Ouvrir le menu principal

Mohamed Laqhila

personnalité politique française

Mohamed Laqhila
Illustration.
Mohamed Laqhila en juin 2017.
Fonctions
Député des Bouches-du-Rhône
Élu dans la 11e circonscription
En fonction depuis le
(2 ans, 5 mois et 24 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique MODEM
Prédécesseur Christian Kert
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Oulmès (Maroc)
Nationalité Française
Parti politique MoDem
Diplômé de Université d'Aix-Marseille
Profession Expert-comptable
Résidence Calas

Mohamed Laqhila est un homme politique français, né le à Oulmès (Maroc).

BiographieModifier

Fils d'ouvrier immigré marocain[1], diplômé à Aix-en-Provence, 3e cycle « monnaie banque finance », il est domicilié au cœur de sa circonscription, à Calas, village de la commune de Cabriès.

Expert comptable depuis 1991, marié père de trois enfants, engagé syndicalement, il a été président de l'Ordre des experts-comptables de la région PACA de 2012 à 2016 puis président de la fédération nationale des experts-comptables et commissaires aux comptes de France dont il a démissionné en septembre 2017, suite à son élection, afin de se consacrer à son mandat de député. Au Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables, il a longtemps été responsable de la Commission développement durable et RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises)[réf. souhaitée].

Il est élu député de onzième circonscription des Bouches-du-Rhône lors des élections législatives de 2017 pour le Mouvement démocrate avec 50,95 % des voix au second tour[2].

Dans sa déclaration d'intérêts et d'activité enregistrée par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique en février 2018, il indique être membre du conseil d'administration de plusieurs organismes et sociétés, et détenir des participations financières directes dans le capital de plusieurs sociétés à hauteur de 3,6 millions d'euros[3].

Signataire et porteur d'un amendement adopté en séance plénière le 15 novembre 2019, et qui permettait le maintien de l'huile de palme parmi les agrocarburants jusqu'en 2026[4], il souhaite « accompagner l’industriel Total dans son investissement »[5],[6]. L'adoption de l'amendement suscite une vive émotion, et lors d'un second vote le lendemain, le même amendement est rejeté[7].

Notes et référencesModifier

  1. Guillaume Descours, « La diversité progresse à l'Assemblée nationale », lefigaro.fr, 20 juin 2017.
  2. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 19 juin 2017)
  3. HATVP, « Mohamed LAQHILA », sur le site de la HATVP, (consulté le 15 novembre 2019)
  4. « L’Assemblée nationale maintient l’huile de palme parmi les biocarburants, Matignon demande un second vote », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2019)
  5. « Bioraffinerie de La Mède - Mohamed Laqhila : "Il fallait bien un courageux !" », sur LaProvence.com, (consulté le 15 novembre 2019)
  6. Laure Equy, « Huile de palme : l'Assemblée doit procéder à un second vote », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. « L’Assemblée rejette l’amendement controversé sur l’huile de palme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2019)

Liens externesModifier