Ouvrir le menu principal

2e régiment d'infanterie légère

Chasseurs royaux de Dauphiné
2e régiment d'infanterie légère
Création 1791
Dissolution 1855
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie légère
Rôle Infanterie légère
Ancienne dénomination Régiment Royal-Italien
Royal de Dauphiné
Bataillon de chasseurs royaux de Dauphiné
2e bataillon de chasseurs
2e demi-brigade légère
2e régiment d'infanterie légère
Régiment léger de la reine
Légion des Basses-Alpes
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Premier Empire

Le 2e régiment d'infanterie légère (2e léger) est un régiment d'infanterie légère de l'armée française créé sous la Révolution à partir du bataillon de chasseurs royaux de Dauphiné, un régiment français d'Ancien Régime lui-même issu du régiment Royal-Italien créé en 1671.
En 1855, il est transformé et prend le nom de 77e régiment d'infanterie.

Article détaillé : 77e régiment d'infanterie.

Création et différentes dénominationsModifier

Article détaillé : 77e régiment d'infanterie.

Colonels/Chef de brigade.Modifier

Historique des garnisons, combats et batailles du 2e légerModifier

Ancien RégimeModifier

Chasseurs royaux de DauphinéModifier

Le bataillon de chasseurs royaux de Dauphiné, également appelé Royal Dauphiné, est formé et organisé à Besançon le à partir du 2e bataillon du régiment Royal-Italien.

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

Chasseurs royaux de DauphinéModifier

Envoyé à Perpignan en 1789, il est en garnison à Romans-sur-Isère en 1790, en Comtat Venaissin lors de son incorporation à la France l'année suivante et à Orange au début de 1792.
En 1791, le bataillon de chasseurs royal de Dauphiné est renommé 2e bataillon de Chasseurs.

2e bataillon de ChasseursModifier

En 1792, affecté à l'armée des Alpes, il est envoyé au camp de Tournoux et participe à la conquête de la Savoie puis il est mis au repos à Sète.

Conformément aux lois du , du et au décret de la Convention du 17 nivôse an II (), on s'occupait de l'embrigadement des troupes de ligne avec les bataillons de volontaires.

2e demi-brigade légère (première formation)Modifier

La 2e demi-brigade légère est formée en 1794, de l'amalgame du 2e bataillon de chasseurs (ci-devant Royal de Dauphiné avec le 9e bataillon de volontaires de l'Isère et le 1er bataillon franc de la République.

En 1796, la 2e demi-brigade légère reçut une nouvelle dénomination, par suite d'un arrêté du Directoire exécutif, du 18 nivôse an IV (), qui avait prescrit le remaniement complet de tous les bataillons sur pied et leur fusion en 100 demi-brigades d'infanterie de ligne et 30 d'infanterie légère.

La 2e demi-brigade légère, celle qui venait de faire les campagnes de 1794 à 1796, eut au sort le no 12 des nouvelles demi-brigades légères.

2e demi-brigade légère (deuxième formation)Modifier

La nouvelle 2e demi-brigade légère se trouva formée en 1796 et se composa de l'amalgame des anciennes 21e demi-brigade légère de première formation (1er bataillon franc de Muller[1] qui deviendra le 21e bataillon de chasseurs[2], 10e bataillon des Fédérés Nationaux et 17e bataillon des Fédérés Nationaux), de la compagnie franche de Seine-et-Marne et de la compagnie des éclaireurs de la 23e demi-brigade légère de seconde formation

2e régiment d'infanterie légèreModifier


  • 1830 : Une ordonnance du créé le 3e bataillon du 2e léger[4]

Personnalités ayant servi au sein du régimentModifier

Antoine RameauxModifier

Antoine Simon Rameaux ( en Guadeloupe - 1er septembre 1813 à Saint-Jean-de-Luz) fait ses premières armes en 1789 au Dragons de la Milice de Marie-Galante.
En 1793, il est capitaine au 1er bataillon de Paris pour la Vendée. En 1799, il combat avec l'armée d'Italie puis embarque en 1804 et combat sur mer durant 1 an. Décoré de la Légion d'honneur il devient, en 1806, chef de bataillon au 9e régiment d'infanterie légère. Blessé, en 1807, aux batailles de Mohrungen et de Friedland il est réformé. En 1809, il reprend du service en tant major au 32e régiment d'infanterie légère puis il est promu colonel en second à la 3e demi-brigade provisoire. En 1810 il est nommé chevalier de l'Empire et colonel au 2e régiment d'infanterie légère. Devenu officier de la Légion d'honneur il est blessé, en 1812, lors de la bataille de Saldana puis mortellement blessé dans les combats autour de Saint-Jean-de-Luz, il succombe à ses blessures le .

Articles connexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Histoire de l'armée et de tous les régiments volume 4 par Adrien Pascal
  • Nos 144 Régiments de Ligne par Émile Ferdinand Mugnot de Lyden
  • Les liens externes cités ci-dessous
  1. a et b Composé de Suisses
  2. a et b le 21 août 1792
  3. Edwin Bonaventure Bosquillon de Frescheville né le à Cambrai décédé le à Alger
  4. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150

Liens externesModifier