Ouvrir le menu principal

72e régiment d'infanterie

Création et différentes dénominationsModifier

Colonels/chefs de brigadeModifier

(*) Ces cinq officiers sont devenus par la suite généraux de brigade.

Colonels tués et blessés pendant qu'il commandait le 30e régiment d'infanterie de ligne pendant cette période:

  • Colonel Ficatier: blessé le
  • Colonel Lafitte: blessé le
  • 1887-1892 : Colonel Manson
  • 1914 : Colonel Toulorge.
  • 1914-1915 : Colonel Monterou.
  • 1915-1916 : Lieutenant-Colonel Pierre-Paul Bonnet.
  • 1916-1917 : Lieutenant-Colonel Anvergnon.
  • 1917 : Lieutenant-Colonel Arulin.
  • 1917-1919 : Lieutenant-Colonel Mignon.
  • 1939 : Lieutenant-Colonel Sendrane.

Historique des garnisons, combats et bataillesModifier

Ancien RégimeModifier

Révolution française et Premier EmpireModifier

Officiers tués et blessés pendant qu'il servait dans le 72e régiment d'infanterie entre 1804-1815 :

  • Officiers tués : 39
  • Officiers morts des suites de leurs blessures : 26
  • Officiers blessés : 181

1815 à 1852Modifier

Second EmpireModifier

« Dans cette journée qui restera inscrite dans les annales du Corps, le 72e perdit 25 officiers et 626 sous-officiers et soldats. » Colonel Castex, 1859.[Quoi ?]

1852-1859 : Algérie

1859 : Campagne d'Italie, Bataille de Solférino

Durant la guerre de 1870 le régiment combat à Sedan

1872 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

Affectations 
Casernement Amiens, Péronne ; 5e brigade d’infanterie; 3e division d’infanterie; 2e corps d’armée.
 
72e RI uniforme 1915 exposé à l'hôtel des invalides, la terre des tranchés est restées en l'état, l'uniforme appartenait à Henri Castaldi, mort aux combats en 1915.
Batailles et combats 
" S'est couvert de gloire dans les attaques du Mesnil." Citation, 1915.
Les Eparges (Combats à Riaville, de la crête de Montgirmont)
  • 1918 : deuxième bataille de la Marne. Offensive de l'Aisne (). Armistice.

Seconde Guerre mondialeModifier

Formé le sous les ordres du Lieutenant-Colonel Sendrane. il est rattaché à la 4e DI. Le 72e R.I combat à Denain et Lourches en sur le front de l'Escaut face à la 8e ID allemande. Il est dissous en 1940 et ne sera jamais recrée[1]

Régiment dissous en 1940[2].

DrapeauModifier

Les noms des batailles s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau[3] :

 

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918   avec une palme (une citation à l'ordre de l'Armée) puis de la Médaille d'or de la Ville de Milan  .

Personnalités ayant servi au régimentModifier

  • Jean Antoine Pascal de Trannoy, lieutenant dans la 72e demi-brigade nommé capitaine le 9 messidor de l'an VI. Sous Charles X, il devint baron et colonel. Après avoir été commandant provisoire de la Place d'Arras, il occupa une place importante à Rambouillet. Chevalier de l'ordre de Saint-Louis, etc.
  • Jean-Marie Aberjoux alors sous-lieutenant dans la 72e demi-brigade de première formation
  • Paul Flatters, né le à Paris et mort le à Bir el-Garama dans le Sahara, lieutenant-colonel au 72e RI.
  • Pierre Quentin Bauchart (écrivain) Ancien conseiller municipal de la Ville de Paris et conseil Général de la Seine. Tué à Bouchavesnes (80) le . Capitaine au 72e RI.
  • Georges Beaugrand né le à Paris et décédé le à Vesdun (Cher). Député de la Seine et homme politique à l'Assemblée nationale. Soldat 1re classe au 72e RI, fait prisonnier au cours de la bataille de la Marne, le à Le Buisson. Il réussit à s'échapper et fut décoré de la Croix de guerre et de la Médaille des évadés.
  • Général Pierre Berthezène en tant que chef de bataillon.
  • Marc Bloch (historien et écrivain) né le à Lyon (Rhône) et fusillé par les Allemands le à Saint-Didier-de-Formans (Ain). Il a notamment participé aux combats menés en Argonne par le régiment entre et [4]
  • Léopold Davout
  • Émile Engel, cycliste, sera mobilisé en tant que caporal au 72e RI et tué à l'ennemi à Maurupt le [5]
  • Eugène Trickri né le , à Paris 9e. Profession boxeur professionnel. Soldat au 72e RI tué le à Bois Bolante (Argonne)
  • Antoine Bianconi né à Dignes le , sous lieutenant au 72e RI, écrivain, tué à Mesnils-les-Hurlus le .
  • Marc André né à Dijon le , sergent au 72e RI, écrivain, tué le aux Chemin des Dames à Cerny.
  • Maurice Esmein (1888 - 1918) Connu comme artiste peintre cubiste ami de BRAQUE et de PICASSO, neveu du peintre Julien LE BLANT. Médecin auxiliaire au 72e RI tué au cours des combats au Mont sans nom le .

Sources et bibliographieModifier

  • Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, Général Andolenko, Eurimprim 1969.
  • Historique du 72e régiment d'infanterie pendant la campagne 1914-1918, Paris, H. Charles-Lavauzelle, , 187 p., disponible sur Gallica.

Notes et référencesModifier

  1. Recueil d'historiques de l'Infanterie française, Général Andolenko, 2e édition augmentée et mise à jour 1er janvier 1969).
  2. Recueil d'historiques de l'Infanterie française, Général Andolenko
  3. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  4. Voir Daniel HOCHEDEZ, « Un historien au front : Marc Bloch en Argonne (1914-1916) » ; revue Horizons d'Argonne, no 89 ; juin 2012, p. 61 ; publication du Centre d'études argonnais
  5. La fiche d'Émile Engel sur mémoire des hommes

Voir aussiModifier