Ouvrir le menu principal

Louis Giscard d'Estaing

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Giscard d'Estaing.

Louis Giscard d'Estaing
Illustration.
Louis Giscard d'Estaing en 2014.
Fonctions
Conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes
En fonction depuis le
(3 ans, 7 mois et 14 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Maire de Chamalières
En fonction depuis le
(14 ans, 3 mois et 1 jour)
Réélection 16 mars 2008
30 mars 2014
Prédécesseur Claude Wolff
Député français

(10 ans)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
Circonscription 3e du Puy-de-Dôme
Législature XIIe, XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique UMP
Prédécesseur Valéry Giscard d'Estaing
Successeur Danielle Auroi
Biographie
Nom de naissance Louis Joachim Marie François Giscard d'Estaing
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Français
Parti politique UMP (2002-2012)
UDI (depuis 2012)
Père Valéry Giscard d'Estaing
Mère Anne-Aymone Sauvage de Brantes
Profession Éditeur

Louis Giscard d'Estaing, né le dans le 15e arrondissement de Paris, est un homme politique français, membre de l'UMP puis de l'UDI. Fils de l'ancien président de la République française Valéry Giscard d'Estaing, chef d'entreprise de profession, il est député de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme de 2002 à 2012, maire de Chamalières depuis 2005 et conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016.

Sommaire

BiographieModifier

FamilleModifier

Article détaillé : Famille Giscard d'Estaing.

Il est le fils de Valéry Giscard d'Estaing, président de la République française de 1974 à 1981, et d'Anne-Aymone Sauvage de Brantes. Il se marie, à Saint-Saturnin en mai 1996, avec Nawal-Alexandra Ebeid, diplômée de musique, née à Pasadena (Californie) le 1er mars 1959, et morte de maladie à Paris le 6 septembre 2011, à l'âge de 52 ans. Le couple a un fils, Pierre-Louis Giscard d'Estaing. Il se remarie en janvier 2016 avec Claire Labic[1].

Carrière professionnelleModifier

Louis Giscard d'Estaing travaille pour le groupe LVMH en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en France lorsqu'il ouvre sa carrière politique. Il a par ailleurs fondé une entreprise d'édition et de presse spécialisée à l'âge de 23 ans, Étalons Éditions, qui existe toujours trente ans après sa création.

Il est diplômé de l'ESC Rouen, du DESS de défense de Paris II et d'un MBA de l'INSEAD (1987).

Après avoir été élève officier de réserve à Saumur, il est promu Colonel dans la réserve opérationnelle (2007).

Parcours politiqueModifier

Élu conseiller municipal de Chamalières, ville dont son père a été maire de 1967 à 1974, il devient député de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, autre terre d'élection de son père, en 2002. En 2005, il devient maire de Chamalières, succédant à Claude Wolff, décédé en cours de mandat. Lors des élections municipales de 2008, la liste qu'il conduit l'emporte avec 56,96 % des voix au premier tour.

Réélu député le avec 53,09 % des voix, il est vice-président de l'Assemblée nationale de juillet 2011 à juin 2012. Il est membre de la commission des Finances de 2002 à 2012, et en est le vice-président de 2007 à 2012. Il est battu au second tour de l'élection législative de juin 2012 dans la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, avec 49,17 % des voix, face à la candidate écologiste Danielle Auroi[2].

Louis Giscard d'Estaing milite notamment pour l'instauration d'un billet de banque d'un euro comme c'est le cas aux États-Unis avec le billet d'un dollar américain. Cette initiative a, selon lui, en plus de l'avantage pratique de pouvoir s'échanger dans un bureau de change, à la différence des pièces, d'espérer une meilleure prise en compte de la valeur de l'euro sur le pouvoir d'achat des Européens[3].

Début , il annonce sa candidature, soutenue par l'Union des démocrates et indépendants (UDI), à l'élection législative partielle dans la première circonscription des Français établis hors de France (Français établis aux États-Unis et au Canada). À l'issue du premier tour, le , Louis Giscard d'Estaing arrive en quatrième position, avec 8,62 % des voix[4],[5],[6],[7].

La liste qu'il mène à l'élection municipale de 2014 à Chamalières obtient la majorité des suffrages (58,42 %) dès le premier tour, ce qui permet à Louis Giscard d'Estaing d'être réélu maire[8],[9]. Il est élu conseiller régional de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes lors des élections régionales de décembre 2015. Il devient conseiller spécial délégué à la promotion internationale de la région[10].

Lors de l'élection législative de juin 2017, il se présente dans la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, sous l'étiquette UDI. Il est présent au second tour, mais perd contre Laurence Vichnievsky (La République en marche !) avec 43,98 % des bulletins exprimés. En janvier 2018, il renonce à briguer la présidence de l'UDI après en avoir annoncé son intention[11].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Au niveau nationalModifier

  •  : député de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme
  •  : vice-président de l'Assemblée nationale
  • 2007-2012 : vice-président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, président du groupe parlementaire d'amitié France-États-Unis
  • 2002-2007 : président du groupe parlementaire d'amitié France-Égypte

Au niveau localModifier

Autres fonctionsModifier

  • Membre de la Société des Cincinnati
  • Membre du Conseil d'administration de la French-American Foundation[12]
  • Président de l'Association des villes marraines des forces armées[13] depuis juin 2014
  • Vice-président de l'UDI
  • Président-fondateur du club de réflexion Les Idées[14]
  • Membre du Conseil d'administration du Cercle France-Amériques[15]

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Louis Giscard d'Estaing annonce son mariage... sur Twitter, sur newsauvergne.com
  2. « Législatives 2012 - 2e Tour : les résultats circonscription par circonscription »
  3. « Le billet d'1 euro joue sur le pouvoir d'achat », Le Figaro, 16 janvier 2008.
  4. « Législative partielle en AmNord : l'UMP en tête du premier tour », sur lepoint.fr,
  5. Nicolle Rozen, « Louis Giscard d’Estaing entame sa course à la législative », sur france-amérique.fr, (consulté le 10 mai 2013)
  6. « Legislatives: Louis Giscard d'Estaing candidat en Amérique du Nord », sur France24.com, (consulté le 5 mai 2013)
  7. Stéphane Moccozet, « Louis Giscard d'Estaing (UDI), invité du 23 mars 2013 », sur France 3 Auvergne, (consulté le 5 mai 2013)
  8. Céline Pauilhac, « Louis Giscard d'Estaing entre en campagne pour les municipales à Chamalières », France 3 Auvergne,
  9. « Résultats sur le site du ministère de l'Intérieur », ministère de l'Intérieur
  10. http://www.auvergnerhonealpes.fr/31-les-vice-presidents-et-conseillers.htm
  11. http://www.lepoint.fr/politique/louis-giscard-d-estaing-renonce-a-la-presidence-de-l-udi-18-01-2018-2187821_20.php
  12. « Conseil d'administration », sur Site officiel français de la French American Foundation.
  13. http://www.villes-marraines.org/
  14. http://www.les-idees.fr/
  15. « Bureau & Conseil d'administration », sur France-Amériques (consulté le 23 novembre 2017).
  16. Décret du 18 avril 2014 portant promotion et nomination.

Liens externesModifier