George Bennett (cyclisme)

coureur cycliste néo-zélandais

George Bennett, né le à Nelson (Nouvelle-Zélande), est un coureur cycliste néo-zélandais. Il est membre de l'équipe Jumbo-Visma. Spécialiste des courses par étapes, il a notamment remporté le Tour de Californie 2017.

George Bennett
Bornem - Ronde van België, proloog, individuele tijdrit, 27 mei 2015 (A040).JPG
George Bennett lors du contre-la-montre individuel du prologue du Tour de Belgique 2015 à Bornem.
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (30 ans)
NelsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Grimpeur[1]
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
08.2011-12.2011RadioShack (stagiaire)
2012RadioShack-Nissan
2013RadioShack-Leopard
2014Cannondale
2015-2018Lotto NL-Jumbo
2019-Jumbo-Visma
Principales victoires

BiographieModifier

George Bennett devient coureur professionnel en 2012 au sein de l'équipe RadioShack[2],[3],[4], qui l'engage pour deux ans. Le début de sa première année est gêné par une blessure au genou[5].

 
George Bennett au Tour de l'Utah 2013.

En début d'année 2013, Bennett est quinzième du Tour Down Under. Au printemps, il dispute le Tour d'Italie, son premier grand tour terminé à la 122e place. Durant l'été, il est dix-huitième du Tour d'Autriche, onzième du Tour de l'Utah, huitième du Tour du Colorado. En octobre, il est vingtième du Tour de Pékin.

En fin d'année 2013, George Bennett est recruté pour un an par l'équipe Cannondale[4]. Durant cette saison, il est notamment neuvième du Tour de l'Utah. Au Tour d'Espagne, il réalise un bon début de course. Une chute lors de la huitième étape l'amène à renoncer à disputer le classement général[6]. Il termine cette Vuelta à la 89e place. Il représente la Nouvelle-Zélande lors du championnat du monde sur route, dont il prend la 95e place.

À l'issue de la saison 2014, l'équipe Cannondale disparaît. Bennett rejoint l'équipe néerlandaise Lotto NL-Jumbo[2]. Il commence l'année 2015 au championnat de Nouvelle-Zélande sur route, dont il prend la cinquième place. Il fait ses débuts avec sa nouvelle équipe au Tour Down Under, qu'il termine à la dixième place. Initialement prévu pour disputer le Tour d'Italie, il est finalement non-partant lors de la première étape, en raison d'un taux de cortisol trop bas.

En , George Bennett prend la troisième place de l'étape-reine du Tour de Californie, qui l'amène à la même place au classement général. Une contre-performance en contre-la-montre le fait reculer à la neuvième place. Il termine septième du classement général. Après avoir pris la quatorzième place du Critérium du Dauphiné, il est sélectionné pour son premier Tour de France. Il y remplace Robert Gesink, blessé, et doit épauler le leader de l'équipe, Wilco Kelderman. À la suite de la chute de ce dernier lors de la septième étape, George Bennett a pour consigne de participer à des échappées. C'est ainsi le cas lors de la neuvième étape, dont il prend à la septième place, à Arcalis. Il chute trois jours plus tard. Malgré les maux de tête lors des jours suivants, il poursuit la course et figure à nouveau dans une échappée lors de la quinzième étape[7]. Finissant 53e de ce Tour, le contrat qui le lie à Lotto NL-Jumbo est prolongé de deux ans. Une semaine plus tard, il prend la quinzième place de la Classique de Saint-Sébastien[7]. Début août, il représente la Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques de Rio, et termine 33e de la course en ligne, où 79 coureurs ont abandonné[7]. Il décrit la course comme la plus difficile de sa carrière[8]. Il est ensuite aligné au Tour d'Espagne en tant qu'équipier de Steven Kruijswijk, il se concentre sur le classement général après la chute de ce dernier, lors de la cinquième étape. Il se classe quatrième de la quatorzième étape, remportée au col d'Aubisque par son coéquipier Gesink, et se hisse alors à la douzième place du classement général. Il termine dixième de cette Vuelta, et est le premier Néo-Zélandais à atteindre ce classement[7]. Durant la fin d'année, il souffre d'une mononucléose infectieuse et doit se reposer durant l'intersaison[9].

En 2017, il devient le premier Néo-Zélandais à remporter le classement général d'une épreuve du calendrier UCI World Tour, après sa victoire sur le Tour de Californie[10]. En juillet, il participe à son deuxième Tour de France, mais abandonne au milieu de la 16e étape 16 en raison d'une gastro-entérite[11].

L'année suivante, il accumule les tops 10 sur les courses World Tour : quatrième du Tour de Pologne, sixième du Tour de Catalogne, neuvième de Tirreno-Adriatico et dixième du Tour de Lombardie. En mai, il se classe huitième du Tour d'Italie (meilleure performance de l'histoire pour un coureur néo-Zélandais) et déclare que Froome « a fait une Landis ! », après la 19e étape où Christopher Froome a attaqué à 80 kilomètres de l'arrivée pour s'envoler vers la victoire[12]. Sa saison 2019 est marquée par sa sixième place sur Paris-Nice et sa quatrième position au Tour de Californie. Il court ensuite le Tour de France et le Tour d'Espagne en tant qu'équipier pour Steven Kruijswijk (3e du Tour) et Primož Roglič (vainqueur de la Vuelta).

Palmarès et classements mondiauxModifier

PalmarèsModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour de FranceModifier

3 participations

Tour d'ItalieModifier

2 participations

Tour d'EspagneModifier

6 participations

Classements mondiauxModifier

Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
UCI World Tour nc[13] nc[14] nc[15] 157e[16] 96e[17] 73e[18]
UCI Europe Tour 887e[19] 427e[20]
UCI Oceania Tour 3e[21]
Légende : nc = non classé

Notes et référencesModifier

  1. (en) « George Bennett », sur radioshacknissantrek.com (consulté le 9 juin 2012)
  2. a et b (en) « NZ cyclist George Bennett joins TeamLottoNL », sur stuff.co.nz, (consulté le 17 janvier 2015)
  3. (en) « Bio », sur georgebennettcycling.com (consulté le 17 janvier 2015)
  4. a et b (en) « George Bennett signs one year deal with Cannondale », sur cyclingnews.com, (consulté le 17 janvier 2015)
  5. (en) « NZ neo-pro George Bennett is keen for action », sur roadcycling.co.nz, (consulté le 17 janvier 2015)
  6. (en) « Vuelta a Espana stage 9 preview », sur cyclingquotes.com, (consulté le 17 janvier 2015)
  7. a b c et d (en) « Momentous 2016 season for George Bennett », sur cyclingnews.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  8. Daniel Gilhooly, « Gamble doesn't pay for shattered George Bennett », Stuff.co.nz,‎ (lire en ligne, consulté le 7 août 2016)
  9. (en) « Bennett sidelined with glandular fever », sur cyclingnews.com, (consulté le 22 décembre 2016)
  10. « George Bennett becomes first Kiwi to win World Tour cycling event at Tour of California », Stuff.co.nz,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2017)
  11. « Tour de France 2017: George Bennett forced to pull out due to illness », Newshub,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017)
  12. Giro: Bennett vraiment très surpris par Froome vendredi, « il a fait une Landis »
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  18. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  19. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  20. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  21. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :