Ouvrir le menu principal

5e bataillon de chasseurs à pied
Image illustrative de l’article 5e bataillon de chasseurs à pied
Insigne du bataillon

Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type infanterie
Rôle infanterie parachutiste
Décorations fourragere 14-18

Le 5e bataillon de chasseurs à pied (5e BCP) est une unité militaire dissoute de l'infanterie française.

Sommaire

Création et différentes dénominationsModifier

Chefs de corpsModifier

  • 1840 : colonel Mellinet,
  • 1845 : chef de bataillon Certain Canrobert,
  • 1849 : chef de bataillon Pierre Auzouy,
  • 1854 : chef de bataillon Landry de Saint Aubin,
  • .
  • 1913 – 1914 : commandant Jacquemot,
  • 1914-1915 : commandant Charles Colardelle
  • 1915 – 1915 : Commandant Charles Barberot,
  • .
  • 1946 : Leroy,

Historique des garnisons, campagnes et bataillesModifier

1815 à 1852Modifier

Au , le 5e BCP, sous le commandement du chef de bataillon Pierre Auzouy, est en garnison à Blidah en Algérie.

Second EmpireModifier

De 1870 à 1914Modifier

garnisons : Remiremont (Vosges), 1910-1913 (au moins)

Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

1915Modifier

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

Entre-deux-guerresModifier

Dissous en 1929.

Recréé en 1937 à Bruyères, comme 5e bataillon de chasseurs portés, tout comme le 17e.

5° et 17° bataillons de Chasseurs Portés, sont les deux premières unités de l'Armée de terre française spécialement constituées pour accompagner les unités blindées des divisions cuirassées (à l'instar des panzergrenadiers allemands ou des bersaglieri italiens).

Seconde Guerre mondialeModifier

Dissous en 1940.

Formation du bataillon au Blanc, début janvier 1945 avec des résistants des maquis de l'Indre; Front d'Alsace à Vieux-Thann, Oberfeld, Hartmannswillerkopf,(janvier-février-mars 1945); poche de Saint-Nazaire au Thillot près de Redon (mars-avril-mai 1945);

De 1946 à nos joursModifier

  • Algérie : Oran, Alger, Grande Kabylie, Fort National 1945-1949;
  • Oranais-Maroc (I955-1962);

Gabriel Esnault repart en Algérie en tant qu’adjudant au 5e BCP basé à Dominique Luciani [auj. Takhemaret] en février 1962.

En avril de la même année, il prend le commandement de la 293e unité de force local (UFL) à Frenda.Modifier

  • dissolution du 5e BCP en 1962

TraditionsModifier

DeviseModifier

Qui s'y frotte s'y pique

InsigneModifier

DrapeauModifier

DécorationsModifier

Médaille militaire (fourragère) 1914-1918

ChantModifier

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillonModifier

Personnalités ayant servi au sein du régimentModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.
  • Marcel Burchard-Bélavary (capitaine): Histoire du 5e bataillon de chasseurs. Algérie, Crimée, Italie, Metz. Récits dédiés aux chasseurs du bataillon, Ed. Charles Lavauzelle, Paris, 1904
  • G. de Sourdeval (capitaine-adjudant-major): Histoire du 5e bataillon de chasseurs à pied; Ed. Laplaiche, Dijon, 1876
  • Historique du 5e bataillon de chasseurs alpins : campagne 1914-1918, Paris, Chapelot, 103 p., disponible sur Gallica.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier