Ouvrir le menu principal

1er bataillon de volontaires de Paris

Création et différentes dénominationsModifier

Le 1er bataillon de volontaires nationaux de Paris est formé du au au camp de Grenelle. Le bataillon était formé avec les volontaires des 4e et 6e divisions de la garde nationale parisienne

  • La 4e division était composée des bataillons des districts de Saint-Jacques-l'Hôpital (31e district), Bonne-Nouvelle (32e district), Saint-Leu (33e district), Saint-Lazare (34e district), Sainte-Opportune (35e district), Saint-Jacques-la-Boucherie (36e district), Petis-Pères (37e district), Saint-Eustache (38e district), Saint-Magloire (39e district), Saint-Joseph (40e district).
  • La 6e division était composée des bataillons des districts de l'Oratoire (51e district), les Feuillants (52e district), les Filles-Saint-Thomas (53e district), Saint-Philippe-du-Roule (54e district), Saint-Germain-l'Auxerrois (55e district)[1],[2], les Jacobins-Saint-Honoré (56e district), Saint-Honoré (57e district), Capucins-Saint-Louis (58e district), Capucins-Saint-Honoré (59e district), Saint-Roch (60e district).

pour former la 201e demi-brigade de première formation.

CommandantModifier

Historique des garnisons, combats et bataillesModifier

1791Modifier

1792Modifier

Le 1er bataillon suit les opérations de la conquête de la Belgique et prend part à la campagne d'hiver.

1793Modifier

  • En , les 500 hommes du bataillon tiennent garnison à Malines
  • , le bataillon quitte Malines pour Liège.

Le désastre de Maastricht, oblige le bataillon à entrer en campagne. Il suit l'armée dans sa retraite.

1794Modifier

1795Modifier

Bataille de JemappesModifier

« Les 4, 5 et 6 novembre 1792, le 1er bataillon de volontaires de Paris fait partie de l'avant-garde.
Les 1er, 2e et 3e bataillons de Paris étaient à la gauche du régiment de Flandres.
Le 1er bataillon a repoussé un bataillon de Cobourg, flanqué par des hussards.
Les 2e et 3e bataillons ont tiré sur des grenadiers hongrois.
Le bataillon de Saint-Denis a fléchi quelques instants, mais bientôt ses chefs l'ont ramené sur le champ de bataille où il s'est bien conduit.
Le 1er bataillon a capturé une pièce de 13.
Des soldats de Paris et des autres villes de la République souffrent depuis plus de deux mois de fatigues incroyables, passant la nuit au bivouac, gelés de froid et pénétrés par la pluie. »
[5]

Article détaillé : Bataille de Jemappes.

PersonnalitésModifier

BibliographieModifier

Charles-Louis Chassin & Léon Hennet : Les volontaires nationaux pendant la Révolution Volume 1

Articles connexesModifier

Notes, sources et référencesModifier