Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Nemours

commune française du département de Seine-et-Marne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nemours (homonymie).

Nemours
Nemours
La mairie.
Blason de Nemours
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Nemours
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nemours
Maire
Mandat
Anne-Marie Marchand
2017-2020
Code postal 77140
Code commune 77333
Démographie
Gentilé Nemouriens
Population
municipale
13 358 hab. (2015 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2010)
Densité 1 233 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 03″ nord, 2° 41′ 49″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 133 m
Superficie 10,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nemours

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nemours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nemours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nemours
Liens
Site web nemours.fr

Nemours est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

La ville est connue pour son château-musée du XIIe siècle, ainsi que pour le musée départemental de Préhistoire d'Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Nemourien(ne)s.

Sommaire

GéographieModifier

Nemours est située dans l'arrondissement de Fontainebleau sur les rives du Loing, à dix-sept kilomètres au sud de Fontainebleau et 81 km de Paris[1].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Nemours
Darvault
Saint-Pierre-lès-Nemours  
Bagneaux-sur-Loing Poligny

HydrographieModifier

  • la rivière le Loing, longue de 142,7 km[2], affluent en rive gauche de la Seine ;
  • Le canal du Loing, long de 49,424 km, construit au XVIIIe siècle, assurait à l'origine avec le canal d'Orléans, la jonction entre le bassin fluvial de la Loire et celui de la Seine.

Voies de communications et transportsModifier

Nemours est traversé par la nationale 7 et la voie ferrée Paris-Clermont-Ferrand (trains vers Melun, Paris et Montargis).

UrbanismeModifier

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Nemausus vers 843[3].[réf. nécessaire]

La commune doit son nom à une divinité gauloise Nemausus qui est également à l'origine de Nîmes. L'élément gaulois nem, se retrouve également dans le terme nemeto-, enclos sacré, temple.

Nemausum, mot qui a la même racine que le celtique nemetum et qui, comme lui, signifie « enceinte sacrée »

HistoireModifier

 
Château de Nemours côté Loing.

L'histoire de Nemours débute au XIIe siècle, avec la création d'une seigneurie. Le premier seigneur de Nemours est Orson en 1120.

Le château ainsi que l'église Saint-Jean-Baptiste en centre-ville, sont construits vers 1170 à la demande de Gauthier de Villebéon, grand chambellan des rois Louis VII et Philippe Auguste. La ville est incendiée en 1358 durant la guerre de Cent Ans. L’église est détruite dans cet incendie, puis reconstruite à partir de 1445 pour s’achever en 1555. Le chœur date de cette reconstruction. En 1850 et 1890, l’intérieur de l’église est aménagé avec la pose de vitraux et d’un maître autel en hommage à Jean-Baptiste.

La ville devint domaine royal quand elle fut acquise par Philippe III le Hardi (1274). Elle fut érigée en duché-pairie par Charles VI lors d'un échange de terres en 1404 avec Charles III le Noble, roi de Navarre. Le duché de Nemours restait toutefois un domaine royal du roi de France, et était grevé d'un droit de réversion. Ainsi devait-il être rendu à la couronne au décès de Charles III en 1425. Blanche Ire de Navarre, fille de Charles III de Navarre, tenta de s'opposer à cette réversion en voulant en rendre hommage au roi. Si le roi avait accepté cette démarche, il aurait implicitement reconnu que le duché était une possession pleine et entière de la maison de Navarre. Mais le roi refusa cet hommage pour cette raison. Blanche en fit alors hommage au roi d'Angleterre, et le duché lui fut subséquemment confisqué par la couronne. Blanche avait cependant promis à sa sœur Beatrice une donation de 60 000 livres et une rente de 4 000 livres prises sur le duché de Nemours, le tout devant servir de dot à la fille de Béatrice, Eléonore de Bourbon, lors du mariage de cette dernière à Bernard d'Armagnac. Bernard d'Armagnac n'ayant pas reçu la dot de sa femme, son père le comte d'Armagnac intenta un recours contre Blanche. Un arrêt de 1446 ordonnant le paiement de ces sommes sur le duché de Nemours, fut opposé par le procureur général sur la base du droit de réversion. En 1461 Louis XI céda par lettres patentes le duché de Nemours en apanage à Jacques d'Armagnac.

Jacques d'Armagnac étant décédé en 1477, le duché revenu de droit une fois de plus à la couronne, ses fils Jean d'Armagnac-Nemours et Louis d'Armagnac demandèrent à Charles VIII la restitution de l'apanage du duché de Nemours. En 1491 Charles VIII leur accorda par lettres patentes le don du droit du roi sur le duché, mais le droit de réversion y fut maintenu. Si bien qu'à leur mort ce fut en vain que leur sœur Marguerite d'Armagnac, dernière descendante de Charles III de Navarre, comtesse de Guise, mariée à Pierre de Rohan-Gié, tenta de perpétuer la possession du duché de Nemours en voulant elle aussi en rendre hommage au roi : le procureur du roi s'opposa à en recevoir l'hommage, et les décès de Marguerite d'Armagnac et de Pierre de Rohan en 1507, sans enfants pour hériter, retourna derechef les terres à la couronne et mit fin à cette dispute. Subséquemment, Louis XII donna l'apanage du duché de Nemours à son neveu Gaston de Foix en échange du comté de Narbonne (1507), puis au décès de ce dernier en 1515 François Ier fit de même pour l'époux de sa tante Philiberte de Savoie, Julien de Médicis fils de Laurent le Magnifique. Philiberte décédée en 1524, François Ier fit don de l'apanage à sa mère Louise de Savoie[4].

Étant restée pendant 150 ans dans la maison de Savoie, la ville échut enfin en 1666 à Louis XIV, qui en fit don à Philippe d'Orléans, son frère, dont la postérité l'a gardée jusqu'en 1789. Le titre de duc de Nemours est porté par Louis d'Orléans, deuxième fils du roi Louis-Philippe[1].

Article connexe : Liste des ducs de Nemours.

Henri III conclut à Nemours avec les Ligueurs, le , le traité de Nemours par lequel il reconnaissait la Ligue catholique, révoquait les édits de tolérance favorables à la religion protestante, et s'engageait à expulser tous les Calvinistes[1]. Le même traité exclut Henri de Navarre de la succession du trône (futur Henri IV).

En 1789, Pierre Samuel Dupont est député de Nemours. 10 ans plus tard, il quitte la France pour les États-Unis où son fils, Eleuthère Irénée, crée une entreprise qui deviendra plus tard la multinationale Du Pont de Nemours.

La ville fut chef-lieu du district de Nemours de 1790 à 1795.

Ville rurale à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle commence alors à prendre plus d’importance dans la vie économique de la région et sa population suivra la même croissance.

Nemours est une des principales villes traversées par la nationale 7, la mythique Route Bleue. Dans les années 1960, c'est l'une des premières villes étapes pour les vacanciers parisiens. Située au kilomètre 76, on mettait à l'époque plus de deux heures pour traverser la ville à cause des nombreux feux tricolores. Nemours attire les passionnés et les collectionneurs amoureux de la N 7, avec la publicité la plus ancienne de la route Paris-Menton : il s'agit d'une fresque murale pour le savon Saponite. Cette fresque est entretenue grâce à des fonds privés.

Le 1er juin 2016, 2 000 habitants doivent quitter leur maison, devant la montée des eaux du Loing, les eaux ayant envahi le centre-ville ; une crue record qui a dépassé le niveau historique de 1910[5]. Nemours est sous l'eau pendant 4 jours, et les dégâts sont importants. La ville est coupée en deux, les 2 ponts sont coupés en raison des inondations.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune, qui était rattachée à l'arrondissement de Melun depuis 1926, fait partie depuis 1988 de l'arrondissement de Fontainebleau du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[6]. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 1986 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Nemours[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune en devient le bureau centralisateur.

IntercommunalitéModifier

La ville est la commune principale de la communauté de communes Pays de Nemours (CCPN), créée fin 2009.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs [7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1837 M. Tugault   Notaire
Conseiller d'arrondissement
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1894 mars 1903 Émile Duche    
mars 1903 mai 1904 Henri Demait    
mai 1904 mai 1908 Louis Jean Girod    
mai 1908 août 1935 Léon Daunay    
août 1935 mars 1949 Gaston Darley    
mars 1949 juin 1962 Jacques David    
juin 1962 mars 1965 Pierre Mahieu    
mars 1965 mars 1977 Étienne Dailly Rad. puis
UDF-Rad.
Administrateur de sociétés
Sénateur de Seine-et-Marne (1959 → 1995)
Conseiller général de Nemours (1961 → 1979)
Président du Conseil général (1967 → 1979)
Maire de Montcourt-Fromonville (1957 → 1965)
mars 1977 mars 1983 Jean Grattier PS  
mars 1983 mars 2001 Charles Hochart RPR Conseiller général de Nemours (1985 → 2005)
mars 2001 mars 2008 Jean Pierre Béranger PS  
mars 2008[8] juillet 2017[9] Valérie Lacroute[10] UMPLR Consultante transports
Députée de Seine-et-Marne (2e circ.) (2012[11] → )
Présidente de la CC Pays de Nemours (2014 → )
Démissionnaire suite à sa réélection comme députée
juillet 2017[12] en cours
(au 17 juillet 2017)
Anne-Marie Marchand LR Présidente du Syndicat du ru du Bignon (2016[13] → )

JumelagesModifier

Politique environnementaleModifier

Un réseau de chaleur construit entre 1969 et 1973 alimente le quartier Saint-Martin et l’hôpital. La chaufferie fonctionnait au gaz et au fioul. Sa rénovation lui permet de brûler 66 % au bois et 34 % au gaz à partir de mars 2013[15], et de chauffer 1 800 foyers en réduisant les émissions de CO² de 3 400 tonnes par an[16].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[17],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 13 358 habitants[Note 2], en augmentation de 4,81 % par rapport à 2010 (Seine-et-Marne : +4,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 4693 7603 6393 8253 8393 6353 5473 8023 955
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6963 7393 9024 0103 8714 2874 4624 5264 602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8615 0875 1085 0745 1185 1985 1545 4195 594
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
6 3458 13111 22311 66512 07212 89812 43412 82213 358
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Le festival Paroles de femmes, chaque année la semaine du 8 mars: séances de cinéma, concerts, théâtre, ateliers, lectures, expositions sur le thème des droits de la femme.
  • La Foire Exposition qui se déroule du vendredi au lundi lors du week-end de la fête de la Saint-Jean (24 juin).
  • La fête médiévale de l'association Nemours Médiéval dans le centre historique de la ville : le 1er week-end de juillet.
  • Le festival « Notown », festival de musiques reggae et rock. Dernier week-end d'août ou premier de septembre.
  • La fête de l'association « L'Art dans la Ville » qui promeut l'art sous toutes ses formes, durant tout un week-end fin septembre[19].
  • La « Passé O’Mobile », rassemblement et exposition de voitures de collection, le 1er dimanche d'octobre.
  • Le festival Pays de Nemours au Fil du Loing, fête nautique organisée par l'Office de Tourisme du Pays de Nemours chaque dernier dimanche de juillet[20]

SantéModifier

Nemours dispose d'un pôle hospitalier du Centre hospitalier du Sud Seine-et-Marne, regroupant ceux de Montereau, Fontainebleau et Nemours. Le site de Nemours dispose d'un service d'urgences.

SportsModifier

La ville de Nemours est aussi connue pour sa piscine tournesol, son complexe sportif et ses trois gymnases.

CultesModifier

  • Église Saint-Jean-Baptiste ; elle conserve une relique du saint (mandibule inférieure)[21],[22].

ÉconomieModifier

Sablières, carrières, apiculture, coopérative agricole, centre régional d'informatique, bonbon au coquelicot.

Culture locale et patrimoineModifier

 
Le Loing à Nemours : le pont à haubans Charles-Hochart et les silos à céréales.

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Nés à NemoursModifier

Morts à NemoursModifier

Ayant un lien avec NemoursModifier

Nemours et la littératureModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Nemours se blasonnent ainsi :
D’argent à la forêt de sinople posé sur un tertre du même, au chef d’azur semé de fleurs de lis d’or chargé d’un lambel d’argent brochant le tout

Les armoiries de Nemours, déclarées par la ville le 20 janvier 1699 pour l’armorial de France font référence à la forêt (nemus) qui serait à l’origine du nom de la ville et dont la représentation symbolique constitue le meuble héraldique principal de l’écu.

Dans sa partie supérieure, ou chef, celui-ci porte les armes de France (fleurs de lis) ainsi qu’un lambel d’argent à trois pendants. Il s’agit de celui de la famille d’Orléans, Louis XIV de France ayant donné le duché de Nemours à son frère, Philippe de France, duc d’Orléans.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. a, b et c Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Nemours » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)
  2. Sandre, « Le Loing »
  3. Dans le cartulaire de l'abbaye Sainte-Croix d'Orléans.
  4. Journal des principales audiences du Parlement, tome septième. Michel Du Chemin, avocat au Parlement. éd. Durand, 1754. p. 455.
  5. https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/02/a-nemours-inondee-par-les-eaux-du-loing-une-nuit-de-veille-et-d-angoisse_4930823_3244.html
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Les maires de Nemours », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 19 juillet 2017).
  8. P.V., « Salle comble pour l’élection du nouveau maire », Le Parisien - Municipales 2008,‎ (lire en ligne).
  9. Faustine Léo, « Seine-et-Marne : réélus députés, ils lâchent leur mandat de maire... mais pas leur mairie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Réélue députée, Valérie Lacroute (LR) redevient conseillère municipale mais assume « garder (son) bureau » de maire de Nemours ».
  10. « Valérie Lacroute, députée de Seine-et-Marne », GEEA - Génération entreprise entrepreneurs associés (consulté le 19 juillet 2017).
  11. S.B., « Valérie Lacroute prête à succéder à Didier Julia », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne) « Maire de Nemours depuis mars 2008, Valérie Lacroute (UMP), 46 ans, a lancé officiellement sa campagne comme candidate aux élections législatives dans la 2e circonscription ».
  12. Sylvain Deleuze, « Nemours : Anne-Marie Marchand (LR) est la nouvelle maire : Nemours, ce lundi soir. Anne-Marie Marchand (LR) a été élue maire de Nemours, dès le premier tour, et succède ainsi à Valérie Lacroute, la députée (LR). », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  13. « Nemours. Anne-Marie Marchand, présidente du Syndicat du ru du Bignon », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  14. Les 30 ans du jumelage avec Mühltal
  15. « Nemours, projet de nouvelle chaufferie », Le Moniteur, no 5650,‎ , p. 77
  16. « La chaufferie au bois va faire baisser la facture », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. « L'Art dans la Ville », sur artville.free.fr (consulté en janvier 2017)
  20. « Pays de Nemours au Fil du Loing »,
  21. Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos - Le guide du Patrimoine: Ile-de-France - p. 480 - Ministère de la Culture, Hachette, Paris, 1988, (ISBN 2010168119)
  22. Description de l'église Saint-Jean-Baptiste
  23. La bibliothèque municipale
  24. Château de Nemours
  25. http://www.nemours.fr/culture-et-sport/le-chateau-musee
  26. Inscrit MH : 1926 - {| |1926/04/14 : inscrit MH |- |} , datation 1641 - 1669
  27. et http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=&FIELD_2=cmer1&VALUE_2=nemours&FIELD_3=cmer6&VALUE_3=&FIELD_4=cmer2&VALUE_4=&FIELD_5=cmer3&VALUE_5=&FIELD_6=cmer4&VALUE_6=&FIELD_7=Appellation&VALUE_7=&FIELD_8=Date%20protection&VALUE_8=&NUMBER=5&GRP=0&REQ=%28%28nemours%29%20%3aLOCA%2cPLOC%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=50&DOM=MH
  28. Sétra - Piles : Pont sur le Loing à Nemours (1996)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier