Remco Evenepoel

coureur cycliste belge

Remco Evenepoel, né le à Schepdael, est un coureur cycliste belge. Considéré comme l'un des principaux espoirs du cyclisme, il fait ses débuts professionnels en 2019 avec l'équipe World Tour belge Deceuninck-Quick Step. Il a notamment remporté la Classique de Saint-Sébastien en 2019, le championnat d'Europe du contre-la-montre en 2019, le Tour de Pologne en 2020, le Tour de Belgique en 2019[2] et en 2021[3] et le Tour du Danemark[4] en 2021.

Remco Evenepoel
Image dans Infobox.
Remco Evenepoel sur le podium du championnat du monde du contre-la-montre juniors en 2018.
Informations
Surnom
Le Phénomène
Le petit cannibale
Le nouveau Merckx
L'aéroballe[1]
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Distinctions
Équipes amateurs
2017Forte Young CT
2018Acrog-Pauwels-Sauzen
Équipes professionnelles
Principales victoires

BiographieModifier

Remco Evenepoel est le fils de Patrick Evenepoel, lui-même coureur cycliste dans les années 1990. Il est souvent surnommé « le nouveau Merckx », mais ne supporte pas cette comparaison[5].

FootballModifier

Remco Evenepoel commence sa carrière de footballeur à l'âge de cinq ans au RSC Anderlecht[6]. Entre onze et quatorze ans, il joue trois saisons au poste de milieu défensif avec le PSV Eindhoven, après quoi il revient à Anderlecht[7]. En 2014 et 2015, Evenepoel joue un total de quatre matchs avec la sélection nationale belge U15. En 2015 et 2016, il joue cinq matches avec la sélection U16. En 2016, il finit treizième du semi-marathon de Bruxelles en h 16 min 15 s[8] à 16 ans 9 mois.

Après avoir dû rester plusieurs fois sur les bancs des remplaçants à Anderlecht, il rejoint le KV Malines début 2017[7],[9]. Là, il arrête sa carrière de footballeur quatre mois plus tard[6].

CyclismeModifier

Carrière en junior amateurModifier

 
Remco Evenepoel aux championnats du monde de cyclisme sur route en septembre 2018.

En , il fait ses débuts dans le cyclisme, sport dans lequel son père Patrick Evenepoel était professionnel de 1992 à 1994 (vainqueur notamment du Grand Prix de Wallonie en 1993). Dans sa première course avec les juniors (moins de 19 ans), il termine 71e, mais deux mois plus tard, il obtient sa première victoire. Il termine la saison 2017 avec sept victoires dont La Philippe Gilbert Juniors et la Route des Géants[10], deux courses vallonnées du calendrier international. À la fin de la saison, il est sélectionné pour le championnat du monde à Bergen, en Norvège, mais doit abandonner après trois chutes.

Dans sa deuxième saison avec les juniors, il commence avec une victoire dans le championnat de club à Rumst. Il remporte ensuite Kuurne-Bruxelles-Kuurne juniors et la Guido Reybrouck Classic, puis le championnat de Belgique du contre-la-montre juniors début mai. Ce jour-là, il roule huit secondes plus vite que le champion de Belgique espoirs (moins de 23 ans)[11]. Une semaine plus tard, après deux victoires d'étapes, il gagne le général de la Course de la Paix juniors, l'une des courses par étapes les plus difficiles et prestigieuses du calendrier des juniors[12]. Fin mai, il remporte une étape et le classement final du Trophée Centre Morbihan et devient champion de Belgique sur route juniors.

En juillet, il devient champion d'Europe du contre-la-montre juniors. Il gagne devant son compatriote Ilan Van Wilder et l'Italien Antonio Tiberi. Dans la catégorie espoirs, seul Edoardo Affini réalise un meilleur temps que lui[13]. Dans la course en ligne, deux jours plus tard, Evenepoel attaque à 100 kilomètres de l'arrivée et gagne avec une avance de près de dix minutes sur le Suisse Alexandre Balmer[14]. C'est également la première fois qu'un coureur réalise le doublé course en ligne et contre-la-montre dans cette catégorie. Trois jours plus tard, il signe un contrat de deux ans avec l'équipe World Tour belge Quick-Step Floors[15],[16]. En septembre, il devient champion du monde du contre-la-montre juniors avec une minute vingt-trois d'avance sur son dauphin Lucas Plapp. Dans la course en ligne, deux jours plus tard, après être revenu d'une chute en début de course, Evenepoel attaque à 38 kilomètres de l'arrivée et gagne avec plus d'une minute d avance sur ses opposants. Il devient le premier coureur à obtenir le doublé course en ligne et contre-la-montre dans cette catégorie tant en championnat d'Europe qu'au championnat du monde. En octobre, il gagne le Chrono des Nations juniors, sa dernière course avant de passer professionnel avec Deceuninck-Quick-Step en 2019[17]. Il ne roulera donc pas dans la catégorie espoirs et rejoint directement le peloton des professionnels à l'âge de 19 ans.

Carrière professionnelleModifier

2019 : titre européen, médaille mondiale et succès sur la Classique de Saint-SébastienModifier
 
Victoire sur la Classique de Saint-Sébastien

La première course professionnelle à son programme est le Tour de San Juan, où, lors du contre-la-montre, il obtient la troisième place, et termine à la neuvième place et meilleur jeune[18]. Durant l'UAE Tour, sa première course World Tour, il chute et abandonne lors de la troisième étape, après s'être classé quinzième de l'étape reine à Jebel Hafeet (en). Sur le Tour de Turquie, il prend la quatrième place de l'étape reine et du général[19]. En juin, lors de la manche des Hammer Series ayant lieu au Limbourg, il guide son équipe vers la victoire dans le Hammer Climb[20].

Il remporte la semaine suivante sa première victoire professionnelle lors de la deuxième étape du Tour de Belgique dont il gagne le classement final devant Victor Campenaerts et Tim Wellens[21]. Troisième du championnat de Belgique de contre-la-montre derrière Wout Van Aert et Yves Lampaert, il est, le dimanche suivant, le grand animateur de la course en ligne du championnat de Belgique sur route à Gand. Il reprend la compétition lors de l'Adriatica Ionica Race. Échappé lors de l'étape reine, il s'impose le lendemain après s'être extirpé du peloton dans les 20 derniers kilomètres.

Le , il participe à sa première classique, la Classique de Saint-Sébastien. Il prend part à cette course pour aider Julian Alaphilippe, tenant du titre, mais ce dernier abandonne en course. Evenepoel peut donc jouer sa carte personnelle. Il est distancé par les favoris à 38 kilomètres de l'arrivée mais parvient à revenir quelques kilomètres plus tard. Parti en tête à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée avec le Letton Toms Skujins, il distance son compagnon d'échappée dans la dernière ascension et s'impose en solitaire, devançant son compatriote Greg Van Avermaet de 38 secondes et devenant à 19 ans et 7 mois le plus jeune vainqueur d'une course World Tour.

Le double champion d'Europe du contre-la-montre et tenant du titre Victor Campenaerts déclare forfait, Evenepoel le remplace et devient, le , champion d'Europe du contre-la-montre sur route élite à Alkmaar[22]. Il dédie cette victoire à son compatriote Bjorg Lambrecht, décédé quelques jours plus tôt au Tour de Pologne, ainsi qu'à son équipier Stef Loos, mort dans une collision en mars. Le , il devient à 19 ans le plus jeune médaillé de ces championnats en étant vice-champion du monde du contre-la-montre derrière l'Australien Rohan Dennis, tenant du titre[23]. En décembre, il est élu sportif belge de l'année[24].

2020 : 4 courses à étapes avant une lourde blessureModifier

Ayant gardé de bons souvenirs de son Tour de San Juan 2019, il réitère le choix d'y commencer sa saison pour sa deuxième année chez les professionnels. Pris lors de la première étape dans une chute causée par un spectateur à 3,5 kilomètres de la ligne d'arrivée, le jury des commissaires décide finalement de classer les coureurs impliqués dans le même temps que le vainqueur du jour, Rudy Barbier. Cela lui permet de revêtir le maillot de leader du classement général à la suite de la 3e étape et de son large succès lors du contre-la-montre, devançant de plus de 30 secondes Filippo Ganna, deuxième[25]. Lors de la cinquième étape qui se termine par un col, Remco est piégé dans une bordure. Il reprend sa place dans le groupe des favoris au début du col et se classe cinquième de l'étape, conservant ainsi sa première place au classement général. Deux jours plus tard, il remporte ainsi le Tour de San Juan. Le , il remporte l'étape reine du Tour de l'Algarve devant Maximilian Schachmann et Dan Martin et s'empare du classement général par la même occasion[26]. Trois jours plus tard, il remporte la course grâce à une victoire lors du contre-la-montre final, avec 10 secondes d'avance sur le champion du monde en titre Rohan Dennis[27].

À la suite de la pandémie de Covid-19, il reprend sa saison le lors du Tour de Burgos. Grâce à une accélération à deux kilomètres de l'arrivée, laissant sur place George Bennett, Mikel Landa et Esteban Chaves, habitués des arrivées en altitude, il s'impose au sommet du Picon Blanco lors de la troisième étape et prend la tête du classement général[28], qu'il conserve jusqu'au bout. Le , il gagne la quatrième étape du Tour de Pologne et prend le maillot de leader de l'épreuve en surclassant ses adversaires après une échappée solitaire d'une cinquantaine de kilomètres. Il coupe la ligne d'arrivée à Bukowina Tatrzańska avec près de deux minutes d'avance sur son plus proche poursuivant, Jakob Fuglsang, en brandissant le dossard de son coéquipier Fabio Jakobsen, victime d'une lourde chute lors du sprint de la première étape[29]. Il remporte le Tour le lendemain à l'issue de l'étape finale remportée par son coéquipier Davide Ballerini. Il comptabilise ainsi sa neuvième victoire de la saison, sa quatrième course par étapes de l'année en autant de participations et sa première course par étapes sur le World Tour[30].

Le , lors du Tour de Lombardie, membre du groupe de tête, il chute dans la descente du Mur de Sormano à 40 kilomètres de l'arrivée. Il commet une erreur de trajectoire à l'entrée d'un pont en pierre, son vélo heurtant un parapet, le projetant une dizaine de mètres en contrebas[31]. Il souffre d'une fracture du bassin et d'une contusion au poumon à la suite de cette chute, provoquant la fin de sa saison[32]. Il avouera avoir eu beaucoup de chance d'être tombé à un endroit où le sol était très rocailleux[33]. Avec 9 victoires engrangées lors d'une année 2020 pourtant interrompue pour lui dès le , il termine troisième du classement des coureurs ayant remporté le plus de victoires derrière Arnaud Démare (14 victoires) et Primož Roglič (12 victoires) et ex æquo avec Tadej Pogačar[34].

2021 : le retour en maiModifier

Remco Evenepoel commence 2021 en rejoignant son équipe en stage sur la Costa Blanca. Il continue sa convalescence qui se déroule d’une façon satisfaisante. Il déclare mi-janvier qu’il n’est plus monté sur un vélo depuis plusieurs semaines en raisons de douleurs, et ajoute qu’il n’y a pas d'inquiétude à avoir, étant toujours dans les temps dans son planning de revalidation[35].  Interrompant son stage pour revenir en Belgique, il passe des examens qui indiquent une cicatrisation non complète. Il doit alors attendre trois semaines de plus avant de reprendre les entrainements sur route[36].

Le 8 février 2021, son équipe annonce qu'un examen récent montre que la blessure a assez guéri pour reprendre les entrainements. Il déclare alors être très heureux de cette nouvelle et vouloir procéder étape par étape, de décider de son programme, mais surtout de progresser[37]. Il reprend alors les entrainements en intérieur uniquement, jusqu'au 19 février quand il publie un message sur ses réseaux sociaux, annonçant sa première sortie en extérieur[38]. Sur Sporza, il confie avoir commis des erreurs de communication avec les docteurs, notamment en cachant une douleur à la hanche mais aussi avoir été très inquiet, car son os avait du mal à se consolider et que si, c'était maintenant chose faite, l'intérieur devait encore être renforcé[39].

Il effectue alors plusieurs sorties avec ses co-équipiers pour retrouver des kilomètres, par exemple en faisant une reconnaissance partielle du Circuit Het Nieuwsblad 2021, sans y participer ou lors d'un stage d'altitude sur le Teide[40] ou en Sierra Nevada. Le 6 avril 2021, son équipe, Deceuninck-Quick-Step annonce que Remco Evenepoel prolonge son contrat avec le Wolfpack jusqu'en 2026. Un contrat étonnant par sa longueur dans le temps, mais témoignant de l'ambition du manager du jeune coureur belge, Patrick Lefevere. Ce dernier voulant construire un projet à plus long terme, tourné désormais aussi vers les grands tours ce qui converge avec les ambitions d'Evenepoel[41].

Il prépare activement le Giro en continuant les entrainements, sur les routes de Liège-Bastogne-Liège et en reconnaissance sur l'étape des chemins de vigne, 11ème étape du Giro, similaire aux Strade Bianche[42]. La tactique de Deceuninck-Quick-Step s'articulera autour de João Almeida. Evenepoel, qui assume y aller sans ambition, aura quant à lui le rôle d'électron libre dû à l'inconnue de sa forme lors de la reprise en compétition[43]. Il effectue son retour à la compétition le 8 mai lors du Giro, soit 267 jours après sa chute. Il se classe 7e de la première étape disputée contre-la-montre, à 2 secondes de son coéquipier João Almeida. Il grimpe dans le classement général au fur et à mesure des étapes de la première semaine. Il est 4e à la fin de la deuxième étape[44], 3e après la troisième étape[45]. À la fin de la première semaine de course, il est deuxième du classement général, à 14 secondes derrière Egan Bernal, vainqueur du Tour de France 2019, ce qui lui permet de porter pendant plusieurs jours le maglia bianca. Après neuf mois sans compétition, le jeune Belge impressionne en devançant des coureurs comme Simon Yates et Dan Martin[46].

Cependant, il perd plus de 2 minutes sur Egan Bernal lors de la 11e étape et il recule à la 7e place. Il déclare vouloir encore viser un top 10[47] bien que cela sera compliqué à cause de coureurs comme Romain Bardet, derrière lui au classement et jugés plus fort en montagne. Il subit une lourde défaillance sur la 16e étape, dans les Dolomites, terminant 58e à 25 minutes du vainqueur et leader du classement général Egan Bernal. Lors de la 17e étape, il surprend en se faisant lâcher du peloton très tôt dans la course pour recoller quelques kilomètres plus tard. Iljo Keisse déclare que Evenepoel s'était relevé pour économiser de l'énergie car ce dernier avait prévu quelque chose pour l'étape du lendemain, mais qu'il a rattrapé accidentellement le peloton[48]. Lors de cette même étape, dans la descente du col de San Valentino, Evenepoel chute et passe au-dessus de la rambarde de sécurité. Selon lui, c'est un accident qui n'aurait pas du se produire, mais il n'avait aucune chance d'éviter une chute[49]. Un son de cloche confirmé par son directeur sportif, Klaas Lodewyck, qui estime que le virage à l'aveugle et la vitesse ont rendu la chute quasi inévitable[50]. Alors qu'il se relève et s'assied sur le rail de sécurité, Mikel Nieve arrive et lui fonce dedans causant encore plus de blessures[51]. Finalement, Evenepoel, souffrant de lacérations de la peau et de contusions, quitte le Giro avant le départ de la 18e étape[52]. Il quitte donc son premier grand tour en concluant être triste d'abandonner la course prématurément, mais que cela lui a été d'une bonne expérience et qu'il espère y revenir un jour[53].

 
Remco Evenepoel avec le maillot de leader du Tour de Belgique 2021

Remco Evenepoel reprend la compétition au Tour des onze villes où il se met au service de son équipier Mark Cavendish[54]. Il décide in extremis de participer au Tour de Belgique dont il est le dernier vainqueur en 2019. Auteur d'une échappée lors de la première étape, il termine deuxième de l'étape mais s'empare du maillot bleu de leader grâce aux bonifications qu'il avait récoltées en cours d'étape. Le lendemain, il remporte sa première victoire de l'année en s'adjugeant la deuxième étape disputée contre-la-montre à Knokke-Heist et en creusant un bel écart avec ses principaux adversaires. Avec son équipe, il contrôle les trois dernières étapes et remporte le classement général de cette course[55]. Le 16 juin, il participe au contre-la-montre des Championnats de Belgique de cyclisme sur route sur un parcours de 37,6 kilomètres autour d’Ingelmunster. Il y réalise le deuxième chrono et termine à 20 secondes[56] de son équipier Yves Lampaert. Le 20 juin, il prend part à la course en ligne dont il est l'un des favoris[57]. Il arrive à suivre l'attaque décisive de Wout van Aert avec lequel il collabore directement avant d'être rejoints peu après par Edward Theuns. Bien qu'il ait essayé d'attaquer plusieurs fois[58] pour lâcher ses compagnons, Evenepoel arrive au sprint, où il se sait battu d'avance et termine troisième de la course[59]. C'est la dernière course à laquelle il participe jusqu'aux épreuves olympiques de cyclisme sur route au Japon. Lors de ces Jeux Olympiques, il termine 49ème de la course en ligne où son compatriote Wout Van Aert remporte la médaille d'argent et 9ème de l'épreuve contre-la-montre à plus de deux minutes du vainqueur Primož Roglič.

Du 10 au 14 août, il participe au Tour du Danemark. Vainqueur en solitaire de la troisième étape en dominant nettement ses adversaires malgré une sortie de route dans une descente, il s'adjuge le classement général non sans avoir remporté la cinquième et dernière étape disputée contre-la-montre[60]. Le 26 août, il remporte sa vingtième victoire professionnelle lors de la Course des raisins à Overijse après un raid solitaire de 60 kilomètres et malgré l'interruption momentanée de la course à 30 km du terme à cause d'un véhicule en feu le long du parcours[61]. Deux jours plus tard, il participe à la Brussels Cycling Classic dont le final se déroule à proximité de son domicile. Faisant partie d'un groupe de sept coureurs à l'avant de la course, il se retrouve avec le seul Aimé De Gendt en tête à la suite d'une erreur de parcours de cinq de ses adversaires. Il lâche ensuite De Gendt sur un tronçon en faux plat montant à 11 kilomètres du terme et franchit la ligne d'arrivée en vainqueur à Bruxelles[62]. Ensuite, il participe au Benelux Tour mais, malade, il est non-partant au départ de la cinquième étape.

Le 9 septembre, il est l'un des deux représentants belges à l'épreuve contre-la-montre des Championnats d'Europe disputés à Trente en Italie. Bien que le tracé plat et très roulant du parcours de 22,4 km ne le favorise pas, il termine troisième de ce chrono à 15 secondes du vainqueur Stefan Küng, champion d'Europe en titre, et à 7 secondes du favori italien Filippo Ganna et remporte donc la médaille de bronze[63]. Trois jours plus tard, il obtient une seconde médaille, celle-ci en argent, lors de la course en ligne de ces mêmes Championnats d'Europe, arrivant à deux avec Sonny Colbrelli mais battu au sprint par l'Italien[64]. Le 19 septembre, le championnat du monde de contre-la-montre se dresse devant lui entre Knokke-Heist et Bruges. Il arrive à se hisser à la troisième marche du podium à 43 secondes du vainqueur Filippo Ganna, champion du monde sortant, et à 38 secondes de son compatriote Wout Van Aert. Le dimanche suivant, lors de la course en ligne de ce championnat du monde dont l'arrivée est jugée à Louvain, il se met au service de Wout Van Aert désigné par le sectionneur de l'équipe belge Sven Vanthourenhout comme seul leader de la formation tricolore mais sans résultat positif pour l'équipe belge[65]. Cet échec est largement commenté dans les médias où Evenepoel et Van Aert s'opposent dans leurs déclarations[66],[67].

Après avoir roulé pour son coéquipier João Almeida au Tour d'Émilie où il prend néanmoins la cinquième place, Evenepoel remporte le 4 octobre, sous une pluie battante, la Coppa Bernocchi après être parti à l'attaque avec cinq autres coureurs à plus de 130 kilomètres de l'arrivée et s'être isolé en tête pour les 35 derniers kilomètres[68]. Il participe pour la deuxième fois au Tour de Lombardie, la course qui l'avait vu chuter lourdement quatorze mois auparavant. Pointé parmi les favoris, il ne peut toutefois pas suivre les meilleurs dans la dernière ascension importante et se classe à la 19ème place de cette classique. Il poursuit la saison 2021 en participant au Chrono des Nations, épreuve disputée contre-la-montre où il prend la cinquième place. Pendant l'année 2021 débutée en mai, il remporte huit victoires mais aucune acquise lors d'épreuves reprises au calendrier de l'UCI World Tour et monte cinq fois sur le podium aux championnats du monde, d'Europe et de Belgique.

PalmarèsModifier

JuniorModifier

ProfessionnelModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour d'ItalieModifier

1 participation

Résultats sur les classiquesModifier

Ce tableau présente les résultats de Remco Evenepoel sur courses d'un jour de l'UCI World Tour auxquelles il a participé, ainsi qu'aux différentes compétitions internationales.

Légende
AB Abandon HD Hors-délais - Pas de participation × Pas d'épreuve
Année Classique de Saint-Sébastien Grand Prix de Québec Grand Prix de Montréal Tour de Lombardie Championnat du monde
2019 Vainqueur 99e 53e - Ab.
2020 × × × Ab. -
2021 - - - 19e 62e

Classements mondiauxModifier

  Année20192020
Classement mondial39e20e
UCI Europe Tour29e18e
Légende : nc = non classéSource : UCI

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Yves Lampaert surnomme Remco l'aéroballe ("aerokogel" en néerlandais) », sur sporza.be,
  2. « Evenepoel remporte le Tour de Belgique à 19 ans, Bryan Coquard vainqueur à Beringen », sur RTBF Sport, (consulté le )
  3. « Tour de Belgique : Remco Evenepoel remporte le chrono et augmente son avance au général », sur RTBF Sport, (consulté le )
  4. « Remco Evenepoel s'offre le Tour du Danemark au terme d'un nouveau succès dans le contre-la-montre », sur RTBF Sport, (consulté le )
  5. DH Les Sports+, « Remco Evenepoel en a marre d'être comparé à Eddy Merckx: "Je ne suis pas comme quelqu'un d'autre, personne n'est comme moi, arrêtez" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  6. a et b Jean-Luc Gatellier, « Remco Evenepoel le petit cannibale », L'Equipe,‎ , p. 23.
  7. a et b « Le coup d'envoi de Remco Evenepoel »
  8. « ChronoRace - Electronic Timing - Chronométrage électronique et service de traitement de données », sur www.chronorace.be (consulté le )
  9. « Anderlecht-talent trekt naar KV Mechelen - Voetbal België »
  10. « Résultats : La Route des Géants »
  11. « Remco Evenepoel double 5 coureurs et dépasse les Espoirs », sur directvelo.com
  12. « Carlo Bomans : « Arrêtons de faire de Remco Evenepoel une vedette » », sur directvelo.com
  13. « Evenepoel 2e Espoir, Soet devance 28 hommes », sur directvelo.com
  14. « Remco Evenepoel : « Je ne comprends pas... » », sur directvelo.com
  15. « Remco Evenepoel va passer des Juniors au WorldTour », sur directvelo.com
  16. « L'espoir belge Remco Evenepoel courra avec Quick-Step Floors en 2019 », sur rtbf.be
  17. (en) dominates at junior men's Chrono des Nations
  18. L'analyse de Remco Evenepoel après sa première semaine chez les pros
  19. « Remco Evenepoel impressionne en prenant la 4e place de l'étape reine du Tour de Turquie », sur lalibre.be,
  20. « Hammer Series: un Remco Evenepoel phénoménal met les Deceuninck-Quick Step en orbite », sur dhnet.be,
  21. « Remco Evenepoel remporte sa première victoire chez les pros ! », sur dhnet.be,
  22. « Euro de cyclisme: nouvel exploit du Belge Remco Evenepoel qui devient champion d’Europe du contre-la-montre », sur sudinfo.be,
  23. « Remco Evenepoel vice-champion du monde du contre-la-montre », sur sudinfo.be,
  24. « Remco Evenepoel élu sportif de l'année en Belgique - Cyclisme - BEL », sur L'Équipe
  25. « Tour de San Juan : Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) domine le chrono et prend le pouvoir », sur L'Équipe,
  26. « Nouvel exploit de Remco Evenepoel qui remporte l'étape reine du tour d'Algarve », sur sudinfo.be,
  27. « Remco Evenepoel s'impose dans le CLM et remporte le Tour d'Algarve », RTBF Sport,‎ (lire en ligne)
  28. « Remco Tvenepoel leader du tour de Burgos après sa démonstration : Rien n'est fait », sur sudinfo.be,
  29. « Tour de Pologne: Remco Evenepoel s’impose en solitaire dans la 4e étape et prend le maillot de leader », sur sudinfo.be,
  30. « Tour de Pologne : l'imbattable Remco Evenepoel réalise la passe de quatre », sur RTBF Sport,
  31. « Lourde chute au Tour de Lombardie: Remco Evenepoel souffre d’une fracture du bassin », sur 7sur7.be,
  32. « Terrible chute de Remco Evenepoel: le Belge a le bassin fracturé et une contusion au poumon, sa saison est terminée », sur Le Soir,
  33. DH Les Sports+, « L'anecdote de Remco Evenepoel sur sa chute au Tour de Lombardie: "J'ai atterri sur un faisan" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  34. « Cyclisme : Arnaud Démare roi des victoires en 2020, Remco Evenepoel meilleur scoreur belge », sur RTBF sports,
  35. DH Les Sports+, « Evenepoel va reprendre le vélo la semaine prochaine », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  36. DH Les Sports+, « Gros coup dur pour Remco Evenepoel: le cycliste privé de son vélo pendant encore trois semaines », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  37. DH Les Sports+, « Remco Evenepoel reçoit le feu vert pour reprendre l'entraînement: "Il devrait pouvoir faire le Giro", selon Patrick Lefevere », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  38. DH Les Sports+, « Première sortie pour Remco Evenepoel: "Je vais profiter de chaque seconde" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  39. DH Les Sports+, « Remco Evenepoel revient sur sa période compliquée: "J'étais inquiet" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  40. DH Les Sports+, « Remco Evenepoel: "Nous n'allons pas ajouter quelques courses de plus avant le Giro. Il faut d'abord que ma condition soit en ordre" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  41. DH Les Sports+, « Nouveau contrat record pour Evenepoel: "Heureux de la confiance qu'on me témoigne" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  42. DH Les Sports+, « Evenepoel dans la dernière ligne droite avant le Giro: "Il est prêt à courir" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  43. DH Les Sports+, « Remco Evenepoel en duo avec Almeida au Giro », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  44. Antoine BARTHELEMY, « Giro 2021 : Le classement général complet après la 2e étape », sur TodayCycling, (consulté le )
  45. Antoine BARTHELEMY, « Giro 2021 : Le classement général complet après la 3e étape », sur TodayCycling, (consulté le )
  46. « Cyclisme : Classement général du tour d'Italie », sur Giro d'Italia,
  47. DH Les Sports+, « Evenepoel: "Je vais me battre pour le top 10" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  48. DH Les Sports+, « Giro: l'anecdote qui prouve que Remco en avait encore sous la pédale », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  49. « Remco Evenepoel quitte le Giro déçu : "Ce fut une belle expérience et j’espère être de retour un jour" », sur RTBF Sport, (consulté le )
  50. La Libre.be, « Giro: "Une chute difficile à éviter pour Remco", juge son directeur sportif Klaas Lodewyck », sur LaLibre.be, (consulté le )
  51. « Giro : Remco Evenepoel chute dans un virage, finit l'étape, mais semble touché au coude », sur RTBF Sport, (consulté le )
  52. DH Les Sports+, « Diagnostic confirmé pour Remco Evenepoel qui pourra reprendre vélo dans quelques jours », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  53. DH Les Sports+, « Le premier grand tour d'Evenepoel s'est achevé prématurément: "Cela n'a pas beaucoup de sens de continuer" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  54. (nl) « Evenepoel: “Het lijkt me niet slecht om deze maand te gebruiken als koersmaand” », sur WielerFlits (consulté le )
  55. « Remco Evenepoel vainqueur du tour de belgique. Cette semaine se terminecomme un rêve », sur sudinfo.be, (consulté le )
  56. « National Championships Belgium - ITT 2021 Time trial results », sur www.procyclingstats.com (consulté le )
  57. Publié par :Grégory Ienco, « Championnats de Belgique 2021 : notre présentation des courses hommes et femmes », sur CyclismeRevue, (consulté le )
  58. DH Les Sports+, « Grosse déception pour Remco Evenepoel au National: "Arriver avec Wout, ce n’est pas un cadeau !" », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  59. « National Championships Belgium - Road Race 2021 One day race results », sur www.procyclingstats.com (consulté le )
  60. Sudinfo.be, « Remco Evenepoel s’adjuge le Tour du Danemark après une victoire dans le contre-la-montre final », sur Sudinfo, (consulté le )
  61. rtbf.be.be, « Course des raisins Remco Evenepoel s'impose après un nouveau numero... », sur rtbf.be, (consulté le )
  62. Sudinfo.be, « Nouvelle victoire pour Remco Evenepoel qui remporte le brussels Cycling Classic », sur Sudinfo, (consulté le )
  63. Sudinfo.be, « Euro de cyclisme: Remco Evenepoel décroche la médaille de bronze du contre-la-montre », sur Sudinfo, (consulté le )
  64. Sudinfo.be, « Euro de cyclisme: Remco Evenepoel battu dans un sprint à deux par l’Italien Sonny Colbrelli », sur Sudinfo, (consulté le )
  65. Sudinfo.be, « Remco Evenepoel à l’attaque aux Mondiaux: «J’ai fait le boulot à fond, dommage qu’on ne soit pas sur le podium », sur Sudinfo, (consulté le )
  66. Sudinfo.be, « Remco Evenepoel affiche sa frustration après les championnats du monde », sur Sudinfo, (consulté le )
  67. Sudinfo.be, « Van Aert répond aux propos d’Evenepoel sur les Mondiaux: «Je ne comprends pas sa volte-face» », sur Sudinfo, (consulté le )
  68. Sudinfo.be, « Coppa Bernocchi : Remco Evenepoel s'impose sous le déluge avec un tour d'avance sur le peloton », sur Sudinfo, (consulté le )

Liens externesModifier