Martine Vassal

femme politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vassal.

Martine Vassal
Illustration.
Martine Vassal en 2019.
Fonctions
Présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence
En fonction depuis le [a]
(1 an, 4 mois et 3 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Claude Gaudin
Présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le
(4 ans, 9 mois et 7 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Noël Guérini
Conseillère départementale des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le
(4 ans, 9 mois et 7 jours)
Avec Lionel Royer-Perreaut
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Marseille-10
Prédécesseur Canton créé
Première vice-présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence

(2 ans, 6 mois et 3 jours)
Président Jean-Claude Gaudin
Prédécesseur Métropole créée
Successeur Roland Blum
Conseillère générale des Bouches-du-Rhône

(12 ans, 5 mois et 23 jours)
Élection 6 octobre 2002
Réélection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Marseille-Saint-Giniez
Prédécesseur Dominique Tian
Successeur Canton supprimé
Adjointe au maire de Marseille

(14 ans, 1 mois et 7 jours)
Élection
Réélection
Maire Jean-Claude Gaudin
Biographie
Nom de naissance Martine Gilles
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP (jusqu’en 2015)
LR (depuis 2015)
Diplômée de Kedge Business School
Profession Chef d'entreprise

Martine Vassal, née Gilles le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est une femme politique française.

Membre de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR), ancienne adjointe au maire de Marseille, elle est présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône depuis 2015 et présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence depuis 2018.

Elle est candidate LR à la mairie de Marseille lors des élections municipales de 2020.

BiographieModifier

Fille d'Élie Gilles, industriel proche de Jean-Claude Gaudin[1], Martine Gilles[2] est diplômée de l'École supérieure de commerce de Marseille.

En 1987, après deux années de formation à l’international (Japon, Europe, États-Unis), elle prend la tête de l'entreprise familiale de textile pour l’armée. Dans le même temps, elle fait partie de plusieurs associations de cadres et de management[b]. Alors qu'elle refuse de délocaliser, son entreprise ferme en 2000 en raison de difficultés liées à la disparition du service militaire[3].

Lors des élections municipales de 2001 à Marseille, elle est élue sur la liste de Jean-Claude Gaudin, dont elle devient l’adjointe à la mairie. Elle est déléguée aux emplacements publics, aux marchés alimentaires et forains et aux foires et kermesses, puis, à partir de 2008, à la qualité de la ville, l'espace public, la propreté, le pluvial, les emplacements et marchés, la gestion urbaine, le mobilier urbain et la publicité. En 2014, elle se voit confier la délégation des relations internationales et européennes. Elle quitte sa fonction d’adjointe en 2015[c].

Martine Vassal est également conseillère communautaire à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, où elle est, de 2008 à 2014, présidente de la commission « Une agglomération éco-responsable », chargée des questions du recyclage des déchets, de l’eau et de l’assainissement puis, à partir de 2014, présidente de la commission « Développement économique et emploi ».

En 2002, elle est élue conseillère générale des Bouches-du-Rhône pour le canton de Marseille-XII, devenu en 2003 le canton de Marseille-Saint-Giniez. Réélue en 2008, elle est désignée présidente du groupe « L'avenir du 13 » (UMP-UDI), alors dans l'opposition.

Au sein de l'UMP, Martine Vassal est nommée secrétaire départementale adjointe de l’UMP des Bouches-du-Rhône en 2006 et secrétaire nationale de l’UMP en 2013.

Chef de file de l’UMP pour les élections départementales de 2015, elle est élue dans le canton de Marseille-10 alors que la droite obtient une majorité absolue au sein du conseil départemental. Le , elle est élue présidente du conseil départemental. Première femme à être élue à cette fonction, elle met fin à 17 ans de présidence de Jean-Noël Guérini[4],[5] ; c’est en outre la première fois depuis un siècle que la droite dirige le département[6].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Dans le cadre de sa campagne, elle est nommée oratrice nationale chargée de l'insertion[7]. En vue de l’élection présidentielle de 2017, elle soutient jusqu’au premier tour la candidature de François Fillon[8].

En janvier 2015, à la suite d'un signalement de la chambre régionale des comptes, le Parquet national financier (PNF) ouvre une enquête sur des soupçons de favoritisme et de prise illégale d’intérêts concernant Martine Vassal, présidente du conseil départemental, et Loïc Fauchon, président de la Société des eaux de Marseille (SEM, filiale à 100% de Veolia)[9],[10],[11]. Son domicile et son bureau font l'objet de perquisition en novembre 2015[12]. Deux ans plus tard, en 2017, elle est convoquée par la police pour être entendue sur cette affaire sur laquelle elle avait déclaré en 2014 : « Ce sont les services de Marseille Provence Métropole qui ont mené l'analyse et nous avons suivi leurs préconisations »[13]. En 2020, aucune information judiciaire n'est ouverte[14].

En , Martine Vassal est élue première vice-présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence, avec pour délégation la stratégie et l'attractivité économiques. À partir du , après la démission de Jean-Claude Gaudin, elle assure l’intérim à la présidence de la métropole[15],[16]. Elle est élue à la tête de la métropole le 20 septembre[6]. Elle doit notamment conduire le projet de fusion entre la métropole et le département des Bouches-du-Rhône proposé par le gouvernement Édouard Philippe[17], projet repoussé depuis[18].

En , Mediapart publie une enquête sur un financement du quotidien régional La Provence par le conseil départemental des Bouches-du-Rhône après la prise de fonction de Martine Vassal à la tête de la collectivité. Le journal aurait perçu plus de 1,2 million d’euros en 2018 de la part du conseil départemental et de la métropole d'Aix-Marseille-Provence[19]. La Provence répond que « ces dites subventions ne sont en fait que de l'achat d'encarts publicitaires », « un fait courant pour les titres de presse quotidienne régionale ». D'autres financements sont aussi soulevés comme ceux de BPI France ou encore de la Française[20].

Martine Vassal annonce sa candidature à la mairie de Marseille le 13 septembre 2019[21]. Le 27 novembre, elle reçoit l'appui des Républicains, par 27 voix contre 11 pour le sénateur Bruno Gilles[22]. Elle entend s'inspirer des mesures prise au niveau du département et de la Métropole : plan Charlemagne pour la rénovation des bâtiments scolaires, création des Maisons du Bel-Âge, plan « handicap », investissements dans le développement des mobilités durables, etc.[23],[24].

DécorationModifier

En 2012, elle est décorée chevalière de l'ordre national du Mérite[2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par intérim du 6 au 20 septembre 2018.
  2. Centre des jeunes dirigeants, Union patronale des Bouches-du-Rhône, Association pour le management, FACIM.
  3. Après son élection à la présidence du conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

RéférencesModifier

  1. Thibault Maisonneuve et Philippe Boccara, « Martine Vassal, nouvelle présidente des Bouches-du-Rhône », sur France Bleu, (consulté le 23 novembre 2019)
  2. a et b JORF n°0104 du page 7762, texte n° 2, Décret du 2 mai 2012 portant promotion et nomination
  3. Adrien Max, « «Margaret Thatcher» ou «la belle Martine», qui est Martine Vassal? », 20 Minutes, (consulté le 23 novembre 2019)
  4. « Bouches-du-Rhône : l'UMP Martine Vassal tourne la page Guérini », sur Le Monde,
  5. « Départementales : Martine Vassal, premières », sur La Provence,
  6. a et b « Martine Vassal officiellement élue présidente de la métropole Aix-Marseille », sur www.20minutes.fr (consulté le 23 novembre 2019)
  7. « Vassal et Muselier dans l'équipe de Sarkozy », sur LaProvence.com, (consulté le 23 novembre 2019)
  8. « EXCLU - La présidente des Bouches-du-Rhône soutient François Fillon, mais "n'a pas besoin d'être première de la classe" », sur France Bleu, (consulté le 23 novembre 2019)
  9. « Contrats de l'eau : MPM entre connivence et amateurisme », sur Marsactu, (consulté le 23 novembre 2019)
  10. « Marchés de l'eau à Marseille: la présidente du Conseil départemental en garde à vue - L'Obs », sur nouvelobs.com, (consulté le 22 juin 2017).
  11. Antoine Corlay, « À Marseille, la suspecte attribution du marché de l’eau », La Croix,
  12. « Soupçons de favoritisme sur les contrats de l'eau : perquisitions chez Vassal », sur Marsactu, (consulté le 23 novembre 2019)
  13. « Marché de l'eau à Marseille: Martine Vassal, présidente du CD 13, sortie de garde à vue », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 2 janvier 2020)
  14. David Coquille et Florent de Corbier, « Marchés de l'eau à Marseille : une enquête menée au compte-gouttes - Journal La Marseillaise », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le 2 janvier 2020)
  15. « Le Point Politique », sur LePoint.fr
  16. « Exclusif : Martine Vassal dévoile ses premières mesures pour la Métropole Aix-Marseille Provence », sur LaProvence.fr,
  17. Thierry Dupont, « Succession de Gaudin: poker menteur à Marseille », sur LExpress.fr, (consulté le 23 novembre 2019)
  18. « La fusion Métropole-Département finalement repoussée », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 2 janvier 2020)
  19. Laurent Mauduit, « Marseille: «La Provence» a passé un pacte avec la candidate LR à la mairie », Mediapart,
  20. « Municipales : Médiapart dénonce "un pacte" entre Martine Vassal et le journal "La Provence" », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 2 janvier 2020)
  21. « L'annonce "audacieuse" de Martine Vassal », sur La Tribune (consulté le 2 janvier 2020)
  22. « Investiture à Marseille : Martine Vassal adoubée, Bruno Gilles ne désarme pas », sur Libération.fr, (consulté le 2 janvier 2020)
  23. « Martine Vassal : "Marseille est à un tournant" », sur La Tribune (consulté le 2 janvier 2020)
  24. Romain Luongo, « Interview : La méthode Martine Vassal », Accents de Provence - Le magazine du département des Bouches du Rhône #242,‎ , pp.4-7

Voir aussiModifier