Ouvrir le menu principal

Classement par points du Tour de France

compétition de cyclisme
Maillot vert
Description de cette image, également commentée ci-après
Peter Sagan portant le maillot vert du Tour de France 2016
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Création 1953
Éditions 66 (en 2019)

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Slovaquie Peter Sagan
Plus titré(s) Drapeau : Slovaquie Peter Sagan
(7 victoires)

Le classement par points du Tour de France est un classement annexe du Tour de France créé en 1953. Il récompense le coureur le plus régulièrement classé parmi les premiers des étapes. Le leader de ce classement porte un maillot distinctif de couleur verte. Ce classement est généralement remporté par un sprinteur.

Histoire du classement par pointsModifier

Après les scandales du Tour de France 1904, les règles pour l'édition suivante sont modifiées. Le vainqueur n'est plus déterminé par un classement au temps, mais avec un système de classement par points. Les cyclistes reçoivent des points en fonction de leur classement dans chaque étape et le cycliste avec le plus de points est le leader de la course. Après le Tour de France 1912 le système est à nouveau modifié pour revenir au classement au temps qui est encore en usage.

Lors du Tour de France 1953 pour célébrer le 50e anniversaire du Tour de France, le classement par points est réintroduit, mais cette fois en tant que classement annexe. Le leader du classement reçoit un maillot vert sponsorisé par la marque À la Belle Jardinière. Contrairement à ce que ce nom laisse supposer, il ne s'agissait pas d'une entreprise liée à l'activité de jardinage, ce qui aurait pu expliquer la couleur verte. À la Belle Jardinière était en réalité un magasin de confection de vêtements sur mesure qui utilisait régulièrement la couleur verte pour communiquer.

La couleur du maillot fut exceptionnellement rouge en 1968, à la demande du sponsor.

Les premières éditions de ce classement sont réalisées par addition des places à chaque étape, de sorte que le cycliste avec le moins de points remporte le maillot vert. À partir de 1959, le système est modifié de façon que les cyclistes reçoivent des points s'ils terminent dans les premiers de chaque étape (avec le plus de points pour le premier de chaque étape et successivement moins de points pour les coureurs classés derrière), de sorte que le cycliste avec le plus de points remporte le maillot vert.

Alors que le maillot jaune est attribué au meilleur temps cumulé dans la course, le maillot vert reflète le coureur le plus souvent classé sur chaque étape et chaque sprint intermédiaire, surtout pendant les étapes de plaine du Tour. Entre 1966 et 1989, les sprints intermédiaires avaient leur propre classement, tout en continuant à faire partie du classement par points. Le classement des sprints intermédiaires s'arrête en 1989, car il ne se différencie pas assez du maillot vert, mais les sprints intermédiaires font toujours partie du classement par points.

Le classement par points est largement considéré comme une « compétition de sprinteur », puisque la plupart des points sont marqués lors d'étapes de plaine, où les coureurs restent généralement groupés dans un grand peloton, laissant les meilleurs sprinteurs à la fin se battre pour la gagne. Cependant, pour gagner la compétition un coureur aura besoin d'un niveau raisonnable en montagne ainsi qu'un bon niveau en sprint, car il devra terminer dans les délais sur les étapes de montagne pour rester en lice, et idéalement être en mesure de contester les sprints intermédiaires lors des étapes de moyenne montagne. Par exemple, Mario Cipollini l'un des meilleurs sprinteurs de son époque, n'a jamais été en lice pour le classement par points car il n'a jamais pu finir la course (cependant, il est parvenu à terminer le Tour d'Italie et a remporté son classement par points plusieurs fois).

BarèmesModifier

Barème avant 2011Modifier

Avant le Tour 2011, le barème est le suivant, avec deux ou trois sprints intermédiaires chaque jour :

Type d'étape / Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e 22e 23e 24e 25e
  Étape dite de « plat » 35 30 26 24 22 20 19 18 17 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
  Étape dite de « parcours accidenté » 25 22 20 18 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
  Étape dite de « haute montagne » 20 17 15 13 12 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
  Contre-la-montre individuel 15 12 10 8 6 5 4 3 2 1
Sprint intermédiaire 6 4 2

Barème 2011 à 2014Modifier

Le classement général individuel par points s'obtient par l'addition des points enregistrés dans les classements individuels de chaque étape, de chaque sprint intermédiaire, et compte tenu des pénalités en points. Voici le barème en vigueur entre 2011 et 2014[1]:

Type d'étape / Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e
  Étape dite de « plat » 45 35 30 26 22 20 18 16 14 12 10 8 6 4 2
  Étape dite de « parcours accidenté » 30 25 22 19 17 15 13 11 9 7 6 5 4 3 2
  Étape dite de « haute montagne » 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
  Contre-la-montre individuel 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
Sprint intermédiaire 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

Barème actuelModifier

Ce barême est mis en place en 2015 pour favoriser davantage les vainqueurs d'étape.

Type d'étape / Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e
  Étape dite de « plat » 50 30 20 18 16 14 12 10 8 7 6 5 4 3 2
  Étape dite de « parcours accidenté » 30 25 22 19 17 15 13 11 9 7 6 5 4 3 2
  Étape dite de « haute montagne » 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
  Contre-la-montre 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1
Sprint intermédiaire 20 17 15 13 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

Un coureur qui arrive hors délais à une étape mais qui est cependant repêché par les commissaires reçoit une pénalité équivalente au nombre de points attribués au vainqueur de l'étape. Cette pénalité est automatique et peut conduire à un solde de point négatifs.

Avant le départ du Tour de France, l'organisation déclare les étapes qui sont considérées, comme « plates », avec un « parcours accidenté » ou de « haute montagne ». Les étapes de plaine n'ont généralement que peu ou pas d'ascensions classées au Grand Prix de la montagne (souvent plusieurs côtes de 4e catégorie, occasionnellement une côte de 3e catégorie). Les étapes de moyenne montagne ont de nombreuses ascensions, généralement des 2e et 3e catégories, tandis que les étapes de haute montagne ont de nombreuses ascensions, souvent des 1re catégorie ou des cols hors catégorie.

Lorsque l'ordre dans lequel les cyclistes ont franchi la ligne ne peut être déterminé ou lorsque les cyclistes obtiennent exactement le même temps dans un contre-la-montre ou un prologue individuel, les coureurs sont crédités des points qui leur seraient attribués, divisés par le nombre de concurrents concernés (arrondi au 1/2 point le plus proche). Un cycliste qui ne termine pas une étape est retiré du classement par points. Après chaque étape, le leader du classement par points reçoit un maillot vert. En cas d'égalité au classement, le cycliste avec le plus de victoires d'étapes est le leader. S'il y a encore égalité, c'est le nombre de victoires dans les sprints intermédiaires, puis le classement général individuel au temps qui départagent les coureurs. À la fin du Tour de France, le cycliste leader du classement par points est le vainqueur du maillot vert.

Le barème avantage volontairement les coureurs prenant les premières places des étapes de plaine destinées aux routiers sprinters. Par conséquent et contrairement aux autres grands tours, il est pratiquement impossible pour un non sprinter de remporter ce classement (Bernard Hinault en 1979 est le dernier "non sprinteur" à remporter ce classement). On emploie ainsi souvent le terme non officiel de "classement du meilleur sprinteur".

PalmarèsModifier

Année Nom Pays Équipe Total Autres classements
1953 Fritz Schaer   Suisse Suisse +271, pts -
1954 Ferdi Kübler   Suisse Suisse +215,5 pts -
1955 Stan Ockers   Belgique Belgique +322, pts -
1956 Stan Ockers   Belgique Belgique +280, pts -
1957 Jean Forestier   France France +301, pts -
1958 Jean Graczyk   France France +347, pts -
1959 André Darrigade   France France +613, pts -
1960 Jean Graczyk   France France +074, pts -
1961 André Darrigade   France France +174, pts -
1962 Rudi Altig   Allemagne de l'Ouest Saint Raphaël-Hutchinson +173, pts -
1963 Rik Van Looy   Belgique G.B.C-Libertas +275, pts -
1964 Jan Janssen   Pays-Bas Pelforth-Sauvage +208, pts -
1965 Jan Janssen   Pays-Bas Pelforth-Sauvage +144, pts -
1966 Willy Planckaert   Belgique Smiths +211, pts -
1967 Jan Janssen   Pays-Bas Pays-Bas +154, pts -
1968 Franco Bitossi   Italie Italie +241, pts   Combiné
1969 Eddy Merckx   Belgique Faema +244, pts   Général
Grand Prix de la montagne
  Combiné
1970 Walter Godefroot   Belgique Salvarani +212, pts -
1971 Eddy Merckx   Belgique Molteni +202, pts   Général
  Combiné
1972 Eddy Merckx   Belgique Molteni +196, pts   Général
  Combiné
1973 Herman Van Springel   Belgique Rokado +187, pts -
1974 Patrick Sercu   Belgique Brooklyn +283, pts -
1975 Rik Van Linden   Belgique Bianchi-Campagnolo +342, pts -
1976 Freddy Maertens   Belgique Velda-Flandria +293, pts -
1977 Jacques Esclassan   France Peugeot-Esso-Michelin +236, pts -
1978 Freddy Maertens   Belgique Velda-Lano-Flandria +242, pts -
1979 Bernard Hinault   France Renault-Gitane +253, pts   Général
1980 Rudy Pevenage   Belgique Ijsboerke-Warncke +194, pts -
1981 Freddy Maertens   Belgique Sunair-Sport +428, pts -
1982 Sean Kelly   Irlande Sem-France Loire-Campagnolo +429, pts -
1983 Sean Kelly   Irlande Sem-Mavic-Reydel +360, pts -
1984 Frank Hoste   Belgique Europ Decor-Boule d'Or-Eddy Merckx +322, pts -
1985 Sean Kelly   Irlande Skil-Sem KAS Miko +434, pts -
1986 Eric Vanderaerden   Belgique Panasonic +277, pts -
1987 Jean-Paul van Poppel   Pays-Bas Superconfex +263, pts -
1988 Eddy Planckaert   Belgique A.D.R-Mini Flat-IOC +278, pts -
1989 Sean Kelly   Irlande P.D.M +277, pts -
1990 Olaf Ludwig   Allemagne de l'Est Panasonic +256, pts -
1991 Djamolidine Abdoujaparov   Union soviétique Carrera-Jeans +316, pts -
1992 Laurent Jalabert   France ONCE +293, pts -
1993 Djamolidine Abdoujaparov   Ouzbékistan Lampre-Polti +298, pts -
1994 Djamolidine Abdoujaparov   Ouzbékistan TEAM POLTI +322, pts -
1995 Laurent Jalabert   France ONCE +333, pts -
1996 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +335, pts -
1997 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +350, pts -
1998 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +327, pts -
1999 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +323, pts -
2000 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +321, pts -
2001 Erik Zabel   Allemagne Deutsche Telekom +252, pts -
2002 Robbie McEwen   Australie Lotto-Adecco +280, pts -
2003 Baden Cooke   Australie FDJeux.com +216, pts -
2004 Robbie McEwen   Australie Lotto-Domo +272, pts -
2005 Thor Hushovd   Norvège Crédit agricole +194, pts -
2006 Robbie McEwen   Australie Davitamon-Lotto +288, pts -
2007 Tom Boonen   Belgique Quick Step-Innergetic +256, pts -
2008 Óscar Freire   Espagne Rabobank +270, pts -
2009 Thor Hushovd   Norvège Cervélo TestTeam +280, pts -
2010 Alessandro Petacchi   Italie Lampre-Farnese Vini +243, pts -
2011 Mark Cavendish   Royaume-Uni Team HTC-Highroad +334, pts -
2012 Peter Sagan   Slovaquie Liquigas-Cannondale +421, pts -
2013 Peter Sagan   Slovaquie Cannondale +409, pts -
2014 Peter Sagan   Slovaquie Cannondale +431, pts -
2015 Peter Sagan   Slovaquie Tinkoff-Saxo +432, pts -
2016 Peter Sagan   Slovaquie Tinkoff +470, pts   Super-combatif
2017 Michael Matthews   Australie Sunweb +370, pts -
2018 Peter Sagan   Slovaquie Bora-Hansgrohe +477, pts -
2019 Peter Sagan   Slovaquie Bora-Hansgrohe +323, pts -

Record de victoiresModifier

Liste des sponsorsModifier

Notes et référencesModifier

  1. [PDF] Tour de France : règlement (page 15) sur letour.fr
  2. (en) « 1990 Tour de France Stage 14 Millau », sur www.youtube.com (consulté le 18 juillet 2014)
  3. Skoda devient sponsor du maillot vert sur lequipe.fr

Voir aussiModifier