13e régiment d'infanterie légère

13e régiment d'infanterie légère
Création 1791
Dissolution 1854
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie légère
Rôle Infanterie légère
Ancienne dénomination 13e bataillon de chasseurs
13e demi-brigade légère
13e régiment d'infanterie légère
Légion des Basses-Pyrénées
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Premier Empire

Le 13e régiment d'infanterie légère (13e léger) est un régiment d'infanterie légère de l'armée française créé sous la Révolution sous le nom de 13e bataillon de chasseurs.
En 1854, il est transformé et prend le nom de 88e régiment d'infanterie.

Les compagnies de grenadiers du 17e de ligne sur le pont de Landshut couvert par le 13e léger. Peinture de Louis Hersent.

Création et différentes dénominationsModifier

Chefs de corps du 13e régiment d'infanterie légèreModifier

(*) Ces officiers sont devenus par la suite généraux de brigade
(†) Cet officier est mort au combat lors de la bataille d’Austerlitz

Historique du 13e régiment d'infanterie légèreModifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

Restauration et Monarchie de JuilletModifier

La 63e légion des Basses Pyrénées est amalgamée et renommée 13e régiment d'infanterie légère.

Deuxième RépubliqueModifier

Au , le 13e léger, sous le commandement du colonel Bougourd de Lamarre est en garnison en Algérie et fait partie du Corps expéditionnaire de la Méditerranée et participe l'expédition et au siège de Rome en juin.

Second EmpireModifier

Personnalités célèbres ayant servi au 13e légerModifier

  • Pierre Castex (1760-1805), colonel du 13e régiment d'infanterie légère, tué à la bataille d'Austerlitz.
  • Jean-Baptiste Drouet d'Erlon (1765-1844), capitaine à la 13e demi-brigade légère le .
  • Joseph Gastinieau (1789-1873), a rédigés ses mémoires en 1853 à l'intention de ses deux fils, futurs officiers, relatant son passage dans le 13e régiment d'infanterie légère. Conscrit le au sein du 13e léger, il y restera jusqu’en 1815. Il sera nommé caporal le , fourrier en , sergent en et sergent-major en août de la même année[2].
  • Pierre Jules César Guyardet (1767-1813), colonel au 13e régiment d'infanterie légère, le jusqu'en 1810.
  • Louis Marie Joseph Thévenet (1773-1846), chef de bataillon dans le 13e régiment d'infanterie légère, le .

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Dossier de Légion d'honneur de Pierre Gougeon », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. Joseph Gastinieau : Mémoires, 1853, Archives familiales Patay.

Sources et bibliographieModifier

  • Histoire de l'armée et de tous les régiments volume 4 par Adrien Pascal
  • Nos 144 Régiments de Ligne par Émile Ferdinand Mugnot de Lyden
  • Les liens externes cités ci-dessous

Liens externesModifier