Ouvrir le menu principal

Tour d'Espagne 2019

édition 2019 du Tour d'Espagne, course cycliste espagnole
Tour d'Espagne 2019 Cycling (road) pictogram.svg
(Podio) Almeida entrega el primer premio de La Vuelta Ciclista a España 2019 03.jpg
Généralités
Course74e Tour d'Espagne
CompétitionUCI World Tour 2019 2.UWT
Étapes21
Dates24 août – 15 septembre 2019
Distance3 290,7 km
PaysESP Espagne
AND Andorre
FRA France
Lieu de départTorrevieja
Lieu d'arrivéeMadrid
Équipes22
Partants176
Arrivants153
Vitesse moyenne39,587 km/h
Résultats
VainqueurSLO Primož Roglič (Jumbo-Visma)
DeuxièmeESP Alejandro Valverde (Movistar)
TroisièmeSLO Tadej Pogačar (UAE Team Emirates)
Classement par pointsSLO Primož Roglič (Jumbo-Visma)
Meilleur grimpeurFRA Geoffrey Bouchard (AG2R La Mondiale)
Meilleur jeuneSLO Tadej Pogačar (UAE Team Emirates)
Super-combatifCOL Miguel Ángel López (Astana)
Meilleure équipeESP Movistar
◀ 20182020
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour d'Espagne 2019 (en espagnol : Vuelta a España 2019) est la 74e édition de cette course cycliste masculine sur route. Le départ est donné le 24 août à Torrevieja, et l'arrivée a lieu le 15 septembre à Madrid. Il s'agit du troisième et dernier grand tour de la saison et de la 32e épreuve de l'UCI World Tour 2019. Le Tour fait également partie de la Coupe d'Espagne.

Grâce notamment à sa victoire dans le contre-la-montre, Primož Roglič (Jumbo-Visma) remporte le classement général et le classement par points. Il s'agit de sa première victoire sur un Grand Tour et de la première victoire d'un coureur slovène sur une épreuve de trois semaines. Il devance au classement final Alejandro Valverde (Movistar) et Tadej Pogačar (UAE Emirates), qui termine également meilleur jeune. Geoffrey Bouchard (AG2R La Mondiale) s'adjuge le classement de la montagne. Avec trois coureurs dans le Top 10 (Valverde, Nairo Quintana et Marc Soler), la formation Movistar gagne le classement par équipe.

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Le parcours de la Vuelta est dévoilé par les organisateurs en . Neuf villes-départs et autant de villes-arrivées accueillent la course pour la première fois. Une seule étape dépasse la barre des 200 kilomètres (17e étape, 219,6 km). La course compte six arrivées au sommet, dont une dès la cinquième étape (située à l'Alto de Javalambre : 12 kilomètres à 7 %) et deux autres finals en côte. Au total, cinquante-neuf difficultés sont répertoriées au classement de la montagne, soit treize de plus qu’en 2018.

Après un contre-la-montre par équipes inaugural de 13,4 km autour de Torrevieja, les sprinteurs et les puncheurs se disputeront le premier bouquet individuel, avec l'Alto de Puig Llorença, dont le sommet est à 25 km de l'arrivée. Les deux étapes suivantes sont favorables aux sprinteurs. La 5e étape verra la première arrivée au sommet, devant l'observatoire de Javalambre, à près de 2 000 m d'altitude. Le lendemain, une deuxième arrivée au sommet est programmée, avec deux ascensions dans les 35 derniers kilomètres. Les 100 derniers kilomètres de l'étape suivante sont difficiles, avec notamment cinq ascensions répertoriées, dont la très pentue (12,3 % de pente moyenne) montée finale. Le lendemain, l'étape n'est pas toute plate, avec une montée de 2e catégorie à environ 30 km de l'arrivée. La première semaine se termine par une étape andorrane très courte (94,4 km), mais avec pas moins de cinq cols dont le Coll de la Gallina, l'Alto de Engolasters et ses 4 kilomètres non asphaltés[1], et la montée finale vers Cortals d'Encamp.

Après la première journée de repos, les coureurs disputeront un contre-la-montre individuel de 36,2 km entre Jurançon et Pau, qui accueille un mois et demi plus tôt le chrono du Tour de France. Deux étapes de moyenne montagne sont ensuite programmées : une étape franco-espagnole rarement plate, avec trois ascensions répertoriées ; puis une étape avec un enchaînement de trois côtes dans les 40 derniers kilomètres et une arrivée en bas de la dernière descente. La 13e étape est vraiment difficile, même sans dépasser les 900 m d'altitude, avec un parcours rythmé par six montées de 3e ou de 2e catégorie puis une montée finale Hors catégorie. Après une étape de plaine, deux étapes de montagne sont programmées. La première propose un enchaînement de quatre cols, dont l'ascension finale vers le sanctuaire de l'Acebo ; la seconde un enchaînement de trois cols de 1re catégorie, dont l'Alto de la Cubilla, en haut duquel sera jugée l'arrivée.

Après le second jour de repos, il restera cinq étapes : trois étapes pour les sprinteurs (les 17e, 19e et 21e étapes) et deux étapes de montagne. La 18e étape rappelle la prise de pouvoir de Fabio Aru sur l'édition 2015, avec un enchaînement de quatre cols de 1er catégorie et une arrivée en descente. La 20e étape démarre par une double ascension de 1re puis de 2e catégorie, emprunte les routes vallonnées des plateaux castillans, avant d'enchaîner le Puerta de Peña Negra, une côte non-répertoriée et l'ascension finale (3e catégorie) de l'Alto de Gredos[2],[3],[4].

ÉquipesModifier

Le Tour d'Espagne étant une manche du World Tour, les dix-huit WorldTeams participent à la course. Comme l'an passé, les organisateurs ont invité la formation Cofidis et les trois équipes continentales professionnelles espagnoles, à savoir Burgos-BH, Caja Rural-Seguros RGA et Euskadi Basque Country-Murias[5].

UCI WorldTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Astana   Kazakhstan AST
Bahrain-Merida   Bahreïn TBM
Bora-Hansgrohe   Allemagne BOH
CCC Team   Pologne CCC
Deceuninck-Quick Step   Belgique DQT
Dimension Data   Afrique du Sud TDD
EF Education First   États-Unis EF1
Groupama-FDJ   France GFC
Ineos   Royaume-Uni INS
Jumbo-Visma   Pays-Bas TJV
Katusha-Alpecin   Suisse TKA
Lotto-Soudal   Belgique LTS
Mitchelton-Scott   Australie MTS
Movistar   Espagne MOV
Sunweb   Allemagne SUN
Trek-Segafredo   États-Unis TFS
UAE Emirates   Émirats arabes unis UAD
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code
Burgos-BH   Espagne BBH
Caja Rural-Seguros RGA   Espagne CJR
Cofidis   France COF
Euskadi Basque Country-Murias   Espagne EUS

FavorisModifier

En l'absence de Simon Yates et Enric Mas, Miguel Ángel López (Astana) est le seul membre du podium de la dernière édition à être présent sur ce Tour d'Espagne. Vainqueur du Tour de Catalogne et 7e du Tour d'Italie, il pourra compter sur ses qualités de grimpeur, sa relative fraîcheur et une équipe très forte. Celle-ci alignera à ses côtés notamment Jakob Fuglsang, gagnant de Liège-Bastogne-Liège et du Critérium du Dauphiné[6]. Meilleur rouleur des prétendants au classement général, Primož Roglič (Jumbo-Visma) est considéré comme le grand favori de la course[7],[8]. Vainqueur de l'UAE Tour, de Tirreno-Adriatico, du Tour de Romandie et des deux premiers contre-la-montre sur le Tour d'Italie, il a terminé 3e du Giro. Avec Steven Kruijswijk, 4e l'an passé et 3e du dernier Tour de France, l'équipe sera une des plus fortes de l'épreuve. Il faudra en revanche bien gérer la relation entre ces deux leaders[9]. La troisième formation forte de l'épreuve est l'équipe Movistar. Avec le forfait de dernière minute de Richard Carapaz[10], les deux principales cartes de l'équipe sont Nairo Quintana, vainqueur de la Vuelta en 2016, et le champion du monde Alejandro Valverde. Avec Marc Soler comme lieutenant, le duo devrait se montrer offensif en montagne[11].

Deux équipes alignent comme leader un coureur qui est généralement équipier de luxe : Ineos avec Wout Poels, 6e en 2017 et dont le parcours sied à ces qualités de grimpeur-puncheur (il a remporté Liège-Bastogne-Liège 2016)[12], et AG2R La Mondiale avec Pierre Latour, dont la saison a été perturbée par une grave chute en février[13]. Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), Rigoberto Urán (EF Education First), Wilco Kelderman (Sunweb), Rafał Majka (Bora-Hansgrohe) et Fabio Aru (UAE Emirates) font aussi partie des favoris[7],[8].

Les trois principaux sprinteurs sont Fernando Gaviria (UAE Emirates), vainqueur cette année d'une étape sur le Tour d'Italie, le champion d'Irlande Sam Bennett (Bora-Hansgrohe), triple vainqueur d'étape sur le Tour d'Italie 2018, et le champion des Pays-Bas Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step), qui dispute le premier Grand Tour de sa carrière[14]. John Degenkolb (Trek-Segefredo), qui a déjà levé les bras à 10 reprises sur le Tour d'Espagne, Marc Sarreau (Groupama-FDJ), Luka Mezgec (Mitchelton-Scott) et Clément Venturini (AG2R La Mondiale) sont également présents.

PrimesModifier

La course attribue les prix suivants[15]. Tous les montants sont en euros

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e-20e Total
Classement général Classement final 150 000 57 985 30 000 15 000 12 500 9 000 9 000 6 000 6 000 3 800 333 285 347 785
Leader 500 10 500
Par étape 11 000 5 500 2 700 1 500 1 100 900 900 650 650 360 28 860
Classement par points Sprints intermédiaires (19) 550 180 95 15 675 35 675
Leader 100 2 000
Classement final 11 000 5 000 2 000 18 000
Classement de la montagne Cima Alberto Fernandez 1 000 520 1 520 52 080
Col Hors catégorie (2) 920 615 3 070
1re catégorie (16) 460 310 12 320
2e catégorie (14) 230 155 5 390
3e catégorie (24) 115 80 4 680
Leader 100 2 000
Classement final 13 000 6 600 3 500 23 100
Classement du meilleur jeune Leader 70 1 400 19 400
Classement final 11 000 5 000 2 000 18 000
Classement par équipe Par étape 400 200 100 14 700 52 000
Classement final 12 500 7 500 5 500 4 300 3 200 2 200 1 100 1 100 37 300
Combativité Par étape 200 4 000 7 000
Vuelta 3 000 3 000
Total 1 120 000

Récit de la courseModifier

24 - 27 août : Début d'épreuveModifier

Le contre-la-montre par équipe inaugural est remporté par la formation Astana, avec deux secondes d'avance sur Deceuninck-Quick Step et cinq sur Sunweb. Ce succès permet à Miguel Ángel López de s'emparer des maillots rouges et blancs. Les formations EF Education First, Bora-Hansgrohe, Movistar et Ineos terminent respectivement à 7, 13, 16 et 25 secondes des vainqueurs. Perturbée par une chute collective, l'équipe Jumbo-Visma concède 40 secondes. Le lendemain, le peloton explose dans la dernière ascension, puis un groupe de six coureurs se détache à 20 km de l'arrivée. On y retrouve Nairo Quintana (Movistar), Primož Roglič (Jumbo-Visma), Rigoberto Urán (EF Education First), Fabio Aru (UAE Emirates), Nicolas Roche (Sunweb) et Mikel Nieve (Mitchelton-Scott). Quintana attaque à 3,1 km de l'arrivée et s'impose avec 5 secondes d'avance sur le groupe de poursuivants. Le groupe maillot rouge — composé de 13 coureurs — termine à 37 secondes, le peloton, avec notamment Jakob Fuglsang (Astana) et Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), concède 1 minute 43. Roche prend la tête du classement général, avec deux secondes d'avance sur Quintana, qui s'empare du maillot vert, et 8 sur Urán. Aucun changement majeur au classement général ne se produit lors des deux étapes suivantes, qui se terminent par un sprint massif. Le champion d'Irlande Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) remporte la 3e étape, devant Edward Theuns (Trek-Segafredo) et Luka Mezgec (Mitchelton-Scott). Le champion des Pays-Bas Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) s'impose le lendemain, devant Bennett et Fernando Gaviria (UAE Emirates). Le champion d'Irlande s'empare du maillot vert. Steven Kruijswijk abandonne sur cette étape.

28 - 31 août : Changements quotidiens de maillot rougeModifier

Angel Madrazo (Burgos-BH) fait coup double lors de la 5e étape, en levant les bras devant l'observatoire de Javalambre et en confortant son maillot à pois. Il devance dans le dernier kilomètre ses deux compagnons d'échappée, son coéquipier Jetse Bol et José Herrada (Cofidis). Dans le peloton, le champion du monde Alejandro Valverde (Movistar) accélère à 4 km de l'arrivée, ce qui sera fatal à Nicolas Roche. Miguel Angel Lopez attaque quelques hectomètres plus loin et termine à 47 secondes du vainqueur. Il devance sur la ligne Valverde et Roglic de 12 secondes, Tadej Pogačar (UAE Emirates) de 42 secondes, Quintana de 54 secondes et Uran de 1 minute 24 secondes. Lopez prend la tête du classement général. Seuls cinq coureurs sont à moins d'une minute au classement : le Colombien devance Roglic de 14 secondes, Quintana de 23, Valverde de 28, Roche de 57 et Uran de 59. Le lendemain, une échappée de 11 coureurs se dispute la victoire d'étape. Parmi eux, Tejay Van Garderen (EF Education First) perd ses chances de victoires en chutant dans la descente de l'avant-dernière ascension du jour. Il abandonne lors de l'étape suivante. Plus tôt dans la journée, Víctor de la Parte (CCC Team), Nicolas Roche, Rigoberto Uran et Hugh Carthy (EF Eduction First) sont eux-aussi contraints à l'abandon sur chute. Jesus Herrada (Cofidis) gagne l'étape, avec 7 secondes d'avance sur Dylan Teuns (Bahrain-Merida) et 21 sur Dorian Godon (AG2R La Mondiale). Les favoris de l'épreuve terminent ensemble. Teuns s'empare de la tête du classement général, avec 38 secondes d'avance sur David de la Cruz (Ineos) et 1 minute sur Lopez. Après trois attaques de Quintana, le champion du monde s'impose au sommet de l'Alto Mas de la Costa, juste devant Roglic, 6 secondes devant Quintana, qui s'empare du maillot vert, et Lopez. Le maillot blanc récupère le maillot rouge, avec 6 secondes d'avance sur Roglic, 16 secondes sur Valverde et 27 secondes sur Quintana. Derrière, les écarts sont plus importants. Rafał Majka (Bora-Hansgrohe), Tadej Pogacar et Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) sont respectivement pointés à 1 minute 58, 2 minutes 36 et 2 minutes 52. George Bennett (Jumbo-Visma), Wilco Kelderman (Sunweb) et Fabio Aru ont plus de 40 secondes de retard supplémentaires. Composée de 21 éléments, l'échappée prend le large et se dispute le gain de la 8e étape. Nikias Arndt (Sunweb) bat au sprint ses 12 premiers compagnons de fugue, Alexander Aranburu (Caja Rural-Seguros RGA) et Tosh Van der Sande (Lotto-Soudal) complètent le podium. Le peloton concède 9 minutes 24. En terminant dans le temps du vainqueur, Nicolas Edet (Cofidis) s'empare du maillot rouge, avec 2 minutes 21 secondes d'avance sur Teuns et 3 minutes 01 seconde sur Lopez.

1er septembre : la course en AndorreModifier

Lors de l'étape andoranne, Edet est distancé à 3 km du sommet du Coll de la Gallina. Le maillot blanc est le premier des favoris à attaquer et s'isole à plus de 19 km de l'arrivée. Derrière, l'équipe Movistar montre sa force collective dans l'ascension finale : Marc Soler s'isole en tête de la course à 5 km de l'arrivée, tandis que Quintana et Valverde reprennent Lopez. L'équipe demande à Soler de se relever à 3,3 km du but, pour attendre le maillot vert, accompagné de Pogacar. Le slovène en profite pour attaquer à 2 km de la ligne et aller remporter l'étape, avec 23 secondes d'avance sur Quintana, 48 sur Roglic et Valverde. Lopez est 9e à 1 minute 01 du vainqueur. Marc Soler a montré son profond agacement lorsque que ses directeurs sportifs lui ont demandé de se relever, avant de s'excuser lors de la journée de repos[16]. Nairo Quintana prend la tête du classement général, avec 6 secondes d'avance sur Primoz Roglic, 17 sur Miguel Angel Lopez, 20 sur Alejandro Valverde et 1 minute 42 sur Tadej Pogacar. Présents dans l'échappée la veille, Carl Fredrik Hagen (Lotto-Soudal), Nicolas Edet et Dylan Teuns conservent une place dans le Top 10, en étant respectivement 6e, 7e et 10e du classement général.

3 - 9 septembre : Roglič creuse l'écartModifier

Primoz Roglic remporte le contre-la-montre, avec 25 secondes d'avance sur Patrick Bevin (CCC Team) et 27 sur Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step). Pogacar concède 1 minute 29, Valverde 1 minute 38, Lopez 2 minutes et Quintana 3 minutes 06. Roglic s'empare ainsi des maillots rouges et verts. Au classement général, Roglic devance Valverde de 1 minute 52, le maillot blanc de 2 minutes 11, Quintana de 3 minutes et Pogacar de 3 minutes 05. Dans le reste du Top 10, Majka passe devant Edet et Teuns passe devant Kelderman. Aucun changement notable au classement général ne se produit le lendemain. Le peloton laisse filer l'échappée, composée de 14 coureurs. Mikel Iturria (Euskadi Basque Country-Murias) part en solitaire à 25 km de l'arrivée et lève les bras, avec 6 secondes d'avance sur Jonathan Lastra (Caja Rural-Seguros RGA) et Lawson Craddock (EF Education First). Lors de la 12e étape, l'échappée met plus de 70 km à se dessiner. Les fuyards vont se disputer la victoire d'étape. Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) distance ses compagnons de fugue à 1,3 km du sommet de l'Alto de Arraiz et s'impose avec 3 secondes d'avance sur Alexander Aranburu et Fernando Barceló (Euskadi Basque Country-Murias). Malgré une attaque de Miguel Angel Lopez, les favoris arrivent ensemble à Bilbao. Pogacar s'impose ensuite au sommet de l'Alto de los Machucos, juste devant Roglic. Les deux slovènes franchissent la ligne avec 27 secondes d'avance sur Pierre Latour (AG2R La Mondiale), Valverde, Quintana et Majka, 1 minute 01 sur Lopez. Primoz Roglic conforte son maillot rouge, avec désormais 2 minutes 25 secondes d'avance sur le champion du monde, 3 minutes 01 sur Tadej Pogacar, qui s'empare du maillot blanc, 3 minutes 18 sur Miguel Angel Lopez et 3 minutes 33 sur Nairo Quintana. La 14e étape accouche d'un sprint massif, perturbé par une chute massive à la flamme rouge. Sam Bennett s'adjuge le gain de l'étape, en devançant Maximiliano Richeze (Deceuninck-Quick Step) et Tosh Van der Sande. Aucun changement au classement général n'est à signaler.

L'échappée devance à nouveau le peloton lors de l'étape suivante : Sepp Kuss (Jumbo-Visma) lève les bras, avec 39 secondes d'avance sur Ruben Guerreiro (Katusha-Alpecin) et 40 sur Tao Geoghegan Hart (Ineos). Derrière, Roglic et Valverde devancent Lopez et Pogacar de 41 secondes, Majka de 59 secondes, Kelderman et Quintana de 1 minute 36 secondes. Le maillot rouge a désormais 2 minutes 25 secondes d'avance sur Valverde, 3 minutes 42 sur Pogacar, 3 minutes 59 sur Lopez et 5 minutes 09 sur Quintana. Dylan Teuns sort du Top 10, au profit notamment de son coéquipier Hermann Pernsteiner. Jakob Fuglsang (Astana) se joue de ses compagnons d'échappée le lendemain, il devance Tao Geoghegan Hart de 22 secondes et son coéquipier Luis Léon Sánchez de 40 secondes. Présent dans le groupe de tête, Geoffrey Bouchard (AG2R La Mondiale) s'empare du maillot à pois. Après plusieurs attaques de Miguel Angel Lopez, ce dernier, le maillot rouge et le maillot blanc creusent l'écart sur leurs adversaires. Valverde concède 23 secondes, Majka 24 secondes, Quintana 2 minutes 34. Ce dernier perd sa 5e place au classement général, au profit de Majka. L'écart entre Roglic et Valverde passe à 2 minutes 48.

11 - 15 septembre : Rebondissements dans la course au podiumModifier

La formation Deceuninck-Quick Step profite du vent pour provoquer des bordures lors de la 17e étape. Cinq membres du Top 20 au classement général font partie du groupe de tête : Nairo Quintana, Wilco Kelderman, James Knox (Deceuninck-Quick Step), Dylan Teuns et Esteban Chaves. Ce dernier sera cependant ensuite distancé et repris par le groupe maillot rouge. Zdeněk Štybar (Deceuninck-Quick Step) attaque à 2,3 km de l'arrivée. Il est repris à 500 m de la ligne par le démarrage de Sam Bennett. Philippe Gilbert le dépasse à 100 m de l'arrivée et s'impose, avec 2 secondes d'avance sur le champion d'Irlande et Rémi Cavagna, Teuns et Kelderman sont dans la roue. Des cassures ont lieu dans le final : Knox termine à 6 secondes du vainqueur et Quintana à 10. Le groupe maillot rouge, avec les cinq premiers du classement général au départ de l'étape, franchit la ligne 5 minutes 29 secondes après Gilbert. Miguel Angel Lopez écope de 10 secondes de pénalité, pour une relais à la volée avec Jakob Fuglsang[17]. Au classement général, Quintana remonte à la 2e place, à 2 minutes 24 de Roglic, tandis que Kelderman est désormais 6e à 5 minutes 05. Knox et Teuns font leur entrée dans le Top 10, en étant respectivement 8e à 8 minutes 03 et 10e à 12 minutes 21. Le lendemain, Miguel Angel Lopez attaque dans le Puerto de la Morcuera, à 60 km de l'arrivée, mais il est repris dès les premières pentes du Puerto de Cotos. Les multiples accélérations de Lopez font exploser le groupe des favoris. Dernier rescapé de l'échappée, Sergio Higuita (EF Education First) d'adjuge la victoire d'étape, avec 15 secondes d'avance sur Roglic, Valverde et Majka, 17 sur Lopez, 1 minute 16 sur Quintana et Pogacar, 4 minutes 50 sur Kelderman. Primoz Roglic conforte ainsi son maillot rouge, avec 2 minutes 50 secondes d'avance sur Alejandro Valverde et 3 minutes 31 sur Nairo Quintana. Miguel Angel Lopez reprend la 4e place du classement et le maillot blanc, à 4 minutes 17 du maillot rouge. Tadej Pogacar, Rafal Majka et Wilco Kelderman ont désormais 4 minutes 49, 7 minutes 46 et 9 minutes 46 de retard. Marc Soler fait son entrée dans le Top 10, à plus de 21 minutes de Roglic. Lors de l'étape suivante, une chute à 67 km de l'arrivée met à terre de nombreux coureurs, dont le maillot rouge et le maillot blanc. L'équipe Movistar accélère alors le rythme de la première partie du peloton. Même si le groupe maillot rouge finit par recoller, la polémique est vive après l'étape. Le plus virulent est Miguel Angel Lopez, qui traite les Movistar de « stupides » et y voit un manque de respect. Du côté de la formation espagnole, le directeur sportif José Luis Arrieta déclare que l'équipe préparait simplement un coup de bordure et que « il n’y a aucune loi de l’UCI qui [leur] interdit de faire ça »[18]. Les Bora-Hansgrohe provoquent des bordures à 36 km du but, Roglic est à nouveau piégé mais parvient à rentrer sur le premier peloton. Rémi Cavagna distance ses compagnons d'échappée à 24,6 km de l'arrivée. Il remporte l'étape, avec 5 secondes d'avance sur le peloton, réglé par Bennett et Stybar.

Sur la dernière étape de montagne, après deux attaques de Lopez, Pogacar part en solitaire à 4,5 km du sommet du Puerto de Peña Negra. Il prend du champ sur la fin de la montée puis maintient son avance. Il lève finalement les bras, avec 1 minutes 32 secondes d'avance sur Valverde et Majka, 1 minute 41 sur le maillot rouge, 1 minute 56 sur Quintana, 1 minute 59 sur Kelderman et 2 minutes 12 sur le maillot blanc. Au classement général, Roglic a 2 minutes 33 secondes d'avance sur le champion du monde. L'escapade de Pogacar lui permet de monter sur le podium, à 2 minutes 55, et de reprendre la tête du classement du meilleur jeune. Derrière, Quintana et Lopez ont respectivement 3 minutes 46 et 4 minutes 48 de retard. James Knox sort du Top 10, au profit de Soler et surtout de Mikel Nieve, à plus de 22 minutes du leader de la course. Aucun changement au classement général ne se produit lors de l'étape madrilène, qui se conclut par un sprint massif. Fabio Jakobsen s'impose, en devançant Sam Bennett et Szymon Sajnok (CCC Team). Primoz Roglic remporte ainsi le classement général et le classement par points, devant Alejandro Valverde et le maillot blanc Tadej Pogacar. Geoffrey Bouchard gagne le classement du meilleur grimpeur. Avec trois coureurs dans le Top 10, la formation Movistar termine en tête du classement par équipe. Miguel Angel Lopez est élu coureur le plus combatif de ce Tour d'Espagne.

ÉtapesModifier

 ÉtapeDateVilles étapestypeDistance (km)Vainqueur d'étapeLeader du classement général
1re étape 24 aoûtTorreviejaTorrevieja13,4  Astana  Miguel Ángel López
2e étape 25 aoûtBenidormCalp199,6  Nairo Quintana  Nicolas Roche
3e étape 26 aoûtIbiAlicante188  Sam Bennett   Nicolas Roche
4e étape 27 aoûtCulleraEl Puig de Santa Maria175,5  Fabio Jakobsen  Nicolas Roche
5e étape 28 aoûtL'Eliana – Javalambre170,7  Ángel Madrazo  Miguel Ángel López
6e étape 29 aoûtMora de RubielosAres del Maestrat198,9  Jesús Herrada  Dylan Teuns
7e étape 30 aoûtOndaValderrobres183,2  Alejandro Valverde  Miguel Ángel López
8e étape 31 aoûtVallsIgualada166,9  Nikias Arndt  Nicolas Edet
9e étape 1 sept.  Andorre-la-Vieille  Els Cortals d'Encamp94,4  Tadej Pogačar  Nairo Quintana
2 sept. :jour de repos
10e étape 3 sept.  Jurançon  Pau36,2  Primož Roglič  Primož Roglič
11e étape 4 sept.  Saint-PalaisUrdazubi180  Mikel Iturria  Primož Roglič
12e étape 5 sept.Los ArcosBilbao171,4  Philippe Gilbert   Primož Roglič
13e étape 6 sept.Bilbao – Los Machucos166,4  Tadej Pogačar  Primož Roglič
14e étape 7 sept.San Vicente de la BarqueraOviedo188  Sam Bennett   Primož Roglič
15e étape 8 sept.Tineo – Santuario de Nuestra Señora del Acebo154,4  Sepp Kuss  Primož Roglič
16e étape 9 sept.Pravia – Puerto de La Cubilla144,4  Jakob Fuglsang  Primož Roglič
10 sept. :jour de repos
17e étape 11 sept.Aranda de DueroGuadalajara219,6  Philippe Gilbert   Primož Roglič
18e étape 12 sept.Colmenar ViejoBecerril de la Sierra177,5  Sergio Higuita  Primož Roglič
19e étape 13 sept.ÁvilaTolède165,2  Rémi Cavagna  Primož Roglič
20e étape 14 sept.Arenas de San Pedro – Plataforma de Gredos190,4  Tadej Pogačar  Primož Roglič
21e étape 15 sept.FuenlabradaMadrid106,6  Fabio Jakobsen  Primož Roglič

Classements finalsModifier

Classement général finalModifier

 Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erPrimož Roglič     SlovénieJumbo-Visma83 h 07 min 31 s
2eAlejandro Valverde   EspagneMovistar+ 2 min 16 s
3eTadej Pogačar    SlovénieUAE Team Emirates+ 2 min 38 s
4eNairo Quintana   ColombieMovistar+ 3 min 29 s
5eMiguel Ángel López    ColombieAstana+ 4 min 31 s
6eRafał Majka   PologneBora-Hansgrohe+ 7 min 16 s
7eWilco Kelderman   Pays-BasSunweb+ 9 min 47 s
8eCarl Fredrik Hagen   NorvègeLotto-Soudal+ 12 min 54 s
9eMarc Soler   EspagneMovistar+ 22 min 10 s
10eMikel Nieve   EspagneMitchelton-Scott+ 22 min 17 s
11eJames Knox   Royaume-UniDeceuninck-Quick-Step+ 22 min 52 s
12eDylan Teuns   BelgiqueBahrain-Merida+ 23 min 49 s
13eJakob Fuglsang   DanemarkAstana+ 26 min 32 s
14eSergio Higuita   ColombieEF Education First+ 32 min 17 s
15eHermann Pernsteiner   AutricheBahrain-Merida+ 33 min 23 s
16eIon Izagirre   EspagneAstana+ 42 min 00 s
17eRuben Guerreiro   PortugalKatusha-Alpecin+ 42 min 05 s
18eNicolas Edet   FranceCofidis+ 46 min 07 s
19eEsteban Chaves   ColombieMitchelton-Scott+ 52 min 46 s
20eTao Geoghegan Hart   Royaume-UniIneos+ 1 h 04 min 04 s
Source : ProCyclingStats


Classements annexes finalsModifier

Classement par pointsModifier

 Classement par points
CoureurPaysÉquipePoints
1erPrimož Roglič     SlovénieJumbo-Visma155 pts
2eTadej Pogačar    SlovénieUAE Team Emirates136 pts
3eSam Bennett   IrlandeBora-Hansgrohe134 pts
4eAlejandro Valverde   EspagneMovistar132 pts
5eNairo Quintana   ColombieMovistar100 pts
6eMiguel Ángel López    ColombieAstana76 pts
7ePhilippe Gilbert   BelgiqueDeceuninck-Quick-Step73 pts
8eDylan Teuns   BelgiqueBahrain-Merida69 pts
9eTosh Van der Sande   BelgiqueLotto-Soudal63 pts
10eSergio Higuita   ColombieEF Education First62 pts

Classement du meilleur grimpeurModifier

 Classement de la montagne
CoureurPaysÉquipePoints
1erGeoffrey Bouchard    FranceAG2R La Mondiale76 pts
2eÁngel Madrazo   EspagneBurgos BH44 pts
3eSergio Samitier   EspagneEuskadi Basque Country-Murias42 pts
4eTadej Pogačar    SlovénieUAE Team Emirates38 pts
5eTao Geoghegan Hart   Royaume-UniIneos35 pts
6eWout Poels   Pays-BasIneos31 pts
7eAlejandro Valverde   EspagneMovistar29 pts
8eSergio Henao   ColombieUAE Team Emirates27 pts
9eJakob Fuglsang   DanemarkAstana24 pts
10eMikel Bizkarra   EspagneEuskadi Basque Country-Murias22 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

 Classement du meilleur jeune
CoureurPaysÉquipeTemps
1erTadej Pogačar    SlovénieUAE Team Emirates83 h 10 min 09 s
2eMiguel Ángel López    ColombieAstana+ 1 min 53 s
3eJames Knox   Royaume-UniDeceuninck-Quick-Step+ 20 min 14 s
4eSergio Higuita   ColombieEF Education First+ 29 min 39 s
5eRuben Guerreiro   PortugalKatusha-Alpecin+ 39 min 27 s
6eTao Geoghegan Hart   Royaume-UniIneos+ 1 h 01 min 26 s
7eKilian Frankiny   SuisseGroupama-FDJ+ 1 h 09 min 04 s
8eÓscar Rodríguez   EspagneEuskadi Basque Country-Murias+ 1 h 10 min 36 s
9eBen O'Connor   AustralieDimension Data+ 1 h 23 min 15 s
10eSepp Kuss   États-UnisJumbo-Visma+ 1 h 32 min 55 s

Classement par équipesModifier

 Classement par équipes
ÉquipePaysTemps
1reMovistar    Espagne248 h 26 min 24 s
2eAstana   Kazakhstan+ 51 min 38 s
3eJumbo-Visma   Pays-Bas+ 2 h 04 min 33 s
4eMitchelton-Scott   Australie+ 2 h 26 min 47 s
5eAG2R La Mondiale   France+ 3 h 14 min 43 s
6eSunweb   Allemagne+ 3 h 20 min 18 s
7eEuskadi Basque Country-Murias   Espagne+ 3 h 39 min 09 s
8eBahrain-Merida   Bahreïn+ 3 h 45 min 14 s
9eDimension Data   Afrique du Sud+ 3 h 56 min 09 s
10eIneos   Royaume-Uni+ 4 h 01 min 02 s

Classements UCIModifier

La course attribue des points au Classement mondial UCI 2019 selon le barème suivant[19] :

Barème de points pour ce Tour d'Espagne
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e à 25e 26e à 30e 31e à 40e 41e à 50e 51e à 55e 56e à 60e
Classement général 850 680 575 460 380 320 260 220 180 140 120 100 84 68 60 56 52 48 44 40 32 24 20 16 12 8
Par étapes 100 40 20 12 4
Classements finals annexes 100 40 20
Leader par étapes 20

Évolution des classementsModifier

Le classement général, dont le leader porte le maillot rouge, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 s à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors du contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape.

Le classement par points, dont le leader porte le maillot vert, est l'addition des points attribués à l'arrivée des étapes (25, 20, 16, 14, 12 et 10 points, puis en ôtant 1 pt par place perdue jusqu'au 15e, qui reçoit donc 1 pt) et aux sprints intermédiaires (4, 2 et 1 points). En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, de sprints intermédiaires, classement général.

Le classement du meilleur grimpeur, dont le leader porte le maillot blanc à pois bleu, consiste en l'addition des points obtenus au sommet de la Cima Alberto Fernandez (20, 15 10, 6, 4 et 2 pts) et des ascensions Hors catégorie (15, 10, 6, 4 et 2 pts) et de 1re (10, 6, 4, 2 et 1 pts), 2e (5, 3 et 1 pts) et 3e (3, 2 et 1 pts) catégorie. En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : passage en tête au sommet de la Cima Alberto Fernandez, nombre de premières places dans les ascensions Hors catégorie, puis de 1re, ensuite de 2e, enfin de 3e catégorie, classement général.

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés depuis le 1er janvier 1994.

Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classement par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées[15].

Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Meilleur jeune Classement par équipes Prix de la combativité
1 Astana Miguel Ángel López Non décerné Non décerné Miguel Ángel López Astana Non décerné
2 Nairo Quintana Nicolas Roche Nairo Quintana Ángel Madrazo Sunweb Ángel Madrazo
3 Sam Bennett Ángel Madrazo
4 Fabio Jakobsen Sam Bennett Jorge Cubero
5 Ángel Madrazo Miguel Ángel López Movistar José Herrada
6 Jesús Herrada Dylan Teuns Jesús Herrada
7 Alejandro Valverde Miguel Ángel López Nairo Quintana Sergio Henao
8 Nikias Arndt Nicolas Edet David de la Cruz
9 Tadej Pogačar Nairo Quintana Geoffrey Bouchard
10 Primož Roglič Primož Roglič Primož Roglič Primož Roglič
11 Mikel Iturria Alexander Aranburu
12 Philippe Gilbert Philippe Gilbert
13 Tadej Pogačar Tadej Pogačar Héctor Sáez
14 Sam Bennett Diego Rubio Hernández
15 Sepp Kuss Sergio Samitier
16 Jakob Fuglsang Geoffrey Bouchard Ángel Madrazo
17 Philippe Gilbert Nairo Quintana
18 Sergio Higuita Miguel Ángel López Sergio Higuita
19 Rémi Cavagna Rémi Cavagna
20 Tadej Pogačar Tadej Pogačar Tao Geoghegan Hart
21 Fabio Jakobsen Non décerné
Classements finals Primož Roglič Primož Roglič Geoffrey Bouchard Tadej Pogačar Movistar Miguel Ángel López

Liste des participantsModifier

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur cette Vuelta Pos. Position finale au classement général
  Indique le vainqueur du classement général   Indique le vainqueur du classement de la montagne
  Indique le vainqueur du classement par points   Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
  Indique la meilleure équipe   Indique un maillot de champion national ou mondial,
suivi de sa spécialité
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivie du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Indique un coureur exclu pour non-respect du règlement
 Liste des participants
Movistar
MOV
NumCoureurPos
1  Alejandro Valverde (ESP) 2e
2  Jorge Arcas (ESP) 93e
3  José Joaquín Rojas (ESP) 30e
4  Imanol Erviti (ESP) 64e
5  Nélson Oliveira (POR) 46e
6  Antonio Pedrero (ESP) 43e
7  Nairo Quintana (COL) 4e
8  Marc Soler (ESP) 9e
AG2R La Mondiale
ALM
NumCoureurPos
11  Pierre Latour (FRA) 35e
12  François Bidard (FRA) 24e
13  Geoffrey Bouchard (FRA)  47e
14  Clément Chevrier (FRA) 59e
15  Silvan Dillier (SUI) 72e
16  Dorian Godon (FRA) 77e
17  Quentin Jauregui (FRA) 81e
18  Clément Venturini (FRA) 90e
Astana
AST
NumCoureurPos
21  Miguel Ángel López (COL)  5e
22  Manuele Boaro (ITA) 128e
23  Dario Cataldo (ITA) 68e
24  Omar Fraile (ESP) 79e
25  Jakob Fuglsang (DEN) 13e
26  Gorka Izagirre (ESP) 53e
27  Ion Izagirre (ESP) 16e
28  Luis León Sánchez (ESP) 23e
Bahrain-Merida
TBM
NumCoureurPos
31  Mark Padun (UKR) 84e
32  Yukiya Arashiro (JPN) 110e
33  Phil Bauhaus (GER) AB-9
34  Heinrich Haussler (AUS) 132e
35  Domen Novak (SLO) 123e
36  Hermann Pernsteiner (AUT) 15e
37  Luka Pibernik (SLO) 109e
38  Dylan Teuns (BEL) 12e
Bora-Hansgrohe
BOH
NumCoureurPos
41  Rafał Majka (POL) 6e
42  Shane Archbold (NZL) 151e
43  Sam Bennett (IRL) 134e
44  Jempy Drucker (LUX) NP-20
45  Davide Formolo (ITA) NP-7
46  Felix Großschartner (AUT) 36e
47  Gregor Mühlberger (AUT) AB-5
48  Paweł Poljański (POL) 57e
CCC
CCC
NumCoureurPos
51  Víctor de la Parte (ESP) AB-6
52  William Barta (USA) 131e
53  Paweł Bernas (POL) 149e
54  Patrick Bevin (NZL) NP-15
55  Jonas Koch (GER) 60e
56  Szymon Sajnok (POL) 142e
57  Nathan Van Hooydonck (BEL) 114e
58  Francisco Ventoso (ESP) 97e
Deceuninck-Quick-Step
DQT
NumCoureurPos
61  Philippe Gilbert (BEL) 32e
62  Eros Capecchi (ITA) 121e
63  Rémi Cavagna (FRA) 52e
64  Tim Declercq (BEL) 78e
65  Fabio Jakobsen (NED) 145e
66  James Knox (GBR) 11e
67  Maximiliano Richeze (ARG) 148e
68  Zdeněk Štybar (CZE) 55e
EF Education First
EF1
NumCoureurPos
71  Rigoberto Urán (COL) AB-6
72  Hugh Carthy (GBR) AB-6
73  Lawson Craddock (USA) 58e
74  Mitchell Docker (AUS) 122e
75  Sergio Higuita (COL) 14e
76  Daniel Martínez (COL) 41e
77  Logan Owen (USA) 126e
78  Tejay van Garderen (USA) AB-7
Groupama-FDJ
GFC
NumCoureurPos
81  Marc Sarreau (FRA) 139e
82  Bruno Armirail (FRA) 91e
83  Mickaël Delage (FRA) AB-3
84  Kilian Frankiny (SUI) 21e
85  Tobias Ludvigsson (SWE) 44e
86  Steve Morabito (SUI) 67e
87  Romain Seigle (FRA) 80e
88  Benjamin Thomas (FRA) NP-12
Lotto-Soudal
LTS
NumCoureurPos
91  Thomas De Gendt (BEL) 56e
92  Sander Armée (BEL) 73e
93  Carl Fredrik Hagen (NOR) 8e
94  Tomasz Marczyński (POL) 74e
95  Tosh Van der Sande (BEL) 65e
96  Brian van Goethem (NED) AB-15
97  Harm Vanhoucke (BEL) 115e
98  Jelle Wallays (BEL) 144e
Mitchelton-Scott
MTS
NumCoureurPos
101  Esteban Chaves (COL) 19e
102  Sam Bewley (NZL) 100e
103  Tsgabu Grmay (ETH) 62e
104  Damien Howson (AUS) 49e
105  Luka Mezgec (SLO) AB-14
106  Mikel Nieve (ESP) 10e
107  Nick Schultz (AUS) 63e
108  Dion Smith (NZL) 83e
Dimension Data
TDD
NumCoureurPos
111  Louis Meintjes (RSA) 51e
112  Nicholas Dlamini (RSA) 107e
113  Amanuel Gebrezgabihier (ERI) AB-18
114  Edvald Boasson Hagen (NOR) 96e
115  Benjamin King (USA) 38e
116  Ben O'Connor (AUS) 25e
117  Rasmus Tiller (NOR) 130e
118  Jacobus Venter (RSA) 129e
Ineos
INS
NumCoureurPos
121  Wout Poels (NED) 34e
122  David de la Cruz (ESP) 66e
123  Owain Doull (GBR) 70e
124  Tao Geoghegan Hart (GBR) 20e
125  Sebastián Henao (COL) 39e
126  Vasil Kiryienka (BLR) AB-18
127  Salvatore Puccio (ITA) 89e
128  Ian Stannard (GBR) 106e
Jumbo-Visma
TJV
NumCoureurPos
131  Primož Roglič (SLO)   1er
132  George Bennett (NZL) 33e
133  Robert Gesink (NED) 27e
134  Lennard Hofstede (NED) 152e
135  Steven Kruijswijk (NED) AB-4
136  Sepp Kuss (USA) 29e
137  Tony Martin (GER) AB-19
138  Neilson Powless (USA) 31e
Katusha-Alpecin
TKA
NumCoureurPos
141  Daniel Navarro (ESP) 40e
142  Enrico Battaglin (ITA) 113e
143  Steff Cras (BEL) 76e
144  Matteo Fabbro (ITA) 54e
145  Ruben Guerreiro (POR) 17e
146  Pavel Kochetkov (RUS) 98e
147  Viatcheslav Kouznetsov (RUS) 138e
148  Willie Smit (RSA) 118e
Sunweb
SUN
NumCoureurPos
151  Wilco Kelderman (NED) 7e
152  Nikias Arndt (GER) 69e
153  Casper Pedersen (DEN) 103e
154  Robert Power (AUS) 92e
155  Nicolas Roche (IRL) AB-6
156  Michael Storer (AUS) 99e
157  Martijn Tusveld (NED) 26e
158  Max Walscheid (GER) 137e
Trek-Segafredo
TFS
NumCoureurPos
161  Gianluca Brambilla (ITA) 42e
162  John Degenkolb (GER) 124e
163  Niklas Eg (DEN) 37e
164  Alex Kirsch (LUX) 125e
165  Jacopo Mosca (ITA) 85e
166  Kiel Reijnen (USA) 141e
167  Peter Stetina (USA) 28e
168  Edward Theuns (BEL) 133e
UAE Team Emirates
UAD
NumCoureurPos
171  Fabio Aru (ITA) NP-13
172  Valerio Conti (ITA) 71e
173  Fernando Gaviria (COL) 147e
174  Sergio Henao (COL) 45e
175  Marco Marcato (ITA) AB-19
176  Sebastián Molano (COL) 143e
177  Tadej Pogačar (SLO)  3e
178  Oliviero Troia (ITA) 150e
Burgos BH
BBH
NumCoureurPos
181  Ángel Madrazo (ESP) 119e
182  Jetse Bol (NED) 104e
183  Óscar Cabedo (ESP) 116e
184  Jorge Cubero (ESP) 136e
185  Jesús Ezquerra (ESP) 120e
186  Nuno Bico (POR) 153e
187  Diego Rubio Hernández (ESP) 146e
188  Ricardo Vilela (POR) 105e
Caja Rural-Seguros RGA
CJR
NumCoureurPos
191  Sergey Chernetskiy (RUS) 111e
192  Jon Aberasturi (ESP) 140e
193  Alex Aranburu (ESP) 94e
194  Domingos Gonçalves (POR) NP-14
195  Jonathan Lastra (ESP) 101e
196  Sergio Pardilla (ESP) 88e
197  Cristian Rodríguez (ESP) 50e
198  Gonzalo Serrano (ESP) 135e
Cofidis
COF
NumCoureurPos
201  Jesús Herrada (ESP) NP-17
202  Darwin Atapuma (COL) 61e
203  Nicolas Edet (FRA) 18e
204  Jesper Hansen (DEN) AB-15
205  José Herrada (ESP) 75e
206  Luis Ángel Maté (ESP) 102e
207  Stéphane Rossetto (FRA) 127e
208  Damien Touzé (FRA) 108e
Euskadi Basque Country-Murias
EUS
NumCoureurPos
211  Óscar Rodríguez (ESP) 22e
212  Aritz Bagües (ESP) 117e
213  Fernando Barceló (ESP) 95e
214  Cyril Barthe (FRA) 86e
215  Mikel Bizkarra (ESP) 48e
216  Mikel Iturria (ESP) 87e
217  Sergio Samitier (ESP) 82e
218  Héctor Sáez (ESP) 112e

Notes et référencesModifier

  1. « Vuelta tonique et cohérente », Vélo Magazine,‎ .
  2. (es) « Las etapas de la Vuelta a España », sur biciclismo.com,
  3. « Les 9 étapes à ne surtout pas manquer », sur eurosport.fr,
  4. (en) « Vuelta a Espana 2019 : 5 key stages », sur cyclingnews.com,
  5. « L'équipe Cofidis invitée sur la Vuelta 2019 avec Euskadi », sur francetvinfo.fr,
  6. « Y'a-t-il vraiment deux leaders chez Astana ? », sur chroniqueduvelo.fr,
  7. a et b « Roglic, Quintana ou Lopez : qui sont les favoris de la Vuelta ? », sur eurosport.fr,
  8. a et b (en) « Form ranking: Vuelta a Espana 2019 favourites », sur cyclingnews.com,
  9. « Jumbo-Visma peut-elle ne pas choisir ? », sur chroniqueduvelo.fr,
  10. (es) « Richard Carapaz, baja de última hora en La Vuelta », sur biciciclismo.com,
  11. « La Movistar avance masquée », sur chroniqueduvelo.fr,
  12. « Poels, enfin son heure », sur chroniqueduvelo.fr,
  13. « Latour dans un nouveau costume », sur chroniqueduvelo.fr,
  14. (en) « 10 riders to watch at the 2019 Vuelta a Espana », sur cyclingnews.com,
  15. a et b « Réglement particulier », sur lequipe.fr
  16. (es) « Vuelta a España 2019 Pablo Lastras: "Todo el mundo vio lo de Marc Soler, tiene que hacer examen de conciencia. Hablaremos con él" », sur marca.com,
  17. « Tour d'Espagne - Miguel Angel Lopez pénalisé de 10 secondes », sur cyclismactu.net,
  18. « Le principe qui divise », sur chroniqueduvelo.fr,
  19. « Titre II: Épreuves sur Route - Règlement au 05.02.2019 », sur uci.org

Voir aussiModifier