Nemours

commune française du département de Seine-et-Marne

Nemours
Nemours
Vue de Nemours avec son église depuis la rive droite du Loing.
Blason de Nemours
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Intercommunalité CC Pays de Nemours
(siège)
Maire
Mandat
Valérie Lacroute
2020-2026
Code postal 77140
Code commune 77333
Démographie
Gentilé Nemouriens
Population
municipale
13 165 hab. (2018 en augmentation de 2,66 % par rapport à 2013)
Densité 1 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 03″ nord, 2° 41′ 49″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 133 m
Superficie 10,83 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Nemours
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nemours
(bureau centralisateur)
Législatives 2e circonscription de Seine-et-Marne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Nemours
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Nemours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nemours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nemours
Liens
Site web nemours.fr

Nemours est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

La ville est connue pour son château-musée du XIIe siècle, ainsi que pour le musée départemental de Préhistoire d'Île-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Nemours est située dans l'arrondissement de Fontainebleau sur les rives du Loing, à 17 kilomètres au sud de Fontainebleau et 81 kilomètres de Paris[1].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Nemours
Darvault
Saint-Pierre-lès-Nemours  
Bagneaux-sur-Loing Poligny

Géologie et reliefModifier

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2]. L'altitude varie de 57 mètres à 133 mètres pour le point le plus haut, le centre de la ville se situant à environ 60 mètres d'altitude (mairie)[3].

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés :

  • la rivière le Loing, longue de 142,73 km[4], affluent en rive gauche de la Seine, ainsi que :
    • un bras de 0,31 km[5] ;
    • un bras de 0,53 km[6] ;
    • un bras de 1,04 km[7] ;
    • le canal du Loing, long de 47,84 km[8], construit au XVIIIe siècle, assurait à l'origine avec le canal d'Orléans, la jonction entre le bassin fluvial de la Loire et celui de la Seine ;
      • le canal 01 des Fontaines, 0,64 km[9], qui conflue avec le canal du Loing.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 9,76 km[10].

ClimatModifier

Nemours, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transportsModifier

Voies de communicationModifier

Nemours est traversée par la nationale 7 et desservie par l'autoroute A6 (sortie 15 (nord) et sortie 16 (est)).

TransportsModifier

La commune est desservie par :

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Espaces protégésModifier

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[12],[13].

La réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais », créée en 1998 et d'une superficie totale de 150 544 ha, est un espace protégé présent sur la commune. Cette réserve de biosphère, d'une grande biodiversité, comprend trois grands ensembles : une grande moitié ouest à dominante agricole, l’emblématique forêt de Fontainebleau au centre, et le Val de Seine à l’est. La structure de coordination est l'Association de la Réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais, qui comprend un conseil scientifique et un Conseil Education, unique parmi les Réserves de biosphère françaises[14],[15].

Réseau Natura 2000Modifier

 
Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[16].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[17],[Carte 1] :

  • les « Rivières du Loing et du Lunain », d'une superficie de 400 ha, deux vallées de qualité remarquable pour la région Île-de-France accueillant des populations piscicoles diversifiées dont le Chabot, la Lamproie de Planer, la Loche de Rivière et la Bouvière[18],[19].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Nemours comprend une ZNIEFF de type 1[Note 1],[20],[Carte 2], les « Sablières et Platières de Nemours » (571,64 ha), couvrant 2 communes du département[21]. , et deux ZNIEFF de type 2[Note 2],[20] :

  • la « vallée du Loing entre Moret et Saint-Pierre-Lès-Nemours » (1 749,77 ha), couvrant 13 communes du département[22] ;
  • la « vallée du Loing entre Nemours et Dordives » (1 059,63 ha), couvrant 7 communes dont 1 dans le Loiret et 6 en Seine-et-Marne[23].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Nemours est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[24],[25],[26]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nemours, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[27] et 21 105 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[30],[31].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 49 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés[32].

Occupation des solsModifier

En 2018[33], le territoire de la commune se répartit[Note 6] en 47,1 % de forêts, 30,2 % de zones urbanisées, 11,2 % de zones agricoles hétérogènes, 9,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication, 1,2 % de prairies, 0,5 % de terres arables, 0,5 % d’eaux continentales[Note 7],[10],[34].

LogementModifier

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 6 366 dont 43 % de maisons et 56 % d'appartements.

Parmi ces logements, 89,1 % étaient des résidences principales, 1,5 % des résidences secondaires et 9,4 % des logements vacants[Note 8].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 37,6 % contre 60,4 % de locataires[35] dont, 33,1 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 9] et, 2 % logés gratuitement.

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Nemausus vers 843[36], forme apparentée à nemeton (« lieu consacré ») a donné Nemours[37].

Nemausum, mot qui a la même racine que le celtique nemetum et qui, comme lui, signifie « enceinte sacrée, sanctuaire »[38].

L'élément gaulois nem, se retrouve également dans le terme nemetos- (« enclos sacré, temple ») qui correspond au latin fanum (« sanctuaire »)[39].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Le Bois de BeauregardModifier

Le site de Beauregard[40] ou bois des Beauregards a été fouillé par M. Soudan depuis avant 1929 jusqu'en janvier 1932 ; et par l'abbé André Nouel probablement vers la même période mais la collection Nouel de Beauregard a été détruite dans l'incendie d'Orléans en 1940[40].

La couche C, la plus ancienne, est attribuée au « Magdalénien I » par A Nouel et par Raoul Daniel[41] qui a lui aussi étudié l'industrie lithique du site (1930[42], 1937[43]). Cependant Nouel dit que les pièces de cette couche sont tout à fait comparables à celle de Badegoule[44] et qu'il les a un temps pensé être de l'Aurignacien[41]. R. Daniel publie en 1937 un rectificatif : « L'Industrie du niveau inférieur [...] n'est pas aurignacienne ; elle doit être classée à la base du Magdalénien »[43]. Or le Badegoulien, faciès précédant immédiatement le Magdalénien et parfois appelé « protomagdalénien », n'est pas encore défini à l'époque de Nouel et Daniel ; plus tard, Beauregard devient réputée pour, précisément, son gisement badegoulien[45]. R. Daniel consacre quelques lignes en 1930[46] et 1939[47] à des pièces qu'il dit solutréennes. Dans la publication de 1939, il insiste sur le fait qu’il s’agit surtout du « genre face plane ». Il n'y a aucun dessin de pièces dans l'article de 1930[42], mais celles figurées dans la publication de 1939 évoquent plutôt les racloirs et burins sur racloir du Badegoulien, si nombreux aux Beauregards[45]. J'usqu'en 1965 ce gisement a déjà fourni plus de 10 000 pièces et nucleus et n'a pas été entièrement exploré - tant s'en faut[48].

D'après Nouel (1949), les deux autres couches B et A se rapportent au Magdalénien[44] (moyen ?).

En 1965 R. Daniel mentionne des « pièces Moustériformes dans le Protomagdalénien I »[49] (c'est-à-dire le Badegoulien). Y a-t-il eu un mélange des couches avec une présence moustérienne préalable, ou s'est-il trompé ?

Autres sitesModifier

L'auvent de la grotte du Troglodyte est le seul autre abri naturel de la falaise à avoir été habité. Les autres sites occupés se trouvent sur les crêtes et les platières[50] ; ce sont, présentés par période d'occupation en ordre chronologique (les chiffres indiqués pour les quantités de pièces récoltées sont ceux des fouilles Vignard & Vacher 1965, sauf autrement mentionné :

Gravettien
  • Gros Monts bis et Gros Monts ter sont les sites les plus importants : 3 000 outils et 95 000 éclats ont été recueillis sur seulement la moitié du gisement[48].
  • Les Chênes[48], avec de gros rochers plus ou moins enterrés. Avant le dépôt du loess, ils fournissaient un abri de 1 m à 1,5 m en y appuyant de grosses branches recouvertes de peaux[50]. Le « gisement du Bois des Chênes » est également mentionné par Bodu et al. (2014)[51]. Ce site a fourni 600 outils et plusieurs milliers d'éclats sur seulement la moitié du gisement[48].
  • Les Ronces[48], lui aussi avec de gros rochers plus ou moins enterrés[50] et les mêmes conditions d'habitat, a fourni à peu près le même nombre de pièces que les Chênes[48].

Au Gros Monts I et au Gros Monts bis, les carriers ont détruit quelques rochers qui ont pu servir d'abri[50].

Badegoulien
  • Le 2e Redan a fourni plus de 1 700 outils et nucleus et les fouilles plus anciennes en ont récolté certainement plus du double[48].
  • Les Chênes, avec 2 500 outils et plusieurs milliers d'éclats sur à peine la moitié du gisement[48].
  • Les Ronces, dans les mêmes conditions que pour les Chênes, a fourni seulement 700 pièces et nucleus[48].
  • Les Pins est encore moins important mais c'est le seul atelier pur de toute la région, avec la cabane du chef[48].

Pour le Badegoulien, sont également cités le 2e Redan bis, Les Gros Monts et Gros Monts X[52].

Magdalénien

Gros Monts I a donné plus de 5 000 outils et 50 000 éclats[48].

  • Les Ronces a fourni plus de 1 000 sur la moitié de l'atelier[48].
  • Gros Monts bis : 2 000 ; Gros Monts ter : 100 ; Marie-Laure : 150 ; Eveline : 560 ; Corine : 150. Ces cinq ateliers, plus un dépotoir, sont situés à 15 pas les uns des autres sur deux lignes droites se recoupant presque à angle droit. C'est le plus ancien hameau connu en France[48].
  • Gros Monts IV a fourni 250 pièces ; Gros Monts V : 280 — Gros Monts VI : 490 — Gros Monts VII : 560 — Gros Monts IX : 490 — Gros Monts X : 410. Tous ces gisements sont à peu près totalement fouillés[48].

Gros Monts X, Les Ronces et Les Chênes sont parsemés de gros rochers plus ou moins enterrés. Avant le dépôt du loess, ils fournissaient un abri de 1 m à 1,5 m en y appuyant de grosses branches recouvertes de peaux[50].

Les sites de Corinne, d'Évelyne, de Marie-Laure et des Gros Monts V-VI n'offrent rien qui ait pu servir d'abri, ce qui implique des structures d'habitat de type tentes faites de peaux sur charpentes de grosses branches. Quelques-unes de ces habitations sont dallées de pavements apportés, avec au moins une face à peu près plane sur le dessus et la face avec des aspérités vers le dessous. Ce dallage suggère un climat assez pluvieux pour nécessiter une protection contre l'eau malgré les sols sableux - donc très perméables - et plus ou moins en pente[50]. Ces abris n'étaient utilisables que pendant la belle saison - surtout pendant les périodes glaciaires[48].

  • Nouel mentionne aussi l'abri Doigneau avec plusieurs ossements de cheval, une dent de renne, un poinçon[44] en os[53] et plusieurs outils en pierre dont une pointe « de type moustérien »[44].
  • Bodu et al. (2014) évoquent également « le gisement de « Casse-Bouteille » situé en face des Beauregards »[45].
  • Le grotte du Troglodyte a livré - entre autres - quatre pièces maintenant stockées au MAN, que Marguerite et Raoul Daniel ont identifiées comme du Châtelperronien mais que Bodu et al. (2017) classent comme des pointes à dos courbe magdaléniennes ou aziliennes[54].

Les Daniel y trouvent aussi une couche diffuse contenant un petit nombre de silex mésolithiques associés à du Campignien (de) grossier à poteries[55].

Moyen-ÂgeModifier

 
Château de Nemours côté Loing.

L'histoire de Nemours débute au XIIe siècle, avec la création d'une seigneurie. Le premier seigneur de Nemours est Orson en 1120.

Le château ainsi que l'église Saint-Jean-Baptiste en centre-ville, sont construits vers 1170 à la demande de Gauthier de Villebéon, grand chambellan des rois Louis VII et Philippe Auguste. La ville est incendiée en 1358 durant la guerre de Cent Ans. L’église est détruite dans cet incendie, puis reconstruite à partir de 1445 pour s’achever en 1555. Le chœur date de cette reconstruction. En 1850 et 1890, l’intérieur de l’église est aménagé avec la pose de vitraux et d’un maître autel en hommage à Jean-Baptiste.

La ville devint domaine royal quand elle fut acquise par Philippe III le Hardi (1274). Elle fut érigée en duché-pairie par Charles VI lors d'un échange de terres en 1404 avec Charles III le Noble, roi de Navarre. Le duché de Nemours restait toutefois un domaine royal du roi de France, et était grevé d'un droit de réversion. Ainsi devait-il être rendu à la couronne au décès de Charles III en 1425. Blanche Ire de Navarre, fille de Charles III de Navarre, tenta de s'opposer à cette réversion en voulant en rendre hommage au roi. Si le roi avait accepté cette démarche, il aurait implicitement reconnu que le duché était une possession pleine et entière de la maison de Navarre. Mais le roi refusa cet hommage pour cette raison. Blanche en fit alors hommage au roi d'Angleterre, et le duché lui fut subséquemment confisqué par la couronne. Blanche avait cependant promis à sa sœur Beatrice une donation de 60 000 livres et une rente de 4 000 livres prises sur le duché de Nemours, le tout devant servir de dot à la fille de Béatrice, Eléonore de Bourbon, lors du mariage de cette dernière à Bernard d'Armagnac. Bernard d'Armagnac n'ayant pas reçu la dot de sa femme, son père le comte d'Armagnac intenta un recours contre Blanche. Un arrêt de 1446 ordonnant le paiement de ces sommes sur le duché de Nemours, fut opposé par le procureur général sur la base du droit de réversion. En 1461 Louis XI céda par lettres patentes le duché de Nemours en apanage à Jacques d'Armagnac.

Jacques d'Armagnac étant décédé en 1477, le duché revenu de droit une fois de plus à la couronne, ses fils Jean d'Armagnac-Nemours et Louis d'Armagnac demandèrent à Charles VIII la restitution de l'apanage du duché de Nemours. En 1491 Charles VIII leur accorda par lettres patentes le don du droit du roi sur le duché, mais le droit de réversion y fut maintenu. Si bien qu'à leur mort ce fut en vain que leur sœur Marguerite d'Armagnac, dernière descendante de Charles III de Navarre, comtesse de Guise, mariée à Pierre de Rohan-Gié, tenta de perpétuer la possession du duché de Nemours en voulant elle aussi en rendre hommage au roi : le procureur du roi s'opposa à en recevoir l'hommage, et les décès de Marguerite d'Armagnac et de Pierre de Rohan en 1507, sans enfants pour hériter, retourna derechef les terres à la couronne et mit fin à cette dispute. Subséquemment, Louis XII donna l'apanage du duché de Nemours à son neveu Gaston de Foix en échange du comté de Narbonne (1507), puis au décès de ce dernier en 1515 François Ier fit de même pour l'époux de sa tante Philiberte de Savoie, Julien de Médicis fils de Laurent le Magnifique. Philiberte décédée en 1524, François Ier fit don de l'apanage à sa mère Louise de Savoie[56].

Étant restée pendant 150 ans dans la maison de Savoie, la ville échut enfin en 1666 à Louis XIV, qui en fit don à Philippe d'Orléans, son frère, dont la postérité l'a gardée jusqu'en 1789. Le titre de duc de Nemours est porté par Louis d'Orléans, deuxième fils du roi Louis-Philippe[1].

Henri III conclut à Nemours avec les Ligueurs, le , le traité de Nemours par lequel il reconnaissait la Ligue catholique, révoquait les édits de tolérance favorables à la religion protestante, et s'engageait à expulser tous les Calvinistes[1]. Le même traité exclut Henri de Navarre de la succession du trône (futur Henri IV).

Temps modernesModifier

En 1789, Pierre Samuel Dupont est député de Nemours. Dix ans plus tard, il quitte la France pour les États-Unis où son fils, Éleuthère Irénée, crée une entreprise qui deviendra plus tard la multinationale Du Pont de Nemours.

La ville fut chef-lieu du district de Nemours de 1790 à 1795.

Époque contemporaineModifier

Ville rurale à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle commence alors à prendre plus d’importance dans la vie économique de la région et sa population suivra la même croissance.

Nemours est une des principales villes traversées par la nationale 7, la mythique Route Bleue. Dans les années 1960, c'est l'une des premières villes étapes pour les vacanciers parisiens. Située au kilomètre 76, on mettait à l'époque plus de deux heures pour traverser la ville à cause des nombreux feux tricolores. Nemours attire les passionnés et les collectionneurs amoureux de la N 7, avec la publicité la plus ancienne de la route Paris-Menton : il s'agit d'une fresque murale pour le savon Saponite. Cette fresque est entretenue grâce à des fonds privés.

Le , 2 000 habitants doivent quitter leur maison, devant la montée des eaux du Loing, les eaux ayant envahi le centre-ville ; une crue record qui a dépassé le niveau historique de 1910[57]. Nemours est sous l'eau pendant 4 jours, et les dégâts sont importants. La ville est coupée en deux, les 2 ponts sont coupés en raison des inondations.

Politique et administrationModifier

 
L'hôtel de ville.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune, qui était rattachée à l'arrondissement de Melun depuis 1926, fait partie depuis 1988 de l'arrondissement de Fontainebleau du département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France[58]. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 1986 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Nemours[58]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune en devient le bureau centralisateur.

IntercommunalitéModifier

La ville est la commune principale de la communauté de communes Pays de Nemours (CCPN), créée fin 2009.

Tendances politiques et résultatsModifier

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 en Seine-et-Marne, la liste LR menée par l'ancienne maire Valérie Lacroute — qui, contrainte par la législation limitant le cumul des mandats en France, avait du démissionner de sa fonction de maire après son élection comme députée en 2017 —, obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 291 voix (27,07 %, 27 conseillers municipaux élus, dont 16 conseillers communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[59],[60] :

  • Brigitte Commaille (DVD, 560 voix, 24,75 %, 4 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires) ;.
  • Aboudou Zaabay (DVG, 290 voix, 12,82 %, 2 conseillers municipaux dont 1 communautaire) ;
  • Jacques Aurigny (DVG, 121 voix, 5,34 %, pas d'élus)

l'abstention s'étant élevée à 66,45 %.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs [61]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 1790 novembre 1790 Jacques François Le Petit   Lieutenant Général au baillage de Nemours
novembre 1790 octobre 1791 Pierre Jean-Baptiste Berthier   Juge de Paix
novembre 1791 décembre 1792 Joseph Etienne Bordier   Receveur-Contrôleur des Canaux d'Orléans et du Loing
décembre 1792 décembre 1794 Pierre Jean-Baptiste Berthier   Juge de Paix
décembre 1794 mai 1800 Joseph Etienne Bordier   Receveur-Contrôleur des Canaux d'Orléans et du Loing
mai 1800 mai 1808 Jean Edmé Girault   Entrepreneur
mai 1808 juin 1811 Anne Antipas Jacques Hedelin   Propriétaire
décembre 1811 août 1815 Edmé André Doré   Propriétaire-Homme d'affaires
juin 1815 août 1815 Jean Edmé Girault   Entrepreneur
août 1815 janvier 1816 Marie Léon Modeste Darcy   Propriétaire-Homme d'affaires
janvier 1816 août 1816 Jean Nicolas (Baron)   Officier
août 1816 février 1821 Claude Antoine Goupil   Médecin
mars 1821 août 1830 Charles Louis Antheaulme   Propriétaire-Homme d'affaires
août 1830 mars 1831 Marie Léon Modeste Darcy   Propriétaire-Homme d'affaires
novembre 1831 septembre 1837 Claude Ferdinand Tugault   Notaire
Conseiller d'arrondissement
septembre 1837 janvier 1843 Marie Léon Modeste Darcy   Propriétaire-Homme d'affaires
février 1843 mars 1848 Louis Antoine Gillet   Industriel
août 1848 septembre 1848 Jean Pierre César Saunier   Notaire
octobre 1894 mars 1903 Émile Duché   Industriel
septembre 1848 juillet 1851 Magloire Albert Constans   Propriétaire
juillet 1851 juillet 1852 Jean Marie Chouvin   Commerçant
juillet 1852 septembre 1870 Jean Pierre César Saunier   Notaire
octobre 1870 novembre 1870 Magloire Albert Constans   Propriétaire
novembre 1870 mai 1871 Désiré Alcindor Roux   Notaire
mai 1871 janvier 1872 Magloire Albert Constans   Propriétaire
avril 1872 décembre 1886 Désiré Alcindor Roux   Notaire
décembre 1886 octobre 1888 François Pierre Adolphe Duguet   Entrepreneur
décembre 1888 mai 1892 Jean-Baptiste Degousse   Notaire
mai 1892 août 1894 Désiré Alcindor Roux   Notaire
octobre 1894 mars 1903 Emile Duché   Industriel
mars 1903 mai 1904 Henri Demait   Commerçant
mai 1904 mai 1908 Louis Jean Girod Gauche Radicale Député de Seine-et-Marne
mai 1908 août 1935 Léon Louis Daunay   Commerçant
août 1935 mars 1949 Eugène René Gaston Darley   Industriel
mars 1949 juin 1962 Jacques David   Vétérinaire
juin 1962 mars 1965 Pierre Mahieu   Chef de Centre des Lignes à Grandes Distances P.T.T
mars 1965 mars 1977 Étienne Dailly Rad. puis
UDF-Rad.
Administrateur de sociétés
Sénateur de Seine-et-Marne (1959 → 1995)
Conseiller général de Nemours (1961 → 1979)
Président du Conseil général (1967 → 1979)
Maire de Montcourt-Fromonville (1957 → 1965)
mars 1977 mars 1983 Jean Grattier PS Inspecteur Central des Impôts
mars 1983 mars 2001 Charles Hochart RPR Antiquaire
Conseiller général de Nemours (1985 → 2005)
mars 2001 mai 2001[62],[63] Pascal Maraux PS Démissionnaire
mai 2001[64] mars 2008 Jean-Pierre Béranger PS Cadre retraité
mars 2008[65] juillet 2017[66] Valérie Lacroute[67] UMPLR Consultante transports
Députée de Seine-et-Marne (2e circ.) (2012[68] → 2020)
Présidente de la CC Pays de Nemours (2014 → 2017)
Démissionnaire suite à sa réélection comme députée
juillet 2017[69] mai 2020 Anne-Marie Marchand LR Retraitée
Présidente du Syndicat intercommunal du Rû du Bignon (2016[70] → )
mai 2020[71],[60] En cours
(au 29 juin 2020)
Valérie Lacroute LR Consultante transports
Députée de Seine-et-Marne (2e circ.) (2012 → 2020)
Présidente de la CC Pays de Nemours (2014 → 2017 ; 2020 → ?)
Présidente du SMETOM (2020[72] → )

Politique de développement durableModifier

Un réseau de chaleur construit entre 1969 et 1973 alimente le quartier Saint-Martin et l’hôpital. La chaufferie fonctionnait au gaz et au fioul. Sa rénovation lui permet de brûler 66 % au bois et 34 % au gaz à partir de [73], et de chauffer 1 800 foyers en réduisant les émissions de CO2 de 3 400 tonnes par an[74].

JumelagesModifier

 
Villes jumelées avec Nemours 
Villes jumelées avec Nemours 
VillePaysPériode
Cerignola Italiedepuis
 Mühltal[75] Allemagnedepuis
Wilmington[76] États-Unis

Le jumelage avec Cerignola s'est fait à l'occasion du 500e anniversaire de la bataille de Cerignola.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[77],[Note 10]

En 2018, la commune comptait 13 165 habitants[Note 11], en augmentation de 2,66 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 4693 7603 6393 8253 8393 6353 5473 8023 955
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6963 7393 9024 0103 8714 2874 4624 5264 602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8615 0875 1085 0745 1185 1985 1545 4195 594
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6 3458 13111 22311 66512 07212 89812 43412 82213 172
2018 - - - - - - - -
13 165--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[58] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Le festival Paroles de femmes, chaque année la semaine du  : séances de cinéma, concerts, théâtre, ateliers, lectures, expositions sur le thème des droits de la femme.
  • La Foire Exposition qui se déroule du vendredi au lundi lors du week-end de la fête de la Saint-Jean ().
  • La fête médiévale de l'association Nemours Médiéval dans le centre historique de la ville : le 1er week-end de juillet.
  • Le festival « Notown », festival de musiques reggae et rock. Dernier week-end d'août ou premier de septembre.
  • La fête de l'association « L'Art dans la Ville » qui promeut l'art sous toutes ses formes, durant tout un week-end fin septembre[79].
  • La « Passé O’Mobile », rassemblement et exposition de voitures de collection, le 1er dimanche d'octobre.
  • Le festival Pays de Nemours au Fil du Loing, fête nautique organisée par l'Office de Tourisme du Pays de Nemours chaque dernier dimanche de juillet[80].

SantéModifier

Nemours dispose d'un pôle hospitalier du Centre hospitalier Sud Seine et Marne, regroupant ceux de Montereau, Fontainebleau et Nemours. Le site de Nemours dispose d'un service d'urgences.

SportsModifier

La ville de Nemours est aussi connue pour sa piscine tournesol, son complexe sportif et ses trois gymnases.

CultesModifier

  • Église Saint-Jean-Baptiste ; elle conserve une relique du saint (mandibule inférieure)[81],[82].

PresseModifier

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 5 415 (dont 44 % imposés), représentant 12 625 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 17 770 euros[83].

EmploiModifier

En 2017 , le nombre total d’emplois dans la zone était de 6 595, occupant 4 870 actifs résidants.

Le taux d'activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 58,6 % contre un taux de chômage de 13,4 %.

Les 28 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,5 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,9 % de retraités ou préretraités et 11,7 % pour les autres inactifs[84].

Entreprises et commercesModifier

En 2017, le nombre d'établissements actifs était de 431 dont 29 dans l’industrie, 31 dans la construction, 300 dans le commerce-transports-services divers et 71 étaient relatifs au secteur administratif[85].

Ces établissements ont pourvu 5 402 postes salariés.

En 2019, 145 entreprises ont été créées sur le territoire de la commune, dont 100 individuelles.

  • Sablières, carrières, apiculture, coopérative agricole, centre régional d'informatique, bonbon au coquelicot.

Culture locale et patrimoineModifier

 
Le Loing à Nemours : le pont à haubans Charles-Hochart et les silos à céréales.

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Nés à NemoursModifier

Morts à NemoursModifier

Ayant un lien avec NemoursModifier

  • Pierre Samuel du Pont de Nemours (1739-1817), entrepreneur et économiste, député de Nemours sous la Constituante et dont il adjoignit le nom au sien.
  • Victor Hugo (1802-1885) a séjourné à l'hôtel l’Écu de France, rue de Paris.
  • Daddy Lord Clark (1970), rappeur.
  • Florian Carvalho (1989), athlète, vit à Nemours et travaille pour la ville de Nemours.
  • Ninho (1996), rappeur, a grandi à Nemours.

Nemours et la littératureModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Nemours se blasonnent ainsi :
D'argent à la forêt de sinople posé sur un tertre du même, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or chargé d'un lambel d’argent brochant le tout.

Les armoiries de Nemours, déclarées par la ville le pour l'armorial de France, font référence à la forêt (nemus) qui serait à l'origine du nom de la ville et dont la représentation symbolique constitue le meuble héraldique principal de l'écu.

Dans sa partie supérieure, ou chef, celui-ci porte les armes de France (fleurs de lis) ainsi qu'un lambel d'argent à trois pendants. Il s’agit de celui de la famille d'Orléans, Louis XIV de France ayant donné le duché de Nemours à son frère, Philippe de France, duc d'Orléans.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  9. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  10. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de Nemours » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..
  2. « Zones ZNIEFF de Nemours » sur Géoportail (consulté le 15 janvier 2021)..

RéférencesModifier

  1. a b et c Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Nemours » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource).
  2. « Plan séisme consulté le 29 décembre 2020 ».
  3. « Nemours » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Loing (F4--0200) » (consulté le 29 décembre 2020).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4377101) » (consulté le 29 décembre 2020).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4377001) » (consulté le 29 décembre 2020).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras du Loing (F4377201) » (consulté le 29 décembre 2020).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal du Loing (F4--3692) » (consulté le 29 décembre 2020).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 des Fontaines (F4377002) » (consulté le 29 décembre 2020).
  10. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 14 septembre 2018
  11. Lignes Transdev à Nemours
  12. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le 15 janvier 2021).
  13. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  14. « Réserve de biosphère de « Fontainebleau et Gâtinais » », sur mab-france.org (consulté le 9 janvier 2021).
  15. « la zone centrale de la réserve de biosphère « Fontainebleau et Gâtinais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  16. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 15 janvier 2021).
  17. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Nemours », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  18. « Rivières du Loing et du Lunain - ZSC - FR 1102005 », sur www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 9 janvier 2021).
  19. « site Natura 2000 FR1102005 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Nemours », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  21. « ZNIEFF les « Sablières et Platières de Nemours » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  22. « ZNIEFF la « vallée du Loing entre Moret et Saint-Pierre-Lès-Nemours » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  23. « ZNIEFF la « vallée du Loing entre Nemours et Dordives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  25. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  27. « Unité urbaine 2020 de Nemours », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  30. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  32. Site territoires-fr.fr consulté le 14 septembre 2018 sous le code commune 77333.
  33. Site Corine Land Cover Mises à jour..
  34. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr.
  35. Statistiques officielles de l'Insee, section Logement consulté le 17 mai 2020
  36. Cartulaire Sainte-Croix d'Orléans, p. 65.
  37. Stéphane Gendron - 2006 - La toponymie des voies romaines et médiévales: les mots des routes anciennes - Page 137.
  38. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 159 - (ISBN 2600028838).
  39. Société historique et archéologique du Gâtinais, Fontainebleau - 1924 - Annales - Volumes 37 à 38 - Page 1.
  40. a et b [Nouel 1949] André Nouel, « La station préhistorique de Beauregard (commune de Nemours, Seine-et-Marne), d'après la collection de M. Soudan », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 46, nos 3-4,‎ , p. 131-143 (lire en ligne [sur persee]), p. 131.
  41. a et b Nouel 1949, p. 138.
  42. a et b [Daniel 1930] Raoul Daniel, « Étude sur les différentes industries lithiques de la station du « Beauregard » près Nemours (Seine-et-Marne) », Bulletin de l’Association des naturalistes de la vallée du Loing, vol. 13, nos 1-2,‎ , p. 67-83. Cité dans Bodu et al. 2014, p. 246.
  43. a et b [Daniel 1937] Raoul Daniel, « L'Industrie du niveau inférieur de la Station du Beauregard, près Nemours (S.-et-M.) n'est pas aurignacienne ; elle doit être classée à la base du Magdalénien », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 34, no 5,‎ , p. 234-239 (lire en ligne [sur persee]).
  44. a b c et d Nouel 1949, p. 140.
  45. a b et c [Bodu et al. 2014] Pierre Bodu, Gaëlle Dumarçay, Henri-Georges Naton, Michèle Ballinger et Isabelle Théry-Parisot, « Un nouveau gisement solutréen en Île-de-France, le site des Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne) », Bulletin de la société préhistorique française, vol. 111, no 2,‎ , p. 225-254 (lire en ligne [sur persee]), p. 246.
  46. Daniel 1930, p. 73.
  47. [Daniel 1939] Raoul Daniel, « Étude sur le très vieux magdalénien du niveau de base de la station de Beauregard près Nemours (Seine-et-Marne) », Bulletin de l’Association des naturalistes de la vallée du Loing,‎ .
  48. a b c d e f g h i j k l m n et o Vignard & Vacher 1965, p. 91.
  49. [Daniel 1965] Raoul Daniel, « Présence de pièces Moustériformes dans le Protomagdalénien I de la station de Beauregard près Nemours (S.-et-M.) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 62, no 1,‎ , p. 24-31.
  50. a b c d e et f [Vignard & Vacher 1965] Ed. Vignard et G. Vacher, « Quinze années de fouilles dans les Gros Monts des Beauregards de Nemours (S.-et-M.) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 62, no 1 « E&T »,‎ , p. 84-97 (lire en ligne [sur persee]), p. 90.
  51. Bodu et al. 2014, p. 247.
  52. Vignard & Vacher 1965, p. 84.
  53. Nouel 1949, p. 141.
  54. [Bodu et al. 2017] Pierre Bodu, Hélène Salomon, Jessica Lacarrière, Michael Baillet, Michèle Ballinger, Henri-Georges Naton et Isabelle Théry-Parisot, « Un gisement châtelperronien de plein air dans le Bassin parisien : les Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire, no 57,‎ , p. 3-64 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 18 septembre 2018), paragr. 41.
  55. [Daniel & Daniel 1946] Marguerite Daniel et Raoul Daniel, « Nouvelles études sur le tardenoisien français (suite). Gisements mésolithiques de la rive gauche du Loing, près Nemours (Seine-et-Marne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 43, nos 7-8,‎ , p. 242-248 (lire en ligne [sur persee]), p. 246.
  56. Journal des principales audiences du Parlement, tome septième. Michel Du Chemin, avocat au Parlement. éd. Durand, 1754. p. 455.
  57. Rémi Barroux, « A Nemours inondée par les eaux du Loing, une nuit de veille et d’angoisse », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  58. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  59. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Seine-et-Marne (77) - Nemours », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mai 2020).
  60. a et b Faustine Léo, « Nemours : Valérie Lacroute retrouve son siège de maire : Deux mois après avoir récolté 57 % des voix au premier tour, la parlementaire LR retrouve la mairie où elle a officié de 2008 à 2017. Elle démissionnera de l’Assemblée nationale le 20 juin prochain », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2020) « Elue par 27 conseillers sur 33, dont sa fille Charlotte Vaillot, 23 ans, qui commence son premier mandat d'élue, la parlementaire LR met fin à cette parenthèse de trois ans durant laquelle elle avait choisi l'Assemblée nationale. Les électeurs l'ont plébiscitée en votant pour sa liste à 57% le 15 mars au premier tour, malgré la présence de quatre autres listes ».
  61. « Les maires de Nemours », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 19 juillet 2017).
  62. Gisèle Le Guen, « « Le nouveau maire n'a pas l'intention de démissionner » », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2020) « Le 11 mars, dès le premier tour, Pascal Maraux (PS) battait de 29 voix Charles Hochart (RPR) dans son fief de Nemours. Une claque monumentale pour le maire sortant en place depuis dix-huit ans et surtout une énorme surprise à laquelle personne ne s'attendait, pas même Pascal Maraux. Le 16 mars, il était élu maire. Trois jours plus tard, après ce que son entourage qualifie de « malaise », le nouveau maire était hospitalisé à Paris ».
  63. Nathalie Kovarcik, « Il a craqué », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2020) « Pascal Maraux, le tout nouveau maire PS de Nemours, a jeté l'éponge : il vient de démissionner, mettant ainsi fin à un suspense de plusieurs semaines ».
  64. Gisèle Le Guen, « Jean-Pierre Béranger nouveau maire de Nemours », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Avec 24 Voix,1 bulletin blanc, Jean-Pierre Béranger, qui ne sera resté deuxième adjoint chargé des finances, de l'économie et de l'emploi que durant quelques semaines, a été élu hier soir maire de Nemours. Il succède à Pascal Maraux (PS) qui, lors des élections municipales de mars dernier, avait battu de 29 voix le RPR Charles Hochart, en poste depuis dix-huit ans ».
  65. P.V., « Salle comble pour l’élection du nouveau maire », Le Parisien - Municipales 2008,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017).
  66. Faustine Léo, « Seine-et-Marne : réélus députés, ils lâchent leur mandat de maire... mais pas leur mairie », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017) « Réélue députée, Valérie Lacroute (LR) redevient conseillère municipale mais assume « garder (son) bureau » de maire de Nemours ».
  67. « Valérie Lacroute, députée de Seine-et-Marne », GEEA - Génération entreprise entrepreneurs associés (consulté le 19 juillet 2017).
  68. S.B., « Valérie Lacroute prête à succéder à Didier Julia », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017) « Maire de Nemours depuis mars 2008, Valérie Lacroute (UMP), 46 ans, a lancé officiellement sa campagne comme candidate aux élections législatives dans la 2e circonscription ».
  69. Sylvain Deleuze, « Nemours : Anne-Marie Marchand (LR) est la nouvelle maire : Nemours, ce lundi soir. Anne-Marie Marchand (LR) a été élue maire de Nemours, dès le premier tour, et succède ainsi à Valérie Lacroute, la députée (LR). », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017).
  70. « Nemours. Anne-Marie Marchand, présidente du Syndicat du ru du Bignon », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017).
  71. Faustine Léo, « Municipales à Nemours : la députée Valérie Lacroute veut redevenir maire : A 54 ans, la députée qui a cédé son fauteuil en 2017 veut retrouver la plus haute fonction municipale. Même si cela implique de démissionner de son mandat de parlementaire », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 16 décembre 2020) « Redevenue conseillère municipale de la ville en juillet 2017 à la suite de l'interdiction du cumul des mandats, la députée Valérie Lacroute (LR) annonce ce jeudi soir qu'elle prendra la tête d'une liste pour les municipales. Et renoncera donc à son siège à l'Assemblée nationale, si elle est élue maire ».
  72. « Les élus : Bureau élu lors du Comité Syndical du lundi 15 septembre 2020 à Nemours », Qui sommes-nous ?, sur http://www.smetomvalleeduloing.fr (consulté le 16 décembre 2020).
  73. « Nemours, projet de nouvelle chaufferie », Le Moniteur, no 5650,‎ , p. 77.
  74. « La chaufferie au bois va faire baisser la facture », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017).
  75. « https://www.nemours.fr/nemours-pays-de-nemours/jumelage-echanges-internationaux »
  76. « https://www.nemours.fr/nemours-pays-de-nemours/jumelage-echanges-internationaux »
  77. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  79. « L'Art dans la Ville », sur artville.free.fr (consulté en janvier 2017).
  80. « Pays de Nemours au Fil du Loing », .
  81. Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos - Le guide du Patrimoine: Ile-de-France - p. 480 - Ministère de la Culture, Hachette, Paris, 1988, (ISBN 2010168119).
  82. Description de l'église Saint-Jean-Baptiste
  83. Statistiques officielles de l'Insee, section «Revenus et pauvreté des ménages en 2017», consulté le 29 décembre 2020
  84. Statistiques officielles de l'Insee, section «Population active, emploi et chômage au sens du recensement en 2017», consulté le 28 décembre 2020
  85. Statistiques officielles de l'Insee, section «Caractéristiques des établissements fin 2017», consulté le 29 décembre 2020
  86. La bibliothèque municipale
  87. Château de Nemours
  88. « Ville de Nemours - Château - Musée », sur Ville de Nemours (consulté le 22 juillet 2020).
  89. Inscrit MH : 1926 - {| |1926/04/14 : inscrit MH |- |}, datation 1641 - 1669
  90. et http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=&FIELD_2=cmer1&VALUE_2=nemours&FIELD_3=cmer6&VALUE_3=&FIELD_4=cmer2&VALUE_4=&FIELD_5=cmer3&VALUE_5=&FIELD_6=cmer4&VALUE_6=&FIELD_7=Appellation&VALUE_7=&FIELD_8=Date%20protection&VALUE_8=&NUMBER=5&GRP=0&REQ=%28%28nemours%29%20%3aLOCA%2cPLOC%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=50&DOM=MH
  91. Sétra - Piles : Pont sur le Loing à Nemours (1996)