Régiment de Champagne

Régiment de Champagne
Image illustrative de l’article Régiment de Champagne
Uniforme et drapeau du régiment de Champagne en 1772

Création 1558
Dissolution 1795
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Champagne est un régiment français d'Ancien Régime créé en 1558 sous le nom de légion de Champagne devenu sous la Révolution le 7e régiment d'infanterie de ligne.

Création et différentes dénominationsModifier

  •  : création de la légion de Champagne
  •  : formation du régiment de Gohas à partir de 2 enseignes de Gardes et 15 de Champagne
  •  : renommé régiment de Sainte-Colombe
  • 1579 : renommé régiment d’Épernon
  • 1581 : renommé régiment de Montcassin
  •  : renommé régiment de Champagne
  • 1776 : dédoublé, ses 1er et 3e bataillons formant le régiment d’Austrasie
  • 1791 : renommé 7e régiment d’infanterie de ligne
  • 1794 : son 1er bataillon est réformé par incorporation à la 13e demi-brigade de première formation lors de la formation de la demi-brigade
  •  : réformé, son 2e bataillon étant incorporé à la 14e demi-brigade de première formation lors de la formation de la demi-brigade

ÉquipementModifier

DrapeauxModifier

9 drapeaux, dont un blanc Colonel, et 8 d’Ordonnance « tous verts, & croix blanches »[1].

HabillementModifier

Habit et parements blancs[2].

 
Illustration du régiment de Champagne vers 1700, Vinkhuijzen Collection of Military Costume Illustration réunie par H. J. Vinkhuijzen (1843-1910), New York Public Library.

HistoriqueModifier

Mestres de camp et colonelsModifier

  •  : Jean de Biran de Gohas
  •  : Jean de Montesquiou de Sainte-Colombe
  •  : Jacques de Montesquiou de Sainte-Colombe
  •  : Jean Louis de Nogaret, duc d’Épernon
  •  : Jean Louppiat de Montcassin de Tajan de Grenet
  • 1585 : Antoine Louppiat de Montcassin de Tajan des Houlières
  • 1587 : Roger de Joyeuse, comte de Grandpré
  • 1589 : René de La Jugie, comte de Rieux
  • 1596 : Jacques de Chabot de Mirabeau, comte de Charny
  • 1601 : Alexandre de La Guesle, marquis d’O
  •  : Charles-François de La Baume, marquis de Montrevel, maréchal de camp le , †
  •  : Ferdinand de La Baume, marquis de Montrevel, maréchal de camp le , lieutenant général le , †
  •  : Pierre de La Mothe-Arnaud, Arnaud du Fort, maréchal de camp le , †
  •  : Jean du Caylar de Saint-Bonnet, marquis de Toiras, maréchal de camp le , maréchal de France le , †
  •  : Charles de Nagu, marquis de Varennes
  •  : Roger de Nagu, marquis de Varennes, maréchal de camp le , lieutenant général le , †
  •  : Pierre Bourgeois, comte d’Origny, maréchal de camp le , †
  •  : François-Marie de Revel, comte de Broglio
  •  : Bernardin Gigault, marquis de Bellefonds, maréchal de camp le , lieutenant général le , maréchal de France le , †
  • 1654 : François de Castellane-Adhémar de Monteils, comte de Grignan
  •  : Louis-Gaucher de Castellane-Adhémar de Monteils, comte de Grignan, maréchal de camp le , †
  •  : François-Gilbert des Voisins, marquis d’Ambres
  •  : Robert-Edme-Léonard de Razès, marquis de Monismes, brigadier le , †
  • 1673 : Charles-Maurice de Perein, marquis de Montgaillard, † 1675
  •  : Antoine Charles de Simons, comte de Bois-David, brigadier le , † 1689
  •  : Antoine-Martin Colbert, chevalier, puis bailli de Colbert, brigadier le , †
  • 1689 : Charles-Edouard Colbert, comte de Sceaux
  •  : Jules-Armand Colbert, marquis de Blainville, brigadier le , maréchal de camp le , lieutenant général le , †
  •  : Marie Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, brigadier le , † âgé de 29 ans
  •  : René-François de Froulay, chevalier de Tessé, brigadier le , †
  •  : Charles René Armand de La Trémoille, prince de Tarente puis duc de La Trémoille le , né le , brigadier le , †
  •  : Charles-Bernardin-Geoffroy Gigault, marquis de Bellefonds, brigadier le , déclaré maréchal de camp en par brevet expédié le , †
  •  : Charles Elisabeth de Froulay de Tessé, comte de Froulay, brigadier le , déclaré maréchal de camp en par brevet du 1er mai, †
  •  : Claude-Gustave-Chrétien, marquis des Salles
  •  : Louis-Marie Fouquet de Belle-Isle, comte de Gisors, brigadier le , †
  •  : Jacques Gabriel Louis Le Clerc, marquis de Juigné
  •  : Louis Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay
  •  : Jacques-Gabriel de Chapt, comte de Rastignac
  •  : François-Charles-Gabriel d’Isenghien, vicomte de Gand
  •  : Jean-Anne, comte de La Barthe-Giscaro
  •  : Louis-Étienne Auron Falguereitte de Rebourgueil
  •  : Claude Souchon de Chamron
  •  : Joseph Lamy de Boisconteau

Autres officiersModifier

  • En 1734, les officiers suivants servent dans ce Régiment : le lieutenant-colonel de Sucy, le major de Villa
  • En 1738, les officiers suivants servent dans ce Régiment : le lieutenant-colonel de Sucy, Brigadier, le Major de Tanus, les Aides-Major de Cessy, d'Hostel et de Giac

CompositionModifier

Par l'Ordonnance du revue par l'Ordonnance du , la composition du régiment est la suivante[3] :

  • un colonel, un lieutenant colonel, un major, quatre aides-major, 66 capitaines, 68 lieutenants, 66 lieutenants en second
  • quatre bataillons à 17 compagnies et à 685 soldats, soient 2 740 hommes dans le régiment, compris 126 sergents et 68 tambours, avec 12 drapeaux à 3 par bataillon et une prévôté.

D'après l'Ordonnance du Roi du , le régiment était composé de 120 officiers en pied, de 3 bataillons et de 1 530 soldats[4]. D'après une ordonnance de 1746, le régiment de Champagne est porté à 5 bataillons

D'après l'ordonnance du , le régiment de Champagne est réduit à 4 bataillons : « les sergents et fusiliers des 16 compagnies à réformer seront distribués et incorporés dans les 64 compagnies de fusiliers qui seront conservées par l'ancienneté des capitaines qui les commandent, après avoir completé la compagnie de grenadiers du cinquième bataillon ».

  • quatre bataillons de fusiliers à 16 compagnies de 40 hommes par compagnie

Combats et bataillesModifier

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français de 1762, le régiment conserve ses quatre bataillons.
L'ordonnance arrête également l'habillement et l'équipement du régiment comme suit[5] :
Habit, veste, parements, revers et collet de drap blanc piqué de bleu, culotte de tricot de même couleur; doubles poches en long garnies de six boutons chacune à distance égale, quatre sur la manche, cinq au revers et quatre en dessous : les boutons jaunes, collés et mastiqués sur buis, forme plate, avec le no 2. Chapeau bordé d'or.

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français du 26 avril 1775 Champagne conserve ses 4 bataillons.

Le 7e régiment d’infanterie de ligne a fait les campagnes de 1792 à 1794 à l’armée des Pyrénées-Orientales.

QuartiersModifier

Sous Louis XIII, il était à La Rochelle.

Mémoire et traditionsModifier

Chant de marcheModifier

Auprès de ma blonde attesté lors de l'entrée du régiment au Quesnoy en 1712, sous Villars.

Personnalités ayant servi au régimentModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Histoire de l’infanterie en France, par le lieutenant-colonel Belhomme, tome 1, Paris, Henri Charles-Lavauzelle
  • Pierre Lemau de La Jaisse, Abrégé de la carte générale du militaire de France, (Paris), , 200 p. (lire en ligne).
  • Lemau de la Jaisse, Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer, vol. 1, (Paris), , 109 p. (lire en ligne).
  • Chronologie historique-militaire, par M. Pinard, tomes 2, 4, 6, 7 et 8, Paris 1760, 1761, 1763, 1764 et 1778

Articles connexesModifier

Liens externesModifier