Tour d'Italie 2021

édition 2021 du Tour d'Italie
Tour d'Italie 2021 Cycling (road) pictogram.svg
Généralités
Course104e Tour d'Italie
CompétitionUCI World Tour 2021 2.UWT
Étapes21
Dates8 – 30 mai
Distance3 410,9 km
PaysITA Italie
SLO Slovénie
SUI Suisse
Lieu de départTurin
Lieu d'arrivéeMilan
Équipes23
Partants184
Classés143
Vitesse moyenne39,527 km/h
Résultats
VainqueurCOL Egan Bernal (Ineos Grenadiers)
DeuxièmeITA Damiano Caruso (Bahrain Victorious)
TroisièmeGBR Simon Yates (Team BikeExchange)
Classement par pointsSVK Peter Sagan (Bora-Hansgrohe)
Meilleur grimpeurFRA Geoffrey Bouchard (AG2R Citroën Team)
Meilleur sprinteurBEL Dries De Bondt (Alpecin-Fenix)
Meilleur jeuneCOL Egan Bernal (Ineos Grenadiers)
Super-combatifBEL Dries De Bondt (Alpecin-Fenix)
FugaSUI Simon Pellaud (Androni Giocattoli-Sidermec)
Meilleure équipeGBR Ineos Grenadiers
◀ 20202022 ▶
Commons-logo.svgDocumentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour d'Italie 2021 (en italien : Giro d'Italia 2021) est la 104e édition de cette course cycliste masculine sur route. La course a lieu du au . La course fait partie du calendrier UCI World Tour 2021 en catégorie 2.UWT.

PrésentationModifier

Les 90 ans du maillot roseModifier

Cette 104e édition du Tour d'Italie célèbre les 90 ans du maillot rose de leader du classement général, qui a fait son apparition lors de l'édition 1931[1]. Les organisateurs ont créé, en partenariat avec le musée du cyclisme de Ghisallo et le musée Alessandria città delle biciclette, une exposition virtuelle sur le maillot rose, accessible jusqu'au départ de la course. Via un sondage sur les réseaux sociaux, RCS Sport a également demandé aux fans de l'épreuve de voter pour leur vainqueur préféré de la course : Marco Pantani a devancé Fausto Coppi et 30 autres anciens vainqueurs. Avant cette édition 2021, 254 coureurs ont porté le maillot rose. Parmi eux, Eddy Merckx détient le record avec 78 jours, devant les 57 jours de Francesco Moser et les 50 de Gino Bartali[2].

ParcoursModifier

L'épreuve débute par trois jours dans le Piémont, pour commémorer les 160 ans de l'unification italienne[1]. Après un contre-la-montre inaugural de 9 km autour de Turin, les sprinteurs ont une première chance de lever les bras. L'étape suivante est plus vallonnée, avec notamment deux bosses dans les 15 derniers kilomètres. S'ensuivent alternance entre étapes difficiles, avec des arrivées au sommet (étapes 4 et 6) et des étapes de plaine (étapes 5 et 7). Le week-end, les coureurs disputent deux étapes avec 3 400 m de dénivelé positif chacune, se terminant par les montées vers Guardia Sanframondi puis Campo Felice. L'étape suivante peut sourire aussi bien à une échappée qu'aux sprinteurs, avec un parcours vallonné mais 40 derniers kilomètres en descente puis plats.

Après la première journée de repos, les coureurs empruntent les routes blanches de Toscane, rendues célébres par la course éponyme. Quatre secteurs empierrés, pour 35,2 km au total, sont au programme dans les 70 derniers kilomètres de l'étape. Le lendemain, une nouvelle étape accidentée est programmée, avec quatre ascensions répertoriées, mais cette fois-ci l'arrivée n'est pas jugée au sommet de la dernière montée. Après une étape toute plate, entre Ravenne et Vérone, à l'occasion des 700 ans de la mort de Dante[1], la 14e étape se termine au sommet du mythique Monte Zoncolan. Une virée italo-slovène légèrement vallonnée précède l'étape-reine, avec 5 700 m de dénivelé positif. Les coureurs escaladent notamment le Passo Fedaia (Cima Pantani), le Passo Pordoi (Cima Coppi) et le Passo Giau, avant la descente vers Cortina d'Ampezzo, quelques mois après les mondiaux de ski alpin dans la station.

Le second jour de repos est suivi par une arrivée au sommet inédite, à Sega di Ala, puis l'étape la plus longue de l'épreuve (228 km), avec quatre bosses dans les 30 derniers kilomètres (mais une seule figurant au classement de la montagne). Les organisateurs ont ensuite prévu les deux dernières étapes de montagne : une journée avec trois cols, dont l'ascension finale vers l'Alpe di Mera ; puis un enchaînement de trois cols suisses, deux à plus de 2 000 m d'altitude (le col du San Bernardino et le Passo dello Spluga), avant la montée finale vers l'Alpe Motta. La course se conclut par un contre-la-montre de 29,4 km entre Senago et Milan[1],[3],[4].

ÉquipesModifier

En tant que course World Tour, les 19 équipes World Tour participent automatiquement à la course. En terminant meilleure formation de deuxième division, l'équipe Alpecin-Fenix a le droit, sans obligation, de prendre part à toutes les épreuves du calendrier World Tour. En l'occurrence, la formation a décidé de prendre le départ de l'épreuve. RCS Sport a également invité trois équipes italiennes : Bardiani CSF Faizanè, Eolo-Kometa et Vini Zabù-KTM. Ainsi, 23 équipes participeront à la course, soit une de plus qu'habituellement, en vertu d'un règlement de l'UCI qui autorise les organisateurs des grands tours à inviter une formation supplémentaire pour faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19[5]. Cependant, le , l'équipe Vini Zabu, dont deux de ses coureurs ont été récemment contrôlés positifs (Matteo de Bonis le et Matteo Spreafico lors de la dernière édition)[6], décide de renoncer à sa participation au Giro pour « envoyer un message important au monde du cyclisme. Que ce soit une leçon pour tous les athlètes qui essaient encore de tricher »[7]. Pour compenser ce renoncement, les organisateurs convient la formation italienne Androni Giocattoli-Sidermec[8].

WorldTeams (19)ProTeams (4)

Favoris et principaux participantsModifier

Pour le classement généralModifier

Trois anciens vainqueurs de grands tours sont présents au départ de l'épreuve. Egan Bernal (Ineos-Grenadiers) a gagné le Tour de France 2019 en faisant la différence en montagne, particulièrement dans les cols à plus de 2 000 m d'altitude. Dans le top 5 de toutes les courses qu'il a disputées cette saison, le Colombien a les qualités pour aller chercher le classement général, si ses douleurs au dos ne le handicapent pas. Ces douleurs l'avaient en effet contraint à renoncer au Tour des Alpes deux semaines avant le Giro[9]. Simon Yates (BikeExchange), lauréat du Tour d'Espagne 2018, arrive sur la course en grande condition physique, en témoigne sa victoire sur le récent Tour des Alpes. Cependant, l'exemple de l'édition 2018, où Yates avait pris le maillot rose dès la première étape de montagne, avant de gagner trois étapes puis de craquer à deux jours de l'arrivée, incite à la prudence. Le grimpeur britannique assure avoir appris de cet épisode : « une course comme le Giro se gagne toujours en troisième semaine. Je le sais par expérience personnelle. C'est pourquoi j'ai besoin d'être attentif et calme. Vous devez comprendre que cette course dure trois semaines, pas une »[10]. Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) est un spécialiste du Tour d'Italie, avec des podiums lors des six éditions qu'il a disputées entre 2010 et 2019, dont la victoire finale en 2013 et 2016. Seulement septième l'an passé, il aborde l'épreuve sans certitude sur sa condition physique, à cause d'une fracture au poignet trois semaines avant le départ[11].

Les formations DSM et Deceuninck-Quick Step se présentent avec un duo de prétendants au classement général. L'équipe allemande aligne en effet Jai Hindley, deuxième en 2020, et Romain Bardet, sur le podium du Tour de France en 2016 et 2017. La formation belge compte sur João Almeida, quatrième du classement général et porteur du maillot rose durant 15 jours l'an passé, et Remco Evenepoel, qui s'est adjugé toutes les courses par étapes qu'il a disputées en 2020, mais qui n'a plus couru depuis sa chute sur le Tour de Lombardie neuf mois plus tôt.

Mikel Landa et Pello Bilbao (Bahrain Victorious), Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe), Aleksandr Vlasov (Astana-Premier Tech), Dan Martin (Israel Start-Up Nation), Hugh Carthy (EF Education-Nippo), George Bennett (Jumbo-Visma), Bauke Mollema (Trek-Segafredo), Marc Soler (Movistar) et Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers) peuvent également prétendre à un bon classement général.

On compte également plusieurs outsiders cités pour une bonne place au classement général, comme Domenico Pozzovivo (Qhubeka-Assos) Davide Formolo (UAE Team Emirates) et Giulio Ciccone (Trek-Segafredo)[12],[13],[14].

Pour le classement par pointsModifier

Deuxième du classement par points en 2020, Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), sept fois lauréat de ce classement sur la Grande Boucle, est le grand favori pour aller chercher le maillot cyclamen, grâce à son expérience et sa polyvalence[15]. Le Slovaque est opposé pour ce classement à de nombreux sprinteurs, qui doivent passer les nombreuses étapes de montagne présentes dans la seconde moitié de la course pour espérer l'emporter. Caleb Ewan (Lotto-Soudal), vainqueur d'au moins deux étapes lors de ses trois derniers grands tours, est considéré comme le sprinteur le plus rapide au départ du Giro. Déjà vainqueurs du classement par points, avec en prime quatre étapes chacun, respectivement en 2017 et 2018, Fernando Gaviria (UAE Emirates) et Elia Viviani (Cofidis) cherchent à rebondir après une saison et demie loin de leurs meilleurs niveaux, Gaviria ayant été affecté par le Covid-19 et Viviani ayant du s'adapter à une nouvelle équipe. Giacomo Nizzolo (Qhubeka-Assos) est le troisième ancien vainqueur au départ de l'épreuve (2015 et 2016), mais n'a jamais levé les bras sur le Tour d'Italie. Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma), de retour après sa suspension pour avoir provoqué la chute de Fabio Jakobsen sur le Tour de Pologne 2020, et le cyclo-crossman Tim Merlier (Alpecin-Fenix), qui dispute son premier grand tour, peuvent aussi se mêler à la lutte pour le maillot cyclamen[16]. Matteo Moschetti (Trek-Segafredo), Andrea Pasqualon (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) et David Dekker (Jumbo-Visma) sont aussi à surveiller lors des sprints massifs[17].

Pour le classement de la montagneModifier

Comme souvent sur les grands tours, la lutte pour le classement de la montagne s'annonce très ouverte. Plusieurs anciens vainqueurs de ce type de classement sur les grands tours se présentent au départ de la course. Sur le Tour d'Italie, Giovanni Visconti (Bardiani CSF), Mikel Landa, Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) et Ruben Guerreiro (EF Education-Nippo) se sont imposés respectivement en 2015, 2017, 2019 et 2020. Sur le Tour de France, Romain Bardet, maillot à pois en 2019, est le seul ancien vainqueur à avoir fait le déplacement. Lors de la Vuelta, Nicolas Edet (Cofidis), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Davide Villella (Movistar) et Geoffrey Bouchard (AG2R La Mondiale) se sont adjugés ce classement respectivement en 2013, 2017, 2018 et 2019. Ces coureurs font partie des principaux candidats pour le maillot bleu, tout comme les meilleurs grimpeurs des favoris du classement général Egan Bernal et Simon Yates[18].

Pour le classement des jeunesModifier

Les deux favoris pour remporter le maillot blanc récompensant le coureur de moins de 25 ans le mieux classé au classement général sont Egan Bernal (Ineos Grenadiers) et Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step).

Ils sont opposés à Daniel Martinez et Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers), João Almeida (Deceuninck-Quick Step), Alexander Cepeda (Androni Giocattoli-Sidermec), Jai Hindley (Team DSM) et Aleksandr Vlasov (Astana-Premier Tech). Clément Champoussin, Harold Tejada, Tobias Foss et Gino Mäder peuvent également créer la surprise[19].

Victoires d'étapesModifier

Déjà vainqueurs d'étape sur le Tour de France et le Tour d'Espagne dans le passé, Dan Martin, Tony Gallopin et Bauke Mollema sont en lice sur ce Giro pour rejoindre la liste des cyclistes vainqueurs d'étapes sur les trois grands tours[20].

Le puncheur Diego Ulissi (UAE-Team Emirates), qui a accumulé huit victoires d'étapes sur le Giro au cours de sa carrière, est également attendu sur les étapes vallonnées, tandis que le champion du monde du contre-la-montre Filippo Ganna (Ineos Grenadiers) est le favori des épreuves chronométrées[14].

Déroulement de la courseModifier

8 - 10 mai : Ganna en rose dans le PiémontModifier

Champion du monde de la spécialité, Filippo Ganna (Ineos-Grenadiers) remporte le contre-la-montre inaugural, avec 10 et 13 secondes d'avance sur les coureurs de la formation Jumbo-Visma, Edoardo Affini et Tobias Foss. L'italien s'empare ainsi des maillots rose, cyclamen et blanc. Parmi les favoris du classement général[21], les plus rapides sont João Almeida (Deceuninck-Quick Step), 4e à 17 secondes, son coéquipier Remco Evenepoel, 7e à 19 secondes, et Aleksandr Vlasov (Astana), 11e à 24 secondes. Simon Yates (BikeExchange), Hugh Carthy (EF Education-Nippo), Egan Bernal (Ineos-Grenadiers), Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) et George Bennett (Jumbo-Visma) concèdent environ 40 secondes sur le vainqueur, Mikel Landa (Bahrain-Victorious) et Romain Bardet (DSM) une dizaine de secondes de plus. Jai Hindley (DSM), Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe) et Daniel Martin (Israel Start-Up Nation) terminent respectivement à 46, 55 et 57 secondes de Ganna.

Le lendemain, trois Italiens d'équipes invitées forment l'échappée du jour : Filippo Tagliani (Androni Giocattoli-Sidermec), Umberto Marengo (Bardiani CSF Faizanè) et Vincenzo Albanese (Eolo-Kometa). Ce dernier s'empare du maillot bleu à l'occasion de la seule ascension répertoriée du jour, avant de perdre sa place en tête de course sur ennui mécanique. Lors du premier sprint intermédiaire, Fernando Gaviria (UAE Emirates) remporte le sprint pour la 3e place, devant Elia Viviani (Cofidis), Andrea Pasqualon (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). Le duo de tête est ensuite repris par le peloton. Ganna prend 3 secondes de bonifications lors du second sprint intermédiaire, devant Evenepoel et Iljo Keisse (Deceuninck-Quick Step). Tim Merlier (Alpecin-Fenix) prend la tête du classement par points en étant le plus rapide lors du sprint final, devant le champion d'Europe Giacomo Nizzolo (Qhubeka-Assos) et Elia Viviani. Ganna conforte son maillot rose, avec 13 secondes d'avance sur Affini, 16 sur Foss et 20 sur Evenepoel et Almeida. L'équipe Alpecin-Fenix s'impose ainsi dès la première étape en ligne du premier grand tour de son histoire. Membre de l'échappée matinale, Taco van der Hoorn (Intermarche-Wanty-Gobert Materiaux) distance son dernier compagnon de fugue, Simon Pellaud (Androni Giocattoli-Sidermec), à 9 km de l'arrivée de la 3e étape. Il résiste au retour du peloton et s'adjuge l'étape. Quatre secondes plus tard, Davide Cimolai (Israel Start-Up Nation) remporte le sprint du peloton devant Sagan. Quatre membres du Top 10 du classement général, dont Affini, perdent une dizaine de minutes.

11 - 15 mai : échappées victorieuses et Ewan domine les sprintsModifier

25 coureurs s'échappent et se disputent la victoire d'étape à l'occasion de la première arrivée au sommet. Joe Dombrowski (UAE Emirates) fait coup double, avec un succès d'étape et la tête du classement de la montagne. Il devance de 13 secondes Alessandro De Marchi (Israel Start-Up Nation) et de 27 Filippo Fiorelli (Bardiani CSF Faizanè). Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) attaque dans le final, vite rejoint par Mikel Landa, puis Egan Bernal, Aleksandr Vlasov et Hugh Carthy. Ce quintet termine à 1 minute 37 du gagnant, Evenepoel, Bardet, Yates et Martin à 1 minute 48, Domenico Pozzovivo (Qhubeka-Assos), Buchmann, Nibali, Pavel Sivakov (Ineos-Grenadiers), Hindley, Marc Soler (Movistar) et Peio Bilbao (Bahrain-Victorious) à 2 minutes 11, Bennett à 3 minutes 06 et Almeida à 5 minutes 58. De Marchi s'empare de la tête du classement général, devant cinq de ses compagnons d'échappée. Dombrowski et Louis Vervaeke (Alpecin-Fenix) complètent le podium, avec 22 et 42 secondes de retard. Désormais 5e à 1 minute du maillot rose, Attila Valter (Groupama-FDJ) est le nouveau maillot blanc. A 1 minute 24 du leader, Vlasov est le premier favoris, avec 4 secondes de marge sur Evenepoel. Le russe possède une quinzaine de secondes d'avance sur Carthy et Bernal, 10 de plus sur Landa et Yates, 39 sur Bardet et environ une minute sur Bilbao, Nibali, Soler et Hindley. Lors de l'étape suivante, au premier sprint intermédiaire, Gaviria est le plus rapide derrière les deux échappés et devance Viviani et Merlier. Plusieurs chutes émaillent le final : Mikel Landa est contraint à l'abandon, tandis que Pavel Sivakov et Joe Dombrowski sont non-partant le lendemain. Caleb Ewan (Lotto-Soudal) s'adjuge l'étape au sprint, en devançant Giacomo Nizzolo, qui prend ainsi la tête du classement par points, Elia Viviani, Peter Sagan et Fernando Gaviria.

Lors de la 6e étape, la formation Ineos-Grenadiers profite des conditions météo difficiles (vent et pluie) pour provoquer des cassures lors de la transition entre les deux premiers cols de la journée, piégant notamment le maillot rose. Dans la deuxième descente du jour, Matej Mohorič (Bahrain-Victorious) fait la différence au sein de l'échappée, avec dans sa roue son coéquipier Gino Mäder, ainsi que Bauke Mollema (Trek-Segafredo) et Dario Cataldo (Movistar). Romain Bardet, Giulio Ciccone et Alberto Bettiol (EF Education-Nippo) sortent du peloton dans cette même descente, mais sont repris au pied de la montée finale. Mohorič se relève à 13 km de l'arrivée. Mäder attaque à 3,3 km du sommet et va ainsi chercher la victoire d'étape et la tête du classement de la montagne. Il devance de 12 secondes Egan Bernal, qui a accéléré dans le dernier kilomètre, Dan Martin et Remco Evenepoel, de 14 Giulio Ciccone, de 27 Marc Soler, de 29 Hugh Carthy, Aleksandr Vlasov, Simon Yates et le maillot blanc, de 40 Emanuel Buchmann et Romain Bardet, de 57 Vincenzo Nibali, de 1 minute 18 Peio Bilbao et de 2 minutes 38 Jai Hindley. Attila Valter est le nouveau leader du classement général, avec 11 secondes d'avance sur Evenepoel, 16 sur Bernal, 24 sur Vlasov, 38 sur Carthy, 41 sur Ciccone, 47 sur Martin et 49 sur Yates. Aucun changement au classement général n'est à signaler le lendemain, où la journée se termine par un sprint massif. Caleb Ewan se montre une nouvel fois le plus rapide, ce qui lui permet de s'emparer du maillot cyclamen. Il s'impose devant Davide Cimolai et Tim Merlier. Le sprinteur Australie|australien est contraint à l'abandon, à cause d'une chute au km 35 de l'étape suivante. Le maillot cyclamen échoit ainsi à son dauphin Tim Merlier. L'échappée, composée de 9 coureurs, se dispute une nouvelle fois la victoire d'étape. Victor Lafay (Cofidis) accélère à 2,2 km de l'arrivée et gagne avec une quarantaine de secondes d'avance sur Francesco Gavazzi (Eolo-Kometa), Nikias Arndt (DSM), Nélson Oliveira (Movistar) et Giovanni Carboni (Bardiani CSF Faizanè). Aucune attaque de favoris n'a lieu dans l'ascension finale, le groupe maillot rose franchit la ligne avec 4 minutes 48 de retard. Seulement trois membres du Top 20 du classement général concèdent du temps au maillot rose : Rein Taaramäe (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) perd 18 secondes, Louis Vervaeke 25 secondes et Peio Bilbao 30 secondes. Vervaeke chute de la 5e à la 10e place du classement général, à désormais 50 secondes du leader.

16 - 30 mai : victoire d'Egan BernalModifier

La formation Bahrain-Victorious tente un coup de force dans la première partie de l'étape suivante, en plaçant trois coureurs dans la première échappée, Damiano Caruso (6e du classement général, à 39 secondes), Gino Mäder et Matej Mohorič. Avec la présence également, notamment, de Daniel Martínez (Ineos-Grenadiers), 12e à 1 minute 05, le peloton ne laisse pas ce groupe prendre du champ. Le maillot bleu passe en tête au sommet du premier col du jour, devant Bauke Mollema et Geoffrey Bouchard (AG2R-Citroën). Mohorič chute dans la descente et doit quitter la course. Une échappée de 17 éléments va ensuite se développer après 70 km de course, sans Caruso ni Martinez. Bouchard passe en tête des deux ascensions suivantes, prenant ainsi la tête du classement de la montagne. Dans la montée finale, Bouchard attaque à 9,5 km de l'arrivée. Il est rejoint par Koen Bouwman (Jumbo-Visma), au pied du secteur empierré final, long de 1600 mètres. Le duo conserve quelques secondes d'avance sur les favoris du Giro, mais l'attaque de Vlasov, contré par Bernal sonne la glas des fuyards, qui sont déposés par Bernal puis le reste des cadors à 400 m du sommet. Le grimpeur colombien va chercher l'étape, avec 7 secondes d'avance sur Ciccone et Vlasov, 10 secondes sur Evenepoel et Martin, 12 secondes sur Caruso, Bardet, Soler, Martinez, Almeida, Formolo, Carthy, Buchmann et Yates, 35 secondes sur Foss et Nibali, 49 secondes sur Vervaeke et Valter. Egan Bernal s'empare du maillot rose et du maillot blanc, avec 15 secondes d'avance sur Remco Evenepoel, 21 sur Aleksandr Vlasov et 36 sur Giulio Ciccone. Attila Valter chute au 5e rang, à 43 secondes du leader, juste devant Hugh Carthy et Damiano Caruso. Dan Martin, Simon Yates et Davide Formolo complètent le Top 10, avec respectivement 51 secondes, 55 secondes et 1 minute 01 de retard. L'équipe Bora-Hansgrohe accélère dans les 55 derniers kilomètres avant le premier jour de repos et réussit à distancer des sprinteurs, notamment Dylan Groenewegen, Tim Merlier et le champion d'Europe. Les deux premiers du classement général vont ensuite se disputer les bonifications du second sprint intermédiaire : Jhonatan Narváez (Ineos-Grenadiers) remporte le sprint devant Evenepoel et Bernal. Le maillot rose possède désormais 14 secondes d'avance sur Evenepoel et 22 sur Vlasov. Le sprint final est perturbé par la chute de Max Kanter (DSM) dans le dernier kilomètre. Peter Sagan conclut l'étape victorieusement, en devançant Fernando Gaviria et Davide Cimolai. Ce succès permet à Sagan de devenir le nouveau leader du classement par points.

Le peloton laisse une nouvelle fois filer l'échappée, composée de 11 coureurs, sur les célèbres routes blanches toscanes. Mauro Schmid (Qhubeka-Assos) devance au sprint Alessandro Covi (UAE Emirates), Harm Vanhoucke (Lotto-Soudal) complète le podium 26 secondes plus tard. L'équipe Ineos-Grenadiers prend la course en main dans les différents secteurs empierrés, distançant de nombreux favoris, notamment Remco Evenepoel, qui craque au début du troisième secteur. Dans la deuxième ascension du Passo del Lume Spento, après le dernier secteur blanc, Emmanuel Buchmann attaque, avant d'être rejoint par Egan Bernal, qui avait lui-même contré une accélération d'Aleksandr Vlasov. Le maillot rose termine 11e de l'étape, à 3 minutes 09 du gagnant. Il devance de 3 secondes Buchmann, de 13 secondes Vlasov, de 16 secondes Caruso, Yates et Foss et de 32 secondes Carthy. Tous les autres favoris concèdent plus d'une minute 30 sur le grimpeur colombien. Ciccone perd 1 minute 47, Soler, Nibali et Martinez environ 2 minutes, Evenepoel et Bardet 2 minutes 08 et Valter 3 minutes 07, tandis que Formolo et Martin terminent à 9 minutes 23 du gagnant. Bernal conforte ainsi son leadership au classement général, seuls quatre de ses rivaux sont à moins d'une minute 30 au classement : Vlasov, Caruso, Carthy et Yates possèdent respectivement 45 secondes, 1 minute 12, 1 minute 17 et 1 minute 22 de retard. Valter, Martin et Formolo sortent du Top 10. A l'inverse, Buchmann, Foss et Martinez y entrent, désormais à 1 minute 50, 2 minutes 49 et 3 minutes 15 du maillot rose. Les 16 fuyards se disputent la victoire sur la 12e étape. Andrea Vendrame (AG2R-Citroën) devance au sprint Christopher Hamilton (DSM), tandis que 15 secondes plus tard le champion de Nouvelle-Zélande George Bennett bat Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo). Bouchard conforte son maillot bleu en franchissant en tête les trois premiers cols de la journée. Ciccone et Nibali attaquent dans la dernière côte, sans succès, le requin de Messine en remet une couche dans la descente et reprend 7 secondes sur la ligne au peloton. Marc Soler est contraint à l'abandon, à cause d'une chute dès les premiers kilomètres. Après 11 deuxième place sur le Tour d'Italie, Giacomo Nizzolo décroche enfin sa première victoire sur un grand tour le lendemain. Il devance au sprint Edoardo Affini et Peter Sagan. Ce dernier conserve la tête du classement par points, avec 9 pts d'avance sur le champion d'Europe.

ÉtapesModifier

Étape Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape sam. 8 mai TurinTurin
 
8,6   Filippo Ganna   Filippo Ganna
2e étape dim. 9 mai StupinigiNovare
 
179   Tim Merlier   Filippo Ganna
3e étape lun. 10 mai BiellaCanale
 
190   Taco van der Hoorn   Filippo Ganna
4e étape mar. 11 mai PlaisanceSestola
 
187   Joe Dombrowski   Alessandro De Marchi
5e étape mer. 12 mai ModèneCattolica
 
177   Caleb Ewan   Alessandro De Marchi
6e étape jeu. 13 mai Grottes de Frasassi – San Giacomo
 
160   Gino Mäder   Attila Valter
7e étape ven. 14 mai NotarescoTermoli
 
181   Caleb Ewan   Attila Valter
8e étape sam. 15 mai FoggiaGuardia Sanframondi
 
170   Victor Lafay   Attila Valter
9e étape dim. 16 mai Castel di Sangro – Campo Felice
 
158   Egan Bernal   Egan Bernal
10e étape lun. 17 mai L'AquilaFoligno
 
139   Peter Sagan   Egan Bernal
mar. 18 mai
 
Journée de repos no 1
11e étape mer. 19 mai PérouseMontalcino
 
162   Mauro Schmid   Egan Bernal
12e étape jeu. 20 mai SienneBagno di Romagna
 
212   Andrea Vendrame   Egan Bernal
13e étape ven. 21 mai RavenneVérone
 
198   Giacomo Nizzolo   Egan Bernal
14e étape sam. 22 mai CittadellaMonte Zoncolan
 
205   Lorenzo Fortunato   Egan Bernal
15e étape dim. 23 mai GradoGorizia
 
147   Victor Campenaerts   Egan Bernal
16e étape lun. 24 mai SacileCortina d'Ampezzo
 
153   Egan Bernal   Egan Bernal
mar. 25 mai
 
Journée de repos no 2
17e étape mer. 26 mai Canazei – Sega di Ala
 
193   Dan Martin   Egan Bernal
18e étape jeu. 27 mai RoveretoStradella
 
231   Alberto Bettiol   Egan Bernal
19e étape ven. 28 mai Abbiategrasso – Alpe di Mera
 
166   Simon Yates   Egan Bernal
20e étape sam. 29 mai Verbania – Alpe Motta
 
164   Damiano Caruso   Egan Bernal
21e étape dim. 30 mai SenagoMilan
 
30,3   Filippo Ganna   Egan Bernal

ClassementsModifier

Classement général finalModifier

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erEgan Bernal     ColombieIneos Grenadiers86 h 17 min 28 s
2eDamiano Caruso   ItalieBahrain Victorious+ 1 min 29 s
3eSimon Yates   Royaume-UniTeam BikeExchange+ 4 min 15 s
4eAleksandr Vlasov   RussieAstana-Premier Tech+ 6 min 40 s
5eDaniel Martínez   ColombieIneos Grenadiers+ 7 min 24 s
6eJoão Almeida   PortugalDeceuninck-Quick Step+ 7 min 24 s
7eRomain Bardet   FranceTeam DSM+ 8 min 05 s
8eHugh Carthy   Royaume-UniEF Education-Nippo+ 8 min 56 s
9eTobias Foss   NorvègeJumbo-Visma+ 11 min 44 s
10eDan Martin   IrlandeIsrael Start-Up Nation+ 18 min 35 s
11eGeorge Bennett   Nouvelle-ZélandeJumbo-Visma+ 25 min 35 s
12eKoen Bouwman   Pays-BasJumbo-Visma+ 30 min 56 s
13ePello Bilbao   EspagneBahrain Victorious+ 37 min 58 s
14eAttila Valter   HongrieGroupama-FDJ+ 45 min 30 s
15eDavide Formolo   ItalieUAE Team Emirates+ 47 min 21 s
16eLorenzo Fortunato   ItalieEolo-Kometa+ 47 min 31 s
17eDiego Ulissi   ItalieUAE Team Emirates+ 56 min 31 s
18eVincenzo Nibali   ItalieTrek-Segafredo+ 1 h 03 min 59 s
19eGorka Izagirre   EspagneAstana-Premier Tech+ 1 h 04 min 12 s
20eLouis Vervaeke   BelgiqueAlpecin-Fenix+ 1 h 05 min 09 s
Source : ProCyclingStats


Classements annexesModifier

Classement par pointsModifier

 Classement par points
CoureurPaysÉquipePoints
1erPeter Sagan    SlovaquieBora-Hansgrohe136 pts
2eDavide Cimolai   ItalieIsrael Start-Up Nation118 pts
3eFernando Gaviria   ColombieUAE Team Emirates116 pts
4eElia Viviani   ItalieCofidis86 pts
5eEgan Bernal     ColombieIneos Grenadiers80 pts
6eDries De Bondt   BelgiqueAlpecin-Fenix71 pts
7eAndrea Pasqualon   ItalieIntermarché-Wanty-Gobert Matériaux61 pts
8eSimone Consonni   ItalieCofidis60 pts
9eEdoardo Affini   ItalieJumbo-Visma59 pts
10eAlberto Bettiol   ItalieEF Education-Nippo57 pts

Classement du meilleur grimpeurModifier

 Classement de la montagne
CoureurPaysÉquipePoints
1erGeoffrey Bouchard    FranceAG2R Citroën Team184 pts
2eEgan Bernal     ColombieIneos Grenadiers140 pts
3eDamiano Caruso   ItalieBahrain Victorious99 pts
4eDan Martin   IrlandeIsrael Start-Up Nation83 pts
5eSimon Yates   Royaume-UniTeam BikeExchange61 pts
6eJoão Almeida   PortugalDeceuninck-Quick Step54 pts
7eBauke Mollema   Pays-BasTrek-Segafredo53 pts
8eLorenzo Fortunato   ItalieEolo-Kometa52 pts
9eRomain Bardet   FranceTeam DSM49 pts
10eMichael Storer   AustralieTeam DSM46 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

 Classement du meilleur jeune
CoureurPaysÉquipeTemps
1erEgan Bernal     ColombieIneos Grenadiers86 h 17 min 28 s
2eAleksandr Vlasov   RussieAstana-Premier Tech+ 6 min 40 s
3eDaniel Martínez   ColombieIneos Grenadiers+ 7 min 24 s
4eJoão Almeida   PortugalDeceuninck-Quick Step+ 7 min 24 s
5eTobias Foss   NorvègeJumbo-Visma+ 11 min 44 s
6eAttila Valter   HongrieGroupama-FDJ+ 45 min 30 s
7eLorenzo Fortunato   ItalieEolo-Kometa+ 47 min 31 s
8eMichael Storer   AustralieTeam DSM+ 1 h 49 min 05 s
9eHarold Tejada   ColombieAstana-Premier Tech+ 2 h 01 min 12 s
10eAlessandro Covi   ItalieUAE Team Emirates+ 2 h 03 min 30 s

Classement par équipesModifier

 Classement par équipes
ÉquipePaysÉquipe
1reIneos Grenadiers   Royaume-Uni259 h 30 min 31 s
2eJumbo-Visma   Pays-Bas+ 26 min 52 s
3eTeam DSM   Allemagne+ 29 min 09 s
4eAstana-Premier Tech   Kazakhstan+ 33 min 05 s
5eTeam BikeExchange   Australie+ 1 h 15 min 12 s
6eTrek-Segafredo   États-Unis+ 1 h 27 min 09 s
7eMovistar Team   Espagne+ 1 h 28 min 18 s
8eDeceuninck-Quick Step   Belgique+ 1 h 37 min 51 s
9eBahrain Victorious   Bahreïn+ 1 h 51 min 05 s
10eUAE Team Emirates   Émirats arabes unis+ 1 h 54 min 04 s

Autres classementsModifier

Classements UCIModifier

La course attribue des points au Classement mondial UCI 2021 selon le barème suivant[24] :

Barème de points pour ce Tour d'Italie
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e à 25e 26e à 30e 31e à 40e 41e à 50e 51e à 55e 56e à 60e
Classement général 850 680 575 460 380 320 260 220 180 140 120 100 84 68 60 56 52 48 44 40 32 24 20 16 12 8
Par étapes 100 40 20 12 4
Classements finaux annexes 100 40 20
Leader par étapes 20

Points gagnés à l'issue de la courseModifier

Nombre de points marqués sur la course
Rang Coureur Équipe Général Etape Leader Annexe Total
1er   Egan Bernal Ineos Grenadiers 850 312 240 40 1442
2e   Damiano Caruso Bahrain Victorious 680 136 - 20 836
3e   Simon Yates BikeExchange 575 120 - - 695
4e   Aleksandr Vlasov Astana-Premier Tech 460 24 - - 484
5e   João Almeida Deceuninck-Quick Step 320 100 - - 420
6e   Daniel Martínez Ineos Grenadiers 380 20 - - 400
7e   Romain Bardet Team DSM 260 52 - - 312
8e   Dan Martin Israel Start-Up Nation 140 124 - - 264
9e   Filippo Ganna Ineos Grenadiers - 200 60 - 260
10e   Peter Sagan Bora-Hansgrohe - 156 - 100 256

Classements mondiaux à l'issue de la courseModifier

Classement individuel
Rang Coureur Équipe Points
1er
2e
3e
4e
5e
6e
7e
8e
9e
10e
Classement par équipes
Rang Équipe Points
1er
2e
3e
4e
5e
6e
7e
8e
9e
10e

Gains par équipesModifier

Les gains cumulés par équipes lors du Tour d'Italie 2021 sont répertoriés dans le tableau ci-dessous[25].

Rang Équipe Pays Gains Meilleur classement
général
Victoire(s)
d'étape
Maillot rose
(jours)
Classements annexes
1er Ineos Grenadiers   Royaume-Uni 438 894    1er 4 15   Classement du meilleur jeune
Classement par équipes
Cima Coppi
2e Bahrain Victorious   Bahreïn 193 873  2e 2 Classement du fair-play
3e BikeExchange   Australie 92 804  3e 1
4e Israel Start-Up Nation   Israël 70 924  10e 1 2
5e Jumbo-Visma   Pays-Bas 59 602  9e
6e Qhubeka Assos   Afrique du Sud 55 929  57e 3
7e UAE Team Emirates   Émirats arabes unis 55 805  15e 1
8e Deceuninck-Quick Step   Belgique 51 711  6e
9e Alpecin-Fenix   Belgique 51 572  20e 1 Classement des sprints intermédiaires
Classement de la combativité
10e Team DSM   Allemagne 49 185  7e
11e Astana-Premier Tech   Kazakhstan 48 356  4e
12e Bora-Hansgrohe   Allemagne 43 705  32e 1   Classement par points
13e Lotto-Soudal   Belgique 35 761  79e 2
14e AG2R Citroën   France 35 472  41e 1   Classement de la montagne
15e Cofidis   France 34 884  110e 1
16e Eolo-Kometa   Italie 33 869  16e 1
17e EF Education-Nippo   États-Unis 30 352  8e 1
18e Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux   Belgique 23 527  26e 1
19e Trek-Segafredo   États-Unis 23 120  18e
20e Androni Giocattoli-Sidermec   Italie 19 911  47e Classement Fuga Bianchi
21e Bardiani CSF Faizanè   Italie 19 738  35e
22e Groupama-FDJ   France 16 545  14e 3
23e Movistar   Espagne 9 721  22e

Évolution des classementsModifier

RèglementsModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rose, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 secondes à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 secondes au second sprint intermédiaire de chaque étape). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors des contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape. Ce classement est le plus important de la course et le gagnant est le vainqueur du Giro.

Le classement par points, dont le leader porte le maillot cyclamen, est l'addition des points attribués à l'arrivée des étapes et au premier sprint intermédiaire de chaque étape en ligne. Comme c'est le cas depuis 2014, la répartition des points est différente selon le type d'étape. Ainsi, le classement par points est établi en fonction du barème suivant :

  • Pour les arrivées des étapes dites « sans difficulté » ou de « basse difficulté » : 50, 35, 25, 18, 14, 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point(s) pour les 15 premiers coureurs classés ;
  • Pour les arrivées des étapes dites de « moyenne difficulté » : 25, 18, 12, 8, 6, 5, 4, 3, 2, 1 point(s) pour les 10 premiers coureurs classés ;
  • Pour les arrivées des étapes dites de « haute montagne » et les contre-la-montre individuels : 15, 12, 9, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point(s) pour les 10 premiers coureurs classés ;
  • Pour les sprints intermédiaires (le premier de chaque étape en ligne) : 12, 8, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point(s) pour les 8 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, nombre de sprints intermédiaires, classement général.

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot bleu, consiste en l'addition des points obtenus au sommet des différentes ascensions classées tout au long de l'épreuve, en fonction du barème suivant :

  • Pour l'ascension dite Cima Coppi : 50, 30, 20, 14, 10, 6, 4, 2 et 1 point pour les 9 premiers coureurs classés ;
  • Pour les ascensions de 1re catégorie : 40, 18, 12, 9, 6, 4, 2 et 1 point pour les 8 premiers coureurs classés ;
  • Pour les ascensions de 2e catégorie : 18, 8, 6, 4, 2 et 1 point pour les 6 premiers coureurs classés ;
  • Pour les ascensions de 3e catégorie : 9, 4, 2 et 1 point pour les 4 premiers coureurs classés ;
  • Pour les ascensions de 4e catégorie : 3, 2 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans la Cima Coppi, les ascensions de 1re, de 2e, de 3e, puis de 4e catégorie, et le classement général.

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés après le .

Il existe également un classement pour les équipes. Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe, sauf lors du contre-la-montre par équipes, où l'on prend le temps de l'équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classements par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées[26].

Suivi étape par étapeModifier

Étape Vainqueur Classement général   Classement par points   Classement de la montagne   Classement du meilleur jeune   Classement par équipes
1 Filippo Ganna Filippo Ganna Filippo Ganna non-attribué Filippo Ganna Jumbo-Visma
2 Tim Merlier Tim Merlier Vincenzo Albanese
3 Taco van der Hoorn
4 Joe Dombrowski Alessandro De Marchi Joe Dombrowski Attila Valter Bahrain Victorious
5 Caleb Ewan Giacomo Nizzolo
6 Gino Mäder Attila Valter Gino Mäder
7 Caleb Ewan Caleb Ewan
8 Victor Lafay Tim Merlier Ineos Grenadiers
9 Egan Bernal Egan Bernal Geoffrey Bouchard Egan Bernal
10 Peter Sagan Peter Sagan
11 Mauro Schmid
12 Andrea Vendrame
13 Giacomo Nizzolo
14 Lorenzo Fortunato
15 Victor Campenaerts Trek-Segafredo
16 Egan Bernal
17 Dan Martin Ineos Grenadiers
18 Alberto Bettiol Team DSM
19 Simon Yates Ineos Grenadiers
20 Damiano Caruso
21 Filippo Ganna
Classements finals Egan Bernal Peter Sagan Geoffrey Bouchard Egan Bernal Ineos Grenadiers

Liste des participantsModifier

  Liste des participants
Ineos Grenadiers
IGD
NumCoureurPos
1  Egan Bernal (COL)   1er
2  Jonathan Castroviejo (ESP) 23e
3  Filippo Ganna (ITA)   (chrono) 118e
4  Daniel Martínez (COL)  (chrono) 5e
5  Gianni Moscon (ITA) 24e
6  Jhonatan Narváez (ECU) 49e
7  Salvatore Puccio (ITA) 94e
8  Pavel Sivakov (RUS) NP-6
Directeur sportif : Matteo Tosatto, Dario Cioni
AG2R Citroën Team
ACT
NumCoureurPos
11  Tony Gallopin (FRA) 60e
12  François Bidard (FRA) NP-6
13  Geoffrey Bouchard (FRA)  58e
14  Clément Champoussin (FRA) AB-9
15  Alexis Gougeard (FRA) 114e
16  Lawrence Naesen (BEL) 119e
17  Andrea Vendrame (ITA) 50e
18  Lawrence Warbasse (USA) 41e
Directeur sportif : Stéphane Goubert, Artūras Kasputis
Alpecin-Fenix
AFC
NumCoureurPos
21  Tim Merlier (BEL) NP-11
22  Dries De Bondt (BEL)  (route) 91e
23  Jimmy Janssens (BEL) 65e
24  Alexander Krieger (GER) 140e
25  Senne Leysen (BEL) 101e
26  Oscar Riesebeek (NED) 104e
27  Gianni Vermeersch (BEL) 87e
28  Louis Vervaeke (BEL) 20e
Directeur sportif : Bart Leysen, Michel Cornelisse
Androni Giocattoli-Sidermec
ANS
NumCoureurPos
31  Alexander Cepeda (ECU) NP-19
32  Simon Pellaud (SUI) 69e
33  Andrii Ponomar (UKR) 67e
34  Simone Ravanelli (ITA) 71e
35  Eduardo Sepúlveda (ARG) 47e
36  Filippo Tagliani (ITA) 123e
37  Natnael Tesfatsion (ERI) 92e
38  Nicola Venchiarutti (ITA) 132e
Directeur sportif : Giovanni Ellena, Alessandro Spezialetti
Astana-Premier Tech
APT
NumCoureurPos
41  Aleksandr Vlasov (RUS) 4e
42  Samuele Battistella (ITA) 82e
43  Fabio Felline (ITA) NP-20
44  Gorka Izagirre (ESP) 19e
45  Vadim Pronskiy (KAZ) 40e
46  Luis León Sánchez (ESP)  (route) 33e
47  Matteo Sobrero (ITA) 61e
48  Harold Tejada (COL) 36e
Directeur sportif : Giuseppe Martinelli, Bruno Cenghialta
Bahrain Victorious
TBV
NumCoureurPos
51  Mikel Landa (ESP) AB-5
52  Yukiya Arashiro (JPN) 77e
53  Pello Bilbao (ESP)  (chrono) 13e
54  Damiano Caruso (ITA) 2e
55  Gino Mäder (SUI) AB-12
56  Matej Mohorič (SLO) AB-9
57  Jan Tratnik (SLO) 70e
58  Rafael Valls (ESP) 96e
Directeur sportif : Gorazd Štangelj, Alberto Volpi
Bardiani CSF Faizanè
BCF
NumCoureurPos
61  Giovanni Visconti (ITA) 95e
62  Enrico Battaglin (ITA) 85e
63  Giovanni Carboni (ITA) 35e
64  Filippo Fiorelli (ITA) 108e
65  Davide Gabburo (ITA) 106e
66  Umberto Marengo (ITA) 139e
67  Filippo Zana (ITA) 73e
68  Samuele Zoccarato (ITA) 105e
Directeur sportif : Roberto Reverberi, Mirko Rossato
Bora-Hansgrohe
BOH
NumCoureurPos
71  Peter Sagan (SVK)  117e
72  Giovanni Aleotti (ITA) 80e
73  Cesare Benedetti (ITA) 103e
74  Maciej Bodnar (POL) 136e
75  Emanuel Buchmann (GER) AB-15
76  Matteo Fabbro (ITA) 32e
77  Felix Großschartner (AUT) 42e
78  Daniel Oss (ITA) 112e
Directeur sportif : Ján Valach, Christian Pömer
Cofidis
COF
NumCoureurPos
81  Elia Viviani (ITA) 135e
82  Natnael Berhane (ERI)  (route) AB-15
83  Simone Consonni (ITA) 110e
84  Nicolas Edet (FRA) AB-14
85  Victor Lafay (FRA) NP-19
86  Rémy Rochas (FRA) AB-17
87  Fabio Sabatini (ITA) 133e
88  Attilio Viviani (ITA) 142e
Directeur sportif : Roberto Damiani, Jean-Luc Jonrond
Deceuninck-Quick Step
DQT
NumCoureurPos
91  Remco Evenepoel (BEL) NP-18
92  João Almeida (POR) 6e
93  Rémi Cavagna (FRA)  (chrono) 68e
94  Mikkel Honoré (DEN) 81e
95  Iljo Keisse (BEL) 121e
96  James Knox (GBR) 53e
97  Fausto Masnada (ITA) AB-12
98  Pieter Serry (BEL) 56e
Directeur sportif : Davide Bramati, Geert Van Bondt
EF Education-Nippo
EFN
NumCoureurPos
101  Hugh Carthy (GBR) 8e
102  Jonathan Caicedo (ECU)  AB-11
103  Simon Carr (GBR) 66e
104  Ruben Guerreiro (POR) AB-15
105  Jens Keukeleire (BEL) 78e
106  Julius van den Berg (NED) 125e
107  Alberto Bettiol (ITA) 30e
109  Tejay van Garderen (USA) 84e
Directeur sportif : Tom Southam, Matti Breschel
Eolo-Kometa
EOK
NumCoureurPos
111  Manuel Belletti (ITA) AB-6
112  Vincenzo Albanese (ITA) 75e
113  Mark Christian (GBR) 76e
114  Márton Dina (HUN) 100e
115  Lorenzo Fortunato (ITA) 16e
116  Francesco Gavazzi (ITA) 29e
117  Edward Ravasi (ITA) 46e
118  Samuele Rivi (ITA) 129e
Directeur sportif : Stefano Zanatta, Sean Yates
Groupama-FDJ
GFC
NumCoureurPos
121  Rudy Molard (FRA) 37e
122  Matteo Badilatti (SUI) 34e
123  Antoine Duchesne (CAN) 115e
124  Simon Guglielmi (FRA) 90e
125  Sébastien Reichenbach (SUI) AB-16
126  Romain Seigle (FRA) 88e
127  Attila Valter (HUN) 14e
128  Lars van den Berg (NED) 64e
Directeur sportif : Philippe Mauduit, Sébastien Joly
Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux
IWG
NumCoureurPos
131  Jan Hirt (CZE) 26e
132  Quinten Hermans (BEL) 43e
133  Wesley Kreder (NED) 128e
134  Riccardo Minali (ITA) 143e
135  Andrea Pasqualon (ITA) 72e
136  Simone Petilli (ITA) 44e
137  Rein Taaramäe (EST) 51e
138  Taco van der Hoorn (NED) 107e
Directeur sportif : Valerio Piva, Steven De Neef
Israel Start-Up Nation
ISN
NumCoureurPos
141  Dan Martin (IRL) 10e
142  Patrick Bevin (NZL) 48e
143  Matthias Brändle (AUT) 130e
144  Davide Cimolai (ITA) 127e
145  Alessandro De Marchi (ITA) AB-12
146  Alex Dowsett (GBR) AB-12
147  Krists Neilands (LAT) NP-2
148  Guy Niv (ISR) 74e
Directeur sportif : Nicki Sørensen, Claudio Cozzi
Jumbo-Visma
TJV
NumCoureurPos
151  George Bennett (NZL)  (route) 11e
152  Edoardo Affini (ITA) 113e
153  Koen Bouwman (NED) 12e
154  David Dekker (NED) NP-14
155  Tobias Foss (NOR) 9e
156  Dylan Groenewegen (NED) NP-14
157  Paul Martens (GER) 99e
158  Jos van Emden (NED) AB-15
Directeur sportif : Arthur van Dongen, Maarten Wynants
Lotto-Soudal
LTS
NumCoureurPos
161  Caleb Ewan (AUS) AB-8
162  Jasper De Buyst (BEL) AB-9
163  Thomas De Gendt (BEL) NP-16
164  Kobe Goossens (BEL) AB-12
165  Roger Kluge (GER) AB-14
166  Tomasz Marczyński (POL) NP-9
167  Stefano Oldani (ITA) 79e
168  Harm Vanhoucke (BEL) 86e
Directeur sportif : Mario Aerts, Marc Wauters
Movistar Team
MOV
NumCoureurPos
171  Marc Soler (ESP) AB-12
172  Dario Cataldo (ITA) 54e
173  Matteo Jorgenson (USA) 98e
174  Nélson Oliveira (POR) 27e
175  Antonio Pedrero (ESP) 22e
176  Einer Rubio (COL) 39e
177  Albert Torres (ESP) 138e
178  Davide Villella (ITA) 55e
Directeur sportif : Maximilian Sciandri, José Vicente García Acosta
Team BikeExchange
BEX
NumCoureurPos
181  Simon Yates (GBR) 3e
182  Michael Hepburn (AUS) 120e
183  Christopher Juul Jensen (DEN) 97e
184  Tanel Kangert (EST) 21e
185  Cameron Meyer (AUS)  (route) 111e
186  Mikel Nieve (ESP) 25e
187  Nick Schultz (AUS) NP-18
188  Callum Scotson (AUS) 83e
Directeur sportif : Gene Bates, Matthew White
Team DSM
DSM
NumCoureurPos
191  Jai Hindley (AUS) NP-14
192  Nikias Arndt (GER) 62e
193  Romain Bardet (FRA) 7e
194  Nico Denz (GER) 102e
195  Chris Hamilton (AUS) 45e
196  Max Kanter (GER) 116e
197  Nicolas Roche (IRL) 59e
198  Michael Storer (AUS) 31e
Directeur sportif : Philip West, Matthew Winston
Qhubeka Assos
TQA
NumCoureurPos
201  Giacomo Nizzolo (ITA)   (route) NP-15
202  Victor Campenaerts (BEL) NP-17
203  Kilian Frankiny (SUI) 57e
204  Bert-Jan Lindeman (NED) 122e
205  Domenico Pozzovivo (ITA) NP-7
206  Mauro Schmid (SUI) 93e
207  Max Walscheid (GER) 124e
208  Łukasz Wiśniowski (POL) 131e
Directeur sportif : Aart Vierhouten, Gabriele Missaglia
Trek-Segafredo
TFS
NumCoureurPos
211  Vincenzo Nibali (ITA) 18e
212  Gianluca Brambilla (ITA) AB-19
213  Giulio Ciccone (ITA) NP-18
214  Koen de Kort (NED) 134e
215  Amanuel Gebrezgabihier (ERI) 63e
216  Bauke Mollema (NED) 28e
217  Jacopo Mosca (ITA) 52e
218  Matteo Moschetti (ITA) 141e
Directeur sportif : Kim Andersen, Adriano Baffi
UAE Team Emirates
UAD
NumCoureurPos
221  Davide Formolo (ITA) 15e
222  Valerio Conti (ITA) 89e
223  Alessandro Covi (ITA) 38e
224  Joe Dombrowski (USA) NP-6
225  Fernando Gaviria (COL) 109e
226  Sebastián Molano (COL) 126e
227  Maximiliano Richeze (ARG) 137e
228  Diego Ulissi (ITA) 17e
Directeur sportif : Marco Marzano, Fabio Baldato

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (es) « Así es el 104 Giro de Italia », sur biciciclismo.com,
  2. (en) « Giro d'Italia: 90 years of the Maglia Rosa », sur cyclingnews.com,
  3. (en) « Giro d'Italia 2021 route revealed », sur cyclingnews.com,
  4. « Tour d'Italie 2021 : Le parcours du Giro dévoilé, les grands classiques au rendez-vous », sur eurosport.fr,
  5. « Tour d'Italie 2021 : Trois équipes italiennes (Bardiani, Eolo-Kometa et Vini Zabu) invitées au Giro », sur eurosport.fr,
  6. « Dopage : Vini Zabu renonce au Tour d'Italie », sur eurosport.fr,
  7. « Le team Vini Zabu ne sera pas sur le Giro 2021. Quelle équipe sera alors invitée? », sur be-celt.com,
  8. « Tour d'Italie - Androni Giocattoli-Sidermec remplace la Vini Zabù », sur cyclismactu.net,
  9. « Tour d'Italie - Vite au top, déjà au second rang : Egan Bernal, un Giro pour nous rappeler à l'ordre », sur eurosport.fr,
  10. (en) « Simon Yates plays down top favourite status for Giro d'Italia », sur cyclingnews.com,
  11. « Tour d'Italie - "Je ne peux pas vous dire où j'en suis" : Nibali aborde le Giro sans certitudes », sur eurosport.fr,
  12. (en) « Giro d’Italia 2021: The Essential race preview », sur cyclingnews.com,
  13. « Tour d'Italie - Bernal, Bardet, Yates... ce sont les favoris du Giro », sur cyclismactu.net,
  14. a et b Preview: Your guide to the 2021 Giro d'Italia contenders, sprinters and more - CyclingTips
  15. (it) « Favoriti Maglia Ciclamino Giro d’Italia 2021: tutti contro Peter Sagan », sur cyclingpro.net,
  16. (en) « Giro d'Italia 2021 - The seven fastest sprinters to watch », sur cyclingnews.com,
  17. « Tour d'Italie - Ewan, Sagan, Viviani... Les 10 sprinteurs à suivre ! », sur cyclismactu.net,
  18. (it) « Favoriti Maglia Azzurra Giro d’Italia 2021: la sfida è (come sempre) molto aperta », sur cyclingpro.net,
  19. Giro 2021 – La course aux maillots distinctifs : les prétendants aux différentes tunique
  20. Riders that can complete GT stage trilogy
  21. « Joao Almeida déjà là, Egan Bernal moyen, Romain Bardet déjà loin : le point sur les favoris du Giro », sur eurosport.fr,
  22. Chaque sprint intermédiaire attribue 10, 6, 3, 2 et 1 pt(s) aux cinq premiers
  23. Un point par kilomètre en tête de course, à partir de 5 km en tête effectués seul ou dans un groupe de 10 coureurs ou moins
  24. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.008, Barème des points applicables, dispositions générales - version au 1er janvier 2021 » [PDF], sur uci.ch (consulté le )
  25. (en) « Prize money team ranking », sur procyclingstats.com,
  26. (it) « Regolamento Giro d’Italia 2021: Abbuoni, Classifiche, Combattività, Punti, GPM, Tempo Massimo », sur cyclingpro.net,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :