Ouvrir le menu principal

Mohed Altrad

homme d'affaires français

BiographieModifier

Jeunesse en SyrieModifier

Né dans le désert de Syrie, Mohed Altrad a connu une enfance très difficile et il ne connait d'ailleurs pas sa date de naissance[2]. Il raconte même avoir été le fruit d'un viol[3]. Sa mère, membre d'une tribu bédouine installée près de Racca, aurait été violée par le chef de tribu à deux reprises. La première fois, afin d'accoucher de son frère aîné, reconnu par son père qui le garde avec lui et le tue à force de maltraitances. Et la seconde fois, pour donner naissance à Mohed Altrad qui, lui, n'est pas reconnu et gardé par son père[4]. Sa mère est obligée d' accoucher seule dans le désert, coupant le cordon ombilical avec ses dents. Ensuite répudiée par le père de l'enfant, elle meurt peu de temps après la naissance du bébé.

Mohed Altrad vit sa petite enfance dans la honte d'être le fils d'une femme répudiée, élevé par sa grand-mère dans la pauvreté et destiné à être berger[5]. Grâce à un cousin sédentarisé, il se fixe à Racca, la ville la plus proche mais étant bédouin, il n’a pas accès à l’école. Il apprend donc à lire seul en allant écouter l'instituteur, qui remarque ses dons et finit par l'aider. Il parvient ainsi à faire ses études et obtient son bac à 17 ans.

Études en FranceModifier

Boursier, venu avec 200 francs à Montpellier, il étudie en France et obtient plusieurs diplômes, notamment un diplôme de l'université Montpellier-II et un doctorat en informatique à l'université Paris-Dauphine (MIAGE, promotion 1975).

Débuts professionnelsModifier

Occupant successivement des postes d'ingénieur chez Alcatel puis Thomson, il travaille ensuite pendant 4 ans pour l’ADNOC, Abu Dhabi National Oil Company. De retour en France, il fonde avec un associé une entreprise informatique France Informatique Électronique et Télématique (FIET) qu’ils revendront en 1984 à Matra. Grâce à cette vente, il rachète en 1985 — avec son associé anglais Richard Alcock — une PME en faillite spécialisée dans les échafaudages, la MEFRAN, située dans l’Hérault.

Groupe AltradModifier

Le rachat de la MEFRAN est le point de départ du groupe Altrad qui se développera, tant par croissance interne qu’externe, dans le matériel pour le BTP.

Le , Mohed Altrad est invité sur France 2 et montré en exemple dans l'émission Leurs secrets du bonheur[6],[7].

En mars 2015, le groupe Altrad franchit une étape stratégique majeure en signant l’acquisition du groupe néerlandais Hertel et ses 70 filiales à travers le monde, qui va lui permettre de quasiment doubler de taille pour atteindre fin 2015 les 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires, avec un effectif cumulé de 17 000 salariés à travers le monde. En 2015, 30 ans après le début de l'histoire ALTRAD, et un management où il s'entoure de champions de l'acquisition et de la finance[8], Mohed Altrad a donc procédé à plus de cent acquisitions, fusions et créations d’entreprises en Europe et dans le monde. Au sein du groupe, plus de 15 pays sont représentés et 8 langues sont parlées[9]. Pour lui, ce multiculturalisme représente une véritable richesse pour l’entreprise.

En juin 2015, Altrad, dont le CA est de 860 M€ (2014), est le no 1 mondial de la bétonnière, le no 1 européen de l’échafaudage et de la brouette, et le no 1 français du matériel tubulaire pour collectivités[10].

Le magazine Forbes dans son édition du 23 mars 2015 lui consacre 6 pages et le classe, pour la première fois, parmi les milliardaires de la planète.

Le 15 juillet 2015, il est reçu par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères pour évoquer les sujets de l'internationalisation des entreprises françaises et, le 21 juillet 2015, François Hollande, président de la République française, le reçoit en entretien individuel à l’Élysée[11].

Les 25 et 26 juillet 2015, le président américain Barack Obama l'invite à intervenir à Nairobi (Kenya), lors du 6e sommet international des entrepreneurs (Global Entrepreneurship Summit 2015).

Le 14 octobre 2015, L'Express lui consacre un article-interview[3] de Christine Kerdellant intitulé : « J'ai gagné ma place en France ».

PrixModifier

Le , Mohed Altrad reçoit le prix EY de l'Entrepreneur de l'Année 2014 au niveau national.

Le , il est désigné « Entrepreneur mondial 2015 »[12] (Ernst & Young Entrepreneur of the Year Award (en)). Il est le premier Français à recevoir ce titre[13].

Engagement politiqueModifier

Il annonce le sa candidature à la mairie de Montpellier lors des élections municipales de 2020 en expliquant vouloir composer une liste de rassemblement de la gauche à la droite, à l'exclusion des extrêmes[14].

Investissement dans le rugby à XVModifier

 
Mohed Altrad au micro de France Bleu Hérault lors de l'enregistrement public de l'émission radio Club Sers, le 6 mai 2013.

Montpellier Hérault rugbyModifier

Le , Mohed Altrad est devenu l'actionnaire principal du Montpellier Hérault rugby en investissant 2,4 millions d'euros[15]. En juin 2011, il devient le président du club, succédant ainsi à Jean-Pierre Massines. Sous sa présidence, le club remporte le Challenge européen 2015-2016, le premier titre majeur du club héraultais.

Modifier

En 2017, le groupe Altrad soutient la candidature française à l'organisation de la Coupe du monde de rugby 2023. En mars 2017, le groupe Altrad devient ainsi la première entreprise privée de l'histoire à s'afficher sur le maillot de l'équipe de France de rugby à XV. Il affiche ainsi son soutien à la candidature française pour l’accueil de la Coupe du monde de rugby 2023 et son logo accompagne #France2023 sur le maillot de l'équipe de France[16]. Contre toute attente et alors que la France n'est pas favorite, elle est désignée le 15 novembre 2017, comme pays hôte de cette Coupe du monde 2023[17].

En janvier 2018, la FFR choisit le groupe Altrad pour devenir le sponsor maillot de l'équipe de France. La totalité des fonds de cet accord, 7 millions d'euros par an, sera dédié au développement du rugby amateur[18].

En août 2018, il est désigné troisième personnalité la plus influente du rugby mondial par le magazine Rugby World derrière le vice-président de World Rugby, Agustín Pichot, et le sélectionneur de l'équipe d'Afrique du Sud, Rassie Erasmus[19].

CritiquesModifier

Modifier

La société Altrad devient en 2017 le premier sponsor à s'afficher sur le maillot des Bleus, ce qui suscite des critiques et même des soupçons de favoritisme[20], Mohed Altrad étant à la fois le dirigeant de la société, d'une part, et celui du club de rugby montpelliérain, d'autre part.

Soupçon de favoritisme à la FFRModifier

En , Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby, se retrouve fragilisé pour une affaire de favoritisme présumé au profit du club de Mohed Altrad Montpellier. Selon le JDD du 13 août, Laporte serait intervenu pour que la commission d'appel de la FFR se prononce avec "bienveillance" sur plusieurs décisions de la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby concernant le MHR[20]. Selon le JDD et L'Équipe, la commission d'appel de la FFR aurait confirmé le 29 juin le jugement de première instance (infligeant notamment à Montpellier une amende de 70.000 euros) -mais cette allégation sera contredite par le PV de la séance, daté du 29 juin et contre-signé par Philippe Peyramaure, le président de la commission d'appel-. Toujours selon ces médias, le lendemain, les peines à l'encontre du MHR seraient réduites après la volte-face d'un des trois membres siégeant ce jour-là, qui aurait modifié son vote[20] alors que le PV d'assemblée ne comporte que la seule date du 29 juin.

Le , le ministère des Sports annonce qu'une enquête interne, confiée à l'inspection générale de la jeunesse et des sports, est ouverte sur les pressions supposément exercées par le président de la FFR auprès de sa commission de discipline[21], cette affaire ne concernant pas Mohed Altrad qui est étranger à l'affaire et qui n'est d'ailleurs pas fonctionnaire. Bernard Laporte est dépositaire, en effet, en tant que Président de la FFR, d'une mission de service public et à ce titre, il est susceptible d'être contrôlé par l'Inspection générale de l’administration.

L'Équipe poursuit sa campagne de presse contre Mohed Altrad[22], publiant sur son site des résumés de l'affaire sous forme de vidéo explicative[23] ou de bande dessinée[24]. Le journal publie même des articles à charge n'ayant aucun rapport avec le sport[25][non neutre]. De son côté, Bernard Laporte finit par porter plainte contre L'Équipe pour diffamation en septembre 2017[26].

Contrat avec BL CommunicationModifier

Selon le JDD, BL Communication, société dirigée par Bernard Laporte, a signé à l'hiver avec la société Altrad, un contrat d'image d'un an pour quatre prestations, pour un montant de 150 000 euros. Le contrat est publié dans la presse, qui relève : « BL Communication s'interdit toute déclaration ou tout comportement public susceptible de nuire à la réputation (d') Altrad »[20], soulevant un problème de conflit d'intérêts entre le président d'un club de Top 14 et celui de la FFR. Suite aux polémiques nées d'articles parus dans la presse et aux suspicions de favoritisme, le président de la FFR renonce le au contrat d'image qui le lie avec la société Altrad Investment Authority et assure que « la prestation (150 000 euros versés à Laporte pour diverses interventions) ne sera pas réalisée » et « le contractant BL Communication n'en tirera aucun avantage pécuniaire »[27].

DistinctionsModifier

PublicationsModifier

RomansModifier

EssaisModifier

  • Stratégie de groupe, Chotard, 1990
  • Écouter, harmoniser, diriger, Presses de la Cité, 1992
  • Le Management d’un groupe international : vers la pensée multiple, avec Carole Richard, Eska, 2008
  • Différences culturelles et management international (charte Altrad)

InfluenceModifier

30e position au classement des plus grandes fortunes professionnelles de France de Challenges

Depuis 1996, le magazine Challenges[32] publie chaque année son classement des plus grandes fortunes professionnelles de France. En 2018, Mohed Altrad se positionne à la 30e position, en amélioration de 6 places par rapport à 2017, avec des actifs professionnels estimés à 3,3 milliards d’euros. Pour le seul secteur du BTP, Mohed Altrad se classe en 2e position. L’homme d’affaires est présent dans le classement de Challenges depuis 2000.

26e position au classement du magazine Forbes

En 2015, Mohed Altrad est le seul et premier entrepreneur français à recevoir le titre d’ « Entrepreneur de l’année » par le magazine Forbes. En 2018, Forbes[33] publie son classement des milliardaires français et positionne Mohed Altrad à la 26e place.

3e personnalité la plus influente du rugby mondial selon Rugby World

En août 2018, le magazine Rugby World[34], la référence mondiale dans le monde de l’ovalie, a publié son classement des 50 personnes les plus influentes du rugby au niveau international. Pour la première fois, Mohed Altrad, président du Montpellier Hérault Rugby, intègre ce classement et se hisse directement à la 3e place. Mohed Altrad est le premier homme influent français du classement, derrière l’Argentin Agustin Pichot (vice-président de World Rugby) et le Sud-Africain Rassie Erasmus (sélectionneur des Springboks).

Notes et référencesModifier

  1. Entretien sur le site de la Présidence de la République
  2. Romain Guibert, « Mohed Altrad, le roman d'un entrepreneur », Le Point,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Christine Kerdellant, « J'ai gagné ma place en France », L'Express, no 3354,‎ , p. 18-22 (lire en ligne).
  4. RMC, « Mohed Altrad raconte le drame qui a entraîné sa naissance », RMC (consulté le 18 septembre 2019)
  5. (en) Peter Day, « Entrepreneur of the year: a Bedouin turned businessman », BBC.
  6. Émission Leurs secrets du bonheur sur France 2, 2012.
  7. « Mohed Altrad dévoile son secret du bonheur », article sur Midi libre, 7 juillet 2012.
  8. « Mohed Altrad pratique un art singulier du management », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2018)
  9. « Service aux entreprises: Altrad double de taille », lesechos.fr,
  10. Altrad, « Chiffres clés du groupe Altrad - Rapport activité annuel Altrad - Resultats financiers Altrad », sur www.altrad.com (consulté le 7 août 2015).
  11. « Un Français a reçu le Prix mondial de l'Entrepreneur de l'Année », sur travail-emploi.gouv.fr (consulté le 7 août 2015).
  12. (en) « EY - World Entrepreneur Of The Year - Road to Monaco », sur ey.com (consulté le 21 août 2015).
  13. « Mohed Altrad, le Français qui a raflé le Prix Mondial de l’Entrepreneur de l’Année », Les Echos, 7 juin 2015.
  14. « Mohed Altrad : « Je veux changer Montpellier, comme j'ai changé mon destin de pauvre » », sur www.lepoint.fr, (consulté le 16 septembre 2019)
  15. Top 14 - Montpellier: Mohed Altrad devient l'actionnaire principal, Le Parisien, 21 mai 2011
  16. Vincent Péré-Lahaille, « XV de France - Le nouveau maillot des Bleus avec le logo Altrad », Rugbyrama, (consulté le 7 mars 2017).
  17. « RUGBY - COUPE DU MONDE 2023 - La France organisera le Mondial ! », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 16 novembre 2017)
  18. Nicolas Augot, « Altrad devient sponsor maillot des Bleus », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 8 janvier 2018)
  19. « Altrad 3e personnalité la plus influente du rugby mondial selon un magazine anglais », sur sport24.lefigaro.fr, (consulté le 2 août 2018)
  20. a b c et d « FFR - Soupçonné de favoritisme, le président de la FFR Bernard Laporte se retrouve fragilisé », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 28 août 2017)
  21. « Affaire Altrad-Laporte: le ministère des sports va déclencher une enquête interne », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC Sport, (consulté le 8 septembre 2017)
  22. « Grenoble : le président Eric Pilaud apostrophe Mohed Altrad », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 octobre 2017)
  23. « L'affaire Laporte-Altrad en vidéo », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 octobre 2017)
  24. « La chronologie de l'affaire Laporte - Altrad en dessins », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 octobre 2017)
  25. « Les zones d'ombre de Mohed Altrad », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 octobre 2017)
  26. « Bernard Laporte porte plainte contre "L'Équipe" pour diffamation », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 28 octobre 2017)
  27. « FFR : Bernard Laporte renonce à son contrat d'image le liant à Altrad », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 août 2017).
  28. « Légion d'honneur : ces patrons distingués par la République » (version du 27 janvier 2016 sur l'Internet Archive), publié le 3 janvier 2014 sur le site de Challenges (consulté le 8 septembre 2018)
  29. Journal officiel de la République française : Décret du 31 décembre 2013 portant promotion et nomination (consulté le 8 septembre 2018)
  30. Raffarin à Altrad : « Le mariage entre le couscous et le pudding, ça peut marcher », publié le 18 septembre 2014 sur le site du Midi-Libre (consulté le 8 septembre 2018)
  31. « Montpellier : Mohed Altrad reçoit le prix du rayonnement », sur www.midilibre.fr, (consulté le 2 octobre 2019).
  32. « Challenges - 30e position du classement des plus grandes fortunes de France », sur challenges.fr, (consulté en juillet 2018)
  33. « Forbes - 26 position au classement des milliardaires français », sur forbes.fr, (consulté le 10 mars 2018)
  34. « Sport24 Le Figaro - Mohed Altrad 3e personne la plus influente du rugby mondial », sur lefigaro.fr, (consulté le 23 août 2018)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier