Ouvrir le menu principal

Jean-Hugues Ratenon

homme politique français

Jean-Hugues Ratenon
Illustration.
Jean-Hugues Ratenon en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 30 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 5e de La Réunion
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Prédécesseur Jean-Claude Fruteau
Président de Rézistan's Égalité 974
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 2 jours)
Élection
Prédécesseur Fonction créée
Conseiller municipal de Bras-Panon

(10 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 23 mars 2014
Maire Daniel Gonthier
Successeur Marie-Délia Moutin
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Saint-Benoît (La Réunion)
Nationalité Française
Parti politique PCR (2010-2012)
ARCP (2010-2016)
RÉ974 (depuis 2016)
LFI (depuis 2017)
Profession Employé

Jean-Hugues Ratenon, né le à Saint-Benoît (La Réunion), est un homme politique français.

Membre de Rézistan's Égalité 974 et de La France insoumise, militant associatif depuis les années 1990 à La Réunion, il préside et intègre plusieurs associations de défense des pauvres et des chômeurs et se présente à plusieurs élections locales ou nationales. Il est élu conseiller municipal de Bras-Panon en 2008 (réélu en 2014), puis député en 2017, sous l'étiquette du mouvement qu'il a co-créé, Rézistan's Égalité 974. Il est membre du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale.

BiographieModifier

Situation personnelleModifier

Jean-Hugues Ratenon naît le à Saint-Benoît[1], dans une fratrie de quatre garçons et trois filles[2]. Sa mère est femme au foyer[3] et son père est un militant communiste exerçant la profession de coupeur de canne. Sa grand-mère est une engagée venue de l'île Rodrigues (Maurice) pour remplacer les esclaves dans les champs de canne à sucre après l'abolition de l'esclavage, morte apatride sans reconnaissance de la France durant les années 2010, à l'âge de 107 ans[4].

Militant contre la pauvretéModifier

Jean-Hugues Ratenon perçoit le revenu minimum d'insertion (RMI) puis le revenu de solidarité active (RSA)[4]. Détenteur d'un baccalauréat en électrotechnique qu'il a obtenu à l'école d'électricité du Port, il part, après son service militaire, travailler en France métropolitaine dans le domaine du froid et de la climatisation pendant deux ans puis retourne dans sa région de naissance en 1992. Il y exerce l'activité de bazardier puis de poissonnier, tout en pêchant puis vendant des bichiques occasionnellement. Il rencontre sa future femme avec qui il aura plusieurs enfants, une Cilaosienne, aux alentours de 1995, date à laquelle il débute ses activités associatives. Un « cercle de réflexions citoyennes », selon ses dires rapportés par Jean Marc Techer en 2003 dans le Journal de l'île de La Réunion, est créé avec plusieurs de ses amis chômeurs, prédécesseur de l'association Mouvement des chômeurs panonnais (MCP)[2], elle créée le [5] et renommée six ans plus tard en Agir pou nout tout[6], dont Jean-Hugues Ratenon devient le président[7], fonction qu'il occupe jusqu'en [8].

Pendant l'élection présidentielle française de 2002, Jean-Hugues Ratenon interpelle les seize candidats à la présidence de la République sur le sujet du chômage à La Réunion en leur envoyant à chacun un courrier. Il réitère avec le nouveau gouvernement puis avec les députés de son département. Après avoir débattu avec la ministre de l'Outre-mer Brigitte Girardin en 2002 sur le sujet des emplois-jeunes de La Réunion, il rencontre le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin lors d'une visite le sur l'île. Dans une discussion entamée devant la presse, Jean-Hugues Ratenon lui explique son ressenti sur la politique gouvernementale, qu'il juge « antisociale ». Cette intervention le fait connaître au grand public[2].

Il est à l'origine de plusieurs associations et mouvements de défense des chômeurs ou contre la pauvreté[4], qui lui ont permis une certaine reconnaissance et une popularité à La Réunion[2], dont chronologiquement le MCP en 1998[4], le Collectif emploi en danger (CED) en 2003[2], le Collectif contre la vie chère en 2009[9] puis l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP) en 2010[4],[10],[11], dont il est le président[12]. Il est également membre de la Fédération réunionnaise association éducation populaire et, en avril 2000, élu président de la Fédération panonnaise de promotion associative[13]. Après avoir été présent sur la liste communiste[14] aux élections municipales de 1995 à Bras-Panon[2], aux élections régionales de 1998 avec Lutte ouvrière, et avoir soutenu le député communiste Claude Hoarau à sa réélection en 1997[2], il se porte candidat aux élections cantonales de 2001 dans le canton de Bras-Panon[15], et obtient 419 voix pour 10,07 % des votants[16]. Il connaît une nouvelle défaite aux élections municipales de la même année sur une nouvelle liste communiste[14],[17]. Jean-Hugues Ratenon est en 2003 permanent du MCP, rémunéré en-dessous du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC)[2].

Conseiller municipal de Bras-PanonModifier

Jean-Hugues Ratenon est élu conseiller municipal à Bras-Panon aux élections municipales de 2008, avec quatre autres militants (Marie Guilène Nardy, Benoît Rieul Valery, Marie-Ginette Sinapin et Vincent Miranville) de la liste divers gauche dans laquelle il est placé en tête[18]. Avec des candidats venant du Parti socialiste, du Parti communiste réunionnais (PCR) ou de la société civile[19], elle recueille 1 511 votes au premier tour (26,52 %) et 1 794 au second (29,45 %)[18],[20] et se place dans l'opposition au maire de droite Daniel Gonthier[19]. Ratenon intègre le PCR en 2010, car selon lui « la situation sociale de La Réunion en 2010 nécessite une nouvelle politique publique qui doit impérativement rompre avec le modèle actuel »[6].

Contre la montée des prix du carburant et du gaz, il organise avec l'ARCP une action coup de poing le 12 octobre 2011 en bloquant durant une heure trois quarts les pompes de la station-service Total de Sainte-Marie[21]. Il fait suite à un appel au boycott des stations de la compagnie pétrolière lancé le premier du mois[22], action qu'il avait déjà menée en avril lors d'une première hausse du prix du carburant[23]. À Témoignages, il explique que cette dernière « est la compagnie qui rackette le plus ». « Nous sommes là pour informer les gens sur la différence entre le prix d'arrivée et le prix qu'on paye, que ce soit sur les carburants ou sur le gaz[21]. » Le mouvement reçoit le soutien de Marie-Martine Grosset, présidente de l'Association des forains de La Réunion[24]. En réponse à cette action et à celles qui ont suivi, l'enseigne décide de porter plainte contre Jean-Hugues Ratenon, président de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté[25]. Selon lui, il s'agirait d'une « opération d'intimidation »[26]. Il ajoute ne pas savoir « exactement ce que l'on [lui] reproche » et appelle à « amplifier le boycott contre les stations Total à la Réunion »[27].

Ce n'est pas la première fois qu'il s'oppose à la montée du prix des carburants[28] : en février 2011, à la suite d'une nouvelle hausse qu'il dit « injustifiée », il demande audience au préfet de La Réunion, Michel Lalande, après une réunion avec l'Observatoire des prix et des revenus, de la répression des fraudes et de la concurrence[29],[30]. En avril, à la suite d'une décision de la région de mettre en place des subventions pour les routiers professionnels, il demande une « baisse du prix pour tous ». Il appelle les syndicats au boycott du vote, condamnant La Réunion de « détourn[er] l'argent des contribuables », alors que de nouvelles hausses sont prévues[31]. Jean-Hugues Ratenon réitère ses demandes à la préfecture, après une nouvelle hausse en octobre 2011, arrivée à la suite d'une faible baisse des prix le mois précédent[32]. L'année suivante, avec le soutien de l'Alliance réunionnaise contre la pauvreté, il appelle les élus siégeant à l'Observatoire de « prendre leur responsabilité », les accusant de ne pas faire « leur boulot et [de laisser] le champ libre au préfet de La Réunion qui protège les compagnies pétrolières »[33].

Pour l'élection présidentielle de 2012, Jean-Hugues Ratenon apporte son soutien à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Parti de gauche et du Front de gauche[34]. Même s'il est membre du Parti communiste réunionnais, qui investit le maire de Saint-André Éric Fruteau comme candidat dans la cinquième circonscription de l'île aux élections législatives de la même année[35], Jean-Hugues Ratenon est soutenu dans une candidature dissidente dans la même circonscription par l'ARCP[36], qui dit avoir recueilli plus de 850 parrainages, mais aussi par plusieurs sections du parti[37]. Dans un communiqué de presse publié le 16 mars 2012, il explique : « Pour la cinquième circonscription, la plupart des sections PCR de l'Est (Bras-Panon, Saint-Benoît, La Plaine-des-Palmistes, Salazie) ont proposé ma candidature. Seule une section, à savoir Saint-André, s'est prononcée sur la candidature d'Éric Fruteau »[38]. Alors qu'il y était en premier temps opposé[39], il officialise cette candidature le 20 avril, se déclarant sans étiquette et « candidat du peuple ». Il annonce le même jour qu'il compte envoyer une lettre au secrétaire général du Parti communiste réunionnais, Élie Hoarau, pour qu'il soit destitué de toutes ses fonctions qu'il occupe à l'intérieur de celui-ci et renvoie sa carte de membre par la même occasion[40],[41]. Il est finalement éliminé dès le premier tour, et finit quatrième, derrière Fruteau, recueillant 3 775 voix, soit 12,54 % des exprimés[42].

À l'occasion de la Conférence économique et sociale organisée par l'État le 14 novembre 2012 dans le département d'outre-mer[43], il réitère un appel au boycott, cette fois-ci contre la grande distribution, pour se révolter contre la montée des prix[44],[45], la montée de celui du gaz et contre la suppression du revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA)[46]. Le 19 novembre de la même année, Jean-Hugues Ratenon débute une grève de la faim au Conseil général dans le but de récolter de l'argent pour qu'une famille réunionnaise avec quatre enfants installée en Île-de-France puisse revenir s'installer sur l'île, après avoir échoué à trouver du travail et un loyer salubre en France métropolitaine. Il la stoppe seulement quelques heures après, bénéficiant d'un don de 2 300 euros ainsi que d'une promesse de 1 070 euros venant d'un unique particulier, le premier don remboursant entièrement les six billets d'avion[47],[48],[49].

En décembre de l'année suivante, il œuvre pour un nouveau boycott de la grande distribution, et réclame une augmentation du SMIC à La Réunion correspondant au marché local, après celle du prix du chariot-type de 29,21 %. Il prône également « la priorité aux produits locaux » et la « prise en compte du prix du gaz et des carburant dans le calcul du chariot-type » et appelle les Réunionnais à la manifestation, et à ce que les syndicats se joignent à l'ARCP[50]. Il réitère son appel une quinzaine de jours après, une augmentation brutale du prix du gaz de 11,8 % ayant été mise en place, annonçant également que les marges sur le carburant sont bien trop hautes[51],[52]. À l'approche de Noël, il continue son appel au boycott des enseignes les plus chères, mais aussi à acheter moins de produits festifs, et de façon plus locale[53], un appel qu'il avait déjà lancé deux ans plus tôt[54].

Comme annoncé deux ans auparavant après son échec aux élections législatives[55] puis le sur sa page Facebook, Jean-Hugues Ratenon officialise sa candidature aux élections municipales de 2014 le 15 du même mois[56]. Il se représente à Bras-Panon[57], et est soutenu par le PCR[58]. Il déclare vouloir une « liste libre », composée de militants de gauche comme de droite, centristes ou apolitiques[59]. Cette dernière, nommée « C'est le moment », est placée deuxième à l'élection et recueille finalement 1 288 votes, soit 20,18 % des votes exprimés. Trois personnes sont donc élues, Jean-Hugues Ratenon, Marie-Alice Rouget épouse Moindjie et Mario Johan Edmond[60]. Ce petit groupe choisit de s'abstenir durant le premier conseil post-élection chargé d'élire le maire de la commune — Daniel Gonthier est réélu — et se place dans l'opposition, avec le groupe Mouvement démocrate[61].

En 2015, il se porte candidat aux élections départementales dans le canton de Saint-André-3, en binôme avec Laurence Bénard, et une nouvelle fois face à Daniel Gonthier. Il échoue avec 3 422 voix (37,82 %) contre 5 625 (62,18 %)[62]. Il poursuit avec les élections régionales de la même année sous l'étiquette ARCP et avec notamment le soutien du Front de gauche réunionnais[63] de la Confédération générale du travail réunionnaise[64], ainsi que de Steeve Israël Bègue, ancien candidat du Front national aux élections départementales dans le canton du Tampon-2[65]. Ce dernier est d'ailleurs présent à la vingt-cinquième place sur la liste menée par Jean-Hugues Ratenon[66], nommée « Voter, se révolter, pour avancer »[67],[68].

Jean-Hugues Ratenon démissionne de son mandat de conseiller municipal début , dans le contexte du mouvement des Gilets jaunes, affirmant prôner le principe « un homme, un mandat, une fonction »[69],[70].

Député de la XVe législatureModifier

 
Jean-Hugues Ratenon avec huit autres membres du groupe France insoumise, lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale début août 2017.

L'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté fusionne avec le Front de gauche réunionnais le pour fonder un nouveau parti, Rézistan's Égalité 974 (RÉ974)[71]. Jean-Hugues Ratenon est élu président[72]. RÉ974 présente deux candidats aux élections législatives de l'année suivante, Jean-Hugues Ratenon et Jean-Paul Panechou[73].

Jean-Hugues Ratenon est élu député dans la 5e circonscription de La Réunion le sous la bannière politique divers gauche avec 52,88 % des bulletins (14 056 voix) au second tour face à Daniel Gonthier (Les Républicains)[74],[75], gagnant dix-mille votants sur le résultat du premier tour[74], où il était arrivé en deuxième position[76]. Il est alors soutenu par La France insoumise (qu'il intègre par la suite[77]), Pour La Réunion, le Parti communiste réunionnais, ainsi que, pour le second tour, par le Parti socialiste[6]. Il bénéficie également du soutien de Pierre Vergès, fils de Paul Vergès, grande figure communiste de La Réunion[78].

À l'Assemblée nationale, il rejoint le groupe parlementaire de La France insoumise (LFI)[79], présidé par Jean-Luc Mélenchon, qu'il avait de nouveau soutenu lors de l'élection présidentielle de la même année[80]. Il intègre la commission des Affaires sociales[81], souhait qu'il avait annoncé peu après son élection[82].

Selon un classement du magazine Capital, Jean-Hugues Ratenon, est après six mois d'activité parlementaire, le trente-cinquième député le plus actif de la législature 2017-2022. Il est également le premier député hors-Hexagone du classement[83],[84]. En avril 2018, sur 400 scrutins publics qui se sont déroulés à l'Assemblée, il est le député du groupe LFI qui a le plus souvent voté en accord avec le groupe majoritaire La République en marche (23 %)[85].

Jean-Hugues Ratenon soutient le mouvement des Gilets jaunes dès les premières actions en [86]. Il est à l'origine d'une suspension de séance à l'Assemblée nationale à la fin du mois, après avoir brandi un gilet jaune à la tribune[77],[87] et participe aux manifestations réunionnaises[88]. Il s'oppose au grand débat national lancé par le président Emmanuel Macron pour mettre un terme au mouvement, une opération qu'il qualifie de « mascarade »[89].

Jean-Hugues Ratenon est destinataire, début à l’Assemblée nationale, d’une lettre anonyme à caractère raciste, dans laquelle l’auteur qualifie notamment les Réunionnais de « vermine de négros » et de « sous-race »[90]. Il cite également Brigitte Bardot qui, dans une lettre adressée au préfet de La Réunion le mois précédent, dénonçait l’abandon des animaux dans l’île et tenait des propos injurieux à l’égard des Réunionnais — qualifiés de « barbares » par l’actrice[91] —, pour lesquels Jean-Hugues Ratenon avait porté plainte[92]. L’auteur appelle enfin à « décrasser » l’île de La Réunion[93]. Cette lettre, partagée sur Facebook par Jean-Hugues Ratenon[94], est condamnée par Annick Girardin, ministre des Outre-mer[90],[95]. Jean-Hugues Ratenon annonce son intention de déposer une plainte contre X[96]. En , plusieurs députés de La République en marche avaient reçu des courriers racistes, accompagnés de menaces de mort[97].

En , il annonce sa candidature aux élections municipales de 2020 à Bras-Panon[98].

PolémiquesModifier

Début 2010, après un tract distribué à 69 familles le , où l'association Agir pou nout tout réclame l'ouverture d'un local communal qui lui était prêté mais dont les clefs ont été changées sans l'avertir, Jean-Hugues Ratenon reçoit une plainte de Daniel Gonthier pour « diffamation et injures envers un citoyen chargé d'un mandat public ». Sur l'affichette est écrit que le maire « se comporte comme un voyou et un Gros Blanc ». Agir pou nout tout se défend en expliquant que seul le comportement du politique est qualifié de « voyou », et non la personne, et que l'expression « Gros Blanc » est « couramment utilisée dans le langage créole pour parler d'une catégorie riche et favorisée de la population »[99],[100],[101]. La prescription est jugée, en , irrecevable par le tribunal, en partie parce que le dépôt de consignation n'a pas été effectué à temps. Ce jugement est confirmé en [101].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Mandats électifsModifier

Fonctions politiquesModifier

  • Président de Rézistan's Égalité 974 (depuis le ).
  • Président de l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (du au ).

Responsabilités associativesModifier

  • Président du Collectif des organisations syndicales et politiques de La Réunion (du au [9],[102]).
  • Président du Collectif emploi en danger (du au [103]).
  • Président de la Fédération panonnaise de promotion associative (à partir du ).
  • Président de l'association Mouvement des chômeurs panonnais puis Agir pou nout tout (du au ).

Notes et référencesModifier

  1. Lucie Touzé, « En tête-à-tête avec Jean-Hugues Ratenon », sur Linfo.re, .
  2. a b c d e f g et h Jean Marc Techer, « 5. Rencontre : Jean-Hugues Ratenon, président du Collectif emploi en danger », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 9 décembre 2017).
  3. Michèle Jean François, « Jean-Hugues Ratenon, militant anti-précarité », sur Les futurs journalistes de La Réunion, (consulté le 30 novembre 2017).
  4. a b c d et e David Ponchelet, « Jean-Hugues Ratenon, nouveau député de La Réunion, ex-smicard, « indigné, insoumis, révolté, mais pas résigné » », sur Outre-mer 1re, .
  5. Manuel Yepes, « Jean-Hugues Ratenon : du combat contre la précarité à l'Assemblée nationale », sur L'Info.re, (consulté le 9 décembre 2017).
  6. a b et c « Jean-Hugues Ratenon, le militant associatif devenu député », sur Zinfos974, (consulté le 5 décembre 2017).
  7. Élise Barthet, « Les raisons de la mobilisation à la Réunion », sur Le Monde, (consulté le 27 mai 2018).
  8. « Ratenon n’est plus Président d’Agir pou nout tout », sur Linfo.re, (consulté le 29 août 2019).
  9. a et b « Collectif contre la vie chère : 62 revendications », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 29 août 2019).
  10. « Qui est mon député ? Notre moteur de recherche pour mieux connaître votre représentant à l'Assemblée nationale : Jean-Hugues Ratenon », sur Le Monde, (consulté le 30 novembre 2017).
  11. Karine Maillot, « Naissance de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  12. « Jean-Hugues Ratenon craint « l'explosion sociale » », sur Orange.re, (consulté le 1er décembre 2017).
  13. « Annonce no 2337 », Journal officiel Associations, no 18,‎ , p. 2087 (lire en ligne, consulté le 29 août 2019).
  14. a et b Y. M., « Municipales : 18. Bras-Panon : Gonthier, Atchapa, Ratenon et les autres », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 9 décembre 2017).
  15. Jean Marc Techer, « Cantonales de Bras-Panon : Jean-Hugues Ratenon candidat du PCR », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 5 décembre 2017).
  16. Résultats officiels, Ministère de l'Intérieur. Document intitulé « Canto 01 Résultats Cantons FE T1 », ligne 1 987.
  17. « Elections (sic) municipales à Bras-Panon », sur Annuaire Mairie (consulté le 9 décembre 2017).
  18. a et b « Résultats des élections municipales 2008 : Bras-Panon (97412 - La Réunion) », sur L'Express (consulté le 3 décembre 2017).
  19. a et b Y. M., « Ratenon appelle Gonthier à « se ressaisir » », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 7 décembre 2017).
  20. « Résultats des élections municipales 2008 », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le 3 décembre 2017).
  21. a et b « L'ARCP appelle au boycott des stations Total », sur Témoignages, (consulté le 10 décembre 2017).
  22. « Jean-Hugues Ratenon bloque une station Total et appelle au boycott », sur Zinfos974, (consulté le 12 décembre 2017).
  23. Mounice Najafaly, « Les prix grimpent, l'ARCP boycotte », sur Orange.re, (consulté le 12 décembre 2017).
  24. Jean Marc Techer, « Ratenon appelle au boycott des stations Total », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 12 décembre 2017).
  25. « J.-H. Ratenon auditionné suite à une plainte de Total », sur Linfo.re, (consulté le 12 décembre 2017).
  26. « Jean-Hugues Ratenon convoqué à la gendarmerie », sur Témoignages, (consulté le 12 décembre 2017).
  27. « J.-H. Ratenon entendu par les gendarmes après une plainte de Total », sur Zinfos974, (consulté le 12 décembre 2017).
  28. Ludovic Grondin, « Le prix des carburants surfacturé aux Réunionnais ces trois derniers mois », sur Zinfos974, (consulté le 7 janvier 2018).
  29. G. S., « Jean Hugues Ratenon veut « toute la vérité sur la hausse des prix » », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 6 janvier 2018).
  30. G. S., « Jean-Hugues Ratenon veut « toute la vérité » », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 6 janvier 2018).
  31. P. M., « Jean-Hugues Ratenon : « La baisse du prix doit être pour tous » », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 7 janvier 2018).
  32. Émilie Marty, « Polémique autour des prix du carburant », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 8 janvier 2018).
  33. Jean Marc Techer, « Prix des carburants : l'ARCP demande aux élus de se mobiliser », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 14 janvier 2018).
  34. « L'ARCP soutient J.-L. Mélenchon pour l'élection présidentielle », sur Linfo.re, (consulté le 30 novembre 2017).
  35. Pierrot Dupuy, « Jean-Hugues Ratenon bientôt exclu du PCR », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  36. « Jean-Hugues Ratenon hésite mais finit par se présenter », sur Orange.re, (consulté le 2 décembre 2017).
  37. Jean Marc Techer, « Jean-Hugues Ratenon sur le point de quitter le PCR ? », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 6 décembre 2017).
  38. « Jean-Hugues Ratenon décidera s'il est candidat après la présidentielle », sur Orange.re, (consulté le 1er décembre 2017).
  39. « L'ARCP veut Jean-Hugues Ratenon comme candidat », sur Orange.re, (consulté le 2 décembre 2017).
  40. « Législatives - 5e circonscription : Jean-Hugues Ratenon officialise sa candidature », sur Imazz Press, (consulté le 1er décembre 2017).
  41. Philippe Madubost, « Jaean-Hugues Ratenon candidat « du peuple »... Contre le PCR », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 2 décembre 2017).
  42. « Résultats des élections législatives 2012 », sur Ministère de l'Intérieur, (consulté le 2 décembre 2017).
  43. Jean Marc Techer, « J.-H. Ratenon appelle à un boycott de la grande distribution », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 12 décembre 2017).
  44. « J.-H. Ratenon appelle au boycott de la grande distribution le 14 novembre », sur Zinfos974, (consulté le 12 décembre 2017).
  45. « Jean-Hugues Ratenon appelle au boycott de la grande distribution le 14 novembre », sur L'Express, (consulté le 12 décembre 2017).
  46. ARCP, « Jean-Hugues Ratenon appelle au boycott des grandes surfaces le 14 novembre », sur InfoRéunion, (consulté le 12 décembre 2017).
  47. « Une famille en détresse en métropole : J.-H. Ratenon entame une grève de la faim », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  48. « Jean-Hugues Ratenon cesse sa grève de la faim », sur Orange.re, (consulté le 1er décembre 2017).
  49. « Famille en détresse en métropole : Une solution trouvée, fin de la grève de la faim », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  50. « Rassemblement de l'ARCP/Rézistans devant la préfecture : Jean-Hugues Ratenon appelle au boycott des grandes surfaces », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 17 janvier 2018).
  51. H. L., « Ratenon s'insurge contre l'augmentation du prix du gaz », sur Zinfos974, (consulté le 17 janvier 2018).
  52. G. K., « Bonbonne de gaz à 24 euros : « Très choquant » pour Jean-Hugues Ratenon », sur Zinfos974, (consulté le 17 janvier 2018).
  53. S. H., « Jean-Hugues Ratenon appelle à acheter « simple » pour les fêtes », sur Zinfos974, (consulté le 17 janvier 2018).
  54. « Jean-Hugues Ratenon : « Attendez le dernier moment pour acheter vos jouets de Noël » », sur InfoRéunion.net, (consulté le 17 janvier 2018).
  55. « Ratenon/Municipales : « Je peux dire oui en 2014 » », sur Zinfos974, (consulté le 6 décembre 2017).
  56. « Municipales 2014 : Jean-Hugues Ratenon confirme sa candidature à Bras Panon », sur Imazz Press, (consulté le 7 décembre 2017).
  57. « Politique : Jean-Hugues Ratenon candidat aux municipales de 2014 », sur Imazz Press, (consulté le 2 décembre 2017).
  58. Lucie Touzé, « J.-H. Ratenon interpelle Daniel Gonthier », sur Linfo.re, (consulté le 4 décembre 2017).
  59. Jean-Hugues Ratenon, « Tribune libre : Jean-Hugues Ratenon veut une « liste libre » à Bras-Panon », sur Imazz Press, (consulté le 2 décembre 2017).
  60. « Élections municipales Bras-Panon 2014 », sur L'Internaute, (consulté le 3 décembre 2017).
  61. Patrice Haffner, « Daniel Gonthier à Jean-Hugues Ratenon : « Vous êtes for... minable ! » », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 4 décembre 2017).
  62. « Résultats des élections départementales 2015 », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le 6 décembre 2017).
  63. Erwann Ponnet, « Le Front de gauche apporte son soutien à Jean-Hugues Ratenon », sur Réunion 1re, (consulté le 30 novembre 2017).
  64. « Régionales : Jean-Hugues Ratenon sera tête de liste », sur Imazz Press, (consulté le 30 novembre 2017).
  65. « Des soutiens de toutes parts autour de Jean-Hugues Ratenon », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  66. « La liste de Jean-Hugues Ratenon aux régionales 2015 », sur Zinfos974, (consulté le 1er décembre 2017).
  67. Jean-Philippe Lutton, « Ils ont choisi Jean-Hugues Ratenon », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 2 décembre 2017).
  68. « Sur le grill de Réunion 1re, Gilbert Gérard, Jean-Hugues Ratenon et Aniel Boyer », sur Réunion La Première, (consulté le 6 décembre 2017).
  69. « Jean-Hugues Ratenon démissionne du conseil municipal de Bras-Panon », sur Linfo.re, (consulté le 17 mars 2019).
  70. « Guerre ouverte entre Daniel Gonthier et Jean Hugues Ratenon : Bras-Panon, ton univers impitoyable », sur Imaz Press, (consulté le 17 mars 2019).
  71. Gilbert Hoair et Lise Hourdel, « L'ARCP et le FG974 laissent place à un nouveau parti : Rézistans'Égalité 974 », sur Réunion La Première, (consulté le 17 mars 2019).
  72. « Rézistans Égalité 974 : Le nouveau parti de Jean-Hugues Ratenon », sur Zinfos974, (consulté le 17 mars 2019).
  73. Jean-Hugues Ratenon, « Deux candidats sous l'étiquette Rézistans Égalité 974 », sur Zinfos974, (consulté le 17 mars 2019).
  74. a et b Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 7 décembre 2017).
  75. Lucie Touzé, « Résultats définitifs / 5e circonscription : Jean-Hugues Ratenon élu député », sur Antenne Réunion, .
  76. Johanne Chung, « 5e circonscription : Daniel Gonthier devra faire face à Jean-Hugues Ratenon », sur Journal de l'île de La Réunion, (consulté le 9 décembre 2017).
  77. a et b « Le député de La France insoumise Jean-Hugues Ratenon brandit un gilet jaune à la tribune de l'Assemblée », sur France Info, (consulté le 28 novembre 2018).
  78. Pierre Vergès, « Tribune libre de Pierre Vergès : « Pleine réussite » à Jean-Hugues Ratenon », sur Imaz Press, (consulté le 13 mai 2018).
  79. « Jean-Hugues Ratenon rejoint Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale », sur Antenne Réunion,
  80. « Jean-Hugues Ratenon choisit de soutenir Jean-Luc Mélenchon », sur Zinfos974, (consulté le 30 novembre 2017).
  81. « M. Jean-Hugues Ratenon : Réunion (5e circonscription) », sur Assemblée nationale, (consulté le 6 décembre 2017).
  82. « Assemblée nationale : Les premiers pas de Jean-Hugues Ratenon, député de la 5e circonscription de La Réunion », sur Outre-mers 360o, (consulté le 6 décembre 2017).
  83. « Les députés d'En marche, cancres de l'Assemblée... Notre classement », sur Capital, (consulté le 22 décembre 2017).
  84. N. P., « Classement des députés réunionnais : Jean-Hugues Ratenon premier, Thierry Robert dernier », sur Zinfos974, (consulté le 31 décembre 2017).
  85. Wedodata, « La gauche, contre Macron ou tout contre ? », sur Les Jours, (consulté le 29 juillet 2018).
  86. Philippe Dornier, « Gilets jaunes : « Il faut poursuivre le mouvement » (Jean-Hugues Ratenon) », sur Réunion La Première, (consulté le 17 mars 2019).
  87. « L'Insoumis Jean-Hugues Ratenon brandit un gilet jaune à la tribune de l'Assemblée », sur Le Figaro, (consulté le 28 novembre 2018).
  88. Pierre Duquesne, « Jean-Hugues Ratenon « Les Réunionnais expriment un sentiment d’abandon général » », sur L'Humanité, (consulté le 17 mars 2019).
  89. E. M., « Ratenon part en croisade contre Michel Vergoz », sur Clicanoo, (consulté le 17 mars 2019).
  90. a et b « Un député de La Réunion reçoit un courrier raciste, la ministre des Outre-mer condamne », sur Le Figaro, (consulté le 14 septembre 2019).
  91. « Brigitte Bardot qualifie les Réunionnais de “barbares” et de “population dégénérée” », sur Le Point, (consulté le 14 septembre 2019).
  92. N.P, « Jean-Hugues Ratenon porte plainte contre Brigitte Bardot », sur Zinfos974, (consulté le 14 septembre 2019).
  93. « Lettre raciste à Jean-Hugues Ratenon : les Réunionnais seraient une “sous-race” », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 14 septembre 2019).
  94. « [Faits Divers] Jean-Hugues Ratenon reçoit une lettre raciste dans laquelle les Réunionnais sont assimilés à “une sous-race” », sur Clicanoo.re, (consulté le 14 septembre 2019).
  95. « Un député de La Réunion reçoit un courrier raciste, la ministre des Outre-mer condamne », sur Le Parisien, (consulté le 14 septembre 2019).
  96. « Jean-Hugues Ratenon destinataire d’une lettre raciste », sur La Première, (consulté le 14 septembre 2019).
  97. « Racisme : des députés menacés de mort », sur France Info, (consulté le 14 septembre 2019).
  98. Lukas Garcia, « [Politique] Ratenon candidat à Bras-Panon », sur Clicanoo, (consulté le 29 août 2019).
  99. Jean Marc Techer, « Daniel Gonthier porte plainte contre Jean-Hugues Ratenon », sur Journal de l'île de la Réunion, (consulté le 7 janvier 2018).
  100. « Mairie de Bras-Panon : Plainte pour « diffamation et injures » : Jean-Hugues Ratenon se défend », sur Imazz Press, (consulté le 7 janvier 2018).
  101. a et b Jean Marc Techer, « Jean-Hugues Ratenon confirme en appel », sur Journal de l'île de la Réunion, (consulté le 7 janvier 2018).
  102. « Brigitte Malet : “Les gens attendent encore de nous, il ne faut pas se laisser attendrir” », sur Témoignages, (consulté le 29 août 2019).
  103. « [Politique] 6. Ratenon jette l'éponge », sur Clicanoo.re, (consulté le 29 août 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier