Divers gauche

candidats de gauche qui ne sont membres d'aucun parti

L'étiquette divers gauche (abrégée en DVG) représente, en France, une tendance politique sous le nom de laquelle s'intègrent les candidats apparentés à la gauche mais qui ne sont membres d'aucun parti politique, ou bien qui sont membres de partis relativement mineurs[1], ou encore, ayant quitté leur formation politique initiale ou en ayant été exclus.

HistoriqueModifier

Années 1960Modifier

Le terme "Divers gauche" est créé pour remplacer l'étiquette "centre gauche", attribué par le ministère de l'intérieur aux anciens radicaux de droite (Centre républicain, ...), aux ex RGR autonome et à l'aile droite de l'UDSR (tendance Pléven).

Ils forment l'aile laïque de la droite non gaulliste.

Sous la quatrième république, les candidats soutenus (et non membres) par la SFIO ou le parti radical-socialiste étaient plutôt étiquetés "indépendants de gauche".

Années 1970Modifier

Dans ces années, se rajoute les radicaux qui n'ont suivit ni l'évolution du PRV ni le MRG. Les élus socialistes opposés à l'Union de la gauche, qui ne rejoignent pas les petits partis PDS, MDSF, sont classés comme divers gauche.

Ces élus sont toujours très liés à la droite non-gaulliste (Centre démocrate, Mouvement réformateur, UDF).

Années 1980Modifier

Le terme tombe un peu en désuétude, mais à la suite de l'élection présidentielle de 1988 et la victoire relative des socialistes aux législatives qui suivent, les élus locaux rejoignant la "majorité présidentielle" via la stratégie d'ouverture au centre de Michel Rocard, sont étiquetés DVG.

Années 1990 à aujourd'huiModifier

L'étiquette n'est plus synonyme d'élus appartenant à la frange la plus modérée de la "gauche" (et qui d'ailleurs s'allie surtout avec la droite).

Le terme en vient progressivement à désigner les candidats se revendiquant de gauche mais n'étant pas membre d'un parti en particulier. Pour les listes, l'étiquette DVG permet de donner une indication sans être trop liés aux différents partis, surtout en cas d'alliances.

Cas particuliersModifier

L'exclusion peut être provisoire et de principe ; en effet, si les dissidents s'étant présentés contre le candidat officiel de leur parti sont exclus mais gagnent le scrutin, ils sont, depuis le début du vingtième siècle, généralement réintégrés au bout de quelques mois, ce qui était rarement le cas avant[2].

De 2001 à 2008 les inscrits « sans étiquette » n'entrent plus dans la nomenclature du ministère de l'Intérieur, de nombreux candidats et listes se présentant comme « sans étiquette » ont été classés comme DVD « divers droite », DVG « divers gauche » ou, plus exceptionnellement, DVC « divers centre » selon leur tendance politique supposée ; c'est pourquoi à partir de 2008 ce principe laisse place au code LDIV pour liste « divers »[3]

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier