Élections municipales françaises de 2020

scrutin permettant le renouvellement des conseils municipaux

Élections municipales françaises de 2020
(1er tour)
Date non définie (2d tour)
Type d’élection Élections municipales
Corps électoral et résultats
Population 67 063 703
Participation
44,66 %  −18,9
Carte des communes de France métropolitaine
Carte

Les élections municipales françaises de 2020 visent à procéder au renouvellement des conseils municipaux des communes françaises et des conseils communautaires des intercommunalités. Le premier tour a lieu le . Le second tour, initialement prévu le , est reporté en raison de la pandémie de maladie à coronavirus.

ContexteModifier

 
Logo de l'élection.

PolitiqueModifier

Lors des élections municipales de 2014, la droite parlementaire l'avait emporté dans la plupart des communes au détriment de la gauche, tandis que l'extrême droite remportait 14 municipalités, dont Hénin-Beaumont dès le premier tour de scrutin, une première. Le Parti communiste français résistait dans quelques-uns de ses bastions, notamment en Seine-Saint-Denis, tandis que les écologistes remportaient une seule ville de plus de 100 000 habitants, à Grenoble.

Depuis l'élection présidentielle de 2017, l'échiquier politique français est fortement modifié par l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron[1],[2],[3]. Son parti, La République en marche, a fortement fragilisé les partis de gouvernements au pouvoir depuis 1958, notamment le Parti socialiste et Les Républicains[4].

Pour la première fois depuis 1995, un nombre important de maires renoncent à se représenter[5],[6]. Parmi les nombreux maires sortants qui ne se représentent pas figure Jean-Claude Gaudin, qui a été élu pour la première fois maire de Marseille en 1995[7].

Ces élections interviennent dans un contexte social tendu lié au mouvement des Gilets jaunes et de la contestation contre la réforme des retraites du gouvernement.

Pandémie de coronavirusModifier

Les élections se tiennent dans un contexte de crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus (COVID-19), notamment dans les départements de l'Oise et du Haut-Rhin et en Corse, qui sont trois foyers majeurs de l'épidémie en France[8]. L'organisation du scrutin à la date prévue se voit remise en cause par des appels à un report, afin d'éviter les regroupements d'individus. Un tel report est alors envisagé par le gouvernement, mais le maintien est conseillé par le président du Sénat, Gérard Larcher, et le président de l’Association des maires de France, François Baroin ; le chef de l’État se rallie à leurs vues[9],[10],[11]. La veille des élections, la mise en quarantaine progressive du pays est accentuée par la fermeture de tous les commerces et magasins non essentiels.

ModalitésModifier

DatesModifier

Le , le ministère de l’Intérieur annonce que les élections doivent se tenir les 15 et [12]. Les candidatures pour le premier tour doivent être déposées au plus tard le [13].

Au lendemain du premier tour, le report du second tour est annoncé par le président de la République en raison du coronavirus, ce qui est acté par la loi d'urgence pour faire face à l'épidémie de COVID-19 du [14].

Modes de scrutinModifier

Le mode de scrutin dépend de la taille de la commune :

Sièges au conseil municipal (régime particulier pour les communes nouvelles : voir ci-dessous)
Nombre d'habitants < 100 < 500 < 1 500 < 2 500 < 3 500 < 5 000 < 10 000 < 20 000 < 30 000 < 40 000 < 50 000
Conseillers municipaux 7 11 15 19 23 27 29 33 35 39 43
Nombre d'habitants < 60 000 < 80 000 < 100 000 < 150 000 < 200 000 < 250 000 < 300 000 > 300 000 Lyon Marseille Paris
Conseillers municipaux 45 49 53 55 59 61 65 69 73 101 163

Communes de moins de 1 000 habitantsModifier

L'élection des conseillers municipaux se déroule au scrutin majoritaire plurinominal[15] à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits ;
  • si tous les postes ne sont pas pourvus (ce qui inclut nécessairement le cas où le nombre de candidatures est inférieur au nombre de poste à pourvoir), un second tour est organisé, dans lequel la majorité relative suffit. Tous les candidats présent au premier tour sont admis à se présenter au second tour, mais un candidat peut renoncer[16]. De nouvelles candidatures peuvent être déclarées si le nombre de candidats est inférieur au nombre de poste à pourvoir. Si plusieurs candidats obtiennent le même nombre de suffrages, l'élection est acquise au plus âgé lorsque tous ne peuvent être élus compte tenu du nombre de sièges à pourvoir[17].

Depuis la réforme du , une déclaration de candidature en préfecture ou sous-préfecture est obligatoire[18]. Les candidatures isolées et les listes incomplètes sont autorisées[16], et on ne peut plus être élu si l'on n'a pas préalablement fait acte de candidature[19]. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé : les électeurs ont le droit de ne pas respecter les listes de candidats, en votant pour des candidats issus de listes différentes.

Communes de 1 000 habitants et plusModifier

Dans les communes de plus de 1 000 habitants, l'élection des conseillers municipaux se déroule selon un scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle : les candidats se présentent en listes complètes avec la possibilité de deux candidats supplémentaires. Lors du vote, on ne peut faire ni adjonction, ni suppression, ni modification de l'ordre de présentation des listes[20].

L'élection peut se limiter à un seul tour en cas de majorité absolue, ou donner lieu à un second tour, auquel cas :

  • les listes qui ont obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés peuvent s'y maintenir ;
  • les candidats d'une liste qui a obtenu plus de 5 %, sans pouvoir se maintenir en tant que tels, peuvent rejoindre une autre liste[21], ce qui peut amener à modifier l'ordre de présentation des candidats.

Les élections municipales des communes de plus de 1 000 habitants constituent un scrutin majoritaire avec une dose proportionnelle : on attribue d'abord la moitié (arrondie si nécessaire à l'entier supérieur) des sièges à pourvoir à la liste qui a le plus de voix au premier tour ou, s'il y a lieu, au second ; les autres sièges sont répartis entre toutes les listes présentes au dernier tour ayant eu plus de 5 % des suffrages exprimés (y compris la liste majoritaire) à la représentation proportionnelle à la plus forte moyenne[22].

Régimes particuliers de Paris, Marseille et LyonModifier

Dans les trois villes de France les plus peuplées, l'élection se fait par secteur électoral, en suivant les mêmes règles que pour les communes de plus de 1 000 habitants. Pour Paris, les quatre premiers arrondissements forment un secteur unique, tandis que les 5e à 20e arrondissements constituent chacun un secteur. À Lyon, les secteurs correspondent aux arrondissements de la ville, tandis qu'à Marseille chacun des huit secteurs regroupe deux arrondissements. Des conseillers d'arrondissement sont également élus.

Régime particulier pour les communes nouvelles lors du premier renouvellement du conseil municipalModifier

Pour les communes nouvelles, lors du premier renouvellement du conseil municipal (cela concerne notamment les élections municipales de 2020), le nombre de conseillers à élire est supérieur à la strate démographique dans laquelle elles se trouvent[23]. Par exemple, une commune nouvelle ayant entre 2 500 et 3 499 habitants devrait élire, de par sa strate démographique, 23 conseillers municipaux. Au premier renouvellement, elle devra élire au moins 27 conseillers. En effet, « pour éviter une diminution trop brutale du nombre de conseillers municipaux, la loi du prévoit que le nombre de conseillers municipaux de la commune nouvelle ne peut pas être inférieur au tiers du nombre total des conseillers lors de la création de la commune nouvelle, dans la limite de 69 élus ». Par exemple, Cherbourg-en-Cotentin, avec ses 79 200 habitants, compte début 2020 163 conseillers municipaux issus de la réunion de cinq communes. Figurant dans la strate démographique inférieure à 80 000 habitants, une commune habituelle devrait élire 49 conseillers. Étant une commune nouvelle, elle bénéficie de la strate supérieure, soit 53 conseillers. Cependant, ce nombre ne peut être inférieur au tiers des 163 conseillers actuels, soit 54.

Intercommunalités et métropole de LyonModifier

Les délégués d'une commune au sein du conseil des communautés de communes, des communautés d'agglomération, des communautés urbaines et des métropoles sont élus lors des élections municipales[24].

Chaque commune est représentée au conseil communautaire par un nombre de représentants tenant compte de sa population, élus comme suit :

  • commune de moins de 1 000 habitants : les représentants de la commune au conseil communautaire sont les membres du conseil municipal désignés dans l'ordre du tableau (maire, puis adjoints, puis conseillers municipaux)[25] ;
  • commune de plus de 1 000 habitants : les conseillers communautaires sont élus en même temps que les conseillers municipaux. Sur un seul et même bulletin doivent figurer la liste des candidats au conseil municipal et celle des candidats au conseil communautaire (scrutin fléché)[26]. Les représentants des communes dans les EPCI sans fiscalité propre (syndicat intercommunal à vocation unique, syndicat intercommunal à vocation multiple, syndicat mixte) continuent d'être élus par chacun des conseils municipaux concernés, comme c'était le cas avant 2014 pour toutes les intercommunalités.

Dans le cas de la métropole de Lyon, qui est une collectivité à statut particulier, les 150 conseillers métropolitains siégeant au conseil de la métropole de Lyon sont élus au suffrage universel direct en parallèle des élections municipales dans les 59 communes concernées. Le territoire est découpé en 14 circonscriptions métropolitaines ; ainsi, un conseiller métropolitain représente non pas une commune mais une circonscription.

Report du second tourModifier

Le , le président Emmanuel Macron annonce le report du second tour en précisant que les communes dans lesquelles une liste l’a emporté au premier tour ne sont pas concernées[27]. Au total, 4 816 communes sont visées par cette annonce[28] :

  • 1 541 communes de 1 000 habitants ou plus dans lesquelles aucune liste n'a obtenu la majorité des suffrages ;
  • 3 253 communes de moins de 1 000 habitants où le nombre de conseillers municipaux élus est insuffisant ;
  • 22 communes de moins de 1 000 habitants dans lesquelles aucun candidat n'a réuni 25 % des inscrits.

Il est par la suite décidé que l'élection des nouveaux maires et exécutifs locaux par les conseils d’installation est repoussée de plusieurs semaines, le mandat des élus sortants étant prolongé[29],[28]. Il en est de même pour l'élection des présidents d'intercommunalités[30].

Le report de la deuxième phase d'un scrutin est rare et aucune disposition explicite ne prévoit ce cas de figure[31]. Des « circonstances exceptionnelles » avaient été invoquées en 1973 pour justifier le report du second tour des élections législatives à La Réunion, alors que l'île avait été frappée par un cyclone entre les deux tours[27]. Une interprétation littérale de la loi imposant un second tour le dimanche suivant le premier (article L-56) et l’idée que les deux tours forment un bloc (article L. 227 du Code électoral), faite notamment par le constitutionnaliste Didier Maus, entraînerait l'annulation du premier tour. Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’université de Lille, évoque une mesure contraire à la Constitution et une « atteinte à la sincérité du scrutin »[32].

Toutefois, la professeure de droit constitutionnel Anne-Marie Cohendet et le professeur de droit public Bruno Daugeron estiment qu'un report de quelques mois est possible par une loi, surtout si ce report fait consensus parmi les partis, et que le Conseil d'État « a déjà validé des mesures contraires à la légalité au nom de circonstances exceptionnelles » et plus encore par le fait que le Conseil constitutionnel pourrait rejeter une mesure ignorant les suffrages exprimés le [31].

Dans un avis rendu le sur le projet de loi d'urgence proposé en Conseil des ministres, le Conseil d’État indique qu'un délai de trois mois doit être respecté entre les deux tours des élections, à défaut de quoi le premier tour doit être à nouveau organisé[33].

Ce report est décidé par la loi no 2020-290 du d'urgence pour faire face à l'épidémie de COVID-19[14], qui prévoit notamment que :

  • Le second tour est « reporté au plus tard en , en raison des circonstances exceptionnelles liées à l'impérative protection de la population face à l'épidémie de COVID-19. Sa date est fixée par décret en conseil des ministres, pris le mercredi au plus tard si la situation sanitaire permet l'organisation des opérations électorales (...) Les déclarations de candidature à ce second tour sont déposées au plus tard le mardi qui suit la publication du décret de convocation des électeurs » ;
  • les conseillers municipaux élus au premier tour « entrent en fonction à une date fixée par décret au plus tard au mois de , aussitôt que la situation sanitaire le permet » ;
  • Les élus de la mandature 2014-2020, et notamment les maires et adjoints, restent en fonction — même si leur liste a été battue au premier tour — jusqu'à l'élection des nouveaux maires qui interviendra après la fin de la crise sanitaire.

Dans l'hypothèse où les conditions sanitaires ne permettraient pas l'organisation du second tour en juin, une loi organisera de nouvelles élections municipales, et le mandat des élus de la mandature 2014-2020 sera prolongé jusqu'à l'élection de leurs successeurs[34].

FinancementsModifier

Impression et affichageModifier

L'État rembourse aux candidats les frais d'impression des circulaires, des bulletins de vote et des affiches sous certaines conditions[35].

Une condition de résultat : le droit à remboursement est ouvert exclusivement aux listes de candidats qui obtiennent au moins 5 % des suffrages exprimés.

Une condition relative à la qualité du papier utilisé : le papier de qualité écologique doit être soit du papier contenant au moins 50 % de fibres recyclées au sens de la norme ISO 14021 soit du papier bénéficiant d'une certification de gestion durable des forêts délivrée par les systèmes FSC, PEFC ou équivalent.

Une condition d'impression : les circulaires des candidats tête de liste sont imprimées sur papier blanc ou de couleur dont le grammage est de 70 grammes au mètre carré, le format est de 210 millimètres sur 297 millimètres. Les bulletins de vote sont imprimés en une seule couleur sur papier blanc dont le grammage est de 70 grammes au mètre carré. Le format est de 148 millimètres de largeur et 210 millimètres de hauteur pour 5 à 31 noms, 210 millimètres de largeur et 297 millimètres de hauteur au-delà de 31 noms.

Les affiches imprimées sur papier blanc sont interdites. L'affiche de grand format mesure 594 mm × 841 mm.

Le tarif maximal de remboursement est fixé par l'arrêté du .

Dépenses de campagneModifier

Dans les communes de moins de 9 000 habitants, les candidats ne bénéficient d'aucun financement public mais n’ont pas d’obligation.

Dans les communes d'au moins 9 000 habitants les candidats bénéficient d'une aide publique dès lors qu'ils respectent les règles relatives au financement d’une campagne électorale[36] et qu'il ont obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. Le remboursement correspond à l'apport personnel des candidats dans la limite de 47,5 % d'un plafond fixé en fonction du nombre d’habitants de la commune. Le candidat doit nommer un mandataire financier qui peut recueillir les fonds et engager les dépenses de campagne. Un compte de campagne retraçant la totalité de ses recettes et de ses dépenses est déposé à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP)[a].

CampagneModifier

Par partiModifier

Les mouvements Génération.s, ainsi que La République en marche, La France insoumise et le Mouvement radical, résultants d'une scission vis-à-vis du Parti socialiste d'une part pour les trois premiers ou d'une réunification entre le Parti radical et le Parti radical de gauche (qui reprend par la suite son indépendance), celui-ci se scindant également en deux, présentent des listes pour la première fois aux élections municipales. Le parti Agir, issu d'une scission de LR, et Les Patriotes, issus d’une scission du RN, se présentent également pour la première fois aux élections municipales.

PrimairesModifier

Primaires ouvertesModifier

Ville Organisé par Date Participation Vainqueur
Roubaix[37] Collectif Roubaix 2020[38] 7 mars 2019 536 (tour unique) André Renard (PS)
Pontivy[37] La France insoumise
Parti socialiste
Union démocratique bretonne
5 mai 2019 260 (tour unique) Marie-Madeleine Doré-Lucas (LFI)[39]
Montpellier[40] Europe Écologie Les Verts 12 octobre 2019 789 (tour unique) Clothilde Ollier

Primaires internesModifier

Ville Organisé par Date Participation Vainqueur
Metz[41] Parti socialiste 25 mars 2019 129 (tour unique) Thomas Scuderi
Paris[42] Europe Écologie Les Verts 1er juin 2019 509 (tour unique) David Belliard (en)
Carcassonne[43] Parti socialiste 27 juin 2019 89 (tour unique) Tamara Rivel
Argenteuil[44] Argenteuil en commun 4 et 5 octobre 2019 290 (tour unique) Alima Boumediene-Thiery (E!)
Brest[45] Parti socialiste 7 octobre 2019 116 (tour unique) François Cuillandre
Strasbourg[46] Parti socialiste 10 octobre 2019 101 (tour unique) Mathieu Cahn
Angers[47] Aimer Angers 7 novembre 2019 173 (tour unique) Silvia Camara-Tombini (PS)
et Philippe Violant

Personnalités candidatesModifier

Communes sans candidatureModifier

Au total, 106 communes, dont quatre de plus de 1 000 habitants, se retrouvent sans candidat ou sans liste. Ce chiffre est en augmentation par rapport aux élections municipales de 2014, qui avaient connu 61 communes sans candidature dont une de plus de 1 000 habitants[183]. Comme pour toutes les communes, chaque électeur peut se porter candidat pour le deuxième tour si le nombre de candidats est inférieur au nombre de postes à pourvoir. Parmi ces communes, on trouve :

Les communes qui n'obtiennent aucun élu à l'issue du scrutin, dont les six communes dites « mortes pour la France », se voient attribuer un maire sur proposition du conseil départemental[192].

Sondages au niveau nationalModifier

Ci-dessous figure la liste des intentions de vote nationales. Les intentions de vote dans les communes spécifiquement sondées peuvent se trouver dans la page qui leur est consacrée.

Institut Date Échantillon Abstention LO/NPA PCF LFI G·s EÉLV PS LREM MoDem UDI LR DLF RN Autres Sans étiquette
Odoxa 22 – 1 002 25 %[n] 7 % 13,5 % 11 % 18 % 13,5 % 14 % 4 % 19 %
Harris Interactive 1 674 2 % 9 % 2 % 19 % 27 % 5 % 18 % 5 % 13 %

Selon un sondage OpinionWay de juin 2019, 68 % des Français considèrent que le maire est l'élu qui comprend le mieux les préoccupations au quotidien, 65 % peuvent citer son nom et son étiquette politique, 71 % sont satisfaits de son travail depuis 2014, 73 % adhèrent au non-cumul des mandats et 51 % souhaitent le réélire ou élire un candidat qu'il soutient[193].

RésultatsModifier

Taux de participationModifier

Taux de participation aux élections municipales de 2020 en France métropolitaine
Taux de participation 1er tour[194] Différence avec 2014 2d tour Différence avec 2014 Différence entre
les deux tours
À 12 heures 18,38 %  −4,78
À 17 heures 38,77 %  −15,95
Final 44,66 %  −18,89

Résultats générauxModifier

Résultats nationaux[195]
Communes à scrutin de listes Communes à scrutin majoritaire Ensemble des communes
Premier tour Second tour Premier tour Second tour Premier tour Second tour
Voix % Voix % Voix % Voix % Voix % Voix %
Votes valides 19 679 214 95,59
Votes blancs 322 783 1,57
Votes nuls 564 785 2,74
Total 20 586 782 100
Abstentions 25 326 203 55,40
Inscrits/participation 46 112 785 44,60

Communes de plus de 1 000 habitantsModifier

Tableau synthétique national par nuance de listes des élections municipales de 2020 dans les communes de plus de 1 000 habitants[195]
Listes Premier tour Second tour Total
sièges
+/-
Voix % Sièges Voix % Sièges
Divers droite DVD 2 691 356 17,22 22 186
Divers gauche DVG 2 374 164 15,19 15 031
Divers centre DVC 1 315 298 8,42 8 316
Divers DIV 1 097 158 7,02 8 987
Union de la gauche UG 806 534 5,16 2 287
Les Républicains LR 727 825 4,66 3 539
Europe Écologie Les Verts EÉLV 373 673 2,39 183
Rassemblement national RN 363 699 2,33 498
Union de la droite UD 355 326 2,27 547
Parti socialiste PS 287 180 1,84 1 810
Union du centre UC 261 675 1,67 320
La République en marche LREM 261 235 1,67 268
Parti communiste français PCF 166 703 1,07 1 072
Divers écologiste ECO 137 200 0,88 426
Union des démocrates et indépendants UDI 95 945 0,61 561
Divers extrême gauche EXG 76 499 0,49 26
La France insoumise LFI 68 208 0,44 26
Régionaliste REG 44 034 0,28 137
Divers extrême droite EXD 26 315 0,17 43
Mouvement démocrate MoDem 20 050 0,13 65
Debout la France DLF 5 772 0,04 5
Parti radical de gauche PRG 3 403 0,02 54
Gilets jaunes GJ 3 258 0,02 2
Autres[o] 4 065 169 26,01 115 230
Total 15 627 679 100 181 619

AnalyseModifier

Le taux d'abstention du premier tour le 15 mars s’élève à 53,5 % des inscrits, ce qui constitue un record pour des élections municipales (– 18 points par rapport à 2014). Cette situation s’explique notamment par la crainte de la pandémie de COVID-19, qui passe le stade 3 en France la veille des élections[196]. L’abstention semble toucher à peu près équitablement tous les partis d’après l’institut de sondage Ipsos[197]. Agnès Buzyn qualifie les élections de « mascarade »[198].

La quasi-totalité des listes des maires issus du Rassemblement national (ex-FN) l’emportent dès le premier tour, avec des scores largement supérieurs à ceux des précédentes élections. Le RN ne gagne aucune commune supplémentaire — bien qu’à Perpignan Louis Aliot arrive nettement en tête — voire recule dans des villes du centre de la France, où il avait commencé à s'implanter en 2014, mais se renforce beaucoup dans les villes du nord et du sud-est[199].

Le scrutin est également marqué par une forte progression des listes écologistes, en particulier celles liées à Europe Écologie Les Verts[196]. Le maire de Grenoble, Éric Piolle, seul maire écologiste sortant d'une ville de plus de 100 000 habitants, arrive très largement en tête[200]. De manière générale, les listes EÉLV progressent dans la totalité des grandes villes, arrivant en deuxième ou troisième position dans la plupart d'entre elles[200]. Le parti arrive également en première position à Lyon, Strasbourg et Besançon[201],[200].

Les maires sortants du Parti socialiste sont réélus ou arrivent en tête de la plupart de leurs villes[202]. Anne Hidalgo arrive ainsi en première position à Paris, tout comme Martine Aubry à Lille[202]. Les socialistes se maintiennent également à Rennes ou au Mans, réalisent une percée surprise en arrivant en tête de justesse à Marseille et font concurrence au RN dans plusieurs villes du Nord[202]. De leur côté, les communistes tentent avec difficulté de conserver leur quarantaine de villes, perdant notamment leur bastion d'Aubervilliers, et ne progressent nulle part ailleurs, avec l'exception notable du Havre, où la liste communiste menée par Jean-Paul Lecoq met en ballotage le Premier ministre, Édouard Philippe[202].

Le premier tour s'avère particulièrement difficile pour le parti au pouvoir, La République en marche, qui ne connaît pas d'avancée majeure, à l'exception de Tourcoing et Coulommiers, où les ministres Gérald Darmanin et Franck Riester l’emportent au premier tour[203]. Édouard Philippe arrive en tête au Havre mais avec en perspective un second tour serré[202],[203]. Beaucoup de maires sortants LREM ou soutenus par le parti sont mis en ballottages défavorables, et, dans de nombreuses villes, les listes LREM se retrouvent de la troisième à la cinquième position, y compris pour des maires sortants[203].

Bien qu’ils voient nombre de leurs maires sortants réélus, Les Républicains sont mis en difficulté dans cinq grandes métropoles qu'ils tenaient ou qu'ils espéraient conquérir (Paris, Marseille, Lyon, Lille et Toulouse)[204].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Sauf les listes qui ont obtenu moins de 1 % des suffrages exprimés et qui n’ont reçu aucun don de personnes physiques.
  2. Élue en 2016 après la démission de Pascal Beaudet.
  3. Élu en 2007 après la démission de Bernard Bosson.
  4. Élu en 2019 après la démission d'Alain Juppé.
  5. Élu en 2005 après le décès de Claude Wolff ; réélu en 2008 comme tête de liste de la majorité présidentielle et en 2014 comme tête de liste de l'UDI.
  6. Élue en 2011 après le décès de Patrick Roy ; réélue en 2014 comme tête de liste du PS.
  7. Élu en 2018 après le décès de Jean-Claude Boulard.
  8. Élue en 2017 après la démission de Jean Rottner.
  9. Élu en 2015 après la démission de Serge Grouard.
  10. Élu en 2009 après la démission de Jean-Paul Alduy ; réélu en 2014 comme tête de liste de l'UMP devenue LR.
  11. Élu en 2016 après la démission de Didier Paillard.
  12. Élu en 2017 après la démission de Serge Babary.
  13. Élu en 2012 après la démission de Dominique Riquet ; réélu en 2014 comme tête de liste de l'UDI et du Parti radical.
  14. Personnes interrogées qui n’ont pas exprimé d’intention de vote.
  15. Listes ne s'étant pas vu attribuer de nuance par le ministère de l'Intérieur.

RéférencesModifier

  1. « Les Français rejettent les partis traditionnels: une aubaine pour Macron », sur Challenges (consulté le 28 décembre 2018).
  2. « La fin des partis traditionnels, histoire d’un chamboulement citoyen », sur Le Monde (consulté le 28 décembre 2018).
  3. « Les partis sont morts… et après? », sur Slate (consulté le 28 décembre 2018).
  4. « Mais qui reste-t-il au Parti socialiste? », sur Le Journal du dimanche (consulté le 28 décembre 2018).
  5. « Municipales 2020 : la moitié des maires envisage de ne pas se représenter », sur Les Échos (consulté le 28 décembre 2018).
  6. « Municipales : un maire sur deux envisage de passer le flambeau en 2020 », sur Le Point (consulté le 28 décembre 2018).
  7. « Jean-Claude Gaudin confirme qu’il ne briguera pas un cinquième mandat à la mairie de Marseille », sur Le Monde (consulté le 28 décembre 2018).
  8. « Municipales et coronavirus : Édouard Philippe tente de rassurer les maires sur la façon dont se tenir les élections », sur lci.fr, (consulté le 9 mars 2020).
  9. Marion Mourgue, « Municipales : Gérard Larcher au cœur de la polémique », sur lefigaro.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  10. « Municipales : Gérard Larcher au cœur de la polémique », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 mars 2020).
  11. « Maintien des municipales : les macronistes chargent Larcher et Baroin », sur lemonde.fr, (consulté le 15 mars 2020).
  12. « Les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020 », sur Franceinfo, (consulté le 16 juillet 2019).
  13. Code électoral - Article L255-4 (lire en ligne).
  14. a et b Loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de covid-19, sur Légifrance.
  15. Article L. 252 du Code électoral.
  16. a et b Article L. 255-3 du Code électoral.
  17. Article L. 253 du Code électoral.
  18. Article L. 255-4 du Code électoral.
  19. Article L. 257 du Code électoral.
  20. Article L. 260 du Code électoral.
  21. Article L. 264 du Code électoral.
  22. Article L. 262 du Code électoral.
  23. « Les élections municipales 2020 dans les communes nouvelles », sur Vie-publique.fr (consulté le 7 mars 2020).
  24. « Elections municipales et intercommunales de 2020 ».
  25. Article L. 273-11 du Code électoral.
  26. Article R. 117-4 du Code électoral.
  27. a et b « Municipales 2020 : en raison de l'épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron annonce un report du second tour des élections », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 mars 2020).
  28. a et b « Municipales : 4816 communes devront voter au second tour », sur lefigaro.fr, (consulté le 20 mars 2020).
  29. Patrick Roger, « Loi sur l’état d’urgence sanitaire : le Sénat acte le report des conseils municipaux », sur lemonde.fr, (consulté le 20 mars 2020)
  30. Clément Le Foll, « Le report de l’installation des conseils municipaux soulage les intercos », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  31. a et b Benoît Floc'h, « Elections municipales 2020 : le probable report du second tour en raison du coronavirus promet un casse-tête juridique », sur lemonde.fr, (consulté le 20 mars 2020).
  32. « Le projet de loi de report du second tour des municipales est contraire à la Constitution », sur lemonde.fr, (consulté le 20 mars 2020).
  33. « Avis sur un projet de loi et un projet de loi organique d'urgence pour faire face à l'épidémie de COVID-19 », sur conseil-etat.fr, (consulté le 20 mars 2020).
  34. Yvon Goutal, « Comprendre les conséquences juridiques du report de l’installation des conseils municipaux : Alors que le projet de loi du Gouvernement prévoyait une entrée en fonction immédiate des conseillers municipaux et communautaires élus dès le premier tour, la nouvelle version du texte reporte cette échéance. Yvon Goutal, avocat spécialiste du droit des collectivités fait le point sur les conséquences juridiques de ce report », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  35. Arrêté du fixant les tarifs maxima de remboursement des frais d'impression et d'affichage des documents électoraux pour les élections municipales, communautaires et métropolitaines à Lyon des 15 et , pour les élections municipales et métropolitaines partielles ayant lieu jusqu'au prochain renouvellement général des conseillers municipaux, communautaires et métropolitains.
  36. Code électoral, chapitre V bis : Financement et plafonnement des dépenses électorales, Article L 52-4 et suivants.
  37. a et b Émilie Denètre, « L'organisation de « primaires locales » demeure rare... et devrait le rester ! », sur Le Courrier des maires, (consulté le 18 juin 2019).
  38. « Roubaix : Le collectif Roubaix 2020 lance une primaire pour désigner son leader », sur La Voix du Nord, (consulté le 20 juillet 2019).
  39. « Municipales à Pontivy. Marie-Madeleine Doré Lucas remporte la primaire de gauche », sur Ouest-France, (consulté le 18 juin 2019).
  40. « Primaire écolo : Clothilde Ollier investie tête de liste écologiste pour les élections municipales », sur Côté Brest, (consulté le 6 novembre 2019).
  41. Nicolas Zaugra, « Municipales 2020 à Metz : le PS a officiellement désigné son candidat pour succéder à Dominique Gros », sur Lorraine Actu, (consulté le 22 juin 2019).
  42. « David Belliard élu tête de liste EE-LV pour les municipales à Paris », sur Libération, (consulté le 19 juin 2019).
  43. L. C., « Carcassonne : Tamara Rivel remporte la primaire du PS pour les municipales », sur L'Indépendant, (consulté le 4 juillet 2019).
  44. Thibault Chaffotte, « Le collectif de gauche Argenteuil en commun a élu sa tête de liste », sur Le Parisien, (consulté le 8 décembre 2019).
  45. « Municipales à Brest. François Cuillandre remporte la primaire PS », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  46. « Politique. Municipales à Strasbourg : Mathieu Cahn sera tête de liste PS », sur www.dna.fr (consulté le 12 janvier 2020).
  47. Émeric Evain, « Municipales à Angers. Aimer Angers : « L’union à gauche, les gens n’attendent que ça » », sur Ouest-France, (consulté le 10 novembre 2019).
  48. « Municipales 2020 : Meriem Derkaoui veut rassembler la gauche à Aubervilliers », sur leparisien.fr, quotidien, .
  49. « Maryse Joissains candidate aux élections municipales à Aix-en-Provence en 2020 », sur France Bleu, (consulté le 29 novembre 2019).
  50. « Municipales Amiens : Brigitte Fouré obtient le soutien de LREM », sur France Bleu, (consulté le 29 novembre 2019).
  51. Emeric Evain, « Municipales à Angers. Une permanence et un premier nom pour le candidat Béchu », sur Ouest-France.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  52. « Municipales à Angers. Christophe Béchu reçoit le soutien de LREM », sur ouest-france.fr, (consulté le 16 mars 2020).
  53. « Municipales : A Annecy, LaREM soutient le maire sortant Jean-Luc Rigaut aux dépens de sa propre députée », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 29 novembre 2019).
  54. « Municipales à Arcachon : Yves Foulon annonce sa candidature devant 700 personnes », sur sudouest.fr, (consulté le 16 janvier 2020).
  55. Thibault Chaffotte, « Municipales : à Argenteuil, le maire sortant Georges Mothron repart pour 2020 », sur leparisien.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  56. « Municipales à Avignon : Cécile Helle briguera un second mandat », sur France Bleu, (consulté le 29 novembre 2019).
  57. « Bayonne : le maire Jean-René Etchegaray repart en campagne pour les municipales de mars 2020 », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 2 février 2019).
  58. « À Compiègne et Beauvais, En Marche a déjà choisi Daniel Leca et Caroline Cayeux », sur Courrier picard, (consulté le 13 juillet 2019).
  59. « Damien Meslot candidat à sa succession », sur estrepublicain.fr, (consulté le 31 janvier 2020).
  60. « Municipales : LREM soutient Nathalie Nieson », L'Impartial,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019).
  61. « À Bourg-en-Bresse, le maire repart en campagne pour les municipales », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 17 novembre 2019).
  62. « Malgré sa mise en examen, Cuillandre maintient sa candidature à Brest », sur www.20minutes.fr (consulté le 29 novembre 2019).
  63. « Politique - Municipales 2020 en Corrèze : ces huit communes à enjeux », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2019).
  64. « Politique - À Brive, LREM va soutenir la liste du maire sortant Frédéric Soulier (LR) pour les municipales », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 28 novembre 2019).
  65. « Caen. Municipales 2020 : Joël Bruneau, maire de Caen, candidat à sa réélection », sur tendanceouest.com (consulté le 29 novembre 2019).
  66. « Calais - Municipales 2020 : « Oui, je suis Macron-compatible » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019).
  67. « Politique - Le maire PS de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi présente ses quinze premières propositions pour les municipales », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  68. Catherine Jutier, « Louis Giscard d'Estaing, maire sortant UDI, candidat aux municipales à Chamalières (Puy-de-Dôme) », sur La Montagne, .
  69. « Municipales à Compiègne : Philippe Marini repart avec l’éternel Michel Foubert », sur Le Parisien, (consulté le 7 novembre 2019).
  70. Agnès Vives, « Municipales à Créteil : Laurent Cathala (PS) en route vers un 8e mandat », sur leparisien.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  71. « Denain : la maire PS Anne-Lise Dufour candidate à sa réélection », sur La Voix du Nord, (consulté le 29 octobre 2019).
  72. « Municipales 2020 à Grenoble : Sans surprise, l'écologiste Eric Piolle candidat à sa réélection », sur 20 Minutes, (consulté le 24 septembre 2019).
  73. Serge Danilo, « Municipales 2020. Stéphane Le Foll : « Je serai candidat » », sur Le Maine Libre, (consulté le 29 novembre 2019).
  74. « Municipales 2020 à Montataire : le maire sortant, indéboulonnable ? », sur actu.fr (consulté le 28 février 2020)
  75. « Municipales : l’actu du 23 janvier en Seine-Saint-Denis », sur Le Parisien, (consulté le 5 février 2020).
  76. « La maire de Mulhouse Michèle Lutz a confirmé lundi soir dernier à ses collègues de la majorité... », sur www.lalsace.fr (consulté le 29 novembre 2019).
  77. « Jacques Bompard : “Pourquoi je suis à nouveau candidat à Orange” », sur TVLibertés, (consulté le 5 septembre 2019).
  78. « Politique - Municipales 2020 : la République en marche soutient la candidature d'Olivier Carré à Orléans », sur www.larep.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  79. « Municipales à Perpignan : le maire sortant Jean-Marc Pujol annonce sa candidature », sur France Bleu, (consulté le 29 novembre 2019).
  80. Yann-Armel Huet, Virginie Enée et Vincent J., « ENTRETIEN. Nathalie Appéré : « Oui, je serai candidate aux municipales à Rennes » », sur Ouest-France.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  81. Gwenael Bourdon, « Municipales : le maire de Saint-Denis est déjà candidat », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2019).
  82. « LOIRE-VIDEO. Gaël Perdriau : «Je suis candidat à la mairie de Saint-Étienne» », sur www.leprogres.fr (consulté le 29 novembre 2019).
  83. « [Politique] Saint-Paul : Sinimalé en campagne malgré des hauts et des bas », sur clicanoo.re, (consulté le 20 juillet 2019).
  84. « La République En Marche soutient Joseph Sinimalé », sur clicanoo.re, (consulté le 13 février 2020).
  85. Laurent Marcaillou, « Municipales: à Toulouse, Jean-Luc Moudenc se représente en équilibriste », sur Le Figaro, (consulté le 24 septembre 2019).
  86. « Municipales à Tours : le maire Christophe Bouchet maintient sa candidature et choisit les Verts pour adversaire », sur France Bleu, (consulté le 29 novembre 2019).
  87. « Municipales 2020 : François Baroin candidat à un cinquième mandat à Troyes », sur Le Parisien, (consulté le 13 février 2020).
  88. a et b « Elections municipales : le point en Corrèze », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 19 octobre 2019).
  89. « [des] maires sortants issus de centre-gauche ou droite bénéficieront du soutien de LREM comme c'est le cas à Valenciennes avec l'édile (UDI) Laurent Degallaix », sur France 3 Hauts-de-France, (consulté le 18 juin 2019).
  90. « Mohamed Laqhila "candidat" à la mairie d'Aix-en-Provence pour 2020 », sur La Provence (consulté le 4 mai 2019).
  91. « Municipales 2020 : Anne-Laurence Petel se lance à Aix », sur La Provence (consulté le 4 mai 2019).
  92. Yasmine Mousset, « Municipales à Alençon. Joaquim Pueyo, l’ancien maire, candidat », sur Ouest-France.fr, (consulté le 17 novembre 2019).
  93. Agnès Vives, « Municipales : le député (PS) Carvounas repart à Alfortville », sur leparisien.fr, (consulté le 12 octobre 2019).
  94. Nelly Assénat, « Frédérique Lardet sera candidate aux élections municipales de mars 2020 à Annecy », sur France Bleu, (consulté le 14 mai 2019).
  95. « [Municipales] En Marche officialise son soutien à Monica Michel à Arles », sur Gomet, (consulté le 12 octobre 2019).
  96. « POLITIQUE. Municipales à Avignon : le député Cesarini candidat à l’investiture LREM », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 20 juillet 2019).
  97. Benoît Guérin, « Municipales 2020. Le député Jean-Charles Taugourdeau sera candidat à Beaufort », sur Ouest-France, (consulté le 12 octobre 2019).
  98. « Éric Alauzet, candidat aux élections municipales », sur L'Est républicain, (consulté le 14 mai 2019).
  99. « Christophe Bouillon briguera la mairie de Barentin en 2020!" », sur Paris Normandie (consulté le 4 mai 2019).
  100. Lukas Garcia, « [Politique] Ratenon candidat à Bras-Panon », sur Clicanoo, (consulté le 20 mai 2019).
  101. Marie Tranchant, « Bruay-la-Buissière : le « prochain Hénin-Beaumont » visé par le RN », sur Le Figaro, (consulté le 3 juillet 2019).
  102. « Municipales 2020. En briguant la mairie de Cany-Barville, Xavier Batut veut « passer à autre chose ». », sur Paris-normandie.fr, (consulté le 25 février 2019).
  103. « Municipales à Châteaurenard : Marcel Martel candidat à sa succession », sur LaProvence.com, (consulté le 18 décembre 2019).
  104. Liza Marie-Magdeleine, « Municipales 2020. Sonia Krimi sera tête de liste à Cherbourg-en-Cotentin », sur Ouest-France, (consulté le 16 novembre 2019).
  105. « Municipales à Chinon : la députée Fabienne Colboc mènera la liste LREM », sur France Bleu, (consulté le 19 décembre 2019).
  106. « Gisèle Biémouret est candidate aux municipales 2020 à Condom », sur ladepeche.fr (consulté le 23 octobre 2019).
  107. « Municipales 2020 : Sébastien Chenu est candidat à Denain pour le Rassemblement National », sur France Bleu, (consulté le 19 décembre 2019).
  108. « Municipales à Grenoble : la députée Emilie Chalas candidate à l'investiture LREM », sur France 3 (consulté le 4 mai 2019).
  109. « Municipales 2020 à Hem : le député Vercamer veut redevenir maire », sur Nord Eclair, (consulté le 12 octobre 2019).
  110. « La députée Sandrine Josso candidate à la mairie de La Baule-Escoublac », sur France Bleu, (consulté le 12 octobre 2019).
  111. Luc Bourrianne, « Municipales à La Rochelle : Olivier Falorni est candidat, "C’est la ville de ma vie" », sur Sud Ouest, (consulté le 24 septembre 2019).
  112. « Michèle Tabarot ancien maire du Cannet dans les Alpes-maritimes se présente aux élections municipales », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 16 février 2020)
  113. Christophe Preteux, « Le député PCF Jean-Paul Lecoq candidat aux municipales au Havre », sur Paris Normandie, (consulté le 2 août 2019).
  114. « Municipales au Mans : la députée PS Marietta Karamanli officiellement candidate », sur France Bleu, (consulté le 17 novembre 2019).
  115. « Municipales 2020 : La députée Justine Bénin se lance dans les municipales au Moule en Guadeloupe », sur outremers360.com (consulté le 17 novembre 2019).
  116. « Municipales - Nathalie Bassire : « je serai candidate au Tampon » », sur Clicanoo.re, (consulté le 20 juillet 2019).
  117. « Municipales 2020 : Olivier Serva officiellement investi par La République en marche », sur Outremers360.com, (consulté le 3 août 2019).
  118. Anne Blanchard-Laize, « Municipales 2020. Lisieux : le député Sébastien Leclerc candidat à la mairie », sur Ouest-France.fr, (consulté le 7 décembre 2019).
  119. « Municipales à Mahina – Nicole Sanquer présente sa liste », sur actu.fr (consulté le 24 janvier 2020)
  120. « Ces députés qui pourraient bien retourner leur écharpe », sur La Chaîne parlementaire, (consulté le 18 juin 2019).
  121. « Municipales 2020. Le député Laurent Furst, candidat pour redevenir maire de Molsheim », sur www.dna.fr (consulté le 23 octobre 2019).
  122. « Municipales à Montbéliard : le député LREM Denis Sommer entre en campagne », sur France Bleu, (consulté le 22 octobre 2019).
  123. « Pas de surprise à Montélimar, la députée Alice Thourot investie par LREM pour les municipales de 2020 », sur France Bleu, (consulté le 12 octobre 2019).
  124. « Municipales 2020 : Patrick Vignal est candidat à la mairie de Montpellier », sur France 3 Occitanie (consulté le 8 juillet 2019).
  125. « Municipales à Mourenx : les militants socialistes choisissent David Habib », sur France Bleu, (consulté le 12 octobre 2019).
  126. « Valérie Oppelt candidate de la République en marche à la mairie de Nantes », sur France Bleu, (consulté le 12 octobre 2019).
  127. Faustine Léo, « Municipales à Nemours : la députée Valérie Lacroute veut redevenir maire », sur leparisien.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  128. « Elections municipales 2020 : Le député LREM Cédric Roussel sera candidat à Nice avec ou sans investiture », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 12 octobre 2019).
  129. « Le député Ramos candidat aux municipales à Orléans : "Je me prépare à être tête de liste !" », sur La République du Centre (consulté le 4 mai 2019).
  130. R. Bx., « Municipales : Cédric Villani officialise sa candidature à la mairie de Paris », sur Le Parisien, (consulté le 4 septembre 2019).
  131. « Paris : Bournazel crée son écurie pour la course municipale », sur Libération.fr, (consulté le 29 novembre 2019).
  132. « Municipales: Villani dévoile les 17 chefs de file à Paris », sur Le Point, (consulté le 29 novembre 2019).
  133. Olivier Beaumont et Nicolas Maviel, « Municipales à Paris : voici les têtes de liste de Griveaux », sur leparisien.fr, (consulté le 19 décembre 2019).
  134. « Perpignan : le député Romain Grau affiche ses ambitions », sur L'Indépendant (consulté le 4 mai 2019).
  135. Laure Moysset, « Municipales 2020 - Louis Aliot se détache du Rassemblement national pour « prendre Perpignan » », sur L'Indépendant, (consulté le 14 mai 2019).
  136. Lucile Vanweydeveldt, « Municipales à Quimper. Annaïg Le Meur (LREM) : « On est sur le terrain » », sur Ouest-France, (consulté le 12 octobre 2019).
  137. « Municipales 2020 : Saint-Denis : Éricka Bareigts confirmée tête de liste de l’union de la gauche », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 7 janvier 2020).
  138. « Municipales 2020 : Manuela Keclard Mondésir candidate à Saint Joseph », sur www.rci.fm (consulté le 24 janvier 2020).
  139. « Municipales à Saint-Malo : le député LR Gilles Lurton est candidat », sur France Bleu, (consulté le 19 octobre 2019).
  140. « Municipales 2020 : Huguette Bello officialise sa candidature à St-Paul », sur Zinfos974, (consulté le 2 août 2019).
  141. Victor Tassel, « Municipales à Sarcelles : «Je serai tête de liste», annonce François Pupponi », sur leparisien.fr, (consulté le 19 décembre 2019).
  142. « Gard : Olivier Gaillard pourrait lâcher la députation pour la mairie de Sauve », sur midilibre.fr (consulté le 24 janvier 2020)
  143. Antoine Compigne, « Candidate aux municipales à Sens en 2020, la députée Michèle Crouzet quitte La République en marche », sur L'Yonne républicaine, (consulté le 3 août 2019).
  144. « Municipales à Thuir : le député Cazenove défie le maire de la ville », sur lindependant.fr (consulté le 22 décembre 2019).
  145. « Cécile Muschotti (LREM) : « J’ai envie d’être candidate à Toulon car je suis en colère » », sur La Marseillaise (consulté le 17 juin 2019).
  146. « Politique. Municipales : la députée Elodie Jacquier-Laforge cheffe de file MoDem à Voiron », sur www.ledauphine.com (consulté le 29 novembre 2019).
  147. « Audincourt. Martial Bourquin est candidat aux municipales », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 24 janvier 2020)
  148. « Le Maine Libre Nadine Grelet-Certenais » (consulté le 17 octobre 2019).
  149. F. H., « Municipales dans les Hauts-de-Seine : les Républicains ont fait leur choix dans les petites villes », sur leparisien.fr, (consulté le 16 octobre 2019).
  150. « Municipales à Lille : Marc-Philippe Daubresse investi par les Républicains, la droite locale divisée », sur France Bleu, (consulté le 20 juillet 2019).
  151. « Marseille : Ravier, du Front national au "rassemblement municipal" », sur La Provence, (consulté le 29 septembre 2018).
  152. « Bruno Gilles (LR) assure être « candidat jusqu’au bout » pour Marseille », sur 20 Minutes, (consulté le 20 juillet 2019).
  153. « Municipales à Marseille : la sénatrice PS Samia Ghali annonce sa candidature », sur Europe 1, (consulté le 11 décembre 2019).
  154. « François Grosdidier candidat à la mairie de Metz en 2020 », sur France Bleu, (consulté le 12 octobre 2019).
  155. Marie-Anne Gairaud, « Municipales à Paris : dans le XVIe, la droite part en ordre dispersé », sur leparisien.fr, (consulté le 16 octobre 2019).
  156. « - Olivier Henno candidat pour redevenir maire de Saint-André : « Il y a de rudes batailles à mener » », sur La Voix du Nord, (consulté le 19 décembre 2019).
  157. « Saint-Denis : un premier meeting de campagne pour Nassimah Dindar », sur Clicanoo.re (consulté le 18 décembre 2019).
  158. David Livois, « Municipales à Suresnes : en rupture avec le PS, Iacovelli « se sent libre » au centre », sur leparisien.fr, (consulté le 12 octobre 2019).
  159. Sun-Lay Tan, « Bailly-Romainvilliers ► Municipales : Arnaud de Belenet, tête de liste, ne brigue pas la place de maire », sur www.magjournal77.fr (consulté le 11 mars 2020).
  160. « Pourquoi Marc Daunis sera à nouveau tête de liste aux élections de municipales à Valbonne », sur Nice-Matin, (consulté le 24 janvier 2020).
  161. « Pascale Bories confirme sa candidature à Villeneuve-lès-Avignon », sur midilibre.fr (consulté le 24 janvier 2020).
  162. « Municipales à Aubagne : Joëlle Mélin (RN) sera bien candidate en mars prochain », sur LaProvence.com, (consulté le 24 janvier 2020).
  163. « Agnès Evren, présidente de la fédération LR, investie dans le 15e », sur www.20minutes.fr (consulté le 24 janvier 2020).
  164. « Municipales : Franck Riester sera tête de liste à Coulommiers, en Seine-et-Marne », sur France Info, (consulté le 9 février 2020).
  165. « Elections municipales : Edouard Philippe annonce être candidat au Havre en tant que tête de liste », sur France Info, (consulté le 31 janvier 2020).
  166. « Darmanin candidat à Tourcoing “pour être maire” », sur laminute.info, (consulté le 28 janvier 2020).
  167. « Frédéric Nihous brigue la mairie d’Arleux », sur lavoixdunord.fr, .
  168. Gilles Rof, « A Arles, Patrick de Carolis candidat en son nom pour les municipales », sur Le Monde, (consulté le 24 septembre 2019).
  169. Olivier Faye et Claire Mayer, « Municipales 2020 : Thomas Cazenave, un macroniste du premier cercle, candidat à Bordeaux », sur Le Monde, (consulté le 24 septembre 2019).
  170. « Municipales de 2020 à Forbach : Florian Philippot annonce sa candidature », sur 20 Minutes, (consulté le 28 septembre 2019).
  171. « Municipales 2020 à Grenoble : A 70 ans, Alain Carignon veut incarner l’avenir », sur 20 Minutes, (consulté le 24 septembre 2019).
  172. « Municipales 2020 : Mireille d'Ornano entre en campagne à Grenoble », sur placegrenet.fr, (consulté le 14 mars 2020).
  173. « Paul Raoult conduira une liste de gauche aux municipales », sur La Voix du Nord, (consulté le 7 novembre 2019).
  174. « Nathalie Perrin-Gilbert annonce sa candidature à Lyon », sur 20 Minutes, (consulté le 5 septembre 2019).
  175. « L’ancien maire Rémi Pauvros est candidat à la mairie de Maubeuge », sur lavoixdunord.fr, .
  176. Ludovic Trabouchet, « Municipales 2020 à Montpellier : Mohed Altrad défie Philippe Saurel », sur Midi libre, (consulté le 24 septembre 2019).
  177. « Montpellier : candidat aux municipales, Rémi Gaillard lance sa loterie et son propre sondage », sur midilibre.fr (consulté le 31 décembre 2019).
  178. Agence France-Presse, « "J'y vais, j'en ai envie": Agnès Buzyn a annoncé aujourd'hui à l'AFP sa candidature à la mairie de Paris. "J'y vais pour gagner", a ajouté la nouvelle candidate, qui a été sollicitée pendant plusieurs jours par nombre de Marcheurs et partenaires de La République en Marche #AFPpic.twitter.com/N28YAgSr2Z », sur @afpfr, 2020t07:20 (consulté le 16 février 2020).
  179. « Municipales 2020 à Paris : Rachida Dati sera candidate, quoi qu’il arrive », sur Le Parisien, (consulté le 20 juillet 2019).
  180. « Municipales: la candidate Danielle Simonnet souhaite l’annulation des J.O. de Paris », sur BFM TV, (consulté le 4 août 2019).
  181. « Municipales 2020 à Saint-Etienne : L’ancien attaquant de l’ASSE Patrick Revelli choisi par LREM et taclé par son frère », sur 20 Minutes, (consulté le 24 septembre 2019).
  182. « Politique. Mathieu Cahn, tête de liste PS à Strasbourg, se retire, Catherine Trautmann le remplace », sur www.dna.fr (consulté le 5 février 2020).
  183. « Municipales : 902.465 candidats et 20.765 listes en lice au premier tour », sur 20 minutes (consulté le 2 mars 2020).
  184. a b c d e f g et h « Municipales 2020 : neuf communes du Sud-Ouest sans candidats », sur SudOuest.fr (consulté le 16 mars 2020).
  185. a b et c « Municipales en Sarthe. Trois communes sans candidat », sur ouest-france.fr, (consulté le 27 mars 2020).
  186. Ministère de l'Intérieur, « Élections municipales et communautaires 2020 : Saint-Pierre-et-Miquelon (ZS) - Miquelon-Langlade », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 8 mars 2020).
  187. a et b « Municipales : 10 000 candidats mais cinq communes sans aucune liste en Haute-Vienne et en Corrèze », sur France Bleu, (consulté le 29 février 2020).
  188. « Persquen, la seule commune bretonne sans candidat ! », sur letelegramme.fr, (consulté le 27 mars 2020).
  189. Juliette Prigent, « Une seule commune d'Eure-et-Loir n'a pas de candidat pour les élections municipales », sur https://www.lechorepublicain.fr, .
  190. a b et c Centre France, « Elections - Municipales 2020 : Trois communes sur 280 en Corrèze n'ont officiellement aucun candidat », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 28 février 2020).
  191. « Elections municipales 2020 : qui est candidat dans votre commune ? », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 4 mars 2020).
  192. « Moi, Gérard, maire d'une commune sans habitant », sur parismatch.com, (consulté le 15 mars 2020).
  193. « Les Français, leur maire et les élections municipales de 2020 », sur opinion-way.com, .
  194. « Résultats et suivi des taux de participation au premier tour des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 18 mars 2020).
  195. a et b BFMTV, « Résultats des élections municipales 2020 nationaux », sur elections.bfmtv.com (consulté le 26 mars 2020).
  196. a et b « Municipales : ce qu'il faut retenir du premier tour », sur bienpublic.com, Le Bien Public, (consulté le 15 mars 2020).
  197. Dominique Albertini, Mathieu Gallard, « Municipales : un effet virus «relativement équilibré entre les partis» », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 17 mars 2020).
  198. « Les regrets d’Agnès Buzyn: « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade » », sur lemonde.fr, .
  199. Brice Leborgne, Romain Prudent, « Elections municipales : visualisez en un gif l'évolution du score du Rassemblement national entre 2014 et 2020 », sur francetvinfo.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  200. a b et c « Municipales : une vague écologiste déferle sur la France », sur francetvinfo.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  201. « Élections municipales : la nette percée des Verts dans les grandes villes », sur francetvinfo.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  202. a b c d et e « Résultats des municipales 2020 : le PS résiste bien, les communistes en difficulté dans deux de leurs bastions », sur francetvinfo.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  203. a b et c Romain Houeix, « Municipales 2020 : pour LREM, de très modestes victoires et peu d'espoirs », sur france24.com, (consulté le 17 mars 2020).
  204. Dominique Albertini, « Municipales : LR moins fringant que prévu », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 17 mars 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier