Divers centre

« Divers centre » (abrégée en DVC) une étiquette politique créée par le ministère de l'Intérieur français en 2020.

Cette nuance est attribuée à toute liste apparentée au centre et soutenue, mais non officiellement investie, par un parti dit centriste.

ContexteModifier

De 2001 à 2008, la déclaration de nuance politique « sans étiquette » n'étant plus autorisée par le ministère de l'Intérieur et la nuance « divers centre » n'existant pas, les candidats et listes se présentant comme « sans étiquette » ou « centristes » étaient alors classées comme « divers droite » (DVD) ou « divers gauche » (DVG) selon la tendance politique déclarée ou supposée la plus proche. En 2008, l'introduction de la nuance LDIV pour liste « divers » permet de contrebalancer ce dispositif[1][source insuffisante].

Mise en placeModifier

L’étiquette est créée par une circulaire du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, le [2], puis, après la suspension de celle-ci, par une nouvelle circulaire du 4 février 2020[3].

Polémique et amendementModifier

Plusieurs partis d'opposition accusent le gouvernement d'avoir crée cette nouvelle nuance politique pour « manipuler » les élections municipales de mars 2020 en favorisant les résultats de La République en marche et de ses alliés[4],[5],[6].

Le , le Conseil d'État suspend plusieurs dispositions de la circulaire « Castaner », notamment le projet de création de l’étiquette « divers centre », invoquant une violation du principe d’égalité[7],[8]. Le ministre de l'Intérieur révise la circulaire quelques jours plus tard : il ré-instaure l’étiquette « union du centre »[9], et prévoit qu’une liste soutenue — mais non investie — par un parti puisse entraîner son classement comme divers droite, divers gauche ou divers centre, alors qu'il fallait une investiture pour les deux premières nuances dans la version initiale[10].

Notes et référencesModifier

  1. JO Sénat du 20 mars 2008, page 566
  2. « Circulaire du 10 décembre 2019 du ministère de l'Intérieur sur l'attribution de nuances politiques pour les municipales 2020 », sur publicsenat.fr, (consulté le 28 janvier 2020)
  3. « Circulaire du 3 février 2020 du ministère de l'Intérieur sur l'attribution de nuances politiques pour les municipales 2020 », sur circulaires.legifrance.gouv.fr, (consulté le 9 février 2020)
  4. « Municipales : le gouvernement accusé de vouloir manipuler les résultats avec la circulaire Castaner », sur francebleu.fr, (consulté le 28 janvier 2020)
  5. « Pourquoi la circulaire Castaner pour les municipales fait débat », sur lemonde.fr, (consulté le 28 janvier 2020)
  6. « Municipales 2020 : on vous explique la polémique sur la "circulaire Castaner" accusée de favoriser LREM », sur francetvinfo.fr, (consulté le 28 janvier 2020)
  7. « La circulaire Castaner sur les municipales suspendue par le Conseil d'Etat », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 31 janvier 2020).
  8. « Suspension partielle de la circulaire relative à l’attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales », sur conseil-etat.fr, (consulté le 31 janvier 2020).
  9. « Circulaire Castaner : les nuances politiques ne disparaîtront que dans les communes de moins de 3500 habitants », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 février 2020).
  10. « Municipales 2020 : Castaner revoit le seuil de « nuançage politique » à 3 500 habitants », sur lemonde.fr, (consulté le 4 février 2020).

Voir aussiModifier