Christophe Bouchet

journaliste et homme d'affaires français

Christophe Bouchet
Illustration.
Christophe Bouchet en 2012.
Fonctions
Premier vice-président de Tours Métropole Val de Loire

(2 ans, 7 mois et 20 jours)
Président Philippe Briand
Prédécesseur Serge Babary
Successeur Cathy Savourey
Maire de Tours

(2 ans, 8 mois et 16 jours)
Prédécesseur Serge Babary
Successeur Emmanuel Denis
Adjoint au maire de Tours
chargé du rayonnement, du tourisme, des grands événements, des congrès, de la francophonie

(3 ans, 6 mois et 12 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Serge Babary
Successeur Jérôme Tébaldi
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis)
Nationalité Française
Parti politique UDI-RAD (2012-2017)
MR (depuis 2017)
Résidence Tours
Site web christophebouchet.fr

Christophe Bouchet, né le à Livry-Gargan (Seine-et-Oise), est un homme politique français.

Ancien journaliste, membre du Mouvement radical, il est maire de Tours entre 2017 et 2020, après la démission de Serge Babary, élu sénateur.

OriginesModifier

Christophe Bouchet est le fils de Monique Bonnin et de Jean-Louis Bouchet. Sa mère était enseignante et directrice d'école. Son père est décédé en 1969. En 1972, sa mère épouse Francis Olivier, qui adopte Christophe Bouchet. Son nom patronymique complet est donc Christophe Bouchet-Olivier[1].

Carrière professionnelleModifier

JournalisteModifier

Christophe Bouchet exerce d'abord à Radio Méga Tours (groupe Nouvelle République du Centre-Ouest) puis à Radio Marguerite à Angoulême (Groupe Sud Ouest). Il rentre à l'Agence France-Presse en 1984 et y reste pendant onze ans (bureaux de Tours, Marseille et Lille). Il finira sa carrière de journaliste au Nouvel Observateur, de 1995 à 2002. Christophe Bouchet est le fondateur du club de la presse de Lille dont il fut également le président. Il a également commenté des matchs sportifs sur France Inter.

Dirigeant de clubModifier

Entre 2002 et 2004, Christophe Bouchet est président et actionnaire de l'Olympique de Marseille[2], membre du conseil d'administration de la Ligue de football professionnel et membre du conseil d'administration du G14, qui regroupait alors les 14 plus grands clubs européens. Arrivé à l'OM avec Alain Perrin comme entraîneur, il essaie pendant son mandat de stabiliser le club. Il redresse les comptes du club afin d'être bénéficiaire pour la première fois en 2003. Il fait construire le siège du club sur le terrain de la Commanderie. Sous son ère, le club se qualifie pour la Ligue des champions de l'UEFA et dispute la finale de la Coupe de l'UEFA (contre Valence CF) après qu'il a nommé José Anigo comme entraîneur. Il fait venir au club des joueurs comme Didier Drogba, Benoît Pedretti et Bixente Lizarazu. Il fait également revenir Fabien Barthez de Manchester United. Il engage Pape Diouf comme manager général (2004). Il permet à l'Olympique de Marseille de disposer de recettes importantes en obtenant auprès des instances du football un nouveau contrat de droits TV très avantageux pour le club et en signant de juteux contrats de sponsoring comme celui d'Adidas[3].Les résultats très décevants en première moitié de saison 2004/2005 et la gestion contestée par les supporters de "l'après Drogba" ont raison de lui après plus de deux années passées au club.

À partir de il devient vice-président du Tours Football Club au côté de Frédéric Sebag[4]. Il quitte ses fonctions à la tête du club en .

Chef d'entrepriseModifier

Christophe Bouchet est désormais président d'Easi Marketing, une société qui s'occupe, entre autres, de gérer le marketing du Tours Football Club. Il est resté 4 ans, de 2007 à 2011, à la tête de Sportfive France l'agence de marketing sportif de Lagardère Sports[5]. Il possède également la société Goald, où il officie en tant que consultant en stratégie et marketing du sport. L'un de ses principaux clients est Infront Sports & Média.

Carrière politiqueModifier

Christophe Bouchet se présente aux législatives de 2012 en tant que candidat de L'Alliance républicaine, écologiste et sociale dans la première circonscription d'Indre-et-Loire où il reçoit le soutien de Jean-Louis Borloo[6]. Il réalise un score de 1,62 % au premier tour. La circonscription est remportée par le député du Parti socialiste sortant, Jean-Patrick Gille, qui s'impose au second tour face à Guillaume Peltier[7].

Il forme avec Thibault Coulon, Sophie Auconie et Serge Babary le « groupe des 4 » ou « G4 », qui permet à la droite et au centre d'être unis aux élections municipales tourangelles de 2014. Cette union permet à la liste dirigée par Serge Babary — où Christophe Bouchet est positionné en neuvième position[8] — de gagner une ville dont la mairie était socialiste depuis dix-neuf ans. Depuis cette élection et jusqu'au , il est adjoint au maire, chargé du rayonnement, du tourisme, des grands événements, des congrès, de la francophonie[9]. Il est également conseiller communautaire[10].

Il est le premier président de la fédération de l'Union des démocrates et indépendants d'Indre-et-Loire, jusqu'en 2016. Il est président de la fédération du Parti radical valoisien d'Indre-et-Loire, devenu Mouvement radical en 2017.

À la suite de son élection au Sénat, Serge Babary, touché par le cumul des mandats, démissionne de son mandat de maire. Le , Christophe Bouchet est élu par les élus de la majorité municipale pour lui succéder[11],[12]. Il est désigné au bénéfice de l'âge, ayant obtenu le même nombre de voix qu'un autre adjoint, Xavier Dateu. Il est élu maire le [13].

Le , il est élu premier vice-président de Tours Métropole Val de Loire, délégué au tourisme[14].

Lors du second tour des élections municipales de 2020 à Tours, sa liste est devancée par celle d'Europe Écologie Les Verts, menée par Emmanuel Denis, qui recueille 54,9 % des voix. Ayant perdu son mandat de maire, Christophe Bouchet conserve un siège au conseil municipal de Tours.

PublicationsModifier

Christophe Bouchet écrit plusieurs livres :

  • Les Vrais patrons du football (Solar), 1989
  • L'Aventure Tapie, enquête sur un citoyen modèle (Seuil/Points actuels), 1992
  • Le chantier du siècle : le tunnel sous la manche (Solar), 1993
  • Tapie, l'homme d'affaires (Seuil/point actuels), 1994
  • Comment devenir riche et célèbre sans vraiment le mériter (Albin Michel), 1995
  • Vive le cumul des Mandats (Denoël), 1999
  • L'Olympique de Marseille : les années Tapie (Solar), 2000
  • France, ton football fout le camp (Plon), 2012

Il écrit et réalise également un film sur Bernard Tapie en collaboration avec Vassili Silovic : En attendant Tapie (Point du Jour)[15].

Notes et référencesModifier

  1. « Mon parcours » (consulté le 22 décembre 2015)
  2. « Christophe Bouchet éluprésident de l'OM », sur L'Obs, https://plus.google.com/+LeNouvelObservateur (consulté le 22 décembre 2015)
  3. « Adidas rempile à l'Olympique de Marseille pour dix ans », sur lesechos.fr (consulté le 22 décembre 2015)
  4. « Tours recrute Christophe Bouchet », sur sport.fr (consulté le 22 décembre 2015)
  5. « Nouveau management pour Sportfive »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur sport.fr (consulté le 22 décembre 2015)
  6. « Christophe Bouchet, candidat centriste gênant », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 22 décembre 2015)
  7. Résultats des élections législatives 2012
  8. Résultats des élections municipales 2014
  9. « Les Adjoints - Tours », sur www.tours.fr (consulté le 13 octobre 2017)
  10. « Conseil communautaire - Tour(s)plus - Communauté d'Agglomération », sur www.agglo-tours.fr (consulté le 22 décembre 2015)
  11. Christophe Bouchet désigné par les élus de la majorité pour devenir le futur maire de Tours, France Bleu, 12 octobre 2017.
  12. Portrait du nouveau maire de Tours Christophe Bouchet, France Bleu, 12 octobre 2017.
  13. Mairie de Tours, « Actualité - Site officiel de la Ville de Tours », sur www.tours.fr (consulté le 18 octobre 2017)
  14. EOLAS, « Conseil métropolitain - Tours Métropole Val de Loire », sur www.agglo-tours.fr (consulté le 15 juin 2018)
  15. « Point du Jour International | EN ATTENDANT TAPIE, Vassili SILOVIC », sur www.pointdujour-international.com (consulté le 22 décembre 2015)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier