Denain

commune française du département du Nord

Denain
Denain
L'hôtel de ville.
Blason de Denain
Blason
Denain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Anne-Lise Dufour-Tonini (PS)
2020-2026
Code postal 59220
Code commune 59172
Démographie
Gentilé Denaisiens
Population
municipale
20 640 hab. (2021 en augmentation de 3,61 % par rapport à 2015)
Densité 1 792 hab./km2
Population
agglomération
333 383 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 46″ nord, 3° 23′ 45″ est
Altitude Min. 26 m
Max. 115 m
Superficie 11,52 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Valenciennes (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Valenciennes (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Denain
(bureau centralisateur)
Législatives 19e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Denain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Denain
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Denain
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Denain
Liens
Site web www.ville-denain.fr

Denain est une commune française de la banlieue de Valenciennes, située sur le cours canalisé de l'Escaut, dans le département du Nord et la région Hauts-de-France.

Au , la commune comptait 20 351 habitants appelés Denaisiens. Elle fait partie de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, qui regroupe 39 communes et 143 786 habitants en 2006.

Ancienne capitale du charbon et de l'acier, la ville est située au cœur du bassin minier du Nord. Au total, les 15 fosses de Denain auront produit 34 millions de tonnes de charbon. Le terril Renard, la fosse Mathilde et la cité Chabaud-Latour sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le .

Géographie modifier

Représentations cartographiques de la commune
 
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Denain se situe dans le département du Nord, elle est la ville-centre de la Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut. Elle est à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Valenciennes, à 25 km de Douai, à 45 minutes de Bruxelles et à une heure et demie de Paris. Elle est desservie par l'A2, la RN45, la RD40, la RD440 et la RD955. Elle est également desservie par le réseau SNCF et par un canal à grand gabarit (Escaut) accueillant des bateaux provenant de la région parisienne, de Belgique, de Hollande et d'Allemagne.

Communes limitrophes modifier

Voies de communication et transports modifier

Denain est longée au sud-est par l'autoroute A2 (E19) avec accès par l'échangeur no 18, et est traversée par la route départementale D 40.

Jusqu'en 1970, Denain était desservie directement par un aller-retour express Paris-Valenciennes par Montdidier, Péronne et Cambrai. Aujourd'hui, la gare est reliée par TER, en correspondance, à Valenciennes, avec le TGV.

 
La monumentale station Espace Villars est le terminus de la ligne T1 du tramway de Valenciennes ainsi que de nombreux bus de l'agglomération.

Denain est aussi desservie par le tramway de Valenciennes. Cinq stations sont implantées sur le territoire de la commune, dont le terminus de la ligne T1 et pôle d'échanges, « Espace Villars ».

En 2015, la commune est également desservie par neuf lignes du réseau Transvilles et par deux lignes du réseau interurbain Arc-en-Ciel 3[1].

Denain est traversée par l'Escaut à grand gabarit.

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 706 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 9,4 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Valenciennes à 10 km à vol d'oiseau[4], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 694,1 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Denain est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Valenciennes (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 56 communes[11] et 333 383 habitants en 2021, dont elle est une commune de la banlieue[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 102 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (64,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (49,8 %), terres arables (27,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,3 %), zones agricoles hétérogènes (3,9 %), forêts (2,7 %), prairies (1,8 %)[16]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

  • Dononium, Denonium, Denainum, Domniacum, Dyniacum, Donegium, Denoma, Dunaing, Denen, Denain, Duonenin [17], Duneng (1040), Doneing (1138), Donench (1142), Denein (1187).
  • Dening et Doneng en flamand[18].

Histoire modifier

L'Abbaye des Dames Chanoinesses, fondée à Denain en l'an 764 puis incendiée et pillée par les Vikings en 851 sera reconstruite puis à nouveau détruite à la Révolution française[19]. Une épée de type Norvégien[Quoi ?], trouvée dans l’Escaut à Denain, aujourd’hui au musée municipal, témoigne du passage des Vikings dans la région.

 
Épée viking musée Denain

Entre-temps, Estienne de Denain, second fils d'Hughes d'Ostrevant dit de Denain, épousa l'en 1202 Rose de Mons, dame de Hainin, fille de Gossuin de Mons et de Béatrix de Rumigny, tige des seigneurs de Haynin, tandis que le la bataille de Denain remportée par les troupes françaises commandées par le maréchal de Villars.

 
Statue du maréchal de Villars

En l'an 1800, Denain est un village de 900 habitants et trente ans plus tard ce n'est toujours qu'une petite bourgade agricole lors de la découverte de la houille en 1828[20] car, bien qu'on ait trouvé non loin du charbon maigre à Fresnes et du charbon gras à Anzin cela des 1734, le forage a Denain de 1777 resta lui infructueux .

La première mine, appelée Villars, extrait 800 tonnes de charbon par jour avec un millier d'ouvriers, plus que Denain n'a d'habitants[19]. De 1828 à 1853, une quinzaine d'autres sont percées sur le sol de la commune[19], grâce à un bras de canal appelé «gare d'eau » permettant de faire transiter le charbon vers l'ancien Escaut[19].

L'usine à fer de Denain s'installe aussi, avec de nombreux ouvriers anglais près de l'Escaut[19], fondée par Pierre-François Dumont, né à Bouchain, qui avait créé à Raismes dès 1824 une usine comprenant des fours, laminoirs, et fonderies[19].

En octobre 1844 ouvre un atelier de constructions mécaniques Derosne et Cail, qui produit des machines à vapeur, ponts métalliques et locomotives Crampton[19], augmentant la vitesse des trains, remarquées à Paris lors de l'exposition de 1849[19]. La ville compte 7 272 habitants en 1846[19].

La Compagnie des mines d’Anzin développe ensuite à Denain ses premiers ensembles importants de logements miniers[20]. En 1857, la concession de Denain occupe 780 ouvriers sur 1 344 hectares et produit 88700 tonnes de charbon[20].

En 1873, selon le journal L'Echo du Nord du 24 décembre, débute dans la rue de Lourches le terrassement d'une nouvelle aciérie ", dotée d'une cheminée de 50 mètres[19], utilisant les procédés Bessemer et Martin[19], appartenant à la "Société des Hauts Fourneaux, Forges et Aciéries de Denain et d'Anzin[19]. Elle sera remplacée en 1902 par l'aciérie Thomas, du nom du nouveau procédé sidérurgique[19]. Le second puits de la fosse Renard est percé aussi dans les années 1870[19]. Au cours des premiers mois de 1877, la crise industrielle cause des licenciements et en mai, tous les fours à coke de l'Enclos sont arrêtés[19].

La ville reçoit la visite de comédiens qui jouaient notamment leurs pièces au Salon de l'Ermitage, et plus tard au Salon Dubois[19]. Les troupes Deleau, Rancy, Courtade, s'établirent en permanence[19].

Une longue grève éclata le 21 février 1884, à la suite des restrictions et de la récession causée par la crise financière découlant de la crise d'une banque, l'Union générale, attirant l'attention de toute la France [19]. Le journaliste et romancier Émile Zola est alors invité une semaine à Valenciennes par le député Alfred Girard pour visiter les mines d’Anzin, Bruay-sur-Escaut et Denain, où il descend à 554 m de profondeur, au fond de la fosse Renard[19]. Il y rencontre Jules Mousseron, le poète mineur, qui y travailla 46 années mais aussi Émile Basly, président du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais (2)[19].

Lors des grèves de 1947 en France, Denain est le lieu des échauffourées les plus sérieuses, le 1er décembre[19]. En voulant s'emparer de la fosse Renard, quartier général des grévistes occupée par un millier d'entre eux[19], plusieurs dizaines de CRS se retrouvent isolés du reste de leur détachement et l'un d'eux aura plusieurs mois d'arrêt de travail[19] après les affrontements au corps à corps[19]. Le reste de la troupe préfère abandonner. Les jeunes grévistes, triomphants, ont brûlé un side-car pris aux CRS en face de la fosse[19] et dansé autour jusqu'à deux heures du matin[19].

La ville a été célèbre pour ses charbonnages et conserve dans la seconde partie du XXe siècle une industrie sidérurgique est aussi de première importance : elle a été le berceau et le siège du groupe Usinor. Mais le c'est l'annonce de la suppression de 5 000 emplois à Usinor Denain.

Politique et administration modifier

Rattachements administratifs et électoraux modifier

La commune se trouve depuis 1824 dans l'arrondissement de Valenciennes du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la dix-neuvième circonscription du Nord.

Elle faisait partie de 1793 à 1886 du canton de Bouchain, année où elle devient le chef-lieu du nouveau canton de Denain[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 7 à 18 communes.

La commune relève[Quand ?] du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[réf. nécessaire].

Intercommunalité modifier

Denain est la ville la plus peuplée de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut, créée en 2001.

Tendances politiques et résultats modifier

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans le Nord, la liste d'union de la gauche (PS-PCF-LFI) menée par la maire sortante Anne-Lise Dufour-Tonini obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 57,10 % (3 214 voix, 28 conseillers municipaux élus dont 8 communautaires), devançant largement la liste du Rassemblement national menée par Sébastien Chenu (30,68 %; 1 727 voix, 5 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires) et 4 autres listes qui n'ont pas eu assez de voix pour avoir des élus. L'abstention s'est élevée à 50,24 %[22].

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1807 Hecquet[23],[24].    
Les données manquantes sont à compléter.
1826 1865 Adolphe Deslinsel
(né en 1806)
  Industriel et propriétaire d'une importante sucrerie
Conseiller d'arrondissement[25]
Les données manquantes sont à compléter.
1881   Élie Payen[26].    
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1911 Auguste-Robert Selle[27] POF puis SFIO Pharmacien
Député du Nord (3e circ. de Valenciennes) (1902 → 1914)
Conseiller général de Denain (1898 → 1910)
mai 1912 novembre 1914 François Lefebvre[28] SFIO Ouvrier mineur, gérant de coopérative et président du syndicat des mineurs d'Anzin
Député du Nord (1914 → 1932)
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1918 mai 1935 François Lefebvre[28] SFIO Ouvrier mineur, gérant de coopérative et président du syndicat des mineurs d'Anzin
Député du Nord (1919 → 1928)
Député du Nord (3e circ. de Valenciennes) (1928 →1932)
mai 1935 novembre 1939 Arthur Brunet PCF Ouvrier mineur
Conseiller d'arrondissement (1937 → ? )
Révoqué en 1939, il meurt fusillé comme otage le 26 septembre 1941[29]
novembre 1939 avril 1941 Henri Fuzet   Expert-comptable
Président de la délégation spéciale
avril 1941   Henri Doisy[30]   Président de la délégation spéciale
Nommé maire le
1945 octobre 1947 Henri Fiévez[31] PCF Technicien dans la métallurgie aux établissements Cail de Denain, syndicaliste
Député du Nord (1947 → 1951)
Conseiller général de Denain (1945 → 1982)
octobre 1947 mars 1971 Fernand Duchâteau[32] SFIO
puis PS
Instituteur retraité
Député du Nord (20e circ.) (1958 → 1962)
mars 1971 mars 1977 Paul Montuelle PS  
mars 1977 mars 1983 Henri Fiévez[31] PCF Technicien dans la métallurgie aux établissements Cail de Denain, syndicaliste
Conseiller général de Denain (1945 → 1982)
mars 1983 mars 2001 Arthur Brabant PCF Directeur des ventes
mars 2001 mars 2008 Patrick Leroy PCF Directeur de cabinet
Député du Nord (19e circ) (1997 → 2002)
Conseiller général de Denain (1994 → 2001)
mars 2008 mai 2011[33] Patrick Roy PS Enseignant
Député du Nord (19e circ.) (2002 → 2011)
Conseiller général (2001-2008)
Décédé en fonction
3 mai 2011[34] En cours
(au 30 juin 2020)
Anne-Lise Dufour-Tonini PS Principale de collège
Députée du Nord (19e circ.) (2012 → 2017)
Sénatrice du Nord (2017[35])
Réélue pour le mandat 2020-2026[36],[37]

Jumelages modifier

 
Jumelages et partenariats de Denain. 
Jumelages et partenariats de Denain. 
VillePaysPériode
 Mettet[38],[39] Belgiquedepuis

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[40],[Note 3].

En 2021, la commune comptait 20 640 habitants[Note 4], en augmentation de 3,61 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
9271 0571 2621 6013 2005 1447 2728 6919 496
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
10 25411 02212 33014 41917 20217 83218 25819 91623 204
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
24 56426 80023 47226 86827 76726 47824 90827 44929 467
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021
27 97326 20421 82519 54420 36020 33920 37019 71420 640
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2020, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 45,1 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (39,1 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,5 % la même année, alors qu'il est de 22,9 % au niveau départemental.

En 2020, la commune comptait 9 840 hommes pour 10 575 femmes, soit un taux de 51,8 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,79 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2020 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,2 
3,9 
75-89 ans
6,7 
11,8 
60-74 ans
14,7 
18,9 
45-59 ans
17,6 
16,7 
30-44 ans
17,6 
21,8 
15-29 ans
20,3 
26,4 
0-14 ans
22 
Pyramide des âges du département du Nord en 2020 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,1 
75-89 ans
14,6 
60-74 ans
16 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,6 
15-29 ans
19,1 
20,5 
0-14 ans
18,2 

Enseignement[44] modifier

Écoles maternelles publiques modifier

  • École Condorcet
  • École George-Sand
  • École Charles-Gide
  • École Jurénil
  • École La Fontaine
  • École Pasteur
  • École Victor-Hugo
  • École Sévigné

Écoles élémentaires publiques modifier

  • École Berthelot
  • École Diderot
  • École Michelet
  • École Voltaire
  • École Zola
  • École Pascal

Collèges modifier

  • Collège Bayard
  • Collège Turgot
  • Collège Villars

Lycées modifier

  • Lycée professionnel Jurénil
  • Lycée polyvalent Kastler
  • Lycée Mousseron

Établissement privé modifier

Connue précédemment sous le nom de Lycée des Forges[45], l'institution Jean-Paul II accueille une école maternelle et primaire, un collège et un lycée offrant des formations professionnelles.

Santé modifier

Sports modifier

Cultes modifier

Culte catholique modifier

Denain fait partie de la paroisse Sainte Remfroye en Denaisis et du diocèse de Cambrai. Trois lieux de culte sont présents dans la commune : l'église Saint-Martin, l'église Sainte-Marie et la chapelle Saint-Joseph.

Culte protestant modifier

  • Église Baptiste, rue Jules Mousseron

Culte musulman modifier

  • Mosquée Errahma : mosquée tenue par l'Association des Marocains de Denain et de sa Région (AMDR)
  • Mosquée al-Quds : mosquée tenue par l'association des musulmans de Denain

Économie modifier

Revenus de la population et fiscalité modifier

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 17 078 , ce qui plaçait Denain au 31 742e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[46].

En 2010, Denain a été classée comme la commune la plus pauvre de France, parmi les villes de plus de 20 000 habitants, avant Roubaix, Vaulx-en-Velin et Maubeuge, selon le Journal du Net[47].

Emploi modifier

Au début des années 1980, la fin de la sidérurgie à Denain : le , la suppression de 5 000 emplois à Usinor-Denain est annoncée[48]) C'est la liquidation de l’activité sidérurgique qui est décidée : les effectifs passent de 6 300 personnes en 1979 à 898 en 1983 pour arriver à moins de 200 en 1988, année de la fermeture définitive[49].

En 2010, le chômage reste endémique dans la ville : seuls 27 % des foyers fiscaux sont imposables[50], et le taux de chômage avoisine les 31 %[51].

Entreprises et commerces modifier

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
Dessin de Lucien Jonas représentant Jules Mousseron lors de son discours pour l'inauguration le 13 juillet 1918 de la statue du maréchal Villard à Denain
 
Le Théâtre municipal de Denain

Au centre de la ville, face à la mairie, la statue du Duc de Villars, maréchal de France, né à Moulins en 1653 et mort à Turin en 1734. Sous Louis XIV, il remporte la bataille de Denain le 24 juillet 1712 contre les armées alliées. Inauguré en 13 juillet 1913[52] et confisqué par les Allemands en mai 1918, le monument est réinstallé sur sa stèle en 1924. Très marquée par le temps (corrosion, fissures, ancrage), sa restauration est achevée en février 2003.

Ch’est d’Villars el joli’statue.

Nos infants, pus tard, à cheull’vue,

Saront qu’in honor’les anciens

Qui fur’nt c’ qu’in appell’ des brav’s gins.

Éclats de gaillettes, Jules Mousseron

Une salle du Musée d'Archéologie et d'Histoire locale de Denain est consacrée au poète-mineur, et rassemble ouvrages, écrits, souvenirs, portraits de l'écrivain, dont le cabinet de travail a été reconstitué au sein du musée.

Le théâtre municipal, inscrit au titre des monuments historiques   Inscrit MH (2000) [53], a été construit entre 1901 et 1912 par Louis Six architecte, inauguré le 21 juillet 1912[54], avant d'être agrandi en 1925 par Gaston Trannoy architecte. Les peintures intérieures ont été réalisées par Victor Lhomme, artiste-peintre lillois, Pierre Turpin étant le maître-verrier.

Abbaye et château modifier

  • L'abbaye de Denain fut fondée en 764. Ce qu'il en reste est devenu un château, situé dans le parc Lebret.

Le château fut détruit le 22 février 2016 par décision de la mairie qui le trouvait trop vétuste qui n'avait pas trouvé les fonds nécessaires à sa réhabilitation.

Personnalités liées à Denain modifier

Hommes politiques modifier

Musique modifier

Le groupe Trisomie 21, formé en 1980 par les frères Hervé et Philippe Lomprez, est originaire de Denain. Il est un précurseur du mouvement de la Cold-wave française et est de notoriété internationale. Les titres les plus connus sont The Last Song, La Fête triste ou encore, Il se noie. Le groupe se reforme en 2017 avec la sortie d'un nouvel album intitulé Elegance Never Dies suivi de multiples tournées.

 
L'ancienne Gare des Mines de la ligne Somain - Péruwelz en 1905.
L'emprise de la ligne à Denain est réutilisée par la ligne 1 du Tramway de Valenciennes

Héraldique modifier

Les armes de Denain se blasonnent ainsi : "D'or, à la croix engrêlée de gueules au lambel d'argent à six pendants."

Pour approfondir modifier

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. « Transvilles - Plans », sur le site du réseau Transvilles (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Denain et Valenciennes », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Valenciennes » (commune de Valenciennes) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Valenciennes (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Valenciennes (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Page 400 - Statistique archéologique du département du Nord - seconde partie - 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand, 7, rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library - numérisé par Google Books.
  18. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  19. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z "Denain, des hommes d'acier" par Guy Cattiaux, ancien journaliste à la Voix du Nord, Editions Guy Cattiaux, en 1980 [1]
  20. a b et c Denain, ville du charbon
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Camille Michalski, « La victoire inespérée d’Anne-Lise Dufour-Tonini à Denain : La maire sortante Anne-Lise Dufour-Tonini a été réélue au premier tour avec 57,10 % des suffrages exprimés. Une victoire qui ne la surprend pas. Contrairement au taux d’abstention, étonnement bas pour la ville (50,23 %) au vu des circonstances », VA infos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 278, lire en ligne.
  24. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ), p. 128-129..
  25. « Almanach royal et national... : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale », sur Gallica, (consulté le ).
  26. « Le Petit Nord : journal politique quotidien ["puis" journal républicain quotidien du matin "puis" journal républicain absolument indépendant] », sur Gallica, (consulté le ), p. 3..
  27. « Auguste-Robert Selle (1854 - 1927) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  28. a et b « François Lefebvre (1871 - 1956) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  29. « BRUNET Arthur », Le Maitron - Les fusillés 1940 - 1944 (consulté le ).
  30. Les autorités municipales du Nord — Pas-de-Calais au Journal Officiel (septembre 1939-août 1944), www.persee.fr, Persée
  31. a et b « Henri, Jean-Baptiste Fiévez (1909 - 1997) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  32. « Fernand Duchâteau (1891 - 1975) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  33. Francis Thuilliez, « La mort de Patrick Roy - Denain en deuil de son maire rockeur : Patrick Roy, le trublion de l'Assemblée nationale, le rockeur PS qui vilipendait le gouvernement dans son costume rouge « flashy », a perdu sa lutte contre ce cancer du pancréas qu'il combattait depuis neuf mois. Il aurait eu 54 ans cet été », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Anne-Lise Dufour devient maire de Denain - Actualité Région - La Voix du Nord - 15 mai 2011
  35. Jeanne Blanquart, AFP, « La Sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin démissionne après la disparition de son groupe », France 3 Hauts-de-France,‎ 5 juillet 2017 mis à jour le 2 novembre 2017 (lire en ligne, consulté le ) « Elle est remplacée par l'ancienne députée Anne-Lise Dufour qui devrait s'inscrire au groupe PS. Toutefois Mme Dufour risque de ne pas pouvoir siéger car elle n'entrera en fonction que le 4 août, quand l'actuelle session parlementaire sera finie ».
  36. Réélue pour le mandat 2014-2020 : « Le nouveau conseil municipal est bien installé », L'Observateur du Valenciennois, no 707,‎ , p. 21.
  37. Jérémy Lemaire, « Denain : un premier conseil « de bonne tenue » entre Anne-Lise Dufour et Sébastien Chenu », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  38. « Une comédie d’humour noir jouée à Denain dans le cadre du jumelage avec Mettet », La Voix du Nord,  : « Dimanche, dans le cadre du second anniversaire du jumelage de la ville avec celle de Mettet en Belgique, la troupe amateur de cette ville belge a joué au théâtre »
  39. Pierre Wiame, « Mettet et Denain, pour le meilleur… », L'Avenir,  : « Mettet ira à Denain ce 17 septembre. Et Denain reviendra à Mettet une semaine plus tard. Pour poser la première pierre de leur jumelage. »
  40. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Commune de Denain (59172). », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  44. « Établissements scolaires », sur ville-denain.fr/ (consulté le ).
  45. « L’Institution Jean-Paul II de Denain n’est qu’au début de son évolution », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  46. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  47. Le classement des villes les plus pauvres de France.
  48. La Voix du Nord du 13 décembre 1978.
  49. Pascal Raggi, « François Mitterrand et la sidérurgie française (1981-1995) », Annales de l'Est,‎ , p. 247-248
  50. Article de l'Éco du Nord daté du 10 novembre 2010 : Denain et Roubaix sont les villes les plus pauvres.
  51. Article de la Voix du Nord daté du jeudi 23 décembre 2010 : Denain, la ville jadis prospère.
  52. Jules Mousseron, La terre de galibots : poésies patoisantes, , 147 p., Salut aux soldats de Villars : pièce dite par l'auteur à l'inauguration de la statue du maréchal Villars , à Denain, le 13 juillet 1913 (page 95).
  53. Notice no PA59000056, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. Cent ans de vie dans la région, Tome 1 : 1900-1914, éditions la Voix du Nord, 1998, page 59