Ouvrir le menu principal

France Bleu

station de radio française
France Bleu
Description de l'image France Bleu logo 2015.svg.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social Paris
Slogan Écoutez, on est bien ensemble
Langue Français
Statut Service public
Site web www.francebleu.fr
Différents noms Radio Bleue (1980-2000)
France Bleu (depuis 2000)
Historique
Création
Sanction 2016 : concurrence déloyale envers les radios privées
Diffusion
AM Non Non
FM Oui Oui
Numérique Oui Oui
Numérique terrestre Oui Oui
Satellite Oui Oui
ADSL Oui Oui
Streaming Oui Oui
Podcasting Oui Oui

France Bleu est le réseau des radios locales publiques françaises, décliné en 44 radios généralistes publiques de proximité. Il est créé à l'initiative de Jean-Marie Cavada, PDG de Radio France, en septembre 2000. Le contenu est essentiellement constitué des programmes locaux des stations locales dans les régions et les départements relayés en soirée, la nuit et le midi par un programme national. Il fait partie du groupe public Radio France, dans lequel il peut être comparé à France 3 au sein de France Télévisions en raison de sa mission locale.

Jean-Emmanuel Casalta prend ses fonctions de directeur de France Bleu le , en succédant à Éric Revel.

Sommaire

HistoriqueModifier

Les locales de Radio FranceModifier

C'est en 1980 que Radio France a l'autorisation de créer trois radios locales : Fréquence Nord, Radio Mayenne et Melun FM (cette dernière station, devenue entretemps Radio France Seine-et-Marne, puis Radio France Melun et enfin France Bleu Melun[1] avant de fusionner avec la Cityradio pour créer France Bleu Île-de-France le ). Vingt-neuf autres sont créées à partir des radios locales gérées par FR3 depuis 1975 et la fin de l'ORTF, et six sont créées ex nihilo. En moins de cinq ans, Radio France met en place son « offre régionale » qui, dès la fin des années 1980, couvre la moitié de la France métropolitaine. La plupart des régions étaient couvertes par au moins une radio locale. Deux zones d'ombre importantes (Midi-Pyrénées et le Lyonnais) ont été comblées par les ouvertures consécutives de France Bleu Toulouse (2011) et France Bleu Saint-Étienne Loire (2013).

Le nom des radios locales de Radio France était « Radio-France » suivi du nom du lieu (par exemple « Radio-France Pays de Savoie »). Le programme des locales de Radio France était donc essentiellement local. En dehors de leur horaire de service, ces stations relayaient un ruban musical (Programme FIP ou Programme Modulation France diffusée par satellite). Avant que les moyens en personnels se développent, elles ont repris pendant quelques années les journaux de France Inter. Les rédactions locales intervenaient souvent dans l'information pour les stations nationales (comme France Inter ou France Info).

 
Enregistrement public de Club Sers, émission de France Bleu Hérault (6 mai 2013) avec les rugbymen du MHR.

Radio BleueModifier

Parallèlement, du au , Radio Bleue est une station de Radio France à destination des seniors, comme en témoigne par exemple son vidéoclip de promotion, diffusé au début des années 1980 sur les chaînes hertziennes de télévision, alors au nombre de trois et toutes publiques, où l'on voit un couple hétérosexuel plutôt "âgé" (dont l'homme assez imposant en taille et corpulence, aux cheveux gris(onnants) voire blanc(hi)s, peut-être en kimono) danser langoureusement sur un extrait de la chanson "Le tango bleu", interprétée par Tino Rossi et un chœur. De là à dire que "Radio Bleue" puis "France Bleu" devraient leurs noms et leur couleur dominante au seul titre de ce tango, il conviendrait alors d'en trouver des sources écrites ci-transposables en "Références".

La station est créée par Jean-Pierre Bertrand et Alexandre Marcellin (ce dernier alias "Groucho", de l'éminent duo "Groucho Business et Chico d'Agneau"), puis dirigée par Françoise Dost, dont les programmes étaient constitués d'émissions d'information de service et de programmes musicaux, avec des reprises de journaux de France Inter. Certaines productions constituées d'archives des années 1950 étaient inscrites quotidiennement dans sa grille.

Elle était diffusée :

de 8 h à 12h30 dans un premier temps, puis élargi à la journée, à la fin des années 1980 :

  • en ondes moyennes (modulation d'amplitude) (Réseau TDF B) sur l'ensemble de la France, voire pays limitrophes comme la Belgique,
  • à Paris et l'Île-de-France en ondes moyennes sur 864 kHz ajoutée en janvier 1995 à la modulation de fréquence monophonique sur 107,1 MHz (diffusion depuis la Tour Eiffel, fréquence depuis attribuée à France Bleu Île-de-France),
  • à Cannes et Valence en FM[2].

Elle modernisera toutefois et progressivement ses programmes musicaux et de chansons, à partir de 1997.[réf. souhaitée]

Le Plan BleuModifier

Le , les radios locales de Radio France et Radio Bleue fusionnent pour donner naissance au réseau France Bleu. Participent à cette fusion les FIP de Metz et de Nice qui disparaissent au profit du nouveau réseau. De nombreuses fréquences du Mouv' sont affectées au nouveau réseau[3].

Dès lors, les programmes des stations locales, appelées les France Bleu, adoptent la matrice de programme (le format) du réseau. En dehors de leur horaire d'antenne spécifique, elles reprennent le fil de programme national. Dans un premier temps, ce programme national consistait en un fil musical appelé Bleu Modulation. Aujourd'hui, il est remplacé par des émissions d'animation et d'information en soirée, la nuit et le midi.

Problèmes judiciairesModifier

Le 15 janvier 2016, alors que Radio France est en procès avec le SIRTI, la justice retient que France Bleu a bien diffusé des messages publicitaires de marque sur son antenne, en contravention avec son cahier des charges et au mépris du jugement du 6 octobre 2015 par lequel le Tribunal de commerce de Paris avait jugé Radio France coupable de concurrence déloyale envers les radios privées[4]. Radio France ne peut encore trouver de nouveaux relais de croissances via l’ouverture à la publicité.

Identité du réseau France BleuModifier

LogosModifier

 
Podium France Bleu Azur à la Fête de la Musique le 20 Juin 2015, Place Masséna à Nice

SlogansModifier

  • « Prenez l'air de vos vingt ans - Le parfum de la vie » (? - ?)[5]
  • « Toutes les Frances sont sur France Bleu » (4 septembre 2000)
  • « Instantanément proche de vous » (2003 - 2005)
  • « Vivre en bleu, c'est mieux » (29 août 2005 - 25 août 2008)
  • « Vu d'ici » (25 août 2008 - janvier 2014)
  • « Écoutez, on est bien ensemble » (janvier 2014 - ...)[6]

Voix-offModifier

  • 2000 : Alain Ghazal

Antennes localesModifier

Voir la catégorie : Antenne locale de France Bleu.
  Cette section relève, totalement ou en partie, du tableau de fréquences FM, ce qui n'est pas de nature encyclopédique. Elle pourra être supprimée deux mois après la pose du bandeau. Pour éviter cette suppression, il est conseillé d'appliquer certains correctifs. Ces derniers sont explicités dans la page WP:Guide pratique (février 2019).

Les stations portent le nom de France Bleu associé à leur localisation géographique (généralement région, département ou ville) sauf France Bleu RCFM qui couvre la Corse.

Extension du réseau France BleuModifier

 
Carte de France des 45 radios locales de France Bleu

À la suite de la création du réseau France Bleu en , sa couverture a évolué.

Le , France Bleu Maine ouvre son antenne. Elle diffuse sur le département de la Sarthe à partir de trois fréquences dans les villes de La Flèche, Le Mans et Sablé-sur-Sarthe.

En 2012, une nouvelle station fait son apparition dans le réseau France Bleu : France Bleu Toulouse (90.5 FM), qui émet depuis le en reprenant les studios du Mouv' laissés vacants à la suite de son déménagement à Paris[8].

Le , Philippe Chaffanjon annonce la création, avant la fin de l'année, de la 44e station locale, France Bleu Saint-Étienne Loire, pour une couverture de la Loire et d'une partie de la Haute-Loire, où France Bleu était absente[9].

A partir de 2022, la direction prévoit de diffuser les matinales de France Bleu en simultané sur France 3. Au total, ce seront 44 programmes des antennes locales qui seront diffusés sur les chaînes régionales[10],[11],[12].

Fin mai 2019, cinq syndicats de France Bleu dénoncent cette mutualisation des programmes qui a déjà été testée en Occitanie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis début 2019[13],[14]. Les points d'achoppement concernent les négociations des droits à l'image des salariés de France Bleu, la potentielle main-mise des rédactions de France 3 sur celles de France Bleu ainsi que le rendu télévisuel des expérimentations, jugé peu conforme aux standards de la télévision[13].

Direction du réseauModifier

Organisation avant 2003Modifier

En 2000, lors de la création du réseau, Patrick Pépin[15] est directeur général adjoint, chargé des antennes locales et de l'action régionale (DGAAR) à Radio France. Il supervise jusqu'en 2002 le développement du Réseau France Bleu avec pour adjoint, Claude Perrier, ce dernier occupant la fonction de directeur chargé de la gestion et des moyens du réseau France Bleu[16].

François Desnoyers, directeur délégué à la stratégie et au développement de Radio France, assure l’intérim de cette fonction jusqu'en janvier 2003.

Organisation à partir de 2003Modifier

À partir de , France Bleu est encadrée par un directeur.

DirecteurModifier

Nom Date de prise de fonction Date de départ
Michel Meyer[17] Janvier 2003[18] Décembre 2007
Christiane Chadal 1er janvier 2008 31 mars 2010[19]
Anne Brucy 17 mai 2010[20] 27 juillet 2012
Philippe Chaffanjon 30 juillet 2012 24 avril 2013 †
Claude Perrier 10 juin 2013[21] 10 juin 2014[22]
Claude Esclatine 23 juin 2014[23] 12 mai 2016
Frédéric Schlesinger (intérim) 12 mai 2016[24] 8 novembre 2016
Éric Revel 8 novembre 2016[25] 10 septembre 2018
Jean-Emmanuel Casalta 10 septembre 2018[26].

Autres cadres-dirigeantsModifier

Le , Didier Vachon est nommé directeur de l'information du réseau France Bleu, remplaçant Claude Bruillot qui évoluera au sein de Radio France[27].

ProgrammationModifier

GénéralitésModifier

L'actualité sélectionnée en programme national porte sur le site internet la mention "par France Bleu" sans être suivie du nom du département, contrairement aux actualités départementales.

Par ailleurs, en Île-de-France, depuis au moins les années 2000, des informations sur le trafic automobile, les embouteillages et leurs causes, des astuces de contournements et d'itinéraires Bis, les indices de pollution, le trafic du métro, des bus, et des trains de banlieue, sont diffusés très régulièrement.

Après Evelyne Adam en soirées, Frédéric Gersal ou Jean Pruvost, pour des chroniques de vulgarisations historique et lexicale, Laurent Petit-Guillaume est devenu, ces années 2010, un des piliers du chaînon national commun de programmation en semaine du réseau "France Bleu", avec d'autres chroniqueurs, des jeux, de l'humour, des histoires insolites, des bulletins d'info et de météo, des recettes de cuisine et conseils divers de vie pratique[28].

En régions non franciliennes, des émissions plus ou moins courtes en langues ou dialectes régionaux sont ou étaient programmés (alsacien, basque, breton, catalan, corse, flamand, occitan, mais encore gallo, par exemple, avec les Malouins Roger le contou et Fred le disou de "France Bleu Armorique", sur les décrochages régionaux correspondants du réseau, de même que des directs de retransmissions des matches, à domicile comme en extérieur, des clubs de football de la Ligue 1 du Championnat de France.

Chaque antenne locale y annonce aussi les expositions et animations en cours, des festivals aux thés dansants en passant par les vide-greniers et actions caritatives, etc., avec interviews des organisateurs et de participants...

Cf. le tableau infra des différentes déclinaisons par territoire du réseau.

ÉvénementielModifier

Les Talents France BleuModifier

Depuis 1994, Les Talents France Bleu sont des récompenses françaises décernées par plus de 400 animateurs et responsables des programmes des stations locales du réseau France Bleu. Elles priment des chanteurs, chanteuses ou groupes français de musique de variétés[30].

SondagesModifier

Les sondages Médiamétrie de septembre-octobre 2009[31] indiquaient que France Bleu était la radio qui avait effectué la meilleure progression en France en gagnant 375 000 nouveaux auditeurs quotidiens en un an.

Un record est établi sur la vague janvier-mars 2013, où France Bleu gagnait 471 000 auditeurs sur un an, et son audience cumulée était de 8 %. Ces résultats portaient le réseau à 4 238 000 auditeurs quotidiens avec 7,1 % de part d’audience et 129 minutes de durée d’écoute. Par rapport à la vague précédente ces résultats indiquaient que France Bleu avait augmenté son audience cumulée de 0,8 point et sa part d’audience de 0,8 point sur un an[32]. *Source Médiamétrie enquête 126 000 Radio, janvier-mars 2013, ensemble des 13 ans et plus, Lundi/Vendredi, 5h-24h.

En novembre-décembre 2013, le sondage médiamétrie atteste de la stabilisation de l'audience[33] qui place France Bleu à la 7e place des sondages toutes radios confondues[34].

Le sondage Juillet-Août 2014 Médiamétrie - Grilles Radio d’Eté classe France Bleu en 5e position en Audience Cumulée (AC) à 7 % et en 3e position en Parts d'Audience (PDA) toutes radios confondues à 7,6%[35].

Après un bas sur la vague avril-juin 2016 à 6,3 %, France Bleu retrouve sur la vague septembre-octobre 2016 un niveau d’Audience Cumulée (AC) à 7%[36].

Il est à noter que France Bleu se caractérise, depuis plusieurs vagues de sondages, par une durée d'écoute journalière (DEA) parmi les plus longues située à plus de 2 heures.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.radioactu.com/actualites-radio/52892/france-bleu-idf-la-1ere-station-regionale-francilienne/
  2. « Radio Bleue (75) », sur schoop.fr (consulté le 22 août 2017)
  3. « Cavada donne le ton de France Bleu. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2017)
  4. « Nouvelle condamnation pour Radio France », sur www.lalettre.pro, (consulté le 21 janvier 2016).
  5. Guide Télérama de la radio : Toutes les fréquences FM ville par ville, Télérama, , 293 p.
  6. « Daniela Lumbroso rejoint France Bleu », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2017)
  7. Fréquences de la radio FRANCE BLEU BESANCON
  8. http://www.france24.com/fr/20100603-france-bleu-sinstalle-a-toulouse-le-mouv-demenage-a-paris
  9. Chaffanjon : « France Bleu bat son record d'audience », sur le site lefigaro.fr
  10. François Bougon, « France Bleu et France 3 généralisent leurs matinales communes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2019)
  11. « Les 44 matinales de France Bleu diffusées sur France 3 », sur France Bleu, (consulté le 11 mai 2019)
  12. « France Bleu et France 3 marient leurs 44 matinales », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 11 mai 2019)
  13. a et b « Les rédactions de France Bleu en grève contre la diffusion des matinales sur France 3 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mai 2019)
  14. « Grève à France Bleu : les rédactions s’inquiètent de la diffusion des matinales sur France 3 », sur Télérama.fr (consulté le 30 mai 2019)
  15. « Biographie et actualités de Patrick Pépin France Inter », sur France Inter (consulté le 22 août 2017)
  16. http://www.radioactu.com/actualites-radio/14066/cityradio-claude-perrier-nomme-directeur/.
  17. (en) « Michel Meyer », sur www.radioville.info (consulté le 22 août 2017)
  18. http://www.radioactu.com/actualites-radio/14065/france-bleu-nomination-a-la-direction/
  19. Article de Thibault Leroi sur le site radioactu.com
  20. Le Zapping du PAF, « Anne Brucy nommée directrice du réseau France Bleu - Le Zapping du PAF », Le Zapping du PAF,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2017)
  21. Claude Perrier nommé directeur du réseau France Bleu
  22. Claude Perrier quitte Radio France
  23. Quatre nominations à Radio France.
  24. Radio France: France Bleu perd son directeur.
  25. Eric Revel prend la direction de France Bleu.
  26. « France Bleu : Revel s'en va. Casalta arrive », sur www.lalettre.pro, (consulté le 24 juillet 2018).
  27. « Un nouveau directeur de l'info à France Bleu », sur www.lalettre.pro, (consulté le 25 janvier 2017).
  28. https://www.francebleu.fr/emissions/grille-programmes/107-1/hier
  29. « France Bleu ne veut pas rater la rentrée littéraire », sur www.lalettre.pro, (consulté le 4 septembre 2018).
  30. http://www.radioactu.com/actualites-radio/147396/france-bleu-19eme-edition-du-concert-les-talents-france-bleu/#.UnEbHXCfz98
  31. France BLEU : la plus forte progression du marché en septembre-octobre 2009 (Médiametrie)
  32. http://www.francebleu.fr/infos/sondage/sondages-radio-record-d-audience-pour-france-bleu-487692
  33. http://www.radioactu.com/actualites-radio/147807/claude-perrier-france-bleu-avec-les-sondages-il-ne-faut-jamais-crier-au-loup-ni-etre-euphorique/
  34. « Médiamétrie - Communiqués de presse - Radio - », sur www.mediametrie.fr (consulté le 22 août 2017)
  35. Brulhatour, « L'audience estivale à la radio », La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2017)
  36. « Médiamétrie - Communiqués de presse - Radio - L'audience de la Radio en France en septembre-octobre 2016 », sur www.mediametrie.fr (consulté le 22 août 2017)

AnnexesModifier