Denis Sommer

homme politique français

Denis Sommer
Illustration.
Denis Sommer en .
Fonctions
Député français

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 3e du Doubs
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Marcel Bonnot
Successeur Nicolas Pacquot
Maire de Grand-Charmont

(15 ans et 10 mois)
Prédécesseur Daniel Jeanney
Successeur Jean-Paul Munnier
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Lure (Haute-Saône, France)
Nationalité française
Parti politique PCF (années 1980)
PS (2000-2017)
LREM (depuis 2017)
TdP (depuis 2020)

Denis Sommer, né le à Lure (Haute-Saône, en France), est un homme politique français.

Maire de Grand-Charmont (Doubs) de 2001 à 2017, il est d'abord membre du Parti socialiste, puis rejoint La République en marche. Lors des élections législatives de 2017, il est élu député dans la troisième circonscription du Doubs.

BiographieModifier

Ancien ouvrier et syndicaliste chez PSA Sochaux[1], ancien membre du parti communiste[2],[3], Denis Sommer décide à l’âge de 35 ans de reprendre des études dans le domaine de la gestion d'entreprise. Il devient gestionnaire d’entreprises, puis enseignant d’économie et de gestion d’entreprise[4].

Il a fondé et anime le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples) du pays de Montbéliard[4].

Mandats locauxModifier

Membre du Parti socialiste, il en porte les couleurs comme élu local pendant plus de 15 ans[4],[5]. Élu maire de Grand-Charmont en 2001, il anime une équipe qui fait le choix du développement de la ville en associant très largement la population[réf. nécessaire]. La ville a ainsi été pionnière dans le déploiement des écoles numériques[réf. nécessaire]. Avec 42 bénévoles, elle a également créé une ferme pédagogique au Fort Lachaux.

Au niveau régional, il est élu premier vice-président de la région Franche-Comté, chargé de l’économie et du dialogue social, et vice-président de Pays de Montbéliard Agglomération[4]en charge de l'économie.

Député depuis 2017Modifier

Lors de la campagne présidentielle de 2017, il rejoint le mouvement d’Emmanuel Macron et se présente comme candidat de la République En Marche pour la troisième circonscription du Doubs. Il est élu avec seulement 413 voix d'avance face au candidat Les Républicains et succède ainsi à Marcel Bonnot[4] qui ne se représentait pas.

À l’Assemblée nationale, il est membre de la commission des Affaires économiques et président du groupe d’amitié France/Bosnie-Herzégovine[réf. souhaitée].

En octobre 2017, il fait partie d'un collectif de 54 députés de la majorité qui signent une tribune dans Le Monde pour demander l'interdiction du glyphosate, un pesticide à l'innocuité mise en doute utilisé dans l'agriculture, « le plus rapidement possible »[6].

En mai 2018, il fait entériner par le groupe LREM en commission des affaires sociales un amendement ayant pour objectif que les entreprises limitent leurs recours à l'intérim et embauchent plus en CDI[7],[8].

En octobre 2018, il est chargé d’une mission d'information sur les rapports entre donneurs d’ordres et sous-traitants[9]. Il rend son rapport en juin 2019, recommandant plusieurs mesures confortant la situation des sous-traitants et leurs droits, selon une logique de transparence et de solidarité renforcée avec leurs donneurs d'ordre[10],[11].

Il a été également rapporteur spécial du projet de loi « Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises » (PACTE).

En février 2019, alors que le grand débat national va débuter, il envoie avec un autre député, Frédéric Barbier, une lettre à ses collègues de la majorité à l'Assemblée nationale. Les deux hommes y font l'autocritique de la politique menée par la majorité, estimant qu'il manque un « corps idéologique solide », et que des formules comme « et de droite et de gauche » ou « le progressisme » ne peuvent s'y substituer. Ils critiquent aussi la méthode utilisée jusqu'alors par la majorité, expliquant que l'unité des députés s'est faite « dans un rapport filial » au président Emmanuel Macron et « à une certaine personnalisation du pouvoir ». Ils estiment que la paresse intellectuelle qu'ils reprochaient aux anciens partis ne les a pas épargnés, appelant à travailler les politiques publiques et les arguments. Ils demandent la création d'un « nouveau contrat social », notamment pour protéger la classe moyenne « fragilisée depuis trente ans », et établissent une liste de cinq propositions[12].

Tête de liste à Montbéliard lors des élections municipales de 2020, il arrive au premier tour en 3e position avec 13,88 % des voix, alors que Marie-Noëlle Biguinet, maire sortante, obtient la majorité absolue et l'emporte[13].

Mentionné dans la presse parmi les membres possibles du nouveau groupe Écologie démocratie solidarité[14], il ne le rejoint finalement pas.

En octobre 2020, il rejoint Territoires de progrès, le mouvement social-démocrate situé à l'aile gauche de la majorité présidentielle[15]. Il reste membre de La République en marche et du groupe du même nom à l'Assemblée nationale. Denis Sommer ne se représente pas lors des élections législatives 2022. Nicolas Pacquot, maire d'Étouvans, est investi au nom de la majorité présidentielle et est élu député avec prêt de 51% des voix face à Nathalie Fritsch du Rassemblement National.

Distinctions et décorationsModifier

Le 14 juillet 2015, sur proposition du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation, il est promu chevalier de la Légion d’honneur[16].

RéférencesModifier

  1. Jérémy Chevreuil, « Denis Sommer, cet ancien syndicaliste CGT qui tape dans l’œil de Bruno Le Maire », sur France Info - Le blog politique, (consulté le )
  2. « Dans la nouvelle Assemblée nationale, la valse des étiquettes politiques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Législatives : l’auberge espagnole des candidats de La République en marche », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d et e Le Point magazine, « Doubs : Denis Sommer (REM), maire et ancien ouvrier de Peugeot », sur Le Point, (consulté le )
  5. « Les sept tribus de La République en marche à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « « Nous, députés de La République en marche, demandons une interdiction du glyphosate » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Deux députés comtois font adopter un amendement limitant le recours au travail temporaire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « CDD, précarité : les députés LREM font entendre leurs voix », sur Les Echos, (consulté le )
  9. « Le député LERM de Montbéliard Denis Sommer en charge d’une mission sur les rapports entre donneurs d’ordres et sous-traitants », sur www.estrepublicain.fr, (consulté le )
  10. Rapport d'information sur les relations entre les grands donneurs d’ordre et les sous-traitants dans les filières industrielles, assemblee-nationale.fr, 26 juin 2019, mission d'information présidée par Daniel Fasquelle
  11. Sous-traitance industrielle: face «aux mauvaises pratiques», plus de coopération, préconise un rapport parlementaire, lefigaro.fr avec AFP, 26 juin 2019
  12. « Doubs : le franc-parler de deux députés de la majorité sur la politique du gouvernement », sur France Bleu, (consulté le )
  13. « Résultats municipales 2020 à Montbéliard », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  14. Jannick Alimi, « Assemblée nationale : voici les 22 députés qui veulent former un neuvième groupe », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  15. Territoires de progrès, « Parlementaires adhérents de Territoires de Progrès », sur https://territoiresdeprogres.com/ (consulté le )
  16. « Denis Sommer, Maire de Grand-Charmont, promu Chevalier de la Légion d’Honneur », ToutMontbeliard.com,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier