Ouvrir le menu principal

Réorganisation des corps d'infanterie français (1796)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réorganisation des corps d'infanterie français et Amalgame.

Arrêté du 18 nivôse an IV
()
Deuxième amalgame de l'armée sous la Révolution
Image illustrative de l’article Réorganisation des corps d'infanterie français (1796)
Drapeau de la France entre 1792 et 1804

Création 1796
Dissolution 1803
Pays Drapeau de la France République française
Branche Infanterie

Le Directoire prescrivit, par arrêté du 18 nivôse an IV (), un nouvel amalgame de l'armée révolutionnaire française ; le deuxième amalgame, également connu sous les noms de second amalgame, deuxième ou seconde réorganisation ou encore deuxième ou seconde formation, afin de réorganiser l'infanterie.

Ces nouvelles demi-brigades étaient organisées conformément au décret du 7 ventôse an IV ().


SommaireModifier

Historique
Demi-brigades d'infanterie de ligne
1re – 2e – 3e – 4e – 5e – 6e – 7e – 8e – 9e – 10e – 11e – 12e – 13e – 14e – 15e – 16e – 17e – 18e – 19e – 20e – 21e – 22e – 23e – 24e – 25e – 26e – 27e – 28e – 29e – 30e – 31e – 32e – 33e – 34e – 35e – 36e – 37e – 38e – 39e – 40e – 41e – 42e – 43e – 44e – 45e – Première 46e – Deuxième 46e – 47e – 48e – 49e – 50e – 51e – 52e – 53e – 54e – 55e – 56e – 57e – 58e – 59e – 60e – 61e – 62e – 63e – 64e – 65e – 66e – 67e – 68e – 69e – 70e – 71e – 72e – 73e – 74e – 75e – 76e – 77e – 78e – 79e – 80e – 81e – 82e – 83e – 84e – 85e – 86e – 87e – 88e – 89e – 90e – 91e – 92e – 93e – 94e – 95e – 96e – 97e – 98e – 99e – 100e – 101e – 102e – 103e – 104e – 105e – 106e – 107e – 108e – 109e – 110e – 111e – Première 112e – Deuxième 112e.
Demi-brigades d'infanterie légère
1re – 2e – 3e – 4e – 4e bis – 5e – 6e – 7e – 8e – 9e – 10e – 11e – 12e – 13e – 14e – 14e bis – 15e – 15e bis – 16e – 16e bis – 17e – 17e bis – 18e – 18e bis – 19e – 19e bis – 20e – 20e bis – 21e – 21e bis – 22e – 23e – 24e – 25e – 26e – 27e – 28e – 29e – Bataillon de chasseurs basques – 30e – 31e
Arrêté du 12 floréal an XI
5e légère – 11e légère – 7e de ligne – 66e de ligne – 82e de ligne – 86e de ligne – 89e de ligne – Rattachements des autres bataillons
Cavalerie
Articles connexes – Bibliographie – Notes et références – Liens externes

HistoriqueModifier

Si le premier amalgame avait permis la fusion de l'ancienne armée royale avec les bataillons de volontaires par la création de demi-brigades celles-ci ne permettaient plus la constitution de corps homogènes, à la suite des guerres et combats, à cause des effectifs très variables.

Afin de mettre de l'ordre dans la confusion de ces corps, le Directoire prescrivit, par arrêté du 18 nivôse an IV (), la réorganisation et le remaniement de l'ensemble des bataillons et leur fusion dans 110 demi-brigades d'infanterie de ligne et 30 demi-brigades d'infanterie légère.

Cette opération est confiée aux généraux commandants en chef des armées et exécutée dans les 5 premiers mois de l'an IV (1796). Cette nouvelle réorganisation devait se faire par armée qui devait réunir 2 ou 3 demi-brigades de première formation pour en former une à l'effectif prescrit.
Ainsi le 1er bataillon du nouveau corps était formé avec les premiers bataillons des corps amalgamés, le 2e avec les 2e et le 3e avec les 3e. Dans chaque bataillon, la compagnie de grenadiers était formée avec les compagnies de grenadiers des bataillons amalgamés et la 1re compagnie de fusiliers avec les 1res compagnies de ces bataillons et ainsi de suite.
La compagnie de canonniers était formée avec les compagnies de canonniers et l'excédent de l'effectif était versé dans l'artillerie. La formation faite, les compagnies étaient égalisées et l'excédent d'effectif formait la compagnie auxiliaire.

  • L'armée du Nord fut réorganisée en 12 demi-brigades de ligne et 2 demi-brigades légères.
  • L'armée de Sambre-et-Meuse fut réorganisée en 21 demi-brigades de ligne et 5 demi-brigades légères.
  • L'armée de Rhin-et-Moselle fut réorganisée en 21 demi-brigades de ligne et 5 demi-brigades légères.
  • L'armée d'Italie fut réorganisée en 12 demi-brigades de ligne et 6 demi-brigades légères.
  • L'armée des Alpes fut réorganisée en 4 demi-brigades de ligne et 4 demi-brigades légères.
  • L'armée de l'Ouest fut réorganisée en 16 demi-brigades de ligne et 6 demi-brigades légères.
  • L'armée de l'Intérieur fut réorganisée en 14 demi-brigades de ligne et 2 demi-brigades légères. Estimant que les troupes aux colonies n'étaient pas en état de former l'armée coloniale, le Directoire décida le 18 janvier que l'armée de l'intérieur formerait 24 demi-brigades de ligne au lieu de 14.

Quant à la numérotation des demi-brigades le no 1 pour l'infanterie de ligne et pour l'infanterie légère fut donné à l'armée du Nord, le no 2 à armée de Sambre-et-Meuse, le no 3 à l'armée de Rhin-et-Moselle et ainsi de suite en recommençant par l'armée du Nord.

Chaque armée recevait donc une série de numéros qui devaient être attribués par un tirage au sort. Le tirage au sort eut lieu le 30 germinal (19 avril) à l'armée de Sambre-et-Meuse, le 23 floréal (12 mai) à l'armée du Rhin-et-Moselle, le 6 prairial (25 mai) à l'armée d'Italie et le 13 prairial (1er juin) à l'armée du Nord. L'effectif des demi-brigades fut maintenu à 3 000 hommes environ en raison de la guerre.

Cette organisation subsista jusqu'au 1er vendémiaire an XII (), date à laquelle les demi-brigades d'infanterie furent réorganisées et reçurent la dénomination de régiments.
Un arrêté des Consuls, en date de ce jour, fixe les régiment à :

  • 90 régiments d'infanterie de ligne, dont 19 régiments à 4 bataillons et 71 régiments à 3 bataillons.
  • 27 régiments d'infanterie légère, dont 3 régiments à 4 bataillons et 24 régiments à 3 bataillons.

Le même arrêté rétabli le titre de colonel pour les chefs de brigade.

Demi-brigades d'infanterie de ligneModifier

1re demi-brigadeModifier

La 1re demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 24 pluviôse an IV (), la 1re demi-brigade, fait les campagnes de l'an VI à l'Armée du Nord et de Batavie, celle de l'an VII aux armées de Batavie, de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 1re demi-brigade de deuxième formation constitua le 1er régiment d'infanterie de ligne.

2e demi-brigadeModifier

La 2e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 28 pluviôse an IV (17 février 1796), la 2e demi-brigade, fait les campagnes de l'an VI aux armées de Sambre-et-Meuse, d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
On retrouve la 2e demi-brigade de deuxième formation le 3 vendémiaire an VIII (25 septembre 1799) lors d'un combat devant Zurich contre les troupes russes du général Korsakoff et lors de l'attaque et la prise de Zurich le 28 septembre 1799.
Le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 2e demi-brigade de deuxième formation constitua le 2e régiment d'infanterie de ligne.

3e demi-brigadeModifier

La 3e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 pluviôse an IV (19 février 1796), la 3e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle celles de l'an VI et de l'an VII aux armées d'Allemagne, d'Helvétie et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 3e demi-brigade de deuxième formation constitua le 3e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Georges Mouton alors chef de brigade

4e demi-brigadeModifier

La 4e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 22 ventôse an IV (12 mars 1796), la 4e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie celle de l'an VI aux armées d'Italie et de l'Ouest celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et d'Angleterre et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de Batavie.
La 4e demi-brigade de deuxième formation se distingue particulièrement lors de campagne d'Italie, le 12 avril à Montenotte, le à l'affaire des retranchements de Ceva, le 10 mai 1796 au passage du Pont de Lodi aux batailles de Lonato et de Castiglione du 2 au 5 août puis le 7 septembre au combat de Primolano[2], un hameau de Cismon del Grappa, puis aux batailles de Bassano et de Saint-Georges à San Giorgio di Mantova les 7, 8 et 15 septembre puis le 12 novembre à la bataille de Caldiero. Lors de la bataille de Bassano, la 4e demi-brigade gravit des rochers escarpés et coupe la retraite à 2 000 Autrichiens qui furent fait prisonniers.
On retrouve la demi-brigade le 16 mars 1797 au passage du Tagliamento puis lors de la campagne de Suisse les 3 et 9 mai 1800 aux batailles d'Engen et de Biberach. À la bataille d'Engen, la 4e demi-brigade enveloppée par la cavalerie ennemie s'ouvre un passage à la baïonnette et rejoint les lignes.
Un noyau de la 4e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Rouen le 25 nivôse an VII (14 janvier 1799), la 65e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 4e demi-brigade de deuxième formation constitua le 4e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

5e demi-brigadeModifier

La 5e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (20 février 1796), la 5e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Intérieur.
La 5e demi-brigade de deuxième formation se distingue particulièrement lors de campagne d'Italie lors de la bataille de Castiglione le 3 août 1796.
Le 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 5e demi-brigade de deuxième formation constitua le 5e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

François Antoine Teste alors chef de brigade, Edme Martin Bourdois de Champfort alors chef de brigade.

6e demi-brigadeModifier

La 6e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 27 thermidor an IV (14 août 1796), la 6e demi-brigade, fait la campagne de l'an IV, à l'armée de l'Ouest celles de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie celle de l'an VII aux armées d'Italie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Intérieur.
Formant l'avant garde de l'armée française sous les ordres de Lannes, la 6e demi-brigade de deuxième formation se distingue le 8 août 1800 au combat de Broni la veille de la bataille de Montebello.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 6e demi-brigade de deuxième formation constitua le 6e régiment d'infanterie de ligne.

7e demi-brigadeModifier

La 7e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 15 fructidor an IV (), la 7e demi-brigade, fait la campagne de l'an IV, à l'armée de l'Ouest celles de l'an V et de l'an VI dans la 17e région militaire et celles de l'an VII de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest, du Danube et du Rhin.
Cette demi-brigade se distingua lors du combat du passage de l'Iller à Kellmünz le .
Elle part le 26 frimaire an X () dans le cadre de l'Expédition de Saint-Domingue où elle débarque le . Elle est faite prisonnière, lors de l'évacuation du Cap-Français le 9 frimaire an XII (9 décembre 1803), après la bataille de Vertières.
En application de l'arrêté du 12 floréal an XI () une nouvelle 7e demi-brigade à 3 bataillons est créée, avec l'amalgame des 1er et 2e bataillons de la 7e demi-brigade, du 2e bataillon de la 20e demi-brigade, du 3e bataillon de la 23e demi-brigade, du 1er bataillon de la 31e demi-brigade, du 3e bataillon de la 68e demi-brigade et du 2e bataillon de la 79e demi-brigade. Cette nouvelle 7e demi-brigade reste en poste à Saint-Domingue à la disposition du ministère de la Marine jusqu'à l'évacuation complète de l'ancienne colonie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 7e demi-brigade de deuxième formation constituent, fin 1804, à Avesnes, le 7e régiment d'infanterie de ligne tandis que le 3e bataillon incorpore le 45e régiment d'infanterie de ligne.

8e demi-brigadeModifier

La 8e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 pluviôse an IV (), la 8e demi-brigade, fait la campagne de l'an IV, à l'armée du Nord celles de l'an V et de l'an VI aux armées du Nord et de Batavie et celles de l'an VII de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie, de Mayence du Danube et du Rhin.
Cette demi-brigade se distingua lors du combat du passage de l'Iller à Kellmünz le .
Un détachement de cette demi-brigade a été incorporé dans le bataillon de chasseurs de la Guyane qui était aux colonies[4].
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 8e demi-brigade de deuxième formation constitua le 8e régiment d'infanterie de ligne.

9e demi-brigadeModifier

La 9e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 11 germinal an IV (), la 9e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V, aux armées de Sambre-et-Meuse et d'Italie et celles de l'an VI à l'armée d'Italie.
Le 16 floréal an VI () elle embarque à Toulon pour l'expédition d'Égypte et fait les campagnes de l'an VI, de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Orient et participe à la bataille des Pyramides. En l'an VII elle fait partie de l'expédition de Syrie.
Elle rentre en France en l'an IX.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 9e demi-brigade de deuxième formation constitua le 9e régiment d'infanterie de ligne.

10e demi-brigadeModifier

La 10e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 pluviôse an IV (), la 10e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V, aux armées du Rhin, de la Moselle et du Rhin-et-Moselle et celles de l'an VI aux armées d'Allemagne et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
En 1796, la demi-brigade s'illustre particulièrement lors de la bataille de Rastatt (5 juillet), aux combats d'Heidenheim (11 août) et de Freising (2 septembre) et à la défense du fort de Kehl (22 novembre).
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 11 pluviôse an VII (), la 91e demi-brigade de deuxième formation.
En 1800, lors de la 2e campagne d'Italie la demi-brigade s'illustra lors des défense des redoutes situées sur les hauteurs de Savone (6 et 13 avril). Elle contribuera, le 29 mai, activement à chasser les Autrichiens de Nice et à le forcer à évacuer le département des Alpes-Maritimes.
En 1803, la demi-brigade est renforcée par l'apport du 1er bataillon de la 82e demi-brigade.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 10e demi-brigade de deuxième formation constitua le 10e régiment d'infanterie de ligne.

11e demi-brigadeModifier

La 11e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er vendémiaire an V (), la 11e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Durant la 1re campagne d’Italie, en 1796, la demi-brigade se distingua lors des batailles de Lonato (2 août) et de Saint-Georges (15 septembre) près de Mantoue.
Durant la campagne du Var, le , elle attaqua les retranchements que les autrichiens avaient établis face à la tête de pont du Var située en face de Saint-Laurent[5],[6] et en chassa les défenseurs. Dans cet engagement 15 hommes commandés par le capitaine Gobert s'emparèrent d'une redoute défendue par 4 pièces d'artillerie et 40 grenadiers.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 11e demi-brigade de deuxième formation constitua le 11e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Georges Mouton alors chef de bataillon

12e demi-brigadeModifier

La 12e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 20 ventôse an IV (), la 12e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie, de l'Intérieur et Réserve.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 12e demi-brigade de deuxième formation constitua le 12e régiment d'infanterie de ligne.

13e demi-brigadeModifier

La 13e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er frimaire an V (), la 13e demi-brigade, fait la campagne de l'an IV à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an V aux armées de l'Ouest et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient et celles de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Orient.
Le 16 floréal an VI (), elle embarque à Toulon pour l'expédition d'Égypte et participe à la bataille des Pyramides. En l'an VII elle fait partie de l'expédition de Syrie et se distingue à la bataille d'Aboukir le et à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 13e demi-brigade de deuxième formation constitua le 13e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

14e demi-brigadeModifier

La 14e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 16 germinal an IV (5 avril 1796), la 14e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI et de l'an VII à l'armée d'Italie et celles de l'an VIII, de l'an IX aux armées d'Italie, de l'Intérieur et à la 2e armée de Réserve.
Cette demi-brigade se distingua, en 1797, à la bataille de Rivoli et en 1800 au Passage d'Alb le 29 avril et à la bataille d'Engen le 3 mai.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 14e demi-brigade de deuxième formation constitua le 14e régiment d'infanterie de ligne.

15e demi-brigadeModifier

La 15e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 pluviôse an IV (), la 15e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celles de l'an VI aux armées du Nord, d'Allemagne et de Mayence celle de l'an VII à l'armée de Batavie et celles de l'an VIII, de l'an IX aux armées de Batavie et du Rhin.

Cette demi-brigade se distingua particulièrement le à la bataille d'Engen.
Le 3e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 66e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillon de la 15e demi-brigade de deuxième formation constituèrent le 15e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon est incorporé dans le 66e régiment d'infanterie de ligne

16e demi-brigadeModifier

La 16e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 16e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées de Sambre-et-Meuse, d'Allemagne et de l'Ouest celle de l'an VII aux armées de l'Ouest, du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII, de l'an IX à l'armée du Rhin.
Un noyau de la 16e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Rouen le 25 nivôse an VII (), la 65e demi-brigade de deuxième formation.
Cette demi-brigade se distingua particulièrement le 7 août 1796 au combat d'Ebermannstadt prélude à la bataille d'Altendorf.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 16e demi-brigade de deuxième formation constitua le 16e régiment d'infanterie de ligne.

17e demi-brigadeModifier

La 17e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 22 pluviôse an IV (1er février 1796), la 17e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V aux armées du Rhin, de la Moselle et de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie, d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII, de l'an IX aux armées d'Italie et de Batavie.
Cette demi-brigade se distingua particulièrement, en 1796 aux combats de Gundelfingen (8 août) et de Ravensbourg (30 septembre), le lors du passage du Rhin à Diersheim et aux combats qui eurent lieu sur les hauteurs de Savone du 5 au 12 aout 1798.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 17e demi-brigade de deuxième formation constitua le 17e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Nicolas François Conroux alors adjudant-commandant.

18e demi-brigadeModifier

La 18e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 15 prairial an IV (), à Albenga, la 18e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie, d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII, de l'an IX aux armées d'Italie et de Batavie.
Cette demi-brigade se distingua particulièrement, en 1796 au combat de Salo[7] (31 juillet) à la bataille de Lonato (2 et 3 août) aux combats des retranchements de Pescheria (6 août) aux batailles de Roveredo (4 septembre) et de Saint-Georges (15 septembre).
En 1797 elle brille lors de la bataille de Rivoli (15 janvier) et du combat de Friesack (2 avril).
En l'an VI, elle embarque pour l'expédition d'Égypte et participe à la bataille des Pyramides. En l'an VII, les 1er et 2e bataillons font partie de l'expédition de Syrie et ils se signalent, en 1799, à la bataille du Mont-Thabor (16 avril) puis à celle d'Aboukir (25 juillet) et à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 18e demi-brigade de deuxième formation constitua le 18e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités

19e demi-brigadeModifier

La 19e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 18 nivôse an IV (), la 19e demi-brigade, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI en Corse et l'armée d'Orient, celle de l'an VII à Malte et celle de l'an VIII à l'armée d'Orient et au 2e corps de l'armée de Réserve.
Cette demi-brigade resta à Malte après la prise de l'Ile et ne rejoignit l'armée d'Orient qu'au commencement de l'an VIII.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 19e demi-brigade de deuxième formation constitua le 19e régiment d'infanterie de ligne.

20e demi-brigadeModifier

La 20e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er brumaire an V (), la 20e demi-brigade resta stationnaire de l'an IV à l'an VII dans la 17e région militaire. Elle fait la campagne de l'an VIII à l'armée du Rhin.
Durant la campagne du Var, elle contribue à la défense, le , à la défense du pont du Var situé en face de Saint-Laurent[6]
Le 2e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 7e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 3e bataillons de la 20e demi-brigade de deuxième formation constituent le 20e régiment d'infanterie de ligne et le 2e bataillon incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne.

21e demi-brigadeModifier

La 21e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 14 fructidor an IV (), la 21e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celle de l'an VII à l'armée d'Italie et celle de l'an VIII aux armées de l'Intérieur et de Batavie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 21e demi-brigade de deuxième formation constitue le 21e régiment d'infanterie de ligne.

22e demi-brigadeModifier

La 22e demi-brigade de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 18 nivôse an IV (), la 22e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celle de l'an VI aux armées du Nord, d'Allemagne et de Batavie et celle de l'an VIII aux armées de l'Intérieur, de l'Intérieur et d'Italie.
La demi brigade se distingue, en 1799, aux batailles d'Alkmaar (2 octobre) et de Castricum (6 octobre)
Le , au combat de Chiusella, elle soutint, à la baïonnette, trois charges consécutives de 4 000 cavaliers puis se fait remarquer aux batailles de Broni (8 juin) et de Marengo (14 juin).
Un premier détachement de la 16e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Rouen le 25 nivôse an VII (), la 65e demi-brigade de deuxième formation.
Cette demi-brigade se distingua particulièrement le 7 août 1796 au combat d'Ebermannstadt prélude à la bataille d'Altendorf.
Un premier détachement de la 22e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, le 1er nivôse an VII () la 95e demi-brigade de deuxième formation.
Un deuxième détachement de la 22e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Metz, le 8 pluviôse an VII () la 87e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 22e demi-brigade de deuxième formation constitue le 22e régiment d'infanterie de ligne.

23e demi-brigadeModifier

La 23e demi-brigade de deuxième formation était formée des :


Historique

Formée le 23 pluviôse an IV (), la 23e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celles de l'an VI et de l'an VII aux armées d'Allemagne, de Mayence, d'Helvétie et du Danube et celle de l'an VIII à l'armée du Rhin.
Un bataillon de la demi brigade se distingue à la bataille d'Enghen le .
Le 3e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 7e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 23e demi-brigade de deuxième formation constituent le 23e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon de la 23e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne.

24e demi-brigadeModifier

La 24e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 28 pluviôse an IV (), la 24e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée de Rhin-et-Moselle , celle de l'an V aux armées de Rhin-et-Moselle et armée des Alpes, celles de l'an VI, de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Italie et celle de l'an IX aux armées d'Italie et d'Espagne.
Un bataillon de la demi brigade se fait remarquer lors du passage du Rhin, à Diersheim, le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 24e demi-brigade de deuxième formation constitue le 24e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Jean-Baptiste Pierre de Semellé en tant que capitaine-colonel

25e demi-brigadeModifier

La 25e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 10 ventôse an IV (), la 25e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient et celles de l'an VII et de l'an VIII aux armées d'Orient et de réserve.
En 1796, cette demi brigade s'illustre à la bataille de Roveredo (4 septembre) au combat des ponts de Lavis (5 septembre) et à celui de Carpeneto (8 septembre).
En 1797, elle se distingue à la Bataille du col de Tarvis (en) (22 mars), en 1799 à la bataille du Mont-Thabor (16 avril) et au siège de Saint-Jean-d'Acre (10 mai) à la bataille de Brenta le et à la Bataille de Canope.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 25e demi-brigade de deuxième formation constitue le 25e régiment d'infanterie de ligne.

26e demi-brigadeModifier

La 26e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 21 ventôse an IV (), la 26e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV de l'an V et de l'an VI à l'armée des Alpes, celle de l'an VII aux armées des Alpes et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Grenoble le 1er nivôse an VII (), la 107e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 26e demi-brigade de deuxième formation constitue le 26e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités

27e demi-brigadeModifier

La 27e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 26 vendémiaire an V (), la 27e demi-brigade fait les campagnes de l'an V et de l'an VI à l'armée de l'Ouest, celle l'an VII aux armées de l'Ouest, Mayence, Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er pluviôse an VII (), la 98e demi-brigade de deuxième formation.
Cette demi-brigade se distingua lors du combat du passage de l'Iller à Kellmünz le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 27e demi-brigade de deuxième formation constitue le 27e régiment d'infanterie de ligne.

28e demi-brigadeModifier

La 28e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 19 vendémiaire an V (), la 28e demi-brigade resta stationnaire dans la 17e division militaire de l'an V à l'an VII puis elle fait les campagnes de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
Cette demi-brigade se distingua le lors du passage du Pô, le 8 juin durant la bataille de Broni puis le 14 juin durant la bataille de Marengo.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 28e demi-brigade de deuxième formation constitue le 28e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Éloi Charlemagne Taupin alors chef de bataillon.

29e demi-brigadeModifier

La 29e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 10 ventôse an IV (), la 29e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée du Nord, celle de l'an V aux armées du Nord et Sambre-et-Meuse, elle passe l'an VI dans la 25e division militaire, effectue la campagne de l'an VII à l'armée du Rhin, celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
Cette demi-brigade se distingua le à la bataille de la Favorite près de Mantoue.
Un premier détachement de la 29e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, le 1er nivôse an VII () la 95e demi-brigade de deuxième formation.
Un deuxième détachement de la 29e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Metz, le 8 pluviôse an VII () la 87e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 29e demi-brigade de deuxième formation constitue le 29e régiment d'infanterie de ligne.

30e demi-brigadeModifier

La 30e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 pluviôse an IV (), la 30e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'Armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an V aux de Sambre-et-Meuse et d'Italie, celle de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de Réserve.
Cette demi-brigade se fit remarquer le à la prise de Modène puis à la bataille de la Trebbia le 19 juin suivant. En 1800 elle contribua à chasser l'ennemi de Nice et à lui faire évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 30e demi-brigade de deuxième formation constitue le 30e régiment d'infanterie de ligne[11].

Personnalités 

31e demi-brigadeModifier

La 31e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 28 pluviôse an IV (), la 31e demi-brigade fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'armée du Rhin et à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, d'Helvétie et d'Italie, celle de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Le cette demi-brigade est l'une des premières à franchir le Rhin puis à s'emparer des retranchements de Kehl. Elle se fait remarquer le à la bataille de Deerlacht puis au passage du Lech et à l'attaque de Freising le 24 août suivant ainsi qu'au second passage du Rhin le .
Le 1er bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 7e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon de la 31e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne et le 2e bataillon incorpore le 105e régiment d'infanterie de ligne

32e demi-brigadeModifier

La 32e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 25 ventôse an IV (), la 32e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celle de l'an VII à l'armée d'Orient et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Orient et de Réserve.
Cette demi-brigade, se couvrit de gloire pendant les guerres d'Italie et d'Orient, mérita le surnom de BRAVE.
En 1796, elle se distingue particulièrement lors du combat de Dego puis de la prise des redoutes de Millesimo les 15 et 17 avril, à la bataille du pont de Lodi en mai, au combat et à la prise de Peschiera au combat de Salbet et à la bataille de Lonato en août, aux batailles de Roveredo et de Saint-Georges, les 4 et 15 septembre et la bataille du pont d'Arcole, du 15 au 17 novembre. En janvier 1797, la 32e demi-brigade s'illustre lors des batailles de Rivoli et de la Favorite, lors du combat de Gradisca pendant le passage de l'Isonzo, le 19 mars et le , elle se couvre de gloire lors de la capitulation de Fribourg en s'emparant des retranchements et de 50 pièces de canon.
Durant la campagne d'Égypte, la 32e demi-brigade se distingue particulièrement lors de la bataille des Pyramides, en 1798 puis des batailles du Mont-Thabor, le , et d'Aboukir, le 25 juillet suivant et à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 32e demi-brigade de deuxième formation constitue le 32e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

33e demi-brigadeModifier

La 33e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 18 nivôse an IV (), la 33e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée de l'Ouest, celles de l'an V de l'an VI et de l'an VII à l'armée d'Italie, celle de l'an VIII aux armées d'Italie et de l'Intérieur.
Les 14 et , la 33e se distingue à la bataille de Rivoli ainsi qu'aux affaires qui eurent lieu sur les hauteurs en avant de Nice, les 6 et , où furent tués 1 400 grenadiers ennemis. Elle contribua, le 29 du même mois, à chasser l'ennemi de Nice et à le forcer d'évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 33e demi-brigade de deuxième formation constitue le 33e régiment d'infanterie de ligne.

34e demi-brigadeModifier

La 34e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an V (), la 34e demi-brigade fait la campagne de l'an V aux armées de l'Ouest et des Alpes, et celles de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Italie.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Grenoble le 20 nivôse an VII (), la 110e demi-brigade de deuxième formation.
Elle prit part, le , à l'affaire de Saint-Jacques en Ligurie ainsi que durant la campagne du Var, aux engagements qui eurent lieu sur les hauteurs de Nice, les 6 et 7 mai de la même année, avant de coopérer, le 28 mai, avec la 33e demi-brigade, à chasser l'ennemi de à la tête du pont du Var et contribua, le lendemain, à repousser les Autrichiens de Nice et à les forcer d'évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 34e demi-brigade de deuxième formation constitue le 34e régiment d'infanterie de ligne.

35e demi-brigadeModifier

La 35e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Elle reçut un commencement d'organisation à la fin de l'an VI (septembre 1798) et ne fut définitivement formée que le 1er vendémiaire an VIII (). La 35e demi-brigade fait les campagnes de l'an VII et de l'an VIII aux armées d'Italie et de l'Intérieur et celle de l'an IX au Corps d'observation du Midi et à l'armée d'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 35e demi-brigade de deuxième formation constitue le 35e régiment d'infanterie de ligne.

36e demi-brigadeModifier

La 36e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (23 février 1796), la 36e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée du Nord celle de l'an V aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées de Mayence, d’Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La Demi-brigade se distingue au passage de la Limath et au combat d'Uznach le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 36e demi-brigade de deuxième formation constitue le 36e régiment d'infanterie de ligne.

37e demi-brigadeModifier

La 37e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 29 pluviôse an IV (), la 37e demi-brigade fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'Armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d’Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Le , quatre compagnies de cette demi-brigade coopérèrent à forcer le passage de la Limath; le même jour ce corps se faisait remarquer à la bataille de Zurich, et le 30 du même mois à l'attaque et à la prise de cette ville. Elle prit part au combat de Dissenhoffen les 7 et 8 octobre suivant, où l'armée russe commandée par Korsakov fut mise en pleine déroute. Le elle participe au passage du Rhin et à la bataille d'Höchstädt puis le 28 du même mois à la bataille de Neubourg[13].
Le 3e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 82e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ()..
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 37e demi-brigade de deuxième formation constitue le 37e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 82e régiment d'infanterie de ligne.

38e demi-brigadeModifier

La 38e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er germinal an IV (), la 38e demi-brigade fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Besançon le 25 nivôse an VII (), la 101e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 38e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 37e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne.

39e demi-brigadeModifier

La 39e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 22 vendémiaire an IV (), la 39e demi-brigade fait la campagne de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Intérieur.
Elle se distingue, le , au combat de Cagliano puis le 1er mars suivant au combat de Levico.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 39e demi-brigade de deuxième formation constitue le 39e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

40e demi-brigadeModifier

La 40e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 13 fructidor an IV (), la 40e demi-brigade fait la campagne de l'an IV, à l'armée des Alpes, celle de l'an V aux armées des Alpes et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et de l'Ouest, celle de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie et de Réserve et d'Italie.
Elle se fait remarquer à la bataille du pont d'Arcole le puis le au combat de Chiusella où elle reçut à la baïonnette trois charges consécutives de 4 000 hommes de la cavalerie autrichienne. Elle donna de nouvelles preuves de valeur au passage du Pô le , au combat de Broni 2 jours plus tard, à la bataille de Marengo le 14 juin et au passage du Mincio, le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 40e demi-brigade de deuxième formation constitue le 40e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

41e demi-brigadeModifier

La 41e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an V (), la 41e demi-brigade fait les campagnes de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Cette demi-brigade fut employée au blocus de Gênes en mai et juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 41e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 17e régiment d'infanterie de ligne.

42e demi-brigadeModifier

La 42e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 42e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Batavie, celle de l'an VII à l'armée de Batavie et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie et du Rhin.
Elle se signala, le , à l'attaque du Zyp, le 19 septembre lors de la bataille de Bergen, puis à celle d'Alkmaer, le 2 octobre, puis de Kastricum le 6 octobre.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 42e demi-brigade de deuxième formation constitue le 42e régiment d'infanterie de ligne.


43e demi-brigadeModifier

La 43e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 43e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'Armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Italie et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et du Rhin, et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin, de Réserve et d'Italie .
Elle se signala, le lors de la prise de Fribourg puis lors de l'attaque et de la prise des retranchements de la Chiusa le puis en 1800 lors du combat de Broni, le 9 avril, et la bataille de Marengo, le 14 juin 1800. Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 11 pluviôse an VII (), la 91e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 43e demi-brigade de deuxième formation constitue le 43e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

44e demi-brigadeModifier

La 44e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 28 pluviôse an IV (), la 44e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'Armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube, et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
Elle se signala à la bataille de Marengo, le 14 juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 44e demi-brigade de deuxième formation constitue le 44e régiment d'infanterie de ligne.

45e demi-brigadeModifier

La 45e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er germinal an IV (), la 45e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI et de l'an VII à l'Armée d'Italie, et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie, de l'Intérieur et de Réserve.
Cette demi-brigade se distingua à l'attaque du poste de Saorgio le , à la prise du camp de Fourches et de la prise du col de Tende ainsi qu'au combat de Loano, les 23 et puis au combat de Sospello et à la prise du camp de Rauss.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 45e demi-brigade de deuxième formation constitue le 45e régiment d'infanterie de ligne.

Première 46e demi-brigadeModifier

La première 46e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée au début de l'année 1796, cette première 46e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée de l'Ouest avant d'être incorporée dans l'artillerie de la marine, à Brest. Elle cessa ainsi de faire partie des troupes terrestres.

Deuxième 46e demi-brigadeModifier

La deuxième 46e demi-brigade de deuxième formation était uniquement formée de la :

  • 2e légion des Francs. Cette légion était composée de détachements de 20 hommes tirés de chacun des corps employés dans les divisions de l'Ouest.
Historique

Formée le 1er brumaire an V (), la deuxième 46e demi-brigade fait la campagne de l'an V aux armées de l'Ouest et de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI à l'armée d'Allemagne, celle de l'an VII à l'armée du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'du Rhin.
Cette demi-brigade se fit remarquer à la bataille de Neubourg[13] le . Le , trois compagnies de ce corps, faisant partie de la garnison de Bruges, firent mettre bas les armes, à 1 500 Anglais débarqués près d'Ostende avec de l'artillerie.
Le , la 46e se signala à la prise de Zurich puis en 1800 aux batailles d'Enghen, le 3 mai et de Moesskirch, deux jours après puis le 22 juin suivant au passage du Danube et à la bataille d'Höchstädt, le 27 juin à l'affaire d'Obershausen et à la bataille de Hohenlinden le 3 décembre de la même année.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 46e demi-brigade de deuxième formation constitue le 46e régiment d'infanterie de ligne.

47e demi-brigadeModifier

La 47e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an VI (), la 47e demi-brigade fait la campagne de l'an V à l'armée de l'Ouest, celle de l'an VI et de l'an VII aux armées de l'Ouest et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Intérieur.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 47e demi-brigade de deuxième formation constitue le 47e régiment d'infanterie de ligne.

48e demi-brigadeModifier

La 48e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 10 ventôse an IV (), la 48e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V aux armées d'Allemagne, de Mayence et de Batavie celle de l'an VII à l'armée de Batavie et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie et du Rhin.
En 1799, la demi-brigade s'illustre lors de la bataille de Bergen le 19 septembre, puis à celle d'Alkmaer, le 2 octobre, et de Kastricum le 6 octobre.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 48e demi-brigade de deuxième formation constitue le 48e régiment d'infanterie de ligne.


49e demi-brigadeModifier

La 49e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 7 ventôse an IV (), la 49e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Mayence et de Batavie et celles de l'an VI, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de Batavie.
Elle se signala, le , à l'attaque du Zyp, le 19 septembre lors de la bataille de Bergen, puis à celle d'Alkmaer, le 2 octobre, puis de Kastricum le 6 octobre.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 49e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 24e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 89e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 
François Antoine Teste alors chef de bataillon

50e demi-brigadeModifier

La 50e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 24 germinal an IV (), la 50e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV à l'armée de Rhin-et-Moselle celle de l'an V aux armées de Rhin-et-Moselle et des Alpes, celle de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VI à l'armée du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Grenoble le 20 nivôse an VII (), la 110e demi-brigade de deuxième formation.
Cette demi-brigade se fit remarquer au passage de l'Alb le 29 avril 1800 et à la bataille d'Enghen le 3 mai suivant.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 50e demi-brigade de deuxième formation constitue le 50e régiment d'infanterie de ligne.

51e demi-brigadeModifier

La 51e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 11 prairial an IV (), la 51e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V aux armées des Alpes et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Intérieur et du Rhin
Le , elle a prend part au combat de Dego, le 5 août suivant à la bataille de Castiglione puis à la bataille du pont d'Arcole du 15 au 17 novembre de la même année. Le , elle se distingue au passage et à la bataille du Tagliamento.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er nivôse an VII (), la 95e demi-brigade de deuxième formation.
Un bataillon de la 51e demi-brigade, détaché à l'armée de Batavie, se signale, , à la Bataille de Bergen et, le 6 octobre suivant à celle de Kastricum.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 51e demi-brigade de deuxième formation constitue le 51e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

52e demi-brigadeModifier

La 52e demi-brigade de deuxième formation était formée des :


Historique

Formée le 14 vendémiaire an V (5 octobre 1796), la 52e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV à l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 52e demi-brigade de deuxième formation constitue le 52e régiment d'infanterie de ligne.

53e demi-brigadeModifier

La 53e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 5 ventôse an VI (25 février 1798), la 53e demi-brigade fait les campagnes de l'an VI et de l'an VII aux armées de Mayence et du Danube, celles de l'an VIII et de l'an IX à l'du Rhin.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 53e demi-brigade de deuxième formation constitue le 53e régiment d'infanterie de ligne.

54e demi-brigadeModifier

La 54e demi-brigade de deuxième formation était uniquement formée de la :

Historique

Formée le 12 prairial an IV (31 mai 1796), la 54e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée du Nord, celles de l'an V et de l'an VI aux armées de Batavie et du Rhin, celle de l'an VII à l'armée de Batavie et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie et du Rhin.
Cette demi-brigade donna des preuves de valeur le , à l'attaque du Zyp, le 19 septembre lors de la bataille de Bergen, puis à celle d'Alkmaer, le 2 octobre, puis de Kastricum le 6 octobre ainsi à la bataille de l'Iller le 5 juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 54e demi-brigade de deuxième formation constitue le 54e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

55e demi-brigadeModifier

La 55e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an V (), la 55e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V aux armées de Sambre-et-Meuse et d'Italie, celle de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie et du Rhin.
La 55e demi-brigade se distingua au passage de l'Isonzo et à la bataille de Gradisca le . En 1799 et 1800, elle a fait partie des garnisons d'Ancône et de Gènes.
Un détachement de la 55e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Metz, le 8 pluviôse an VII () la 87e demi-brigade de deuxième formation.
En 1803, la 55e incorporera le 1er bataillon de la 110e demi-brigade.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 55e demi-brigade de deuxième formation constitue le 55e régiment d'infanterie de ligne.

56e demi-brigadeModifier

La 56e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 21 ventôse an IV (15 mars 1795), la 56e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle celles de l'an VI et de l'an VII à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
La 56e demi-brigade se distingua lorsqu'elle fut l'une des premières unités à passer le Rhin le 26 juin 1796, en 1797 où elle s'empara des retranchements de Kehl et lors de la défense du pont de Huningue.


57e demi-brigadeModifier

La 57e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Personnalités 

Paul de Verbigier de Saint-Paul alors lieutenant

Historique

Formée le 1er messidor an IV (), la 57e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Ce corps se distingua, en 1796, aux combats de Saint-Georges[14], (14 et 15 septembre) puis en 1797 à la bataille de Rivoli (14 et 15 janvier) à la bataille de la Favorite (16 janvier suivant), où il mérita le surnom de TERRIBLE d'où sa devise : Le Terrible que rien n'arrête.
En 1799, on retrouve la 57e demi-brigade à la bataille de Zurich (25 septembre), à la bataille de Diessenhofen (7 et 8 octobre) où il permit la déroute de l'armée russe de Korsakoff, puis en 1800 à la bataille d'Enghen (3 mai), au passage du Danube et à la Bataille d'Höchstädt, (le 22 juin suivant) et à la bataille de Neubourg[13], 28 du même mois.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 57e demi-brigade de deuxième formation constitue le 57e régiment d'infanterie de ligne.

58e demi-brigadeModifier

La 58e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er vendémiaire an V (), la 58e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée de l'Ouest, celle de l'an V à l'armée d'Italie où il participe à la bataille du pont d'Arcole, celle de l'an VI aux armées d'Italie et de l'Ouest, celle de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et d'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 58e demi-brigade de deuxième formation constitue le 58e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 
Jean Lannes

59e demi-brigadeModifier

La 59e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 10 nivôse an VII (30 décembre 1798), la 59e demi-brigade fait les campagnes de l'an VIII et de l'an IX à l'd'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 59e demi-brigade de deuxième formation constitue le 59e régiment d'infanterie de ligne.

60e demi-brigadeModifier

La 60e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er germinal an IV (), la 60e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV à l'armée de l'Ouest, celle de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie, de l'Ouest, celle de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et d'Italie.
Elle se signale, le , à l'attaque du Zyp, puis le 19 septembre lors de la bataille de Bergen, puis à celle d'Alkmaer, le 2 octobre, puis de Kastricum le 6 octobre.
Le 3e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 89e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 60e demi-brigade de deuxième formation constituent le 60e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 89e régiment d'infanterie de ligne.

61e demi-brigadeModifier

La 61e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 5 ventôse an IV (), la 61e demi-brigade fait la campagne de l'an IV aux armées de Sambre-et-Meuse et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celles de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Orient.
La 61e demi-brigade se distingue, le 17 août 1796, au combat de Sulzbach où elle résiste, seule, aux charges de la cavalerie ennemie. Le , elle se signale à la bataille de Gradisca et au passage de l'Isonzo puis s'illustra pendant toute la durée de l'expédition d'Égypte dont la bataille de Sédiman et à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 61e demi-brigade de deuxième formation constitue le 61e régiment d'infanterie de ligne.

62e demi-brigadeModifier

La 62e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 29 pluviôse an IV (8 février 1796), la 62e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et de l'an VIII à l'armée d'Italie.
La 62e se distingue, le 5 juillet 1796, à la bataille de Rastadt, puis le 11 août au combat d'Hindenheim et à celui de Freising le 2 septembre. Elle se fait remarquer à la défense du fort de Kehl en novembre 1796 et au siège de Gênes d'avril à juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 62e demi-brigade de deuxième formation constitue le 62e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Pierre César Gudin des Bardelières alors lieutenant.

63e demi-brigadeModifier

La 63e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 nivôse an V (19 janvier 1797), la 63e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI, de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Italie, et celle de l'an IX à l'armée d'Espagne.
La 63e se distingue, lors du blocus de Gênes d'avril à juin 1800.
Lors de la réorganisation des différents corps stationnés dans les colonies occidentales, le 12 floréal an XI () le 1er bataillon de la 66e demi-brigade, en poste en France métropolitaine, est réuni aux 1er et 2e bataillons de la 63e demi-brigade, pour la porter à trois bataillons.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 63e demi-brigade de deuxième formation constitue le 63e régiment d'infanterie de ligne.

64e demi-brigadeModifier

La 64e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 24 brumaire an V (14 novembre 1796), la 64e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et de Réserve.
La 64e se distingue, lors de la bataille de Gradisca et au passage de l'Isonzo le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 64e demi-brigade de deuxième formation constitue le 64e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

65e demi-brigadeModifier

La 65e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

La 65e demi-brigade est formée à Rouen le 25 nivôse an VII ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 65e demi-brigade de deuxième formation constitue le 65e régiment d'infanterie de ligne.


66e demi-brigadeModifier

La 66e demi-brigade de deuxième formation était uniquement formée de la :

Historique

Formée le 22 germinal an IV (11 avril 1796), la 66e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée du Nord, celle de l'an V, aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI à l'armée de Mayence, celle de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin .
En poste à la Guadeloupe en 1802, les 2e et 3e bataillons de la 66e demi-brigade sont, en l'an XI, réorganisés en 3 bataillons, avec l'ajout du 3e bataillon de la 15e demi-brigade de deuxième formation et d'un détachement de la 79e demi-brigade de deuxième formation et mis à la disposition du ministère de la Marine .
.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon de la 66e demi-brigade de deuxième formation, qui était resté en France métropolitaine, est incorporé le 63e régiment d'infanterie de ligne et les 2e et 3e bataillons constituent le 66e régiment d'infanterie de ligne.

67e demi-brigadeModifier

La 67e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 16 floréal an IV (), la 67e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celles de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie.
La 67e se distingue, lors de la défense du passage des Alpes en septembre 1799 puis la bataille de Muttenthal, le 4 octobre suivant, et à la bataille d'Enghen le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 67e demi-brigade de deuxième formation constitue le 67e régiment d'infanterie de ligne.


68e demi-brigadeModifier

La 68e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 68e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celles de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Ouest.
Une partie des officiers de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er pluviôse an VII (), la 98e demi-brigade de deuxième formation.
La 68e se distingue, les 6 et 7 avril 1800, lors des combats sur les hauteurs en avant de Nice, où 1 400 grenadiers autrichiens furent tués. Le 9 mars suivant, elle contribua à chasser l'ennemi de Nice et à lui faire évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), la 68e demi-brigade de deuxième formation devient le 68e régiment d'infanterie de ligne Le 3e bataillon de ce corps a participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 7e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillon la 68e demi-brigade de deuxième formation constituent le 56e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

69e demi-brigadeModifier

La 69e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 21 germinal an IV (), la 69e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celles de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celle de l'an VII à l'armée d'Orient et celles de VIII et de l'an IX aux armées d'Orient et d'Italie.
La 69e se distingue, le à la bataille de Gradisca et au passage de l'Isonzo, puis à la bataille de Saint-Georges, le 15 septembre de la même année. En 1797 elle s'illustre à la bataille de la Favorite (16 janvier) puis durant la campagne d’Égypte à la 2e bataille d'Aboukir, le , à la Bataille de Canope en 1801 et pendant toute la durée de l'expédition de Syrie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 69e demi-brigade de deuxième formation constitue le 69e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités
Jean Lannes alors chef de la demi-brigade

70e demi-brigadeModifier

La 70e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er nivôse an V (21 décembre 1796), la 70e demi-brigade fait les campagnes de l'an V, de l'an VI et de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et d'Italie.
En 1798, le 2e bataillon fait partie du corps expéditionnaire d'Irlande et participe à l'ensemble des combats.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er pluviôse an VII (), la 98e demi-brigade de deuxième formation.
La 70e se distingue, lors de la deuxième campagne d'Italie, le 1er juin 1800, lors du passage du Tessin[18] puis à la bataille de Marengo le 14 du même mois[19].
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 70e demi-brigade de deuxième formation constitue le 70e régiment d'infanterie de ligne.

71e demi-brigadeModifier

La 71e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 1er nivôse an VII (), la 71e demi-brigade fait les campagnes de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Le 3e bataillon de cette demi-brigade fit partie de l'expédition de Saint-Domingue, en novembre 1802. Ce bataillon entra dans la composition de la 86e demi-brigade organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillon de la 71e demi-brigade de deuxième formation constitue le 35e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 86e régiment d'infanterie de ligne.

72e demi-brigadeModifier

La 72e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 12 brumaire an IV (3 novembre 1795), la 72e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celle de l'an VI aux armées du Nord et de Batavie, celle de l'an VII aux armées de Batavie, du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Batavie, de l'Ouest et d'Italie.
La 72e se distingue, en 1799, lors des batailles de Bergen (19 septembre), d'Alkmaer (2 octobre) et de Kastricum (6 octobre) puis en 1800 à la bataille de Marengo (14 juin) et au passage du Mincio (2 décembre).
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 72e demi-brigade de deuxième formation constitue le 72e régiment d'infanterie de ligne.

73e demi-brigadeModifier

La 73e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 73e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à armée de Réserve.
La 73e se distingue pendant le blocus de Gênes en mai et juin 1800.
Un détachement de la 73e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, le 1er nivôse an VII () la 87e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 73e demi-brigade de deuxième formation constitue le 23e régiment d'infanterie de ligne.

74e demi-brigadeModifier

La 74e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 2 ventôse an IV (), la 74e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle et celles de l'an VI, de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 74e se distingue, pendant le blocus de Gênes en mai et juin 1800.
Par arrêté des consuls en date du 9 fructidor an VIII (), la demi-brigade est réduite à deux bataillons.
Le 2e bataillon qui fit partie de l'expédition de Saint-Domingue, en novembre 1802, reçut les débris du 3e bataillon de la 98e, avant d'être, lui-même, incorporé dans la 89e demi-brigade organisée aux colonies.
Le 1er bataillon entra dans l'organisation de la 26e demi-brigade de seconde formation. Une partie de la 74e demi-brigade entra dans l'organisation de la 104e demi-brigade de seconde formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon la 74e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 26e régiment d'infanterie de ligne et le 2e bataillon incorpore le 89e régiment d'infanterie de ligne.

75e demi-brigadeModifier

La 75e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 26 ventôse an IV (16 mars 1796), la 75e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient et celles de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Orient et d'Italie.
La 75e se distingue, en 1796, aux batailles du pont de Lodi (10 mai), de Borghetto (10 mai) et combat de la Brenta (6 novembre).
En 1797 à la bataille de Rivoli (14 et 15 janvier) puis bataille de la Favorite, (16 janvier) au combat de Saint-Michel (19 avril).
Durant l'expédition d'Égypte, en 1799, la demi-brigade se distingue lors des batailles du Mont-Thabor (16 avril) et d'Aboukir (25 juillet) et à la Bataille de Canope en 1801. Ce corps fit avec une égale distinction l'expédition de Syrie, du 6 février au 18 juin 1799.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 75e demi-brigade de deuxième formation constitue le 75e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

76e demi-brigadeModifier

La 76e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 26 fructidor an IV (12 septembre 1796), la 76e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV à l'armée de l'Ouest, celle de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées de Rhin-et-Moselle, d'Allemagne et d'Helvétie et celles de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à armée du Rhin[21].
La 76e se distingue, en 1797, à la défense du fort de Kehl (20 avril) et à la bataille de l'Iller le 5 juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 76e demi-brigade de deuxième formation constitue le 76e régiment d'infanterie de ligne.

77e demi-brigadeModifier

La 77e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Rennes le 25 nivôse an VII (), la 77e demi-brigade fait les campagnes de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Ce corps a fourni détachement pour l'expédition de Saint-Domingue. Ce détachement entra dans la composition de la nouvelle 89e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 77e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 79e régiment d'infanterie de ligne.


78e demi-brigadeModifier

La 78e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 4 ventôse an IV (23 février 1796), la 78e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées de Mayence et d'Italie celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 78e se distingue, en 1796, l'affaire de Sultzbach (17 août), où elle résista, seule, aux charges de la cavalerie ennemie.
Elle fit partie de la garnison de Gênes pendant toute la durée du blocus de cette place (mai et juin 1800).
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 78e demi-brigade de deuxième formation incorpora le 2e régiment d'infanterie de ligne.

79e demi-brigadeModifier

La 79e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 6 pluviôse an V (25 janvier 1797), la 79e demi-brigade fait la campagne de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celles de l'an VI et de l'an VII à l'armée d'Italie puis reste en garnison à Corfou, et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Le 2e bataillon de cette demi-brigade, participe à l'expédition de Saint-Domingue en 1802. Ce bataillon entra dans la composition de la nouvelle 7e demi-brigade en application de l'arrêté du 12 floréal an XI ().
La 79e fournit, en outre, à la même période un détachement qui opéra en Guadeloupe et qui entra dans la composition de la 66e organisée dans cette colonie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 3e bataillons de la 79e demi-brigade de deuxième formation constitue le 79e régiment d'infanterie de ligne et le 2e bataillon incorpore le 7e régiment d'infanterie de ligne.

80e demi-brigadeModifier

La 80e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 11 thermidor an VI (), la 80e demi-brigade fait la campagne de l'an VI à l'armée de l'Intérieur et celles de l'an VII et de l'an VIII à l'armée d'Italie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 80e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 34e régiment d'infanterie de ligne.

81e demi-brigadeModifier

La 81e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er frimaire an V (), la 81e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI, de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Les 1er et 3e bataillons furent faits prisonniers de guerre en Irlande en octobre 1799.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Besançon le 25 nivôse an VII (), la 101e demi-brigade de deuxième formation.
Le 2e bataillon, embarqué sur l'escadre de l'amiral Bruix le 17 avril 1799, arriva au Cap en octobre 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 81e demi-brigade de deuxième formation constitue le 81e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

82e demi-brigadeModifier

La 82e demi-brigade de deuxième formation[22] était formée des :

Historique

Formée le 24 pluviôse an VII (12 février 1799), la 82e demi-brigade fait les campagnes de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de l'Ouest.
Le 1er bataillon de la 82e est incorporé dans la 10e demi-brigade, le 13 juin 1803.
Le 2e bataillon est incorporé dans la 106e demi-brigade.
Le 3e bataillon de ce corps embarque pour la Guadeloupe et la Martinique. En application de l'arrêté du 12 floréal an XI (), ce bataillon entra dans la composition d'une nouvelle 82e demi-brigade, composée de 3 bataillons, avec l'apport du 3e bataillon de la 37e demi-brigade de deuxième formation, du 3e bataillon de la 84e demi-brigade de deuxième formation, du 2e bataillon de la 107e demi-brigade de deuxième formation et d'un détachement de la 90e demi-brigade de deuxième formation. Mis à la mis à la disposition du ministre de la marine, il fut détruit en partie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon de la 82e demi-brigade de deuxième formation est incorporé dans le 10e régiment d'infanterie de ligne, le 2e bataillon est incorporé dans le 106e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon constitue le 82e régiment d'infanterie de ligne.


83e demi-brigadeModifier

La 83e demi-brigade de deuxième formation était formée des :


Historique

Formée le 16 floréal an IV (), la 83e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII armées de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Le 3e bataillon de la demi-brigade, qui a participé à l'expédition de Saint-Domingue en 1802, fut incorporé dans la 89e demi-brigade, organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 83e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 3e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 89e régiment d'infanterie de ligne.

84e demi-brigadeModifier

La 84e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er nivôse an IV (22 décembre 1795), la 84e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 84e se distingue, en 1800, à la Bataille d'Höchstädt (19 juin), au passage du Danube (22 juin) et à la bataille de Neubourg[13] (28 juin).
Le 3e bataillon de la demi-brigade, qui a participé à l'expédition de Saint-Domingue, fut incorporé dans la 82e demi-brigade, organisée aux colonies.
La partie de cette demi-brigade, restée en France, a reçu en incorporation le 1er bataillon de la 89e demi-brigade qui était n'était pas parti aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillon de la 84e demi-brigade de deuxième formation constituent le 84e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 82e régiment d'infanterie de ligne.

85e demi-brigadeModifier

La 85e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er messidor an IV (), la 85e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celle de l'an VII à l'armée d'Orient et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Orient et d'Italie.
La 85e se distingue, en 1797, à la bataille de la Favorite (16 janvier), à la bataille de Rivoli (14 janvier), au combat de Cembra (20 mars) et à la prise de la redoute de Neumarck (22 mars).
La demi-brigade se signala durant l'expédition d'Égypte et la campagne de Syrie où elle donna des preuves de valeur lors du siège d'El Arish et à la Bataille de Canope en 1801. Après son départ de Toulon pour l'armée d'Orient, un bataillon supplémentaire fut formé mais il resta en France.
De retour en France, la 85e donna de nouvelles preuves de valeur à l'armée d'Italie en particulier au passage du Mincio, le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 85e demi-brigade de deuxième formation constitue le 85e régiment d'infanterie de ligne.

86e demi-brigadeModifier

La 86e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er frimaire an V (), la 86e demi-brigade fait les campagnes de l'an V et de l'an VI à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VII et de l'an VIII en Corse.
Les 2 bataillons de la 86e demi-brigade embarquent pour l'expédition de Saint-Domingue, en 1802. En 1803, les 1er et 2e bataillons entrèrent dans la composition d'une nouvelle 86e demi-brigade avec l'apport d'un troisième bataillon, créé aux colonies.
Un autre 3e bataillon est formé en France. Celui-ci fut incorporé dans le 12e régiment d'infanterie, lors de l'enrégimentement de l'an XII.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 86e demi-brigade de deuxième formation constitue le 86e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 12e régiment d'infanterie de ligne.

87e demi-brigadeModifier

La 87e demi-brigade de deuxième formation était formée des : deuxième formation

Historique

Formée à Metz le 8 pluviôse an VII (), la 87e demi-brigade fait la campagne de l'an VII à l'armée du Danube, celle de l'an VIII aux armées d'Italie et de Réserve et celle de l'an IX à l'armée des Grisons.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 87e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 5e régiment d'infanterie de ligne.

88e demi-brigadeModifier

La 88e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 88e demi-brigade fait la campagne de l'an IV à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an V aux armées de Sambre-et-Meuse et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celle de l'an VII à l'armée d'Orient, celle de l'an VIII aux armées d'Orient et d'Italie et celles de l'an IX et de l'an X à l'armée de Naples.
La 88e se distingue, lors de la bataille de Gradisca et au passage de l'Isonzo le .
Cette demi-brigade se distingua pendant toute la durée de l'expédition d'Égypte et de la campagne de la Haute-Égypte; le à la bataille de Sédiman, lors de l'insurrection du Caire en avril 1800 et à la bataille d'Alexandrie et à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 88e demi-brigade de deuxième formation constitue le 88e régiment d'infanterie de ligne.

89e demi-brigadeModifier

La 89e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er floréal an IV (), la 89e demi-brigade fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.

La 89e se distingue, au premier passage du Rhin, le , et à la défense de la tête du pont d'Huningue[23], le .

Elle est l'une des premières unités qui effectuèrent le deuxième passage du Rhin, le , et s'empara des retranchements de Kehl.

La 89e se signale de nouveau lors de la bataille d'Enghen, le .

En 1802, les 2e et 3e bataillons de ce corps ont participé à l'expédition de Saint-Domingue. Ces bataillons entrèrent dans la composition de la nouvelle 89e demi-brigade formée aux colonies () et mis à la disposition du ministre de la marine.

Le 1er bataillon, qui était resté en France, a été incorporé dans la 84e demi-brigade.

Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er nivôse an VII (), la 90e demi-brigade de deuxième formation.

Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 89e régiment d'infanterie de ligne est constitué.

90e demi-brigadeModifier

La 90e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er nivôse an VII (), la 90e demi-brigade fait les campagnes de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de Batavie.

La 90e embarque à Rochefort-sur-Mer, le 20 août 1802, pour participer à l'expédition de Saint-Domingue.

En 1803, les 1er et 3e bataillons rentrèrent en France. Le 2e bataillon resta à Saint-Domingue.

Une portion de ce 2e bataillon entra dans la composition de la 86e demi-brigade organisée aux colonies. Un détachement de ce même bataillon qui était en poste à la Martinique entra dans la composition de la 82e demi-brigade qui était également organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 90e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 93e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon incorpore le 86e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités

91e demi-brigadeModifier

La 91e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 11 pluviôse an VII (), la 91e demi-brigade fait la campagne de l'an VII à l'armée du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et d'Italie. Le 13 pluviôse an VIII (2 février 1800) elle reçut le renfort du 1er bataillon auxiliaire de la Moselle.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 91e demi-brigade de deuxième formation est incorporée dans le 20e régiment d'infanterie de ligne.

92e demi-brigadeModifier

La 92e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 16 floréal an IV (5 avril 1796), la 92e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an Vi aux armées d'Allemagne et de Mayence de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Ouest.
La 92e se distingua à la bataille de la Trébia le 16 juin 1799.
Un détachement de la 92e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, le 1er nivôse an VII () la 87e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 92e demi-brigade de deuxième formation constitue le 92e régiment d'infanterie de ligne.

Peronnalités 

93e demi-brigadeModifier

La 93e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 28 pluviôse an IV (), la 93e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an V aux armées de Rhin-et-Moselle et d'Italie, celle de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Ouest.
La 93e se distingua au combat de Durlach le , et au combat de Cembra le 20 mars 1797.
Elle faisait partie de la garnison de Gênes pendant le blocus de cette place en mai et juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 93e demi-brigade de deuxième formation constitue le 93e régiment d'infanterie de ligne.


94e demi-brigadeModifier

La 94e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 30 fructidor an IV (), la 94e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée de l'Ouest celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 94e se distingua lors du passage de la Linth, qui était défendu par plus de 40 redoutes, et prend une part glorieuse à la bataille d'Uznach le . En 1800, elle se signale de nouveau à la bataille d'Höchstädt (18 juin) et au passage du Danube (19 juin).
Un premier détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er nivôse an VII (), la 95e demi-brigade de deuxième formation.
Un deuxième détachement de la 94e demi-brigade de deuxième formation sera utilisé pour former, à Metz le 8 pluviôse an VII (), la 87e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 94e demi-brigade de deuxième formation constitue le 94e régiment d'infanterie de ligne.

95e demi-brigadeModifier

La 95e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er nivôse an VII (), la 95e demi-brigade fait la campagne de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 95e se distingua lors du combat du pont de Reichenau le Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 95e demi-brigade de deuxième formation constitue le 95e régiment d'infanterie de ligne.

96e demi-brigadeModifier

La 96e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 26 pluviôse an IV (), la 96e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse celle de l'an VI et de l'an VII aux armées d'Allemagne, de Mayence et de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de Réserve et d'Italie.
La 96e se distingua à la bataille d'Altenkirchen le 4 juin 1796. Cette demi-brigade est une de celles qui traversèrent le mont Saint-Bernard les 16 et 17 mai 1800. Toujours en 1800, elle se distingua de nouveau aux batailles de Brony (8 juin), de Montebello (9 juin)et de Marengo (14 juin).
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er nivôse an VII (), la 90e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 96e demi-brigade de deuxième formation constitue le 96e régiment d'infanterie de ligne.

97e demi-brigadeModifier

La 97e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 4 ventôse an IV (), la 97e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin, d'Helvétie et d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 97e fit partie de la garnison de Gênes pendant toute la durée du blocus de cette place (mai et juin 1800).
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 97e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 60e régiment d'infanterie de ligne.

98e demi-brigadeModifier

La 98e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 1er pluviôse an VII (), la 98e demi-brigade fait les campagnes de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de Batavie.
En 1802, le 3e bataillons est envoyé à l'expédition de Saint-Domingue. Les débris de ce bataillon entra dans la composition de la 74e demi-brigade avant d'être, elle-même, incorporée dans la 89e demi-brigade organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 3e bataillon de la 98e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 89e régiment d'infanterie de ligne.


Personnalités 

99e demi-brigadeModifier

La 99e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 11 ventôse an IV (1er mars 1796), la 99e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 99e demi-brigade se distingue particulièrement, en 1796, à la bataille de Limbourg[24] (16 septembre) et en 1799 lors de la bataille de la Trébia (19 juin). Elle se fait remarquer à la défense du pont du Var le et contribua, le 29 du même mois, à chasser les Autrichiens de Nice et à leur faire évacuer le département des Alpes-Maritimes. Le 25 décembre suivant elle força, le passage du Mincio.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 99e demi-brigade de deuxième formation constitue le 62e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

Georges Mouton alors chef de brigade

100e demi-brigadeModifier

La 100e demi-brigade de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 27 pluviôse an IV (), la 100e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d’Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 100e demi-brigade se distingue particulièrement, en 1796, lors du deuxième passage du Rhin (20 avril) et défense du fort de Kehl novembre 1796. Le , lors de la bataille de Diessenhofen, la demi-brigade coopéra à la déroute de l'armée russe commandée par Korsakov.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 100e demi-brigade de deuxième formation constitue le 100e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités

101e demi-brigadeModifier

La 101e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Besançon le 25 nivôse an VII (), la 101e demi-brigade fait la campagne de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin, de Réserve et d'Italie.
La 101e demi-brigade se distingue le 14 juin 1800 à la bataille de Marengo.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 101e demi-brigade de deuxième formation constitue le 101e régiment d'infanterie de ligne.

102e demi-brigadeModifier

La 102e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 11 ventôse an IV (1er mars 1796), la 102e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, l'an VII aux armées de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin, de Réserve et d'Italie.
La 102e demi-brigade se distingue le à la bataille de Zurich.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 102e demi-brigade de deuxième formation constitue le 102e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 
Raymond Pierre Penne

103e demi-brigadeModifier

La 103e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 103e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin et d'Helvétie, l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 103e demi-brigade se distingue en novembre 1799 lors de la défense du fort de Kehl et à la bataille d'Hohenlinden le 2 décembre 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 103e demi-brigade de deuxième formation constitue le 103e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités

Nicolas Michel Chevreau

104e demi-brigadeModifier

La 104e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Besançon le 13 pluviôse an VII (1er février 1799), la 104e demi-brigade fait la campagne de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin, de Réserve et d'Italie.
La 104e demi-brigade prit une part brillante aux affaires qui eurent lieu sur les hauteurs en avant de Nice, les 6 et , où furent tués 1 400 grenadiers ennemis. Elle contribua, le 29 du même mois, à chasser l'ennemi de Nice et à le forcer d'évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 104e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 11e régiment d'infanterie de ligne.

105e demi-brigadeModifier

La 105e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 16 floréal an IV (), la 105e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Mayence et d'Helvétie, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Grenoble le 1er nivôse an VII (), la 107e demi-brigade de deuxième formation.
La 105e demi-brigade contribuera, le 9 prairial an VIII (), à chasser les Autrichiens de Nice et à les forcer à évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 105e demi-brigade de deuxième formation constituent le 105e régiment d'infanterie de ligne.

106e demi-brigadeModifier

La 106e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 23 pluviôse an IV (), la 106e demi-brigade fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Mayence et d'Helvétie, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 106e demi-brigade se fait remarquer, en 1796, lors des combats de Durlach (10 juillet), et d'Heidenheim (11 aout) et, le 15 août 1799 à la bataille de Novi.
Elle fit partie de la garnison de Gênes pendant toute la durée du blocus de cette place (mai et juin 1800).
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 106e demi-brigade de deuxième formation constituent le 106e régiment d'infanterie de ligne.

107e demi-brigadeModifier

La 107e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Grenoble le 1er nivôse an VII (), la 107e demi-brigade fait les campagnes l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Ouest.
Le 2e bataillon de la 107e demi-brigade pour l'expédition de Saint-Domingue, en 1802. En 1803, il entre dans la composition de la 82e demi-brigade organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 3e bataillon de la 107e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 15e régiment d'infanterie de ligne et le 2e bataillon incorpore le 82e régiment d'infanterie de ligne.

108e demi-brigadeModifier

La 108e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Grenoble le 15 floréal an IV (4 mai 1796), la 108e demi-brigade fait les campagnes l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et de Mayence, celle de l'an VII aux armées de Mayence, du Danube et du Rhin celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 108e demi-brigade s'illustra lors du combat de Muttenthal[25], le 5 octobre 1799 ou, après avoir longtemps soutenu l'attaque de plusieurs colonnes russes, elle contribue à mettre en déroute l'armée du général Souvorov.
Le 27 septembre 1796 les grenadiers prirent une part brillante au combat de Seltz près de Nieder-Ulm[Où ?].
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 108e demi-brigade de deuxième formation constituent le 108e régiment d'infanterie de ligne.

Personnalités 

109e demi-brigadeModifier

La 109e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée le 16 ventôse an IV (6 mars 1796), la 109e demi-brigade fait les campagnes l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne et d'Helvétie, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 109e demi-brigade s'illustra lors Bataille de Durlach le , lors du deuxième passage du Rhin le et à la bataille de Neubourg le 28 juin 1800.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 109e demi-brigade de deuxième formation incorporent le 21e régiment d'infanterie de ligne.
Le 3e bataillon fut embarqué pour l'Inde en 1802 (an X) avant de concourir à la formation du régiment de l'Île-de-France[26] le 18 brumaire an XIII (9 novembre 1804).

110e demi-brigadeModifier

La 110e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Formée à Grenoble le 20 nivôse an VII (), la 110e demi-brigade fait la campagne de l'an VII à l'armée du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
Le 26 janvier 1803, la 110e demi-brigade fut embarqué pour participer à l'expédition de Saint-Domingue.
Le 1er bataillon fut incorporé dans la 55e demi-brigade et les 2e et 3e bataillons entrèrent dans la composition de la 86e demi-brigade qui était organisée aux colonies.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon de la 110e demi-brigade de deuxième formation incorpore le 55e régiment d'infanterie de ligne et les 2e et 3e bataillon incorporent le 86e régiment d'infanterie de ligne.

111e demi-brigadeModifier

La 111e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

La 111e demi-brigade fut formée le 16 germinal an XI (6 avril 1803).
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 111e demi-brigade de deuxième formation constituent le 111e régiment d'infanterie de ligne.

Première 112e demi-brigadeModifier

Cette première 112e demi-brigade de deuxième formation était formée de :

Historique

Cette, première, 112e demi-brigade fut formée le 24 brumaire an X (15 novembre 1801) et fut dissoute 16 germinal an XI (6 avril 1803).
Le 1er bataillon entra dans la formation de la 111e demi-brigade et le 2e bataillon entra dans la formation de la 31e demi-brigade légère

Deuxième 112e demi-brigadeModifier

Cette deuxième 112e demi-brigade de deuxième formation était formée par l' :

  • Incorporation d'une partie des troupes belges admises au service de la France.
Historique

La deuxième 112e demi-brigade fut créée, le même jour que la dissolution de la demi-brigade précédente, le 16 germinal an XI (6 avril 1803) avec 3 bataillons.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er, 2e et 4e bataillons de la 112e demi-brigade de deuxième formation constituent le 112e régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon est incorporé dans le 111e régiment d'infanterie de ligne.

Demi-brigades d'infanterie légèreModifier

1re demi-brigade légèreModifier

La 1re demi-brigade légère de deuxième formation était formée[28] de la :

Historique

Formée en l'an IV (1er décembre 1796), la 1re demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Nord, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Batavie et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin, de Réserve et d'Italie[21].
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 1re demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 1er régiment d'infanterie légère.

2e demi-brigade légèreModifier

La 2e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée en l'an IV (1796), la 2e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient avec laquelle elle s'illustre à Saint-Jean-d'Acre, celle de l'an VII à l'armée d'Orient et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Orient et de Réserve.
Lors de la campagne d'Égypte elle participe à la Bataille de Canope en 1801.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 2e demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 2e régiment d'infanterie légère.

3e demi-brigade légèreModifier

La 3e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 15 ventôse an IV (), la 3e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de l'Ouest et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 3e légère, se distingua en 1796, lors du premier passage du Rhin, où elle fut l'une des premières à traverser le fleuve et s'empara des retranchements de Kehl (23 juin), avant l'arrivée du gros des forces de l'armée française puis elle défendit la tête du pont d'Huningue (1er novembre). Elle fit de nouveau des exploits lors du deuxième passage du Rhin, le et à l'affaire sur les hauteurs de Valeggio, en Ligurie, le 10 avril 1800. Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 25 ventôse an VII (17 mars 1799), la 19e demi-brigade légère de deuxième formation.
En 1802, le 2e bataillon de la 3e demi-brigade légère de deuxième formation qui avait embarqué pour Saint-Domingue entre dans la composition de la 5e légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 3e bataillons de la 3e demi-brigade légère de deuxième formation constituent le 3e régiment d'infanterie légère et le 2e bataillon est incorporé dans le 5e régiment d'infanterie légère.

4e demi-brigade légèreModifier

La 4e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 21 germinal an IV (), la 4e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celles de l'an VII, de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Orient.
La 4e légère, se distingua, en 1796, à la prise des retranchements de Céva (16 avril), à la bataille du pont de Lodi (10 mai), à la bataille de Borghetto (10 mai), à la prise des retranchements de Primolano (10 mai), à la bataille de Bassano (7 et 8 septembre), à la bataille de Caldiero (12 novembre) et à la bataille de Rivoli le .
Elle se distingue à nouveau lors de l'expédition d'Égypte à la Bataille de Canope en 1801 et durant la campagne de Syrie et à la bataille du Mont-Thabor le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 4e demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 4e régiment d'infanterie légère.

Personnalités 

5e demi-brigade légèreModifier

La 5e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 5e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie, de l'Ouest et d'Helvétie, celles de l'an VII aux armées d'Helvétie et d'Italie et celle de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et de l'Intérieur.
La 5e légère, se distingua, en 1796, lors du siège de Mantoue (en juin), à la prise des retranchements de Primolano (7 septembre]) et à la bataille de Bassano (8 septembre).
En 1802, le 1er bataillon de la 5e demi-brigade légère de deuxième formation qui avait embarqué pour Saint-Domingue entre dans la composition de la 5e légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 1er bataillon de la 5e demi-brigade légère de deuxième formation entre dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Les 2e et 3e bataillons de cette demi-brigade stationnés en France, sont réunis à la 14e demi-brigade légère de deuxième formation, également en France, pour la maintenir à trois bataillons. Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 2e et 3e bataillons de la 5e demi-brigade légère de deuxième formation entrent dans la formation du 14e régiment d'infanterie légère.

6e demi-brigade légèreModifier

La 6e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 10 ventôse an IV (), la 6e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI et de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celle de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest de Réserve et d'Italie.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former le 25 ventôse an VII (17 mars 1799), la 19e demi-brigade légère de deuxième formation.
La 6e légère, se distingua, lors du combat de Chiusella le .
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 6e demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 6e régiment d'infanterie légère.

7e demi-brigade légèreModifier

La 7e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 1er nivôse an IV (22 décembre 1796), la 7e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et d'Italie.
La 7e légère, se distingua, lors des affaires qui ont eu lieu sur les hauteurs de Savone, du 6 au 13 avril 1800 puis elle contribua activement, le 28 mai suivant, à chasser les Autrichiens de Nice et à le forcer à évacuer le département des Alpes-Maritimes.
En 1802, le 3e bataillon de la 7e demi-brigade légère de deuxième formation qui avait embarqué pour Saint-Domingue entre dans la composition de la 5e légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 1er et 2e bataillons de la 7e demi-brigade légère de deuxième formation constituent le 7e régiment d'infanterie légère et le 3e bataillon est incorporé dans le 5e régiment d'infanterie légère.

8e demi-brigade légèreModifier

La 8e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 24 ventôse an IV (14 mars 1796), la 8e demi-brigade légère, fait lacampagne de l'an IV à l'armée du Nord, celle de l'an V aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI à l'armée d'Allemagne, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 8e légère, contribua activement, le 28 mai 1800, à chasser les Autrichiens de Nice et à le forcer à évacuer le département des Alpes-Maritimes.
Cette demi-brigade fit partie de la garnison d'Ancône en l'an VIII.
Renforcé en mai 1803 par le 3e bataillon de Chasseurs Corses, la 8e demi-brigade légère de deuxième formation est incorporée le 8e régiment d'infanterie légère le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie.

9e demi-brigade légèreModifier

La 9e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 25 germinal an IV (14 avril 1796), la 9e demi-brigade légère, fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest, de Réserve et d'Italie.
La 9e légère, se distingua, en 1796, au combat de Saint-Vandel (23 mai), à l'affaire d'Hocheim (20 juillet) et au combat de Seltz (27 septembre) puis le 6 mai 1800, elle participe à la prise de Plaisance. La brillante conduite de cette demi-brigade à la bataille de Marengo (14 juin 1800) lui mérita le nom d'INCOMPARABLE qui est devenu la devise du 84e régiment d'infanterie.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 9e demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 9e régiment d'infanterie légère.

10e demi-brigade légèreModifier

La 10e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 10e demi-brigade légère, fait la campagne de l'an IV et de l'an V à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Mayence et de l'Ouest, celle de l'an VII aux armées de Mayence et du Danube celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 10e légère, se distingua, en 1796, à la bataille de Rastadt (5 juillet), aux combats d'Hindenheim (11 août) et de Freising (4 septembre) puis en 1799 durant la bataille de Zurich et au passage de la Limath, le 25 septembre, puis lors de l'attaque et de la prise de Zurich, le 26 du même mois et enfin en 1800 durant les batailles d'Enghen (3 mai), et d'Höchstädt (18 juin), le passage du Danube (22 juin) et le combat de Neubourg (28 juin). Une partie des officiers de la demi-brigade sera utilisé pour former le 1er pluviôse an VII (), la 98e demi-brigade de deuxième formation.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 10e demi-brigade légère de deuxième formation constitue le 10e régiment d'infanterie légère.

11e demi-brigade légèreModifier

La 11e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des :

Après dissolution, en juillet 1798, les bataillons sont répartis dans divers demi-brigades et une nouvelle 11e demi-brigade légère fut recrée :

Historique

Formée le 11 frimaire an V (1er décembre 1796), la 11e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie.
Elle est dissoute en juillet 1798 pour cause d'insubordination et les bataillons sont incorporés dans les 5e, 12e et 33e demi-brigades de deuxième formation.
Une nouvelle 11e demi-brigade légère de deuxième formation est recréée. Elle fait les campagnes de l'an VII aux armées du Danube et du Rhin et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et de l'Intérieur.
En 1802, les 1er et 2e bataillons de la 11e demi-brigade légère de deuxième formation embarquent pour Saint-Domingue où ils sont réorganisés, une première fois, en 3 bataillons avec les éléments de la 24e demi-brigade légère de première formation. Le , les 1er et 2e bataillons de la 11e légère entrent dans la composition de la 11e demi-brigade légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 3e bataillon est incorporé dans le 28e régiment d'infanterie légère.

12e demi-brigade légèreModifier

La 12e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 9 pluviôse an IV (29 janvier 1796), la 12e demi-brigade légère, fait la campagne de l'an IV, de l'an V et de l'an VI à l'armée d'Italie où elle participa à la bataille du pont d'Arcole, celle de l'an VII aux armées d'Italie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées du Rhin et de Réserve.

13e demi-brigade légèreModifier

La 13e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des:

Historique

Formée le 1er nivôse an V (21 décembre 1796), la 13e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an V, de l'an VI, de l'an VII et de l'an VIII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest, de Réserve et d'Italie.

14e demi-brigade légèreModifier

La 14e demi-brigade légère de deuxième formation dite Légion Noire était formée des :

Historique

Formée le 1er nivôse an V (21 décembre 1796), la 14e demi-brigade légère, fait la campagne de l'an IV à l'armée de Rhin-et-Moselle, celle de l'an V à l'expédition d'Irlande, celle de l'an VI à l'armée d'Helvétie, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et du Danube et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée du Rhin.
La 14e demi-brigade légère demi-brigade se signala par des prodiges de valeur pendant la campagne de l'an VI.
Elle se fit de nouveau remarquer à la bataille de Neubourg le 28 juin 1800.
En 1802, le 1er bataillon de la 14e demi-brigade légère de deuxième formation qui avait embarqué pour Saint-Domingue entre dans la composition de la 5e légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Les 2e et 3e bataillons, restés en France, reçurent l'apport du 2e bataillon de la 5e demi-brigade légère, afin de maintenir la demi-brigade à 3 bataillons.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, le 3e bataillon de la 14e demi-brigade légère de deuxième formation est incorporée dans le 5e régiment d'infanterie légère.

15e demi-brigade légèreModifier

La 15e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 20 germinal an IV (9 avril 1796), la 15e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI à l'armée d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie, de Rome et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Italie et armée de Réserve.
La 15e demi-brigade légère demi-brigade se signala à l'affaire de Salo le 29 juillet 1796 et au combat de Gradisca le 29 mars 1797.
Elle embarque, en 1802, et participe à l'Expédition de Saint-Domingue. En novembre 1802, le 3e bataillon est versé dans la 19e demi-brigade légère.

16e demi-brigade légèreModifier

La 16e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 1er ventôse an IV (), la 16e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée du Rhin et de Rhin-et-Moselle, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, du Rhin d'Helvétie et d'Italie, celle de l'an VII aux armées d'Italie et de Naples et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 16e demi-brigade légère demi-brigade se distingua au passage du Rhin le 4 juillet 1796. Elle fut l'une des premières de celles qui traversèrent ce fleuve et s'emparèrent des retranchements de Kehl.
En 1797, elle se signala au second passage du Rhin le 20 avril, et coopéra, le 28 mai 1800, chasser l'ennemi de Nice et à lui faire évacuer le département des Alpes-Maritimes.
La 16e demi-brigade fit partie de la garnison d'Ancône en l'an VIII.

Personnalités 

17e demi-brigade légèreModifier

La 17e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée le 21 frimaire an IV (), la 17e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV, de l'an V, de l'an VI et de l'an VII à l'armée d'Italie et celle de l'an VIII et de l'an IX à l'armée de Réserve.
La 17e légère se distingue, en 1797, à la bataille de Rivoli (14 janvier), en 1799 lors de l'affaire de Bussolengo (26 mars), et lors des 1er et 2e combats du Mont-Thonal, les 23 et 31 décembre 1800.

Personnalités

18e demi-brigade légèreModifier

La 18e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée en l'an IV (1796), la 18e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie, de l'Ouest et de Mayence, celle de l'an VII aux armées d'Helvétie et d'Italie et celles de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 18e légère se distingue, à la bataille de Roveredo le 4 septembre 1796.

19e demi-brigade légèreModifier

La 19e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée le 25 ventôse an VII (17 mars 1799), la 19e demi-brigade légère, fait la campagne de l'an VII à l'armée de l'Ouest et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées de l'Ouest et d'Italie.
La 19e légère est l'une des unités qui transportèrent l'artillerie à travers le col du Grand-Saint-Bernard, les 16 et 17 mai 1800 et se distingue lors de bataille de Marengo, le 14 juin suivant.
Elle embarque, en 1802, et participe à l'Expédition de Saint-Domingue et y reçoit, en novembre de la même année, l'apport du 3e bataillon de la 15e demi-brigade légère.
Le , le 1er bataillon de la 19e légère entre dans la composition de la 11e demi-brigade légère organisée aux colonies avant d'entrer, en l'an XIII, dans la formation du 5e régiment d'infanterie légère.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, les 2e et 3e bataillons de la 19e demi-brigade légère de deuxième formation entrent dans la constitution du 3e régiment d'infanterie légère.
La 19e demi-brigade est alors, de fait, dissoute et le numéro 19 reste vacant jusqu'en 1813. Le 9 décembre 1813, le 19e régiment d'infanterie légère est recréé à Mayence.

20e demi-brigade légèreModifier

La 20e demi-brigade légère de deuxième formation était formée de la :

Historique

Formée en l'an IV (1796), la 20e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V à l'armée de Sambre-et-Meuse, celle de l'an VI aux armées d'Allemagne, de Mayence et d'Helvétie et celles de l'an VII de l'an VIII et de l'an IX à l'armée d'Italie.
La 20e légère participa, en 1796, à l'affaire de Sultzbach (17 août), et qui résista aux charges de la cavalerie ennemie.
Un détachement de la demi-brigade sera utilisé pour former à Besançon le 25 nivôse an VII (), la 101e demi-brigade de deuxième formation.
Durant la campagne du Var, le 28 mai 1800, elle coopéra à la prise des retranchements de la tête de pont du Var, et contribua, le lendemain, à chasser l'ennemi de Nice et du département des Alpes-Maritimes.
Le 1er vendémiaire an XII (), lors de la réorganisation des corps d'infanterie, la 20e demi-brigade légère de deuxième formation est incorporée le 7e régiment d'infanterie légère.

21e demi-brigade légèreModifier

La 21e demi-brigade légère de deuxième formation était formée des :

Historique

Formée en ventôse an IV (février 1796), la 21e demi-brigade légère, fait les campagnes de l'an IV et de l'an V aux armées de Rhin-et-Moselle et d'Italie, celle de l'an VI aux armées d'Italie et d'Orient, celle de l'an VII à armée d'Orient et celles de l'an VIII et de l'an IX aux armées d'Orient, de Réserve et d'Italie.
La 21e légère s'illustre, en 1796, au combat de Baden (4 juillet), à la bataille de Durlach (10 juillet) puis à celle d'Hindenheim (11 août). Elle se distingue, en 1797, au passage de la Piave, les 10 et 11 août puis durant la campagne d'Egypte à la bataille de Sédiman le