Ouvrir le menu principal

28e Régiment d'Infanterie
Image illustrative de l’article 28e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 28e régiment d'infanterie de forteresse (1939).

Création 1793
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination Régiment de Maine
Devise On ne passe pas
Inscriptions
sur l’emblème
Marengo 1800
Austerlitz 1805
Eylau 1807
Sébastopol 1854-55
Guise 1914
Artois 1915
Verdun 1916
Montdidier 1918
Guerres Guerres napoléoniennes
Conquête de l'Algérie
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918 deux palmes

Le 28e régiment d'infanterie (28e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Maine, un régiment français d'Ancien Régime.

Création et différentes dénominationsModifier

Colonels/Chef de brigadeModifier

  • 1791 : colonel François-Charles Le Prestre de Themericourt de Jaucourt
  • 1793 : colonel Claude D'Heran
  • 1794 : chef-de-brigade François Mabille
  • 1795 : chef-de-brigade Jean Marguerie
  • 1796 : chef-de-brigade Armand Jean Bergeron (*)
  • 1797 : chef-de-brigade Desaulnois
  • 1797 : chef-de-brigade Jean-Isaie Ribeyre
  • 1797 : chef-de-brigade Jean-Marie-Melon Roger Valhubert
  • 1803 : colonel Jean-François Clerc
  • 1804 : colonel Jean-Georges Edighoffen
  • 1806 : colonel Jean-François Toussaint
  • 1813 : colonel Marie-Joseph-Andre-Augustin de Capriol de Saint-Hilaire
  • 1815 : colonel Marc-Antoine-Alexandre De Saint-Michel
  • en août 1914 : colonel André Allier.
  • 2 - 4 septembre 1914 : commandant Denvignes.
  • 4 - 14 septembre 1914 : capitaine Gaston Potin.
  • 10 septembre - 19 novembre 1914 : lieutenant-colonel Ernest Capitant.
  • 19 - 25 novembre 1914 : commandant Maurice Henneton.
  • 25 novembre 1914 - 26 mai 1915 : lieutenant-colonel Ernest Capitant.
  • 27 mai 1915 - 7 août 1917 : lieutenant-colonel Louis Roller.
  • 7 août 1917 - 11 novembre 1918 : lieutenant-colonel Jean de Gouvello.

Historique des garnisons, combats et batailles du 28e RIModifier

 
insigne de béret d'infanterie

Ancien RégimeModifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

1815 à 1848Modifier

Second EmpireModifier

1870 à 1914Modifier

Première Guerre mondialeModifier

En 1914, casernement : Évreux (caserne Amey[5]) et Paris (fort Saint-Denis, fort de Stains, fort de Montmorency, Montignon et Domont) 11e brigade, 6e division d'infanterie, 3e corps d'armée.
Le 28e régiment d'infanterie fait partie de la 6e division d'infanterie d'août 1914 à novembre 1918.

1914Modifier

1915Modifier

  • Nord de Reims
  • Offensive d'Artois

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

  • Champagne
  • Picardie
  • Bataille de l'Ailette.

Nombre d'officiers tuésModifier

Année Nombre
1914[6]
22
1915
28
1916
19
1917
8
1918
11

Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Monument au 28e RIF sur les crêtes vosgiennes.

Formé le comme 28e régiment d'infanterie de forteresse, il appartient au secteur fortifié de Colmar puis à la 104e division d'infanterie de forteresse. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A RIF type bas Rhin CMI 71 Neuf-Brisach.

DrapeauModifier

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[7]:

 
fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

 

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes. Il porte la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

  • Deux citations à l'ordre de l'armée.

DeviseModifier

On ne passe pas

Personnalités ayant servi au sein du régimentModifier

Notes et référencesModifier

  1. Brevet par lequel le roi de France pourvoit à des charges et offices militaires
  2. La possession d'un drapeau blanc devint le privilège et la marque des corps permanents, mais on laissait aux formations temporelles la possibilité d'obtenir le drapeau blanc si elles s'en montraient dignes.
  3. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  4. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  5. « Caserne Amey à Évreux », notice no PA00099402.
  6. Dont 5 à la Bataille de Charleroi et 8 à la Bataille de Guise
  7. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Sources et bibliographieModifier

  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • René-Gustave Nobécourt, Les Fantassins du Chemin des Dames, Robert Laffont, Paris, 1965 ; Bertout, 447 p.

Voir aussiModifier