Ouvrir le menu principal

1er régiment d'infanterie (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 1er régiment d'infanterie.

1er régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 1er régiment d'infanterie (France)
Drapeau du 1er régiment d'infanterie

Création 1479
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie motorisée
Effectif 1 150 (en 2 016)
Fait partie de Brigade franco-allemande au sein de la 1re division
Garnison Sarrebourg
Ancienne dénomination 1re demi-brigade
Régiment du Roi
Légion de l'Ain
Devise "Praetiriti fides exemplumque futuri (Fidélité au passé, exemple pour l'avenir)"
puis
"On ne relève pas Picardie
"
Marche 1er régiment, l'plus beau des régiments
Terreur de l'ennemi quand il va de l'avant !
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Fleurus 1794
Moeskirch 1800
Biberach 1800
Miliana 1842
Guise 1914
Verdun-L'Yser 1916-1917
La Somme 1916
L'Ourcq 1918
Résistance Berry 1942
AFN 1952-1962
Anniversaire Saint-Maurice
Équipement VAB, VBL, ERYX, MILAN et mortier de 81 mm
Guerres Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Campagne de Suisse
Campagne d'Italie (1805)
Campagne d'Allemagne et d'Autriche
Guerre d'indépendance espagnole
Campagne d'Allemagne
Campagne de France
Campagne des Six-Jours
Campagne de Belgique
Expédition d'Espagne
Campagne des Dix-Jours
Conquête de l'Algérie par la France
Guerre franco-allemande
Première Guerre mondiale
Deuxième Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Guerre d'Afghanistan
Batailles Combat de Quiévrain
Bataille de Valmy
Bataille de Jemappes
Siège de Valenciennes
Bataille de Wissembourg
Bataille de Fleurus
Bataille de Stockach
Bataille de Zurich I
Bataille de Zurich II
Bataille de Moeskirch
Bataille de Biberach
Bataille de Caldiero
Bataille de Sacile
Bataille de Wagram
Bataille des Arapiles
Siège de Saint-Sébastien
Bataille de Lützen
Bataille de Bautzen
Bataille de Dresde
Bataille de Leipzig
Bataille de Brienne
Bataille de Montmirail
Bataille de Vauchamps
Bataille de Laon
Bataille de Paris
Bataille des Quatre Bras
Combat de Campillo de Arenas
Combat de Tem-Salmet
Matamores de Bou-Chouicha
Bataille de Waterloo
Siège de Metz
Bataille de Borny-Colombey
Bataille de Mars-la-Tour-Rezonville-Vionville
Bataille de Saint-Privat-Gravelotte
Bataille de la Marne (1914)
Course à la mer
Bataille de la Somme
Bataille de VerdunBataille du Chemin des Dames
Bataille de Noyon
Poche de Lille
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
une olive aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
et
une olive aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1939-1945

Aux couleurs de la Croix de la valeur militaire

Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes
Croix de guerre 1939-1945
deux palmes
Croix de la Valeur militaire
deux palmes au titre des opérations en Afghanistan en 2009 et 2012
Commandant historique Vauban alors capitaine

Installé à Sarrebourg, le 1er régiment d'infanterie (1er RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment Colonel-Général, un régiment français d'Ancien Régime, c'est le plus vieux régiment d'Europe encore en activité[1].

Création et différentes dénominationsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article détaillé : Régiment Colonel-Général.

Colonels / Chefs de brigadeModifier

1er régiment d'infanterie
1re demi-brigade
1er Régiment d'infanterie de ligne

Régiment du Roi
1er Régiment d'infanterie de ligne
  • 1815 : Colonel Michel Jacquemet
1re légion de l'Ain
  • 1815 : Colonel comte A de Saporta

1er régiment d'infanterie de ligne
  • 1820 : Colonel comte A de Saporta
  • 1823 : Colonel de Rizon
  • 1830 : Colonel Deniset
  • 1832 : Colonel Locqueneux
  • 1839 : Colonel de Devaux
  • 1840 : Colonel de Lusset
  • 1841 : Colonel Pate
  • 1850 : Colonel Chevillon
  • 1853 : Colonel O'Farrel
  • 1857 : Colonel Plombin
  • 1867 : Colonel Dominique Frémont
  • 1871 : Colonel Souville
  • 1876 : Colonel Drouet
  • 1883 : Colonel Michaud
  • 1889 : Colonel Godfroy
  • 1894 : Colonel Blavier
  • 1899 : Colonel Bolgert (**)
  • 1900 : Colonel Bedel
  • 1904 : Colonel Bouchard
  • 1909 : Colonel Desblancs
  • 1911 : Colonel Taffin
  • 1914 : Colonel Lamotte
1er régiment d'infanterie
  • 1914 : Colonel Lamotte
  • 1915 : Lieutenant-colonel Guyot
  • 1915 : Lieutenant-colonel Hulot
  • 1915 : Colonel Lanse
  • 1916 : Colonel Dauve
  • 1916 : Lieutenant-colonel Rampomt
  • 1917 : Lieutenant-colonel de Duroy de Bruignac
  • 1918 : Lieutenant-colonel Bidoz
  • 1919 : Lieutenant-colonel Frère
  • 1921 : Colonel Allie
  • 1923 : Colonel Collonna-Ceccaldi
  • 1927 : Colonel Mossion de la Gonterie
  • 1930 : Colonel Frecot
  • 1933 : Colonel Lheritier
  • 1935 : Colonel Senechal
  • 1937 : Colonel Lapenne
  • 1939 : Colonel Nalot
  • 1940 : Colonel Curnier
  • 1941 : Colonel Besson
  • 1942 : Colonel Bertrand
  • 1945 : Colonel Rudloff
  • 1946 : Lieutenant-colonel Janot
  • 1947 : Colonel Leterrier
  • 1948 : Colonel de Thomas de Labarthe
  • 1949 : Colonel Valette
  • 1951 : Colonel Bonnaud (*)
  • 1953 : Lieutenant-colonel Chevrier
  • 1954 : Colonel Lagarde
  • 1956 : Colonel Ronsin
  • 1958 : Colonel Pommier
  • 1959 : Colonel Rame
  • 1961 : Colonel de Boisheraud
  • 1961 : Colonel Davezan
  • 1961 : Colonel Ferent
  • 1964 : Colonel Biart
  • 1965 : Colonel Granotier
  • 1967 : Colonel Laurier (***)
  • 1969 : Colonel Jorant (**)
  • 1971 : Colonel You
  • 1973 : Colonel Simon
  • 1975 : Colonel Bassac
  • 1977 : Colonel Fouilland
  • 1979 : Colonel Mouton
  • 1981 : Colonel Alefsen de Boisredon (*)
  • 1983 : Colonel Creff
  • 1985 : Colonel Mallet (*)
  • 1987 : Colonel Iacconi(*)
  • 1989 : Colonel Lasserre (++)
  • 1991 : Colonel Berlaud
  • 1993 : Colonel Huste
  • 1995 : Colonel Chrissement (*)
  • 1997 : Colonel Vergez (**)
  • 1999 : Colonel Vial (*)
  • 2001 : Colonel Houitte de la Chesnais (***)
  • 2003 : Colonel Bregal
  • 2005 : Colonel Aubry
  • 2007 : Colonel Chatelus
  • 2009 : Colonel Bellenger
  • 2011 : Colonel Gros
  • 2013 : Colonel Testart
  • 2015 : Colonel Budan de Russé
  • 2017 : Colonel Elias
  • 2019 : Colonel Hauray

(*) Ces officiers sont devenus par la suite généraux de brigade. (**) Ces officiers sont devenus par la suite généraux de division. (***) ces officiers sont devenus par la suite généraux de corps d'armée.

Historique des garnisons, combats et bataille du 1er Régiment d'infanterieModifier

Ancien RégimeModifier

Article détaillé : Régiment Colonel-Général.

1er régiment d'infanterie de ligne ci-devant Colonel-Général (1791-1794)Modifier

Révolution françaiseModifier

L'ordonnance du 1er janvier 1791 fait disparaître les diverses dénominations, et les corps d'infanterie ne sont désormais plus désignés que par le numéro du rang qu'ils occupaient entre eux. Ainsi, 101 régiments sont renommés et le régiment Colonel-Général devient le 1er régiment d'infanterie de ligne. Les régiments sont toutefois largement désignés avec le terme ci-devant, comme 1er régiment d'infanterie ci-devant Colonel-Général.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le , presque tous les officiers, sollicités par l'émigration dont Louis Henri de Bourbon prince de Condé était le chef, abandonnèrent leurs soldats en emportant les drapeaux et se rendirent à Furnes[2]. Ce grave événement n'eut aucune influence sur la bonne conduite du corps. La garde nationale de Dunkerque lui donna un de ses drapeaux pour remplacer ceux qui lui avaient été soustraits.

A l'ouverture des hostilités en avril 1792, le 1er régiment d'infanterie fait partie du camp de Maulde. Quelques compagnies détachées pour la garde des postes de « La Chaussiette », « Le Coq » et « Macou », situés sur les abords de Vieux-Condé, y furent attaquées par des forces supérieures, et, après une belle défense, se retirèrent sous le canon de Condé-sur-l'Escaut qui arrêta l'élan des Autrichiens.
Le 1er régiment d'infanterie ci-devant Colonel-Général participa également au Combat de Quiévrain et aux batailles de Valmy et de Jemappes.
Peu de temps après, le régiment fut partagé :

1er bataillon

Au mois de décembre 1792, quand le général Dumouriez envahit la Belgique, le 1er bataillon servit sous ses ordres. Le 1er régiment d'infanterie ci-devant Colonel-Général se fit particulièrement remarquer dans un combat d'avant-poste livré le près de Valenciennes. Le général Kilmaine, dans son rapport, en fait l'éloge par ces simples parole : « Le 1er régiment a servi à sa manière accoutumée, c'est-à-dire on ne peut mieux. »
Après avoir combattu à Wissembourg il se montre avec éclat à la bataille de Fleurus le , puis se rendit à l'armée de Rhin-et-Moselle et se trouve le 17 juillet de la même année à la prise de Kayserslautern.
Peu de temps après et par ordre du , le 1er bataillon entre, à Arlon, dans la composition de la 1re demi-brigade de première formation, en étant amalgamé avec :

2e bataillon

Le 2e bataillon fait la campagne de 1794, sous le commandement du général Jourdan, à l'armée de Sambre-et-Meuse.
Au commencement de 1795, le 2e bataillon contribue a former le noyau de la 2e demi-brigade de première formation formée avec

Ainsi disparaît pour toujours le 1er régiment d'infanterie ci-devant Colonel-Général, partageant le sort de tous ces vieux régiments qui depuis deux siècles avaient défendu si intrépidement la patrie contre toutes les coalitions.

1re demi-brigade de première formation (1794-1796)Modifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Formée en pluviôse an II () à Arlon, la 1re demi-brigade, fait la campagne avec la armée de la Moselle qui se bat surtout dans le Palatinat et sur le Rhin se distinguant particulièrement durant la bataille de Fleurus.

En l'an III (1795) elle passe à l'armée de Sambre-et-Meuse avant d'intégrer l'Armée du Rhin en l'an IV (1796).

1re demi-brigade de deuxième formation (1796-1803)Modifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

La 16e demi-brigade de deuxième formation est formée le 24 pluviôse an IV () par l'amalgame des :

La 1re demi-brigade, fait les campagnes de l'an VI (1798) à l'Armée du Nord et de Batavie, celle de l'an VII (1799) aux armées de Batavie, de Mayence et du Danube et celles de l'an VIII (1800) avec laquelle elle participe à la bataille de Stockach et aux Première et deuxième bataille de Zurich.
En l'an IX (1801) elle est aux armées du Rhin et d'Italie, en l'an X (1800) à l'armée d'Allemagne où elle s'illustre aux batailles de Moesskirch et de Biberach.

1re régiment d'infanterie de ligne (1803-1815)Modifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

Par décret du 1er vendémiaire an XII (), le Premier Consul prescrit une nouvelle réorganisation de l'armée française. Il est essentiel de faire remarquer, pour faire comprendre comment, souvent le même régiment avait en même temps des bataillons en Allemagne, en Espagne et en Portugal, ou dans d'autres pays de l'Europe, que, depuis 1808, quelques régiments comptaient jusqu'à 6 bataillons disséminés, par un ou par deux, dans des garnisons lointaines et dans les diverses armées mises sur pied depuis cette date jusqu'en 1815.
Ainsi, le 1er régiment d'infanterie de ligne est formé à 3 bataillons avec la 1er, 2e et 3e bataillons de la 1re demi-brigade de deuxième formation.

Le 1er régiment d'infanterie de ligne fait les campagnes de l'an XII (1803), de l'an XIII (1804), de l'an XIV (1805) et de 1806 à l'armée d'Italie ou il combat à Caldiero, Civita-del-Tronto et Galiano.

En 1807 il est affecté à l'armée de Naples, puis à celles de 1808, 1809 et 1810 il est aux armées de Naples et d'Italie et combat à Sacile mais aussi à Wagram ou il se distingue particulièrement.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Affecté au corps d'observation de Réserve puis à l'armée d'Espagne, il participe durant la guerre d'indépendance espagnole à la bataille de Miranda-Castegna, Bataille des Arapiles (Salamanca).

En 1813 affecté à l'armée de Portugal il se trouve au Siège de Saint-Sébastien avant de rejoindre la Grande Armée, ou dans le cadre de la campagne d'Allemagne il participe aux batailles de Lützen, de Bautzen, de Dresde et de Leipzig.

En 1814 il est aux armées des Pyrénées et d'Italie et se trouve engagé durant la campagne de France dans les batailles de Saint-Julien-en-Genevois, de Brienne, de Sézanne, campagne des Six-Jours, de Montmirail, 14 février 1814 à Vauchamps puis Laon et Paris

Après l'exil de Napoléon Ier à l'île d'Elbe, Louis XVIII, prend le , une ordonnance royale qui réorganise les corps de l'armée française. Ainsi le régiment du Roi est formé à Paris, avec le 1er régiment d'infanterie de ligne et le 3e bataillon du 135e régiment d'infanterie de ligne.

À son retour de l'île d'Elbe, le , Napoléon Ier prend, le , un décret qui rend aux anciens régiments d'infanterie de ligne les numéros qu'ils avaient perdus. Le régiment reprend donc son nom : 1er régiment d'infanterie de ligne.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1815 il est au 2e corps de la Grande Armée et combat à Quatre Bras et Waterloo

Colonels tués ou blessés commandant le 1er régiment d'infanterie

  • Colonel Saint-Martin : blessé le

Officiers tués ou blessés en servant au 1er régiment d'infanterie de ligne sous l'Empire (1804-1815) :

  • Officiers tués : 20
  • Officiers morts à la suite de leurs blessures : 11
  • Officiers blessés : 127

Après la seconde abdication de l'Empereur, Louis XVIII réorganise de l'armée de manière à rompre avec l'héritage politico-militaire du Premier Empire.
A cet effet une ordonnance du licencie l'ensemble des unités militaires françaises.

Légion de l'Ain (1815-1820)Modifier

Par ordonnance du , Louis XVIII crée les légions départementales. La 1re Légion de l'Ain, qui deviendra le 1er régiment d'infanterie de ligne en 1820, est créée.

1er régiment d'infanterie de ligne (1820-1882)Modifier

En 1820 une ordonnance royale de Louis XVIII réorganise les corps de l'armée française en transformant les légions départementales régiments d'infanterie de ligne. Ainsi, le 1er régiment d'infanterie de ligne est formé, à Strasbourg, avec les 3 bataillons de la légion de l'Ain.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

1820 à 1848Modifier

Le 1er régiment d'infanterie de ligne fait la campagne de 1823 au 2e corps de l'armée d'Espagne et se distingue, le 28 juillet 1823, au combat de Campillo de Arenas puis à l'affaire de Jaën le 13 septembre suivant.

Durant les campagnes de 1824, 1825 et 1826, il fait partie du corps d'occupation d'Espagne.

Une ordonnance du créé le 4e bataillon et porte le régiment, complet, à 3 000 hommes[4].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1831, il participe à la campagne des Dix-Jours en Belgique.

En juin 1832, il est appelé pour réprimer l'Insurrection républicaine à Paris.

Le régiment participe aux campagnes de 1837 à 1842 à l'armée d'Afrique et se distingue aux combats de Mizerghin (12 mars 1840), de Tem-Salmet (18 mars 1840), de l'Oued-el-Haehem (10 mai 1840), du camp de Bridia (14 mai 1840), à l'enlèvement des matamores de Bou-Chouicha (8-), aux combats sous les murs de Mostaganem (nuit du 4 au 5 juillet 1841) aux combats contre les Beni-Menacer (6 et 7 juin 1842), à la prise de Miliana () et aux affaires des 30 août et 4 septembre 1842.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Second EmpireModifier

Par décret du le 1er régiment d'infanterie fourni 1 compagnie pour former le 101e régiment d'infanterie de ligne.

En 1870, le régiment est en garnison à Sedan et son dépôt est à Châlons-sur-Marne.

Campagne de 1870 il fait partie du 4e corps d'armée, sous le commandement du général Ladmirault, participe aux batailles sous Metz, de Borny le 14 août, de Rezonville le 16 août et de Gravelotte le , encerclé dans Metz il est emmené en captivité en Allemagne après la capitulation de Bazaine.

Le 24 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande, les 8e compagnies des 2e et 3e bataillons du 1er régiment d'infanterie de ligne qui composaient le 29e régiment de marche furent engagés dans les combats de Chilleurs, Ladon, Boiscommun, Neuville-aux-Bois et Maizières dans le Loiret

De 1871 à 1914Modifier

1er régiment d'infanterieModifier

Première Guerre mondialeModifier

À la veille de la guerre le régiment est caserné à Cambrai.

Affectation: 1re division d'infanterie d' à

1914Modifier
1915Modifier
  •  : offensives d'Argonne et de Champagne, avec en particulier la prise du Fortin de Beauséjour.
1916Modifier
1917Modifier
  • 1917 : Engagé dans l'offensive du , contre le Chemin des Dames puis dans celle des Flandres, le long de l'Yser (de juillet à octobre).
  • Par ordre n.46 <<F>> du général commandant en chef : en date du , le port de la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918 est accordé au 1er RI.
  • Citation de bataillon à l'ordre de l'armée : le 2e bataillon (ordre général no  62 le ).
  • Citation de compagnies à l'ordre de l'armée : 5 compagnies (ordre général no  91 de la 1re DI le ).
  • Citation de section à l'ordre de l'armée : 2e section de la 3e compagnie (ordre général no  237 de la 5e armée le ).
1918Modifier

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Insigne régimentaire du 1er RIM (1939). Lion à demi couché sur armes de Picardie en chef cercle portant devise sigle sur socle.

Reconstitué dans le Cher, il est en garnison à Saint-Amand-Montrond et Issoudun, puis finalement dissous en 1942.

  • Résistance et libération : Ses traditions sont maintenues par les maquis du Berry où opère son chef de corps, le colonel Bertrand, et se reforme à la Libération. Il contraint la colonne Elster qui se replie d’Aquitaine à ne progresser que de nuit, et finalement à faire sa reddition.

De 1945 à nos joursModifier

  • 1945 à 1955 : le régiment est stationné à Donaueschingen au sein des forces françaises en Allemagne.
  • 1955 à 1962 : engagé en Algérie, installé à Tiaret.
  • 1962 à 1968 : en garnison à Bitche, en Moselle.
  • 1968 : le régiment s'installe à Sarrebourg.
  • 1968 à 1982 : régiment d'infanterie motorisée du 1er corps d'armée.
  • 1982 : le régiment fait partie de la « force Éclair » puis de la brigade aéromobile expérimentale.
  • 1984 : création de la compagnie de contre-mobilité.
  • 1985 : professionnalisé, il devient le régiment d'infanterie de combat aéromobile (RICAM) de la 4e division aéromobile au sein de la force d'action rapide. Il est l'unique régiment de ce type de l'Armée de terre française.
  • 1989 : les effectifs du régiment sont de 1495 hommes (67 officiers, 232 sous-officiers et 1196 militaires du rang), il comporte 7 compagnies et un groupement d'instruction à 2 compagnies. Le régiment dispose de 274 véhicules légers, 151 motos, 45 postes de tir Milan, 18 canons anti-aérien, 12 postes Olifant et 7 radars Rasura[5].
  • 1990-1991 : le régiment participe à l'opération Daguet au cours de la guerre du Golfe.
  • 1997 : le , la compagnie du génie aéromobile (ancienne compagnie de contre-mobilité) est dissoute.
  • 1999 : équipé de VAB, il redevient un régiment d'infanterie motorisée. Le 1er juillet, il rejoint la 1re brigade mécanisée.
  •  : Saint-Amand-Montrond, dans le département du Cher, devient la ville marraine du régiment.
  • 2009 : premier déploiement en Afghanistan pour 6 mois , opération Pamir XXI. Troupes déployés à Kaboul,en Surobi et en vallée d'Uzbeen.
  • à second déploiement du régiment en Afghanistan pour 6 mois, opération Pamir XXVI . Troupes déployés à Kaboul,en Surobi,en vallée d'Uzbeen et en sud Kapisa. Troupes présente sur la FOB Gwan le lors de l'attentat perpétré par un taliban infiltré dans l'armée afghane qui causa la mort de 5 militaires français OMLT appartenant au 93 RAM.
  •  : le régiment intègre la brigade franco-allemande.
  •  : la 9e compagnie du régiment est recréée au cours d'une cérémonie au quartier Rabier[6].
  •  : les unités françaises de la brigade franco-allemande sont rattachées à la 1re division.
  •  : inauguration d'un monument réalisé par le sculpteur Eric Alvarez pour célébrer les cinquante années de présence du régiment à Sarrebourg[7].
  • 2019 : le régiment est l'un des premiers à recevoir le VBMR Griffon[8].

Batailles inscrites sur le drapeauModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[9],[10]:

 
Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire avec olives au couleurs des rubans de la Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945

.

 

DécorationsModifier

  • La Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire décernée le  ; elle a été remise au 1er RI par le général Castelneau le , en Alsace, faisant suite à la quatrième citation à l'ordre de l'armée conquise par le régiment. Cette fourragère est ornée d'une olive Croix de guerre 1914-1918 et d'une olive Croix de guerre 1939-1945, consécutive à deux citations obtenues durant la drôle de guerre et la résistance.
  • La croix de la Valeur militaire avec deux palmes pour sa participations aux opérations menées en Afghanistan entre 2009 et 2012. Il est décoré de la fourragère aux couleurs de la Valeur Militaire le vendredi .
  • La médaille de la Résistance française. (au titre des FFI , par son engagement dans l'ORA)

TraditionsModifier

Le cri de ralliement du 1er régiment d'infanterie est "Picardie !".

Sa devise est : "On ne relève pas Picardie". Le , durant la bataille de San Pietro à Parme, son commandant, Charles de Rohan-Rochefort, prince de Montauban (1693-1768), adressa la future devise du régiment à un officier du régiment de Provence, qui lui demandait s'il voulait que Provence prenne sa place sur la ligne de front. La réponse fut Monsieur, vous saurez qu'on ne relève pas Picardie, la deuxième partie de la phrase fut adoptée comme devise de l'unité.

 
Fourreau d'épaule d'infanterie au grade de capitaine

Son chant de marche est "Réveillez-vous Picards", chant de marche des bandes de Picardie au XVe siècle, sous Louis XI. C'est le plus vieux chant militaire encore chanté par une unité constitué. C'est également devenu le chant régional de la Picardie.

InsigneModifier

L'insigne du régiment est inspiré de l'ancien du blason de l'ancien régiment de Picardie. Le premier régiment d’infanterie porte ainsi un blason de gueules à la croix d'argent chargée en tête de l'inscription « 1479 » et en pied de « 1er RI », à l'écu d'or chargé d'une aigle bicéphale brochant sur le tout. Le blason est sommé de la devise du régiment « On ne relève pas Picardie », en lettres noires sur fond doré.

ParticularitéModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Déjà au temps du régiment de Picardie, le blanc était symbole de commandement. Les compagnies avaient une enseigne rouge frappée d'une croix blanche tandis que celle du premier bataillon était blanche également frappée d'une croix blanche. On l'appelait « l'enseigne colonelle ». C'est la raison pour laquelle le chef de corps du régiment porte un insigne de couleur blanche.

Jusqu'en 2014, le 1er régiment d'infanterie s'était doté d'un insigne de béret personnalisé. Reprenant la forme de l'insigne de béret de l'infanterie, le cœur de la grenade a été remplacé par le bouton tradition de la Tenue terre de France et la devise du Régiment est inscrite en dessous, dans le cercle fermant l'insigne. Cette particularité a été suspendue par sa participation à la brigade franco-allemande, qui possède un insigne de béret qui lui est propre.

 
Ancien insigne de béret du 1er RI
 
Nouvel insigne de béret du 1er RI

Le régiment aujourd'huiModifier

Le régiment tient garnison à Sarrebourg, en Moselle, depuis 1968. Il occupe une vaste emprise constituée par les quartiers Rabier, Tourret, Dessirier et Cholesky.

Il fait partie de la brigade franco-allemande au sein de la 1re division. Son soutien est assuré par la base de Défense de Phalsbourg.

CompositionModifier

Professionnalisé depuis 1985, le régiment est organisé en 2016 avec la création d'une nouvelle compagnie de combat () selon le nouveau format opérationnel de l'Armée de terre "Au contact" :

  • 1 compagnie de commandement et de logistique ;
  • 5 compagnies de combat sur VAB (1er, 2e, 3e, 4e et 9e Cie) ;
  • 1 compagnie d'appui ;
  • 1 compagnie de réserve opérationnelle (5e Cie).

MatérielsModifier

  • 82 VAB (véhicule de l'avant blindé) ;
  • 25 VBL (véhicules blindés légers) ;
  • 27 postes de tir ERYX (lance-missiles anti-char léger) ;
  • 16 postes de tir MILAN (lance-missile anti-char) ;
  • FAMAS ;
  • 8 mortiers de 81 mm (LLR).

Chants du régimentModifier

Personnalités ayant servi au régimentModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1er régiment d'infanterie, sur defense.gouv.fr
  2. Histoire de l'infanterie en France par Belhomme T3 p. 463-464
  3. Avantages d'une bonne discipline, et moyens de l'entretenir dans les corps Par Jean-Baptiste Avril
  4. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  5. La division aéromobile, page 3, sur le site Armée française 1989 (consulté le 16 novembre 2016).
  6. « On a créé la 9e compagnie », article des DNA du 19 avril 2016.
  7. Monument du 1er régiment d'infanterie sur le site Moselle Tourisme (consulté le 7 octobre 2017).
  8. « SCORPION : Le premier véhicule blindé blindé multi-rôles « Griffon » a été livré à l’armée de Terre », article opex360 du 4 juillet 2019.
  9. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  10. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  11. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant (préf. Jean Nouvel), Vauban - L’intelligence du territoire, Paris, Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, , 175 p. (ISBN 2-35039-028-4), p. 164

AnnexesModifier

SourceModifier

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « 1er régiment d'infanterie de ligne » (voir la liste des auteurs).
  • Historique du 1er régiment d’infanterie, 1952, imprimerie Chotel.
  • Histoire de la guerre Franco Allemande, par le lieutenant colonel Rousset.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

BibliographieModifier

  • Julie Ludmann et Pierre-Yves Nicolas, Le 1er RI au CENZUB, Military-Photo-Report, (lire en ligne)
  • Julie Ludmann et Pierre-Yves Nicolas, Calot Rouge: Exercice tactique en terrain libre par le 1er RI, Military-Photo-Report, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier