, où il arrive en deuxième position avec 21 % des voix. Il compte l’année suivante parmi les meneurs des manifestations paysannes pendant la guerre du gaz, ce qui conduit à la démission du président Gonzalo Sánchez de Lozada. Evo Morales remporte ensuite l'élection présidentielle de 2005 avec 53,7 % des suffrages. En 2009, il est réélu avec 64,1 % des voix, tandis que son parti obtient la majorité absolue dans les deux Chambres, puis en 2014 avec 61,4 %.

Bien qu'il ne soit pas le premier chef d'État d'ascendance amérindienne du pays, il est le premier à s'affirmer en tant que tel et à déclarer écouter les revendications culturelles et sociales des populations indigènes. Les politiques qu'il met en œuvre se concrétisent par une réduction significative de la pauvreté, de l’analphabétisme et des inégalités. Les critiques lui reprochent de ne pas suffisamment traduire dans la pratique ses projets sur la préservation de l'environnement et de trop souvent soutenir les revendications des indigènes et des classes populaires au risque de porter atteinte à la cohésion de la société bolivienne. Sur le plan international, il est proche du président vénézuélien Hugo Chávez, avec qui il partage certains éléments de sa vision socialiste de l'Amérique latine.

En 2016, il perd un référendum constitutionnel devant lui permettre de briguer un quatrième mandat présidentiel, mais une décision du Tribunal constitutionnel, passant outre ce référendum, l'y autorise. Candidat à l’élection présidentielle de 2019, il est donné réélu par les résultats officiels avec 47,1 %, mais se résout à la tenue d’un nouveau scrutin après des manifestations de masse émaillées de violences et après que l'OEA a fait état d'irrégularités ; deux mois avant la fin de son troisième mandat, il annonce finalement sa démission, à la suite de la défection de l'armée et de la police, puis part en exil au Mexique.

Origines et jeunesseModifier

Issu d'une famille modeste de paysans amérindiens, il doit rapidement mettre un terme à sa scolarité pour gagner sa vie. Il exerce alors des emplois aussi divers que peintre en bâtiment, maçon, boulanger ou bien encore trompettiste, avant d'effectuer son service militaire obligatoire[1]. Il prend finalement le chemin du Chapare, la zone de colonisation des migrants andins dans les basses-terres du département de Cochabamba.

Sa langue maternelle est l'aymara, il a ensuite appris le quechua au contact des populations migrantes établies comme lui dans le Chapare, mais il ne maîtrise pas suffisamment bien cette langue pour pouvoir tenir un discours. Il a aussi parfois un espagnol hésitant, ce qui s'explique par l'interruption de sa scolarité, ayant dû très jeune subvenir aux besoins de sa famille[2],[3]. Quatre de ses six frères sont morts avant l'âge de deux ans, emportés par la maladie[4] à cause de l’absence de médicaments et d’hôpitaux dans les régions rurales.

Premiers engagementsModifier

À l'age de 19 ans, il quitte son Altiplano natal, où les mines ferment tour à tour, pour gagner les plaines de la province de Chapare. Avec sa famille, il cultive d’abord du riz, puis des bananes, et enfin de la coca, plante dont la Bolivie est alors le premier producteur au monde[5].

Face aux injustices dont lui semblent être victimes les habitants locaux, dont les revenus principaux sont générés par la production de coca, il décide de s'engager dans le combat politique et la lutte syndicale. En 1988, le gouvernement décide sous la pression internationale de détruire les récoltes et de les remplacer par d'autres cultures. La politique d'éradication de la coca (en), financée pour une grande part par la Drug Enforcement Administration provoquera sa rancœur vis-à-vis des États-Unis[6]. Elle nuirait selon lui aux petits exploitants sous couvert de lutte contre les narcotrafiquants.

Émergence politique des cocalerosModifier

Apparue pour la première fois lors d'un congrès extraordinaire de la Confédération syndicale unique des travailleurs paysans de Bolivie (CSTUCB) en 1988, la thèse dite de « l'instrument politique » défend la création d'un parti politique qui permettrait la participation des syndicats paysans au jeu électoral[7]. À partir de 1991, elle devient l'une des revendications portée par les représentants des cocaleros[8], et, en 1994, elle est majoritaire au sein de la CSTUCB. Toujours en 1994, alors qu'il est l'un des dirigeants du mouvement syndical paysan, Morales est frappé par des policiers puis, accusé d’être « une menace pour la sécurité nationale », est incarcéré[9] pendant quelques jours. Sa grève de la faim le fait connaître dans tout le pays[5].

Pendant l'ensemble de la décennie 1990, les nombreuses divisions persistant au sein des syndicats de planteurs de coca poussent cependant certains cocaleros à opter pour des stratégies d'alliance avec des partis politiques existants tandis que les fractions les plus radicales du mouvement paysan, comme certains kataristes, refusent tout bonnement le jeu électoral classique. Partagés entre la Gauche unie (Izquierda Unida) et le MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) de Jaime Paz Zamora, les syndicats paysans rejoignent aussi progressivement les groupes indigènes émergents tandis que se consolide un nationalisme cimenté par l'opposition à une politique anti-coca vécue comme une ingérence américaine.

L'axe Pachakuti constitue en 1993 une première tentative de candidature autonome, qui obtiendra un élu au parlement bolivien. En 1995, une grande partie du mouvement social se fédère autour de l'Assemblée pour la souveraineté des peuples (ASP). Elle fait campagne lors des élections législatives de 1997 avec la Gauche Unie qui obtient quatre sièges, dont un remporté par Evo Morales.

Au cours de la décennie, Morales devient ainsi l'une des figures reconnues du mouvement des cocaleros. Élu en 1996 à la tête des six fédérations de syndicats paysans de la région du Chapare, son implantation locale se concrétise en 1997 par une confortable élection au Parlement bolivien (plus de 70 % des voix)[10].

Sa notoriété grandissante lui permet de doter le mouvement social paysan de son « instrument politique » avec la création en 1998 de l'« Instrument politique pour la souveraineté des peuples » (IPSP)[11]. La difficulté administrative de fonder un parti le pousse, à l'occasion des élections municipales de 1999, à rejoindre le MAS qui bénéficie déjà d'une personnalité juridique. Autour de ce petit parti ouvrier à la faible audience va progressivement se fédérer une grande partie du mouvement social bolivien.

Expulsion du ParlementModifier

Morales siège au Parlement sous les présidences de l'ex-dictateur Hugo Banzer et de Jorge Quiroga, alors que la campagne d'éradication de la coca s'intensifie avec le Plan Dignidad, lancé en 1998, qui affecte particulièrement le Chapare. Le député Morales dénonce une « militarisation » du conflit, et affirme en retour le droit des paysans à résister militairement aux troupes boliviennes qui tireraient sur les manifestants.

En janvier 2002, des affrontements opposent durant quatre jours des cocaleros aux forces de sécurité dans la région de Cochabamba, faisant neuf victimes (cinq paysans, trois militaires et un policier)[12]. En raison du soutien de Morales aux revendications des cocaleros, la commission d'éthique du parlement le destitue peu après de son mandat législatif. En mai 2002, il dépose un recours devant le Tribunal constitutionnel pour violation de ses droits : selon lui, la présomption d'innocence, son droit à la défense et son immunité parlementaire auraient été injustement ignorés[13].

Chef de l'oppositionModifier

En 2002, il se présente à l'élection présidentielle et obtient plus de 20 % des voix, ne comptabilisant au premier tour que 2 points de retard sur le candidat élu (le libéral Sánchez de Lozada). Il s'impose alors comme une personnalité capable de fédérer l'opposition sociale et politique bolivienne au gouvernement néo-libéral de Gonzalo Sánchez de Lozada (alias « Goni »). La droite tente alors d'empêcher l'entrée de députés amérindiens (élus) du MAS au Parlement[14].

Les conflits sociaux s'exacerbent en 2003 concernant un projet d'exportation du gaz naturel (la Bolivie détenant les deuxièmes plus grandes réserves de gaz d'Amérique après le Venezuela) sans industrialisation préalable vers le Chili et, in fine, la Californie. La « guerre du gaz », dans laquelle Morales ainsi que Quispe sont particulièrement actifs, se solde par plus de 80 morts en octobre 2003, le président « Goni » ayant ordonné à l'armée de tirer par hélicoptères sur El Alto, la banlieue de La Paz. Les conséquences politiques de ce massacre l'obligent cependant à démissionner[15].

Le conflit du gaz persiste toutefois sous son successeur, Carlos Mesa, qui démissionne en 2005 pour des raisons également liées à l'industrialisation du pays. C'est aussi l'époque où le MAS devient la première force politique du pays : en 2004, les municipales attribuent au parti quelque 18 % des suffrages.

Élection présidentielle de 2005Modifier

Evo Morales est candidat à l'élection présidentielle bolivienne du . Plusieurs sondages le donnent vainqueur dès le premier tour. Le 19 décembre, il obtient 53,7 % des voix[16] et devient le premier Aymara à accéder à la plus haute fonction de l'État. Il a pu compter sur le soutien d'Álvaro García Linera, sociologue qui a théorisé le mouvement social bolivien, et qui occupe maintenant le poste de vice-président. Symboliquement intronisé le par les représentants indigènes sur les ruines pré-incas de Tiwanaku, il prête serment, le lendemain, devant le Congrès en présence d'une dizaine de chefs d'États d'Amérique latine et d'Europe.

Président de la BolivieModifier

Article détaillé : Présidence d'Evo Morales.

Premier mandatModifier

 
Evo Morales et Lula da Silva le .

Il nomme le 23 janvier son gouvernement, composé de seize ministres issus du MAS et des mouvements indigènes, paysans et syndicaux. Pour la première fois, une femme, Alicia Munoz Ale, obtient le ministère de l'Intérieur. Lors du discours qu'il prononce en cette occasion, Morales réaffirme sa volonté de « changer le modèle néolibéral » et de combattre la corruption, exigeant des membres de son gouvernement un « niveau zéro de corruption et de bureaucratie »[17].

Ses premières annonces concernent :

  • la production de coca : il affirme sa volonté de lutter contre le trafic de drogue et que l'une des lignes de son futur gouvernement sera : « zéro cocaïne, zéro trafic de drogue ». Mais il précise : « il ne peut y avoir, sous prétexte de lutte contre la drogue, zéro coca ou zéro cocaleros (le nom des cultivateurs de coca), il faut changer ces politiques ». Il désire, dans cette optique, voir dépénalisée au niveau international la culture de la coca. La mastication de la feuille de coca est une tradition millénaire[18] en Bolivie, et l'effet, bien que procurant une stimulation, n'a que fort peu à voir avec celui de la cocaïne[19]. Les opposants de Morales l'accusent d'utiliser le prétexte de la défense d'une culture traditionnelle pour couvrir le trafic de drogue[20] ;
  • la présence militaire étrangère : concernant les États-Unis, il estime que sous couvert de lutte contre la culture de la coca, les États-Unis installent des bases militaires. Il estime qu'actuellement « dans le cadre de politiques de lutte contre le trafic de drogue, les forces armées et la police sont subordonnées à des forces étrangères armées et en uniforme ». S'y opposant, il ajoute : « nous mènerons la lutte contre le trafic de drogue, mais sans aucune intervention policière ni militaire d'un pays étranger » ;
  • la gestion des ressources naturelles : il ne compte pas chasser les multinationales du pétrole de son pays, mais nationaliser les entreprises exploitant les ressources naturelles, notamment l'industrie gazière et éventuellement pétrolière.

Une Assemblée constituante est élue en 2006 afin de réformer la Constitution du pays[14]. Finalement, son gouvernement met l'accent sur l'alphabétisation, la pauvreté (augmentation du salaire minimum de 13 % lors de la seule année 2006[14], la distribution de bons scolaires aux foyers pauvres[14], la loi de redistribution des terres[14]) et la mortalité infantile, se souciant ainsi des classes misérables, en majorité indigènes, et largement délaissées auparavant[21]. Il décide également de réduire de moitié son salaire de président et celui des hauts-fonctionnaires[14].

En février 2007, il renvoie son ministre de l'Éducation, Félix Patzi, qui soutenait une réforme de l'éducation mettant l'accent sur les langues indigènes au détriment de l'espagnol, prenant ainsi ses distances avec l'indigénisme radical[14].

En septembre 2008, dans la région de Santa Cruz, des groupes paramilitaires abattent une trentaine de paysans et s'emparent de l’aéroport de la capitale provinciale, ainsi que des champs pétroliers. La facilité avec laquelle ces groupes neutralisent les forces de sécurité locale semble suggérer une complicité de certains responsables policiers, tandis que le Comité civique pro Santa Cruz appelle à la mobilisation contre le gouvernement bolivien. Après plusieurs semaines de vives tensions, le mouvement séparatiste donne des signes d’apaisement[22].

Réélection en 2009Modifier

Le 6 décembre 2009, Evo Morales est réélu en obtenant 64 % des voix, contre 27 % à son principal adversaire, le conservateur Manfred Reyes[21],[23],[24]. Le MAS obtient en même temps la majorité absolue au Parlement bolivien. Peu de temps après, Manfred Reyes, mis en examen pour corruption, s'enfuit pour les États-Unis, tandis que l'ex-gouverneur de La Paz, José Luis Paredes, s'exile en Argentine pour des raisons similaires[21]. L'industriel Branko Marinkovic, ancien président du Comité Pro Santa Cruz qui avait aussi appelé au soulèvement contre Morales, prend également la fuite (il est soupçonné d'être lié au complot du boliviano-croate Rozsa Flores, démantelé en avril 2009, et qui visait à assassiner Morales)[25].

Deuxième mandatModifier

Dans la foulée de son élection, fin décembre 2009 à Copenhague, lors du sommet sur le réchauffement climatique, Evo Morales propose un référendum mondial sur le principe d'un tribunal international climatique et de la défense des droits de la Terre mère[26]. En avril 2010, il reprend ces thèmes lors de la Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique que son gouvernement a organisée à Cochabamba[27].

Le 2 juillet 2013, l'avion d'Evo Morales est contraint d'atterrir à Vienne après une demande d’atterrissage en urgence car le Portugal, puis l'Espagne, la France (juste avant le passage de la frontière) et l'Italie lui interdisent le survol de leur territoire. Il est retenu à l'aéroport de Vienne durant plus de 13 heures au prétexte qu'il transporte peut-être Edward Snowden[28]. Lors de son retour en Bolivie dans la nuit du 3 juillet 2013, le président Morales exprime son indignation et sa colère sur la façon dont il a été traité, au mépris selon lui du droit international. L'Argentine, le Venezuela, l’Équateur, le Nicaragua, le Surinam, l'Uruguay et Cuba font part de leur soutien à Evo Morales, qui demande « des explications claires et franches » aux pays concernés[28]. Les ambassadeurs de trois pays (Italie, France, Espagne) ainsi que le consul du Portugal sont officiellement convoqués à La Paz. En août 2013, dans les colonnes du Monde diplomatique, Evo Morales publie l'article « Moi, président de la Bolivie, séquestré en Europe[28] », où il dénonce sa séquestration, ce qu'il considère comme un acte de terrorisme d'État. Le ministre français des Affaires étrangères appelle son homologue bolivien pour s'excuser[29].

Réélection en 2014Modifier

Il est réélu président au premier tour de l’élection présidentielle le 12 octobre 2014. Il considère que ce vote était « un débat entre deux modèles : les nationalisations et les privatisations » et que « les nationalistes l'ont emporté par plus de 60 % ». Cette confortable victoire s'expliquerait par de bons résultats obtenus en matière de politique économique et par les succès rencontrés par les programmes sociaux élaborés par son gouvernement, qui ont permis une réduction de l’extrême pauvreté d'un taux de 38 % en 2006 à 19 % en 2014 selon les chiffres des Nations unies [30],[31]. Evo Morales s'engage alors à éliminer l’extrême pauvreté avant 2025[32].

Troisième mandatModifier

Evo Morales promeut notamment le « Buen Vivir », symbole de développement alternatif[33], mariant équilibre écologique et équité sociale[34].

En 2018, il inaugure un nouveau palais présidentiel, la Casa Grande del Pueblo (es), l'ancien palacio Quemado étant reconverti en musée. Ce nouveau bâtiment, une tour de 29 000 m2 regroupant les services de la présidence, de la vice-présidence et des ministères, comprend également pour le chef de l'État un luxueux appartement de 1 000 m2, avec ascenseur privé, jacuzzi, sauna, salle de gym et salon de massage, ce qui provoque des critiques de l'opposition. L'autorisation de construction a également provoqué une polémique, les constructions hautes étant normalement interdites dans le centre-ville de La Paz[35].

Référendum perdu de 2016Modifier

Le souhait d'Evo Morales de briguer un quatrième mandat est évoqué, mais la Constitution le lui interdit. Pour supprimer cet obstacle, qu'il a pourtant instauré en 2009, Evo Morales convoque un référendum constitutionnel.

Au cours de la campagne, des accusations de corruption sont lancées à son encontre. Evo Morales aurait usé de son influence en faveur de Gabriela Zapata, qui a été sa compagne dix ans auparavant, pour permettre à l'entreprise dont elle compte parmi les dirigeants de signer des contrats avec le gouvernement pour des centaines de millions de dollars. Des enquêtes judiciaires sont alors ouvertes[36]. La polémique prend de l'ampleur lorsque Gabriela Zapata accuse le président d'avoir eu avec elle un fils qu'il aurait refusé de reconnaître. Au sujet des affaires judiciaires le concernant, Evo Morales est finalement innocenté des accusations de corruption par le rapport d’enquête, après le déroulement du scrutin, tandis qu'une comparaison d'ADN constate l'absence de lien de parenté entre le président et l'enfant présenté comme étant son fils[37].

Le 22 février 2016, le « non » l'emporte avec 51,3 % des suffrages, ce qui constitue la première défaite électorale d'Evo Morales[36],[38]. Pour Evo Morales, cette défaite électorale serait essentiellement due aux accusations calomnieuses lancées contre lui, qui n'ont été démontées qu'après le scrutin[39].

Décision du Tribunal constitutionnelModifier

Néanmoins, le Mouvement vers le socialisme cherche des solutions pour contourner ce refus populaire d'une nouvelle candidature de son dirigeant[40]. Les partisans du gouvernement désignent le 21 février (date du référendum) comme le « jour du mensonge ». Une enquête effectuée par Market Opinion Research International (Ipsos MORI) indique que 53 % de ses sondés auraient été influencés par l'affaire Zapata au moment de voter. Juan Ramón Quintana, ministre de la Présidence, affirme en décembre 2016 que la campagne du référendum a fait l'objet d'une « conspiration » et d'un coup d’État « politico-médiatique », invoquant notamment « la relation entre l’auteur de la dénonciation sur le supposé fils d’Evo et l’ambassade nord-américaine »[41],[42]. Il déclare ainsi envisager « la possibilité de remettre en question les résultats », et Evo Morales lui-même indique qu'il entend se représenter, malgré sa promesse du début de sa présidence d'exercer le pouvoir « temporairement »[20],[43].

Saisi par le parti, le Tribunal constitutionnel bolivien décide, le , de supprimer la limitation de mandats présidentiels[40]. Dans sa décision, non susceptible d'appel, le tribunal cite la Convention américaine relative aux droits de l'homme et estime que le droit à briguer librement une fonction est supérieur aux dispositions prévues dans la Constitution[40],[43]. Pour pouvoir se présenter à un troisième mandat, Evo Morales avait déjà précédemment obtenu de la justice que son premier mandat, ayant débuté avant l'adoption de la Constitution en 2009, n'entre pas en ligne de compte[43]. Selon l'avocat constitutionnaliste Bernardo Wayar, il s'agit d'une « rupture de l'ordre constitutionnel, cela veut dire que n'importe quel criminel pourrait se présenter »[44].

Dans la foulée de cette décision de justice, Evo Morales annonce sa candidature à un quatrième mandat, invoquant une nécessaire « stabilité »[45].

Le 10 avril 2019, le Sénat des États-Unis adopte une résolution demandant à Evo Morales de ne pas se présenter à l’élection présidentielle. Douze parlementaires boliviens d'opposition demandent à Donald Trump d’intervenir en ce sens et que « l’OEA fasse de même afin d’éviter la consolidation de la dictature totalitaire d’Evo Morales »[46]. Pendant la campagne, le secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, avait soutenu la possibilité pour Morales de présenter sa candidature à un quatrième mandat[47].

Réélection controversée de 2019, crise politique et démissionModifier

Au soir des élections générales, le , les résultats préliminaires donnent Evo Morales en ballotage, moins de 10 points le séparant de son plus proche adversaire, l’ancien président Carlos Mesa. Mais la durée de la suspension du dépouillement dans l'attente du décompte des bulletins des zones rurales et des Boliviens de l’étranger, qui sont traditionnellement favorables au président socialiste, suscite des interrogations : des observateurs et l'opposition dénoncent une initiative du pouvoir sortant visant à gagner du temps afin de pouvoir truquer les résultats[48],[49]. Une crise politique s’ensuit, avec l’éclatement de protestations et émeutes.

Evo Morales revendique la victoire le , et dénonce la grève générale lancée par l’opposition et les comités de la société civile comme étant une tentative de « coup d'État ». Une partie radicale de l'opposition lui lance alors un ultimatum et Luis Fernando Camacho appelle l'armée à « se ranger aux côtés du peuple »[50],[51]. Le président sortant est finalement proclamé vainqueur dès le premier tour avec 47,1 % des voix, contre 36,5 % pour Carlos Mesa[52].

Alors que les manifestations se prolongent, faisant trois morts et quelque 200 blessés[53],[54], alors que Morales table sur un second tour, comme proposé au départ par l'OEA[44], les autorités boliviennes acceptent l’ouverture d’un audit réalisé par l’Organisation des États américains (OEA) et proposent à la Communauté civique de Carlos Mesa de s'y associer, mais cette dernière dénonce un accord conclu sans représentants de la société civile ni partis politiques, et réclame la tenue d'un nouveau scrutin[55],[53]. Les 8 et , plusieurs unités policières se mutinent et le président appelle au dialogue avec les partis représentés au Parlement, mais pas avec les comités de la société civile ayant lancé la contestation ; l’offre est refusée par Carlos Mesa et les formations politiques[53].

Le , l’OEA fait état d'irrégularités et réclame un nouveau scrutin, indiquant : « En tenant compte des projections statistiques, il est possible que le candidat Morales soit arrivé premier et le candidat Carlos Mesa second. Néanmoins, il est statistiquement improbable que Morales ait obtenu les 10 points de différence pour empêcher un second tour[46],[56]. » Au contraire, un papier du Center for Economic and Policy Research (CEPR) indique que « l’analyse statistique des résultats des élections et des feuilles de dépouillement des élections du 20 octobre en Bolivie ne montre pas que des irrégularités ou des fraudes ont affecté le résultat officiel procurant au président Evo Morales une victoire au premier tour »[57].

À la suite des conclusions de l'OEA, qui mettent en lumière l'ampleur des irrégularités qui vont au-delà de la simple convocation d'un second tour[44], Evo Morales annonce le renouvellement de l'ensemble des membres du Tribunal électoral suprême et la tenue d'une nouvelle élection présidentielle[53],[58]. La situation continue de se dégrader en cours de journée : des manifestants prennent possession des médias publics et retiennent en otage des membres des familles de personnalités politiques proches du président, ce qui entraîne la démission de plusieurs ministres et députés. Le commandant en chef des armées, entouré d'officiers, appelle Evo Morales à démissionner, comme l'y autorise une loi organique[44]. Celui-ci, ayant également perdu le soutien d'une partie du mouvement indigène[20], démissionne dans la soirée[59]. Le vice-président Álvaro García Linera, président de l'Assemblée législative plurinationale, qui fait office de successeur constitutionnel, démissionne lui aussi en dénonçant un « coup d'État »[60],[61]. Dans la foulée, après les démissions de la présidente de la Chambre des sénateurs, du président de la Chambre des députés et du premier vice-président de la Chambre des sénateurs, Jeanine Áñez, seconde vice-présidente de cette dernière chambre, se déclare chargée de l'intérim présidentiel[62],[63],[64]. Evo Morales déclare alors : « Le coup d’État le plus astucieux et le plus odieux de l’histoire a eu lieu. Une sénatrice issue d’un coup d’État de droite se proclame présidente du Sénat, puis présidente par intérim de la Bolivie sans quorum législatif, entourée d’un groupe de complices et dirigée par l’armée et la police, qui répriment le peuple »[64].

Dans son rapport final rendu le 5 décembre 2019, l'OEA estime qu'il y a eu une « manipulation délibérée » des résultats, et que l'écart réel entre Morales et Mesa est en réalité « minime », impliquant une « série d'opérations délibérées destinées à altérer la volonté exprimée dans les urnes »[65].

Actions et bilan de sa présidenceModifier

ÉconomieModifier

Au sujet de la gestion des ressources naturelles, il ne compte pas chasser les multinationales du pétrole de Bolivie mais renforcer le rôle de l’État, notamment dans les industries gazière et pétrolière, et accroître la proportion revenant à la Bolivie des richesses produites par l'exploitation de ces ressources. En mai 2006, il annonce des contrats d'exploitation des ressources pétrolières plus contraignants pour les compagnies étrangères et étend les prérogatives de la compagnie publique nationale[66]. Une vingtaine d’entreprises reviennent dans l’administration publique après avoir été privatisées par les gouvernements précédents[67].

En février 2009, il conclut un accord avec l'industriel français Vincent Bolloré, à qui il accorde l'accès au lithium du salar d'Uyuni — qui abrite la majorité des réserves mondiales de ce produit — pour sa production de batteries de voitures électriques. Mais Morales renonce finalement au projet en raison de l’hostilité des autochtones[20].

La Bolivie atteint en 2013 son record historique de croissance économique avec un taux de 6,5 %[68]. Entre 2005 et 2013, le PIB par habitant est multiplié par deux[69]. Par ailleurs, l'indice de Gini sur les inégalités se contracte pour tomber de 0,60 en 2005 à 0,47 en 2015[70]. De plus, l'extrême pauvreté a nettement baissé, passant de 38 % à 15 %[71],[72].

Droit du travail et retraitesModifier

À partir de février 2008, la réforme des retraites institutionnalisée par son gouvernement permet à tous les retraités boliviens (dont seul un sur cinq disposait d'une retraite auparavant) de percevoir un revenu correspondant à 40 % du salaire minimum[73]. Une nouvelle réforme est engagée en 2010 pour abaisser l'âge d'accès à la retraite à 58 ans[74].

Le salaire minimum est régulièrement rehaussé pour atteindre une hausse de près de 300 % depuis 2007 en 2016[67]. En décembre 2016, la Bolivie détient le taux de chômage le plus faible d'Amérique du Sud (4,1 %)[75].

Santé et éducationModifier

De 2007 à 2014, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le budget alloué à la santé a progressé de 173 %, ce qui ferait de la Bolivie l'un des pays d’Amérique du Sud les plus déterminés à donner priorité à la santé[76]. L’Organisation panaméricaine de la santé indique en 2015 que les campagnes de vaccination ont permis d'éliminer ou de réduire significativement la poliomyélite, la rubéole et la rougeole[77]. En 2017, l'OMS déclare que la mortalité infantile a reculé de 50 % et la sous-nutrition chez les enfants de 14 % en une décennie[78].

À la toute fin de l'année 2008, Evo Morales annonce que la Bolivie s'est libérée de l’analphabétisme selon les standards posés par l'Unesco, la taux d’analphabétisme étant passé sous les 4 % (contre 13 % en 2005) selon les statistiques gouvernementales. La Bolivie serait ainsi devenue le troisième pays de la région « libre d’analphabétisme » après Cuba en 1961 et le Venezuela en 2005[79],[80].

Questions sociétalesModifier

La Constitution bolivienne adoptée en 2009 est l’une des premières au monde à interdire expressément la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre[81]. Le mariage homosexuel reste toutefois illégal[81]. En 2010, le Parlement adopte la loi contre le racisme et toutes les formes de discriminations, qui prohibe notamment les discriminations des personnes homosexuelles par des entreprises ou des individus et rend possible d’éventuelles condamnations[82]. En 2016, une loi permet aux transgenres de pouvoir changer l'indication de leur nom et de leur sexe sur leurs papiers d'identité, après consultation d'un médecin, sans avoir recours préalablement à une opération de changement de sexe[83]. Depuis 2017, le mariage leur est également possible[84].

La proportion de femmes dirigeantes syndicales, ministres ou députées a sensiblement augmenté. En 2017, la Bolivie est le deuxième pays au monde avec la plus importante proportion de femmes au sein de son Parlement (52 % à l'Assemblée nationale, 47 % au Sénat)[85].

Selon le ministre bolivien Carlos Romero, le gouvernement d'Evo Morales est confronté à un taux de criminalité supérieur à certains pays voisins, le taux d'homicides, de 10,8 pour 100 000 habitants, dépassant ceux de l'Argentine, du Pérou, du Chili et de l'Équateur, mais restant inférieur à la moyenne latino-américaine[réf. souhaitée]. Divers facteurs en seraient les causes, les principaux étant la consommation excessive de boissons alcooliques, l'usage d'armes à feu et la consommation de drogues[86]. En 2016, le taux d’homicides recule à 8,5 pour 100 000 habitants[87].

Affaires étrangèresModifier

En juillet 2007, l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) est accusée d’acheminer des financements aux groupes d’opposition. Les autorités avaient intercepté des documents évoquant la nécessité de financer des programmes pour « rétablir un gouvernement démocratique »[22]. Selon des informations dévoilées par WikiLeaks, les États-Unis auraient versé 4 millions de dollars en 2007 à des organisations séparatistes de Santa Cruz afin de déstabiliser le gouvernement bolivien[88].

En 2008, l'ambassadeur américain Philip Goldberg et la DEA sont expulsés, accusés d'espionnage et d'opérations de déstabilisation. La Bolivie était alors confrontée à une opposition sécessionniste de la part de certaines provinces, notamment de Santa Cruz. À la suite de cela, les États-Unis ont retiré à la Bolivie le bénéfice de l'Andean Trade Promotion and Drug Eradication Act et l'ont classée comme l'un des « mauvais élèves » de sa « guerre contre la drogue »[89].

La Bolivie adhère en 2006 à l'Alliance bolivarienne pour les Amériques, fondée à l'initiative de Cuba et du Venezuela, et devient membre permanent du Mercosur en 2015.

Les problématiques relatives à l’environnement constituent l'axe majeur de la politique extérieure d'Evo Morales[90]. Depuis l’échec de la Conférence de Copenhague de 2009, la Bolivie tente de lancer un front écologique alternatif pour redéfinir les engagements internationaux dans la lutte contre le changement climatique, qui se matérialise en 2010 avec l'organisation de la Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique[90][91].

À partir du , Evo Morales assure pour la Bolivie la présidence pro tempore de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR). Cependant, le , l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Paraguay et le Pérou annoncent leur retrait de l’organisation pour une durée indéterminée, sur fond de pression du gouvernement fédéral des États-Unis et de désaccord du Venezuela et de la Bolivie sur la candidature argentine de José Octavio Bordón (es) au poste de secrétaire général de l’UNASUR[92].

En janvier 2019, il assiste à l'investiture du président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro[93]. Le même mois, il accepte d'extrader Cesare Battisti vers l'Italie, provoquant des critiques au sein de son camp et recevant le soutien de l'opposition[94].

Après la présidenceModifier

 
Evo Morales au Mexique ().

Après qu'il a démissionné de ses fonctions de président, un mandat d'arrêt est émis le à son encontre[95]. Le même jour, il part avec sa famille et son vice-président en exil au Mexique, présidé par son allié Andrés Manuel López Obrador, après l'avoir sollicité en ce sens[96],[97]. L'avion mexicain rencontre des difficultés à obtenir l'autorisation des autorités péruviennes et équatoriennes pour survoler leur territoire, mais il peut finalement faire escale dans ces pays[98]. Le 13 novembre, lors d'une conférence de presse à Mexico, il appelle au dialogue et promet de revenir « tôt ou tard » pour pacifier le pays[99].

Jeanine Áñez déclare qu'en cas de retour dans le pays, il risquerait des poursuites pour fraudes électorales et pour corruption[100] et qu'il n’est pas éligible à un quatrième mandat[101]. Le 23 novembre, le Sénat et la Chambre des députés approuvent l’annulation des élections générales d’octobre et l'interdiction pour un chef de l’État ayant déjà effectué un deuxième mandat d’en faire un troisième[102],[103], ainsi qu'une loi d'amnistie pour Morales — contre qui le gouvernement provisoire a porté plainte la veille pour « sédition » et « terrorisme »[104] —, que la présidente par intérim rejette cependant[105].

Le 8 décembre, Evo Morales est nommé directeur de campagne de son parti pour les prochaines élections générales boliviennes[106].

Activité de footballeurModifier

Grand passionné de football, Evo Morales signe, à l'âge de 54 ans, un contrat professionnel d'une année en mai 2014 pour jouer en première division bolivienne avec le club de Sport Boys Warnes[107].

DiscoursModifier

  • (es) La revolución democrática y cultural : diez discursos (dix discours d'Evo Morales), Editorial Malatesta, Lima, 2006, 180 p.
  • (fr) Pour en finir avec l'État colonial : discours d'investiture présidentielle (préface de Danielle Mitterrand, traduit de l'espagnol par l'association Le Jouet enragé), Le Jouet enragé, L'Esprit frappeur, Paris, 2006, 87 p. (ISBN 2-84405-227-4)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Président de la République de Bolivie du au , puis président de l'État plurinational de Bolivie depuis l'approbation de la nouvelle Constitution le .
  2. Prononciation en espagnol d'Amérique retranscrite selon la norme API.

RéférencesModifier

  1. « Evo Morales », Les Échos, 11 août 2008, p. 28.
  2. Rolland et Joëlle Chassin (dir.), Pour comprendre la Bolivie d'Evo Morales, L'Harmattan, , 447 p. (ISBN 978-2-296-04494-4), p. 44
  3. Carla Fernandes, Cinémas du réel en Amérique latine: XXIe siècle, Presses universitaires du Mirail, (ISBN 9782810700738), p. 48
  4. Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d'Etats modernes et autres tentatives de destabilisation, Don Quichotte, , p. 402
  5. a et b https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/11/bolivie-quatre-choses-a-savoir-sur-evo-morales-president-demissionnaire-apres-treize-ans-au-pouvoir_6018788_3210.html
  6. Le Devoir, 31 juillet 2006.
  7. Sur la thèse de l'instrument politique, voir Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie, Raisons d'agir, 2008, pp. 54-68.
  8. Kevin Healy, « Political ascent of bolivia's peasant coca leaf producer », Journal of interamerican studies and world affairs, vol. 33 (1), 1991.
  9. (es) « Evo Morales, de defensor de los cocaleros a presidente de Bolivia », sur RT en Español (consulté le 26 octobre 2017)
  10. Do Alto et Stefanoni, op. cit., p. 60.
  11. Do Alto et Stefanoni, op. cit., p.  61.
  12. Do Alto et Stefanoni, op. cit., p.  71.
  13. « From coca to congress. An Interview With Evo Morales », The Ecologist, 11 novembre 2002.
  14. a b c d e f et g Roméo Langlois et Pascale Mariani, La Bolivie veut retrouver ses racines indiennes, Le Figaro, 20 mars 2007
  15. « Bolivie: les Amérindiens gagnent la "guerre du gaz", perdue par les Etats-Unis - LatinReporters.com », sur www.latinreporters.com
  16. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/bolivie_509/presentation-bolivie_938/politique-interieure_4492.html
  17. « Evo Morales nomme un cabinet de changement », Le Devoir,24 janvier 2006, p. a5.
  18. Voir le mythe inca de Mama Coca
  19. (fr) Les fédérations et les syndicats de cocaleros en Bolivie
  20. a b c et d « Evo Morales, un bilan entaché par la soif du pouvoir », sur lefigaro.fr, (consulté le 12 novembre 2019).
  21. a b et c Evo Morales investi pour un second mandat, Le Monde avec AFP, 21 janvier 2010.
  22. a et b Hernando Calvo Ospina, « Petit précis de déstabilisation en Bolivie », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  23. Dépêche Yahoo
  24. Les Boliviens élisent Evo Morales président pour un deuxième mandat, El Mundo, lundi 7 décembre 2009
  25. L'adversaire de Morales s'est exilé à Miami, Le Courrier, 16 janvier 2010
  26. Cf. site Primitivi
  27. Cf. "Morales pour un tribunal climatique", article du Journal du dimanche du 23 avril 2010
  28. a b et c Evo Morales, « « Moi, président de la Bolivie, séquestré en Europe » : Avec l’affaire Snowden, les Etats-unis accentuent leur dérive sécuritaire », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Snowden case: France apologises in Bolivia plane row », BBC,‎ (lire en ligne)
  30. France Inter avec Reuters, « Bolivie : le triomphe d'Evo Morales »,
  31. Tarik Bouafia, « Evo Morales en route pour un troisième mandat | Investig'Action », sur www.investigaction.net
  32. « Bolivie : Evo Morales s'engage à éradiquer l'extrême pauvreté d'ici 2025 », sur Actu Latino,
  33. Florence Bétrisey, « Bolivie: l’immense désillusion », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  34. Antoine d'Abbundo, « Le président bolivien Evo Morales en visite à Pau avant l'Élysée », La Croix,‎ (lire en ligne)
  35. « En Bolivie, la nouvelle résidence d'Evo Morales fait grincer des dents », bfmtv.com, 16 août 2018.
  36. a et b http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/23/97001-20160223FILWWW00208-bolivie-probable-defaite-d-evo-morales.php
  37. « François Lenglet, ou la corruption du débat - Mémoire des luttes », sur www.medelu.org
  38. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/24/97001-20160224FILWWW00221-referendum-en-bolivie-evo-morales-reconnait-avoir-perdu-la-bataille.php
  39. « Bolivie: Morales autorisé à briguer un nouveau mandat, malgré le "non" de la population », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2017)
  40. a b et c « Morales autorisé à briguer un autre mandat », sur lematin.ch/ (consulté le 30 novembre 2017)
  41. http://www.politique-actu.com/dossier/bolivie-longue-campagne-tout-sauf-maurice-lemoine/1778965/
  42. https://www.pagina12.com.ar/10924-se-trabajo-en-una-conspiracion
  43. a b et c https://www.challenges.fr/monde/en-bolivie-morales-pourra-se-presenter-pour-un-nouveau-mandat_516601
  44. a b c et d Claire Meynial, « Bolivie : coup d'État ou fraude électorale ? », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 19 novembre 2019).
  45. Le Point, magazine, « Bolivie: le président Morales en route pour un 4ème mandat controversé », sur Le Point (consulté le 30 novembre 2017)
  46. a et b « Le scénario était écrit depuis un certain temps », sur L'Humanité, (consulté le 12 novembre 2019)
  47. https://www.pagina12.com.ar/231189-el-fraude-de-la-oea-para-el-golpe-en-bolivia
  48. « Mutinerie dans la police bolivienne », sur humanite.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  49. « Un coup d’État pas ordinaire en Bolivie », sur Le Devoir,
  50. http://www.rfi.fr/ameriques/20191105-une-ultimatum-opposition-evo-morales-expire
  51. https://www.nouvelobs.com/monde/20191104.AFP7982/bolivie-l-opposant-mesa-exige-de-nouvelles-elections.html
  52. « Bolivie : Evo Morales déclaré vainqueur au premier tour », sur lepoint.fr (consulté le 26 octobre 2019)
  53. a b c et d « Dans une Bolivie sous tension, Evo Morales annonce de nouvelles élections », sur la-croix.com, (consulté le 10 novembre 2019).
  54. « Bolivie : deux morts dans des incidents liés à la crise électorale », sur lefigaro.fr, (consulté le 31 octobre 2019).
  55. « En Bolivie, une partie de l’opposition demande l’annulation de l’élection », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  56. « Bolivie. « C’est un coup d’État fasciste » », sur L'Humanité,
  57. https://www.humanite.fr/bolivie-putsch-la-paz-washington-la-barre-680115
  58. « Evo Morales annonce la convocation d’une nouvelle élection présidentielle en Bolivie », sur lemonde.fr, 10 novembre 2019.
  59. « Après trois semaines de contestation, le président bolivien Evo Morales annonce sa démission », sur lemonde.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  60. « Dimite también el vicepresidente de Bolivia, Álvaro García Linera », sur www.eluniversal.com.co (consulté le 10 novembre 2019)
  61. « Le président bolivien Evo Morales démissionne, arrestations d'ex-dirigeants », sur VOA (consulté le 11 novembre 2019)
  62. Rulers, 10 novembre 2019.
  63. Jeanine Añez podría ser la Presidenta del país, YouTube, journal télévisé de Bolivisión, minute 0:40, 10 novembre 2012.
  64. a et b « Bolivie : après la démission de Morales, une présidente par intérim », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  65. « Bolivie : élection « manipulée » pour l'Organisation des États américains », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 7 décembre 2019).
  66. « Evo Morales annonce la nationalisation des hydrocarbures en Bolivie », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  67. a et b « En Bolivie, victoire de la carpe et du lapin - Mémoire des luttes », sur www.medelu.org
  68. « Bolivie: Morales célèbre un taux de croissance record - Amériques - RFI »,
  69. « Prodigieuse métamorphose de la Bolivie », sur www.medelu.org
  70. « Pobreza en Bolivia disminuyó 20 por ciento en la última década », Prensa Latina - Agencia Latinoamericana de Noticias,‎ (lire en ligne)
  71. « Économie : le miracle économique de la Bolivie », sur Courrier international, (consulté le 13 novembre 2019)
  72. « EVO MORALES RENVERSÉ, LA BOLIVIE SOMBRE DANS LE CHAOS » (consulté le 13 novembre 2019)
  73. « Evo Morales instaure une rente universelle dès 60 ans »
  74. « La retraite sept ans plus tôt : la Bolivie de Morales à contre-courant »,
  75. « Tasa de desempleo en Bolivia es la más baja de Suramérica », teleSUR -,‎ (lire en ligne)
  76. (es) « Fernando Leanes: Bolivia, con 173% en inversión per cápita en salud - La Razón », sur www.la-razon.com
  77. « OPS/OMS distingue al Ministerio de Salud por erradicar el sarampión, polio y rubeola congénita | CAMBIO - Periódico del Estado Plurinacional », sur www.cambio.bo (consulté le 22 janvier 2017)
  78. « WHO Lauds Bolivia's Efforts in Health Sector, Says It's 'Setting an Example' », TeleSur,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017)
  79. Unidad Editorial Internet, S.L., « Evo Morales declara a Bolivia libre de analfabetismo | elmundo.es », sur www.elmundo.es
  80. « Bolivia será declarada libre de analfabetismo el 20 de diciembre », sur lta.reuters.com
  81. a et b « Bolivie : Gay et lesbien », Lonely Planet,‎ (lire en ligne)
  82. « Ley contra el racismo y toda forma de discriminación », Estado Plurinacional de Bolivia,‎ (lire en ligne)
  83. « Bolivie: la marche des diversités sexuelles, témoin d’un pays progressiste », RFI,‎ (lire en ligne)
  84. (es) « Confirman validez de matrimonios de transexuales y transgénero en Bolivia », sur eju.tv (consulté le 15 juillet 2017)
  85. « En Bolivie, les femmes font-elles la loi ? », TV5 Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2017)
  86. [1]
  87. (es) « Bolivia bajó de 10,8 a 8,5 homicidios por cada 100.000 habitantes - La Razón », sur www.la-razon.com,
  88. (es) « Un analista de WikiLeaks muestra cómo EE.UU. patrocinó el separatismo en Bolivia », RT en Español,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2017)
  89. Bolivia walks thin line as it struggles to battle coca production, Washington Post, 13 novembre 2010
  90. a et b « La Bolivie et le changement climatique : tentative de constitution d'une alternative écologique ? », sur www.sciencespo.fr
  91. « La conférence des peuples de Cochabamba », sur conference-climat.durable.com (consulté le 15 juillet 2017)
  92. « AMÉRIQUE DU SUD - Qu’est-il arrivé à l’UNASUR ? », sur AlterInfos - DIAL, (consulté le 12 novembre 2019).
  93. La-Croix.com, « Brésil, plusieurs dirigeants conservateurs pour le sacre de Jair Bolsonaro », sur La Croix (consulté le 15 janvier 2019)
  94. « "Contre-révolutionnaire" ou stratégique: l'expulsion de Battisti divise en Bolivie », sur LExpress.fr (consulté le 15 janvier 2019)
  95. Zone Bourse, « Bolivie. Evo Morales dénonce un mandat d'arrêt “illégal” le visant, déclare que son domicile a été attaque par “des groupes violents” » (consulté le 11 novembre 2019)
  96. « L'avion d'Evo Morales fait escale au Paraguay », sur 24heures.ch/ (consulté le 12 novembre 2019)
  97. « Bolivie: Evo Morales déclare qu’il part pour le Mexique », sur La Presse (consulté le 12 novembre 2019)
  98. « Au Mexique, l'ex-président bolivien Evo Morales dénonce un coup d'Etat », sur rts.ch (consulté le 13 novembre 2019)
  99. « Bolivie: Añez promet une nouvelle présidentielle dès que possible », sur Challenges (consulté le 13 novembre 2019)
  100. RTL Newmedia, « Bolivie: 5 paysans pro-Morales tués, Añez menace son prédécesseur de poursuites », sur RTL Info (consulté le 16 novembre 2019)
  101. « Bolivie: la présidente par intérim tente de pacifier le pays », sur Boursorama (consulté le 16 novembre 2019)
  102. « Bolivie: le Sénat approuve l'organisation d'élections présidentielle et législatives », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 novembre 2019).
  103. « Bolivie: Le Congrès donne son accord à un nouveau scrutin sans Morales », sur Challenges, (consulté le 24 novembre 2019).
  104. « Le gouvernement provisoire de Bolivie accuse Morales de sédition et terrorisme », sur Challenges, (consulté le 24 novembre 2019).
  105. « En Bolivie, la présidente par intérim rejette une demande d'amnistie pour Evo Morales », sur France 24, FRANCE24, (consulté le 24 novembre 2019).
  106. « Morales nommé «chef de la campagne» pour les prochaines élections en Bolivie », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 9 décembre 2019).
  107. (es) Evo Morales jugará en la Primera División de Bolivia, mundodeportivo.es, 18 mai 2014

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

FilmographieModifier

  • (es)(fr) Abya Yala es nuestra/Abya Yala nous appartient, film documentaire de Patrick Vanier réalisé en 2007 en France et en Bolivie, France-Amérique Latine 33, Bordeaux, 2008?, 80 min (DVD)