Ouvrir le menu principal

Martine Vassal

femme politique française

Martine Vassal
Illustration.
Martine Vassal en 2015.
Fonctions
Présidente du conseil de la
métropole d'Aix-Marseille-Provence
En fonction depuis le [a]
(1 an, 1 mois et 7 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Claude Gaudin
Présidente du conseil départemental
des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le
(4 ans, 6 mois et 11 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Noël Guérini
Conseillère départementale
des Bouches-du-Rhône
En fonction depuis le
(4 ans, 6 mois et 11 jours)
Avec Lionel Royer-Perreaut
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Marseille-10
Prédécesseur Canton créé
Première vice-présidente du conseil de la métropole d'Aix-Marseille-Provence

(2 ans, 6 mois et 3 jours)
Président Jean-Claude Gaudin
Prédécesseur Métropole créée
Successeur Roland Blum
Conseillère générale
des Bouches-du-Rhône

(12 ans, 7 mois et 27 jours)
Élection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Marseille-Saint-Giniez
Président Jean-Noël Guérini
Prédécesseur Dominique Tian
Successeur Canton supprimé
Adjointe au maire de Marseille

(14 ans, 1 mois et 7 jours)
Élection
Réélection
Maire Jean-Claude Gaudin
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Marseille (Bouches-du-Rhône, France)
Nationalité Française
Parti politique UMP
LR
Diplômée de Kedge Business School

Martine Vassal, née le à Marseille, est une femme politique française, membre de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains (LR).

Ancienne adjointe au maire de Marseille, elle est présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône depuis 2015 et présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence depuis 2018.

BiographieModifier

Martine Vassal est diplômée de l'École supérieure de commerce de Marseille.

En 1987, après deux années de formation à l’international (Japon, Europe, États-Unis), elle prend la tête de l'entreprise familiale de textile pour l’armée. Dans le même temps, elle fait partie de plusieurs associations de cadres et de management[b]. Son entreprise ferme en 2000 en raison de difficultés liées à la disparition du service militaire[1].

Lors des élections municipales de 2001 à Marseille, elle est élue sur listes de Jean-Claude Gaudin, dont elle devient l’adjointe à la mairie. Elle est déléguée aux emplacements publics, aux marchés alimentaires et forains et aux foires et kermesses, puis, à partir de 2008, à la qualité de la ville, l'espace public, la propreté, le pluvial, les emplacements et marchés, la gestion urbaine, le mobilier urbain et la publicité. En 2014, elle se voit confier la délégation des relations internationales et européennes. Elle quitte sa fonction d’adjointe en 2015[c].

Martine Vassal est également conseillère communautaire à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, où elle est, de 2008 à 2014, présidente de la commission « Une agglomération éco-responsable », chargée des questions du recyclage des déchets, de l’eau et de l’assainissement puis, à partir de 2014, présidente de la commission « Développement économique et emploi ».

En 2002, elle est élue conseillère générale des Bouches-du-Rhône pour le canton de Marseille-XII, devenu depuis le canton de Marseille-Saint-Giniez. Réélue en 2008, elle est désignée présidente du groupe « L'avenir du 13 » (UMP-UDI), alors dans l'opposition.

Au sein de l'UMP, Martine Vassal est nommée secrétaire départementale adjointe de l’UMP des Bouches-du-Rhône en 2006 et secrétaire nationale de l’UMP en 2013.

Chef de file de l’UMP pour les élections départementales de 2015, elle est élue dans le canton de Marseille-10 alors que la droite obtient une majorité absolue au sein du conseil départemental. Le , elle est élue présidente du conseil départemental. Première femme à être élue à cette fonction, elle met fin à 17 ans de présidence de Jean-Noël Guérini[2],[3] ; c’est en outre la première fois depuis un siècle que la droite dirige le département[4].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Dans le cadre de sa campagne, elle est nommée oratrice nationale chargé de l'insertion[5]. En vue de l’élection présidentielle de 2017, elle soutient jusqu’au premier tour la candidature de François Fillon[6].

Le 22 juin 2017 elle est placée en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de favoritisme dans l'attribution de marchés de l'eau à Marseille[7],[8].

En , elle est élue première vice-présidente de la métropole d'Aix-Marseille-Provence, avec pour délégation la stratégie et l'attractivité économiques. À partir du , après la démission de Jean-Claude Gaudin, elle assure l’intérim à la présidence de la métropole[9],[10]. Elle est élue à la tête de la métropole le 20 septembre[4]. Elle doit notamment conduire le projet de fusion entre la métropole et le département des Bouches-du-Rhône proposé par le gouvernement Édouard Philippe[11].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par intérim du 6 au 20 septembre 2018.
  2. Centre des jeunes dirigeants, Union patronale des Bouches-du-Rhône, Association pour le management, FACIM.
  3. Après son élection à la présidence du conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier