Ouvrir le menu principal

Pacôme Rupin

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rupin.

Pacôme Rupin
Illustration.
Pacôme Rupin en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 30 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 7e de Paris
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LaREM
Prédécesseur Patrick Bloche
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Chambray-lès-Tours
(Indre-et-Loire, France)
Nationalité Français
Parti politique PS (2005-2016)
LaREM (depuis 2016)
Diplômé de ESSEC

Pacôme Rupin, né le à Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste à partir de 2005, il est conseiller du 4e arrondissement de Paris depuis 2014, et adjoint au maire de 2014 à 2017. Il rejoint En marche !, devenu La République en marche (LREM), dès sa création en 2016, et y occupe le poste de chargé de la mobilisation, coordonnant notamment la « Grande marche » du parti.

Il est élu député dans la septième circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017. A l'Assemblée nationale, il est membre de la commission des Lois et vice-président du groupe LREM jusqu'en 2018, sous la présidence de Richard Ferrand.

Sommaire

BiographieModifier

Parcours étudiant, professionnel et associatifModifier

Il a étudié en classes préparatoires au lycée Saint-Jean de Passy puis est sorti diplômé de l'ESSEC en 2009[1],[2].

Il travaille en cabinet de recrutement, puis rejoint le groupe SOS où il est chef de cabinet du délégué général Jean-Marc Borello à partir de 2010[3],[4]. Il crée ensuite Babel31, une agence de conseil en communication à destination des entreprises et associations, qu'il revend en 2016, lorsqu'il rejoint En marche ![5]

Il est par ailleurs engagé au sein de plusieurs associations, notamment dans la lutte contre l’homophobie et le secourisme[5].

Parcours politiqueModifier

DébutsModifier

Il indique s'être engagé en politique en réponse à la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002[6]. Il rejoint le Parti socialiste en 2005[3], ainsi que le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) du Val d'Oise (95)[7] puis le Parti Socialiste du 4e arrondissement de Paris[8]. Membre des instances fédérales du PS de Paris[9], Pacôme Rupin s'inscrit dans l’héritage de la méthode et des idées de Michel Rocard au Parti Socialiste et met en œuvre des pratiques militantes innovantes[réf. nécessaire].

En 2014, Pacôme Rupin est élu à la mairie du 4e arrondissement de Paris sur la liste PS conduite par Christophe Girard, et devient adjoint au maire[10],[11]. Il démissionne de ses délégations en mai 2017, lorsqu'il est investi candidat aux législatives[3], mais reste conseiller d'arrondissement[12].

Dès sa création en avril 2016, il rejoint En marche ! et, sur sollicitation d'un membre du cabinet d'Emmanuel Macron, y occupe le poste de chargé de la mobilisation, qui couvre la coordination d'actions de terrain et la formation des adhérents[3]. En mai 2016, il est notamment chargé de coordonner la « Grande marche » du parti[3]. Il est salarié du parti de septembre 2016 à mai 2017, puis continue d'y travailler comme bénévole[3].

Député de la XVe législatureModifier

Pacôme Rupin est élu député de la septième circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017[13].

Il fait partie des nouveaux députés LREM issus du milieu de l'entreprise et séduits par le côté « start-up » d’En marche ! : ils assument vouloir transposer les règles de l’entreprise à l’exercice de leur mandat politique et ont eux-mêmes imprégné le fonctionnement de LREM de leurs méthodes et de leur vocabulaire[14],[15].

Vice-président du groupe La République en marche chargé de la cohésion du groupe sous la présidence de Richard Ferrand, il anime à partir de septembre 2017 un « laboratoire d’innovation politique », composé d’une trentaine de députés, qui doit expérimenter de nouvelles méthodes de travail après les difficultés éprouvées durant l'été[16]. Il est proche de Richard Ferrand[17] et de Gilles Le Gendre[4], présidents successifs du groupe LREM.

En vue des élections municipales de 2020 à Paris, il coordonne un comité de pilotage de 12 personnes mis en place pour préparer la campagne de LREM[18].

Vie privéeModifier

Pacôme Rupin est homosexuel[19].

RéférencesModifier

  1. « Fiche parcours de Pacome Rupin : candidat En Marche aux élections législatives », sur www.vocajob.com (consulté le 21 juin 2017)
  2. « Pacôme Rupin Linkedin », sur Linkedin (consulté le 21 juin 2017)
  3. a b c d e et f Charlie Vandekerkhove, « Pacôme Rupin, celui qui a appris à marcher à En Marche! », sur bfmtv.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  4. a et b Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  5. a et b Caroline Castets, « L’homme d’expérience », sur magazine-decideurs.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  6. « Mon parcours », Pacôme Rupin,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2018)
  7. « Le collectif fédéral », Mouvement des Jeunes Socialistes du Val d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2018)
  8. Parti Socialiste PS PARIS 4e, « C.A. et Bureau », sur www.ps-paris4.org, (consulté le 1er juin 2018)
  9. « Accueil – Bureau fédéral – Socialistes à Paris | Fédération de Paris du Parti Socialiste », sur www.ps75.fr (consulté le 1er juin 2018)
  10. Parti Socialiste PS PARIS 4e, « Parti Socialiste PS PARIS 4e », sur www.ps-paris4.org, (consulté le 1er juin 2018)
  11. Nathalie Segaunes, « Cette jeune génération du PS sauvée par Macron », sur L'Opinion.fr, (consulté le 7 août 2017).
  12. https://www.api-site.paris.fr/mairies/public/assets/2018%2F10%2FProc%C3%A8s-verbal%20du%20CA%20en%20date%20du%2017%20septembre%202018.pdf
  13. « Législatives 2017 : Pâcome Rupin (LREM) élu dans la 7e circonscription de Paris », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  14. Alexandre Lemarié et Manon Rescan, « Les députés LRM, entre culture d’entreprise et discipline de parti », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 juillet 2017).
  15. Jannick Alimi, « Les trois familles des députés En Marche ! », sur leparisien.fr, (consulté le 7 août 2017).
  16. Alexandre Lemarié, « Assemblée nationale : le groupe LRM s’organise pour éviter les couacs », sur lemonde.fr, (consulté le 6 septembre 2017).
  17. Manuel Jardinaud et Ellen Salvi, « Richard Ferrand, l’homme qui ne voulait pas être là », sur Mediapart, (consulté le 20 juin 2018).
  18. Thibaut Le Gal, « Municipales: Griveaux, Mahjoubi, Villani... Pourquoi les marcheurs s'intéressent-ils autant à Paris? », sur 20minutes.fr, (consulté le 20 novembre 2018).
  19. Florian Bardou, « Législatives : Un parlement un poil plus gay », sur Libération.fr, (consulté le 9 août 2017).

Liens externesModifier