Tourcoing

commune française du département du Nord

Tourcoing
Tourcoing
De haut en bas, et de gauche à droite : l'Hôtel de Ville, la Gare, le Parc de l'Union, La tossée friche, le beffroi de l'ancienne chambre de commerce et de l'industrie et l'église Saint-Christophe.
Blason de Tourcoing
Blason
Tourcoing
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Doriane Bécue (DVD)[1]
2020-2026
Code postal 59200
Code commune 59599
Démographie
Gentilé Tourquennois
Population
municipale
99 011 hab. (2021 en augmentation de 2,27 % par rapport à 2015)
Densité 6 518 hab./km2
Population
agglomération
1 058 439 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 30″ nord, 3° 09′ 43″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 49 m
Superficie 15,19 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Cantons de Tourcoing-1 et de Tourcoing-2
Législatives Neuvième circonscription et Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Tourcoing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Tourcoing
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
Tourcoing
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
Tourcoing
Liens
Site web www.tourcoing.fr

Tourcoing (/tuʁ.kwɛ̃/) est une commune française située dans le département du Nord, dans les Hauts-de-France, limitrophe de la Belgique. Surnommée « la cité du Broutteux », la ville fait partie de la Métropole européenne de Lille dont elle est un des pôles urbains et la 2e commune par sa population. Avec 99 165 habitants au selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), elle est la troisième ville de la région Hauts-de-France, derrière Lille, Amiens[2]. Elle est le chef-lieu de deux cantons.

La ville est notable pour l'essor économique qu'elle connaît grâce au textile durant la révolution industrielle au XIXe siècle.

Géographie modifier

Localisation modifier

Représentations cartographiques de la commune

 
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Tourcoing se situe sur le versant Nord-Est de la métropole lilloise mais occupe une position géographiquement centrale au sein de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, premier groupement européen de coopération territoriale créé en pour donner un cadre institutionnel à la vaste conurbation formée par la métropole Lille-Roubaix-Tourcoing et les villes belges de Mouscron, Courtrai, Tournai et Menin. Cet ensemble totalise près de deux millions d’habitants.

Avec la ville de Roubaix, Tourcoing appartient au Ferrain, territoire limitrophe de la Belgique qui s'étend de Comines à Lannoy.

Situation modifier

Tourcoing fait partie intégrante de la plaine de Flandre.

Le relief de Tourcoing est donc essentiellement plat, à une altitude d'un peu moins d'une cinquantaine de mètres.

Par rapport aux villes voisines de moindre importance (Roncq, Halluin, Neuville-en-Ferrain et Mouscron), Tourcoing donne l'impression d'être un « vallon » entouré de quelques rares collines (Mont d'Halluin, Mont-à-Leux à Wattrelos...). La ville possède néanmoins des quartiers avec un peu plus de relief, tel le Brun-Pain et les Francs.

Tourcoing n'est traversée par aucune rivière d'importance. Cette terre humide comporte par contre de nombreux ruisseaux de plus ou moins grand débit d'eau, entre autres l'Espierre et la Becque de Neuville. Ces cours d'eau sont à présent souterrains à la suite de l'expansion urbaine. La seule voie navigable et actuellement à l'air libre est le canal de Tourcoing, creusé au XIXe siècle à la suite de l'industrialisation et du prodigieux essor économique de la ville. Ce canal, qui est une ramification du canal de Roubaix qui joint la Deûle à l'Escaut, a été en partie rouvert à la navigation touristique en 2008 (programme Blue Links). Il sert de cadre durant la saison estivale au festival de Tourcoing Plage jusqu'en 2015.

Communes limitrophes modifier

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 697 mm, avec 12,1 jours de précipitations en janvier et 9,3 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Lesquin à 15 km à vol d'oiseau[5], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 740,0 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Tourcoing est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11].

Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[12] et 1 058 439 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française), dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[15],[16].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (89 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,5 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine modifier

La démocratie locale à Tourcoing est organisée autour de 16 quartiers[18] :

  • Belencontre ;
  • Blanc Seau ;
  • Bourgogne ;
  • Brun-Pain Francs ;
  • Centre-ville ;
  • Clinquet Bois d'Achelles ;
  • Croix-Rouge ;
  • Epidème ;
  • Flocon Blanche-Porte ;
  • Gambetta ;
  • Malcense-Égalité ;
  • Marlière ;
  • Orions Pont-Rompu ;
  • Phalempins ;
  • Pont-de-Neuville ;
  • Virolois.

Logement modifier

Politique de la ville modifier

Tourcoing, sinistrée par la crise des années 1970, remonte lentement la pente depuis quelque temps, malgré un taux de chômage élevé et une forte insécurité dans certains quartiers. Elle souffre cependant de la comparaison avec Lille, la capitale régionale qui a réussi sa reconversion économique, ainsi que Roubaix, la « rivale » de toujours, qui a enclenché le processus de relèvement plus tôt grâce à l'aide de la Communauté Urbaine Lille Métropole.

La ville a cependant accompli divers travaux de grande ampleur :

  • la prolongation de la ligne de métro jusqu’à l'hôpital Dron, situé près de la frontière belge avec Mouscron ;
  • la restauration complète de l'église Saint-Christophe, considérée comme le joyau de la ville, étant inscrite au titre des monuments historiques en 1981 ;
  • la récente rénovation de l'hospice d'Havré et sa reconversion en centre artistique et culturel en 2004[19] ;
  • la construction de la nouvelle piscine Tourcoing-les-Bains (dans le respect des façades anciennes de l'ex-caserne des pompiers du XIXe siècle, à côté de l'hôtel de ville), s'est achevée au premier semestre 2008. C'est un centre nautique multifonctions partagé en plusieurs espaces : aquatique (pataugeoire, toboggans, bassin sportif), zen (hammams, saunas, banquettes massantes…), power plate et fitness (entrainement cardiovasculaire, fitness).

Ce dernier projet répond à la tradition tourquennoise en matière de natation : c'est à l'initiative de Gustave Dron, le fameux maire de Tourcoing, que la première piscine de la ville fut construite en 1904 : ce bâtiment, typique de l'architecture locale du début du XXe siècle, accueille déjà dans une partie du bâtiment l'antenne régionale de l'Institut du Monde Arabe.

L'écoquartier de l'Union (ou zone de l'Union) à cheval entre Roubaix et Tourcoing est un grand projet de rénovation moderne pour la ville.

Le projet du quadrilatère des piscines en cœur de ville fait partie des projets d'aménagement en cours[20].

La ville de Tourcoing a entrepris de vastes projets de rénovation urbaine. C'est dans ce cadre que le président Emmanuel Macron s'est rendu à Tourcoing en pour annoncer les projets de la ville[21] avec l'ancien maire Gerald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics.

Les quartiers prioritaires[22] sont l'Epidème, la Bourgogne, les Phalempins, le Pont Rompu, le quartier intercommunal Roubaix-Tourcoing, le Blanc Seau, Croix Bas St. Pierre, les Virolois. Ce projet a pour but de réduire les inégalités sociales entre territoires.

Dès le quartier de la Bourgogne[23] a été choisi parmi 200 autres quartiers prioritaires pour une rénovation urbaine nécessaire. Les travaux commenceront en 2019 et s'étaleront jusqu'en 2029. Ce projet a pour objectif d'améliorer l'image de ce quartier qui compte parmi les plus défavorisés de la ville. Pour accompagner la réhabilitation de ces quartiers, un dispositif expérimental d'emplois francs[24] a été annoncé. Il a débuté le [25] pour une durée d'un an et les entreprises recevront des primes d'environ 15 000 euros si elles embauchent des jeunes de ces quartiers afin de lutter contre les discriminations et de faire baisser le taux de chômage. En effet, celui-ci est particulièrement élevé à Tourcoing, 23.6% de la population active était sans emploi en 2014 contre 10.8% pour la France[26].

Le quartier Bayard bénéficie par ailleurs du Programme national de revitalisation des quartiers anciens dégradés (PNRQAD)[27].

Voies de communication et transports modifier

Voies routières modifier

En 1909, le Grand Boulevard est ouvert entre Lille, Roubaix et Tourcoing[28].

Transports en commun modifier

 
Tramway T à Tourcoing-Centre.

Tourcoing s'inscrit dans un vaste et dense réseau de transports en commun.

Depuis , Tourcoing est desservie par la ligne 2 du métro de Lille dont le terminus est située sur le territoire de la commune. Une ligne de tramway (cette ligne est surnommée par les locaux "le Mongy" du nom de son ingénieur, Alfred Mongy) dessert depuis Tourcoing les villes de Mouvaux, Wasquehal, Marcq-en-Barœul et La Madeleine, puis arrive à Lille. En outre, quatorze lignes de bus dont deux Lianes, ligne à haut niveau de services desservent toutes les villes frontalières à Tourcoing.

Depuis 2015 la gare de Tourcoing accueille le service Ouigo. Dans le premier temps, l'ensemble des Ouigo de la Métropole européenne de Lille partaient de Tourcoing. Depuis 2018, l'offre se déploie également sur Lille[29], ne laissant plus que 2 départs par jour depuis Tourcoing.

Tourcoing compte 25 stations de location de vélos V'Lille, vélos en libre-service, ce qui fait donc 200 vélos à disposition ainsi que des pistes cyclables aménagées.

Au , trois stations du service d'autopartage Citiz sont en place dans la commune.

Toponymie modifier

  • Provient d'un nom de personne d'origine germanique : Turcoinus.
  • La première mention de Torcoin = Tourcoing dans un texte officiel remonte à 1080 : il s'agit d'un acte de donation de l'abbaye d'Harelbecque, qui a pour témoin un certain Saswalus de Turconium[30].
  • Torcoin (1080), Torchum (1146), Torcoing (1165), Torcoum (XIIe siècle), Turcoing (1801).
  • Toerkonje en flamand, Torkonje en néerlandais[31].

Histoire modifier

Moyen Âge modifier

 
L'église Saint-Christophe.

En 1130, la première église, dédiée à Saint Vaast (qui deviendra par la suite l'église Saint-Christophe), est construite. La seigneurie de Tourcoing, qui se compose d'un bourg agricole dont les habitants augmentent leurs revenus en faisant de la draperie, surmonte difficilement les ravages de la guerre de Cent Ans et des guerres de Religion. En 1360, ses habitants obtiennent un sceau royal attestant la qualité de leurs draps. En 1491, Maximilien d’Autriche, qui domine alors le comté de Flandre, lui accorde une foire franche.

De la Renaissance au XVIIIe siècle modifier

 
Le Grand Boulevard et le Mongy sont ouverts en 1909.
 
La Place de la Victoire.

En 1668, la châtellenie de Lille, dont fait partie Tourcoing, est définitivement rattachée à la France.

La Révolution française et l'Empire modifier

À la Révolution française, la ville compte près de 15 000 habitants.

La ville est occupée par les ennemis coalisés de la France en 1792 et subit de nombreux dégâts[32].

Le 29 floréal an II (), Tourcoing est le lieu de l'importante bataille de Tourcoing, entre les armées révolutionnaires françaises et celles de la première coalition. La victoire française conduisit peu après la bataille de Fleurus (1794).

De la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale modifier

 
La place de la République, au début du XXe siècle.
 
Journal L'Égalité de Roubaix-Tourcoing en 1930

Au XIXe siècle, la ville prend un essor extraordinaire à la suite de la révolution industrielle et est l'une des « reines du textile »[33]. Sa population atteint bientôt les cent mille habitants. En 1860, l'église Saint Christophe est considérablement agrandie par l'architecte Charles Leroy. Elle devient l'un des plus beaux édifices néo-gothiques du Nord. De 1865 à 1885 est édifié l'actuel hôtel de ville par Charles Maillard. En 1906 enfin, à l'occasion de l'exposition internationale des industries textiles (qui se déroulent à Tourcoing), est édifié le beffroi de la Chambre de commerce[34]. La ville est particulièrement marquée par le mandat du maire Gustave Dron (maire de 1899 à 1919 et 1925 à 1930), qui entreprit une grande œuvre sociale[35].

Le , un aérostat décolle de la place de la République avec un enfant de sept ans seul à bord, dans le but de montrer la maniabilité de l'appareil. Celui-ci réussira à poser le ballon en Belgique[36].

En , à l'occasion des inventaires qui suivirent la séparation de l'Église et de l'État, à Notre-Dame de Tourcoing, le , les fidèles opposent aux fonctionnaires chargés de l'opération un barrage électrifié[37]. Le , une manifestation est organisée contre l'interdiction des processions. La gendarmerie à cheval charge durant deux heures, le curé est écroué[38].

Le , Tourcoing connait un attentat anarchiste (Anarchisme en France) contre un commissariat[39]. En juin de la même année, on arrête huit « faiseuses d'ange », autrement dit huit avorteuses, à une époque où l'avortement est sévèrement réprimé[39].

Par la suite, Tourcoing subit les difficiles occupations allemandes durant la Première Guerre mondiale.

Le , Tourcoing accueille une école pour les invalides de guerre afin de permettre leur rééducation[40].

En 1933, José-Carlos Padrao, originaire de São Pedro do Sul, de la section portugaise de Wasquehal et Augusto De Castro, de Tourcoing fondent Le groupement des anciens combattants portugais de Wasquehal, Croix et environs qui tient son siège à la Fraternelle, au 28 rue de Flers, à Wasquehal[41].

Elle est à nouveau occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Le QG de la 15e armée allemande y est installé pendant l'Occupation[42]. Un quartier de l'avenue de la Marne est réquisitionné par l'armée allemande pour y établir le quartier général de la plus importante armée allemande du front Ouest.

Le Tourcoing contemporain modifier

La « cité du Broutteux » est gravement touchée par la crise textile des années 1970. Il n'est pas rare à cette époque que les cafés servent de lieu de réunion comme l'Union Mutualiste de Tourcoing, société de secours mutuel, qui organisait ses manifestations au café de Jules Massa, Chez Léon, place Fénelon à Wasquehal[43].

Politique et administration modifier

Ancien Régime modifier

L’échevinâge de Tourcoing existe au moins depuis 1432. Le premier bailli fut Gautier des Prés, et les premiers échevins Pierrart de Falempin et Jean Noblet. En 1447, on trouve comme échevins : Jean du Castel, Arnoul le Maître, Jean Noblet et comme bailli Guillaume du Bus[44].

Il existait également un échevinage spécifique au quartier des Poutrains, qui était à l'époque une baronnie indépendante (il faut préciser que Tourcoing, sous l’Ancien Régime, constituait une seule et même paroisse mais se divisait en un véritable imbroglio de fiefs féodaux)[45].

Tourcoing et tous ses quartiers devinrent administrativement une commune avec conseil municipal lors de la Révolution, en 1790[45].

Rattachements administratifs et électoraux modifier

 
Tourcoing et ses quartiers.

La ville se trouve dans l'arrondissement de Lille du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 des neuvième et dixième circonscription du Nord.

La ville a été répartie en 1801 entre les cantons de Roubaix-Nord et de Tourcoing-sud. En 1895 cette répartition est modifiée avec la constitution d'un canton de Tourcoing-Nord-Est[46].

Depuis lors, la ville était le chef-lieu de trois cantons :

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais le bureau centralisateur des cantons de Tourcoing-1 et de Tourcoing-2.

Intercommunalité modifier

La commune est membre depuis sa création en 1967 de la communauté urbaine de Lille (Lille Métropole Communauté urbaine ou LMCU), transformée le pour former la Métropole européenne de Lille.

Tendances politiques et résultats modifier

Au premier tour des élections municipales de 2014 dans le Nord, Michel-François Delannoy (PS-PC-EELV-PRG-MRC) est arrivé en tête à Tourcoing, dans le département du Nord. Le maire sortant a obtenu 40 % des suffrages et s'est placé devant Gérald Darmanin (UMP-UDI), qui a récolté 37,3 % des voix.

Au second tour, le candidat UMP Gérald Darmanin remporte néanmoins les élections municipales à Tourcoing avec 45,61 % des voix devant Michel-François Delannoy (PS) et Jean-François Bloc (FN)[47]. Il démissionne après sa nomination au Gouvernement Édouard Philippe[48] et est remplacé comme maire de Tourcoing par son ancien premier-adjoint, Didier Droart en .

Celui-ci décède fin , et le conseil municipal du élit Jean-Marie Vuylsteker comme maire et Gérald Darmanin comme premier maire-adjoint. Celui-ci, qui avait envisagé de démissionner du gouvernement pour reprendre la direction de la ville, annonce son intention de conduire une liste municipale lors des élections de 2020 et de conquérir la présidence de la métropole européenne de Lille[49],[50].

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1899 1919 Gustave Dron[51] Radical Médecin
Conseiller général de Tourcoing-Sud (1887 → 1904)
Vice-président du conseil général du Nord (1900 → 1902)
Député du Nord (1889 → 1914)
Commandeur de l'Ordre de Léopold, Chevalier de la Légion d'honneur
1919 1925 François Leduc Solidarité républicaine Médecin
1925 1930 Gustave Dron[51] Radical Médecin
Conseiller général de Tourcoing-Sud (1887 → 1904)
Sénateur du Nord (1924 → 1930)
Vice-président de la Chambre des députés
Président du conseil supérieur de l’Assistance publique (1922 → ?)
Commandeur de l'Ordre de Léopold, Chevalier de la Légion d'honneur
Décédé en fonction
1930 1930 Jules Brassart Solidarité républicaine  
1930 1935 Albert Inghels[52] SFIO Fileur dans une usine cotonnière
Cafetier
Employé municipal à Lille
Député du Nord (1914 → 1924 et 1932 → 1936)
Conseiller général du canton de Tourcoing-Nord-Est
1935 1941 Edmond Salembien Radical Industriel
1941 1944 Léon Marescaux Gauche radicale vice-président de la Chambre de commerce du Nord
Conseiller au commerce extérieur
1944 1947 Fernand Lamblin Radical/PCF Industriel
Comité de libération nationale
1947 1954 Louis Paris SFIO Négociant en textile, marchand de journaux
Président de la délégation municipale[C'est-à-dire ?]
1954 juillet 1955 René Debesson SFIO Professeur honoraire
Sénateur du Nord (1973 → 1979)
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (1973 → 1979)
Démissionnaire
juillet 1955 mars 1959 Louis Paris SFIO Négociant en textile, marchand de journaux
Président de la délégation municipale[C'est-à-dire ?]
Conseiller général de Tourcoing-Nord-Est (1955 → 1961)
mars 1959 mars 1977 René Lecocq UDR Professeur d'anglais et de lettres
Conseiller général de Tourcoing-Sud (1964 → 1976)
mars 1977 août 1979 Guy Chatiliez MRP puis PS Journaliste à Nord Éclair
Décédé en fonction
août 1979[53] mars 1983 Maurice Devloo PS Employé de la CPAM de Tourcoing
mars 1983[54] mars 1989 Stéphane Dermaux UDF Directeur commercial
Député du Nord (1986 → 1988)
Député européen (1988 → 1989)
Conseiller général de Tourcoing-Sud (1976 → 1988)
mars 1989 mars 2008[55],[56] Jean-Pierre Balduyck PS Salarié textile Syndicaliste
Député du Nord (10e circ) (1988 → 1993 puis 1997 → 2002)
Conseiller général de Tourcoing-Nord-Est (1979 → 1985)
Vice-président de Lille Métropole Communauté urbaine (2002 → 2008)
mars 2008[57] avril 2014[58] Michel-François Delannoy PS Assistant parlementaire
Conseiller général de Tourcoing-Nord-Est (1998 → 2010)
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (2010 → 2015[59])
Vice-président de Lille Métropole Communauté urbaine (2008 → 2014)
avril 2014[60],[61] septembre 2017[48] Gérald Darmanin UMP-LR
puis LREM
Ministre de l'Action et des Comptes publics (2017 →)
Député de la 10e circonscription du Nord (2012 → 2016)
Conseiller régional des Hauts-de-France (2016[62] →)
Vice-président du conseil régional des Hauts-de-France (2016 → 2017)
Vice-président de la MEL (2014 → 2017)
Démissionnaire lors de sa nomination comme ministre
septembre 2017[63] janvier 2019[64] Didier Droart LR Pâtissier retraité
Décédé en fonction
7 février 2019[50],[65] 23 mai 2020 Jean-Marie Vuylsteker LR  
23 mai 2020 3 septembre 2020[66] Gérald Darmanin LREM Ministre de l'Action et des Comptes publics (2017 → 2020)
Ministre de l'Intérieur (2020 →)
Démissionnaire
13 septembre 2020[67] En cours Doriane Bécue DVD Adjointe aux affaires sociales
Vice-présidente du conseil départemental du Nord (2015 →)

Jumelages modifier

 
Villes jumelées avec Tourcoing 
Villes jumelées avec Tourcoing 
VillePaysPériode
 arrondissement de Mitte[68] Allemagnedepuis le
 Biella[69],[68] Italiedepuis le
 Bottrop[70],[68] Allemagnedepuis le
 Guimarães[68],[71] Portugaldepuis le
 Jastrzębie Zdrój[68],[72] Polognedepuis le
 Mouscron[68] Belgiquedepuis le
 Mühlhausen[68] Allemagnedepuis le
 Partyzanski District (en)[68] Biélorussiedepuis
Rochdale[68],[73] Royaume-Unidepuis le

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[74],[Note 3].

En 2021, la commune comptait 99 011 habitants[Note 4], en augmentation de 2,27 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
12 11011 38011 99914 66117 97319 96622 50326 83427 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
29 64633 49838 26243 32248 63451 89558 00865 47773 353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
79 24381 67182 64478 60081 37981 97278 39376 08083 416
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
89 25898 755102 23996 90893 76593 54092 35792 01897 476
2021 - - - - - - - -
99 011--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[75].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2020, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 44,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,1 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 17,7 % la même année, alors qu'il est de 22,9 % au niveau départemental.

En 2020, la commune comptait 47 310 hommes pour 51 855 femmes, soit un taux de 52,29 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,79 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2020 en pourcentage[76]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,4 
75-89 ans
6,5 
11,1 
60-74 ans
11,9 
17,7 
45-59 ans
16,8 
20,8 
30-44 ans
20,7 
21 
15-29 ans
21,2 
25 
0-14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[77]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Immigration modifier

En 2020, la population immigrée se compose de 12 513 habitants (5 906 hommes et 6 607 femmes), soit 12,62 % de la population[78]. Le nombre de personnes étrangères est de 9 777 habitants (4 603 hommes et 5 174 femmes), soit 9,86 %[79].

Ménages selon leur composition en 2019 modifier

Nombre de ménages[80],[81] Population des ménages
2019 % 2014 % 2009 % 2019 2014 2009
Ensemble 39 952 100,0 37 700 100,0 35 932 100,0 97 167 93 940 91 225
Ménages d'une personne 13 691 34,3 12 400 32,9 11 317 31,5 13 691 12 400 11 317
hommes seuls 6 066 15,2 5 405 14,3 4 457 12,4 6 066 5 405 4 457
femmes seules 7 626 19,1 6 995 18,6 6 860 19,1 7 626 6 995 6 860
Autres ménages sans famille 718 1,8 882 2,3 931 2,6 1 743 2 269 2 376
Ménages avec famille(s) dont la famille principale est : 25 543 63,9 24 418 64,8 23 684 65,9 81 733 79 271 77 532
un couple sans enfant 7 662 19,2 7 263 19,3 7 166 19,9 15 647 14 955 14 796
un couple avec enfant(s) 11 754 29,4 11 730 31,1 11 561 32,2 48 802 48 452 48 109
une famille monoparentale 6 127 15,3 5 424 14,4 4 958 13,8 17 283 15 864 14 627

Enseignement modifier

Tourcoing draine la majeure partie des élèves de son bassin de population, qui se compose des communes plus ou moins limitrophes de Roncq, Neuville-en-Ferrain, Halluin, Mouvaux, Linselles, Bondues, Bousbecque et Comines ; en témoigne le réseau de transport scolaire qui débouche toujours sur le centre-ville de Tourcoing.

Tourcoing compte trois prestigieux établissements d'enseignement secondaire, historiquement liés à la ville : pour l'enseignement privé catholique, l'Institution libre du Sacré-Cœur[82], fondée en 1666 ; pour l'enseignement public en France, le Lycée d'État Gambetta[83], créé en 1885. Et le lycée numérique Colbert, nationalement reconnu, public aussi.

La carte scolaire de Tourcoing est riche : une vingtaine d'établissements secondaires, dont deux lycées d'enseignement général, deux lycées d'enseignement technologique, et un lycée d'enseignement professionnel. On notera le nombre relativement important de collège privés catholiques.

Depuis 2004, l'École Nationale des Douanes s'est installée à Tourcoing.

En 2008, avec le projet le Virolois se réinvente le Lycée Le Corbusier Tourcoing a déménagé rue des Piats dans une structure design et technologique offrant à ses élèves spécialisés en BTP et Communication graphique la possibilité de travailler dans des ateliers modernes et professionnels.

L'Université de Lille est présente à Tourcoing par l'intermédiaire de son Département Arts Plastiques, ainsi que de l'Institut Universitaire de Technologie de Lille (site de Tourcoing).

Culture modifier

 
Le parc de l'Union.
 
L'ancienne Chambre de commerce de Tourcoing.

La ville compte également de nombreuses structures artistiques et culturelles (liste non exhaustive) :

Espaces verts modifier

  • Le Jardin botanique de Tourcoing qui s'étend sur 11 900 m2, il comporte un jardin botanique et un arboretum ;
  • le parc Clémenceau, conçu par le paysagiste René-Edouard André en 1927 à l'emplacement d'un ancien cimetière et ouvert en 1931. La porte flamande marquant l'entrée du parc est issue du château Masurel, tandis que des éléments du décor rocaille du palais Vaissier ont été réemployés pour orner la cascade du parc[84] ;
  • Le parc de l'Union.

Théâtres modifier

Musique modifier

  • Le conservatoire de musique et de danse
  • L'atelier lyrique de Jean-Claude Malgoire
  • L'EF2M, Espace de Formation aux Métiers de la Musique [88]
  • Les Crick-Sicks, orphéon
  • L'orchestre d'harmonie de la ville
  • Le Grand Mix (deux salles de concert: une de 650 places et un "club" de 300 places)
  • Tourcoing Jazz Festival (37e édition en 2023)
  • La Voix du Rock

Musées modifier

 
Le MUba Eugène-Leroy, musée des Beaux-Arts.

Médiathèques modifier

  • Tourcoing dispose de 4 médiathèques, 1 ludothèque et 1 Pôle multimédia. Ces structures sont organisées en réseau, appelé depuis 2013 le Réseau des idées[92].
  • La médiathèque André Malraux se situe dans le Centre-ville, la Médiathèque Aimé Césaire dans le quartier du Blanc-Seau, la Médiathèque Andrée Chedid dans le quartier de Belencontre et la Ludomédiathèque Colette dans le quartier de la Bourgogne.
  • La bibliothèque a été créée en 1844 sur les conseils de l'archiviste général du Nord. Elle ouvre en 1895 avec 2 254 volumes inscrits au catalogue[93].
  • Les médiathèques de Tourcoing proposent des livres, BD, mangas, comics, revues, livres à écouter, liseuses électroniques[94], CD, DVD, partitions et jeux.
  • Le fonds patrimonial de la Bibliothèque de Tourcoing se compose de 3 008 volumes imprimés du XVIe siècle au début du XXe siècle, de 35 manuscrits et d’une collection de 4 763 cartes postales. Trois thématiques sont particulièrement travaillées : le religieux, l'histoire locale et le textile. Le plus ancien ouvrage conservé est le texte de la Pharsale du poète Lucain dans une édition de Simon de Colines (1528), un des premiers imprimeurs humanistes parisiens du XVIe siècle. La médiathèque possède également des livres d'artistes[95].
  • Autre spécificité : le Service aux collectivités jeunesse est une médiathèque spécialisée pour les professionnels de l'enfance de Tourcoing. Elle s'adresse aux enseignants des écoles maternelles et élémentaires publiques ou privées, personnels des établissements de l'enseignement spécialisé, animateurs des centres de loisirs municipaux ou associatifs, personnels des structures d'accueil de la Petite Enfance associatives ou municipales et salariés et bénévoles des associations ou des institutions publiques qui souhaitent développer un projet autour du livre et de la lecture[96].

Arts modifier

  • Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains[97].
  • L'École régionale supérieure d'expression plastique (ERSEP) : enseignement supérieur des Beaux-Arts en collaboration avec le Département Arts Plastiques de l'Université de Lille.
  • Flux Flow Factory - lieux d'exposition de 600 m2 (peintures, photographies, lithographies, affiches de collections, musée du pain d'épices)[98],[99],[100].
  • La Plaine Image (éco-quartier de l'Union).

Santé modifier

La ville de Tourcoing possède un centre hospitalier, le centre hospitalier Gustave-Dron[101].

Sports modifier

  • Tennis : Le Tennis Club U.S.T « Ma Campagne » est un club convivial situé dans un espace agréable (facilité d’accès pour les vélos et parking voitures). Le club vous offre la possibilité de pratiquer le tennis sur 3 courts couverts en moquette, ainsi que 2 courts extérieurs en Greenset. Le tournoi officiel se déroule chaque année de mi-novembre à mi-décembre[102].
  • Football : Tourcoing n'a brillé en football que lorsque ses clubs ont su s'unir à ceux de Roubaix pour créer le CO Roubaix-Tourcoing plus connu sous l'appellation CORT. Actuellement, l'Union Sportive Tourcoing Football Club évolue en Régional 1, et l'Union Sportive Portugaise Roubaix Tourcoing en Régional 2.
  • Volley-ball : La ville dispose d'un club de volley, le Tourcoing Lille Métropole Volley-Ball plus connu sous l'appellation TLM. Le club évolue en 2022-2023 en Ligue A masculine. Le club a évolué au plus haut niveau national (3 finales de championnat, 7 finales de coupe de France, dont une victorieuse en 2018) et européen en participant de nombreuses fois aux Coupes d'Europe réussissant à participer deux fois au final 4.
  • Basket-ball : La ville compte également un club jouant en Nationale 2 (quatrième division nationale: la Saint-Michel Tourcoing).
  • Athlétisme : Un club de haut niveau, l'Union sportive tourquennoise, entraînant notamment Robert Korzeniowski triple champion olympique, double champion du monde et détenteur du record du monde du 50 kilomètres marche[103].
  • Lutte : Un club de lutte réputé, le lutteur club de Tourcoing, dont est membre Vanessa Boubryemm, médaille d'or des championnats d'Europe 2006 (moins de 51 kg en lutte féminine)[104].
  • Water polo : Les Enfants de Neptune (ENT), club le plus titré du water-polo français avec 46 titres de Champion de France.
  • Escrime : Centre d'initiation à l'escrime de Tourcoing (CIET) où a évolué Didier Flament, champion olympique en 1980[105].
  • Floorball : Le Nordiques Floorball Club est le premier club de Floorball créé dans le Nord en 2004.
  • Danse : L'école de danse UST Vermont propose des cours tous niveaux en danse classique et jazz. Cette école réalise un gala en fin d'année avec tous les élèves.

Manifestations culturelles et festivités modifier

  • Grand prix international de lutte[106]
  • Challenge d'escrime[107]
  • La Nuit détonnante - Fête des allumoirs
  • Le Tournoi mondial de Basket de la Jeune Garde
  • Le Week-end Géants
  • La Voix du Rock
  • Le Week-end Vert
  • Tourcoing Plage[108]
  • La semaine du patrimoine dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine
  • Boucles tourquennoises (athlétisme)[106]
  • Festival de jazz[109]
  • Les Fêtes de fin d'année - Village féérique de Noël

Religions modifier

Christianisme modifier

Catholicisme modifier
 
L'église Sainte-Anne dans le quartier du Brun-Pain
 
L'église Notre-Dame de la Marlière

Le doyenné de Tourcoing, qui fait lui-même partie du diocèse de Lille, est subdivisé en cinq paroisses (Saint-Pierre, Saint-Éloi, Saint-Jean-l'Évangéliste, Notre-Dame-des-Peuples et Sainte-Famille).

  • église Saint-Christophe, Parvis Saint-Christophe [110] (XIe – XIIIe siècles, XVe – XVIe siècles et XIXe siècle) : remarquable association de pierres et de briques, récemment restaurée, agrémentée d'un clocher haut de 80 mètres et d'un carillon[Note 5] de 62 cloches, l'église Saint-Christophe est considérée comme l'un des plus beaux édifices néo-gothiques du Nord. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1981[111].
  • Église Notre-Dame-des-Anges, rue Nationale.
  • Église Notre-Dame de la Marlière, rue de la Marlière [112], ensemble des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, lieu de pèlerinage. La rotonde a été réalisée en 1875 par l'architecte de la ville Charles Maillard. La statue de la vierge qui la couronne est l'œuvre de Viollet-le-Duc.
  • Église Saint-Thomas de Tourcoing, construite en 1968[113] et inaugurée en 1969, elle est située rue de Bottrop, dans le quartier de la Bourgogne.
  • Église du Sacré-Cœur, boulevard Gambetta.
  • Dans tous les quartiers de la ville, on remarque des églises généralement en briques, datant de la deuxième moitié du XIXe siècle ou du début du XXe siècle, notamment
  • L'église Sainte-Anne au Brun-Pain, rue du Brun-Pain.
  • L'église Notre-Dame-de-la-Consolation, rue du Pont de Neuville
  • L'église Saint-Jean-Baptiste rue du Touquet
  • L'église Saint-Louis (aujourd'hui désaffectée) au croisement de la rue de l'Épidème et des Cinq-Voies, présentant cinq verrières de 1900 réalisées par les ateliers Lorin de Chartres[114].
  •  
    L'église du Sacré-Cœur.
    L'église Saint-Joseph, rue Blanche.
  • L'église Saint-Jean-l'Évangéliste, rue du Blanc Seau.
  • L'église Saint-Jacques, rue de Roncq.
  • L'église Saint-Éloi, rue du Docteur Dupont.
  • L'église Saint-Blaise, Allée Achille Hodard.
  • L'église Notre-Dame de Lourdes, rue Ingres.
  • Chapelle de la Sainte Famille, rue Jean Froissart : située dans le quartier du Brun Pain, y est pratiqué le rite tridentin. Elle appartient au prieuré de la Sainte-Croix, lui-même dépendant de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. La présence de cette chapelle et de sa communauté traditionaliste illustre aussi le fait que Tourcoing est le lieu de naissance de Marcel Lefebvre et lieu de résidence effectif ou proche de ses frères et sœurs.
  • La chapelle de l'hospice d'Havré, rue de Tournai (espace culturel).
  • La chapelle du Vœu du monastère des Bénédictines du Saint-Sacrement, rue Faidherbe, construite en 1921 par les architectes Jean-Baptiste et Henri Maillard (père et fils)[115]. Elle fut bâtie à la faveur d'un vœu formulé durant la Première Guerre mondiale (à savoir le souhait de voir Tourcoing épargné par les bombes). Sa façade est inspirée par la Renaissance française[116].
  • La chapelle du collège Notre-Dame Immaculée, place Notre-Dame.
  • La chapelle du collège catholique Charles Peguy, place du Théâtre.
  • La chapelle du collège catholique du Sacré Cœur, rue de Lille.
  • La chapelle Notre-Dame des Victoires, rue Nationale.
Antoinisme modifier
 
Temple du culte antoiniste
Protestantisme modifier
  • L'ancien temple réformé, rue de la Malcense.
  • Le temple et siège de la Congrégation chrétienne en France est situé rue de Gand.
  • L'église évangélique assemblée chrétienne, rue de la Croix Rouge.
  • Le centre évangélique, rue Gustave Dron.
  • L'église évangélique, rue de l'Amiral Courbet.
  • Communauté Évangélique Pentecôtiste Bethania, boulevard gambetta.

Islam modifier

Sunnisme modifier
  • Mosquée Salman El-Farisi, située dans le centre-ville.
  • Mosquée Es-Salam, située dans le quartier de la Croix-Rouge.
  • Mosquée Ibn Taymiya, située dans le quartier du Clinquet.
  • Mosquée Othman Ibn Affan, situées dans le quartier de la Bourgogne.

Économie modifier

La ville de Tourcoing compte, en 2018, 21 grandes entreprises (chiffre d'affaires de plus de 10 M€)[117] avec une dominante dans la distribution.

Textile modifier

Le Peignage de la Tossée : aux heures de gloire du textile français, en 1870, Adolphe Binet construit un atelier de peignage de laine qui après s'être appelée la société Binet fils devient en 1896 la société anonyme du Peignage de la Tossée. En 1968 le Peignage de la Tossée situé au 157 rue de Roubaix, absorbe le Peignage et Carbonisage de Mouvaux. En 1982 le Peignage de la Tossée est repris par la Société Dewavrin qui absorbe également le Peignage de l'Epinette, façonnier d'Alphonse Six. La fusion en 1988 des sociétés Alphonse Six et Dewavrin père et Fils donnera la Société Standard Wool France, filiale du groupe américain Standard Commercial Corporation (Caroline du Nord). L'activité principale de peignage de la laine (15 % de la production française), ira de 6 000 t de laine par an en 1949, pour atteindre 15 320 t en 1973 et jusque 160 000 t/an. S'y est ajoutée l'exploitation de la lanoline et de la suintine (graisses de la laine) qui sont raffinées pour les industries pharmaceutiques et cosmétiques, celle de la lanoline ira jusque 2 800 t/an. Le peignage de la Tossée occupera jusque 1 200 ouvriers en 1949. Fermé définitivement le , le site de l'ancienne usine de la Tossée se trouvant sur la Zone de l'Union a vocation à redevenir une "cité intégrée" mêlant en son sein logements, services, commerces de proximité, entreprises et équipements[118].

L'entreprise Vestiaire collective est installée depuis 2017 à la Tossée[119], permettant de redonner au site une identité textile[120].

Secteur tertiaire modifier

Longtemps en retard sur le tertiaire, la ville de Tourcoing bénéficie depuis une petite dizaine d'années d'une dynamique tertiaire avec notamment 2 pôles :

- L'ensemble tertiaire appelé Alhena[121]: composé de 2 pépinières d'entreprises (structure accompagnement de projet de création d'entreprise), ces 4 bâtiments d’activité sont destinés à un public professionnel diversifié tel que des artisans ou encore les professions libérales.

- L'entreprise Booking.com : D'abord installé à partir de 2016 rue de Tournai grâce aux fonds de la communauté urbaine, l'entreprise a déménagé en place Sébastopol[122] dans un nouveau bâtiment, plus grand, permettant d'accueillir de nouveaux salariés[123].

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
La gare de Tourcoing, construite en 1905.
 
L'hôtel de ville de Tourcoing.

Édifices tourquennois majeurs modifier

  • L'église Saint-Christophe ; le premier édifice fut construit au XIIIe siècle et au XIVe siècle, mais a fait l'objet d'une restauration (impliquant d'importantes reconstructions) lors d'une première campagne de travaux entre 1856 et 1865, puis entre 1895 et 1898. Les vitraux du chevet ont été réalisés quant à eux entre 1871 et 1873[84] ;
  • L'hôtel de ville[124] (1885) : construit sur les plans de l'architecte Charles Maillard, l'hôtel de ville de Tourcoing est caractéristique du style Beaux-Arts. De vastes proportions, il s'agit d'un des plus beaux témoignages de la réussite économique de l'époque industrielle. Son grand hall en atrium et la décoration intérieure des salles sont remarquables. Il est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 1981[125] ;
  • L'ancienne chambre de commerce construite par l'architecte Charles Planckaert entre 1903 et 1906. L'édifice, alliant la pierre et la brique dans un style néo-flamand, comporte un beffroi d'angle. La pierre traitée en bossage domine dans le soubassement, l'aspect sévère de ce dernier est contrebalancé par la présence de la brique et d'une pierre calcaire blonde aux niveaux supérieurs. On y retrouve des fenêtres à meneaux ainsi que des frontons brisés surmontés d'un oculus. L'étage en attique est couronné par des lucarnes aux formes diverses, dont certaines comportent un obélisque. Il fut édifié à la gloire de la prospérité de Tourcoing à l'occasion de l'Exposition internationale des Industries textiles de 1906. L'architecte Charles Planckaert a tenu à ne pas être payé pour son travail[126], se contentant du bonheur qu'il éprouvait à servir sa commune. Le beffroi, terminé en 1910, est haut de 50 mètres[127].

Architecture d'origine civile modifier

 
Les Arcades
 
L'ancienne école des Beaux-Arts, construite en 1904.

Au centre-ville et ses alentours (particulièrement rue Nationale et rue de Lille), un grand nombre d'hôtels particuliers (anciennes résidences des familles industrielles textiles) en cours de restauration (notamment l'hôtel Rasson-Wattine), ont été construits à la fin du XIXe siècle dans un style éclectique inspiré de la Renaissance ; il subsiste encore rue de Lille quelques demeures industrielles construites dans la première moitié du xixe siècle associant résidence et commerce côté rue et ateliers côté cour, avant que le zonage ne sépare les fonctions et conduise à la spécialisation des édifices[84].

  • La gare de Tourcoing (1906), construite à l'occasion de l'Exposition internationale textile sur le modèle de la gare de Roubaix. Le quartier qui l'environne a fait l'objet d'un réaménagement urbain qui s'acheva en 1928[84]. La gare est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1984[128] ;
  • L'école de natation (1904)[129], fermée en 1999 et accueillant désormais l'Institut du Monde Arabe depuis 2016[130] ;
  • Le lycée d'État Gambetta[131] (1885), typique de la fin du XIXe siècle ;
  • Le lycée Colbert[132], dit « Institut Colbert » (1935), dans un style néo-flamand ;
  • Stand de Tir (1905) ;
  • Hôpital Gustave-Dron (1905) ;
  • Le Bureau de Bienfaisance (1894) ;
     
    La maison du collectionneur, construite en 1913.
  • Les Arcades, immeuble de style Art Déco construit entre 1930 et 1932 par les architectes Maurice Batteur et Léon Chandèze sur l'avenue Gustave Dron[133]. Il se distingue par ses dimensions imposantes et par son décor de brique et de céramique ;
  • L'École Nationale des Douanes construite en 2004 par le cabinet d'architecture Jean Nouvel est un bel exemple d'architecture contemporaine. Son hall d'entrée est décoré par une œuvre d'Aki Kuroda inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2009 ;
  • De nombreux bourloires, inscrits à l'inventaire des monuments historiques depuis 2003 : Bourloire La Nouvelle Bourloire[134], Bourloire Saint-Louis[135], Bourloire Saint-Christophe[136], Bourloire Notre-Dame de Consolation[137], Bourloire Saint-Eloi[138], Bourloire La Concorde[139], Bourloire Saint-Charles[140], Bourloire Saint-Raphaël[141] ;
  • La Villa Paula est un hôtel particulier Art Déco, imaginé par l'architecte tourquennois Charles Bourgeois (propriété privée) ;
  • La maison du collectionneur, construite en 1913 dans le style néo-renaissance flamande par l'architecte Jean-Baptiste Maillard. Elle fut édifiée pour le compte de l'industriel Ernest Desurmont, qui collectionnait des antiquités et qui fit réemployer pour la construction de sa maison divers éléments architecturaux qu'il avait pu acquérir[84], elle fut classée en 2021 au titre des monuments historiques[142] ;
  • La maison du Broutteux, construite en 1909 par Jean-Baptiste Maillard. Sa façade imite la construction en pans de bois[84].
  • L'ancienne école des Beaux-Arts, située rue de Gand et construite entre 1900 et 1904 par l'architecte Emile Marquette[84]. Elle abrite aujourd'hui l'école régionale supérieure d'expression plastique ;
  • Le monument aux morts de la place de la Victoire a été réalisé entre 1924 et 1931 par le sculpteur Lucien Brasseur, représentant une victoire triomphante emportée par un cheval ailé[84].

Architecture d'origine religieuse modifier

 
L'hospice d'Havré réhabilité en « Maison Folie ».

Patrimoine industriel modifier

 
Les francs châteaux d'eau, situés rue de Lille, et construits en 1863.
  • L'ancienne usine Masurel, construite par Marcel Forest en 1945 était une bonneterie d'architecture moderniste mâtinée d'Art déco, rattachée aux établissements François Masurel Frères. Elle fut restructurée en 1995 sous la direction de l'architecte Patrice Cau avant d'être classée monument historique. L'usine est la propriété aujourd'hui de la Société Anonyme des Usines, qui emploie l'édifice comme immeuble de bureaux[84] ;
  • L'ancienne usine Tiberghien, construite aux environs de 1900 et réhabilitée en 2006 par Boualem Chelouti au 98 rue de Paris puis en 2009 par l'agence Tao pour le 96[84].
  • Les francs châteaux d'eau, deux réservoirs d'eau situés rue de Lille construits en 1863 sous la direction de l'ingénieur Varennes, directeur du service d'eau de Roubaix et de Tourcoing. Ces châteaux d'eau sont construits en brique pour le soubassement et en fonte pour la cuve, adoptant une architecture d'inspiration néogothique[84] ;
  • Le canal de Roubaix a été remis en navigation en 2008 (programme Blue Links). Il desservait notamment le site la « Zone de l’Union », un des plus grands chantiers de France de réhabilitation d’une friche industrielle de 80 ha environ s'étendant sur Roubaix, Tourcoing et Wattrelos (comprenant l'ancienne brasserie Terken) pour y aménager une zone d’activités de haute qualité environnementale, en associant les habitants des quartiers au projet, dans une dynamique de démocratie participative.

Personnalités liées à la commune modifier

Tourcoing dans les arts modifier

La ville ou ses monuments ont servi de décors ou de lieux de tournages à plusieurs films et notamment :

Par ailleurs, la chanson Un Clair de lune à Maubeuge évoque la ville dans un de ses vers : " Tout çà n'vaut pas le doux soleil de Tourcoing"

Héraldique modifier

Les armes de Tourcoing se blasonnent ainsi : « D'argent à la croix de sable chargée de cinq besants d'or ».

Identité visuelle (logo) modifier

Pour approfondir modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Henri Leblanc, Histoire du Collège de Tourcoing, Imprimerie Jean Mathon (Tourcoing), 1870[151] (ISBN 978-0656989768)
  • J.-E. Van Den Driessche, Histoire de Tourcoing, Éditions La Découvrance, impression originale 1928[152] (ISBN 978-2842652999)
  • (picard) Jules Watteeuw, Chansons, fables et pasquilles tourquennoises, Tourcoing, Imprimerie Frère-Glorieux, 1883 (ISBN 978-1110031504)
  • Hervé Leroy, Tourcoing, l'audace de la discrète éditions Light Motiv (59110 La Madeleine), coll. Passages en ville. Photographes : Jean-Pierre Duplan, Eric Le Brun. 112 pages. (ISBN 9782952471732)
  • Histoire de Tourcoing Sous la direction d'Alain Lottin (Editions des beffrois 1986) (ISBN 2-903077665)
  • Tourcoing 39-45, bande dessinée d'olivier Gilleron et Francis Cold, Le Téméraire, 1994 (ISBN 2-908703-39-4)
  • Jean Christophe Tourcoing, mon pays, préface de Pierre Pierrard, 1977 [12]
  • Emile Vignoble, Tourcoing, la Victoire de l'An 2, Éditeur : Office de Tourisme de Wasquehal, 1993 (ISBN 2-9507495-0-X)
  • Histoire de Tourcoing, 1855, Charles Roussel-Defontaine (historien et maire de 1857 à 1879) Lire en ligne (ISBN 978-1241357771)
  • Guy Chatiliez, La force généreuse, Jean-François Roussel, (Les Editions du Net 2016) (ISBN 978-2-312-04201-5)
  • L'idéalisme en action, Jean-Pierre Balduyck, Entretiens avec Jean-François Roussel Préface de Lionel Jospin (Les Editions du Net 2019) (ISBN 978-2-312-06674-5)
  • Gustave Dron Une statue vivante, roman biographique de Jean-François Roussel Préface de Jean-Pierre Balduyck Postface de Martine Gabriel archivistes de la ville de Tourcoing (Les Editions du Net 2020) (ISBN 978-2-312-07844-1)

Articles connexes modifier

Géographie Histoire et patrimoine Personnalités Autres

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  5. Le carillon est un des plus importants de France. Deux carillons ont été construits aux XVIIe et XVIIIe siècles avant la destruction pendant la Révolution française. Un carillon restauré en 1819 et 1823 disparait pendant la Première guerre mondiale en 1917 où il est réquisitionné par les Allemands. L'actuel date de 1961. Une école nationale de carillon a été créée en 1971. A CL. « Pourquoi le carillon de Tourcoing est-il l'un des plus importants de France ?», dans La Voix du Nord du 5 août 2020, Tourcoing et la métropole C.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. Fanny Saintot et Anne Courtel, « Doriane Bécue est désormais la nouvelle maire de Tourcoing », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Florian Steinling, « Tourcoing, de nouveau troisième ville de la région, repasse devant Roubaix », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Tourcoing et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Lille-Lesquin » (commune de Lesquin) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Lille-Lesquin » (commune de Lesquin) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le )
  18. « Mon Conseil de quartier », sur tourcoing.fr (consulté le ).
  19. Les grands projets de la Ville sur le site de la Ville de Tourcoing [1]
  20. « Tourcoing - D’où vient le Quadrilatère des piscines? Décryptage », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  21. « Discours d’Emmanuel Macron à Tourcoing, les 5 mesures à retenir », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (en) « ZFU - Territoire entrepreneurs La Bourgogne, Alma, Cul de Four, Fosse aux Chênes, Epidème, Roubaix centre, Epeule, Sainte-Elisabeth - Zone Franche Urbaine de la commune: Croix - SIG Politique de la Ville », sur sig.ville.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Nouveau visage pour la Bourgogne », tourcoing.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « La carte des 7 territoires qui testent le retour des emplois francs en banlieue », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Emplois francs : début de l’expérimentation - Actualité fonction publique territoriale », Actualité fonction publique territoriale,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Emploi et chômage à Tourcoing (59200) », sur journaldunet.com (consulté le ).
  27. [2]
  28. Quel Grand Boulevard dans 100 ans ? (lavoixdunord.fr)
  29. « Tourcoing - La présence du Ouigo à Lille ne le fera pas disparaître de Tourcoing », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  30. Histoire de Tourcoing, sur le site de la Ville
  31. « page définitivement disparue »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  32. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 58, lire en ligne.
  33. Tourcoing, fiche pratique sur le site de Lille Métropole
  34. Chambre de Commerce, sur le site de l'office de tourisme de Tourcoing [3]
  35. Biographie de Gustave Dron, sur le site du Sénat de la République française [4]
  36. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, p. 41
  37. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, p. 49
  38. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, p. 51
  39. a et b Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 53
  40. Cent ans de vie dans la région, Tome II : 1914-1939, La Voix du Nord éditions, n° hors série du 17 février 1999, p. 41.
  41. La gazette du nord du 11/09/1933 (bn-r.fr)
  42. Canal de Tourcoing pendant les guerres, consulté le 15 mai 2013
  43. Gazette du Nord du 13/10/1923 (bn-r.fr)
  44. Histoire de Tourcoing, J-E Van Den Driessche (1928)
  45. a et b Ibid.
  46. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Gérald Darmanin (UMP) élu face au maire sortant PS (rtl.fr)
  48. a et b AFP, « Ministre, Gérald Darmanin abandonne son fauteuil de maire de Tourcoing : Comme l'a imposé l'Élysée, Gérald Darmanin a cédé samedi son fauteuil de maire de Tourcoing. Son premier adjoint est désormais le premier édile de la ville nordiste », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. AFP, « Gérald Darmanin choisit de ne pas redevenir maire de Tourcoing et reste au gouvernement : Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin reste 1er adjoint à Tourcoing et annonce sa candidature en 2020 », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « J'aime Tourcoing, c'est là où je retournerai quand mon expérience gouvernementale se terminera. Et je serai bien sûr candidat aux élections municipales en 2020, car je n'imagine pas la vie politique sans passer par le suffrage universel, sans avoir un ancrage local", a poursuivi M. Darmanin, qui a "tout de suite écarté" l'hypothèse d'un cumul de fonctions de maire et de ministre. ».
  50. a et b Q. V., AFP, « Tourcoing : Jean-Marie Vuylsteker élu maire après le décès de Didier Droart, Darmanin reste premier adjoint : Jean-Marie Vuylsteker est élu de Tourcoing depuis 1971. », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Âgé de 75 ans, M. Vuylsteker, élu de droite tourquennois depuis 1971, succède au gaulliste Didier Droart, décédé fin janvier à 71 ans des suites d'un cancer ».
  51. a et b « Gustave Dron (1856-1930) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  52. « Albert Inghels (1872-1941) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  53. Peter Maenhout, « Les vœux du maire : une tradition de 30 ans », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  54. « Histoire locale: Stéphane Dermaux maire de Tourcoing, 30 ans déjà… », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  55. Geoffroy Deffrennes, « Tourcoing : Jean-Pierre Balduyck, maire de l'ombre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  56. Marig Doucy et Jean-François Rebischung, « Jean-Pierre Balduyck : quelle vie après celle d'élu ? », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  57. Patrick Seghi, « Michel-François Delannoy intronisé maire de Tourcoing », Municipales 2008, sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  58. Jean-Marc Rivière, Jean-François Rebischung et Anne Courtel, « M.-F. Delannoy : « Je n’ai pas vécu la défaite comme un drame », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  59. Jean-François Rebischung, « Tourcoing : Michel-François Delannoy ne se représente pas aux régionales », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  60. « Michel-François Delannoy (PS) reconnaît la victoire de la droite à Tourcoing », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  61. Anne Courtel, « Gérald Darmanin, désormais chef d’orchestre de Tourcoing », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  62. Jean-François Rebischung, « Tourcoing : Gérald Darmanin élu conseiller régional : La liste de Xavier Bertrand l’emporte avec 67,9 %. Le report des voix de gauche a donc pleinement fonctionné. Mais la liste de Marine Le Pen (32,10 %) progresse de plus de mille voix par rapport au premier tour », Nord Éclair,‎ (lire en ligne).
  63. Anne Courtel, « Didier Droart, maire… en attendant le retour de Gérald Darmanin : Ce samedi, Didier Droart (LR) va mener les débats du conseil municipal en tant que maire pour la première fois et dans la ligne de Gérald Darmanin (LR) dont il assure qu’il sera candidat aux municipales en 2020 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  64. https://www.politiquemania.com/forum/modification-f14/deces-didier-droart-maire-tourcoing-t7864.html
  65. Anne Courtel et Florence Moreau, « Tourcoing Jean-Marie Vuylsteker élu maire de Tourcoing : Dans une salle du conseil bondée, les élus tourquennois se sont réunis, jeudi soir, pour élire le nouveau maire. Sans surprise, c’est Jean-Marie Vuylsteker, 75 ans, qui prend les commandes de la troisième ville des Hauts-de-France », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Via un vote à main levée (avec deux voix contre à gauche et l’abstention du FN), J.-M. Vuylsteker prend donc les commandes de la ville de 98 000 habitant ».
  66. « Nord: Doriane Becue officiellement élue maire de Tourcoing en remplacement de Gérald Darmanin », sur BFMTV (consulté le ).
  67. « Doriane Bécue élue maire de Tourcoing en remplacement de Gérald Darmanin », sur France Bleu, (consulté le ).
  68. a b c d e f g h et i « https://www.tourcoing.fr/Ma-ville/Visite-guidee-de-Tourcoing/Villes-amies »
  69. « http://www.comune.biella.it/web/vivere-biella/elenco-siti-collegati-biella »
  70. « https://www.bottrop.de/politik/partnerstadt/Tourcoing.php »
  71. « https://www.cm-guimaraes.pt/cmguimaraes/uploads/document/file/1222/19959.pdf »
  72. « https://www.jastrzebie.pl/strefa-turysty/miasta-partnerskie/ »
  73. « http://www.rochdale.gov.uk/leisure-and-culture/Pages/20-things-to-know.aspx »
  74. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  75. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  76. « Évolution et structure de la population en 2020 - Commune de Tourcoing (59599) », sur Insee, (consulté le ).
  77. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  78. « Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration en 2020. », sur Insee, (consulté le )
  79. « Population par sexe, âge et nationalité en 2020. », sur Insee, (consulté le )
  80. « population tourquennoise »
  81. « ménages selon leur composition (2019) »
  82. Par tradition séculaire, encore surnommée simplement Collège de Tourcoing.
  83. le plus souvent surnommé lycée de Tourcoing ; le "Collège" ecclésiastique et le "Lycée" laïc se livraient autrefois une lutte féroce, ce qui n'est plus le cas de nos jours.
  84. a b c d e f g h i j k et l Didier-Joseph François, Guide d'architecture de la métropole lilloise, Paris, Le Passage, , p. 125, 162, 166, 182, 189, 216, 218, 244, 246
  85. Site de la Compagnie théâtrale "La Virgule"
  86. Le Théâtre du Broutteux sur le site de l'Office du tourisme de Tourcoing [5]
  87. Site de Farfadets et Compagnie
  88. « Apprendre et pratiquer », sur www.tourcoing.fr (consulté le ).
  89. Musée des Beaux-Arts de Tourcoing, fiche pratique sur le site "Amis des Musées"[6]
  90. Site officiel du Musée "Message Verlaine" à Tourcoing
  91. Le Musée du Carillon sur le site de l'Office du tourisme de Tourcoing [7]
  92. « Le réseau des idées », sur tourcoing.fr (consulté le ).
  93. « Histoire de la médiathèque », sur mediatheque.tourcoing.fr (consulté le ).
  94. « Livre électronique: les médiathèques tourquennoises se mettent à la page », sur nordeclair.fr (consulté le ).
  95. « Origines et collections patrimoniales », sur mediatheque.tourcoing.fr (consulté le ).
  96. « Le Service aux Collectivités Jeunesse », sur mediatheque.tourcoing.fr (consulté le ).
  97. Le Fresnoy, sur son site officiel
  98. Tourcoing, du pain d'épice au loft d'artiste (france3-regions.francetvinfo.fr)
  99. « Tourcoing: la Flux Flow Factory fourmille de projets », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  100. Tourcoing, la Flux Flow Factory (FFF) ouvre ses portes ce samedi (nordeclair.fr)
  101. Site du Centre hospitalier Gustave Dron
  102. Le site internet de l'Union Sportive Tourcoing Tennis
  103. Site internet de l'Union sportive tourquennoise
  104. Le Lutteur Club de Tourcoing, sur l'Annuaire des Sports
  105. Le Centre d'Initiation à l'Escrime de Tourcoing, sur le site de la Ville [8]
  106. a et b Clubs sportifs de haut niveau à Tourcoing sur le site de la Ville
  107. Clubs sportifs de haut niveau à Tourcoing sur le ste de la Ville
  108. Site officiel de l'opération "Tourcoing Plage"
  109. Site officiel du "Tourcoing Jazz Festival"
  110. Patrimoine tourquennois sur le site de l'office de tourisme de Tourcoing [9]
  111. « Église Saint-Christophe », notice no PA00107837, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  112. Patrimoine religieux, sur le site de l'office de tourisme de Tourcoing [L'église Notre-Dame de la Marlière, sur le site de l'Office de Tourisme de Tourcoing [10]
  113. Église paroissiale Saint-Thomas
  114. « Ensemble des 5 verrières hagiographiques du chœur : Vie de saint Louis (baies 0 à 4) », notice no IM59002422, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  115. Lotfi Sid, « La question pas si bête : d’où la chapelle du Vœu à Tourcoing tire son nom ? », sur La Voix du Nord,
  116. Alain Lottin, Histoire de Tourcoing, Editions des Beffrois, , p. 278
  117. « Créer des listes personnalisées d'entreprises avec Verif.com », sur verif.com (consulté le ).
  118. « 2004 : la Tossée, histoire et fermeture du peignage - La manufacture - Comprendre l'aventure textile », sur La manufacture - Comprendre l'aventure textile (consulté le ).
  119. « Roubaix-Tourcoing - Avec Vestiaire Collective, le luxe va créer près de 200 emplois à l’Union », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  120. « Dans le fringant entrepôt de Vestiaire Collective », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  121. « Alhena (ensemble tertiaire) », sur SEM Villes Renouvelée (consulté le ).
  122. « Booking.com s’enracine à Tourcoing et met le cap sur 900 emplois », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  123. « À Tourcoing, Booking.com recrute massivement pour début 2020 », sur LA VDN, (consulté le ).
  124. Patrimoine de Tourcoing, sur le site de la Ville
  125. « Hôtel de ville », notice no PA00107840, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  126. Victor Di Bartolo, « Sur les pas de Gustave Dron : la Chambre d’Industrie et de Commerce », sur La Voix du Nord,
  127. « La question pas si bête: Depuis quand la chambre de commerce n’est plus la CCI ? », sur La Voix du Nord,
  128. « Gare », notice no PA00107838, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  129. Victor Di Bartolo, « Dans les pas de Gustave Dron: l’école de natation », sur La Voix du Nord,
  130. Fanny Saintot, « À Tourcoing, l’IMA pousse les murs de l’ancienne école de natation », sur La Voix du Nord,
  131. Site internet du lycée Gambetta (Tourcoing)
  132. Site internet du lycée Colbert de Tourcoing
  133. « Les Arcades Art Déco », sur Tourcoing Balade
  134. « Bourloire La Nouvelle Bourloire », notice no PA59000098, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  135. « Bourloire Saint-Louis », notice no PA59000103, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  136. « Bourloire Saint-Christophe », notice no PA59000096, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  137. « Bourloire Notre-Dame de Consolation », notice no PA59000101, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  138. « Bourloire Saint-Eloi », notice no PA59000100, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  139. « Bourloire La Concorde », notice no PA59000102, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  140. « Bourloire Saint-Charles », notice no PA59000097, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  141. « Bourloire Saint-Raphaël », notice no PA59000099, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  142. « Une maison emblématique de Tourcoing inscrite au titre des Monuments Historiques », sur Ministère de la culture,
  143. L'Hospice d'Havré, sur le site de la ville
  144. Site internet de l'Institution Libre du Sacré-Cœur
  145. Is R. et E.G, « Il aurait eu 100 ans : Raymond Devos en cinq livres », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  146. [11] 2014 business.avn.com
  147. Anne Courtel, « Tourcoing : Gérald Darmanin déjà en campagne pour les municipales de 2026 », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  148. (es) « Mickaël Correia », sur Hoja de Lata (consulté le ).
  149. « Equipe de France : après la qualification, Yohan Cabaye en visite à Tourcoing », sur France 3 Hauts-de-France, (consulté le )
  150. « Originaire de Neuville-en-Ferrain, Aymeric Lompret brûle les planches du Spotlight », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  151. Site de l'Université de Lille III
  152. Site de l'Université de Lille III