Debout la France

parti politique français

Debout la France
Image illustrative de l’article Debout la France
Logotype officiel.
Présentation
Président Nicolas Dupont-Aignan
Fondation
(courant du RPR puis de l’UMP)

(Debout la République)

(Debout la France)
Scission de UMP
Siège 55, rue de Concy
91330 Yerres
93, rue de l'Université
75007 Paris
Positionnement Actuel :
droite[1],[2],[3], droite radicale[4] ou extrême droite[5],[6]

Historique :
droite[3],[2]

Idéologie Gaullisme[7]
Gaullisme social[8]
Souverainisme[9],[10]
Euroscepticisme modéré[11],[12],[13],[14]
National-conservatisme[7]
Nationalisme[15]
Républicanisme[8]
Populisme de droite[16]
Affiliation européenne ADDE (2015-2017)
CRE (depuis 2019)
Adhérents 15 500 (revendiqués en 2019)
Couleurs Bleu ciel et rouge clair
Site web debout-la-france.fr
Représentation
Députés
2 / 577
Conseillers départementaux
5 / 4 108

Debout la France (DLF) est un parti politique français fondé par Nicolas Dupont-Aignan sous le nom de Debout la République (DLR), renommé en Debout la France en 2014. Se réclamant du gaullisme, il est classé à la droite voire à l'extrême droite de l'échiquier politique.

Entre 1999 et 2008, avant de devenir un parti, Debout la République est un courant du RPR puis de l'UMP. Son président-fondateur, Nicolas Dupont-Aignan, se présente notamment sans succès au congrès de l’UMP de 2004.

Son président se présente ensuite aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, où il recueille respectivement 1,8 % et 4,7 % des suffrages exprimés. Au second tour du scrutin de 2017, DLF soutient Marine Le Pen, une association qui prend fin après la défaite de celle-ci.

À partir de 2019, Debout la France connaît une crise politique et financière d’ampleur : quelque 80 responsables du parti et de nombreux adhérents font défection, dénonçant son isolement croissant et rejoignant pour la plupart le Rassemblement national.

HistoriqueModifier

Courant du RPR puis de l'UMPModifier

Debout la République est fondé le par Nicolas Dupont-Aignan, en tant que courant « gaulliste authentique » du RPR.

La majorité de ses membres participe à la fondation du Rassemblement pour la France, créé à la suite de la liste souverainiste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers aux élections européennes de 1999.

Le courant DLR est relancé une première fois en et devient une passerelle entre les pasquaïens du RPF et les séguinistes du RPR.

Le , DLR est relancé une seconde fois en tant que courant « gaulliste et républicain » de l'UMP, par huit parlementaires[note 1].

Le , les parlementaires Jacques Baudot, Nicolas Dupont-Aignan, Patrick Labaune, Lionnel Luca, Étienne Mourrut et François-Xavier Villain présentent les clubs locaux du mouvement. Candidat à la direction de l'UMP en trio « gaulliste et républicain » avec Sylvie Perrin et Christophe Beaudouin, son président Nicolas Dupont-Aignan crée la surprise[réf. nécessaire] au congrès fondateur en obtenant 14,91 % () des suffrages, arrivant deuxième derrière le trio Juppé-Gaudin-Douste-Blazy (79,42 %). Il obtient ensuite 9,10 % au congrès du (deuxième derrière Nicolas Sarkozy (85,09 %). Debout la République est alors représenté au bureau politique de l'UMP par deux des trente membres élus : Nicolas Dupont-Aignan et Sylvie Perrin[note 2], puis par Élisabeth Laithier.

Le , la motion de Debout la République obtient 19,7 % au conseil national de l'UMP sur l'Europe. Le , DLR ne dépose pas de motion défendant le « non » au projet de Constitution européenne, la motion « L'Europe mérite un « oui » » obtenant 90,8 %.

Transformation en partiModifier

En janvier 2007, le président de DLR quitte l'UMP et annonce son intention de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2007[17]. Dès lors, DLR se structure sur l’ensemble du territoire et participe à la pré-campagne de Nicolas Dupont-Aignan, ce dernier ne parvenant pas à réunir les parrainages nécessaires. Au premier tour, DLR ne soutient aucun candidat, même si Nicolas Dupont-Aignan envisage de soutenir François Bayrou. Pour le second tour, DLR appelle à voter pour Nicolas Sarkozy[18].

Aux élections législatives suivantes, le parti présente 62 candidats sans alliance avec l'UMP. Cependant celle-ci ne présente pas de candidat face à Nicolas Dupont-Aignan dans la 8e circonscription de l'Essonne, ce qui facilite sa réélection au premier tour. Après cette élection, le président de DLR quitte tout de même le groupe UMP et siégera désormais en tant que non-inscrit. En septembre 2007 DLR accentue la distance prise avec l'UMP en ne se positionnant plus au sein de la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Le congrès fondateur du parti a lieu le . À la Mutualité, lors du meeting qui voit les statuts approuvés et Nicolas Dupont-Aignan être élu président, plus de 1 000 personnes sont présentes, parmi lesquelles des gaullistes et des républicains, mais aussi des anciens du MPF, du MRC et des villepinistes. À cette occasion, le président nouvellement élu annonce qu'il présentera des listes aux élections européennes de 2009.

Période d’ascensionModifier

Élections européennes de 2009Modifier

 
Nicolas Dupont-Aignan et les têtes de listes lors du meeting de fin de campagne, le .

Le parti participe pour la première fois à une élection en toute indépendance lors des élections européennes de 2009. Une alliance avec Libertas a été repoussée du fait de certaines positions libérales du parti et ambiguës de Declan Ganley sur la Turquie en Europe. Nicolas Dupont-Aignan déclare : « J'ai beaucoup d'admiration pour Declan Ganley, qui a fait un immense travail pour faire gagner le non en Irlande. Je l'ai rencontré longuement cet été. Nous n'avons pas «conclu» car il est favorable à l'entrée de la Turquie dans l'Europe, hostile à la PAC et partisan d'un libre-échangisme économique total »[19]. Crédité de 0,5 à 2 % dans les sondages, le parti rassemble 1,77 % des suffrages au niveau national (0,59 à 2,44 % dans les différentes circonscriptions), ce qui ne lui permet pas d'obtenir d'élu. La liste Libertas (MPF-CPNT) recueillera 4,80 % des suffrages et un élu. Aux élections européennes de 2009, pour sa première campagne en tant que parti indépendant, Debout la République présente des listes dans les sept circonscriptions européennes métropolitaines. Le parti réalise un score national de 1,77 %, avec 304 769 voix[20].

Élections locales de 2010-2011Modifier

Lors de son conseil national du , Debout la République valide les noms des chefs de file pour les élections régionales de mars 2010 et prévoit de présenter des listes dans la moitié des régions seulement, en raison du coût important des campagnes régionales[21]. Le mouvement conclut une alliance avec le CNIP et ne présente finalement des listes que dans trois régions : en Haute-Normandie (1,79 %, aucun élu), en Île-de-France (4,15 %, aucun élu) et en Lorraine où DLR s'allie également avec l'Alliance centriste (2,25 %, aucun élu).

Aux élections régionales de 2010, Debout la République présente des listes dans trois régions :

  • en Haute-Normandie où la liste menée par Brigitte Brière obtient 10 237 voix, soit 1,79 % des suffrages exprimés[22].
  • en Île-de-France où la liste menée par Nicolas Dupont-Aignan obtient 119 844 voix, soit 4,15 % des suffrages exprimés[23], devançant les listes du MoDem et du NPA.
  • en Lorraine où la liste menée par Jean-Luc André obtient 14 861 voix, soit 2,25 % des suffrages exprimés[24].

Aucune liste n'atteint le seuil de 5 % des suffrages exprimés et ne peut donc se qualifier au second tour ni fusionner avec une autre liste. Pour le second tour, Nicolas Dupont-Aignan fait « le choix de l'indépendance » et ne donne aucune consigne de vote[25].

Pour les élections cantonales de 2011, Debout la République présente une centaine de candidats en France. Sept sont élus conseillers généraux.

En pleine crise grecque, Nicolas Dupont-Aignan se rend à une manifestation à Athènes en juin 2011 pour dénoncer « l’autorité illégitime du FMI et de l’Union européenne »[26].

Élection présidentielle de 2012Modifier

 
Meeting pour la campagne présidentielle, .

En , Nicolas Dupont-Aignan annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2012 lors du deuxième congrès national[27]. Il recueille 708 parrainages de maires[28] et se présente alors pour la première fois à cette élection. Il y pointe l'euro comme la cause de la « misère », des « délocalisations », du « chômage » et de la « pauvreté »[29]. Nicolas Dupont-Aignan est candidat à cette élection au nom de Debout la République. Il totalise 643 907 voix au premier tour, soit 1,79 % des suffrages exprimés[30]. Il arrive septième sur les dix candidats, devançant Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou.

En , dans le cadre du financement public des partis politiques et de la deuxième tranche pour l'année 2013, deux députés se déclarent rattachés à Debout la République : Nicolas Dupont-Aignan et Lionnel Luca[31],[32].

 
Nicolas Dupont-Aignan au congrès fondateur de Debout la France. Paris, .

En , ce sont cette fois six députés[note 3],[33] qui se déclarent rattachés financièrement à Debout la République, ainsi que quatre sénateurs[note 4],[34].

Élections législatives de 2012Modifier

Debout la République présente des candidats dans 300 circonscriptions aux législatives de 2012[35]. Au total, malgré le manque de moyens souligné par Nicolas Dupont-Aignan et une forte abstention, les candidats rassembleront 151 935 voix. Parmi eux, 101 dépasseront le seuil de 1 % des voix. Nicolas Dupont-Aignan est réélu député de l'Essonne avec 61,4 % des voix, tandis que François-Xavier Villain est réélu avec 57,63 % des voix député du Nord.

En 2017, Debout la France présente des candidats dans environ 400 circonscriptions[36]. Les candidats sont opposés à des candidats du Front national malgré l'alliance entre les deux partis entre les deux tours de la présidentielle[37]. Nicolas Dupont-Aignan est le seul à se qualifier pour le second tour. Il est réélu député de l'Essonne avec 52,05 % des voix.

À l'occasion d'un congrès le , Debout la République change de nom et devient Debout la France. Ce changement de nom est validé par 87 % des 1 300 militants présents lors du congrès refondateur[38]. Deux anciens de l'équipe de campagne de Jean-Pierre Chevènement de 2002 prononcent les discours argumentaires : l'un en faveur du changement de nom (François Morvan) tandis que Claude Rochet s'y oppose (il quitte le parti en 2014).

Debout la France est membre du parti européen de l'Alliance pour la démocratie directe en Europe, après avoir été membre de EUDemocrats.

Lors du premier tour de l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan obtient 4,70 % des voix, arrivant en sixième position sur onze candidats.

Élections européennes de 2014Modifier

À l'occasion des élections européennes de 2014, Debout la République présente des listes partout en France, sous l'appellation « Debout la France ! Ni système, ni extrêmes avec Nicolas Dupont-Aignan ». Le parti réalise un score de 3,8 % des voix[39], se plaçant directement après le Front de gauche, qui obtient 6,6 %. Ce score, s'il ne permet pas à Debout la République d'envoyer des députés au Parlement européen, lui assure d'être remboursé de ses frais de campagne dans toutes les circonscriptions électorales[39]. De plus, le parti a gagné 80 000 voix entre l'élection présidentielle et les élections européennes. Il est l'un des rares mouvements à ne pas avoir perdu de voix entre ces deux élections.

Élections locales de 2014-2015Modifier

En 2014, Debout la République investit 132 listes, bien que Nicolas Dupont-Aignan ait affirmé que « les élections municipales ne sont pas politisées »[40]. Il ajoute également que des listes candidates souhaitant « se revendiquer de [lui] » se présenteront comme sans étiquette, même si elles s'inscrivent en préfecture comme des listes Debout la France[40]. Nicolas Dupont-Aignan est réélu maire de Yerres après que sa liste l’a emporté dès le premier tour du scrutin avec 77,1 % des voix exprimées.

Aux départementales de 2015, Debout la France présente des candidats dans 156 cantons, soit moins de 8 % des cantons[41]. Il rallie plusieurs anciens conseillers généraux dont Patrick Bassot, Philippe Olivier ou encore Jean-Luc Manoury, anciens du FN, et Claude Marcou, ex-UMP. Le mouvement recueille 81 981 votes, soit 0,40 % des suffrages exprimés[42].

Aux élections régionales de 2015, Debout la France présente des têtes de liste dans les treize régions métropolitaines et à La Réunion[43]. Les listes DLF obtiennent 827 262 voix, soit 3,81 % des suffrages exprimés, ce qui est considéré comme un score non négligeable et qui pourrait avoir une influence sur le second tour[44]. Hormis à La Réunion, en Corse et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, DLF obtient partout des scores au-dessus de 2 %, et pouvant aller jusqu'à plus de 6 %. Deux des listes obtiennent plus de 5 % des suffrages exprimés, ce qui leur donne la possibilité de fusionner avec une liste présente au second tour :

  • en Île-de-France où la liste menée par Nicolas Dupont-Aignan obtient 207 280 voix, soit 6,57 % des suffrages exprimés.
  • en Bourgogne-France-Comté où la liste menée par Maxime Thiebaut obtient 49 774 voix, soit 5,17 % des suffrages exprimés.

On peut également noter, dans d'autres régions, les bons scores de Laurent Jacobelli (en) en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (4,78 %), Alix Penloup en Centre-Val de Loire (4,58 %), Nicolas Calbrix en Normandie (4,14 %), Cécile Bayle de Jessé dans les Pays de la Loire (4,09 %), Damien Lempereur en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (3,91 %) et Yvon Setze en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (3,35 %).

Debout la France choisit de ne pas fusionner ses listes là où il a obtenu plus de 5 % des voix et ne donne aucune consigne de vote au niveau national pour le second tour des élections régionales de 2015[45].

Relatif succès et alliance avec Marine Le PenModifier

Élection présidentielle de 2017Modifier

Le , éliminé au premier tour, Nicolas Dupont-Aignan annonce son soutien à la candidature de Marine Le Pen en vue du second tour, ce qui provoque notamment le départ du parti de trois des quatre vice-présidents de son parti (Dominique Jamet, Anne Boissel et François Morvan), ainsi que d'Éric Anceau, responsable du projet, et Olivier Clodong, délégué national aux élections et premier adjoint de Dupont-Aignan à Yerres[46]. Cette union avait été facilitée par l'entremise de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, du maire de Béziers Robert Ménard et Philippe Olivier beau-frère de Marine Le Pen et ancien de DLF[47].

Élections législatives de 2017Modifier

Aux élections législatives de 2017, aucun accord programmatique ou de répartition des circonscriptions n'ayant pu être conclu avec le FN, Debout la France présente 577 candidatures autonomes[48]. Nicolas Dupont-Aignan enregistre en retour quelques défections comme celles de son porte-parole Laurent Jacobelli (en), qui est investi par le FN aux législatives, et de son directeur adjoint de son cabinet, Maxime Thiébaut, également investi par le FN aux législatives, nommé vice-président de l’association Les Patriotes fondée par Florian Philippot[47]. Il affirme que Debout la France a enregistré plus de 2 000 adhésions dans l'entre-deux-tours[49].

Perte de vitesseModifier

Élections européennes de 2019Modifier

Le , en vue des élections européennes de 2019, Nicolas Dupont-Aignan lance la plateforme « Amoureux de la France » (ADLF) sous la forme d'un site internet participatif[50],[51]. Après un changement de ses statuts, ADLF devient juridiquement un parti politique en novembre 2018[52]. Il se compose alors de DLF, le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) et le Parti chrétien-démocrate (PCD).

Des tensions apparaissant au sein de l’alliance à quelques mois des élections européennes de 2019 entre les composantes des Amoureux de la France. En vue du scrutin, Nicolas Dupont-Aignan écarte Emmanuelle Gave en raison de tweets polémiques, ainsi que son père, Charles Gave, qui finançait sa campagne[53]. Il peine ensuite à constituer sa liste et se voit critiqué pour sa stratégie et ses coups d’éclat médiatiques[54]. Contrairement aux attentes, le Parti chrétien-démocrate n’est pas représenté sur la liste, son président, Jean-Frédéric Poisson, ayant été écarté[55]. Également un temps pressentis, les députés européens sortants Bernard Monot, Sylvie Goddyn ou Joëlle Bergeron ne figurent pas sur la liste. Donnée à 8 % à la fin de l’année 2018, juste derrière la liste de LR[56],[57], la liste des ADLF voit les intentions de vote passer sous les 5 % en mars 2019[56].

Après le retrait du PCD, la liste devient « Le courage de défendre les Français, avec Nicolas Dupont-Aignan ». Elle obtient 3,51 % des suffrages, se plaçant en septième position et échouant à atteindre le seuil des 5 % pour avoir des élus[58].

Crise interne de 2019-2020Modifier

En , le seul vice-président resté fidèle, Patrick Mignon, démissionne, dénonçant l'« ego surdimensionné » de Dupont-Aignan[59]. Cécile Bayle de Jessé, Anne-Sophie Frigout, Gerbert Rambaud et Philippe Torre sont alors nommés à sa place[59].

L’ancien porte-parole et numéro 2 du parti Jean-Philippe Tanguy et d'autres membres annoncent en leur ralliement à la candidature à l'Élysée de Marine Le Pen pour 2022, en critiquant une stratégie de « l’isolement » qui conduit dans une « impasse ». Le suivant, une soixantaine de cadres du parti, dont notamment Anne-Sophie Frigout et Alexandre Sabatou, président des jeunes DLF, annoncent leur départ[60].

En , Alexandre Loubet commente auprès de Capital : « Depuis et l’échec des élections européennes (Debout la France avait réuni 3,5% des suffrages), nous assistons à l’agonie de notre parti, qui ne compterait plus que 3 000 adhérents, à cause de la stratégie incohérente du président qui refuse systématiquement toutes les alliances à même de faire gagner les idées patriotes. Nous ne pouvions plus nous taire ! »[61].

Selon un article du Monde de Franck Johannès publié en , le parti « doit cette année 250 000 euros à ses fournisseurs, et 750 000 euros à son imprimeur, payables par tranche tous les mois de mars jusqu’en 2023. Les cotisations des adhérents – 12 000 selon le président, moins de 3 000 selon les dissidents – devraient rapporter 75 000 euros en 2020, contre 195 000 euros en 2018, et les dons 245 000 euros, contre 617 000 en 2017 ». Debout la France a en outre perdu près de 80 responsables, pour la plupart partis soutenir le Rassemblement national au sein de L'Avenir français[62],[63].

Positionnement politiqueModifier

 
Une partie des cadres du mouvement au Salon international de l'agriculture de 2015.

Lors de l’élection présidentielle de 2012, le parti se définit comme faisant partie du courant du gaullisme social et une alternative au clivage gauche-droite[64].

Nicolas Dupont-Aignan dénonce en 2013 ce qu'il nomme le « système », qu'il nomme l'« UMPS » et qui diffuserait la « pensée unique » : il s’agit des partis politiques majoritaires, qu’il accuse d'avoir « échoué lamentablement ». Il refuse également l'alternative du Front national, ensemble qu'il dénomme un « trio infernal »[65]. Il n’exclut cependant pas un rapprochement avec le FN qui partage sa ligne souverainiste et le vocable de l'opposition à « l'UMPS », le dernier obstacle étant pour lui qu'il soit un parti d'extrême droite dont Jean-Marie Le Pen est président d'honneur. Selon le Le HuffPost, « Debout la République et le Front national demeurent les deux principales formations politiques souverainistes et critiquent, souvent avec les mêmes termes, l'euro, l'Union européenne et la porosité des frontières. Comme Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan estime que le clivage gauche-droite est aujourd'hui terminé et revendique une opposition des patriotes contre les mondialistes »[66].

Sur le plan sociétal, DLF est plutôt conservateur[67] : opposition à l’euthanasie, à la PMA, à la GPA et à l'adoption homoparentale[68]. Le parti souhaite également réduire très fortement l'immigration en France[69].

Debout la France est généralement considéré comme un parti de droite[1],[2],[3], de droite « dure » ou « radicale »[4], voire d'extrême droite[5],[6]. Cependant, le 31 janvier 2020, le Conseil d'État contraint le ministre de l’Intérieur à retirer Debout la France du bloc de clivage « extrême droite » dans sa circulaire relative aux élections municipales de 2020 au motif qu'elle « méconnaît le principe d'impartialité »[70],[71].

ProgrammeModifier

ÉconomieModifier

 
Nicolas Dupont-Aignan distribuant des tracts contre la privatisation des autoroutes, le .

Prônant un « protectionnisme intelligent »[72] et le « produire français »[73], Debout la France propose des mesures dont l'objectif est de relocaliser un million d'emplois sur cinq ans. Il défend l'accord d'un bonus fiscal à destination des entreprises qui produisent et embauchent sur le territoire français[74]. Le parti entend également mettre en place des droits de douane et quotas dont le produit serait affecté au financement de la protection sociale[72].

Debout la France se prononce pour le maintien de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, mais souhaite passer à un système de points[75],[76].

Nicolas Dupont-Aignan est partisan d’un « État-stratège », qui puisse organiser des coopérations (voiture propre, panneau photovoltaïque de nouvelle génération, géant du numérique, recherche scientifique…) avec des partenaires européens, dans le cadre d'une « Europe des nations et des projets »[77],[78].

Après avoir défendu la fin de l’euro[79], le parti appelle en 2017 à un compromis sur cette question en gardant les « bons côtés » avec une « coordination monétaire » mais aussi de la « souplesse »[80]. Il souhaite donner la possibilité à la Banque de France de monétiser la dette publique[81] et permettre à l'État d'emprunter à taux zéro auprès de la Banque de France[82].

La nationalisation des autoroutes fait partie de ses propositions[83].

FiscalitéModifier

 
Nicolas Dupont-Aignan et des conseillers reçus au palais de l'Élysée (2014).

DLF entend réduire les niches fiscales et combattre la fraude fiscale[84],[85]. La lanceuse d'alerte Stéphanie Gibaud, impliquée dans l'affaire UBS, est candidate sur la liste de DLF aux élections européennes de 2019[86].

Le parti demande la création d'un « impôt de citoyenneté » pour les Français établis hors de France[87] et d’une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu à 50 % pour les revenus les plus élevés[88]. De plus, il réclame l'alignement de la fiscalité des revenus du capital sur celle des revenus du travail[89].

DLF soutient la création d'une taxe Tobin d’au moins 0,1 % sur toutes les transactions financières avec les États européens volontaires[90].

InstitutionsModifier

En vue de l'élection présidentielle de 2012, Dupont-Aignan promet la tenue de cinq référendums : sur la sortie de l'euro, sur une réforme de politique pénale, sur une réforme territoriale, sur une réforme de l'Éducation nationale et sur le contrôle des frontières et la régulation de l'immigration[91].

Pour ce qui est de l'organisation territoriale de l'État, le parti souhaite un modèle État-département-commune[92] : il veut donc supprimer les intercommunalités et les conseils régionaux[93]. Il se montre hostile au renforcement de la décentralisation.

DLF demande l'instauration d'une dose de proportionnelle aux élections législatives[94] et du vote obligatoire en contrepartie d'une reconnaissance du vote blanc[95],[96]. Le parti est favorable au cumul des mandats[97]. Il appelle à ce que les personnalités reconnues coupables de corruption soient inéligibles à vie[98].

SociétéModifier

AgricultureModifier

 
Nicolas Dupont-Aignan au Salon de l'Agriculture de 2015.

Le parti demande la restauration des aides directes aux agriculteurs[99] en supprimant la politique agricole commune (PAC) accordée par l'Union européenne[100].

Droit de la familleModifier

En matière sociétale, le parti adopte une ligne assez conservatrice, s'opposant à la légalisation de la PMA[101], de la GPA[102], de l'euthanasie[103] (sans remise en cause de la loi Leonetti) ou de l'adoption homoparentale[104]. Néanmoins, Nicolas Dupont Aignan est partisan d’une union civile entre couples de personnes de même sexe[105].

Droits des femmesModifier

Le parti ne se réclame pas du féminisme. Il se dit hostile à la création d’un ministère du Droit des femmes, idée que Nicolas Dupont-Aignan juge « dégradante », et à la loi sur la parité. Il se donne pour objectif l'égalité salariale entre les hommes et les femmes et veut ainsi supprimer les exonérations de cotisations des entreprises pour le temps partiel[106].

DLF réclame que chaque main courante de violence conjugale soit automatiquement communiquée au procureur[107]. De plus, il souhaite à ce que dans la pratique, il y ait des ouvertures de centres d'hébergement pour les femmes victimes de violences conjugales dans chaque intercommunalité[108].

Justice et policeModifier

 
Discours de Nicolas Dupont-Aignan au Pacte pour la justice en 2012.

Il dénonce régulièrement un « laxisme » vis-à-vis des criminels[109]. Face au terrorisme, Nicolas Dupont-Aignan demande la réouverture du bagne de Cayenne[110]. Il défend en 2017 l'isolement des détenus radicalisés aux îles Kerguelen[111] et s'oppose au rapatriement des djihadistes de nationalité française[112].

EnvironnementModifier

Nicolas Dupont-Aignan demande la fermeture des centrales nucléaires vieillissantes situées dans des zones sismiques et le renforcement de la recherche sur les centrales de quatrième génération. Il souhaite un rééquilibrage de la filière énergétique en fonction du coût, de la sûreté et du respect de l’environnement en développant les énergies renouvelables (notamment le solaire)[113]. Le parti demande ainsi la réquisition de Total pour mieux réguler le prix de l'essence et pour qu’une partie de ses bénéfices soit consacrée à la transition énergétique[114]. Il propose aussi un bonus-malus afin de lutter contre les « comportements pollueurs »[115].

Nicolas Dupont-Aignan se présente en partisan des droits des animaux[116]. En revanche, il défend le maintien de la chasse[117]. Il reçoit le soutien de Brigitte Bardot pour avoir demandé que le cheval soit reconnu comme animal de compagnie[118]. Selon le site politique-animaux.fr, Debout la France est le seul parti de la droite française à se positionner « pour les animaux » sur les thématiques les concernant[119].

Politique étrangèreModifier

 
Nicolas Dupont-Aignan en 2011.

Pour DLF, la France doit sortir de l'OTAN afin de retrouver une politique militaire souveraine[120]. Nicolas Dupont-Aignan s’est opposé à l'intervention de la France en Afghanistan[121], en Irak et en Libye[122],[123].

LogotypesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Positionnement stratégiqueModifier

 
Nicolas Dupont-Aignan et Nigel Farage à Strasbourg, le .

Sur le plan européen, il est l'allié de l'UKIP de Nigel Farage en Grande-Bretagne, des Grecs indépendants du ministre de la Défense Pános Kamménos en Grèce[125]. En , son parti tient un meeting sur l'Europe regroupant des personnalités eurosceptiques (Nigel Farage, Timo Soini, Slavi Binev) issus : de l'UKIP, des Vrais Finlandais, de l'Union nationale Attaque[126].

 
Pános Kamménos, président des Grecs indépendants, au congrès de Debout la République en 2013.

Par la suite, il a toujours tenu à marquer sa différence avec le FN, évoquant même de possibles listes d'union avec le MRC aux élections européennes de 2014[127]. Debout la République se présentera cependant seul, toutefois allié au niveau européen avec l'UKIP, parti eurocritique[128].

Le parti soutient en 2014 la candidature de Robert Ménard à la mairie de Béziers où ses membres figurent sur sa liste, aux côtés[129]. À l'occasion des européennes de 2014, Nicolas Dupont-Aignan se rapproche de Éric Zemmour à qui il propose d'être candidat dans la région Ile-de-France avant que ce dernier refuse[130].

Depuis 2014, DLF entretient des liens avec la Ligue du Sud, parti localiste identitaire présidé par le député-maire d'Orange Jacques Bompard. Ce dernier s'étant rattaché à la formation souverainiste pour des raisons financières, Dupont-Aignan a voulu nuancer le positionnement de cet ancien membre du bureau politique du FN : « Bompard n’est pas d’extrême droite, il est de droite »[33]. Lors des départementales de 2015, DLF et la Ligue du Sud ont présenté plusieurs binômes communs dans le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence[131].

Après la victoire de SYRIZA en Grèce en 2015, Nicolas Dupont-Aignan n'écarte pas l'hypothèse de participer à un gouvernement mené par le Front de gauche « si c'est pour sauver la France »[132].

Nicolas Dupont-Aignan refuse de participer à la primaire de la droite et du centre dont il qualifie le scénario d'« écrit d'avance »[133]. Entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2017, Nicolas Dupont-Aignan conclut une alliance avec Marine Le Pen, qui indique qu'il sera son Premier ministre en cas de victoire. Un accord est également annoncé à cette occasion en vue des législatives : portant d'abord sur 120 circonscriptions, il se réduit rapidement à 50 avant d'être abandonné. Néanmoins, plusieurs cadres de DLF se présentent sous les couleurs du FN à cette occasion : Le Figaro estime que le parti « a été noyauté par des cadres pro-FN », en particulier par une jeune garde proche de celle de Florian Philippot[134]. Ce choix stratégique ne semble pas avoir d'influence sur les effectifs des adhérents : en janvier 2018, Nicolas Dupont-Aignan indique avoir reçu 5 000 nouvelles adhésions depuis mai 2017, « pour seulement 222 cartes d’adhérent renvoyées »[135].

Structures et fonctionnementModifier

DirectionModifier

 
Congrès de Debout la France le .

Le , Nicolas Dupont-Aignan nomme un nouveau bureau national pour Debout la France Les vice-présidents sont Gerbert Rambaud, Anne-Sophie Frigout, Philippe Torre et Cécile Bayle de Jessé. Claude Lévy est nommé trésorier, et Benjamin Cauchy et Jean-Philippe Tanguy sont nommés porte-paroles[136]. À cette équipe viennent s'ajouter les secrétaires et les délégués nationaux ainsi que le président des Jeunes de Debout la France[137],[138].

Le , Dupont-Aignan est réélu président du parti, avec 97,6 % des voix, sans opposition. Les bulletins blancs représent 1,7 % des votes et les nuls 0,7 %. Les électeurs sont au nombre de 8 183, pour 15 632 inscrits[139].

AdhérentsModifier

Le parti revendique 15 632 adhérents en , soit 4 500 de moins que l'année précédente[139].

En , Alexandre Loubet commente auprès de Capital : « notre parti » « ne compterait plus que 3 000 adhérents »[61].

Debout les JeunesModifier

 
Logo de Debout les jeunes.

Debout les jeunes (DLJ) est le mouvement jeune de Debout la France. Son assemblée générale fondatrice a lieu le , aux universités de rentrées de Debout La République, à Dourdan dans l'Essonne.

Présidents de Debout les jeunes[140],[141],[142]
Dates Nom
2009-2011 Laurent Seurot
2011-2012 Bruno Potier
2012-2015 Nicolas Calbrix
2015-2018 Alexandre Loubet
2018-2019 Valentin Rebuffat
2020 Alexandre Sabatou
depuis 2020 Nicolas Dalmasso

PersonnalitésModifier

Debout la France compte deux sénateurs divers droite qui lui sont rattachés financièrement, Jean-Louis Masson et Christine Herzog[143],[144].

Le parti possède deux députés : Nicolas Dupont-Aignan et José Évrard[145] (élu aux élections législatives de 2017 sous l'étiquette Front national). Marie-France Lorho, de la Ligue du Sud, y est quant à elle rattachée[146].

Résultats électorauxModifier

Élections présidentiellesModifier

Année Candidat 1er tour
Voix % Rang
2012 Nicolas Dupont-Aignan 643 907 1,79 7e
2017 1 695 000 4,70 6e

Élections législativesModifier

Année 1er tour 2e tour Sièges Gouvernement
Voix % Rang Voix % Rang
2012 151 935 0,59 14e 54 530 0,24 NC[147]
2 / 577
Opposition
2017 265 451 1,17 13e 17 344 0,10 16e
1 / 577
Opposition

Élections régionalesModifier

Année 1er tour Conseillers Présidents
Voix %
2010 144 942 0,74
0 / 1 749
0 / 26
2015 827 262 3,81
0 / 1 722
0 / 22

Élections départementalesModifier

Année 1er tour 2d tour Conseillers Présidents
Voix % Rang Voix % Rang
2011 NC NC[147] NC[147] NC NC[147] NC[147]
7 / 2 026
0 / 101
2015[42] NC 0,40 13e NC 0,05 17e
5 / 4 042
0 / 101

Élections européennesModifier

Année Voix % Rang Sièges Tête de liste
2009 304 585 1,77 10e
0 / 72
Circonscriptions interrégionales
2014 724 441 3,82 7e
0 / 74
2019 795 508 3,51 7e
0 / 79
Nicolas Dupont-Aignan

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les députés Nicolas Dupont-Aignan, Yves Jégo, Lionnel Luca, Michel Terrot, René André, et les sénateurs Jean-Claude Étienne, Bernard Fournier et Adrien Gouteyron.
  2. Sylvie Perrin est exclue de l'UMP à la suite de sa candidature aux élections européennes de 2004 en deuxième position sur la liste du Mouvement pour la France en Île-de-France.
  3. Jacques Bompard, Véronique Besse, Maurice Leroy, Jean-Pierre Decool, Gilles Bourdouleix et Nicolas Dupont-Aignan.
  4. Jean-Pierre Chevènement, Philippe Darniche, Alex Türk et Jean-Louis Masson.

RéférencesModifier

  1. a et b « Nuances politiques aux municipales: Castaner revoit sa copie », sur france24.com, (consulté le 4 février 2020).
  2. a b et c Pascal Perrineau (dir.) et Luc Rouban (dir.), La Démocratie de l'entre-soi, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », , 224 p. (ISBN 978-2724620504, lire en ligne).
  3. a b et c « Debout la France », sur francetvinfo.fr, .
  4. a et b Barthélémy Philippe, « Le Pen, Wauquiez, Dupont-Aignan... pourquoi la droite "dure" n'est pas prête à s'entendre face à Macron ? », sur Capital.fr, (consulté le 20 janvier 2020)
  5. a et b Eva Mignot, « Au moins 82 députés ont un membre de leur famille engagé dans la vie politique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2017).
  6. a et b « Nicolas Dupont-Aignan écarte Emmanuelle Gave de sa liste aux Européennes en raison d'écrits racistes », sur liberation.fr, (consulté le 22 mars 2019).
  7. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur www.parties-and-elections.eu (consulté le 27 janvier 2018).
  8. a et b « Qui est Nicolas Dupont-Aignan, le candidat du "gaullisme" », sur Les Echos, (consulté le 20 janvier 2020)
  9. « Quand le vice-président du parti souverainiste Debout la France semble regretter le temps des colonies », sur lelab.europe1.fr, (consulté le 18 avril 2018).
  10. « Elections européennes : Nicolas Dupont-Aignan prend la tête de sa propre liste », sur Marianne, (consulté le 31 octobre 2019)
  11. « Nicolas Dupont-Aignan (DLF): «Je suis un concurrent, pas un adversaire de Marine Le Pen» », sur L'Opinion, (consulté le 20 janvier 2020)
  12. Christelle Bertr, « Secrets de candidats : l'europhilie inavouable de Nicolas Dupont-Aignan », sur leparisien.fr, (consulté le 20 janvier 2020)
  13. (en) Euroscepticism, Cardiff EDC, , 21 p. (lire en ligne), p. 18.
  14. « Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan… A chaque eurosceptique son "Frexit" », sur lejdd.fr, (consulté le 18 avril 2018).
  15. (en) « France election: Marine Le Pen would make Dupont-Aignan PM », sur BBC News, .
  16. (en) Gilles Ivaldi, « Crowding the market: the dynamics of populist and mainstream competition in the 2017 French presidential elections »,  : « Right-wing populism is also found in the neo-Gaullist and ‘sovereignist’ Debout la France (DLF) led by Nicolas Dupont-Aignan », p. 6.
  17. « Nicolas Dupont-Aignan quitte l'UMP », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018).
  18. « Nicolas Dupont-Aignan votera
    pour Nicolas Sarkozy
     », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 24 avril 2018)
    .
  19. Sophie Huet, « Dupont-Aignan : « Dépasser les clivages » », le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2015).
  20. Debout la République, « Élections européennes 2009 », debout-la-france.fr,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 16 mai 2015).
  21. « Le Conseil National de DLR décide que le rassemblement gaulliste participera aux élections régionales de mars prochain », le Post,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 18 mai 2015).
  22. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 - Haute-Normandie », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 15 mai 2015).
  23. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 - Île-de-France », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 15 mai 2015).
  24. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 - Lorraine », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 15 mai 2015).
  25. « Élections régionales 2010 », debout-la-france.fr,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 15 mai 2015).
  26. « Dupont-Aignan à Athènes : «Vive la Grèce libre !» », sur Le Figaro, (consulté le 21 mars 2016).
  27. Guillaume Perrault, « Nicolas Dupont-Aignan candidat pour 2012 », le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2015).
  28. « Parrainages : le record de Nicolas Dupont-Aignan », (consulté le 4 mars 2017).
  29. « Dupont-Aignan candidat en 2012 pour la «souveraineté» de la France », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2015).
  30. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 : France entière », sur interieur.gouv.fr (consulté le 29 avril 2012).
  31. [PDF] Rattachement des Députés à un parti ou un groupement politique dans le cadre de la législation sur le financement de la vie politique, Assemblée nationale, , 12 p. (lire en ligne).
  32. Sébastien Tronche, « Pourquoi Lionnel Luca s'est rattaché à Debout la République de Dupont-Aignan », sur Le Lab, Europe 1, (consulté le 16 mai 2015).
  33. a et b Laure Equy, « Pourquoi Bompard est-il rattaché au parti de Dupont-Aignan à l'Assemblée ? », sur liberation.fr, .
  34. Pierre Januel, « Les curiosités du rattachement financier », l'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2015).
  35. « Dupont-Aignan lance 300 candidats dans la bataille des législatives », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  36. « Législatives : voici la liste des candidats investis par Debout la France », sur debout-la-france.fr, (consulté le 11 juin 2017).
  37. « Législatives: Debout la France va opposer des candidats au Front national », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2017).
  38. « Debout la République devient "Debout la France" », sur Le Point, https://plus.google.com/+LePointfr, (consulté le 10 novembre 2015).
  39. a et b « Européennes : Dupont-Aignan et Nouvelle Donne tirent leur épingle du jeu », le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2015).
  40. a et b « Municipales 2014 : Debout la République en lice dans 132 communes », sur rtl.fr, (consulté le 16 mai 2015).
  41. « Départementales 2015 : Debout la France présente des candidats dans 156 cantons », le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2015).
  42. a et b Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections départementales 2015 - France entière », sur interieur.gouv.fr, (consulté le 16 mai 2015).
  43. Debout la France, « Debout la France a officialisé ses chefs de file pour les élections Régionales », debout-la-france.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2015).
  44. « Régionales : pourquoi Debout la France pourrait être l'arbitre du second tour », sur Le Figaro, .
  45. « Debout la France ne donnera aucune consigne de vote à l’occasion du 2d tour des élections régionales », debout-la-france.fr, .
  46. Louis Hausalter, « Voici ce qu’il reste de Debout la France après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen », marianne.net, (consulté le 5 mai 2017).
  47. a et b Raphaëlle Bacqué et Olivier Faye, « La dernière tentation de Nicolas Dupont-Aignan », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2017).
  48. Louis, « Le FN et Nicolas Dupont-Aignan rompent leur alliance », lepoint.fr, (consulté le 15 mai 2017).
  49. Lucas Burel et Paul Laubacher, « Nicolas Dupont-Aignan, l'homme qui y croit encore », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 30 octobre 2017).
  50. Anne-Laëtitia Béraud, « "Les amoureux de la France", la plateforme anti-Macron qui rêve d'une "union des droites" hors partis" », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne).
  51. « “Les Amoureux de la France” : Dupont-Aignan lance une plateforme participative », sur https://www.valeursactuelles.com, .
  52. « Nicolas Dupont-Aignan crée un second parti pour les européennes », sur La Lettre A.fr, (consulté le 2 décembre 2018).
  53. « Européennes : Nicolas Dupont-Aignan écarte une candidate après des propos controversés », sur Europe 1 (consulté le 31 octobre 2019)
  54. « Nicolas Dupont-Aignan : le ras-le-bol des militants de Debout la France », sur RTL.fr (consulté le 31 octobre 2019)
  55. Quentin Laurent, « Européennes : Dupont-Aignan présente sa liste… sans Jean-Frédéric Poisson », sur leparisien.fr, (consulté le 31 octobre 2019)
  56. a et b Élodie Forêt, « Places éligibles limitées, finances réduites... les galères de Nicolas Dupont-Aignan pour les européennes », sur www.franceinter.fr, (consulté le 31 octobre 2019)
  57. https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2018/12/116044-Rapport.pdf
  58. « Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen », Journal officiel de la République française, no 125,‎ (lire en ligne).
  59. a et b « Un vice-président de Debout la France démissionne et dénonce « l'ego surdimensionné » de Dupont-Aignan », sur bfmtv.com, (consulté le 20 janvier 2020)
  60. « Une soixantaine de cadres de Debout la France rejoignent l’orbite du Rassemblement national », sur lemonde.fr,
  61. a et b « Nicolas Dupont-Aignan vire les deux assistants parlementaires qui l’ont critiqué dans la presse », sur capital.fr, (consulté le 24 décembre 2020).
  62. Franck Johannès, « Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, au bord du naufrage », sur lemonde.fr, (consulté le 27 février 2021).
  63. « Les dissidents de Nicolas Dupont-Aignan rejoignent Marine Le Pen », sur lemonde.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  64. Étienne Gless et Corinne Moriou, « Abandonner l'euro afin de doper les exportations » : Nicolas Dupont Aignan, Debout la République », L'Express,‎ (lire en ligne).
  65. « Dupont-Aignan dit non à "l'UMPS" et au FN », sur lexpress.fr, (consulté le 21 août 2016).
  66. « La seule différence entre Dupont-Aignan et le FN, c'est... », sur Le Huffington Post, (consulté le 15 mars 2016).
  67. « Debout La République, toute l'actualité sur le parti de Nicolas Dupont-Aignan », sur francetv info (consulté le 11 décembre 2015).
  68. « Nicolas Dupont-Aignan : Le candidat hostile à l'euthanasie et à l'Europe », sur melty, (consulté le 3 décembre 2015).
  69. « Nicolas Dupont-Aignan pour un "patriotisme serein" », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 6 avril 2016).
  70. « Conseil d'État, 31 janvier 2020, attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales », sur conseil-etat.fr/, (consulté le 20 septembre 2020).
  71. « Circulaire relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020 », sur legifrance.gouv.fr//, (consulté le 20 septembre 2020).
  72. a et b « Dupont-Aignan défend un "protectionnisme intelligent" », le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2015).
  73. « Nicolas Dupont-Aignan veut favoriser le « made in France » » (consulté le 29 mai 2015).
  74. « Nicolas Dupont-Aignan souhaite un "bonus fiscal pour les entreprises" », sur rtl.fr (consulté le 25 octobre 2019)
  75. « #DirectPolitique. Dupont-Aignan veut augmenter les petites retraites » (consulté le 15 mai 2015).
  76. « Comment Dupont-Aignan compte financer les retraites » [vidéo], sur 20minutes.fr, (consulté le 10 novembre 2015).
  77. « Qui est Nicolas Dupont-Aignan, le candidat du "gaullisme" », sur lesechos.fr, (consulté le 23 octobre 2019)
  78. « Dupont-Aignan défend une Europe "des nations et des projets" », sur Le Point, (consulté le 23 octobre 2019)
  79. « Nicolas Dupont-Aignan : le souverainiste anti-euro », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 mai 2015).
  80. « Nicolas Dupont-Aignan dit avoir "évolué" sur l'euro, et souhaite "en garder les bons côtés" », sur France Bleu, (consulté le 23 octobre 2019)
  81. « Dupont-Aignan veut renégocier la dette française », sur Le Figaro (consulté le 15 mai 2015).
  82. « Nicolas Dupont-Aignan: son programme économique », sur lexpress.fr, (consulté le 10 novembre 2015).
  83. « Dupont-Aignan veut nationaliser les autoroutes », sur Le Figaro (consulté le 20 mai 2015).
  84. « Dupont-Aignan contre le bouclier fiscal », sur Le Figaro (consulté le 28 mai 2015).
  85. « Nicolas Dupont-Aignan », sur controverses.ensmp.fr (consulté le 28 mai 2015).
  86. « Européennes : la lanceuse d'alerte d'UBS sur la liste Dupont-Aignan », sur Europe 1 (consulté le 23 octobre 2019)
  87. « Les propositions de Nicolas Dupont-Aignan pour les Français expatriés » [archive du ], sur lepetitjournal.com (consulté le 28 mai 2015).
  88. « Dupont-Aignan : « Il faut mettre une laisse au cou du patron de Total » [archive du ], sur Challenges (consulté le 28 mai 2015).
  89. Fiscalité : ce que proposent les candidats (lire en ligne).
  90. « Les propositions économiques de Dupont-Aignan sont-elles crédibles ? » (consulté le 20 mai 2015).
  91. « Dupont-Aignan présente son parti renommé comme « seule alternative crédible » pour 2017 », sur LExpress.fr, (consulté le 6 mai 2016).
  92. « Aménagement et développement territorial : les positions de Nicolas Dupont-Aignan | Actualités du CNER | Actualités | Accueil - CNER », sur cner-france.com (consulté le 20 mai 2015).
  93. Fabien Fournier, « Nicolas Dupont-Aignan veut supprimer les conseils régionaux », sur lyoncapitale.fr (consulté le 20 mai 2015).
  94. « Une dose de proportionnelle aux législatives : qu'en disent les candidats? » (consulté le 20 mai 2015).
  95. « Nicolas Dupont-Aignan veut rendre le vote obligatoire », sur lcp.fr, (consulté le 20 mai 2015).
  96. « Campagne pour la reconnaissance du vote blanc », sur midilibre.fr (consulté le 20 mai 2015).
  97. « Nicolas Dupont-Aignan, cumulard et "fier de l'être" » (consulté le 20 mai 2015).
  98. « Les réponses de Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout la République », sur transparency-france.org (consulté le 20 mai 2015).
  99. « Nicolas Dupont-Aignan : non-assistance à paysans en danger! », sur Le Figaro (consulté le 29 mai 2015).
  100. « Dupont-Aignan: l'UE ne finance pas l'agriculture », sur Le Figaro (consulté le 29 mai 2015).
  101. « PMA : Nicolas Dupont-Aignan déplore sa légalisation de fait pour les couples de même sexe », sur debout-la-france.fr, (consulté le 19 mai 2015).
  102. « Nicolas Dupont Aignan sur la GPA : "le gouvernement n'est plus maître chez lui" - Replay », sur europe1.fr, (consulté le 19 mai 2015).
  103. « Nicolas Dupont-Aignan sur deux points non négociables », sur lesalonbeige.blogs.com, (consulté le 19 mai 2015).
  104. « Nicolas Dupont-Aignan : "Je suis hostile à l'adoption des couples homosexuels" », sur alliancevita.org, (consulté le 19 mai 2015).
  105. « Dupont-Aignan défend «l'union civile» pour les homos », sur Libération.fr, (consulté le 19 mai 2015).
  106. « Nicolas Dupont-Aignan répond à ELLE » (consulté le 24 mai 2015).
  107. Patrick Roger, « Nicolas Dupont-Aignan : « arrêtons de parler d'égalité, agissons » », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 24 mai 2015).
  108. « Dupont-Aignan propose 7 mesures pour "changer la vie des femmes" » (consulté le 24 mai 2015).
  109. « Nicolas Dupont-Aignan fait l'éloge de la prison contre «le laxisme» de Christiane Taubira », sur 20minutes.fr (consulté le 20 mai 2015).
  110. « Nicolas Dupont-Aignan propose de «rouvrir Cayenne» pour les djihadistes français », sur Le Figaro (consulté le 20 mai 2015).
  111. « Dupont-Aignan veut envoyer les djihadistes dans un «bagne» aux Kerguelen », sur 20minutes.fr (consulté le 25 octobre 2019)
  112. « Pour Dupont-Aignan, les jihadistes français en Irak: « ne sont plus français et leurs enfants doivent rester à-bas » », sur BFMTV (consulté le 25 octobre 2019)
  113. « Nicolas Dupont-Aignan favorable à une nationalisation de l’énergie » (consulté le 29 mai 2015).
  114. « Nicolas Dupont-Aignan veut réquisitionner Total et faire baisser le prix de l'essence » (consulté le 29 mai 2015).
  115. « Nicolas Dupont-Aignan sur le développement durable », sur caradisiac.com (consulté le 4 juin 2015).
  116. « Positions de Nicolas Dupont-Aignan sur la condition-animale », sur l214.com (consulté le 29 mai 2015).
  117. « Dupont-Aignan : plus de remise en cause de la chasse | Politique & animaux », sur politique-animaux.fr (consulté le 29 mai 2015).
  118. « Dupont-Aignan veut donner au cheval le statut d'animal de compagnie: soutien de Brigitte Bardot » (consulté le 29 mai 2015).
  119. « Partis politiques et animaux », sur politique-animaux.fr (consulté le 6 novembre 2016).
  120. « Politique étrangère : ce qu'en dit Nicolas Dupont-Aignan », sur L'Obs (consulté le 28 mai 2015).
  121. « Afghanistan: un "fiasco" pour Dupont-Aignan », sur 20minutes.fr (consulté le 28 mai 2015).
  122. « Vote sur l'intervention en Libye : Dupont-Aignan se bâillonne » (consulté le 28 mai 2015).
  123. « Nicolas Dupont-Aignan : "En Libye, on est parti dans un engrenage dramatique pour la France" » (consulté le 28 mai 2015).
  124. « Debout la République DLR », sur www.france-politique.fr (consulté le 24 avril 2018).
  125. « Grecs indépendants : un parti souverainiste anti-immigration allié de circonstance de Syriza », sur huffingtonpost.fr, .
  126. « Elections européennes: Dupont-Aignan rêve du modèle Ukip », sur lexpress.fr, .
  127. Rémi Noyon, « Belfort avant les européennes : à quoi joue donc Chevènement ? », sur Rue89, .
  128. « Élections européennes : Dupont-Aignan rêve du modèle Ukip », sur lexpress.fr, .
  129. « Béziers : pour Nicolas Dupont-Aignan, "Ménard, c’est Jeanne d’Arc !" », sur MidiLibre.fr.
  130. « Européennes : Dupont-Aignan a proposé à Zemmour d'être candidat », leparisien.fr, .
  131. Laurent de Boissieu, « Debout la France - Ligue du Sud: le paradoxe de Nicolas Dupont-Aignan », sur ipolitique.fr, .
  132. « Nicolas Dupont-Aignan prêt à s’allier avec le front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon "si c’est pour sauver la France" », sur lelab.europe1.fr, (consulté le 29 août 2016).
  133. Tristan Quinault Maupoil, « Nicolas Dupont-Aignan ne participera pas à la primaire UMP », sur Le Figaro, .
  134. Marc de Boni, « Comment Debout La France a été noyauté par des cadres pro-FN », sur lefigaro.fr, (consulté le 18 juillet 2017).
  135. Lucie Delaporte et Loup Espargilière, « Union des droites, la nébuleuse radicale en pleine effervescence », sur Mediapart, (consulté le 24 janvier 2018).
  136. « Nicolas Dupont-Aignan nomme un quatuor de vice-présidents », sur L'Opinion, (consulté le 14 octobre 2019)
  137. Debout la France, « Équipe dirigeante », sur debout-la-france.fr (consulté le 19 mai 2015).
  138. Debout la France, « Statuts et Règlement Intérieur », sur debout-la-france.fr (consulté le 19 mai 2015).
  139. a et b « Nicolas Dupont-Aignan réélu à la tête de Debout la France », sur L'Express, (consulté le 9 novembre 2019).
  140. Bruno Potier, « Universités de rentrées de DLR et DLJ » [archive du ], sur debout-les-jeunes.fr, .
  141. Bruno Potier, « Nicolas Calbrix élu Président de Debout les jeunes ! » [archive du ], sur debout-les-jeunes.fr, .
  142. Quentin Pérez de Tudela, « Jeunes en campagne. Alexandre Loubet appelle à se mettre Debout », sur ouest-france.fr, (consulté le 25 octobre 2019)
  143. Guillaume Jacquot, « Infographie : le rattachement politique des sénateurs pour 2019 », sur Public Sénat, (consulté le 31 mars 2020).
  144. « Déclarations de rattachement des sénatrices et des sénateurs à un parti ou un groupement politique », sur Sénat (consulté le 5 juin 2020).
  145. José Évrard, « Pourquoi j'ai adhéré à Debout La France », sur Debout la France, (consulté le 2 décembre 2020)
  146. « Rattachement des députés à un parti ou un groupement politique dans le cadre de la législation sur le financement de la vie politique pour 2020 », sur Assemblée nationale (consulté le 5 juin 2020).
  147. a b c d et e Données à compléter.


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :