Denain

commune française du département du Nord

Denain
Denain
L'hôtel de ville.
Blason de Denain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Anne-Lise Dufour-Tonini
2020-2026
Code postal 59220
Code commune 59172
Démographie
Gentilé Denaisiens
Population
municipale
19 825 hab. (2017 en diminution de 2,2 % par rapport à 2012)
Densité 1 721 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 46″ nord, 3° 23′ 45″ est
Altitude Min. 26 m
Max. 115 m
Superficie 11,52 km2
Élections
Départementales Canton de Denain
(bureau centralisateur)
Législatives 19e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Denain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Denain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Denain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Denain
Liens
Site web www.ville-denain.fr

Denain est une commune française de la banlieue de Valenciennes, située sur le cours canalisé de l'Escaut (qui sera probablement « dynamisé » par la réalisation du projet de canal Seine-Nord), dans le département du Nord et la région Hauts-de-France.

Au , la commune comptait 20 351 habitants appelés Denaisiens. Elle fait partie de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, qui regroupe 39 communes et 143 786 habitants en 2006.

Ancienne capitale du charbon et de l'acier, la ville est située au cœur du bassin minier du Nord. Au total, les 15 fosses de Denain auront produit 34 millions de tonnes de charbon. Le terril Renard, la fosse Mathilde et la cité Chabaud-Latour sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le .

GéographieModifier

Denain se situe dans le département du Nord, elle est la ville-centre de la Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut. Elle est à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Valenciennes, à 25 km de Douai, à 45 minutes de Bruxelles et à une heure et demie de Paris. Elle est desservie par l'A2, la RN45, la RD40, la RD440 et la RD955. Elle est également desservie par le réseau SNCF et par un canal à grand gabarit (Escaut) accueillant des bateaux provenant de la région parisienne, de Belgique, de Hollande et d'Allemagne.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophesModifier

Voies de communication et transportsModifier

Denain est longée au sud-est par l'autoroute A2 (E19) avec accès par l'échangeur no 18, et est traversée par la route départementale D 40.

Jusqu'en 1970, Denain était desservie directement par un aller-retour express Paris-Valenciennes par Montdidier, Péronne et Cambrai. Aujourd'hui, la gare est reliée par TER, en correspondance, à Valenciennes, avec le TGV.

 
La monumentale station Espace Villars est le terminus de la ligne A du tramway de Valenciennes ainsi que de nombreux bus de l'agglomération.

Denain est aussi desservie par le tramway de Valenciennes. Cinq stations sont implantées sur le territoire de la commune, dont le terminus de la ligne A et pôle d'échanges, « Espace Villars ».

En 2015, la commune est également desservie par onze lignes du réseau Transville[1].

Denain est traversée par l'Escaut à grand gabarit.

ToponymieModifier

  • Dononium, Denonium, Denainum, Domniacum, Dyniacum, Donegium, Denoma, Dunaing, Denen, Denain, Duonenin [2], Duneng (1040), Doneing (1138), Donench (1142), Denein (1187).
  • Dening et Doneng en flamand[3].

HistoireModifier

Estienne de Denain, second fils d'Hughes d'Ostrevant dit de Denain, épousa l'en 1202 Rose de Mons, dame de Hainin, fille de Gossuin de Mons et de Béatrix de Rumigny, tige des seigneurs de Haynin.

 
Statue du maréchal de Villars
  •  : bataille de Denain remportée par les troupes françaises commandées par le maréchal de Villars.
  •  : annonce de la suppression de 5 000 emplois à Usinor Denain.

La ville a été célèbre pour ses charbonnages. Elle a donné son nom à la Compagnie des mines d'Anzin. Son industrie sidérurgique est aussi de première importance : elle a été le berceau et le siège du groupe Usinor.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la dix-neuvième circonscription du Nord.

Elle faisait partie de 1793 à 1886 du canton de Bouchain, année où elle devient le chef-lieu du nouveau canton de Denain[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 7 à 18 communes.

La commune relève[Quand ?] du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[réf. nécessaire].

IntercommunalitéModifier

Denain est la ville la plus peuplée de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, créée en 2001.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1826 1865 Adolphe Deslinsel
(né en 1806)
  Industriel et propriétaire d'une importante sucrerie
Conseiller d'arrondissement[5]
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1911 Auguste-Robert Selle[6] POF puis SFIO Pharmacien
Député du Nord (3e circ. de Valenciennes) (1902 → 1914)
Conseiller général de Denain (1898 → 1910)
mai 1912 novembre 1914 François Lefebvre[7] SFIO Ouvrier mineur, gérant de coopérative et président du syndicat des mineurs d'Anzin
Député du Nord (1914 → 1932)
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1918 mai 1935 François Lefebvre[7] SFIO Ouvrier mineur, gérant de coopérative et président du syndicat des mineurs d'Anzin
Député du Nord (1919 → 1928)
Député du Nord (3e circ. de Valenciennes) (1928 →1932)
mai 1935 novembre 1939 Arthur Brunet PCF Ouvrier mineur
Conseiller d'arrondissement (1937 → ? )
Révoqué en 1939, il meurt fusillé comme otage le 26 septembre 1941[8]
novembre 1939 avril 1941 Henri Fuzet   Expert-comptable
Président de la délégation spéciale
avril 1941   Henri Doisy[9]   Président de la délégation spéciale
Nommé maire le
1945 octobre 1947 Henri Fiévez[10] PCF Technicien dans la métallurgie aux établissements Cail de Denain, syndicaliste
Député du Nord (1947 → 1951)
Conseiller général de Denain (1945 → 1982)
octobre 1947 mars 1971 Fernand Duchâteau[11] SFIO
puis PS
Instituteur retraité
Député du Nord (20e circ.) (1958 → 1962)
mars 1971 mars 1977 Paul Montuelle PS  
mars 1977 mars 1983 Henri Fiévez[10] PCF Technicien dans la métallurgie aux établissements Cail de Denain, syndicaliste
Conseiller général de Denain (1945 → 1982)
mars 1983 mars 2001 Arthur Brabant PCF Directeur des ventes
mars 2001 mars 2008 Patrick Leroy PCF Directeur de cabinet
Député du Nord (19e circ) (1997 → 2002)
Conseiller général de Denain (1994 → 2001)
mars 2008 mai 2011[12] Patrick Roy PS Enseignant
Député du Nord (19e circ.) (2002 → 2011)
Conseiller général (2001-2008)
Décédé en fonction
3 mai 2011[13] En cours
(au 30 juin 2020)
Anne-Lise Dufour-Tonini PS Principale de collège
Députée du Nord (19e circ.) (2012 → 2017)
Sénatrice (2017[14])
Réélue pour le mandat 2014-2020[15]
Réélue pour le mandat 2020-2026[16]

JumelagesModifier

 
Jumelages et partenariats de Denain. 
Jumelages et partenariats de Denain. 
VillePaysPériode
 Mettet[17],[18] Belgiquedepuis

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[19],[Note 1]

En 2017, la commune comptait 19 825 habitants[Note 2], en diminution de 2,2 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9271 0571 2621 6013 2005 1447 2728 6919 496
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
10 25411 02212 33014 41917 20217 83218 25819 91623 204
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
24 56426 80023 47226 86827 76726 47824 90827 44929 467
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
27 97326 20421 82519 54420 36020 33920 37019 71419 825
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Denain en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
5,2 
75 à 89 ans
9,0 
9,3 
60 à 74 ans
11,3 
18,2 
45 à 59 ans
18,1 
19,8 
30 à 44 ans
18,6 
22,1 
15 à 29 ans
20,9 
25,1 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[22].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[23]Modifier

Écoles maternelles publiquesModifier

  • École Condorcet
  • École George-Sand
  • École Charles-Gide
  • École Jurénil
  • École La Fontaine
  • École Pasteur
  • École Victor-Hugo
  • École Sévigné

Écoles élémentaires publiquesModifier

  • École Berthelot
  • École Diderot
  • École Michelet
  • École Voltaire
  • École Zola
  • École Pascal

CollègesModifier

  • Collège Bayard
  • Collège Turgot
  • Collège Villars

LycéesModifier

  • Lycée professionnel Jurénil
  • Lycée polyvalent Kastler
  • Lycée Mousseron

Établissement privéModifier

Connue précédemment sous le nom de Lycée des Forges[24], l'institution Jean-Paul II accueille une école maternelle et primaire, un collège et un lycée offrant des formations professionnelles.

SantéModifier

SportsModifier

CultesModifier

Culte catholiqueModifier

Denain fait partie de la paroisse Sainte Remfroye en Denaisis et du diocèse de Cambrai. Trois lieux de culte sont présents dans la commune : l'église Saint-Martin, l'église Sainte-Marie et la chapelle Saint-Joseph.

Culte protestantModifier

  • Église Baptiste, rue Jules Mousseron

Culte musulmanModifier

  • Mosquée Errahma : mosquée tenue par l'Association des Marocains de Denain et de sa Région (AMDR)
  • Mosquée al-Quds : mosquée tenue par l'association des musulmans de Denain

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 17 078 €, ce qui plaçait Denain au 31 742e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[25].

En 2010, Denain a été classée comme la commune la plus pauvre de France, parmi les villes de plus de 20 000 habitants, avant Roubaix, Vaulx-en-Velin et Maubeuge, selon le Journal du Net[26].

EmploiModifier

Au début des années 1980, la fin de la sidérurgie à Denain (le 12 décembre 1978, la suppression de 5 000[27] emplois à Usinor-Denain était annoncée) est un coup dur pour le tissu économique de la cité. En 2010, le chômage reste endémique dans la ville : seuls 27 % des foyers fiscaux sont imposables[28], et le taux de chômage avoisine les 31 %[29].

Entreprises et commercesModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Dessin de Lucien Jonas représentant Jules Mousseron lors de son discours pour l'inauguration le 13 juillet 1918 de la statue du maréchal Villard à Denain
 
Le Théâtre municipal de Denain

Au centre de la ville, face à la mairie, la statue du Duc de Villars, maréchal de France, né à Moulins en 1653 et mort à Turin en 1734. Sous Louis XIV, il remporte la bataille de Denain le 24 juillet 1712 contre les armées alliées. Inauguré en 13 juillet 1913[30] et confisqué par les Allemands en mai 1918, le monument est réinstallé sur sa stèle en 1924. Très marquée par le temps (corrosion, fissures, ancrage), sa restauration est achevée en février 2003.

Ch’est d’Villars el joli’statue.

Nos infants, pus tard, à cheull’vue,

Saront qu’in honor’les anciens

Qui fur’nt c’ qu’in appell’ des brav’s gins.

Éclats de gaillettes, Jules Mousseron

Une salle du Musée d'Archéologie et d'Histoire locale de Denain est consacrée au poète-mineur, et rassemble ouvrages, écrits, souvenirs, portraits de l'écrivain, dont le cabinet de travail a été reconstitué au sein du musée.

Le théâtre municipal, inscrit au titre des monuments historiques   Inscrit MH (2000) [31], a été construit entre 1901 et 1912 par Louis Six architecte, inauguré le 21 juillet 1912[32], avant d'être agrandi en 1925 par Gaston Trannoy architecte. Les peintures intérieures ont été réalisées par Victor Lhomme, artiste-peintre lillois, Pierre Turpin étant le maître-verrier.

Abbaye et châteauModifier

  • L'abbaye de Denain fut fondée en 764. Ce qu'il en reste est devenu un château, situé dans le parc Lebret.

Le château fut détruit le 22 février 2016 par décision de la mairie qui le trouvait trop vétuste qui n'avait pas trouvé les fonds nécessaires à sa réhabilitation.

Personnalités liées à DenainModifier

Hommes politiquesModifier

 
L'ancienne Gare des Mines de la ligne Somain - Péruwelz en 1905.
L'emprise de la ligne à Denain est réutilisée par la ligne 1 du Tramway de Valenciennes

HéraldiqueModifier

Les armes de Denain se blasonnent ainsi : "D'or, à la croix engrêlée de gueules au lambel d'argent à six pendants."

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Transvilles - Plans », sur le site du réseau Transvilles (consulté le 14 février 2015).
  2. Page 400 - Statistique archéologique du département du Nord - seconde partie - 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand, 7, rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books.
  3. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Almanach royal et national... : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale », sur Gallica, (consulté le 29 juin 2020).
  6. « Auguste-Robert Selle (1854 - 1927) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
  7. a et b « François Lefebvre (1871 - 1956) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  8. « BRUNET Arthur », Le Maitron - Les fusillés 1940 - 1944 (consulté le 22 mai 2018).
  9. Les autorités municipales du Nord — Pas-de-Calais au Journal Officiel (septembre 1939-août 1944), www.persee.fr, Persée
  10. a et b « Henri, Jean-Baptiste Fiévez (1909 - 1997) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  11. « Fernand Duchâteau (1891 - 1975) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  12. Francis Thuilliez, « La mort de Patrick Roy - Denain en deuil de son maire rockeur : Patrick Roy, le trublion de l'Assemblée nationale, le rockeur PS qui vilipendait le gouvernement dans son costume rouge « flashy », a perdu sa lutte contre ce cancer du pancréas qu'il combattait depuis neuf mois. Il aurait eu 54 ans cet été », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018).
  13. Anne-Lise Dufour devient maire de Denain - Actualité Région - La Voix du Nord - 15 mai 2011
  14. Jeanne Blanquart, AFP, « La Sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin démissionne après la disparition de son groupe », France 3 Hauts-de-France,‎ 5 juillet 2017 mis à jour le 2 novembre 2017 (lire en ligne, consulté le 22 mai 2018) « Elle est remplacée par l'ancienne députée Anne-Lise Dufour qui devrait s'inscrire au groupe PS. Toutefois Mme Dufour risque de ne pas pouvoir siéger car elle n'entrera en fonction que le 4 août, quand l'actuelle session parlementaire sera finie ».
  15. « Le nouveau conseil municipal est bien installé », L'Observateur du Valenciennois, no 707,‎ , p. 21
  16. Jérémy Lemaire, « Denain : un premier conseil « de bonne tenue » entre Anne-Lise Dufour et Sébastien Chenu », sur La Voix du Nord, (consulté le 28 mai 2020).
  17. « Une comédie d’humour noir jouée à Denain dans le cadre du jumelage avec Mettet », La Voix du Nord,  : « Dimanche, dans le cadre du second anniversaire du jumelage de la ville avec celle de Mettet en Belgique, la troupe amateur de cette ville belge a joué au théâtre »
  18. Pierre Wiame, « Mettet et Denain, pour le meilleur… », L'Avenir,  : « Mettet ira à Denain ce 17 septembre. Et Denain reviendra à Mettet une semaine plus tard. Pour poser la première pierre de leur jumelage. »
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  21. « Évolution et structure de la population à Denain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010).
  22. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010).
  23. « Établissements scolaires », sur ville-denain.fr/ (consulté le 19 septembre 2018).
  24. « L’Institution Jean-Paul II de Denain n’est qu’au début de son évolution », sur La Voix du Nord, (consulté le 19 septembre 2018).
  25. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 février 2015).
  26. Le classement des villes les plus pauvres de France.
  27. La Voix du Nord du 13 décembre 1978.
  28. Article de l'Éco du Nord daté du 10 novembre 2010 : Denain et Roubaix sont les villes les plus pauvres.
  29. Article de la Voix du Nord daté du jeudi 23 décembre 2010 : Denain, la ville jadis prospère.
  30. Jules Mousseron, La terre de galibots : poésies patoisantes, , 147 p., Salut aux soldats de Villars : pièce dite par l'auteur à l'inauguration de la statue du maréchal Villars , à Denain, le 13 juillet 1913 (page 95).
  31. Notice no PA59000056, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 59