3e régiment d'infanterie (France)

3e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 3e régiment d'infanterie (France)

Création 1569
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d’infanterie
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination Régiment de Brissac
Régiment de Piémont
Devise Résolus de crever plutôt que de ne pas tenir bon.
Piémont est un des plus braves régiments du Monde. (Cardinal Richelieu - 1636)
Inscriptions
sur l’emblème
Gênes 1800
Austerlitz 1805
Wagram 1809
Bomarsund 1854
Verdun 1916
Vauxaillon 1918
Thiérache 1918
Authion 1945
AFN 1952-1962
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 3e régiment d'infanterie (3e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Piémont, un régiment français d'Ancien Régime.

Création et différentes dénominationsModifier

colonels / Chef de brigadesModifier

Révolution et EmpireModifier

Après 1815Modifier

  • 1830 : colonel Jean Pierre François Dieudonné Roussel
  • 1853 : colonel (**) Auguste-Alexandre Ducrot
  • 1870 : colonel Jean Théodore François Champion
  • 1890 : colonel Adhémar Passérieu
  • 1903-1905 : colonel Paul Louis Durand
  • août-novembre 1914 : lieutenant-colonel Dulys[1]
  • décembre 1914 - novembre 1916 : lieutenant-colonel Drouin[1]
  • novembre 1916 - avril 1917 : lieutenant-colonel Hardy (tué le )[1]
  • avril -septembre 1917 : lieutenant-colonel Oherne[1]
  • septembre 1917 - novembre 1918 : lieutenant-colonel Petitjean-Roger[1] (blessé le [2])
  • 1939 : colonel Mauris
  •  : commandant Truttman

Historique des garnisons, combats et batailleModifier

Ancien RégimeModifier

 
Drapeau du régiment du Piémont de 1585 à 1791

Révolution et EmpireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

1815 à 1848Modifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

1830 : Conquête de l'Algérie par la France

Second EmpireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

1870 à 1914Modifier

En garnison à Grenoble en 1870, il est commandé par le colonel Jean Théodore François Champion.

En garnison à Nîmes en 1875, il est alors commandé par le colonel Rode.

En garnison en Corse en 1876 il est commandé par le colonel Gabriel Bellegarrigue de 1876 à 1882.

Il stationne ensuite à Cambrai en 1880.

Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

 
Le colonel et le drapeau du 3e RI dans l'Argonne en octobre 1914.

1915Modifier

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

 
Portait du caporal Sividre, qui a fait prisonnier vingt-deux soldats allemands et leur officier à Laffaux le .

PertesModifier

Pendant la guerre, le régiment déplore 966 tués. 106 officiers et 4 844 soldats et sous-officiers ont été blessés[4].

Entre-deux guerresModifier

 
Insigne régimentaire du 3e RIA

Seconde Guerre mondialeModifier

En 1939 le 3e régiment d'infanterie alpine (RIA) est formé à Hyères, Sospel, Nice sous les ordres du colonel Mauris puis chef de bataillon Commandant Truttman au . Il appartient à la 29e division d'infanterie alpine. Région militaire, Centre mobilisateur d'infanterie ; type Active ; il est mis sur pied par le CMI 153 de Hyères. Le régiment est envoyé vers le nord pour s'arrêter à Aix-en-Diois (Drôme) où l'armistice met fin à sa progression.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

De 1945 à nos joursModifier

  • En 1946 le régiment est dissous.
  • Reconstitué en 1956, il participe à la guerre d'Algérie
  • Au cessez-le-feu du en Algérie, le 3e RIA crée comme 91 autres régiments, les 114 unités de la Force Locale. (Accords d'Evian du ) Le 3e R.I.A forme deux unités de la Force locale de l'ordre Algérienne, la 497e et la 498°UFL-UFO, composé de 10 % de militaires métropolitains et de 90 % de militaires musulmans, qui pendant la période transitoire devait être au service de l'exécutif provisoire algérien, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie.
  • dissous en 1962. Reconstitué en 1964 sous le nom de 3e bataillon d'infanterie en 1965 il est renommé 3e régiment d'infanterie, il est dissous en 1967. Il est reconstitué le par dédoublement du 129e RI dans le cadre de la réorganisation des Forces de manœuvre.

En garnison à Radolfzell, petite ville allemande sur la rive ouest du lac de Constance (Konstanz), le régiment fait partie de la 13e brigade motorisée de la 3e division commandée par le général de brigade Duchatel et du colonel Renault commandant le 3e RI.

  • Sur le plan militaire, une compagnie de combat du 3e RI (1re compagnie) est jumelée avec une compagnie du 102. Jäger Bataillon (Bataillon de chasseurs) allemand stationné à Bayreuth.
  • Le , ce régiment a reçu la visite du général Henry, inspecteur de l'infanterie dont il a paraphé le livre d'or en témoignage d'estime et de confiance, avec l'espoir que Piemont revive comme il l'a toujours fait dans le passé[réf. nécessaire].
  • Le 3e régiment d'infanterie est dissous le . L'un des quatre plus vieux régiments de France a tourné une page de son histoire.
  • À partir de 1978 sur le camp national des Garrigues à Nîmes, ledu 3e régiment d'infanterie est reconstitué comme régiment de manœuvre et d'expérimentation de l'École d'application d'infanterie de Montpellier et régiment d'infanterie mécanisé de la 14e division légère blindée, unité non permanente générée par les écoles militaires en cas de mobilisation générale.
  • Dissolution le .

DrapeauModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5],[6] :

 
fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

 

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux citations à l'ordre de l'armée.

 
Remise de la fourragère au drapeau du 3e RI, .

Le régiment est cité à l'ordre de la 10e armée le et à l'ordre de la 3e armée le [7]. Le , à Bad Kreuznach, le général Fayolle remet au drapeau du 3e RI la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918[4].

TraditionsModifier

La devise du régiment est : Résolus de crever plutôt que de ne pas tenir bon. ("ne pas subir")

Le refrain régimentaire tient en deux phrases : À boire, à boire, nous avons le gosier dans les talons. À boire, à boire, la cantinière et du bon !

Le chant de marche du 3e régiment d'infanterie est La Piémontaise

Personnages célèbres ayant servi au 3e RIModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Historique 1920, p. 71.
  2. Historique 1920, p. 46.
  3. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  4. a et b Historique 1920, p. 85.
  5. Décision n° 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n° 27, 9 novembre 2007
  6. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  7. Historique 1920, p. 53.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Serge Andolenko, Recueil d'historiques de l'infanterie française, Paris, Eurimprim, , 413 p. (OCLC 23418405)
  • Historique du 3e régiment d'infanterie, Paris, Librairie militaire Chapelot, , 86 p., disponible sur Gallica.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :