Nassimah Dindar

personnalité politique française

Nassimah Dindar
Illustration.
Nassimah Dindar en 2008.
Fonctions
Sénatrice française
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 14 jours)
Élection 24 septembre 2017
Circonscription La Réunion
Groupe politique UC
Conseillère départementale de La Réunion
En fonction depuis le
(5 ans, 5 mois et 14 jours)
Avec Serge Hoarau
Élection 22 mars 2015
Circonscription Canton de Saint-Denis-2
Prédécesseur Gérard Françoise
Présidente du conseil général puis départemental de La Réunion

(13 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Jean-Luc Poudroux
Successeur Cyrille Melchior
Conseillère générale de La Réunion

(14 ans et 15 jours)
Élection 18 mars 2001
Réélection 9 mars 2008
Circonscription Canton de Saint-Denis-1
Prédécesseur Jean Chatel
Successeur Alain Armand
Nadia Ramassamy
Conseillère régionale de La Réunion

(1 an, 9 mois et 14 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Didier Robert

(3 ans et 3 jours)
Élection 15 mars 1998
Président Paul Vergès
Biographie
Nom de naissance Nassimah Mangrolia
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Saint-Louis (La Réunion)
Nationalité Française
Parti politique RPR, UMP puis UDI
Diplômée de Université de Provence
Aix-Marseille I
Profession Enseignante
Religion Islam sunnite

Nassimah Dindar, née Mangrolia le à Saint-Louis (La Réunion), est une femme politique française.

Elle est la première femme élue présidente du conseil départemental de La Réunion, fonction qu'elle occupe de 2004 à 2017. Elle préside également la Droite sociale, un parti politique réunionnais, puis rejoint l'UDI. Elle est élue sénatrice en 2017.

BiographieModifier

Situation personnelleModifier

Nassimah Mangrolia naît dans une famille nombreuse de condition modeste dont elle est le sixième enfant et qui compte un total de douze[1]. Son père, professeur coranique, lui dispense une éducation religieuse stricte[2] marquée par son appartenance à la communauté zarabe.

Études et professionModifier

Son baccalauréat littéraire en poche, la jeune femme obtient une maîtrise de lettres sur Paul et Virginie à l'université de Provence Aix-Marseille I[2]. Titulaire du CAPLP, elle enseigne le français et l'histoire au lycée professionnel du Butor à Saint-Denis[2].

À la fin des années 1980, elle commence à militer pour la condition féminine au sein de l'association Femmes actuelles de La Réunion, une association créée par Therese Baillif dont elle devient présidente en 1996.

Parcours politiqueModifier

Nassimah Dindar est d'abord élue conseillère régionale en 1998 sur la liste de Margie Sudre. Elle devient ensuite secrétaire départementale adjointe du Rassemblement pour la République (RPR) puis, en 2002, troisième adjointe à la mairie de Saint-Denis et vice-présidente du conseil général de La Réunion, en se faisant élire dans le premier canton de Saint-Denis.

Élue à la tête de cette institution en 2004, elle est la première femme présidente du conseil général de La Réunion[3] et la première femme musulmane présidente d'un département en France. Elle est par ailleurs vice-présidente de l'Assemblée des départements de France.

Elle est nommée déléguée générale à la diversité au sein du bureau national de l'UMP, où elle participe au rayonnement des départements d'outre-mer et à la promotion des « savoir vivre ensemble » ultramarins et réunionnais. En 2005, elle est pressentie comme secrétaire d'État à l'Intégration lors de la constitution du gouvernement de Villepin[4]. Ses actions citoyennes et la politique d'aide aux personnes qu'elle a impulsées lui valent d'être décorée, en 2006, de l'ordre national du Mérite.

Au cours de la campagne présidentielle de 2007, elle interpelle la candidate socialiste Ségolène Royal, en lui faisant remarquer son manque d'assiduité aux réunions organisées sur le thème des violences faites aux femmes, dans un communiqué coécrit avec Valérie Pécresse et Bérengère Poletti. À cette occasion, elle déclare à la presse réunionnaise que « les violences n'ont pas de couleur politique et l'encourage à rendre espoir aux victimes par les actes »[réf. nécessaire].

Elle se présente aux élections législatives de sur la première circonscription de La Réunion en tant que « candidate de la majorité présidentielle » face au candidat sortant investi par l'UMP, le député-maire René-Paul Victoria. Attaquée durant la campagne, elle déposera officiellement plainte[réf. nécessaire]. Éliminée au premier tour avec 5 381 voix[5], elle apporte son soutien au candidat UMP qui emporte la mandature. Au soir de sa rėélection, ce dernier demande néanmoins par écrit aux instances parisiennes de prononcer l'exclusion de Nassimah Dindar.

En , Nassimah Dindar est nommée conseiller politique chargé de la diversité auprès de Nicolas Sarkozy[6].

En , elle est nommée par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Écologie, présidente du comité opérationnel outre-mer du Grenelle de l'environnement[7]. Sept thématiques sont retenues, parmi lesquelles l'énergie et le traitement des déchets, et deux chefs de projet sont désignés : Philippe Leyssène, pour le ministère des Outre-mer, et Colin Niel, pour le ministère de l'Écologie. Le comité comprend trois députés d'outre-mer et les présidents des conseils généraux de Guadeloupe et Guyane.

Lors des élections cantonales françaises de 2008, elle est réinvestie par l'UMP comme candidate sur le premier canton de Saint-Denis mais reléguée en dernière position sur la liste du maire sortant. Après de nombreuses tractations, les élus de droite sous la houlette de René-Paul Victoria, décident de proposer la candidature de Jean-Louis Lagourgue à la tête de la collectivité. Contre toute attente, le quorum n'est pas atteint le jour de l'élection alors qu'il est seul candidat. Une nouvelle majorité doit être trouvée. Le , Nassimah Dindar est réélue présidente du conseil général avec une majorité sociale (UMP, Modem, Alliance (Parti communiste réunionnais et Free Dom) et PS) provoquant le courroux de René-Paul Victoria qui organise l'opposition en participant dans la foulée à la création, avec Didier Robert et 20 autres élus de droite, d'Objectif Réunion.

Réélue en 2011 avec deux tiers des suffrages du conseil général, elle annonce son intention de briguer, en , le mandat de député de la première circonscription de La Réunion. Elle rejoint le MoDem et soutient François Bayrou à l'élection présidentielle de 2012. Candidate dans la première circonscription de Saint-Denis sous l'appellation « Centre pour la France », elle devance son adversaire UMP, René-Paul Victoria, de 264 voix, l'éliminant au premier tour. Elle se retrouve ainsi face à la candidate socialiste, Ericka Bareigts, dans le premier duel féminin dans une élection législative à Saint-Denis. Nassimah Dindar recueille 15 937 voix contre 19 611 voix pour la candidate socialiste.

Aux élections départementales de 2015, elle est réélue dès le premier tour dans son canton de Saint-Denis[8]. Elle prend la tête du nouveau conseil départemental malgré le changement de majorité[9].

Elle est élue sénatrice de La Réunion lors des élections sénatoriales françaises de 2017[10].

Alors que la loi sur le cumul des mandats lui impose de démissionner de ses fonctions départementales, un recours déposé devant le Conseil constitutionnel permet à Nassimah Dindar de prolonger son mandat à la présidence du conseil départemental de La Réunion[11]. Le recours est annulé le et la sénatrice doit donc quitter son mandat départemental[12], ce qu'elle fait effectivement le [13].

Nassimah Dindar est candidate pour l'Union des démocrates et indépendants et La République en marche aux élections municipales de 2020 à Saint-Denis[14]. Sa liste arrive en troisième position au premier tour avec 13 % des suffrages, derrière la liste de l'union de la gauche conduite par la députée Ericka Bareigts (42,69 %) et la liste divers droite conduite par le président du conseil régional Didier Robert (24,88 %)[15]. Les négociations avec ce dernier en vue du second tour échouent et Nassimah Dindar fusionne sa liste avec celle d'Ericka Bareigts[16],[17]. Farid Mangrolia, référent territorial de LREM, demande alors à la commission d'investiture du parti le retrait de son soutien à la candidate[18],[19].

Affaires et controversesModifier

Affaire de Terre RougeModifier

En , elle est condamnée à trois ans d’inéligibilité, six mois de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende, dans le cadre d'une affaire de discrimination à l'embauche[20]. En , elle est relaxée en appel[21]. En mars 2018, la Cour de cassation rejette le pourvoir du procureur général contre cette décision[22].

Antenne du département de La Réunion à ParisModifier

Le , Nassimah Dindar est entendue par le magistrat instructeur sur la gestion de l’antenne parisienne du conseil départemental de La Réunion, dont la gestion a été dénoncée par la Chambre régionale des comptes (CRC). En 2012, le département a investi plus de six millions d’euros dans cette structure de 700 m2 sur six étages dans le quartier du Marais. Au quatrième étage se trouve un apparemment privé destiné à l'usage des élus et administratifs du département[23].

Le journal Le Quotidien déclare que cette antenne « nourrit des soupçons de fraude fiscale », « d’une gestion erratique », d’une « comptabilité défaillante » et des « embauches en dehors de tout cadre réglementaire ». Selon la CRC, le montage juridique de cette antenne « semble particulièrement discutable »[24].

Cependant aucune plainte n'est déposée. L'antenne a fermé ses portes en mars 2019[25].

Affaire du SDISModifier

Dans ses rapports sur le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS), la Chambre régionale des comptes dénonce la gestion de cette structure et a notamment fait un signalement au procureur de la République de Saint-Denis, Éric Trufféry, qui a ouvert une enquête préliminaire en concernant des faits présumés de « prise illégale d’intérêts » et de « détournements de fonds publics »[26],[27].

Il est reproché à Nassimah Dindar d’avoir réalisé des emplois de complaisances. Elle aurait recruté deux agents au SDIS afin qu’ils travaillent « à titre privé » à son domicile en tant que femme de ménage et jardinier.

Le , Nassimah Dindar est entendue à la caserne Vérines en tant que témoin[28],[29]. À la suite de cette audition et un an après la clôture de l'enquête, elle est convoquée au tribunal correctionnel pour « prise illégale d'intérêt », au motif qu'elle aurait « favorisé les conditions d'emploi de deux personnes qu'elle connaissait personnellement ». Les autres accusations — emplois fictifs, abus de biens sociaux — que la presse avait relayées sont abandonnées par les enquêteurs. Le procès prévu en juillet 2020 est renvoyé en mars 2021[30].

Affaire de la villa du Bas de la RivièreModifier

En , le Journal de l'île de La Réunion enquête sur la maison de Nassimah Dindar et fait des révélations sur les conditions d’achat de son domicile ainsi que sur la façon dont des travaux ont été réalisés. Après que le parquet de Saint-Denis a ouvert une enquête, le PNF a lui aussi ouvert une enquête[31],[32].

Le , le domicile de Nassimah Dindar situé au 21 rue de la Digue dans le quartier du Bas de la Rivière à Saint-Denis est perquisitionné pendant trois heures par les enquêteurs du Parquet national financier dans le cadre d’une enquête préliminaire. Le PNF enquête sur l’achat d’une case créole classée à bas coût (130 000€). De plus, le PNF s’intéresse aux travaux réalisés dans ce domicile et suspecte que certains aient été menés sur le compte du département. De plus des entreprises ayant participé aux travaux auraient ensuite obtenu des marchés de la part du département et certains membres de leurs familles auraient été embauchés à la collectivité[33].

Détail des mandats et fonctionsModifier

  • Conseillère régionale de La Réunion (de 1998 à 2001)
  • Conseillère générale puis départementale de La Réunion (depuis 2001)
  • Présidente du conseil général puis départemental de La Réunion (de 2004 à 2017)
  • Déléguée nationale chargée de la diversité de l'UMP (2005)
  • Conseillère politique chargée de la diversité de l'UMP (2007)
  • Présidente du comité opérationnel Outre-Mer du Grenelle de l'environnement (depuis 2008)
  • Conseillère municipale de Saint-Denis (depuis 2014)
  • Vice-présidente du conseil régional (depuis 2015)
  • Sénatrice (depuis 2017)

Notes et référencesModifier

  1. Annie Drouet, « Maman fusionnelle »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Télé Mag Réunion, 3 juin 2004.
  2. a b et c Isabelle Kichenin, « Le Coran et le canton », L'Express, 12 avril 2004.
  3. Site officiel du département de la Réunion
  4. « Ultimes tractations pour une équipe “resserrée” »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), tf1.lci.fr, 2 juin 2005.
  5. « Résultats des élections législatives 2007 La Réunion - 1re circonscription », lexpress.fr,
  6. « Tout savoir sur l’UMP : Notre équipe »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), u-m-p.org, 12 août 2007.
  7. « Grenelle de l'Environnement : le comité outre-mer est installé », actu-environnement.com, 6 février 2008.
  8. Léia Santacroce et David Ponchelet, « Départementales Outre-mer : les gagnants et les perdants », la1ere.fr, 30 mars 2015.
  9. « Qui sont les présidents des nouveaux conseils départementaux Outre-mer ? », la1ere.fr, 2 avril 2015.
  10. « Sénatoriales : Nassimah Dindar élue », linfo.re, 24 septembre 2017.
  11. Jean-Philippe Lutton, « Nassimah Dindar peut rester (un peu plus) au Département », Clicanoo,‎ (lire en ligne)
  12. A. D., « Sénatoriales : Le recours contre l'élection de Nassimah Dindar rejeté », sur Zinfos974, (consulté le 12 décembre 2017).
  13. « Département : Le remplaçant de Nassimah Dindar désigné le 18 décembre », Zinfos974,‎ (lire en ligne)
  14. « Élections : Municipales à Saint-Denis : Nassimah Dindar obtient le soutien de la République en marche », sur Imaz Press, (consulté le 31 décembre 2019).
  15. « Ericka Bareigts, Didier Robert et Nassimah Dindar qualifiés pour le second tour », sur Zinfos974, .
  16. « Municipales à Saint-Denis : Nassimah Dindar plante la droite », sur Clicanoo.re, (consulté le 5 juin 2020).
  17. « Saint-Denis : Nassimah Dindar avec Ericka Bareigts contre Didier Robert », sur lequotidien.re, (consulté le 5 juin 2020).
  18. « Farid Mangrolia alerte LREM sur le cas Nassimah Dindar », sur zinfos974.com, (consulté le 5 juin 2020).
  19. « Saint-Denis : Municipales : Farid Mangrolia demande le retrait du soutien de LREM à Nassimah Dindar », sur ipreunion.com, (consulté le 5 juin 2020).
  20. Nassimah Dindar, Jean-Jacques Vlody, Bachil Valy condamnés dans l'affaire de Terre Rouge, la1ere.fr, 2 juin 2016
  21. «  [1] », ipreunion.com, 9 mars 2017
  22. « La Réunion : la Cour de cassation confirme la relaxe des élus dans l’affaire du foyer de Terre Rouge », la1ere.francetvinfo.fr, 7 mai 2018
  23. OK, « Boutique Ile de la Réunion : quand le Département exporte son grand bazar à Paris », sur Clicanoo.re (consulté le 30 janvier 2019)
  24. NP, « Gestion de l'antenne parisienne du Département: Nassimah Dindar entendue par le magistrat instructeur », sur Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion (consulté le 30 janvier 2019)
  25. « Le département de La Réunion épinglé pour le coût de son « ambassade » à Paris », lemonde.fr, 17 juin 2019
  26. « Documents | Cour des comptes », sur www.ccomptes.fr (consulté le 30 janvier 2019)
  27. « Nassimah Dindar entendue dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs au SDIS », sur Réunion la 1ère (consulté le 30 janvier 2019)
  28. A.D-C.M, « Nassimah Dindar entendue à la caserne Vérines », sur Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion (consulté le 30 janvier 2019)
  29. OK, « Soupçons d'emplois de complaisance au SDIS : Nassimah Dindar entendue à la caserne Vérines », sur Clicanoo.re (consulté le 30 janvier 2019)
  30. « Affaire du SDIS : le procès de Nassimah Dindar reporté à mars 2021 » , freedom.fr, 9 juillet 2020
  31. OK, « Enquête sur la villa de la présidente : Nassimah Dindar les pieds dans le béton », sur Clicanoo.re (consulté le 30 janvier 2019)
  32. N.P, « Villa de Nassimah Dindar : Le PNF s'empare de l'affaire », sur Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion (consulté le 30 janvier 2019)
  33. « Nassimah Dindar: perquisition dans sa villa, explications », sur Linfo.re (consulté le 30 janvier 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier